Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 3. Critique et recherche en communication organisationnelle. Quelques repères

Quelle place pour les travaux d’orientation critique en communication dans les revues scientifiques ? Éléments de réponse du Québec et du Canada

Éric George et Renaud Carbasse

Résumé

Nous évaluons la part des travaux critiques au sein de deux revues scientifiques situées au Québec et au Canada, Communication (francophone) et le Canadian Journal of Communication (anglophone) et constatons qu’il existe des différences notables dans la conception de la critique entre les deux langues. De plus, il peut s’avérer difficile de catégoriser de façon claire de nombreux articles au sein desquels la critique a une place secondaire.

Texte intégral

1Plusieurs initiatives récentes, notamment en France, en Amérique Latine ou au Québec ont mis de l’avant les liens entre les travaux d’orientation critique et les recherches en communication. Ceci peut surprendre quelque peu alors que nous avions plutôt l’intuition que les travaux d’orientation critique s’avéraient être de plus en plus minoritaires dans une institution, l’Université, qui s’est mise au service du capitalisme globalisé, du moins si nous reprenons à notre compte l’analyse de Michel Freitag (1998). Comme nous l’avons écrit dans un texte précédent (George, 2009), notre métier est de plus en plus caractérisé par plusieurs tendances qui rendent difficile l’exercice de la pensée critique du moins de la façon dont nous entendons celle-ci : une massification de l’enseignement et en parallèle une population étudiante qui se transforme de plus en plus en clientèle dont nous devons satisfaire les « besoins » ; une orientation de plus en plus systématique vers des recherches subventionnées par les secteurs public et privé avec des problématiques pointues qui tendent à transformer certains lieux en autant de petites entreprises et le chercheur en expert ; une exigence de productivité de plus en plus marquée de la part des professeurs et des chercheurs, qui doivent exceller non seulement en enseignement et en recherche – publish or perish est une formule manifestement de plus en plus répandue – mais aussi en ce qui concerne les services à la collectivité. On se demande dès lors parfois quand il est possible de prendre un tant soi peu de recul, pratique pour le moins nécessaire quand on parle de pensée(s) critique(s). Pourtant, l’université est une composante de nos sociétés et à ce sujet, il nous a semblé que ces dernières ont été marquées depuis 10 à 15 ans par un renouveau de la critique sociale (Boltanski et Chiapello, 1999). Ainsi, la tenue de plusieurs forums sociaux mondiaux (FSM) en réponse aux traditionnels forums sociaux économiques de Davos (Suisse) est souvent mentionnée pour symboliser le renouveau de cette critique. Cette tendance – certes fragile, comme on peut le voir avec l’élection dans de nombreux pays parmi les plus « avancés » de gouvernements conservateurs au cours des dix dernières années – au sein de ladite « société civile » ne s’accompagnerait-elle pas forcément d’une telle tendance dans le cadre de l’institution universitaire ? Après tout, France Aubin propose de distinguer notablement les démarches de chercheur et d’intellectuel (Aubin, 2006). Alors que le deuxième a le plus souvent un point de vue global sur la société, le premier est considéré dans de nombreuses circonstances comme un spécialiste expert de questions pointues. De ce point de vue, il n’existe pas a priori de lien fort entre les mobilisations du monde universitaire et les mobilisations sociales au sein de la société en général.

2Ces quelques premiers éléments de réflexion étant posés et pour essayer d’aller plus loin dans celle-ci, nous proposons de nous intéresser à la place du contenu d’orientation critique dans les revues scientifiques. Certes, les publications avec évaluation par les pairs ne sont pas les seuls lieux d’expression des chercheurs mais, plus que les ouvrages, rapports et autres publications, elles jouent un rôle central dans nos activités, notamment en termes de reconnaissance au sein du champ scientifique, du moins sur le continent nord-américain. Il apparaît donc pertinent de nous pencher sur le contenu de ces revues pour avoir un début de portrait de la place de la critique dans les recherches en communication.

3Mais, justement, qu’entend-on par le terme « critique » ? Pour analyser le contenu des revues, nous proposons ici de considérer deux façons de concevoir ce mot, certes différentes mais qui peuvent aussi s’avérer complémentaires. Être critique, c’est tout d’abord pratiquer le doute méthodique, mettre en avant la dimension réflexive dans nos activités de recherche, mentionner les biais et les limites de telle ou telle méthode. Autrement dit, on est ici dans la méthodologie au sens épistémologique du terme. Mais être critique, c’est aussi faire état d’une critique du monde, parce que, comme le dit si bien Étienne Balibar (1992), on ne peut pas se projeter dans l’avenir sans faire une critique minutieuse du passé. Les recherches doivent s’inscrire dans le cadre d’une démarche socio-historique même si celles-ci portent sur des analyses micro et à court terme. La dimension économique peut avoir une place notable dans l’analyse mais il sera également question de rapports de classe, de rapports de genre et de rapports interculturels. Dans cette perspective, ce sont des notions telles que celles d’exploitation, de domination, d’inégalités économiques et sociales, de pouvoir, de rapports de force, mais aussi d’émancipation, de changement social ou de formation d’identités qui vont être abordées. Telles sont les deux façons principales d’entendre le mot « critique » ; du moins a priori parce que dans le cadre d’une démarche tant inductive que déductive, nous ne nous sommes pas restreints à ces deux définitions face à notre corpus, prenant acte des hybridités, des nuances et de la diversité des approches qui revendiquent leur statut critique au sein des publications. De plus, il importe de souligner les liens entre elles comme en témoigne cette réaction de Theodor W. Adorno à la proposition de Paul Lazarsfeld de travailler avec lui en 1938 dans le cadre d’un projet sur la radio financé par la fondation Rockfeller : « Les directives émanant de la fondation Rockfeller stipulaient expressément que les recherches devaient être réalisées dans les limites du système radiophonique commercial en vigueur aux États-Unis. Cela impliquait donc que le système lui-même, ses conséquences culturelles et sociologiques et ses présupposés sociaux et économiques ne devaient pas faire l’objet de l’analyse (…) J’étais préoccupé par un problème méthodologique de base – dans la mesure où j’entendais le mot “méthode” davantage dans son sens européen d’épistémologie que dans le sens où l’entendent les Américains pour qui la méthodologie signifie de fait les techniques pratiques de recherche » (traduit et cité par Mattelart A. et M., 1986, p. 257).

Éléments de méthodologie

4En ce qui concerne le corpus, nous avons travaillé sur deux publications au Canada : Communication, principale revue scientifique en langue française et le Canadian Journal of Communication, son pendant en langue anglaise. Par ailleurs, nous avions prévu de travailler sur les textes publiés au cours des dix dernières années (2000-2010). Il nous semblait en effet opportun de remonter à la période où le mouvement altermondialiste a connu un fort développement suite à la mobilisation réussie contre le projet d’accord multilatéral sur l’investissement (AMI) entre 1995 et 1998 et à l’échec de la tenue de la rencontre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en 1999. Mais, pour des raisons de temps, nous avons dû revoir le corpus à la baisse en choisissant seulement cinq années de publications.

5Sur cette période de cinq ans, nous avons donc étudié le nombre d’articles consacrés aux travaux d’orientation critique dans les deux revues, leur place à l’intérieur de celles-ci ainsi que dans les dossiers thématiques. Nous avons aussi effectué une comparaison entre les deux revues, ce qui nous a permis par exemple de voir si, sur ce thème, il y a des points communs entre celles-ci ou si nous retrouvons une fois de plus les « deux solitudes » avec le Québec d’un côté et le Canada anglais de l’autre. À ce sujet d’ailleurs, nous avons dû aussi tenir compte de l’origine des auteurs. Enfin, nous avons comparé les données portant sur les textes situés en communication organisationnelle avec ceux considérés comme étant en communication médiatique. Pratiquant justement le doute méthodique de façon systématique, nous avons aussi décidé de voir si cette séparation entre travaux en communication organisationnelle et en communication médiatique s’avère vraiment pertinente ou non ou si la frontière entre les deux champs de spécialisation n’est pas relativement floue ; tout en sachant qu’au Canada, les recherches consacrées aux médias ont été historiquement largement dominantes. Ainsi, au Québec, on notera essentiellement deux institutions au sein desquelles se développent les recherches en communication organisationnelle : le département de communication de l’Université de Montréal et le département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal. Tandis qu’en Ontario, l’Université d’Ottawa est la seule au sein de laquelle est développé un fort axe d’enseignement et de recherche en communication organisationnelle.

6À ce sujet, la présentation de la revue Communication (ISSN 0382-7798), fondée en 1975 au Département d’information et de communication de l’Université Laval à Québec, indique que sont publiés des articles, notes de recherches et notes de lectures qui abordent le champ des études des « communications de masse », tant du côté des contenants (les médias grands et petits, anciens et nouveaux), des contenus (information, publicité, musique, fiction, images, etc.) que des usages et des usagers. La revue, qui fait maintenant partie du portail Revues.org, se veut « un carrefour de diffusion des travaux menés dans les sciences de la communication et autres sciences humaines sur l’un ou l’autre aspect des communications de masse » (http://communication.revues.org/​). La place des textes consacrés à la communication organisationnelle y est donc a priori modeste. Paraissent un ou deux numéros par an.

7Le positionnement du Canadian Journal of Communication (ISSN : 1499-6642) s’avère différent, l’accent étant mis dans ce cas sur la dimension géographique : « The objective of the Canadian Journal of Communication is to publish Canadian research and scholarship in the field of communication studies. In pursuing this objective, particular attention is paid to research that has a distinctive Canadian flavour by virtue of choice of topic or by drawing on the legacy of Canadian theory and research. The purview of the journal is the entire field of communication studies as practiced in Canada or with relevance to Canada » (http://www.cjc-online.ca/​index.php/​journal). Il s’agit ici d’être ouvert à l’ensemble du champ des études en communication, mais dans une perspective canadienne. Sans doute faut-il y voir une marque de distinction par rapport aux nombreuses publications en anglais éditées aux États-Unis. Paraissent trois ou quatre numéros par an.

8En privilégiant un traitement d’ordre qualitatif – comprenant tout de même également une dimension quantitative – des travaux publiés, nous avons dû restreindre, pour l’instant, la taille du corpus à l’étude. Nous avions défini a priori une grille de lecture, basée sur les deux conceptions de la critique évoquées auparavant, grille qui devait nous permettre de différencier les travaux critiques des autres approches. La phase de récolte et de traitement du corpus a ainsi consisté en la récupération et la classification de l’ensemble des articles publiés par les deux revues entre 2005 (le numéro d’automne-hiver 2004-2005 pour Communication) et fin 2009. Ont été exclus du corpus les notes de lectures et les éditoriaux. Nous avons par contre conservé les notes de recherche, les commentaires et les « essais critiques » – ces deux dernières catégories du Canadian Journal of Communication à la parution irrégulière traitant de problèmes de sociétés ou de débats ayant lieu au sein du champ académique. Nous arrivons ainsi à la consolidation d’un corpus de 276 textes (98 pour Communication, 178 pour le CJC) que nous avons traité un par un en précisant l’orientation du texte – critique ou non – l’objet de recherche, l’angle d’approche ainsi qu’une série de mots-clés destinés à rendre compte des concepts clés mobilisés. Cela dit, si ce traitement a le mérite de nous donner une vision assez juste de la posture adoptée par chacune des publications, il nous a également incité à interroger la pertinence de nos catégories d’analyse dans la mesure où, nous allons le voir, nombre de travaux dans le monde anglo-saxon revendiquent leur statut critique, alors que les éléments de la critique sociale n’y sont souvent présents qu’à titre secondaire. Un traitement qualitatif de cet ordre, notamment vis-à-vis d’un corpus où les frontières entre approches critiques et celles comportant des éléments critiques sont particulièrement floues, se prête mal à une quantification rigoureuse. Les chiffres que nous proposerons ne devront être pris par lectrices et lecteurs que pour ce qu’ils sont en l’état, c’est-à-dire une illustration des tendances observables au sein du corpus.

Premiers enseignements

Communication

9Le corpus de Communication comprend donc 98 articles et notes de recherches. Parmi ceux-ci, 26 textes sont d’orientation critique (méthodologique ou sociale = la critique ayant une place principale) et une dizaine comportent des éléments critiques à divers degrés (la critique ayant une place secondaire). La communication organisationnelle regroupe 16 articles au total. Seuls deux d’entre eux sont d’orientation critique, les autres approches privilégiées relevant davantage du fonctionnalisme, de l’orientation interpersonnelle, psychosociologique ou internationale. Ainsi, alors que la part des travaux d’orientation critique n’est pas négligeable au sein de la revue – pas plus que ne l’est celle des travaux en communication organisationnelle – la part des travaux critiques portant sur l’organisation est, elle, marginale.

10Derrière ces constats, plusieurs remarques s’imposent. Tout d’abord, comme nous nous y attendions, on note une très forte représentation des médias – comme véhicule, pratique ou produit – et de la « communication de masse » en général parmi les objets de recherche privilégiés au sein de la revue. Nous remarquons également qu’il est difficile de concevoir le champ de la communication à partir d’une séparation franche entre communication médiatique et communication organisationnelle : les frontières entre les deux ont pu être, par moments, particulièrement difficiles à tracer notamment en matière d’utilisation des médias et élaboration de discours par des institutions, les deux logiques se superposant. Impossible également de ne pas tenir compte des approches en terme de communication interpersonnelle, interculturelle ou d’approches privilégiant une grande part de création. Les travaux et réflexions présentées dans Communication font aussi une part au travail réflexif, alors que huit travaux portent sur l’institution universitaire, la production scientifique ou les liens entre production de savoir, structures institutionnelles et technologies. Il faut y voir ici une participation de la revue au travail de constitution des études en communication comme champ de recherche légitime dans les institutions québécoises.

11Les articles à dimension théorique représentent une part plus faible du corpus sans pour être totalement absents, six d’entre eux ayant été publiés entre 2005 et 2009. Deux raisons peuvent être évoquées ici. Premièrement, les objectifs de la revue privilégient « la diffusion de travaux » portant sur la « communication de masse », appelant de manière implicite ici davantage une diffusion de résultats. Deuxièmement, nous retrouvons souvent un nombre important de « notes de recherches » qui témoignent parfois de problématiques et de stratégies de recherche à venir, mais plus souvent de premiers résultats obtenus dans une démarche de recherche.

12Pris ensemble, les articles diffusés dans Communication témoignent de l’organisation de la recherche en communication au Québec, avec une part relativement faible de la communication organisationnelle, mais aussi des communications interculturelle, interpersonnelle, des approches de rhétorique ou même de la linguistique, le champ restant dominé par celui des « communications de masse ». Ces orientations témoignent d’un mélange des genres, d’une hybridation entre influences nord-américaines – particulièrement dans le domaine de la rhétorique ou des Cultural Studies – et influences européennes. Il est intéressant ici de souligner l’origine des auteurs, beaucoup plus variée que ceux publiés dans le CJC, et la forte présence d’auteurs de la francophonie en général – Québec et France en tête. Cette influence des chercheurs du monde francophone, il est également possible de l’observer au sein du comité de rédaction de la revue, qui laisse une part belle aux chercheurs hors-Québec. En ce sens, la revue Communication illustre les différentes influences qui structurent le champ de la recherche comme la vivacité des collaborations de part et d’autre de l’Atlantique.

13Par ailleurs, alors que l’éventail des sujets traités au sein de la revue est varié, les thèmes des travaux d’orientation critique portent notamment sur la communication médiatique et le fonctionnement des médias d’information en général. Sont également concernés, moins fréquemment, les recherches traitant d’alimentation et de santé, les questions de genre ou celles liées aux relations entre TIC et développement. Les articles d’orientation critique portant sur la communication organisationnelle traitent, eux, de l’utilisation des technologies par deux institutions publiques, celles de la santé et de l’enseignement supérieur, et ne se sont donc pas attachés à faire une critique de l’entreprise privée.

14Là aussi, les frontières entre travaux d’orientation critique et travaux comportant des éléments critiques sont parfois difficiles à tracer et le nombre de textes concernés peut aller du simple au double. En nous tenant à la grille de lecture déterminée au préalable, la critique méthodologique et celle contenant une analyse d’ordre socio-politique ou socio-économique représentent un quart des articles. La critique méthodologique se retrouve dans les travaux épistémologiques sur le fonctionnement du champ à l’université et les orientations globales de la recherche ; les travaux socio-économiques portent sur les médias (d’information la plupart du temps) et leur fonctionnement ; les travaux que l’on peut considérer comme relevant de perspectives socio-politiques portent entre autres choses sur les questions de genre ou de représentation.

15On constate qu’un certain nombre de travaux revendiquent leur caractère critique sans pour autant que le travail de contextualisation, de mise en relation de l’objet micro dans des perspectives historiques, économiques ou sociales plus globales ne soit présent de manière systématique. Les considérations d’ordre historique et économique s’avèrent peu présentes ici, alors que les articles concernés tiennent plutôt compte des relations de pouvoirs ou des questions d’ordre strictement socio-politique. Dès lors, bien que les travaux se réclament d’un projet critique, il est difficile de les replacer dans le monde, pour reprendre les termes de Balibar. Toutefois, même en tenant compte de cette ouverture de la définition que l’observation nous a incités à faire, nous tenons à mentionner que les travaux d’orientation critique comprenant un aspect socio-économique sont plus nombreux que dans la revue anglo-saxonne, alors même que la part des travaux critiques en général est plus faible dans Communication. Il s’agit là de la coexistence de deux conceptions différentes de la critique, une manifestation nouvelle des « deux solitudes » linguistiques canadiennes.

Le Canadian Journal of Communication (CJC)

16Le corpus du Canadian Journal of Communication (CJC) rassemble 178 éléments – articles, recherche en bref, essais critiques et commentaires, les deux dernières étant des catégories non-récurrentes, créées en cas de besoin qu’il s’agisse de numéros thématiques ou de numéros réguliers. La part des travaux d’orientation critique est importante, alors que la part de travaux critiques ou comportant des éléments de critique rassemble plus de la moitié des articles du corpus. À l’exception notable d’un numéro thématique sur l’organisation du travail dans le secteur des communications coordonné par Mosco et McKercher qui ne rassemble presque que des travaux critiques à orientation socio-économique, le reste du corpus est marqué par une critique avant tout d’ordre socio-politique (questions de genre, de minorités ethniques et sexuelles). Nous avons également tenu compte de travaux à dimension critique dans lesquels la critique n’était soit pas centrale, soit manquait d’un ancrage dans l’histoire, l’économique ou le social. Ceci témoigne d’une conception de la critique dominante dans le monde anglo-saxon et qui tient compte de l’influence des Cultural Studies telles qu’elles se sont développées depuis le milieu des années 1980 en Amérique du Nord et la création de nombre de départements universitaires qui se consacrent à l’étude de la culture et des médias à partir de cette perspective. Témoigne également de cette vivacité la création depuis 1997 d’une autre revue canadienne Topia entièrement consacrée aux Cultural Studies. On retrouve dans le cas du CJC à de nombreuses reprises des mots clés proposés par les auteurs qui mentionnent les Cultural Studies, certains revendiquant leur pratique d’une « cultural et critical analysis ». Enfin, notons ici que la proportion de travaux portant sur la communication organisationnelle est particulièrement faible, représentant 15 articles, un seul d’entre eux étant d’orientation critique et co-écrit par un des auteurs que nous avions relevés pour Communication, Luc Bonneville (Bonneville et Grosjean, 2007).

17On retrouve également une forte représentation des travaux portant sur les médias, qu’il s’agisse du contenant, des contenus ou de leur production, au détriment d’autres approches, notamment celle de la communication organisationnelle. Toutefois, il apparaît encore parfois difficile de distinguer les différentes approches étant donné que les frontières entre chaque type d’objet peuvent paraître floues. Comment situer par exemple les travaux consacrés aux organisations médiatiques ? Et ceux qui portent sur les utilisations des médias par les organisations ? Ainsi, dans le CJC, se trouve une analyse de la rhétorique de l’entreprise Apple autour du Ipod (liée à la mobilité) et du Iphone (liée au travail et à la consommation). Par ailleurs, les approches en termes de communication interpersonnelle ou interculturelle sont représentées, généralement en lien avec des réalités canadiennes et le traitement des Premières Nations et des Inuits y est notable (six articles). Le fait que l’origine géographique des auteurs soit nettement plus restreinte que ceux contribuant à Communication a joué certainement un rôle essentiel. Alors qu’on ne relève que de rares auteurs en provenance du Commonwealth – Nouvelle-Zélande et Australie – ou des États-Unis, les objets qu’ils abordent sont également en lien avec le Canada. De même, les commentaires sur des faits d’actualité concernent uniquement des enjeux canadiens.

18Cette très forte représentation des chercheurs et des enjeux canadiens est intéressante à double titre. D’abord, parce qu’il est possible d’y retracer l’influence des travaux d’Harold Innis et de sa conception des liens entre moyens de communication et évolutions sociétales. Non seulement ses travaux sont invoqués par plusieurs auteurs, mais on note également plusieurs textes qui portent directement sur son œuvre et la contextualisation de cette dernière. Cela permet d’expliquer également une conception globale des médias pris au sens large des moyens de communication – à l’image d’un article concevant le traversier entre deux rives comme un moyen de circulation de l’information – et d’une critique forte de leur rôle avec la sur-représentation des travaux portant sur la couverture médiatique d’un phénomène donné. L’existence d’un bassin d’auteurs canadiens anglais, issus des départements de Communication et de Cultural Studies que nous évoquions plus haut est également intéressante dans la mesure où elle permet d’expliquer l’abondance de travaux à portée critique qui délaissent le pan socio-économique de l’analyse – ou qui, du moins, ne lui accordent pas une dimension centrale. En effet, tout en en n’abordant pas le contexte socio-économique de façon centrale – on pense par exemple à des références à des notions comme celles de capitalisme et de néolibéralisme – plusieurs textes mentionnent l’importance de ce contexte en conclusion, mais sans plus développer.

19En revanche, les travaux comportant une dimension socio-économique forte ne représentent pas une part importante du corpus et sont concentrés autour de quelques types d’approches – le travail de la communication dans le numéro coordonné par Mosco et McKercher, les approches se réclamant de l’économie politique de la communication ou celles portant sur les politiques en matière de télécommunications menées par Raboy. Au-delà, nous observons qu’une frange importante du corpus – aux objets de recherche variés – revendique une démarche critique, alors que l’immense majorité d’entre eux ne comporte que certains éléments de la grille d’analyse. On retrouve la critique dans ces travaux parmi différents éléments de contexte comme le fonctionnement du capitalisme, les relations inégalitaires entre sexes, entre ethnies, entre groupes d’âge, le maintien et la reproduction de rapports de pouvoirs : l’accent est donc mis sur le socio-politique, les stratégies de domination et les stratégies de résistance.

20Enfin, l’influence des Cultural Studies (privilégiant majoritairement les formes d’analyse culturelle, au détriment d’analyses portant sur des mécanismes organisationnels) comme celle des travaux d’Innis (et la forte représentation des études sur les médias) expliquent partiellement la faible représentation des approches en communication organisationnelle dans l’université canadienne anglaise. Les médias ressortent comme des objets largement dominants dans les recherches menées au Canada mais ceux-ci peuvent être entendus de façon très générale dans les perspectives tant culturaliste qu’innissienne puisque correspondant à un vaste ensemble de moyens de communication dans le deuxième cas et étant englobés dans un ensemble plus vaste de pratiques culturelles dans le premier cas. Les rares textes portant sur des problématiques liées à l’organisation sont ici inscrits – à une exception près, déjà relevée – dans une logique fonctionnaliste. Par ailleurs, la majorité d’entre eux ont été publiés en lien avec deux numéros thématiques – communication et santé d’une part, communication de crise de l’autre ; la présence de textes portant sur la communication organisationnelle dans un numéro « régulier » relevant de l’exception.

En guise de conclusion

21Au terme de cette analyse de la présence des perspectives critiques dans deux revues scientifiques au Québec et au Canada, nous pouvons tirer plusieurs enseignements. Premièrement, la part des textes critiques au sein du corpus étudié varie grandement d’une revue à l’autre. Ils occupent une part relativement faible du corpus de Communication et sont alors principalement d’ordre socio-économique. À l’inverse, ils sont majoritaires pour le CJC, en portant principalement sur des préoccupations d’ordre socio-politique. On remarque également, principalement au regard des traditions de recherche nord-américaines, que l’ouverture de notre définition permet d’inclure nombre de travaux qui, s’ils privilégient les dimensions socio-politiques, délaissent souvent les déterminants socio-économiques de l’analyse ainsi que les perspectives historiques. Deuxièmement, l’un des principaux enseignements de cette analyse – partielle – est la difficulté à délimiter de façon précise le caractère critique de certains travaux. Ainsi, où doit-on situer un article du CJC dans lequel il est question de la façon dont les médias traitent des « pauvres », l’auteur émettant l’hypothèse qu’il y a création d’une catégorie de « pauvres parmi les pauvres » qui retiennent plus particulièrement l’attention des journalistes dans leurs écrits ? Par ailleurs, nous constatons que la part des articles consacrés à la communication organisationnelle est limitée pour les deux revues observées, plus présente pour Communication que pour le Canadian Journal of Communication. De plus, lorsqu’ils sont présents, la proportion d’entre eux qui privilégient une démarche critique est particulièrement faible.

22Notons enfin que l’étendue de l’observation ne nous permet pas en l’espèce de juger de l’évolution de la part des articles critiques pour chacune des deux revues, ce d’autant que la part d’articles à visée critique semble être notamment tributaire des thèmes retenus pour des numéros spéciaux dans le cas du CJC. Nous ne pouvons donc pour l’instant replacer la production académique critique dans une perspective historique plus large. Ce travail reste à faire à partir de l’élargissement de notre corpus à une période plus vaste. Il serait également fort intéressant de faire un travail complémentaire sur l’analyse des bibliographies. Toutefois, comme tout travail de ce genre, la complexité serait au rendez-vous puisqu’il est possible de mobiliser des auteurs pour bien des raisons, à commencer par le fait de s’en servir soit pour abonder dans son propre sens, soit au contraire pour les critiquer.

Bibliographie

Aubin F. 2006, La nouvelle résistance : stratégies de publicisation déployées par des intellectuels critiques de la globalisation (1994-2005). Thèse de doctorat en communication, UQAM, Montréal.

Balibar É. 1992. Les frontières de la démocratie. Paris : La Découverte, coll. Essais Cahiers Libres.

Boltanski L. et E. Chiapello. 1999, Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Nrf Essais

Bonneville L. et S. Grosjean. 2007. « Les défis que soulève l’informatisation de la pratique médicale sur le plan de l’innovation technologique. ». Canadian Journal of Communication, 32 (3/4). p. 435-456.

Freitag M. 1998. Le naufrage de l’université et autres essais d’épistémologie politique. Québec : Nota bene.

George É. 2009. « Le système universitaire : aliénation ou émancipation ? », dans L’émancipation d’hier à aujourd’hui, G. Tremblay (dir.), Québec : Presses de l’Université du Québec, p. 283-296.

Mattelart A. et M. 1986. Penser les médias. Paris : La Découverte, coll. Textes à l’appui.

Auteurs

Doctorant, Programme de doctorat en communication, UQAM et adjoint de recherche, centre de recherche GRICIS, renaud.carbasse@gmail.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540