Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 6. Extension du paradigme gestionnaire

Pour une pensée communicationnelle des organisations non marchandes : les apports de l’« alter sociologie économique ».

Amaia Errecart

Résumé

Cet article s’intéresse aux mutations engendrées par la professionnalisation des organisations non marchandes, en termes identitaires, culturels, organisationnels et communicationnels, à travers le prisme critique de la sociologie anti-utilitariste. Cette approche, qui renvoie à la sociologie pragmatique, permet d’interroger les différentes grammaires de l’action associative à l’œuvre dans ces transformations, et constitue un apport fécond à une pensée communicationnelle de ces organisations.

Texte intégral

1Au sens moderne du terme, le phénomène associatif désigne un regroupement d’individus autour d’une idée ou d’un projet dans un but altruiste. Cette définition s’impose à partir du XVIIIe siècle. Elle est fondée sur l’instauration du « droit d’association » qui est dorénavant reconnu comme inhérent à l’exercice de la démocratie. L’association constitue une création originale qui se distingue à la fois des entreprises et des organisations publiques et para-publiques. En effet, elle ne se situe ni dans une relation de marché, ni dans une redistribution étatique mais dans une optique que l’on peut qualifier de « transformation sociale » (Dacheux, 2001), à laquelle est traditionnellement associée la fonction de contre-pouvoir. Or, les organisations non marchandes, que sont les associations et les organisations non gouvernementales (ONG), sont de plus en plus traversées par un mouvement de professionnalisation de leurs structures, de leur fonctionnement et de leur personnel – la communication étant un des domaines emblématiques de cette professionnalisation, dans un contexte de concurrence accrue entre ces organisations.

  • 2 Bruno Frère précise que l’adjectif « alter » renvoie ici, en termes sociologiques, à la notion de « (...)

2Cet article vise ainsi à analyser les mutations affectant les organisations associatives et relatives à leur identité, leur culture, leur mode de fonctionnement et leur communication. Si son ancrage théorique principal se situe en sciences de l’information et de la communication, le projet de l’article est de mettre en exergue les apports de l’« alter sociologie économique »2 (Frère, 2009, p. 7) afin de définir et de qualifier les différentes grammaires de l’action associative. Cette « alter sociologie » renvoie à la sociologie pragmatique, ou sociologie critique, l’adjectif « critique » étant employé « au sens général d’une enquête à la fois sociologique et analytique » (Boltanski, in Frère, 2009, p. 13). Il s’agit en effet de chercher à reconstituer les logiques qui sous-tendent l’action, en s’appuyant sur la sociologie pragmatique, qui invite à partir de « l’hypothèse que les actions sont soumises à des contraintes intériorisées par les acteurs et déposées dans les dispositifs qu’ils mettent en place » (Boltanski, in Frère, 2009, p. 13). Dans la perspective de cette contribution à la constitution d’une pensée critique en communication des organisations, les travaux portant sur l’associationnisme dans une perspective anti-utilitariste, qui renvoient à une « véritable sociologie de la praxis » (Caillé, 2007, p. 17), nous paraissent particulièrement éclairants et stimulants pour fonder une analyse des évolutions à l’œuvre dans les organisations non marchandes. Ils constituent en outre un apport fécond, nourri de cette approche critique s’appuyant sur la sociologie pragmatique, à une pensée communicationnelle de ces organisations.

3Dans cette perspective, nous allons ainsi, dans un premier temps, nous intéresser aux singularités de l’agir associatif, puis, dans un deuxième temps, au contexte émergent de la professionnalisation dans les organisations associatives, et enfin, exposer les ambivalences qui en découlent, et qui placent ces organisations face au risque d’une possible banalisation.

Singularités de l’agir associatif

  • 3 La loi du 1er juillet 1901 définit l’association comme « la convention par laquelle deux ou plusieu (...)

4Le phénomène associatif recouvre une réalité complexe et protéiforme. En France, la loi du 1er juillet 1901 fait de la non lucrativité le caractère essentiel de l’association3. De cette caractéristique fondamentale découlent des singularités que nous choisissons d’analyser sous l’angle de la culture et des représentations.

Une culture de l’engagement

5La vie associative ne se réduit pas à un fonctionnement organisationnel. Elle est avant tout la réunion de différents individus autour d’un projet commun, qui sont amenés à s’accorder pour se donner les moyens d’une action collective : « toute association formée à l’initiative de personnes libres n’a pas de finalités politiques, mais dans chacune s’éprouve le pouvoir d’agir ensemble. L’apport des associations à la démocratie tient à ce qu’elles sont des lieux dans lesquels les citoyens définissent eux-mêmes les modalités de leur action. » (Laville, 2003, p. 188). L’organisation n’ayant pas pour objectif d’enrichir ses membres, elle est éminemment dépendante des individus qui la composent et de la qualité de leur engagement. La notion d’engagement désigne une attitude qui consiste à assumer activement une situation ou une action, s’opposant ainsi aux attitudes de retrait, de non-participation, et qui se traduit en actes, même s’il ne s’identifie pas entièrement à ces actes. L’engagement induit une implication, une responsabilité et un rapport à l’avenir ; il produit une forte socialisation identitaire, une « culture du lien social ou de la reliance », dans la mesure où « l’organisation pour autrui est amenée à envisager les moyens d’entretien d’une régulation identitaire, c’est-à-dire une exigence de réalisation personnelle de tous ses membres dans un parcours de cohérence et de maîtrise de leur expérience. » (Laville & Sainsaulieu, 1997, p. 289)

6Si la dimension de l’engagement n’est pas l’apanage des organisations associatives, elle doit sa forte résonance dans le monde associatif au fait que cet engagement se fédère autour d’un projet, qui sous-tend la défense d’une cause. Traditionnellement, cette cause – qu’elle soit humanitaire, environnementale, culturelle, de défense des droits humains et sociaux, ou autre – est portée par un engagement de type militant. Ainsi, un militant est « un adhérent, bénévole ou salarié de l’association qui, volontairement ou explicitement, se reconnaît (…) dans les finalités, buts, modes d’organisation, et « style » d’être et d’agir de l’association. Le militant est un membre actif sur le plan politique, organisationnel, pédagogique, matériel. » (Hédoux, 1998, p. 169)

7Or, ce militantisme traditionnel connaît aujourd’hui une crise. Alors que l’engagement militant traditionnel traduisait la foi en une morale collective, l’engagement actuel, caractéristique de l’« individualisme relationnel » contemporain, apparaît davantage comme la mise en actes d’une éthique personnelle, relevant non pas du lien communautaire ou du seul intérêt individuel mais d’un registre particulier de la sociabilité : celui de l’association (Sue, 2003, p. 30).

Le don comme registre de l’échange

8En outre, la finalité non lucrative caractéristique des organisations associatives induit un type de représentations particulier, renvoyant lui-même au clivage entre deux logiques antagonistes : la logique marchande et la logique du don. Les organisations économiques, dotées d’une finalité lucrative, incarneraient l’échange marchand, quand les associations et ONG, eu égard à leur finalité non lucrative, incarneraient le don.

9Or, la notion de don possède une double dimension, pratique et théorique. Le don renvoie à une catégorie conceptuelle qui s’inscrit dans l’ordre de la « réciprocité asymétrique » (Canto-Sperber, 2001, p. 462). Il est un échange, dans la mesure où il implique une certaine exigence de réponse. Mais il constitue un échange éthique et non un échange utilitariste où la relation est économique et guidée par l’intérêt ; il se constitue en dehors du calcul des coûts et des avantages.

10La catégorie du don, comme sa pratique, a toujours eu un rôle central dans les sociétés archaïques et primitives en représentant une forme alternative et particulière d’échange économique. Marcel Mauss s’est ainsi interrogé sur l’universalité de cette institution qui semble le principe même de l’échange – elle organise la circulation des richesses – alors même qu’on ne peut l’assimiler à un rapport marchand. L’objectif de son Essai sur le don (Mauss, 1983) était de dresser une archéologie des transactions humaines, avant l’apparition du marché et des formes modernes de l’échange, et d’arriver ainsi à une critique de l’individualisme économique et de l’utilitarisme. À partir de son interprétation des sociétés archaïques et de leur conception particulière de l’échange obligatoire, Marcel Mauss a dessiné un schéma social de la donation qui s’articule en un donateur, un don donné et un donataire et qui illustre un rapport de dettes mutuelles. Chez Marcel Mauss, le don, « phénomène social total », est donc le moyen nécessaire pour produire et reproduire les structures de base de la société et donc pour faire valoir l’existence et les droits d’une « autre » économie, l’économie symbolique du don/contre-don, sous-jacente ou parallèle à celle du marché. Pour Platon et Aristote, déjà, l’échange est la catégorie première et pour ainsi dire élémentaire qui permet de penser la société ; donner et recevoir sont les actes fondateurs de la vie sociale (Aristote, 2004 ; Platon, 2002). Cependant, si pour Platon et Aristote l’échange est toujours un échange économique lié à la vente et à l’achat – et donc à l’agora et à la monnaie qui deviennent les symboles en vue de l’échange –, pour Marcel Mauss, le don est à la base d’un échange non marchand et non utilitariste.

  • 4 MAUSS signifie Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales.

11Or, la pensée de Marcel Mauss connaît une importante postérité aujourd’hui avec la résurgence de nombreux travaux académiques portant sur le don. Citons notamment une école de sociologues, économistes et philosophes qui s’est rassemblée autour de la Revue du MAUSS4 dans le but de réhabiliter le don, dans ses deux aspects pratique et théorique. Jacques T. Godbout montre ainsi à travers des enquêtes que le don est loin d’avoir disparu de nos sociétés ; il voit notamment dans l’essor des associations, du bénévolat et de l’humanitaire une illustration de ce phénomène (Godbout, 1992). Alain Caillé va jusqu’à élever l’institution du don au rang de « tiers paradigme », susceptible de mieux rendre compte de la formation du lien social que le paradigme utilitariste de l’homo oeconomicus : « le don constitue le système des relations proprement sociales en tant que celles-ci sont irréductibles aux relations d’intérêt économique ou de pouvoir » (Godbout, Caillé, 1992, p. 23).

Les représentations à l’œuvre

12Ainsi, la « culture de l’engagement » propre aux associations et ONG engendre dans l’opinion des représentations fortes associées au don, et en particulier à sa forme la plus absolue : le don de soi. Ces organisations incarnent un nouvel idéal, sécularisé, à l’origine d’un « imaginaire héroïque » (D’Almeida, 2007, p. 33), reposant sur un socle de valeurs et un principe d’engagement et d’intervention dans le monde. Elles sont en effet « portées par un projet politique utopique : rendre le monde meilleur qu’il n’est. Cette visée prométhéenne est également celle de la démocratie » (Dacheux, 2001, p. 180). Objets de tous les engouements, associations et ONG jouissent d’un important capital de sympathie et de confiance auprès de l’opinion. En quelques décennies, ces organisations sont entrées dans l’imaginaire politique et démocratique occidental : elles ont su « se construire l’image d’un monde à part conjuguant tous les traits de l’héroïsme moderne […]. Elles semblent avoir investi, dans l’imaginaire occidental, la place laissée vacante par les grands récits collectifs : les French doctors sont nos nouveaux missionnaires, et les Ecowarriors nos croisés laïcs. Elles se sont installées au cœur de nos mythologies politiques. » (Pech & Padis, 2004, p. 5-6)

13Outre les représentations qui leur sont associées dans l’opinion, un autre type de représentations intervient : celles qui sont à l’œuvre au sein même de ces organisations. Ainsi, les associations sont composées de deux catégories de personnel : les salariés et les bénévoles. Selon les penseurs de l’école de Renaud Sainsaulieu qui ont travaillé la question de l’organisation associative, les salariés représentent la « gestion » et les bénévoles le « sacré ». Ce dernier terme n’est pas pris ici dans son acception religieuse mais renvoie à « un certain type de rapport des hommes à l’origine des choses. (En posant des actes sacrés) ils se dédoublent en hommes imaginaires, plus puissants que des hommes réels » (Godelier, 1997, p. 239). Cette dimension du « sacré », très proche ici de la logique du don, est extrêmement présente dans les organisations associatives ; elle renvoie à leur raison d’être, au projet fondateur et donne son sens à l’action menée. Ainsi, Jacques T. Godbout précise que « le sens des gestes posés par ces millions de personnes qui donnent à des étrangers ne s’épuise pas dans le rapport d’utilité matérielle de ce qu’ils reçoivent en retour (profit) ou de ce qu’ils ne reçoivent pas (exploitation). Le sens de leur geste est à rechercher dans le geste lui-même, dans la relation voulue pour elle-même et non instrumentale » (Godbout, 2000).

14Ainsi, le principe même de l’association repose sur la valeur symbolique du don, qui a une dimension à la fois sociale et morale, dans la mesure où elle repose non pas sur l’obtention de biens comme l’échange marchand, mais sur l’échange altruiste et asymétrique que le don constitue.

Professionnalisation et métamorphoses associatives

15Si les associations mettent traditionnellement en présence deux formes d’engagement en leur sein, l’engagement bénévole et l’engagement salarié, il en résulte « une double capacité créative de ressources humaines dont l’agencement des rapports est essentiel dans la dynamique associative » (Laville & Sainsaulieu, 1997, p. 298). Or, les spécialités professionnelles sont devenues cruciales pour les organisations associatives, en particulier pour les plus grandes d’entre elles, en raison du développement de leur influence et de l’élargissement de leur champ d’action. Ainsi, les années 1980 voient notamment le fonctionnement des organisations humanitaires passer de l’amateurisme au professionnalisme. Désormais, dans ces ONG préoccupées d’efficacité, il est question de logistique, de procédures, de méthodes, de démarche qualité : « la technicisation des fonctions sur le terrain et au siège requiert en effet l’appel à des personnels capables de mettre en œuvre, à plein temps, des savoir-faire techniques, organisationnels et gestionnaires. » (Ryfman, 2004, p. 42).

  • 5 Nous définissons ici la professionnalisation comme la tendance que présente le secteur associatif à (...)

16Outre l’apparition de services de gestion des ressources humaines qui se traduit notamment par une professionnalisation du recrutement, un domaine est emblématique de cette professionnalisation5 croissante des grandes structures associatives : la communication.

La professionnalisation de la fonction communication

17À l’instar des entreprises privées, la communication s’est imposée comme une fonction essentielle dans les grandes associations et ONG. En effet, « il serait angélique d’estimer que les associations, du moins certaines d’entre elles, ne fonctionnent pas comme des entreprises dotées de services de communication. Et la concurrence existe, y compris pour attirer mécènes et donateurs » (Walter, 2005, p. 36). Ainsi, les petites associations peinent, dans ce contexte devenu prégnant, à se faire entendre, face aux moyennes et surtout aux grandes, qui se sont dotées de véritables services de communication où officient des personnels issus de formations cotées ou pourvus d’un cursus professionnel dans la communication institutionnelle ou d’entreprise. La fonction est parfois externalisée et confiée à une agence. Les « communicants » ont donc largement investi le secteur : ils surveillent les taux de notoriété, créent de l’« événementiel », diffusent des communiqués de presse, cherchent à multiplier les passages dans les différents médias. Gérant la projection extérieure de l’image de l’organisation, ils recourent aussi à tous les outils de l’ère numérique.

18Ainsi, bien des ONG estiment aujourd’hui qu’exister rime, pour elles, avec communiquer. Le « savoir-faire » et l’activisme non gouvernemental se conçoivent de moins en moins sans le « faire-savoir ». Si la communication a pris une telle importance dans les organisations associatives, c’est qu’elle remplit plusieurs fonctions essentielles, qui conditionnent leur survie : il s’agit à la fois de mobiliser autour d’une action les différents intervenants de l’association (sympathisants, adhérents, bénévoles, salariés), d’informer l’opinion publique, de sensibiliser et de faire réfléchir le grand public afin de modifier ses comportements, de promouvoir l’association pour développer une notoriété et une image favorables, mais aussi – et peut-être surtout – de favoriser le financement de l’association elle-même et de ses missions. Lorsqu’elle sert de vecteur à des collectes de fonds, la communication est tributaire de la concurrence entre les ONG et de la pression des médias. Le lien entre professionnalisation et recherche de financements est donc patent.

19On voit donc que le secteur associatif offre désormais – et de plus en plus – des « carrières professionnelles » et pas seulement des carrières « militantes » (Siméant & Dauvin, 2002), passant ainsi du « romantisme polyvalent » à « l’efficacité de professionnels » (Rufin, 1999).

20Le mouvement de professionnalisation qui touche les associations et les ONG transforme ces organisations en profondeur ; il affecte l’identité et la culture associatives et ne peut que participer de la crise du militantisme traditionnel.

Paradoxes et ambivalences associatifs

21Ce processus de professionnalisation génère de forts clivages culturels, à la fois au sein des organisations et entre organisations, comme en témoignent les domaines de l’action humanitaire et de la défense de l’environnement ; il n’est en outre pas exempt de risques pour les acteurs associatifs.

Professionnalisation et clivages culturels

22Ainsi, dans le domaine de l’humanitaire, lorsque se pose la question de l’évolution d’une organisation – surtout pour les associations nées avant 1980 car celles qui sont nées après ont souvent débuté avec une structure professionnelle –, la culture joue un rôle fondamental dans ce passage, comme le montrent les cas de deux associations humanitaires illustrant des positionnements opposés : Terre des Hommes France, où les militants ont fortement freiné la professionnalisation, et Action Contre la Faim (ACF), où la professionnalisation a atténué la culture d’origine (Haddad, 2004, p. 5).

23Le champ de l’environnement est également traversé par ces clivages culturels, entre les associations et ONG faisant le choix de la critique radicale et de l’activisme, et celles qui mettent en avant leur fonction d’expertise – ces positionnements étant non exclusifs, une même association pouvant osciller d’un positionnement à l’autre. Les ONG jouent un rôle majeur dans la prise en charge des problèmes environnementaux sur la sphère publique « d’abord comme “tireurs d’alerte” pour introduire des préoccupations nouvelles dans le débat public. Ensuite comme groupes de pression au long cours […]. À mesure que les dossiers environnementaux ainsi “portés” passent de la sphère de la dénonciation à celle de la gestion, les ONG rajoutent à ces rôles classiques d’autres fonctions : conduite d’opérations locales de gestion environnementale, expertise, expérimentation de gestion, recherches de financement pour l’environnement. » (Gaudefroy de Mombynes & Mermet, 2003, p. 14-15). Ces organisations tendent ainsi à évoluer d’une culture d’opposition, de contestation, à une culture de l’expertise et de la gestion, ce qui suppose pour elles une véritable mutation idéologique. Celle-ci n’est pas exempte de risques : lorsqu’une association est fondée sur des idéaux puissants très éloignés des préoccupations gestionnaires et de l’impératif économique d’efficacité, la professionnalisation peut mettre en péril sa culture et, par là, son identité.

24En effet, l’irruption de la professionnalisation dans ces organisations ne peut que bouleverser des représentations fortement ancrées et intériorisées par les acteurs eux-mêmes. La professionnalisation s’accompagne d’une gestion délicate entre salariés et bénévoles, ces derniers craignant de se voir privés de tout pouvoir décisionnaire, au profit d’un nouveau mode de fonctionnement intégrant une logique d’efficacité et de rationalité. L’introduction de l’esprit d’entreprise dans le monde associatif peut par conséquent conduire à des paradoxes parfois mal vécus en interne et à des arbitrages complexes. Lionel Prouteau parle ainsi d’un processus d’« entrée en économie des associations » (Prouteau, 2003, p. 8), processus qui n’est pas nouveau en lui-même, mais par l’ampleur qu’il prend et le nombre d’associations concernées.

Une tentation gestionnaire au risque de la banalisation ?

25Ainsi, les penseurs s’inscrivant dans le courant de la sociologie anti-utilitariste mettent en avant la tentation contemporaine du managérialisme et l’influence de la « monétarisation » s’exerçant sur un certain nombre d’organisations associatives, à l’instar de Jean-Louis Laville pour qui « elles adoptent des techniques managériales importées des grandes entreprises privées dans le cadre d’une professionnalisation gestionnaire sans distanciation et sans souci d’un maintien des projets associatifs, au motif d’une concurrence généralisée. » (Laville, 2010, p. 176-177). Ainsi, la professionnalisation tendrait à faire basculer l’agir associatif dans le registre de la rationalité instrumentale et fonctionnelle.

26Le rôle de la gestion dans les organisations associatives serait donc ici en cause : la gestion symbolise-t-elle le passage de l’amateurisme au professionnalisme, permettant ainsi à ces organisations, et au-delà à l’ensemble du secteur de l’économie sociale et solidaire auquel elles appartiennent, d’exercer un poids et une influence économiques sans cesse accrus ? Au contraire, la gestion implique-t-elle l’adhésion à une « idéologie gestionnaire qui finirait par aligner toutes les organisations en leur assignant les mêmes objectifs d’optimisation des ressources » ? (Laville & Glémain, 2009, p. 11). Dans cette optique, qui est celle de la sociologie anti-utilitariste, la professionnalisation ferait perdre aux structures associatives leur singularité, leur élan instituant et l’imaginaire alternatif sur lequel elles sont fondées. Professionnalisation rimerait alors avec banalisation pour ces organisations, « le managérialisme produisant les conditions d’un affadissement associatif » (Laville, 2010, p. 177).

27Or, si on peut considérer que la capacité de questionnement des agencements entre sphères politique et économique a été le trait marquant de l’associationnisme historique (Laville, 2010, p. 181-182), c’est précisément la question de l’affaiblissement de la dimension politique – et notamment de contre-pouvoir – dont sont porteuses les organisations associatives qui est posée ici. Bernard Eme considère ainsi que « l’“esprit gestionnaire” dans une logique technique se substitue à l’“esprit politique” qui vise le débat sur la pluralité des critères de l’action dans la société. Le rapport économique paraît devenir hégémonique sous les contraintes publiques, mais aussi à travers l’attrait de certaines associations pour l’imaginaire entrepreneurial » (Eme, 2001, p. 51). En effet, si l’on peut observer des formes de résistance à ces évolutions, des formes d’accompagnement et de promotion de celles-ci se font également jour au sein même des associations et ONG. Ces organisations présentent ainsi de plus en plus un « répertoire de mobilisation structurellement ambivalent », dans la mesure où la transformation managériale de ces organisations nécessite de la part des acteurs associatifs « de ne pas la percevoir ou la vivre comme telle ; au contraire, l’entretien des ressorts du dévouement et de l’enchantement militants sont des conditions nécessaires à la fois à l’efficacité organisationnelle et à l’adhésion des engagés (…) Tout se passe donc comme si on assistait à une déconnexion des dimensions objectives et subjectives du travail militant » (Lefèvre, 2011, p. 9).

28Ces analyses nous renvoient à la communication de ces organisations, et plus précisément aux discours associatifs. En effet, ceux-ci continuent de s’appuyer sur le registre du don, aux multiples déclinaisons, et d’entretenir l’imaginaire à la fois alternatif et héroïque à même de faire vivre et perdurer l’« enchantement militant ». Les organisations non marchandes ayant fait le choix de la professionnalisation dans leurs pratiques et leur fonctionnement auraient-elles des difficultés à assumer ce choix dans leur communication, ou bien est-ce là une stratégie rhétorique, à la manière de discours managériaux ? La professionnalisation de ces organisations engendrerait-elle ainsi un décalage entre le dire et le faire associatifs ?

Conclusion

29Nous avons ici cherché à appréhender les organisations non marchandes que sont les associations et ONG et leurs mutations contemporaines à travers le prisme critique de l’« alter sociologie économique » ou sociologie anti-utilitariste. L’irruption de la professionnalisation dans ces organisations a des répercussions fortes en termes de culture et de représentations : l’imaginaire alternatif caractéristique de l’association, fait d’engagement, de don, de gratuité, sur lequel reposent encore très largement les ressorts de sa communication, se trouve ainsi fortement remis en question. La professionnalisation s’accompagnerait du risque d’une forme de « neutralisation politique » (Laville, 2010, p. 177), susceptible de se heurter aux dynamiques sociales propres à l’association, aux spécificités de l’agir associatif, et induisant une banalisation des organisations associatives.

30Les travaux portant sur l’associationnisme dans une perspective anti-utilitariste nous paraissent ainsi constituer un apport fructueux à une pensée communicationnelle de ces organisations.

Bibliographie

Aristote. 2004. L’éthique à Nicomaque, Paris : Garnier-Flammarion.

Caillé A. 2007. Anthropologie du don, Paris : La Découverte.

Canto-Sperber M. (sous la direction de). 2011. Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris : PUF.

Dacheux E. 2001. « Les associations dans l’espace public européen », in : Laville J.-L., Caillé A., Chanial P., Dacheux E., Eme B., Latouche S. Association, démocratie et société civile, Paris : La Découverte/M.A.U.S.S./C.R.I.D.A, p. 165-181.

D’Almeida N. 2007. La société du jugement. Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris : Armand Colin.

Eme B. 2001. « Les associations ou les tourments de l’ambivalence », in : Laville J.-L., Caillé A., Chanial P., Dacheux E., Eme B., Latouche S. Association, démocratie et société civile, Paris : La Découverte/M.A.U.S.S./C.R.I.D.A, p. 27-58.

Frère B. 2009. Le nouvel esprit solidaire, Paris : Desclée de Brouwer.

Gaudefroy de Mombynes T., Mermet L. 2003. « La stratégie d’une ONG internationale d’environnement. Articuler biologie et management, action publique et concurrence ». Gérer et comprendre, n° 73, septembre, p. 14-24.

Godbout J. T., Caillé A. 1992. L’esprit du don, Paris : La Découverte.

Godbout J. T. 2000. Le don, la dette et l’identité : homo donator versus homo oeconomicus, Paris : La Découverte.

Godelier M. 1997. L’énigme du don, Paris : Fayard.

Haddad L. 2004. « L’humanitaire et le business ». Compte-rendu de la séance du 15 janvier 2004 à l’École de Paris du management.

Hédoux J. 1998. « Définir et dénombrer les acteurs associatifs ». Revue de l’économie sociale, avril, p. 169-179.

Laville J.-L. 2003. « Démocratie et économie : éléments pour une approche sociologique ». Hermès, n° 36, p. 185-194.

Laville J.-L. 2010. Politique de l’association, Paris : Le Seuil.

Laville J.-L., Glémain P. 2009. L’économie sociale et solidaire aux prises avec la gestion, Desclée de Brouwer.

Laville J.-L., Sainsaulieu R. (sous la direction de). 1997. Sociologie de l’association. Des organisations à l’épreuve du changement social, Paris : Desclée de Brouwer.

Lefèvre S. 2011. ONG & Cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent, Paris : PUF.

Mauss M. 1983. « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in : Sociologie et anthropologie, Paris : PUF, p. 143-279.

Pech T., Padis M.-O. 2004. Les multinationales du cœur. Les ONG, la politique et le marché, Paris : Le Seuil.

Platon. 2002. Œuvres complètes. Tome VI : La république, Livres I-III, Paris : Les Belles Lettres.

Prouteau L. (sous la direction de). 2003. Les associations, entre bénévolat et logique d’entreprise, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Rufin J.-C. 1999. « Pour l’humanitaire, dépasser le sentiment d’échec », Le Débat, n° 105, mai-août.

Ryfman P. 2004. Les ONG, Paris : La Découverte.

Siméant J., Dauvin P. 2002. Le travail humanitaire. Les acteurs des ONG du siège au terrain, Paris : Presses de Sciences Po.

Sue R. 2003. La société civile face au pouvoir, Paris : Presses de Sciences Po.

Notes

2 Bruno Frère précise que l’adjectif « alter » renvoie ici, en termes sociologiques, à la notion de « critique pratique », « par opposition à la critique verbale de la pure contestation ».

3 La loi du 1er juillet 1901 définit l’association comme « la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun, d’une façon permanente, leur connaissance ou leur activité dans un but autre que de partager des bénéfices. »

4 MAUSS signifie Mouvement Anti-Utilitariste dans les Sciences Sociales.

5 Nous définissons ici la professionnalisation comme la tendance que présente le secteur associatif à être exercé de plus en plus par des personnels de métier, spécialistes de leur domaine.

Auteur

Université Paris 13 Nord, Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication (LabSIC), amaia.errecart@free.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540