Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 6. Extension du paradigme gestionnaire

La prospective et la programmation de recherche de l’Union Européenne : une communication institutionnelle à visée stratégique

Isabelle Kustosz

Résumé

La prospective nourrit la communication institutionnelle de l’UE dont les visées stratégiques ne sont pas dissimulées. Le lien entre prospective et programmation de recherche est ici interrogé dans quatre communications datées de 2009 où les activités prospectives sont présentées comme pouvant orienter les priorités de recherche de l’Europe. L’article analyse les ressorts de cette communication ainsi que sa dimension stratégique et présente les limites qui devraient circonscrire ses tentations prescriptives.

Entrées d'index

Géographique :

Union Européenne

Texte intégral

  • 2 « Les conclusions du Conseil relatives à la programmation conjointe de la recherche en Europe en ré (...)

1La stratégie de Lisbonne qui consistait à faire de l’Union Européenne l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde à l’horizon 2010 s’appuyait sur deux éléments : le « triangle de la connaissance » représentant la coordination entre formation, recherche et innovation dans le cadre de l’économie de la connaissance et l’objectif 3 % du PIB des États-membres consacrés à la R&D. L’échec de cette stratégie fait émerger de nouvelles initiatives : c’est dans cet esprit que le 2891e conseil de compétitivité qui se tient à Bruxelles les 1 et 2 décembre 2008 adopte à la fois les conclusions relatives à la « Vision 2020 » pour le développement de l’Espace Européen de la Recherche ainsi que les conclusions relatives à la programmation conjointe de la recherche en réponse aux défis sociaux majeurs. Apparaît alors un discours promouvant les activités prospectives qui permettraient d’identifier les défis sociétaux majeurs à relever à moyen terme. Les activités prospectives sont dès lors omniprésentes dans la communication institutionnelle de l’UE : une série de communications officielles, d’outils de communication, de discours, de séminaires, de rapports sont produits sur un court laps de temps en 20092.

2Cette communication institutionnelle présente la prospective comme susceptible non seulement de dégager les enjeux auxquels l’Europe devra faire face mais encore d’« optimiser le fonctionnement de la recherche européenne, gérer les fonds de manière optimale et hiérarchiser les thématiques de recherche » (Research*eu, Novembre 2009, p. 39). Le lien entre prospective et processus organisationnel et programmatique y est clairement affiché. L’ambition stratégique de l’institution européenne et notamment de la Commission, s’appuie sur la prospective pour ouvrir la voie d’un nouveau mode de coordination de la recherche à l’échelle européenne. Cette coordination trouverait son assise dans l’identification consensuelle de défis sociétaux majeurs.

3Pourtant l’utilisation de la prospective dans la communication européenne soulève deux tensions. La première tension apparaît dans le lien établi entre prospective et programmation : la production d’avis et de scénarii peut en effet favoriser une démarche prescriptive ; la seconde apparaît dans le paradoxe entre la contingence constitutive de la discipline prospective et la visée stratégique et normative qu’elle sert : la complexité inhérente à l’exercice est réduite au profit d’une vision partagée susceptible d’orienter la décision publique.

4Nous soulignerons la connivence entre une communication institutionnelle valorisant la prospective et le projet politique de l’UE qui se traduit par la prise de décisions opérationnelles en termes de programmation de recherche. La prospective apparaît alors comme la garantie scientifique cautionnant la concentration des efforts de recherche sur quelques « défis sociétaux majeurs ». Pourtant cette communication prospective par sa puissance d’évocation et sa capacité à provoquer la décision nous interpelle ; car la distinction fondamentale entre les scénarii imaginés et la prescription semble remise en cause. De la vision à la déclinaison opérationnelle, c’est donc son articulation à la décision qui nous préoccupe. Dans un premier temps, nous observerons nos quatre communications du point de vue de leur articulation entre publication officielle et outil de communication, et de l’homogénéité du discours qu’elles défendent. Puis nous nous concentrerons sur leur dimension stratégique, en analysant les procédés de « légitimation » qu’elle mobilise et les orientations qu’elle sert. Enfin dans un troisième temps nous dégagerons les caractéristiques particulières d’une communication institutionnelle basée sur la prospective, comme nous en soulignerons les limites de principe qui devraient la circonscrire.

Une communication institutionnelle qui promeut les activités prospectives : une diversité de supports, un même discours

  • 3 La programmation conjointe permet sur la base de projets à « géométrie variable » (ne participent à (...)

5Dans le cadre de la nouvelle stratégie « UE 2020 » l’heure est désormais à l’identification de « défis sociétaux majeurs » sur lesquels concentrer les efforts de R&D. Les thématiques prioritaires essentiellement disciplinaires qui structuraient la programmation de recherche européenne font place aux défis : ainsi l’approche disciplinaire se trouve-t-elle dépassée pour privilégier une approche de problem solving. Cette nouvelle approche doit en outre permettre de mieux coordonner les fonds de recherche nationaux dans le cadre de la programmation conjointe3.

6On observe ainsi en 2009 plusieurs étapes de communication institutionnelle qui valorisent les activités de prospective comme susceptibles de contribuer à déterminer ces défis communs :

  • Janvier : la publication des conclusions du Conseil au Journal Officiel des Communautés Européennes (JOCE) relatives à la programmation conjointe de la recherche en Europe en réponse aux défis sociétaux majeurs.
  • Juillet : la déclaration de Lund intitulée Europe must focus on the grand challenges of our time.
  • Septembre : le rapport Le monde en 2025. La montée en puissance de l’Asie et la transition socio-économique par la Direction Générale de la recherche Sciences socio-économiques et humaines.
  • Novembre : l’interview de la directrice générale adjointe de la Direction Générale de la recherche intitulée Façonner la recherche européenne de demain dans un numéro spécial du magazine de l’espace européen de la recherche édité par l’Unité Communication de la DG recherche.
  • 4 Le Conseil de l’UE représente les États-membres et prend les décisions ; ses conclusions sont donc (...)

7Ces outils ont des statuts différents : une publication officielle de l’UE de nature politique et performative4 (Austin, 1962), une déclaration de principe issue d’un séminaire rassemblant experts scientifiques et responsables politiques lors de la présidence suédoise de l’UE, le rapport d’un groupe d’experts prospectivistes vulgarisé en brochure, enfin une interview publiée dans un magazine externe de la Commission européenne largement diffusé en version numérique et papier ainsi qu’en plusieurs langues. En dépit de cette différence de statuts, on relève une grande homogénéité du discours véhiculé dans ce corpus : la permanence d’occurrences fréquentes permet de stabiliser une vision consensuelle selon laquelle les États-membres doivent s’associer pour faire face « aux défis du futur » et adopter une stratégie de coordination de la recherche sur des priorités communes. Ainsi l’utilisation de la prospective permet de présenter un consensus sur la nécessité d’identifier ensemble des problèmes, d’énoncer une stratégie qui consiste à se coordonner pour les résoudre et enfin de préconiser des actions à mettre en œuvre pour organiser la recherche européenne en conséquence.

8Par ailleurs chaque nouvelle communication contribue à renforcer les conclusions publiées au JOCE : la déclaration de Lund apporte une dimension économique forte, le rapport Le monde en 2025 apporte la caution de l’expertise scientifique, enfin le magazine Research UE assure l’unification de l’ensemble de ces éléments disparates mais cohérents dans un article récapitulatif destiné à un plus large public.

Une visée stratégique servie par une communication prospective proactive

9Si nous reprenons la distinction entre dimension préactive et proactive de la prospective, la préactivité consistant à se préparer au changement en envisageant les futurs possibles alors que la proactivité consiste à agir pour provoquer les changements souhaités, on soulignera le caractère proactif des communications analysées. On parlera de proactivité comme « construction volontaire d’un plan d’actions » et de prospective stratégique comme « volonté humaine capable d’influencer l’avenir de manière à favoriser ce qui est désirable » (Godet et Durance, 2011, p. 14 et p. 16). La proactivité suppose d’avoir comme pré-requis un projet. Dans notre cas ce projet est bel et bien celui d’une Europe qui souhaite compter dans le monde. Le rapport Le monde en 2025 conclut d’ailleurs : « Les défis de l’avenir appellent une consolidation et une affirmation du projet européen et son insertion dynamique dans le monde » (p. 24). Cette publication opte pour la proactivité et produit des recommandations :

10« Dans tous les cas, les stratégies d’adaptation au changement climatique ne sont plus des options. Elles s’avèrent nécessaires (p. 16) ; l’UE vise à prendre le leadership à travers l’exemple (p. 21) ; l’Europe peut faire la preuve qu’elle est relativement indépendante de tout autre ensemble au niveau mondial et qu’elle se bat pour l’indépendance des autres et leur coopération pour le bien commun (p. 22) ; une augmentation de la productivité sera nécessaire, même en période de crise, pour faire face aux tensions dont les finances publiques feront l’objet (p. 24) ».

11Soulignons que le recours aux activités prospectives revêt deux intérêts pour l’institution communicante : celui d’une communication récitante qui permet de construire une adhésion sur des visions communes mais aussi celui de préparer des choix organisationnels contraignants en contribuant à la planification et à la décision.

  • 5 JOCE « Conclusions du Conseil relatives à la programmation conjointe de la recherche en Europe en r (...)

12La prospective permet de dégager un consensus autour des priorités de recherche, ce consensus permettant de développer une stratégie de recherche européenne qui « devrait reposer sur l’identification conjointe des enjeux sociétaux d’intérêt commun et une volonté politique renforcée des États Membres d’y apporter des réponses communes ou concertées, afin d’accroître l’efficacité du financement public de la R&D en Europe »5.

13Cet ensemble cohérent formé par nos quatre communications, est renforcé par un fonctionnement en hypertexte, qui participe de la légitimation du discours véhiculé. Les boucles de citations notamment font référence à des travaux d’experts issus de projets de recherche, à des communications officielles antérieures, à des séminaires et à leurs résultats, à la publication de rapports sous différentes formes, à des interviews de responsables, à des discours de Commissaires européens etc. Finalement, c’est le magazine de la DG Recherche qui compile l’ensemble de ces références à la prospective pour aboutir à l’interview Façonner la recherche européenne de demain.

  • 6 L’acronyme signifie Use of foresight to align research with longer term policy needs in Europe.

14La valorisation de la prospective par l’UE sert en effet des choix politiques et organisationnels. La dimension imaginative et heuristique de la prospective est à mettre en regard de sa dimension proactive et stratégique. C’est cette relation à la décision, cette alliance entre prospective et planification qui en fait un outil de communication problématique. Dans notre cas les activités prospectives ont des incidences sur les orientations politiques et organisationnelles et notamment en matière de recherche sur les priorités thématiques et les grandes orientations de la programmation conjointe. Entre 2007 et 2010 le programme-cadre de recherche de l’UE finance dans ce but une vingtaine de projets de recherche prospective dont le groupe d’experts qui produira Le monde en 2025 mais aussi le projet FARHORIZON6, sur l’usage de la prospective pour programmer la recherche à long terme selon les besoins en Europe. L’enjeu pour l’Europe est de coordonner les efforts de recherche nationaux quand les fonds européens pour la recherche sont limités : à travers la promotion de l’Espace Européen de la Recherche la Commission européenne espère optimiser son effort de recherche. L’identification des défis sociaux majeurs permet au-delà des ressources communautaires de concentrer des différents financements nationaux sur des priorités de recherche, dites d’intérêt commun, présentées comme des problèmes à résoudre et participant donc du discours sur l’utilité de la recherche.

15D’un point de vue organisationnel, la communication au Journal officiel de l’Union Européenne du 30 janvier 2009 présente en annexe mandat au Comité de la recherche scientifique et technique (CREST) pour mettre en place un groupe de haut niveau pour la programmation conjointe (GPC), chargé d’identifier ces grands défis. La maladie d’Alzheimer est le premier défi identifié en novembre 2009 : il inaugure un cycle de programmation de la recherche qui est celui de la programmation conjointe. Les travaux prospectifs que nous avons mentionnés plus haut laissent apparaître d’autres défis probables : changement climatique, vieillissement de la population, approvisionnement énergétique, eau, alimentation, finance bancaire, sécurité etc. Dans les mois qui suivent seront identifiés en plusieurs vagues et retenus pour la programmation conjointe, l’initiative « Urban Europe pour le futur des villes et des transports » en mai 2010 puis en octobre 2010 « Agriculture, sécurité alimentaire et changement climatique », « Patrimoine culturel et changements globaux » et « Prévention des maladies liées à l’alimentation ». En 2011 s’ajoutent les défis « Climat », « Antimicrobial resistance », « Mers et océans sains et productifs », « Vie plus longue /vie meilleure », « Les défis de l’eau ».

Puissance et limite d’une « communication prospectiviste »

  • 7 Au sein de l’UE en matière de décisions, la Commission propose, elle a le monopole de l’initiative (...)

16Par ses modalités d’élaboration présentées comme participatives, par l’engagement « affectif » sur l’avenir qu’elle suscite, par la dimension d’expertise qu’elle revêt et par sa capacité à dégager des recommandations, la prospective est propice à une communication stratégique visant l’adhésion des élus et des décideurs publics. La commission européenne propose sa programmation de recherche qui doit en effet à la fois être adoptée par le conseil et le parlement européen7.

  • La dimension participative se révèle dans l’évocation du travail en groupes et en projets comme l’indique la conclusion 10 du conseil du 30 janvier 2009 qui évoque « une large consultation publique des différentes communautés scientifiques régionales, nationales et européennes ainsi que du secteur privé s’il y a lieu ».
  • La dimension experte apparaît à travers les références aux experts comme cela se trouve indiqué dans les remerciements du rapport Le monde en 2025 par exemple (p. 25). La compétence des experts agit aussi comme une garantie sur l’imagination : « Grâce à une méthodologie performante (indicateurs, modélisation, Delphi, feuille de route technologique, scénarios, ateliers participatifs), aussi bien les grands enjeux sociopolitiques – globalisation, migrations et emploi par exemple – que les problèmes techno-économiques précis (objectifs de réduction des gaz à effet de serre, conséquence du vieillissement, choix technologiques) peuvent être évalués » peut-on également lire dans la préface (p. 7).
  • La communication institutionnelle s’appuyant sur les activités prospectives bénéficie d’une assise scientifique et participative susceptible de légitimer des choix politiques, mais aussi d’une dimension récitante propice à provoquer l’adhésion par une « mise en intrigue » (Ricœur, 1983, p. 228). Comme Ricœur à propos de l’histoire, on peut penser que la mise en intrigue qui caractérise la communication prospective permet d’habiller les choix politiques d’une dimension récitante comme si fiction et prospective appartenaient « à la même classe quant à la structure narrative ».
  • La dimension stratégique s’établit sur le lien entre la prospective et l’action présente en proposant « un observatoire fictif qui, par effet de rétroaction, sert à éclairer (ses) choix présents et (l’) aide à ajuster ses stratégies » (Smida, 1999, p. 991). Cet observatoire fictif est construit dans le cas de notre recherche à partir de scénarii exploratoires élaborés par des experts.

17La publication de ces travaux d’experts sous la forme de brochure de communication courte, illustrée, gratuite vulgarise un contenu élaboré par des spécialistes, et leur confère une dimension récitante : la complexité comme la contingence sont gommées au profit de la mise en valeur d’images finales pour reprendre les termes de la méthodologie prospectiviste. Ce qui devrait être présenté comme un ensemble d’hypothèses, bénéficie alors d’une puissance évocatrice, renforcée par des procédés rhétoriques, « producteurs de récits qui visent une cohésion interne ou expriment une mission dans le monde » (D’Almeida, Andonova, 2006, p. 142), que l’on perçoit particulièrement dans le rapport Le Monde en 2025 :

L’Asie, de plus en plus inégalitaire devient le premier producteur et exportateur du monde (p. 9). […] La concentration de la pauvreté, surtout dans les mégacités, sera une source majeure d’instabilité sociale (p. 11). […] Des problématiques de sécurité nouvelles – comme des pandémies – émergeront (p. 13). […] La sécurité d’approvisionnement énergétique sera de plus en plus mise en question en Europe (p. 15). […] L’émotionnel collectif est devenu une variable importante des relations internationales (p. 21).

18Cette communication prospective se présente comme garante de la probabilité des scénarii qui donne d’autant plus de force à sa fonction récitante. On notera par ailleurs l’usage du présent et du futur qui renforce la transformation d’hypothèses en faits réellement « observables ».

19La confusion entre scénarii imaginaires et scénarii normatifs, doit nous alerter sur l’utilisation des activités prospectives à des fins de programmation de la recherche (Destatte, 2008). Premièrement, l’influence des idéologies dans les activités prospectives est à rappeler. Les prospectivistes sont souvent les premiers à souligner les limites de leur discipline à ce sujet. La prospective n’est une démarche ni neutre, ni scientifique. Elle peut être considérée comme une « indiscipline intellectuelle » (Jouvenel (de), 1999, p. 1). Ce serait par conséquent une erreur de transformer des scénarii exploratoires, qui consistent à explorer le champ des possibles, en scénarii normatifs et stratégiques qui « au lieu de partir du présent pour aller vers l’avenir, (…) partent d’un objectif que l’on s’est fixé dans l’avenir et remontent dans le temps, établissent le compte à rebours des actions à entreprendre pour l’atteindre. » (p. 20).

20Cette distinction fondamentale entre le normatif et l’exploratoire pose la question de la pertinence du recours à la démarche prospective comme instrument d’aide à la décision. Le lien entre prospective et actions prescriptives est nécessairement biaisé par cette empreinte idéologique. Les activités prospectives reflètent des visions du monde : prendre des décisions sur la base de ces extrapolations n’a rien en soi de rigoureux, ni de scientifique ; cela revient au contraire à nier toute contingence et à prédéterminer des orientations futures sur la base de décisions ancrées dans le présent. La prospective se trouve dévoyée si ce n’est sous l’influence des idéologies au moins sous l’influence des idées régnantes. Alors que la prospective pourrait nous permettre de nous adapter aux circonstances, elle peut aboutir aux termes d’un habile processus de communication visant à obtenir le consensus sur des choix de programmation, à des prises de décisions normatives.

21Associer prospective et décision revient à ne pas tenir compte de l’évidence de l’écart toujours présent entre futur représenté et futur réalisé pour favoriser un système de pensée ou de croyances. La prospective étant « une pratique sociale qui prend sens dans la façon dont une époque s’approprie son avenir pour apaiser ses angoisses et pour tenter d’infléchir son futur » (Plassard, 2002, p. 198), « prévoir pour programmer » (Maillochon, 1994, p. 13) n’est pas une opération transparente : elle correspond toujours à une construction politique surtout quand « la distance entre le modèle nécessairement simplifié et l’objet est abolie » et que par conséquent « la simulation se transforme en prédiction » (p. 36).

22Deuxièmement la prospective peut contribuer à des activités de mise sous contrôle du social. Elle quitte sa dimension récitante et contingente pour s’orienter vers la planification. Cette appétence pour la prospective proactive n’est pas sans lien avec les manifestations postmodernes qui surgissent dans nos sociétés contemporaines en termes de contrôle et d’opérationnalité des décisions. Le lien entre prospective et décision participe d’un mode de mise en œuvre des politiques publiques que Freitag qualifierait de décisionnel-opérationnel (Freitag, 1986, Kustosz et Louart, 2011). Le mode décisionnel-opérationnel guide le développement de nos sociétés vers la production du « futur de manière bureaucratique et technocratique, à travers la prise en charge et la gestion systématique, programmatique et prévisionnelle du social » (Freitag, 1995, p. 16-17).

23Troisièmement enfin, la communication prospective de l’UE induit un modèle d’organisation de la recherche qu’on peut qualifier de planificateur par identification de priorités. Cette stratégie peut être qualifiée de dirigiste par opposition à une conception systémiste défendue par l’épistémologue Mario Bunge. Le dirigisme selon l’auteur s’appuie sur le critère de l’utilité publique et planifie par le haut le développement scientifique, parfois conformément à l’idéologie dominante : « Cette politique scientifique se fonde sur la conception de la science en tant que servante de la société, ou d’un certain groupe social, l’« élite du pouvoir économique ou politique » (Bunge, 1983, p 269). Le systémisme en revanche s’appuie sur la participation des chercheurs, mais surtout se fonde sur la conception selon laquelle « la science est un des sous-systèmes du système culturel » (p. 270) qui lui-même cohabite avec l’économie et la politique : ainsi « ni reine, ni servante », la science a de ce fait des devoirs sociaux qui ne se limitent pas à aider la technologie, devoirs au premier rang desquels se place celui qui consiste à « enrichir la connaissance scientifique ». Il souligne ainsi le caractère politique des orientations de recherche et déconseille « l’adoption de politiques de priorités rendant difficile le développement de la science tout entière. » (p. 261)

Conclusion

24Cette contribution vise à montrer comment la communication prospective de l’UE permet de justifier sa stratégie et ses choix politiques et organisationnels. La communication sur les productions des experts prospectivistes est à questionner si la force de leurs scénarii finit par infléchir définitivement des décisions et asseoir une politique européenne en quête de rationalisation et d’opérationnalisation. La dimension imaginaire de la prospective ne pose pas de problème en soi, s’il est admis qu’elle reste guidée par la prévalence du principe de contingence. Mais elle en pose un sans aucun doute si elle sert des décisions susceptibles d’impacter durablement le développement de la recherche, en séparant le « bon grain » (une recherche utile à relever les grands défis sociétaux) de « l’ivraie » (une recherche qui ne serait pas concernée par ces grands défis à relever).

25Deux tensions traversent cette contribution :

  • Le lien entre prospective et programmation crée une tension d’ordre organisationnel puisqu’il permet des choix de politiques publiques en matière de programmation de recherche motivés par la résolution des défis futurs. La « planification du développement scientifique » n’est pas sans incidence sur la perception même de la place de la science dans la société et du même coup sur la gestion des ressources qui lui sont accordées. Cette planification a un impact sur la communauté de recherche comprise non seulement dans sa diversité disciplinaire, mais aussi dans sa diversité sociale et professionnelle par le fait d’entraîner une concentration des ressources allouées sur des thématiques utilitaires. Les activités prospectives traduites en décisions publiques peuvent déterminer des possibilités d’accès aux financements, des processus de reconnaissance institutionnelle, des perspectives de carrières et d’emplois scientifiques qui risquent précisément de ne pas prendre en compte ces diversités.
  • La seconde tension est celle qui existe entre contingence et pensée dominante. Quelle est la légitimité des décisions prises sur la base d’une démarche de prospective dont les répercussions sont très contraignantes pour les communautés de recherche alors que la validité objective de sa méthode est limitée, et qu’elle peut répondre de surcroît à des motivations réelles idéologiquement orientées. La prédominance du modèle du problem solving (Freitag, 1995) instaure d’une part un rapport à l’utilitarisme qui nous semble problématique et d’autre part une visée néolibérale (Bruno, 2008) qui soumet la science comme toute autre activité humaine à l’empire de la rationalité calculante.

26Rappelons encore que le rôle des experts est de fournir de la connaissance et non pas de la décision, si l’expertise est intégrée au dynamisme d’un processus de décision alors « le statut de la connaissance exprimée n’a plus le statut de la connaissance scientifique » (Roqueplo, 1997, p. 16).

27Quoi qu’il en soit la prospective constitue pour une institution soucieuse de communiquer sur ses buts, le sens de ses actions, et ses choix stratégiques une matière propice à susciter l’adhésion des décideurs publics et à légitimer leurs décisions, car elle se trouve précisément à la croisée de la caution apportée par sa scientificité supposée et de la fonction récitante de ses scénarii.

Bibliographie

Austin JL. 1962. Quand dire, c’est faire, Paris : Éditions du Seuil.

Bruno I. 2008. À vos marques prêts… cherchez ! La stratégie de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges : Éditions du Croquant.

Bunge M. 1983. Épistémologie, Paris : Maloine.

D’Almeida N. et Andonova Y. 2006. La communication des organisations, in Stéphane Olivesi (sous la dir.), Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, p. 129-143.

Destatte P. 2008, S’inscrire dans un renouveau de la prospective européenne et favoriser une meilleure adéquation de ses méthodes, Revue Management et Avenir, n° 19, p. 13-17.

Freitag M. 1986, Dialectique et société vol. 2. Culture, pouvoir et contrôle : les modes de reproduction formels de la société, Montréal, Saint-Martin et Lausanne : L’Âge d’Homme.

Freitag M. 1995. Le Naufrage de l’université et autres essais d’épistémologie politique, Paris : La découverte, MAUSS.

Godet M. et Durance P. 2011. Manuel de prospective stratégique, Paris : Dunod.

Jouvenel H. (de) 1999. La démarche prospective, un bref guide méthodologique, Futuribles n° 247, mise à jour 2002. (version électronique) www.futuribles.com/pdf/guide.pdf, le 30 janvier 2011.

Kustosz I. et Louart P. 2011. Réflexions sur le management de la recherche publique en France : questions éthiques analysées par le mode décisionnel-opérationnel de Michel Freitag, Humanisme & Entreprise, n° 303, p. 29-44.

Maillochon F. 1994. La tentation des prospectives, Histoire d’un projet de réforme française : Conduire 80 % d’une génération au niveau du baccalauréat, Histoire & Mesure vol IX, n° 1/2, p. 13-50.

Plassard F. 2002. Une approche rétrospective de la prospective : Le scénario de l’inacceptable, Géocarrefour, vol 77 n°2, p. 197-214.

Ricœur P. 1983. Temps et récit, Tome 1, Paris : Éditions du Seuil.

Roqueplo P. 1997. Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris : INRA Éditions.

Smida A. 1999. Encyclopédie de la gestion et du management, Robert Le Duff (sous la dir.) E.G.M., Paris : Dalloz. p. 990-994.

Notes

2 « Les conclusions du Conseil relatives à la programmation conjointe de la recherche en Europe en réponse aux défis sociétaux majeurs » - Journal officiel de l’Union européenne du 30 janvier 2009.

La déclaration de Lund, adoptée le 9 juillet 2009 lors de la conférence « Nouveaux mondes - Nouvelles solutions ».

Le monde en 2025, publication de la Direction générale de la recherche Sciences socio-économique et humaines, Office des publications officielles des communautés européennes, Luxembourg, 2009. 28 p.

Research*eu, numéro spécial, Europe de la recherche : où en sommes-nous ?, Interview de la directrice générale adjointe de la DG Recherche intitulée Façonner la recherche européenne de demain, novembre 2009, édité par l’unité communication de la DG Recherche.

3 La programmation conjointe permet sur la base de projets à « géométrie variable » (ne participent à ces projets conjoints que les États-membres qui le souhaitent) d’articuler les politiques de recherche nationales sur des grands enjeux communs.

4 Le Conseil de l’UE représente les États-membres et prend les décisions ; ses conclusions sont donc des actes.

5 JOCE « Conclusions du Conseil relatives à la programmation conjointe de la recherche en Europe en réponse aux défis sociétaux majeurs » (2009/C 24/04).

6 L’acronyme signifie Use of foresight to align research with longer term policy needs in Europe.

7 Au sein de l’UE en matière de décisions, la Commission propose, elle a le monopole de l’initiative alors que le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen co-légifèrent pour adopter définitivement les actes proposés par la Commission (ce qui était appelé avant le traité de Lisbonne la procédure de co-décision, et est désormais appelé la procédure législative ordinaire).

Auteur

Université de Lille 1. LEM UMR CNRS 8179, isabelle.kustosz@iae.univ-lille1.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540