Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 6. Extension du paradigme gestionnaire

L’espace domestique comme annexe de l’entreprise ? De la rationalisation portée par la conception et la diffusion de TIC interconnectées

Iwan Barth

Abstract

L’espace domestique sera-t-il, dans un avenir proche, approchable par les mêmes concepts et cadres théoriques que ceux de l’entreprise ? C’est la piste que nous explorons ici en rapprochant deux phénomènes : d’une part, les évolutions du management et du marketing entraînant un effacement des lieux de pouvoir, une transformation de la notion de contrainte, et un appel répété à l’investissement psychique sur le mode affectif ; d’autre part, la rationalisation de l’espace domestique vue à la fois comme une potentialité de nouveaux marchés pour l’industrie des TIC via leur interconnexion, et comme une potentialité d’en accroître le contrôle et le pilotage.

Termini per la ricerca

Testo integrale

1L’espace domestique semble a priori plutôt à la marge, sinon exclu du champ d’investigation des communications organisationnelles. Représentant en quelque sorte l’opposé des notions d’« organisation », de « contrainte », notions fortement liées aux domaines du travail et de l’entreprise, notons tout de même que ses occupants peuvent être appréhendés comme destinataires, cibles ou objets d’une multitude d’actions de communication émanant d’organisations diverses (administrations, entreprises). Au-delà du lieu de résidence du consommateur, du client, du citoyen ou de l’usager, l’espace domestique est également une construction sociale, à laquelle participent de multiples organisations et institutions.

2Derrière la formulation un brin provocatrice du titre de cette communication, nous postulons que l’entreprise, en tant que type particulier d’organisation, a une influence croissante sur cette construction sociale ou, pour reprendre les termes de Cornélius Castoriadis, sur l’institution de l’espace domestique dans sa forme actuelle et à venir.

3Cette idée du reste n’est pas vraiment nouvelle. En 1975 déjà, le philosophe et sociologue Henri Lefebvre évoquait le débordement à l’extérieur de cette institution du type de rationalité qui lui est propre :

lieu de la reproduction des rapports de production, [l’entreprise] est aussi le centre pratique du rapport entre la vie quotidienne, le travail, les loisirs qui s’organisent autour de l’entreprise. […] la rationalité économique de la bourgeoisie a son berceau, son lieu de naissance dans l’entreprise. La rationalité économique tend à étendre à la société tout entière la division technique du travail dans l’entreprise, c’est-à-dire le type de rationalité intérieur à l’entreprise (Lefebvre – 1975, p. 268 ; c’est nous qui soulignons).

  • 2 Il y lisait le remplacement des styles de vie – antérieurement relativement autonomes (notamment de (...)

4Marxiste hétérodoxe, Lefebvre est considéré (notamment en Allemagne) comme proche de l’École de Francfort. Il partage avec les tenants de la Théorie Critique une réflexion sur les concepts de rationalisation et d’aliénation, qu’il applique à la vie quotidienne. Initiée au sortir de la deuxième guerre mondiale (1947) et achevée en 1981, sa Critique de la vie quotidienne analyse sur trois décennies les mutations touchant ce coin d’ombre de la théorie marxiste : la vie hors travail2. Marqué par un repli sur l’espace domestique, le quotidien est alors de plus en plus caractérisé par sa programmation, la multiplication de contraintes – souvent niées –, la consommation marchande de biens standardisées ou de production d’industries culturelles, en un mot, par la désappropriation des outils, des usages, des relations sociales et du mode de vie qui en découle (Lefebvre, 1968). L’analyse que fait Lefebvre du quotidien contemporain le place, à côté du travail et fortement lié à lui, comme un second lieu de reproduction des rapports sociaux, et un second lieu d’aliénation et de domination.

5Son apport prend ici tout son sens lorsqu’il est placé en regard de travaux critiques sur les normes à l’intérieur de l’organisation du type entreprise : l’extension de la rationalisation sur les comportements et les formes contemporaine du phénomène d’aliénation (De Gaulejac, 2005 ; Voirol 2001). Ces critiques du management contemporain soulignent notamment l’individualisation poussée de la gestion des salariés (par les salaires, primes, entretiens individuels) ainsi que l’intervention sur le plan symbolique et notamment le langage. Difficile de ne pas mettre ces processus en parallèle avec ce que des observateurs critiques de la vie hors travail dénoncent comme la privatisation du quotidien et des individus, ou les interventions symboliques via les media de masses (Lefebvre, 1968 et Castoriadis, 2005).

6Nous ne prétendrons pas initier ici ce trait d’union entre les deux types de travaux. Les propos d’André Gorz (Gorz, 2001) ou les recherches de Marie-Anne Dujarier (Dujarier 2006 et 2007) articulent déjà les aspects organisationnels internes et externes (marketing et management), et leurs effets sur la subjectivité et la mise au travail. De même, l’extension par Bernard Stiegler du concept de prolétarisation en dehors de la sphère du travail valide ce rapprochement (Stiegler 2009). C’est dans leur sillage que s’inscrit notre propos, qui cherche à préciser le rôle que tient la fonction R&D dans ce phénomène, ainsi que de justifier la pertinence de concepts issus du courant critique et utilisés en communication organisationnelle pour l’analyser.

7En effet, et au risque de choquer, nous considérons heuristiquement les biens et services de consommation de masse comme des « communications » des entreprises vers l’ensemble des espaces domestiques considérés ici comme des « foyers de consommation ». Ces produits – issus d’une production industrielle – sont des vecteurs matériels de certaines pratiques (via les prescriptions d’usages ou par l’usage) et vecteurs symboliques de certaines significations : connectivité permanente, rentabilisation du temps et de l’espace, rationalisation des relations sociales, etc. La « communication » est aussi, bien qu’asymétriquement, en sens inverse : leur réception, appropriation (usages, détournement) ou contestation (rejets, échecs commerciaux) font l’objet de toute l’attention des entreprises productives. Ces remarques sont d’autant plus valables pour les « services », dont la nature communicationnelle apparaîtra comme plus évidente.

8Enfin, un nombre croissant d’objets du quotidien intègrent, via les innovations dont ils sont l’objet, des techniques d’information et de communication (TIC). En ligne de mire des entreprises de télécommunications, d’informatique, ou d’électronique grand public : le rêve d’une « maison connectée » où toute activité est prise en compte par une intelligence ambiante, où tous les objets « communiquent » grâce aux principes de l’informatique ubiquiste. Ce dernier aspect renforce à la fois la dimension symbolique et matérielle de l’échange entre entreprise et espace domestique, et constitue le point nodal de l’exploration théorique que nous conduisons ici. Les services de R&D et de prospective apparaissent donc comme postes et objets privilégiés d’observations, porteurs de visés stratégiques puisqu’en charge d’en assurer les profits futurs, par la production d’innovations en phase avec l’évolution des marchés existants, et anticipant les marchés futurs.

Évolutions de l’organisation du travail dans l’Entreprise facilitant l’extension de son type de rationalité

9Dans les grandes lignes, l’entreprise peut être caractérisée, comme il y a trente ans, par un objectif à l’auto-expansion, une certaine division du travail, la concentration de sa propriété doublée d’une exigence de profit (et donc par l’exploitation des employés). Elle est toujours cette institution privilégiée d’une extension d’une « maîtrise » dite « rationnelle » (Castoriadis, 2005). Mais sa « rationalité intérieure » à laquelle faisait référence Lefebvre en 1975 n’est sans doute pas identique en tous points à celle d’aujourd’hui. Ainsi, de par ses mutations, l’entreprise a accordé une place croissante au « capital humain », investissant par là-même la production de soi comme facteur de valeur (Gorz 2001). Ceci met en avant le rôle accru et les mutations du management : on assiste à un effacement apparent des lieux de pouvoirs, à une dissolution des sources de la contrainte. Un autre poste qui a également vu son rôle croître sans cesse depuis sa création : le marketing. Enfin, ces deux composantes de l’entreprise tendent à converger dans l’intégration de source de valeur externe, jusque chez le consommateur.

Des évolutions paradoxales de la notion de contrainte

10La notion de contrainte apparaît comme un élément discriminant fortement le milieu de l’entreprise de celui domestique. Du fait des modifications de la structure capitalistique des entreprises, ces mutations conduisent vers un effacement apparent d’un lieu de pouvoir identifié comme source de cette contrainte. Vincent de Gaulejac parle de « dépersonnalisation » et « déterritorialisation du pouvoir » (De Gaulejac, 2005, p. 30-31). Que ce soit un patron ou un directeur qui fasse face aux employés ou un simple manager aux ordres d’une direction lointaine ou d’invisibles actionnaires, l’expression du rapport de force entre dirigeants et exécutants en est changé : l’impact déstabilisateur voir démobilisateur de l’effacement des lieux de pouvoir dans l’entreprise est aujourd’hui patent.

11Olivier Voirol note également le caractère de plus en plus exogène des justifications de ses actions par le top-management et la direction d’entreprise (Voirol, 2001, p 82). Il en analyse l’effet sous « formes de dépossession » et en terme de « dissolution des capacités d’agir » (ibid., p 87) et poursuit l’analyse sur le niveau symbolique : « les formes de domination qui se développent dans le travail ont pour spécificité, au regard des modes de domination antérieurs, d’investir les territoires des médiations symboliques. » (ibid., p 82).

12Entre l’éloignement des sources de la contrainte, et l’apparition du domaine symbolique comme facteur de domination, le terrain est tout adapté à l’efficience de processus communicationnel, aspect souligné par De Gaulejac :

La surveillance n’est plus physique, mais communicationnelle. […] Il s’agit moins de réglementer l’emploi du temps et de quadriller l’espace que d’obtenir une disponibilité permanente […]. Il s’agit donc de constituer un temps intégralement rentable.

13Ce constat concerne plus spécifiquement les cadres et managers. Mais le même était dressé chez des ouvriers par Voirol quelques années auparavant. Il établit le lien avec l’intervention sur le langage qui est devenu « clairement un terrain d’intervention » pour le « management communicationnel ».

14Moindre importance d’une contrainte de type « disciplinaire », intervention sur le plan des médiations symboliques, importance des processus communicationnels : ces éléments d’un nouveau type de domination nous semblent de nature à en faciliter le glissement vers l’espace domestique.

Management affectif et marketing émotionnel : les affects comme facteur de production

  • 3 Bien que sans commune mesure, l’idée de jouer sur les deux tableaux était déjà à l’état embryonnair (...)

15Lié à l’effacement du pouvoir et à l’importance accrue des processus symboliques et communicationnels, l’organisation du travail module la contrainte par le management sur un autre mode que celui de la discipline. De Gaulejac propose le terme de managinaire pour rendre compte de la construction d’un imaginaire suscité par l’entreprise et dont le management doit assurer la consistance et la permanence. « L’imaginaire de l’individu devient l’objet principal du management avec pour objectif de canaliser ses aspirations sur des objectifs économiques » (Gaulejac, 2005, p 94-95). La maximisation du rendement de la force de travail, auparavant poursuivit principalement par l’effort de rationalisation de la production3, se voit ainsi complétée par l’horizon d’un investissement quasi « total » des employés. Et si l’adjectif paraît encore excessif pour les firmes installées en occident, un reportage récent sur l’entreprise Samsung semble témoigner du contraire pour cette firme sud-coréenne. Le témoignage d’un de ses employés, ingénieur, même sans le prendre au pied de la lettre, évoque la « centralité pratique » de l’entreprise de Lefebvre, mentionnée en introduction :

Je travaille de 9h à 18h. Après je fais des activités comme ce cours de cuisine [assuré à l’intérieure de l’entreprise]. Puis je retourne travailler un peu à mon bureau jusqu’à 21h environ. Après je retourne chez moi, je retrouve ma femme et mes enfants ; et une fois qu’ils sont couchés, je retravaille pour mon autre association Samsung : un club de construction de robot. Jusqu’à 2 h du matin. (De La Mornay et Monier, 2011, 10’20’’ – 10’42’’)

16Coïncidence de cette implication sans borne de l’entreprise de produits électroniques : la Corée du Sud est considérée comme un des pays les plus avancés sur l’interconnexion des TIC et les applications de l’ubiquitous computing. On peut y voir l’illustration métaphorique de la remise en cause de la séparation des activités de consommation et de production en deux domaines distincts.

  • 4 Par ailleurs terriblement destructeur lorsque les objectifs ne sont plus à la production mais au ré (...)

17La gestion managériale, en privilégiant l’adhésion volontaire à la sanction disciplinaire, la mobilisation à la contrainte, l’incitation à l’imposition, la gratification à la punition, la responsabilité à la surveillance (De Gaulejac, 2005, p. 89) donne naissance à un management par les affects4. Les processus psychiques mis en œuvre mobilisent certaines émotions ou pulsions : « objets d’idéalisation, excitation / incitation permanente à se dépasser, satisfaction des désirs de toute puissance, canalisations des angoisses » (ibid., p. 82-87). Mais l’investissement de l’imaginaire de l’individu n’est pas l’apanage exclusif des pratiques managériales. L’objet principal du marketing peut être décrit comme « de canaliser ses aspirations sur des objectifs » consommatoires. Bien que s’adressant à différents types de destinataires, les logiques et les productions discursives du marketing et du management nous semblent capables d’une étonnante proximité.

18Dans un ouvrage sur le processus d’innovation en entreprise (Musso et al., 2005), les interviews de dirigeants et cadres en charge du design, de la prospective ou du marketing, mentionnent également la manipulation des affects. Dans l’entreprise Whirlpool, les émotions sont prises au sérieux dès la conception : « L’émotion : voilà le « tout » qui crée le lien entre le produit et le consommateur, entre la fonctionnalité et l’émotion [sic]. Les consommateurs sont aussi en quête de cette différence émotionnelle qui va les décider dans leur achat et les réassurer dans le choix qu’ils font de leur produit. » (ibid. p. 170) Pour reprendre les mots d’un directeur de cabinet d’études, des études cherchent à identifier les périodes où les gens sont « plus « drivés » par leurs émotions, leurs sensations, leurs intuitions. » (ibid. p. 73) Mais cette manipulation, F. Serralta, responsable de la prospective dans un bureau de style, concède qu’elle est à durée de péremption rapide : « Plus le marketing essaie de le piéger, plus [le consommateur] va [….] chercher ailleurs l’émotion que des produits clonés ne lui proposent plus. » (ibid. p. 77)

Intégrer la valeur « externe » : l’entreprise « hors d’elle »

19Cherchant à tirer le meilleur parti des ressources internes, les stratégies des entreprises visent aussi à s’approprier les gisements de valeurs résidants dans son entourage le plus proche, y compris au cœur du marché visé : pour Marie-Anne Dujarier, chez le consommateur aussi nombre d’activités peuvent être analysées comme un véritable « travail » (Dujarier 2008). Sachant que l’un des trois critères retenus pour caractériser une activité comme travail est qu’il « crée de la valeur pour l’entreprise », la collecte d’information sur l’utilisation d’un service, d’autant plus si elle revêt un intérêt immédiat pour la fourniture de ce service, entre pleinement dans ce cadre.

  • 5 Ces tâches impliquent « le relevé périodique, le changement de puissance souscrite, la résiliation (...)

20Pour ce qui est du compteur « communiquant » que le service français de distribution d’électricité est en train de mettre en place, l’organisation expose ainsi les intérêts de ce nouveau compteur : « améliorer sa connaissance du réseau en disposant de données plus précises et actualisées en temps réel », remontée d’informations de consommations, optimisation et simplification des tâches de maintenances5, et enfin « aide à la maîtrise de la consommation d’énergie » (ERDF, 2008, p. 6). Ainsi, non seulement la pose de ce compteur dans l’enceinte du domicile va permettre de renseigner le fournisseur d’énergie de manière plus précise que jamais sur ses habitudes de consommation, mais il offre également la possibilité technique d’intervenir symboliquement (par l’incitation à l’économie) et matériellement sur sa consommation (par le lissage des pics de productions, notamment grâce aux délestages « intelligents »). L’idée de pilotage de la consommation – sous-entendu par l’extérieur – est à prendre là au pied de la lettre.

Modalités d’intervention de l’entreprise dans l’espace domestique

21Il s’agit maintenant de chercher les articulations de ces travaux, témoignant à la fois d’une modification des conceptions aussi bien de l’organisation du travail par l’entreprise, que de l’objet même de ce travail, avec les éléments empiriques ayant trait au rapprochement – de type « colonisateur » – de l’entreprise avec le domestique. Ces éléments empiriques concernent principalement des productions discursives liés à des projets de R&D, à des scenarii d’anticipation à visée prospective : l’articulation n’est donc pas à saisir sur le mode de la preuve de l’état existant, mais comme témoignage d’une tendance existante aux plus hauts niveaux des stratégies d’entreprises.

22Le recours massif aux TIC apparaît, comme un élément central de l’évolution concomitante des deux espaces sociaux. Mais pour éviter l’écueil d’un déterminisme technique souvent réducteur, il est préférable de le traiter comme une condition nécessaire et non-suffisante du terrain gagné par la rationalité de l’entreprise à l’extérieur de cette dernière.

De la rationalisation des activités domestiques au travail du consommateur

23Qu’il s’agisse de réserver une place de train – et en produire le billet correspondant, de réaliser une opération bancaire en ligne, ou de réparer le dysfonctionnement d’une connexion Internet, les TIC occupent une place de choix dans cette « mise au travail » analysée par Dujarier. Et l’interconnexion des TIC ne permet pas seulement de créer de la valeur pour une entreprise là où il n’y en avait pas, ou peu, comme dans l’exemple du « compteur intelligent » précédent. Elle permet également d’augmenter la technicisation d’une relation de service déjà fortement prescrite et rationalisée.

24Exemple : dans la vidéo d’un projet européen sur la « maison connectée », le scénario développé pour le démonstrateur de mi-parcours mettait en scène la mère de famille « utilisant le guide d’alimentation pour planifier le dîner ». Ce guide intègre aussi bien « les besoins alimentaires personnels des membres de la famille que les invités réguliers. Il donne beaucoup de choix et des recettes, sait ce qui est en stock. » (Projet Amigo, 2007). Une fois sélectionné le menu du soir, le dispositif technique vérifie les produits d’ores et déjà « en stock » – c’est-à-dire dans le frigo –, puis fait une liste de ceux manquants.

25Ainsi, l’approvisionnement en denrées alimentaires n’a cessé d’être rationalisé, standardisé avec l’arrivée quasi concomitante de la grande distribution et des réfrigérateurs, avec l’utilisation de codes barres et la mécanisation du travail des caissières. Leur progressif remplacement par des caisses « en self-service » puis par l’utilisation d’étiquettes intelligentes (RFID) était prévisible. Mais alors qu’il n’y a là même plus lieu de prendre crayon et papier pour réfléchir à la liste de course, établie automatiquement, les propositions du projet Amigo vont plus loin : mettre à profit l’interconnexion généralisée pour que cette liste soit envoyée directement à l’épicerie. La rationalisation continue de l’activité aurait ainsi pour aboutissement sa disparition dans les structures techniques et organisationnelles des dispositifs la prenant en charge presque complètement. Ceci laisse entrevoir clairement une improbable (quasi) automatisation de la décision et de l’acte d’achat.

Du brouillage des frontières entre vie privée et vie professionnelle… à l’envahissement de l’Espace Domestique par la « vie professionnelle »

26La frontière entre vie privée et vie professionnelle, entre travail et hors-travail, est, à l’échelle historique, plutôt récente (Braudel, 1979 ; Ariès et al., 1985). Pour autant, suivant les niveaux de qualification et de rémunération, de multiples (micro)pratiques actuelles, d’apparence modeste, témoignent de son affaiblissement : ramener du travail à la maison, y consulter ou répondre à des courriels – souvent à des heures indues –, se faire modifier le planning ou attribuer une mission intérim au dernier moment par appel sur son téléphone portable ; mais aussi bien sûr personnalisation de son poste de travail, échanges de courriels et appels téléphoniques perso. Les projets de R&D ne dépareillent pas de cet état de fait ; ils poussent juste innocemment plus avant la même dynamique.

27Dans le même projet européen Amigo, apparaissent deux interventions d’un domaine dans l’autre. La première, d’apparence anodine, apparaît rapidement au début de la journée type de la famille (non moins type) de Maria, Jerry et leur enfant : peu de temps après son lever, cette première reçoit, sur un des multiples écrans équipant cette « maison connectée », l’alerte d’une réunion de travail prévue à 9h. Il y a donc bien interconnexion technique de dispositifs de gestion d’emploi du temps propre à l’entreprise et interfaces de divertissement domestique. Dans l’autre sens, Jerry a été averti à son bureau de l’indisposition de son fils à l’école : il se rend alors dans la « bulle privative » (privacy bubble) dont est équipé son lieu de travail afin de pouvoir communiquer en visiophonie avec ce dernier, rentré à la maison (Projet Amigo, 2007). De même, dans le projet ePerSpace, une mère peut vidéo-surveiller à son bureau le bon déroulement des devoirs du plus grand et des jeux de la petite (Consortium EperSpace, 2004). Veiller un enfant malade, accompagner le bon déroulement des devoirs ou partager un moment de complicité avec son enfant après l’école : aussi anodines soit-elles, ce sont là des activités à forte charge symbolique et émotionnelle qui sont ainsi médiatisées, rationalisées et technicisées.

28Ces projets semblent envisager une relative égalité dans l’assouplissement de la distinction : c’est autant vers l’espace domestique que vers l’entreprise que la frontière est rendue plus perméable. Pour autant, le marketing de France Télécom ne s’y est pas trompé : son offre de connexion permanente et en tous lieux à Internet a opportunément été baptisée en 2005 Business Everywhere. Elle préfigurait, d’après l’ancien directeur de la R&D P. Viginier, l’un des cinq domaines clé de la stratégie de croissance de l’entreprise : « La “mobilité partout” [sic], c’est-à-dire la possibilité d’accéder à l’ensemble des services, en permanence et quel que soit l’endroit où l’on se trouve. »

29La vision de l’avenir du travail que dessine Henri Isaac dans Futur2.0, et envisagé pour les années 2030, pousse cette logique à son paroxysme : la disparition de l’entreprise « en tant qu’institution sociale en charge de la production ». « Déjà floues avec les larges mouvements d’externalisation, les frontières de l’entreprise le deviennent plus encore quand les salariés ne viennent plus travailler dans un même lieu. » (Isaac, 2007, p 69). À l’exercice de scénario prospectif, concept central de l’ouvrage, H. Isaac répond en imaginant le petit déjeuner de Victor, programmeur d’avatar de son état, rythmé de trois dialogues enchaînés avec, dans l’ordre : sa cafetière, sa mère, son broker.

30La première lui parle de « sa valeur sur le marché des programmeurs d’avatars », et vérifie la présence d’un réseau ultra haut débit, et d’une plateforme 3D de travail collaboratif (« Worldwide E-work ») sur l’endroit de ses vacances. La seconde le supplie de venir rendre une visite autre que virtuelle à son père – ce que le fils finira par accepter après s’être assuré de la disponibilité du-dit réseau pour pouvoir accéder à « ses espaces virtuels de travail ». Enfin, le troisième l’informe des « belles perspectives de travail » suite à son « classement dans le top 10 européen en terme de productivité dans la catégorie avatar designer. » (ibid.)

31Dans cette perspective extrême, le travail est effectivement sans borne ni limite. À tel point qu’il en devient difficile de distinguer temps de travail et temps de vie. Mais il ne s’agit là que d’un exercice de prospective.

Disparition ou extension du champ de l’entreprise ?

  • 6 Un double processus « circulaire » que nous intégrons dans le concept de modélisation dans notre re (...)

32Nous avons montré en quoi l’espace domestique est intégré à double titre aux activités de l’entreprise. D’une part ce premier fait l’objet d’investigation par des études de types socio-anthropologiques mobilisées par le marketing. D’autre part, il subit l’influence de la seconde via le marché des services et biens de consommation6. Les TIC intervenant dans les innovations proposées par les services R&D ou les scénarios des prospectivistes ne semblent finalement qu’accentuer et amplifier un phénomène dont les racines sont plus anciennes.

33On peut se demander si au final, les textes de Henri Lefebvre et Henri Isaac, à 37 ans de distance, sont si contradictoires qu’il paraît à première vue dans leur analyse des tendances en cours touchant le milieu de l’entreprise, du salariat, du travail et in fine, de la vie « hors travail ». La clairvoyante analyse du premier n’est-elle pas confirmée par l’exercice de prospective du second ? ou la différence majeure n’est-elle pas dans l’appréciation de l’échelle du phénomène, dans la caractérisation de l’objet étudié ? Celui qui évoque, il y a 37 ans, l’extension du modèle de l’entreprise à toute la société, raisonne en termes de normes et de rationalités spécifiques. Celui qui prévoit sa disparition, s’attache à la disparition du lieu, et partant de là en annonce la fin en tant qu’institution. Mais une fin singulière : telle une supernovae, ce serait effectivement une forme de disparition – absorption totale. Poussant cette absorption jusqu’au processus psychique de subjectivation, Gorz proposait de voir la dynamique en cours comme aboutissant à l’assimilation de l’individu à une entreprise, au travers la captation par l’entreprise du « travail de production de soi » (Gorz 2001 et 2003).

  • 7 Difficile en revanche de discerner s’il lui accorde le même caractère émancipateur que la théorie m (...)

34Des différences essentielles demeurent pourtant. Pour Isaac, d’une part le déclin de « l’institution entreprise » est équivalent à « la fin du salariat »7 ; et d’autre part la cause majeure est à rechercher dans l’arrivée puis le développement des TIC en réseaux : « D’autres éléments concourent à la disparition du salariat, mais les technologies, en permettant de coordonner de façon permanente, en tous lieux, la production de services, vont très fortement accélérer la disparition de l’entreprise en tant qu’institution sociale chargée de la production. » (Isaac, 2007, p. 69)

35Pour Lefebvre, le salariat comme forme d’exploitation propre au capitalisme n’est pas menacé de disparition. Mais l’institution entreprise a surtout donné naissance à une « idéologie de l’entreprise », partagée aussi bien par les classes possédantes que par la classe ouvrière. En ce sens elle irradie son modèle et ses logiques de fonctionnement sur le reste de la société. C’est-à-dire jusqu’au sein même de la vie quotidienne. D’autre part, si Isaac semble incliner vers la contemplation passive, voire sereine, de ce processus de managérialisation et communicationnalisation de la vie quotidienne, Lefebvre appel à la résistance, et à la création théorique contre « L’entreprise comme centre de l’économisme, de l’idéologie du travail et du travailleur, comme centre et modèle de la stratégie, comme point de départ de projets étendant à la société tout entière les modalités d’organisations intérieures à l’entreprise. » (Lefebvre – 1975, p. 269)

36Pour notre part, nous considérons avec Gorz que, dans l’espace domestique comme au sein de l’entreprise, la production de soi est instrumentalisée « on retrouve finalement sur le terrain de la consommation le même asservissement de soi que nous constations dans le domaine du travail. » (Gorz 2003). Ce que la dernière phrase de la préface du livre Fabriquer le futur, par P. Viginier, de France Télécom R&D, illustre magistralement : « les services que nous inventons doivent faire “rêver” leurs créateurs et leurs futurs utilisateurs, et lever leurs “frustrations”. » (Musso et al. p. 2)

Bibliografia

Ariès Ph. et Duby G. (sous la direction de). 1999 (1985). Histoire de la vie privée, tome 5, Paris : Seuil.

Barth I. 2010. Des TIC comme vecteur matériel et symbolique de rationalisation et modélisation de la vie domestique ; le cas de l’« intelligence ambiante », Thèse de 3e cycle, Lille 3.

Braudel F. 1993 (1979). Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle – 1. Les structures du quotidien, Paris : Livre de Poche.

Castoriadis C. 2005. Une société à la dérive, Paris : Seuil, La couleur des idées.

Consortium ePerSpace. 2003, D1.1 Service Scenarios and Specifications, librement téléchargeable sur : http://www.ist-eperspace.org/deliverables/D1.1.pdf, [mars 2003], le 8 décembre 2010.

De Gaulejac V. 2005. La société malade de la gestion, Paris : Seuil.

De La Mornay L., Monier J-F. 2011. « L’empire Samsung », émission « Un œil sur la planète », France 2, 03/01/2011 (visible en ligne sur : http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/?page=emissions&id_rubrique=50, le 11 janvier 2011)

Dujarier M.-A. 2006. L’idéal au travail, Paris : PUF.

Dujarier M.-A. 2008. Le travail du consommateur, Paris : La Découverte.

ERDF. 2008. Compteurs électriques : ERDF fait sa révolution, dossier de presse du 3 juillet 2008, téléchargé sur http://www.erdfdistribution.fr/medias/dossiers_presse/DP_ERDF_Linky.pdf, le 14 septembre 2010.

Gorz A. 2001. « » La personne devient une entreprise » Note sur le travail de production de soi », Revue du MAUSS, 2001/2 n° 18, p. 61-66.

Gorz A. 2003. « La production du consommateur », in EcoRev’ – revue critique d’écologie politique, n° 13, juillet 2003, disponible en ligne sur http://ecorev.org/spip.php?article164. en octobre 2008.

Isaac H. 2007. « Le travail sans lieu ni borne » in Layet M., Bultez-Adams Ph., Kaplan F., Futur 2.0 - Comprendre les 20 prochaines années, FYP éditions, p. 66-69.

Ledun M. et Font Le Bret B. 2010. Pendant qu’ils comptent les morts : Entretien avec un ancien salarié de France Télécom et une médecin psychiatre, Paris : La Tengo.

Lefebvre H. 1968 (1975). La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris : Gallimard.

Lefebvre H. 1975. « La classe ouvrière est-elle révolutionnaire ? » in Collectif, Sociologie et révolution ; Colloque de Cabri, 10/18, p. 259-272.

Musso P., Ponthou L., Seuillet E. 2005. Fabriquer le futur, Paris : ed. Village Mondial, Pearson.

Projet Amigo 2007. Site web du projet : http://www.hitech-projects.com/euprojects/amigo/ et vidéo de démonstration disponible en ligne sur : http://www.youtube.com/watch?v=wey94w-pNVI, octobre 2008.

Stiegler B. 2009, Pour une nouvelle critique de l’économie politique, Paris : Galilée.

Voirol O. 2001. « Communication et domination dans le travail », in Vers de nouvelles dominations dans le travail ? Lausanne : Payot, p. 76-89.

Note

2 Il y lisait le remplacement des styles de vie – antérieurement relativement autonomes (notamment de la production industrielle) et propres à des groupes culturels, sociaux, distincts – par une quotidienneté, dont le développement coïncide en France avec la progression de la consommation de masse des Trente glorieuses.

3 Bien que sans commune mesure, l’idée de jouer sur les deux tableaux était déjà à l’état embryonnaire dans le fordisme : les salaires plus élevés visaient autant une compensation de la pénibilité du travail à la chaîne, que la solvabilisation d’une demande, et l’implication à la tâche.

4 Par ailleurs terriblement destructeur lorsque les objectifs ne sont plus à la production mais au résultat financier ou lorsque le personnel est « psychiquement épuisé » (Ledun et Font le Bret, 2010).

5 Ces tâches impliquent « le relevé périodique, le changement de puissance souscrite, la résiliation ou la remise en service de l’accès au réseau, la coupure ou le rétablissement ».

6 Un double processus « circulaire » que nous intégrons dans le concept de modélisation dans notre recherche de doctorat sur lequel s’est appuyé le présent article (Barth, 2010).

7 Difficile en revanche de discerner s’il lui accorde le même caractère émancipateur que la théorie marxiste…

Autore

Université Lille 3, laboratoire GERIICO / équipe COPI et Université Joseph Fourier – Grenoble 1, laboratoire AGIM (FRE 3405) / équipe AFIRM, iwan.barth@free.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540