Version classiqueVersion mobile

Aux frontières. Sur Jacques Réda

 | 
Pascale Rougé

Liminaires

Jacques Réda

Texte intégral

1A plusieurs

2Le soir tombe alors rapidement et une première fenêtre s'allume, puis une seconde presque aussitôt, à un étage différent du même immeuble. Celle-ci d'ailleurs tout de suite s'éteint, mais comme pour provoquer l'éclat quasi simultané d'une autre, à l'extrémité opposée de l'immeuble contigu, voire, par ricochet, de deux ou trois ou de tout un alignement qui dans l'instant se disperse, plus haut, plus bas, sur une espèce d'échiquier incomplet dont je finis par numéroter mentalement les vingt-quatre cases visibles. A part ces déplacements constants, rien de bien remarquable ne s'y passe. Sauf, en E2 qui paraît le seul élément fixe, je ne sais quel petit animal, ou pantin, ou lutin qu’on projette ou bien qui se projette lui-même vers le plafond, culbute, dégringole, remonte, rechoit. Et aussi indéfiniment tandis que de nouvelles séries lumineuses se constituent et se défont pour en composer de plus développées ou de plus réduites, d'une pareille instabilité. A la longue, je suis très tenté de supposer que ces fenêtres inscrivent des messages.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search