Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 3. Critique et recherche en communication organisationnelle. Quelques repères

Habermas et la culture organisationnelle : une lecture du champ en termes d’approches inspirées des intérêts de connaissance

Youcef Bousalham

Résumé

Ce travail contribue à une relecture réflexive des recherches du champ culturel en management. Pour ce faire, il présente le cadre des intérêts de connaissance développé par Habermas (1973) ainsi que les principaux travaux d’importation de ce cadre en théorie des organisations et dans le champ plus spécifique de la culture organisationnelle. Notre proposition s’appuie sur une réappropriation libre de ce cadre et se matérialise par la formulation de trois approches ou catégories analytiques empruntant les intitulés des intérêts de connaissance.

Entrées d'index

Texte intégral

1La notion de culture est sans doute l’un des concepts les plus mobilisés par les chercheurs et les praticiens du management (Ashkanasy et al., 2011). Inspirée de l’anthropologie, l’idée de culture semble porter en elle cette tendance à la polysémie puisque Kroeber et Kluckohn (1952) dénombraient plus de 160 définitions de ce même concept (voir aussi Cuche, 2004). La multiplicité des conceptions « originelles » et des appropriations plus ou moins fidèles de ces conceptualisations des anthropologues n’est sans doute pas sans liens avec la profusion de définitions que l’on retrouve en management (Allaire et Firsirotu, 1984 ; Smircich, 1983a ; Barley et al., 1988 ; Pettigrew, 1979). Du reste, il y a fort à parier qu’une étude similaire à celle menée par Kroeber et Kluckohn (1952) dans ce dernier champ ne révèlerait pas moins de définitions que dans celui de l’anthropologie. De cette pluralité apparaît pour le chercheur la nécessité d’un cadre intégrateur permettant d’une part d’approcher la littérature sur la culture organisationnelle et d’autre part de se positionner en son sein.

2Nous proposons dans ce chapitre de poser un regard réflexif sur ce corpus théorique pour le moins dense en nous inspirant du cadre des intérêts de connaissance (Habermas, 1973, 1976), que nous présentons dans un premier temps (section 1). Ce recours au travail d’Habermas permet de dégager trois manières d’appréhender le concept de culture organisationnelle, trois approches de la culture. En reprenant les termes de ce philosophe, nous les désignons approches technique, pratique et émancipatoire de la culture organisationnelle (section 2).

Le cadre des intérêts de connaissance et ses adaptations en management

  • 2 Les travaux de Frost et al. (2005) et Parker (2000) illustrent par exemple cette pluralité.

3Le cadre des intérêts de connaissance (Habermas, 1973, 1976) semble, sous réserve d’une adaptation suffisamment libre et sensible aux spécificités du champ étudié, présenter un fort potentiel heuristique puisqu’à même de faire ressortir les positionnements implicites de bon nombre de recherches sur des dimensions théorique, méthodologique et épistémologique lesquelles sont à l’origine de la profusion des appréhensions du concept de culture dans la discipline2.

  • 3 Paru dans le recueil de textes La technique et la science comme idéologie en 1968 en allemand et tr (...)
  • 4 Connaissance et intérêt paru en 1968 pour l’édition allemande et 1976 pour la première traduction e (...)

4Dans sa leçon inaugurale à l’École de Francfort en 19653 puis dans un ouvrage plus dense consacré à l’approfondissement du lien entre connaissance et intérêt4, le philosophe propose une typologie des sciences en termes d’intérêts et de démarches de connaissance. Habermas revient ensuite sur les débats autour de sa proposition dans une postface (annexée à l’ouvrage de 1973) et dans un document plus récent discutant du bilan de son travail sur les intérêts de connaissance : « trente ans après » (2006).

5Le terme connaissance tel qu’il est ici employé est assez large et renvoie aux « orientations de base liées à certaines conditions fondamentales de la reproduction et de l’autoconstitution possibles de l’espèce humaine, c’est-à-dire au travail et à l’interaction » (cité par Cusset et Haber, 2002, p. 28). Toute forme de savoir donc serait sous l’emprise originelle d’un but, d’une vocation ou finalité. Cette finalité prend chez Habermas le nom d’intérêt (Stablein et Nord, 1985, p. 14). Le développement de toute recherche se fait ainsi à l’intérieur de cadres transcendantaux de connaissance et dans des « milieux » qui la précèdent et l’orientent : « En ce sens, (…) il n’y a pas, au sens strict, de connaissances désintéressées : ce sont en effet des intérêts qui ouvrent chaque fois des domaines de la réalité empirique et permettent la constitution d’objets. » (Haber, 2001, p. 87) Le lien entre connaissance et intérêt est alors fondamental dans la logique du philosophe. Le savoir et la connaissance étant des produits de l’activité intellectuelle, ils ne peuvent exister en tant qu’entités abstraites, mais traduisent plutôt une intentionnalité humaine.

6C’est ainsi que l’auteur opère une forme de typologie des domaines de connaissance selon trois intérêts : technique, pratique et émancipatoire. La prégnance de ces intérêts qui guident la recherche de connaissance a, selon Habermas, une influence sur toutes les étapes de la production de connaissance à l’intérieur d’un cadre donné : « Correspondant à trois types de recherches différentes, on peut mettre en évidence trois modes de relations spécifiques entre les règles logiques et méthodologiques d’une part et les intérêts qui commandent la connaissance d’autre part » (Habermas 1973, p. 145).

7Les sciences qui poursuivent un intérêt technique et empruntent une démarche empirico-analytique s’intéressent à l’observation et à la manipulation de phénomènes objectifs. La finalité d’une démarche empirico-analytique est de déterminer des lois universellement applicables et qui permettent un meilleur contrôle de l’environnement. Une telle démarche passe par la construction de théories et le test d’hypothèses confrontées à la réalité des faits de manière empirique (notamment en laboratoire) (Habermas, 1973, p. 145-146). C’est toute la démarche scientifique qui est ici modelée par cette volonté de prédiction et de contrôle de l’environnement (p. 147). Le bien-fondé des recherches est ainsi jugé en termes de cohérence, de validité interne et externe du construit théorique et de sa capacité à produire un effet escompté sur l’environnement. Habermas parle en ce sens de « savoir prévisionnel possible » (p. 146).

  • 5 Ou pragmatiques, voir Cazal (2008).
  • 6 Ici, Habermas se réfère notamment aux travaux de Dilthey et Gadamer sur l’herméneutique.

8Les sciences dites pratiques5 développent des connaissances qui ne s’attachent pas à la « disposition technique des choses » (Habermas, 1973, p. 147), mais plutôt à l’examen du sens dans une démarche historico-herméneutique : « ce n’est pas l’observation, mais la compréhension du sens qui donne accès aux faits. » C’est cette idée d’interprétation et de compréhension des sujets (ou des textes légués par ces derniers) dans une attitude dialogique qui représente la démarche de connaissance selon un intérêt pratique (p. 148). C’est à l’histoire et à l’ethnographie herméneutique que Habermas fait référence en tant que modèles de science. Le langage dans son sens large tient ici une place centrale comme vecteur de sens vécu ou comme signe minimum qui permet de rendre compte de la complexité du monde intérieur de l’individu dans la collectivité et dans l’action (Haber, 2001, p. 90). Habermas (1973) rassemble ici les méthodes de l’herméneutique et l’idée d’action collective, car il lui semble que l’intérêt pratique se caractérise par une démarche de connaissance qui vise à développer l’intercompréhension des sujets dans l’action6.

9L’intérêt émancipatoire est représenté par une démarche praxéologique critique qui, dans la lignée de la Théorie Critique depuis Horkheimer et Adorno vise à développer la conscience, la lucidité et l’autonomie des êtres sociaux (Cusset et Haber, 2001). Le modèle des sciences praxéologiques proposé par Habermas est représenté par la psychanalyse, la sociologie critique et la philosophie. Ces sciences partagent une démarche dite réflexive ou d’auto-réflexion qui seule leur permet de développer une conscience d’elles-mêmes, c’est-à-dire des savoirs qu’elles produisent à l’intérieur de leur cadre : « Mais l’esprit peut faire retour sur le complexe d’intérêts qui est au principe de la relation préalable entre sujet et objet – et cela est réservé à la seule autoréflexion (Selbstreflexion). Cette dernière est en mesure de faire face à l’intérêt sinon de le supprimer. » (Habermas, 1973, p. 156)

10Cette forme d’auto-réflexion est une caractéristique essentielle qui permet de différencier la théorie traditionnelle de la théorie critique (Horkeimer, 1974). Elle permet, par la raison, de se libérer des contraintes construites du monde social (Habermas, 1973).

11Cet intérêt à l’émancipation et à l’autoréflexion prend pour objet l’analyse critique des fonctionnements sociaux desquels il s’agit d’extraire les mécanismes neutres présentés comme des données immuables du monde social mais qui participent en fait d’une construction idéologique et sont inutilement « contraignants » (Habermas, 1973, p. 149). Les sciences praxéologiques qui se reconnaissent notamment à l’aune de leur potentiel d’autoréflexion et d’émancipation, se caractérisent ainsi par leur capacité à interroger les constructions et structures sociales qui réduisent l’autonomie, produisent et diffusent de manière implicite dans les sociétés contemporaines apparemment libres, des formes complexes de contraintes.

  • 7 C’est sur les termes de l’importation en sciences de gestion et sur l’idée d’une possible continuit (...)

12Relativement peu de travaux se sont intéressés à la manière d’importer le cadre des intérêts de connaissance au management d’une part et au champ de la culture organisationnelle d’autre part. Pour la première catégorie, on peut citer parmi les exceptions les propositions de Steffy et Grimes (1986), Alvesson (1987), Mingers (1993), Willmott (1997), Ben Kahla (2002), Desreumaux (2005), Cazal (2008). Ces travaux s’accordent pour démontrer la puissance heuristique et la pertinence du cadre pour la recherche dans différentes disciplines du management. Les lectures que proposent ces travaux de chercheurs en management offrent en outre une cohérence globale sur la compréhension du travail de Habermas sur les intérêts de connaissance7.

13Concernant la deuxième catégorie de travaux, regroupant les recherches appliquant le cadre de Habermas à la littérature sur la culture, il faut mentionner les travaux de Stablein et Nord (1985), Calàs et Smircich (1987), Knights et Willmott (1987), Alvesson (2002) et Martin (2002) dans le prolongement desquels nous inscrivons notre proposition. Ces travaux s’accordent aussi sur le caractère heuristique de l’application du cadre habermassien au champ de la culture organisationnelle. Ces travaux en s’inspirant fidèlement du travail d’Habermas dans leur transposition, effectuent ainsi un lien systématique et implicite entre intérêt et démarche de connaissance. Appliqué au champ culturel cela revient à faire correspondre à chacun des intérêts de connaissance une posture épistémologique définie, des types de méthodologies données ainsi que des modes d’opérationnalisation du concept de culture. La démarche de connaissance devient ainsi l’élément discriminant de catégorisation analytique des recherches sur la culture, au détriment de l’idée d’intérêt qui peut être définie dans le champ comme l’utilité présumée accordée au concept de culture pour la recherche en management.

14Les intérêts et démarches de connaissance évoluent alors en catégories analytiques figées – et souvent mutuellement exclusives – qui se rapprochent des paradigmes de Burell et Morgan (1979). Plusieurs des recherches citées opèrent ainsi un rapprochement explicite entre les intérêts technique, pratique et émancipatoire et les paradigmes fonctionnaliste, inteprétatif et radical-humaniste tels qu’appliqués à la culture. Le cas de Calàs et Smircich (1987, p. 234) étant le plus illustratif.

15Or, c’est justement la potentialité de s’extraire d’une telle lecture qui justifie, selon nous, le recours aux intérêts de connaissance plutôt qu’à une structuration plus classique en termes de paradigmes. Le champ de recherche culturel a en effet ceci de particulier que les travaux empiriques et conceptuels puisent à des sources plurielles, parfois contradictoires dans des tentatives de rapprochement des postures tantôt avouées, tantôt implicites. Il semble en effet fort difficile, bien que cela fasse partie de la volonté initiale de Habermas concernant les sciences, de faire correspondre une démarche de connaissance, une posture épistémologique ou même méthodologique précise à un intérêt donné lorsqu’il s’agit des recherches sur la culture organisationnelle. L’application du cadre philosophique nécessite ainsi quelques adaptations liées aux spécificités du champ étudié.

Des intérêts de connaissance aux approches technique, pratique et émancipatoire de la culture organisationnelle

16Nous proposons de travailler à partir du cadre de Habermas pour réfléchir à la manière dont les travaux selon une approche donnée s’intéressent au concept de culture en management. Il s’agit de prendre quelques libertés par rapport au travail d’origine du philosophe et aux différentes importations dans le champ en vue de dégager des approches de la culture directement liées aux intérêts de connaissance sans opérer de lien systématique entre intérêts et démarches de connaissance. Il faut entendre par approche de la culture une manière d’appréhender le concept, de l’importer des champs d’origine en sociologie et en anthropologie, de penser la culture en management en ayant recours à certaines métaphores, avec, en filigrane, une finalité, une volonté de contribution à un projet de savoir donné, lequel s’inspire directement des trois intérêts de connaissance chez Habermas. Les intitulés des intérêts de connaissance technique, pratique et émancipatoire désignent ainsi ces catégories de travaux portant sur la culture en management et qui semblent partager ou servir un même intérêt.

17C’est donc à ce niveau que s’opère une distinction intéressante entre les approches de la culture en management que le travail de Habermas permet de mettre en lumière. C’est ce dernier élément qui est fondamental, celui de l’intérêt, des intérêts « qui ouvrent chaque fois des domaines de la réalité empirique » et qui par là même « permettent la constitution d’objets » (Haber 2001 p. 87). La constitution et l’utilisation de l’objet culture par les chercheurs en management, transcendent – et participent à définir – au sein de ces recherches, les emprunts aux champs voisins, les métaphores, les considérations de méthodes et de niveau d’analyse. Ainsi, les approches que nous dessinons ici ne sont-elles pas des paradigmes, ni des cadres épistémo-ontologiques, ni même des approches méthodologiques de la culture. Ces approches rassemblent entre eux des travaux ayant une conception similaire de ce qu’est la culture selon les termes posés en matière d’intérêt et de mobilisation du concept en management.

  • 8 Voir les critiques formulées par Parker 2000, Johnsson et Duberley 2000 sur le caractère positivist (...)

18Par exemple, au sein de ce que nous qualifions d’approche pratique de la culture peuvent entrer des analyses de contenu « ethnoscientifique » dérivées de l’anthropologie cognitive et se rapprochant d’une forme d’interprétativisme objectivant prétendant restituer les interprétations ou la cognition des acteurs8 (Barley, 1983 ; Louis, 1983). Ces travaux, dans leur volonté d’améliorer la compréhension de « ce qui se passe dans la tête des membres », se rapprochent d’autres lectures plus subjectives et parfois réflexives qui cherchent à aborder les organisations comme des cultures (Smircich, 1983a, 1983b ; Martin 1992, 2002). Dans un même ordre d’idées, les méthodes d’observation et de description culturelle développée par Schein (1985) et Thévenet (1986, 2003) et qui servent un intérêt technique (étant donné le caractère essentiellement fonctionnel de la mobilisation du concept), intègrent une part non négligeable d’interprétation dans les descriptions culturelles. Il en va de même pour les méthodes dites interprétatives de Schultz (1995) et celle dérivée de Hatch et Cunliffe (2009). En ce sens, il devient difficile de parler de positivisme au sens strict pour caractériser les travaux de l’approche technique de même que d’interprétativisme pour les recherches de l’approche pratique. En outre, le recours à des méthodologies qualitatives et quantitatives par des recherches au sein de ces trois approches empêche également d’opérer un lien systématique entre intérêt et méthodologie de recherche. Évidemment, ces considérations portant globalement sur les démarches de connaissance en vigueur dans le champ culturel et incluant les postures épistemo-ontologique, les éléments de méthodologie et d’opérationnalisation importent. Cependant nous prenons le parti de reléguer ces considérations au second plan, derrière cette notion d’intérêt poursuivi par les recherches dans la construction des approches de la culture.

19Nous présentons ces catégories analytiques selon les thèmes de recherche que les chercheurs d’une approche donnée retiennent pour traiter du concept. Dans notre présentation, ces thèmes de focalisation, ou « thèmes privilégiés », traduisent l’orientation des recherches et illustrent l’intérêt qui les sous-tend. Au sein d’une approche technique par exemple, le lien entre culture et performance organisationnelle constitue un thème incontournable. Certains thèmes sont transversaux mais sont traités différemment selon les approches de la culture. C’est le cas par exemple des procédés d’appréhension et de description de la culture abordés à travers l’idée d’audit ou de diagnostic selon une approche technique et de manière plus « anthropologique » selon les approches pratique et émancipatoire.

20Le lien entre les intérêts de connaissance et les démarches associées est systématique chez Habermas et dans les travaux précédents de transposition au champ de la culture. Selon notre adaptation au champ culturel, étant donné les rapprochements entre les traditions de recherche qui caractérisent ce dernier, ce lien n’est plus aussi systématique. C’est donc la notion d’intérêt et non plus les démarches de connaissance correspondante qui influence directement la construction des catégories analytiques qualifiées d’approches (technique, pratique et émancipatoire) de la culture.

21Les approches de la culture peuvent ensuite être décrites de différentes façons. Présenter ces approches en repérant les thèmes privilégiés par les auteurs en leur sein nous semble la manière la plus appropriée d’illustrer la prégnance de l’intérêt sur les recherches sur la culture. Ces thèmes de recherche privilégiés, permettent de donner forme aux approches et de présenter la manière dont les travaux, à l’intérieur d’une approche donnée, « s’intéressent » à la culture.

22S’inspirant de l’intérêt duquel elle puise son intitulé, l’approche technique accorde à la culture une utilité essentiellement fonctionnelle et managériale. Elle s’intéresse au contrôle, à la maîtrise de la performance organisationnelle et à la possibilité d’une gestion de la culture par les leaders et cadres supérieurs. Les recherches selon cette approche présentent la culture comme une variable de l’organisation objectivement formulable au même titre que sa structure ou son environnement par exemple. Il est ainsi question de gérer la culture et de l’évaluer et d’accroître son impact sur une autre variable organisationnelle déterminante de ce point de vue, la performance.

23Les recherches s’inscrivant au sein de cette approche proposent des taxinomies et des classifications typologiques de cultures organisationnelles. Elles définissent a priori les dimensions culturelles qu’il s’agit d’examiner et proposent des méthodes d’observation précises (et pour certaines quantifiables) de la culture. Il ressort de ces « diagnostics » des représentations précises, parfois graphiques de cultures. Enfin, il est question selon cette approche d’agir sur la culture. De ce point de vue, ces recherches « techniques » offrent des moyens de changer les cultures, de les faire évoluer par étapes, selon les besoins, la stratégie, la volonté des dirigeants et des leaders du moment.

24Les travaux de l’approche pratique accordent à la culture un intérêt plus académique et conçoivent celle-ci comme un nouveau prisme d’observation de l’objet organisation. La culture y est présentée comme une métaphore ou un mode alternatif d’appréhension de cet objet. Selon l’expression consacrée, l’organisation y « est » une culture qu’il faut étudier comme telle, c’est-à-dire en recourant à des méthodes appropriées, essentiellement qualitatives et ethnographiques, les plus à même de permettre d’accéder au sens et aux interprétations des membres. Cette question du sens, des symboles et de l’interprétation est essentielle et transcende, au sein de ces travaux, toute idée d’utilisation ou de manipulation de la culture.

25Certaines recherches de l’approche pratique s’opposent justement aux travaux de l’approche technique sur ce point et plaident en faveur d’une importation plus rigoureuse et « désintéressée » des concepts anthropologiques et sociologiques en management pour parler de culture. Ces travaux invitent à prendre garde à ce que la récupération de tels concepts ne restreigne finalement pas la substance de grilles théoriques complexes à une simple promesse d’utilisation fonctionnelle de la culture. Enfin, ces recherches proposent d’enrichir la théorie des organisations de toute une tradition interprétative et développent des cadres pluralistes permettant d’emprunter plusieurs perspectives et angles d’observation pour l’étude d’une même culture organisationnelle.

26Les travaux s’inscrivant au sein de l’approche émancipatoire critiquent également la conception unilatérale et « managériale » de l’approche technique. Ces recherches s’opposent en outre au caractère présenté comme neutre et « apolitique » des travaux de l’approche pratique et contestent la propriété exagérément consensuelle et supposée partagée que renferment la plupart des définitions de la culture selon ces deux premières approches.

27Ces chercheurs critiques conçoivent plutôt la culture comme une grille d’analyse permettant de révéler les divergences d’interprétation entre sous-groupes ou sous-cultures organisationnelles. La culture, en tant que phénomène social, implicite et collectif, représente un outil réflexif de défamiliarisation et de dénaturalisation qui offre potentiellement aux chercheurs et praticiens l’occasion de se saisir et de s’extraire d’une réalité sociale figée, empreinte de domination et de contrainte. La culture, en ce sens, participe au projet d’émancipation et de transformation auquel aspirent une partie des recherches de cette approche émancipatoire.

Conclusion

28Ce chapitre avait pour objectif de présenter une adaptation du cadre des intérêts de connaissance au sous champ de la culture organisationnelle. Notre transposition se distingue des tentatives précédentes en la matière par la liberté que nous prenons par rapport au cadre initial et qui se traduit par l’identification de trois approches de la culture inspirées des intérêts de connaissance. Ce travail de transposition ne prétend pas épuiser l’ensemble des lectures du concept de culture mais plutôt en donner un aperçu cohérent et contribuer ainsi aux efforts entrepris ces dernières années par les tenants des CMS ou Critical Management Studies et qui invitent à penser le management de manière réflexive et porteuse de sens.

Bibliographie

Allaire Y. et Firsirotu M. 1984. Theories of organizational culture. Organization studies, n° 5 p. 193-226.

Alvesson M. 2002. Understanding organizational culture, Londres : Sage.

Alvesson M. et Berg P.-O. 1992. Corporate culture and organizational symbolism: an overview. Berlin : W. de Gruyter.

Ashkanasy N., Wilderom C. et Peterson M. 2011. Handbook of organizational culture & climate. Californie : Sage.

Barley S., Meyer G. et Gash D. 1988. Cultures of culture : Academics, practitioners and the pragmatics of normative control. Administrative Science Quarterly, n° 1, p. 24-60.

Barley S. 1983. Semiotics and the Study of Occupational and Organizational Cultures. Administrative Science Quarterly, vol 28, n° 3, p. 393-413.

Ben Kahla K. 2002. De l’utilité de la recherche en sciences de gestion : quelques aspects épistémologiques et sociologiques, in Mourgues N. et Allard-Poesi F. (sous la direction de), Questions de méthodes en Sciences de Gestion, Paris : EMS Management & Société, p. 339-386.

Calàs M. et Smircich L. 1987. Post-culture: is the organizational culture literature dominant but dead, papier présenté à : International Conference on Organizational Symbolism and Corporate Culture, Milan.

Cazal D. 2008. Recherches critiques en GRH : intérêts, connaissance et action, Revue de Gestion des Ressources Humaines, n° 70, p. 69-87.

Cuche D. 2004. La notion de culture dans les sciences sociales, Paris : La découverte.

Cusset Y. et Haber S. 2002. Le vocabulaire de l’école de Francfort, Paris : Ellipses.

Desreumaux A. 2005. Théorie des organisations, Paris : EMS Management & Société.

Hatch M.-J. et Cunliffe A.-L. 2009. Théorie des organisations : de l’intérêt de perspectives multiples, De Boeck.

Habermas J. 1973. La technique et la science comme idéologie. Gallimard.

Habermas J. 1976. Connaissance et intérêt. Gallimard.

Habermas J. 2003. Trente ans plus tard : remarques sur Connaissance et intérêts, in Renault E et Sintomer Y (sous la direction de), Où en est la théorie critique ?, La Découverte, p. 93-100.

Horkheimer M. 1974. Théorie traditionnelle et théorie critique, Paris : Gallimard.

Jermier, J, Slocum J, Fry L. et Gaines J. 1991. Organizational subcultures in a soft bureaucracy : Resistance behind the myth and facade of an official culture, Organization Science, vol 2, n° 2, p. 170-94.

Johnson P et Duberley J. 2000. Understanding management research: An introduction to epistemology, Londres : Sage.

Knights D. et Willmott H. 1987. Organizational culture as management strategy: A critique and illustration from the financial services industry. International Studies of Management et Organization, vol. 17, n° 3, p. 40-63.

Kroeber A. et Kluckhohn C. 1952. Culture: a critical review of concepts and definitions, New York : Vintage Books.

Martin J. 1985. Can organizational culture be managed, in Frost P, Moore L, Louis M, Lundberg, et Martin J. (sous la direction de), Organizational culture, New York : Sage, p. 95-98.

Martin J. 1992. Cultures in organizations: three perspectives, Oxford University Press.

Martin J. 2002. Organizational culture: mapping the terrain, New York : Sage.

Mingers J. 1992. Recent Developments in Critical Management Science. The Journal of the Operational Research Society, vol 43 n°1, p. 1-10.

Parker M. 2000. Organizational culture and identity: unity and division at work, Londres : Sage.

Pettigrew A. 1979. On studying organizational cultures. Administrative Science Quarterly, vol. 24, n°. 4, p. 570-581.

Schein E. 1985. Organizational culture and leadership, San Fransisco : Jossey-Bass.

Schultz M. 1995. On studying organizational cultures: Diagnosis and understanding, Berlin Berlin : W de Gruyter.

Smircich L. 1983a. Concepts of culture and organizational analysis. Administrative Science Quarterly, vol. 28, n° 3, p. 339-58.

Smircich L. 1983b. Organizations as shared meanings, in Pondy L. (sous la direction de), Organizational symbolism, Greenwich, JAI Press p. 55-65.

Stablein R. et Nord W. 1985. Practical and emancipatory interests in organizational symbolism: A review and evaluation. Journal of Management, vol 11, n° 2, p. 13-28.

Steffy B. et Grimes A. 1986. A critical theory of organization science. Academy of Management Review, vol 11, n° 2, p. 322-336.

Thévenet M. 2003. La culture d’entreprise. Paris : Presses Universitaires de France.

Thévenet M. 1986. Audit de la culture d’entreprise. Paris : Éditions d’Organisation.

Willmott, H. 1997. Management and organization studies as science?, Organization, vol 4, n° 3, p. 309-344.

Notes

2 Les travaux de Frost et al. (2005) et Parker (2000) illustrent par exemple cette pluralité.

3 Paru dans le recueil de textes La technique et la science comme idéologie en 1968 en allemand et traduit en 1973 en français.

4 Connaissance et intérêt paru en 1968 pour l’édition allemande et 1976 pour la première traduction en français à laquelle nous faisons référence par la suite.

5 Ou pragmatiques, voir Cazal (2008).

6 Ici, Habermas se réfère notamment aux travaux de Dilthey et Gadamer sur l’herméneutique.

7 C’est sur les termes de l’importation en sciences de gestion et sur l’idée d’une possible continuité, voire d’une complémentarité entre intérêts de connaissance que les auteurs divergents (voir Cazal (2008) sur ce point).

8 Voir les critiques formulées par Parker 2000, Johnsson et Duberley 2000 sur le caractère positiviste de certaines recherches présentées comme interprétatives.

Auteur

IAE de Lille, LEM-CNRS UMR 8179, bousalhamyoucef@yahoo.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540