Version classiqueVersion mobile

La terre qui vit

 | 
Alain Deligne

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 David d’Angers (1788-1856) avait rendu visite à Friedrich le 7 novembre 1834 à Dresde. Il (...)
  • 2 C.-G. Carus, « C.-D. Friedrich, le peintre de paysage » in : Kunstblatt, 1841, n° 86, 357s (...)

Cette introduction ne veut souligner qu’une chose, qui est aussi maintenant la plus évidente : je veux dire que, dans la peinture de paysage, ce fut nommément Friedrich qui, avec un esprit profond et énergique et une originalité absolue, s’attaqua au fatras du quotidien, du prosaïque, du rabâché ; et tout en réduisant avec son âpre mélancolie ce désordre à néant, il fit surgir de son cœur une orientation poétique neuve et lumineuse.
Nous n’entendons pas exalter sa conception de l’art du paysage comme la seule vraie, et moins encore comme la seule à suivre. Mais qui veut, et peut encore, se rendre compte de l’état de répétition vulgaire où cet art était réduit, comprendra que l’apparition d’une nouvelle direction spirituelle originaire, telle que celle découverte par Friedrich, devait avoir un effet stimulant et même bouleversant sur tout esprit réceptif. Les paroles : Voilà un homme qui a découvert la tragédie du paysage, prononcées par le sculpteur David d’Angers1 autre artiste singulièrement poétique, quand l’auteur de ces lignes lui présenta les premières œuvres de Friedrich et Friedrich lui-même, pourront toujours être considérées comme caractéristiques à cet égard2.

  • 3 « Découverte, dans les larves des névroptères, d’une circulation toute simple accélérée pa (...)
  • 4 In : Werner Hofmann, Caspar David Friedrich, trad. de l’allemand par Marianne Dautrey, Par (...)

1L’auteur de ces lignes, Carl-Gustav Carus (1789-1869), a vécu plusieurs vies. Il a en effet succombé avec un profit mitigé à la tentation protéenne de l’homme : celle de la multiplicité (peinture, philosophie, médecine, sciences). Et malgré des journées bien remplies, exigées par ses activités menées de front, occasionnant des crises répétées, donc surmontées, de mélancolie, Carus fut néanmoins un « virtuose » des relations sociales, amicales, voire de la vie familiale (si en effet certains témoignages insistent sur l’image d’idylle bourgeoise qui se dégageait de sa vie privée, il n’en reste pas moins que Carus fut en tout peu présent). Très tôt, Carus est devenu par ailleurs un membre de la communauté scientifique, dans son propre pays, mais aussi à l’étranger (en France par exemple, où ses travaux sur la circulation du sang chez les insectes3 lui valurent, par l’intermédiaire de Georges Cuvier [1769-1839], la reconnaissance de l’Institut de France). Il a aussi voyagé et peint en commun avec d’autres peintres comme Johan Christian Claussen Dahl (1788-1857) ou Caspar David Friedrich (1774-1840), dont on vient de le voir ci-dessus saluer la mémoire en termes révolutionnaires (Ill. 1 : Les Récifs4, 1824, paysage spectral allant dans le sens des dires de David d’Angers). C’est assurément parce qu’il a embrassé presque toutes les formes de la vie, de la science et de l’art que Carus a pu satisfaire plus facilement au sens de la vie communautaire.

2Carus voit pour la première fois des toiles de Friedrich en 1816. De quinze ans son puîné, il fait figure de jeune artiste quand les deux hommes se rencontrent un an plus tard, en 1817. Il n’a alors que quatre années de pratique à son actif. Aussi certains des premiers apports de Carus à ce qu’on appellera par commodité le langage « romantique » sont-ils antérieurs à sa maturité picturale. Carus a, durant le temps où ils étaient le plus étroitement liés (1818-1828), participé à un dialogue créateur avec Friedrich. La dynamique de cet échange, dont Carus a plus parlé et semble avoir plus profité que son aîné, ne peut se révéler distinctement que dans une confrontation systématique de leurs œuvres respectives. Il n’est pas dans mes intentions d’entreprendre une telle recherche. Ceci nécessiterait par ailleurs une exposition rétrospective où leurs tableaux seraient réunis, intercalés peut-être. Seulement alors, on pourrait porter une appréciation critique.

  • 5 Caspar David Friedrich, « Propos au sujet d’une collection de peintures réalisées par des (...)

Ferme l’œil de ton corps afin de voir d’abord ton image avec l’œil de ton esprit. Fais ensuite apparaître au jour ce que tu as vu dans l’obscurité, de sorte que cela agisse en retour sur d’autres de l’extérieur vers l’intérieur.5

3Dans cette maxime apparaît l’idéal d’autarcie esthétique commandant l’attitude de Friedrich, qui n’a pas fait comme Carus le voyage en Italie ni cherché à puiser dans la tradition artistique du passé. Friedrich avait le sens du cosmos et un esprit d’observation. La nature perçue par l’œil physique est filtrée chez lui par l’opération de l’âme qui se saisit d’elle pour symboliser ses propres états, ses Stimmungen (tonalités affectives). Les tableaux emblématiques de Friedrich sont en France à nouveau connus depuis une bonne vingtaine d’années. On attend beaucoup plus de lui que de Carus. Il est donc actuellement assez vain d’argumenter en disant que Carus ne nous offre pas moins. En fait, il nous propose autre chose.

  • 6 Je renvoie ici le lecteur à la notice biographique de la fin, qui ne retient que l’essenti (...)

4Le choix vocationnel de Carus fut la médecine. Il fut un médecin à la maîtrise et au savoir-faire incontestables. Il exerça longtemps son art, d’abord à Leipzig (de 1812 à 1814), puis à Dresde jusqu’en 1827, et à partir de là pour la Maison royale de Saxe, successivement au profit de trois rois, Anton (1827- 1836), Friedrich August II. (1836-1854) et Johann (1854-1873). La célèbre Comtesse Ida von Lüttichau (1798-1856), que l’opiniâtreté d’une longue maladie avait réduite à ne pouvoir espérer une longue vie ni une entière guérison, lui doit d’avoir survécu. Quant à la conduite de sa propre santé, à en juger d’après le bénéfice thérapeutique qu’il prétendait retirer de la pratique picturale, Carus semble avoir appliqué avec réussite les remèdes de son art : il vécut jusqu’à l’âge de quatre-vingts ans6.

5Carus n’est pas un artiste pour qui la peinture représente prioritairement un but esthétique en soi. Il voit plutôt en elle une ressource lui permettant de prolonger par d’autres moyens ses multiples activités extra-picturales : je ferai donc porter une partie de mon analyse sur les tableaux les plus révélateurs à l’égard de cette matrice encyclopédique alimentée par le philosophe, le médecin et le scientifique qu’il fut aussi. Un des principes de ce livre a été de chercher à maintenir l’équilibre entre la singularité de ces analyses et le souci de réflexion « épistémologique », forcément plus générale.

  • 7 Carus, Carl Gustav, Neuf lettres sur la peinture de paysage, précédées d’une Lettre-préfac (...)

6En France, il n’y a pas de monographie sur Carus. Les présentations françaises disponibles sont partielles. On trouvera tout au plus quelques articles de revues, ou des chapitres isolés de livres consacrés au romantisme en général, ou des notices de catalogues traitant de la peinture romantique allemande, ou encore une introduction détaillée (parfois porteuse de quelques imprécisions) à la traduction de textes de Carus et de Friedrich, comme celle de Marcel Brion7. La réticence à l’égard de la riche personnalité de Carus ne résout rien. Elle contribue en fait à négliger, entre autres, un jalon important dans une réflexion esthétique sur l’art en général et plus précisément encore sur la peinture de paysage, et qui va, pour les XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, de Roger de Piles à Ruskin en passant, entre autres, par Félibien, Gessner, Goethe, Reynolds, Constable, Fernow, les frères Schlegel, Schelling, P.H. de Valenciennes, Runge, A.v. Humboldt, Baudelaire et Signac.

7La seconde tâche de ce travail consiste à produire du même coup la justification interne de l’entreprise. Il me semble qu’il y a chez Carus une manière de penser qui confère à l’image de l’époque « romantique » des traits importants que l’on n’a pas suffisamment remarqués. L’environnement de l’œuvre est là capital. La pensée et les activités de Carus plongent en effet leurs racines dans l’Allemagne goethéenne, époque surabondante en événements culturels, idéologiques, philosophiques, littéraires, artistiques, scientifiques et sociaux. Il est difficile de comprendre l’auteur, selon ses intentions, si on le détache de ce contexte. Or, c’est là que les difficultés commencent, car la pensée de Carus ne s’origine pas tant dans des sources, pour la plupart identifiables, que dans des disciplines, dont relèvent à chaque fois les thèmes qu’il traite. Il faut donc d’abord sur chacun des problèmes abordés rétablir l’état de la question avant de pouvoir juger l’apport de Carus. Ce qui suppose qu’on acquière les informations dont disposait l’auteur et qu’on les produise ensuite, sous forme de connaissances, pour le lecteur.

  • 8 J’ai fondé avant tout mon analyse sur les écrits dans lesquels Carus développe sa propre q (...)

8Dans une Première partie, je me suis cru d’abord tenu de décrire mon objet d’étude (chapitre I), puis de faire une mise au point terminologique (chapitre II), toute technique qu’elle fût, sur la notion de paysage. C’est à cette condition que pouvait en effet s’engager le débat sur la poétique du paysage (chapitre III). J’ai décomposé les éléments pertinents de l’œuvre8 en faisant intervenir le plus grand nombre possible de ses aspects dans mon commentaire et d’offrir ainsi une interprétation.

9À la présentation de mon hypothèse de l’irrationalisation ou de la subjectivation du « transcendantalisme » j’ai adjoint comme matière argumentative, dans la Deuxième partie, tout un ensemble d’observations sur des disciplines (physiognomonie, histoire naturelle, géognosie, météorologie, craniologie) et des auteurs (Kant, Schelling, A. v. Humboldt, Lavater, Goethe), indispensable pour évaluer la philosophie éclectique de Carus, – l’éclectisme étant pris ici en bonne part.

10Corrélativement, le plan que j’ai adopté s’efforce de respecter une progression interprétative de chapitre en chapitre, sans viser à une déduction systématique. En fait, j’ai alterné des chapitres portant sur des points plus précis avec des chapitres plus généraux.

11Le livre s’ouvre sur une réflexion qui vise à mieux cerner la difficulté qu’il y a à définir le paysage, car la notion représente d’abord un problème. L’objet de la peinture de paysage n’est pas simplement « le paysage », mais aussi / en premier lieu l’espace de la nature.

Notes

1 David d’Angers (1788-1856) avait rendu visite à Friedrich le 7 novembre 1834 à Dresde. Il fit de lui un portrait sur médaillon et si aujourd’hui la France est en possession de quelques Friedrich, c’est grâce à lui. Il lui acheta en effet plusieurs peintures et sépias, dont les musées David d’Angers et du Louvre se sont portés acquéreurs.

2 C.-G. Carus, « C.-D. Friedrich, le peintre de paysage » in : Kunstblatt, 1841, n° 86, 357sq., n° 87, 362 sq. Je propose ma traduction.

3 « Découverte, dans les larves des névroptères, d’une circulation toute simple accélérée par le cœur », Leipzig, 1827.

4 In : Werner Hofmann, Caspar David Friedrich, trad. de l’allemand par Marianne Dautrey, Paris : Hazan, 2000, 270.

5 Caspar David Friedrich, « Propos au sujet d’une collection de peintures réalisées par des peintres encore vivants pour la plupart ou morts récemment ». Ce sont des fragments posthumes que l’on date vers 1830 (Carus en a recueillis certains dans le texte susmentionné). Cf. Werner Hofmann, op. cit., 270.

6 Je renvoie ici le lecteur à la notice biographique de la fin, qui ne retient que l’essentiel.

7 Carus, Carl Gustav, Neuf lettres sur la peinture de paysage, précédées d’une Lettre-préface de Goethe et suivies de La physiognomonie des montagnes in : C.-G. Carus, C.-D. Friedrich, De la peinture de paysage dans l’Allemagne romantique, présentée par Marcel Brion, traduit par Erika Dickenherr, Alain Pernet et Rainer Rochlitz, Paris : Klincksieck, 1983.

8 J’ai fondé avant tout mon analyse sur les écrits dans lesquels Carus développe sa propre question : les Neun Briefe über Landschaftsmalerei, zuvor ein Brief von Goethe als Einleitung et accessoirement les Zwölf Briefe über das Erdleben non traduites (Douze lettres sur la vie de la Terre). Je n’ai fait appel à ses autres écrits que de manière occasionnelle, pour confirmation (ainsi en va-t-il par exemple de son autobiographie ou de son livre sur Goethe de 1843). J’utilise la seule traduction française disponible, quitte à la corriger si nécessaire. Cf. Neuf lettres sur la peinture de paysage, op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search