Versione classicaVersione mobile

Sens et interprétation

 | 
Christian Berner
, 
Denis Thouard

Sens et interprétation Pour une introduction à l’herméneutique

Christian Berner e Denis Thouard

Testo integrale

  • 1 Voir Laks/Neschke (22008).

1L’herméneutique est l’art de comprendre et d’interpréter. Elle porte en premier lieu sur les textes et les discours dont le sens n’est pas immédiatement obvie. Elle vise à le reconstruire et élabore à cette fin un ensemble de procédures. Elle est ainsi une méthode de lecture visant à établir une compréhension fondée. Partant d’hypothèses générales comme la présomption de cohérence ou plus particulières comme l’identification des pronoms dans un texte donné, elle formule et met en œuvre des règles pour déterminer un sens plausible. A partir d’une pratique initialement tournée vers les textes, elle a dégagé au cours du temps des concepts originaux qui, à travers leur reprise dans les disciplines historiques, ont largement inspiré l’analyse de l’esprit dans ses manifestations1. C’est ainsi par exemple que l’élaboration différenciée du « cercle herméneutique » a permis, invitant dans un mouvement critique de passer des parties à la totalité et vice-versa, de caractériser le mode particulier d’intelligence mise en œuvre dans la compréhension des ensembles structurés de sens, conduisant à une fondation herméneutique des sciences de l’esprit. L’herméneutique y a servi de modèle à la compréhension du singulier, de l’individu dans son projet de sens, qui ne s’entend pas sans l’explication simultanée des structures plus générales dans lesquelles il se concrétise. C’est pour rendre possible la compréhension et les échanges entre les époques comme entre les cultures et les langues qu’elle élabore des règles et des concepts qui sont autant d’instruments de la compréhension. L’interrogation sur les instruments intellectuels de l’interprète est au cœur du présent volume. Indépendamment d’une orientation théorique ou philosophique prédéfinie, il s’agit ici de présenter certains des concepts où s’articule la rationalité herméneutique. Une telle approche permettra de mettre en évidence les dimensions épistémologiques de l’herméneutique. L’interprétation s’attache en effet à un matériau dont elle cherche à dégager le sens tout en prétendant à l’objectivité de ses opérations. En cela, l’herméneutique doit confronter les opérations de l’interprétation à celles de l’argumentation rendant raison, au moyen de la réflexion critique, de l’adoption d’un sens défini.

  • 2 Nous entendons à terme constituer un ‘dictionnaire’ transdisciplinaire des principaux concepts de l (...)

2Ce volume s’inscrit dans le cadre d’un projet qui entend contribuer à établir ce que l’on pourrait appeler « l’apparat critique des sciences humaines »2. Il vise à présenter certains des principaux concepts engagés dans l’acte de l’interprétation, en tâchant de faire le point sur leur portée et leur pertinence. Un premier ensemble expose les grandes catégories de l’analyse herméneutique du langage, de la détermination du sens littéral à l’acte interprétatif. Une seconde partie interroge, en prenant en compte certaines théorisations contemporaines, le rapport du modèle interprétatif formé sur le texte à la réalité du monde.

3Le point de départ est constitué par l’étude du concept de « sens littéral », qui situe dans le discours lui-même le lieu du sens. L’hypothèse suivant laquelle le sens se trouve dans la lettre, que le sens est donc d’abord « grammatical », à même le langage, permet l’élaboration de règles inséparables de la compréhension des signes linguistiques composant les discours. Le sens littéral est cependant autre chose que le sens de la lettre, qui se contenterait d’éclairer chaque expression d’un texte à partir d’un lexique donné d’avance, comme on le ferait en consultant un dictionnaire. Le sens littéral est le sens premier visé par un discours, tel qu’on peut le reconstituer à partir d’une bonne connaissance de la langue et de son usage. Il est ainsi garanti par les règles de la grammaire et de l’usage linguistique. Sa détermination est ainsi solidaire de l’état des théories du langage. C’est par rapport à lui que les innovations ou subversions peuvent être mesurées. En effet, si l’herméneutique vise à conduire à l’intelligence de la signification d’un énoncé, celle-ci coïncide bien souvent avec la subversion de la norme de l’usage et de la langue. Le recours au sens littéral implique la prise en compte de cette distance interne par rapport à la norme. Il ne coïncide donc pas forcément avec la seule littéralité qui renverrait tout discours à l’état moyen de la langue, mais à l’effet de sens visé en puisant dans les ressources ordinaires de la langue. Connaissant des acceptions diverses au cours de l’histoire, le sens littéral n’est pas simplement le sens ordinaire ou le sens du langage ordinaire, comme s’il pouvait y avoir un sens dans le langage indépendamment d’une interprétation qui le prenne en compte. Il engage au contraire déjà une interprétation, mais une interprétation susceptible de faire l’objet d’un accord car s’appuyant au plus près de la normalité linguistique. A ce titre, le sens littéral est le premier moment de l’interprétation, fondement auquel recourir en cas de conflit herméneutique. Si l’herméneutique moderne issue de la Réforme a mis en avant de façon polémique le primat du sens littéral et souvent le principe d’un sens unique de l’Ecriture, ce primat n’a guère été contesté auparavant. Au contraire, chez les Pères ou au Moyen Âge, l’édification doctrinale ou les questions de controverses devaient nécessairement faire fond sur le sens littéral, le prolongement de l’interprétation en direction des sens multiples de l’Ecriture présupposant celui-ci. Certes, la doctrine des sens multiples de l’Écriture a pu autoriser des procédés arbitraires ; l’allégorisation a pu entraîner un déséquilibre entre l’esprit et la lettre au détriment de celle-ci. Pour autant, le premier moment fut toujours considéré comme fondateur, engageant la dynamique spirituelle de l’interprétation. Cette structure dynamique était largement redevable à l’identification du sens littéral et du sens historique opérée par les Pères de l’Église, tirant les conséquences de la construction exégétique interne à la Bible, où le Nouveau Testament semble confirmer l’annonce de l’Ancien et fournir le sceau de la validation historique à la Révélation. A ce titre, la nette séparation du contenu historique et du contenu linguistique opérée par l’autonomisation de l’approche grammaticale et philologique avec l’Humanisme renaissant a eu des conséquences inappréciables pour l’herméneutique. Elle entraîna la dissociation de la vérité révélée et de l’étude du texte. En désolidarisant le niveau de la signification (intra-linguistique) de celui de la vérité (théologique), la philologie ouvrait, à partir d’une concentration sur le sens littéral, la voie à une historisation dont les implications critiques furent radicales. Le sens grammatical devint l’opérateur d’une objectivation des significations et l’outil méthodique essentiel de la critique. Mais son acception restreinte ouvrait la question de l’interprétation, sauf à considérer que tout énoncé n’est susceptible de recevoir uniquement la signification que son premier locuteur peut lui avoir conférée dans son contexte d’origine. C’est pour échapper à l’appauvrissement herméneutique qui pouvait résulter d’une application stricte du sens littéral que d’autres concepts ont été mis en avant, comme celui de « signifiance », pour permettre d’appréhender plus adéquatement le phénomène central de l’herméneutique : qu’un texte puisse être encore et encore interprété à nouveau.

4En effet, pour comprendre qu’un texte peut connaître plusieurs interprétations, que le sens semble dépasser le texte, l’auteur ou son intention, il faut lui reconnaître une signifiance, une capacité à signifier davantage qui invite à l’interprétation. La « signifiance » (Bedeutsamkeit) où la signification s’unit à l’importance, élargie au XIXe siècle de l’interprétation des textes à l’interprétation des faits historiques puis à la compréhension de la vie elle-même, permet de mettre en évidence la statut problématique de ce qu’on appelle le « sens ». Le sens littéral et la signifiance renvoient tous deux à la compréhension et à son rapport à l’acte de l’interprétation. C’est pourquoi il convient de déterminer rigoureusement son concept. Car la compréhension ne saurait apparaître comme une spécificité de l’herméneutique : toute connaissance, en effet, se veut compréhension. Il faut donc prendre le temps d’une analyse détaillée des usages du verbe « comprendre ». Il apparaît rapidement que la compréhension se dit en plusieurs sens, désignant par exemple des choses aussi distinctes que l’acte lui-même et son résultat. Seule la description de ces usages permet de distinguer des types d’opération et les niveaux de compréhension qui leur correspondent. En même temps, on verra ainsi que des idées bien reçues doivent être révisées. Par exemple l’assimilation de la compréhension à l’interprétation est trop hâtive dans la mesure où toute compréhension ne repose pas sur un acte interprétatif. Il faut même présupposer une compréhension immédiate, certes partielle et provisoire, comme condition de possibilité de toute interprétation. De même l’opposition traditionnelle entre expliquer et comprendre ne résiste pas davantage à l’analyse : en distinguant avec soin les formes d’explication, on voit qu’elles procurent à chaque fois une compréhension spécifique. Seule une analyse détaillée des niveaux de compréhension et des actes d’interprétation qui leur correspondent permet de réduire en la matière les confusions, impliquant notamment que la compréhension recourt à l’ensemble des procédures de détermination du sens, y compris l’explication.

5La seconde partie du recueil prend en compte tant la nature de l’herméneutique textuelle que son élargissement à ce qui la dépasse. Une telle extension ne va pas sans poser de redoutables problèmes. Car il faut des thèses théologiques et métaphysiques fortes pour poser que le monde est un texte. Cette dernière approche est comme l’écho des implications herméneutiques du nihilisme nietzschéen, où l’acte interprétatif, compris comme celui d’un centre de force, résorbe en lui tant le texte que le monde.

6Dans quelle mesure les procédures d’interprétation du langage et notamment du texte, forme singulière de sa réalisation, engagent-elles une ontologie ou une métaphysique ? Les outils herméneutiques peuvent-ils revendiquer une pertinence au-delà des objets textuels ? Que se passe-t-il quand l’interprétation est devenue non plus un secteur de la connaissance parmi d’autres, mais le mode fondamental du rapport au monde ? Pour affronter cet enjeu décisif dans la détermination contemporaine du débat herméneutique, nous avons choisi de nous concentrer sur trois notions cardinales qui se trouvent redéfinies radicalement par leur rapport mutuel. Monde, texte et interprétation permettent de poser la question du débordement de la problématique strictement herméneutique de l’interprétation du sens des écrits sur l’ensemble de la perception et de la connaissance. Cette extension de la question est exemplifiée ici par la philosophie de Nelson Goodman, qui distingue le monde, dont nous fabriquons une version chaque fois particulière en raison de la structure même de l’apparence, ne pouvant comparer entre elles que des versions, et le texte qui, demeurant identique à lui-même, permet la confrontation des différentes interprétations qui en sont faites. C’est pourquoi en cas de conflits, on revient au texte, ou bien qu’un texte ne saurait être remplacé par sa traduction. N’y a-t-il de monde que pour une interprétation ? N’y a-t-il que des « versions » du monde ? L’argumentation déployée par Goodman entend échapper cependant à tout relativisme facile que ces préalables semblent appeler et qui déboucherait sur une forme « d’interprétationisme ».

7Mais le texte, de son côté, est-il si stable que l’on puisse toujours s’y référer avec assurance ? Certes, pour assurer la validité d’un propos, il peut nous arriver de le citer, c’est-à-dire d’en donner le « texte ». Mais ce nécessaire recours à la forme individuelle prise par une inscription de signification n’engage aucunement le statut immuable du texte lui-même. Qu’est-il, en effet, indépendamment d’une interprétation, qui en délimite les contours, en assure l’amont et l’aval, établit le réseau de renvois au sein duquel il est susceptible de déployer sa teneur sémantique, sa « signifiance » ? D’autre part, le texte est-il l’exposant suprême d’une culture intellectuelle, voire intellectualiste, réduisant la qualité de l’expérience à un assemblage de propositions commandé par une signification unique ? La notion de texte demande au contraire à être considérée comme étant problématique en elle-même, c’est-à-dire comme offrant une signification précise selon les différentes questions que l’on peut lui poser. Le texte peut être l’opérateur d’une critique de la domination du sens, ou bien le produit superficiel d’un travail génétique dont il recouvre la « mouvance », ou encore l’oubli de l’oralité et de la gestualité qui l’inspire. Il peut être un instrument de mémorisation, soit une technique culturelle appelant pour son fonctionnement la constitution d’une caste de lettrés aptes à assurer son usage, mais aussi un moment de communication suspendue, redistribuant les fonctions du langage autour de lui, en l’absence de son contexte premier. Toutes ces dimensions doivent être démêlées et distinguées si l’on veut éviter de considérer naïvement que l’on aurait toujours affaire à la même acception, que ce soit pour dénoncer le spectre du « textualisme », amplification ontologique monstrueuse où toute réalité n’est plus que « texte », ou bien au contraire pour s’en satisfaire et voir dans le modèle textuel un outil remarquable pour analyser l’expérience temporelle ou le domaine de l’action. Entre la promotion du texte comme catégorie englobante du monde culturel et son objectivation comme une étape déterminée du processus culturel, « l’objet » même de l’herméneutique se montre intrinsèquement problématique, inséparable d’une interprétation qui le constitue, assumant sa fécondité méthodologique, mais aussi ses limites. Le cas du « texte » montre ainsi combien les grandes catégories mobilisées pour l’analyse du sens sont elles-mêmes redevables d’interprétations déterminées, de l’inscription dans un discours à l’intérieur duquel seul elles peuvent accéder à l’opérativité.

8L’herméneutique prise comme philosophie a fréquemment été dénoncée comme débouchant sur un relativisme ou un perspectivisme radical, conséquence et manifestation du « nihilisme ». C’est l’occasion de réfléchir sur les implications d’une radicalisation du modèle interprétatif et d’une extension de l’objet « texte » à l’ensemble de l’expérience. La tendance de la « pensée faible » (pensiero debole) en Italie a proposé de voir là un des ultimes avatars de la métaphysique en son stade d’épuisement. Il est instructif de revenir sur les arguments qui ont pu conduire à un tel diagnostic, l’esthétisation de la vérité aboutissant à la dilution du monde devenu « fable » (Nietzsche) et à l’abandon positif de toute prétention fondatrice. Cette inspiration, présente sous des formes diverses dans plusieurs discours critiques de la modernité ou ouvertement « post-modernes » débouche sur certaines apories qui ont pu entraîner un retour à des formes variées de « réalisme ». Jusque dans ses excès et ses contestations, l’extension du modèle herméneutique à l’ensemble de l’histoire de la vérité témoigne de l’immense diffusion de la conceptualité herméneutique dans la philosophe moderne, non moins que de l’oubli, chez les modernes et postmodernes, de cette conceptualité même et de son histoire. Par les entrées réunies ici, on souhaiterait contribuer à l’éclaircissement de ces usages.

Note

1 Voir Laks/Neschke (22008).

2 Nous entendons à terme constituer un ‘dictionnaire’ transdisciplinaire des principaux concepts de l’herméneutique, saisis pour eux-mêmes, au-delà de leur contexte particulier d’apparition (droit, théologie, philologie ou autre).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search