Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 2. Réflexivité critique

L’apport de la sociologie pragmatique à une approche critique du projet

Anne Piponnier

Résumé

Cet article se propose d’étudier en quoi la sociologie pragmatique, et en particulier le concept d’épreuve, peut contribuer à construire une approche communicationnelle du projet et à en proposer une lecture critique.

Entrées d'index

Texte intégral

1L’organisation par projet est aujourd’hui une pratique généralisée à l’ensemble des domaines professionnels et des secteurs de l’activité. Objet largement consensuel, le projet oscille entre surcharge communicationnelle – à travers ses discours d’accompagnement – et silence cognitif – la littérature critique s’avère fort rare au regard de l’emprise sociale de la pratique de projet.

2Cette forme d’adhésion, aveugle à son propre mode de fonctionnement, ne semble laisser que très peu de prise à un espace critique pour tenter d’en comprendre les formes et les enjeux économiques et sociopolitiques. La sociologie pragmatique peut nous aider à appréhender ce qui se joue dans la disposition d’une société à organiser son action dans un format d’action (Thévenot, 2006) commun et à en plébisciter aussi bien individuellement que collectivement les objectifs, les normes et les pratiques.

3Fondée sur une étude empirique des pratiques de communication de la recherche organisées en mode projet, notre réflexion s’articule autour du concept d’épreuve développé par M. Callon et B. Latour, L. Boltanski et L. Thévenot. L’épreuve caractérise une nouvelle approche anthropologique des pratiques sociales dans laquelle l’acteur est à la fois libre de son action parce qu’il est capable de l’ajuster aux situations tout en devant tenir compte de certaines contraintes inhérentes à la situation (Nachi, 2006). À partir de ce concept central de la sociologie pragmatique, dont nous nous attachons à dégager la dimension heuristique et critique pour l’analyse des pratiques de projet, notre propos est de montrer en quoi l’apport de cette sociologie peut contribuer à la refondation critique du projet comme objet communicationnel.

La notion de projet dans la sociologie pragmatique

4Le programme de la sociologie pragmatique ne relève pas a priori d’une théorie critique, son objectif initial y était même opposé, comme le rappelle L. Boltanski : « Notre objectif était de sortir de la sociologie critique, de mettre en suspens – pas du tout pour des raisons politiques, mais pour des raisons méthodologiques –, la position critique du sociologue, afin de nous donner les moyens de prendre l’activité critique développée par les personnes ordinaires, comme objet d’une sociologie. Nous voulions faire une sociologie des compétences critiques que les personnes mettent en œuvre dans la vie quotidienne » (Blondeau, Sevin, 2004).

5L’histoire récente de la sociologie pragmatique s’est efforcée cependant d’apporter à la sociologie de l’action de nouveaux cadres interprétatifs : elle a montré une aptitude à développer des modèles théoriques en prise non seulement avec les terrains étudiés mais également avec sa propre réflexivité, en intégrant la critique dans ses objets et ses programmes de recherche. La parution en 1999 du Nouvel Esprit du Capitalisme de L. Boltanski et E. Chiapello, en témoigne : « Le nouvel esprit du capitalisme »a été entrepris au début de 1995. Alors se ressentait le besoin de reprendre pieds dans une sociologie susceptible de jeter un éclairage plus historique et plus “macro” sur un monde social dont je sentais, comme la plupart, qu’il était en train de changer profondément, sans être en mesure d’identifier clairement ce qui était en train de se passer et donc, avec un sentiment de malaise (…). J’ai pu reprendre pieds dans la sociologie économique grâce à la collaboration avec Eve Chiapello. Nous avons décidé d’analyser ensemble les nouveaux discours et les nouvelles pratiques de gestion qui avaient beaucoup changé depuis l’époque à laquelle j’avais écrit Les cadres (1982). Eve Chiapello, enseignante à HEC, avait, quand nous avons commencé, une connaissance beaucoup plus profonde que la mienne de ces changements. » (Blondeau, Sevin, 2004).

6Cette aptitude à intégrer la critique, commune à d’autres sociologies ne fait pas pour autant de la sociologie pragmatique une théorie critique. En revanche la sociologie pragmatique nous invite à prendre en considération le moment et les modalités de la critique comme ressource pragmatique pour explorer les objets et les pratiques sociales. Dans son entretien avec C. Blondeau et J.-C. Sevin de 2004, L. Boltanski précise : « Le Nouvel esprit du capitalisme repose ainsi sur une scénographie comportant trois actants (et non pas trois “acteurs” puisqu’il ne s’agit pas de personnes physiques mais d’entités abstraites agissant dans des textes) : le capitalisme, l’esprit du capitalisme et la critique. La dynamique repose dans une large mesure sur la critique. C’est en premier lieu sous l’effet de la critique que se modifie l’esprit du capitalisme » (Blondeau, Sevin, 2004).

7Le travail opéré sur le projet par L. Boltanski et E. Chiapello est au cœur de cette nouvelle dynamique pragmatique de la critique : la cité par projet, la 7e cité introduite dans Le nouvel esprit du capitalisme désigne « le nouvel appareil justificatif qui nous semble actuellement en formation (…). [Cette expression] est en fait calquée sur une dénomination fréquente dans la littérature de management : l’organisation par projets. Celle-ci évoque une entreprise dont la structure est faite d’une multitude de projets associant des personnes variées dont certaines participent à plusieurs projets. La nature même de ce type de projets étant d’avoir un début et une fin, les projets se succèdent et se remplacent, recomposant au gré des priorités et des besoins, les groupes et équipes de travail. Par analogie nous pourrons parler d’une structure sociale par projets ou d’une organisation générale de la société par projets. » (Boltanski et Chiapello, 1999, p. 158).

8C’est précisément cette analyse de l’organisation par projet telle qu’elle se déploie dans la littérature de management qui éclaire la portée critique des travaux sur le projet : la cité étant un registre des économies de la grandeur qui « codifie les formes auxquelles doit se conformer la justice dans un monde réticulaire » (op. cit., 1999, p. 158), la cité par projets « se présente comme un système de contraintes pesant sur un monde en réseau incitant à ne tisser des liens et à n’étendre ses ramifications qu’en respectant les maximes de l’action justifiables propres aux projets » (op. cit., 1999, p. 161).

Le dispositif de projet dans les pratiques professionnelles de la recherche : une double mise a l’épreuve

  • 2 L’étude est fondée sur un large corpus de projets de recherche internationaux en sciences humaines (...)

9La contribution de la sociologie pragmatique à notre travail sur le projet s’est forgée dans le cadre d’une étude empirique longue, menée de 2003 à 2010 sur les pratiques de communication de la recherche en mode projet2.

10Fondée sur une approche ethnosémiotique (Le Marec, 2001) du terrain et des pratiques observés, cette étude porte principalement sur l’espace de travail et d’interactions entre membres d’un projet commun qui débattent autour de la communication de la recherche en train de se faire et qui s’essaient à co-construire un dispositif qui soit adapté aux objectifs scientifiques et communicationnels de l’activité en cours. L’objectif était d’observer ce qui se joue dans la fabrication de dispositifs numériques de communication dédiés – en particulier des portails et des sites de projet – et d’analyser comment, à cette occasion, de nouveaux échanges entre activité scientifique et communication sont amenés à se nouer (Piponnier, 2006, 2010).

11L’espace de pratiques observé est de fait un théâtre d’expériences, non seulement de l’activité scientifique en mode projet à laquelle les acteurs sont diversement accoutumés, mais aussi et surtout de l’expérimentation de sa médiatisation qu’il s’agit d’aménager et de réinventer sans cesse dans l’espace du projet. Cette expérimentation met à l’épreuve d’un côté les individus face aux objets techniques qu’ils manipulent – notamment les outils numériques d’édition – et aux environnements qu’ils utilisent – réseaux, serveurs, interfaces de travail – et de l’autre, les individus entre eux, à travers les informations et les connaissances qu’ils produisent et échangent en utilisant ces outils. Dans les terrains observés, l’organisation médiatique de l’activité de recherche dans l’espace du projet révèle une activité fortement équipée (Vinck, 1999) et une forme de textualisation de la pratique, par laquelle les textes et les objets sémiotiques mis en public « distribuent de la visibilité » (Jeanneret, 2004).

L’apport théorique de la sociologie pragmatique pour la recherche sur le projet

12Cette façon d’aborder le projet comme situation médiatique équipée n’aurait pu voir le jour sans le travail fondateur de B. Latour sur l’ethnographie de laboratoire et sa capacité à entrer dans la « boîte noire » du travail scientifique. Or c’est précisément cette volonté d’ouvrir et de rouvrir sans relâche les boîtes noires qui confère à la sociologie pragmatique sa faculté critique.

13La capacité à confronter les objets et les pratiques dans l’action, issue des travaux de la sociologie de la traduction (Akrich et al., 2006) est incarnée et amplifiée dans la notion de mise à l’épreuve : pour observer la science, il est nécessaire de partir des pratiques et celles-ci peuvent être caractérisées comme une série de mises à l’épreuve, qui sont généralement des épreuves de force : entre par exemple l’auteur d’un texte et son lecteur (Latour, 2005, p. 130), mais aussi et d’une manière plus générale des textes aux choses (op. cit., p. 154). La réalité observée n’est donc pas ce qui préexiste à l’observation mais ce qui « résiste (…) à des épreuves de force » (op. cit., p. 228). Il s’agit là de regarder comment l’activité s’écrit et s’inscrit dans un réseau d’objets et de pratiques en interrogation réciproque. Dans cette optique, « l’attention aux procédures de preuve et d’épreuve plutôt qu’à des croyances fixées et attachées à des groupes » (Thévenot, 2006, p. 77) permet d’éviter à notre objet de recherche une double clôture : celle qui réduirait le collectif observé à son appartenance à un champ de production (Bourdieu, 1975) ou à un milieu scientifique ; celle qui rabattrait la situation de projet sur le dispositif managérial et ses logiques d’action.

14Dès lors, dans nos travaux sur l’activité de communication scientifique réalisée en mode projet, l’observation des équipes aux prises avec leur activité de recherche ne pouvait passer sous silence le projet comme situation de pratique au cours de laquelle, dans les contextes considérés, la communication scientifique est mise à l’épreuve.

L’impact critique de la notion de mise à l’épreuve sur la recherche

15La contribution de la sociologie pragmatique à une théorie critique du projet a procédé d’une double mise à l’épreuve, celle, que l’on pourrait qualifier d’anthropologique, qui concerne l’observateur et son terrain, et celle communicationnelle qui concerne les objets, dispositifs et processus observés. Parler de mise à l’épreuve pour caractériser l’impact de la sociologie pragmatique sur nos travaux autour de la communication scientifique de projet montre la fécondité de cette approche à la fois pour penser les objets sociaux en cours de construction mais aussi pour réévaluer et recentrer la dimension communicationnelle des pratiques, dans le cadre pragmatique qu’elle s’est donné.

16Le travail de réflexivité qui s’en dégage porte sur les deux volets indissociables de la pratique de recherche, sans négliger la situation (Quéré, 1997) de pratique dans laquelle le chercheur se trouve nécessairement impliqué, ni l’environnement sociotechnique dans lequel il évolue.

17Au plan méthodologique, la notion de mise à l’épreuve interroge la démarche adoptée, sa pertinence et sa performance au regard de l’objet étudié : comment observer le projet à la fois comme un cadre de l’expérience (Goffman, 1991) qui met en scène une action inédite, singulière quoique généralement vécue dans une expérience similaire passée, et comme processus communicationnel qui use de codes et d’équipements sociotechniques mobilisés soit dans des activités de projet antérieures, soit concomitantes. La situation de projet, en ce qu’elle définit et produit des interactions dans une temporalité précise, des façons de faire outillées par toute une gamme d’objets intermédiaires qui l’équipent dans le cadre de ces interactions, est l’objet communicationnel par lequel le projet prend sens et réalité pour l’ensemble des acteurs concernés : aussi bien ceux pris dans l’action de projet, que celui qui l’observe.

18Au plan épistémologique, la mise à l’épreuve fournit, par l’analyse des pratiques, un modèle théorique qui renouvelle et prolonge la réflexion sur le projet comme objet scientifique en communication (Bernard, 2000). Concrètement, elle permet de questionner la démarche adoptée et ses objectifs scientifiques : que devient l’objet scientifique, c’est-à-dire la communication scientifique, dans la situation de projet ? Qu’est-ce qu’une science en action (Latour, 2005) précisément dans l’espace temporel, technique, cognitif et socioéconomique du projet ? En quoi et dans quelle mesure, le projet absorbe-t-il la communication scientifique à travers les artefacts que le modèle institutionnel de l’activité scientifique en mode projet construit et tend à imposer ?

19Nous retiendrons ici trois moments-clés de cette mise à l’épreuve, pour lesquels l’apport de la sociologie pragmatique a été décisif :

  • Relier le dispositif à la situation : la prise en compte de la situation, forgée par la sociologie de l’action ouvre une relecture du dispositif comme espace socialement situé par les épreuves qui le traversent. Il s’agit alors d’observer de manière nouvelle ce qui, dans la situation pratiquée du projet, fait dispositif : autrement dit, de voir comment la sociologie pragmatique nous invite à appréhender dans l’espace sociocognitif du projet, non seulement les relations d’interdépendance entre les agents de la situation, mais également les processus de traduction (Akrich et al., 2006 ; Lemieux, 2004) à l’œuvre dans la situation de projet.
  • Reconsidérer la figure de l’acteur : l’examen pragmatique de ce qui fait dispositif dans l’activité de recherche en mode projet, permet de reprendre la figure de l’acteur. Observer l’activité de communication dans laquelle sont mobilisés des énoncés, des textes, des procédures, des codes sociotechniques inscrits dans des formes sémiotiques et des temporalités forgées dans la situation, oblige à reconsidérer la figure de l’acteur. Le travail sur les objets et les traces de l’activité, permet d’une part de tenir à distance une représentation codifiée du travail de l’individu au sein du collectif de projet, mais d’autre part de considérer le processus communicationnel et médiatique comme une forme de mise à l’épreuve jusque-là restée dans l’ombre. Une approche critique du terme d’acteur est alors possible : à la fois performatif et topos du discours managérial de projet, la notion d’acteur peut être réévaluée en examinant finement les multiples épreuves communicationnelles dans lesquelles les pratiques trouvent leur possible singularité, notamment ce qui, individuellement comme collectivement, sera fait des outils, des cadres et des contraintes propres à la situation.
  • Retravailler la question de l’engagement : corollaire de la figure de l’acteur, la question de l’engagement, telle que l’a développée L. Thévenot (2006) montre un processus en tension entre intention, incitation et contrainte. La notion d’engagement, comme le rappelle Laurent Thévenot dans l’introduction à L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, pose le primat de la relation entre l’acteur et son environnement : « À la différence des modèles de l’action qui mettent tout l’accent sur l’acteur, sa collectivité ou son individualité, sa conscience ou son inconscience, sa réflexion ou son irréflexion, notre caractérisation des régimes d’engagement met en évidence le façonnement conjoint de la personne et de son environnement, que requiert son engagement » (Thévenot, 2006, p. 14). Ainsi, mobiliser la notion d’engagement dans une situation de projet, s’efforce de reconsidérer le rapport pluriel et complexe que l’acteur entretient avec son contexte d’action. Elle permet d’éviter un cadre d’analyse binaire qui verrait s’imposer soit une détermination personnelle de l’acteur, son intention à faire – concevoir, participer à un projet – qui s’exercerait hors contexte, soit celle d’un environnement contraignant – un programme thématique, un appel à projet – qui imposerait, de manière unilatérale, ses règles d’action. L’engagement n’est ni une simple réponse à de quelconques stimuli ni une obéissance stricte à la règle. Il est une construction communicationnelle qui se produit à la faveur de l’interaction entre différents moteurs – acteurs humains et non-humains – et modalités de l’activité.

Réarticuler dans le projet pragmatique et critique

20Au regard de ces objectifs méthodologiques et scientifiques, notre approche consiste à proposer pour le projet un cadre d’analyse qui puisse articuler dimension pragmatique et critique. Travaillée à partir de l’usage de la notion d’épreuve, ce travail a débouché sur l’élaboration du concept de « pragmatique éditoriale » (Piponnier, 2006).

21Ce terme a été forgé dans la perspective de faire tenir ensemble la pratique et l’analyse de la pratique, les formes de l’engagement et de la distanciation, l’inscription matérielle et les processus de production de sens. Il est susceptible de désigner et de qualifier la singularité des phénomènes de traduction que réalisent les activités de communication de la science en mode projet. Ces phénomènes sont repérables et observables dans leur capacité à faire du projet un dispositif hybride (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001). Celui-ci est caractérisé par une forme spécifique de communication dans laquelle le travail éditorial est un révélateur de la prise en charge de l’action dans la situation de projet. Cette prise en charge, de nature pragmatique, tend à faire monde commun en reliant des catégories d’action et d’observation jusque-là dissociées ou tenues à distance : rapprocher pour en éprouver la validité, le lieu de la science et le lieu du discours sur la science ; confronter pour les redéfinir, les acteurs à la fois humains et non-humains pris dans la situation ; prendre en compte pour les réévaluer, les formes et les processus d’énonciation dans leurs multiples inscriptions matérielles et sociotechniques.

22Réarticuler pragmatique et critique pour travailler sur un objet tel que le projet nous a donc permis de passer d’une approche par la communication de projet qui, pour être critique, prend toujours le risque d’en construire a posteriori une vision linéaire et fonctionnelle et d’en inférer une substance organisationnelle, à une étude du projet comme objet communicationnel à part entière.

La contribution de la sociologie pragmatique pour penser le projet comme objet communicationnel à part entière

23La recherche sur la communication scientifique de projet entend éclairer non seulement la pratique de projet dans un champ professionnel situé, mais également ce qui dans cette pratique relève d’un fait communicationnel généralisé. Or, face à la surcharge communicationnelle qui pèse sur le projet dans la sphère sociale et professionnelle, il nous semble précisément nécessaire de travailler ce qui relève d’un « impensé communicationnel » (Bouillon, 2008) dans les approches conventionnelles sur le projet comme organisation.

Chercher dans le projet, l’objet communicationnel

24Le projet, nous l’avons vu dans le cas de l’activité scientifique, est perçu et de plus en plus vécu, comme un modèle organisationnel inévitable, voire naturel : or c’est précisément le caractère éminemment construit de ce modèle et la dimension communicationnelle de cette construction que la sociologie pragmatique peut nous aider à identifier et à analyser.

25Là où la sociologie observe les objets dans l’action pour s’arrêter à une approche essentiellement sociocognitive, l’approche communicationnelle peut ouvrir de nouvelles perspectives. L’objectif est de travailler ce qui dans la généralisation d’une pratique tend à la naturaliser, en observant les processus de mise en forme et en norme de l’activité, quel que soit le domaine et l’ampleur de l’action considéré. Il s’agit alors de voir dans le projet un acteur-réseau (Latour, 2005), qui n’agit pas seulement dans son propre champ d’action – le cas de la recherche en est un exemple probant – mais dans les différents territoires de l’activité professionnelle où ce dispositif s’exerce et tend à se consolider.

  • 3 Nous reprenons ici à notre compte les quatre dimensions distinguées par J.-L. Bouillon (2008) pour (...)

26Pour répondre à cet objectif critique, il est indispensable de faire dialoguer dans l’espace de la recherche sur le projet, les différentes dimensions communicationnelles3 de l’organisation avec les instruments par lesquels elles bâtissent les coordinations et les conventions destinées à construire l’adhésion, tels que les campagnes de recherche, les appels à projet, les outils numériques et les corpus documentaires liés à l’activité de projet. À cette condition, peuvent être appréhendés à travers ces instruments de nouvelles formes et processus d’institutionnalisation du projet dans la pratique professionnelle.

Décoder une forme de naturalisation de l’action

27L’approche communicationnelle peut s’appuyer sur la notion d’épreuve pour mettre en confrontation et en tensions ce qui, dans les formats d’action observés, en l’occurrence le projet, contribue à en construire une approche normative mais aussi les conditions de son acceptabilité sociale.

28Nous retiendrons ici trois aspects qui nous semblent particulièrement caractéristiques des pratiques de projet telles que nous pouvons les observer dans le champ professionnel de la recherche :

Une naturalisation de l’adhésion par le contrat

  • 4 Terme en vigueur dans les documents de projets du PCRDT pour désigner un contrat de partenariat int (...)

29Dans le projet institutionnel de recherche, la question de l’adhésion est en quelque sorte évacuée au profit du contrat, lequel s’incarne dans de multiples documents, selon des codes de rédaction extrêmement précis et contraignants. Prise dans la diversité des règles et des procédures déclaratives, l’adhésion devient un implicite de la coordination de l’activité. Donnée comme préalable à toute activité de projet, c’est pourtant le système sémiotechnique du contrat qui la fait advenir. Parce qu’il agence les relations entre les acteurs autour de documents destinés à administrer la preuve de l’adhésion, le contrat de consortium4 ou partenarial signe à la fois matériellement et symboliquement l’accord passé entre les partenaires et prend forme et place de tout autre processus d’adhésion.

30Dans ce modèle du projet, la coordination autour de la gestion de la procédure tend à se substituer à la coopération entre les acteurs. Bruno Latour avait déjà noté l’importance symbolique du partenariat dans le travail scientifique qui forme et renforce le crédit, intellectuel, financier, institutionnel des entités partenaires (Latour, 2005). Ce que le contrat inaugure, c’est le rôle déclaratif des responsabilités qui prend le pas sur la coopération à travers la codification des rôles : la définition des worpackages, des systèmes ex-ante de répartition d’activités par lots et leur cortège de sous-traitances, déplace a priori vers des régimes d’autorités, ce qui aurait pu trouver sa justification et son sens dans le cours de l’action.

Une naturalisation de la régulation par l’évaluation

31Du contrat dépendent le financement, l’évaluation, dont les agences organisent la gestion et le contrôle. Dans ce contexte, le projet peut être appréhendé comme un dispositif de « régulation conjointe » (Reynaud, 1997), produisant des phénomènes d’ajustements réciproques entre la sphère politique via ses instruments d’action – agences, programmes, appels à projets –, et un champ professionnel, ici celui de la recherche, qui fait exister ces instruments non seulement en répondant aux appels d’offre mais également en intervenant de manière plus ou moins directe dans la définition des thématiques et de leur agenda. Cette régulation semble se déplacer et perdre de son crédit au profit de l’évaluation, une figure hybride qui recompose en permanence les jeux d’acteurs, à la fois tenus de se soumettre à la règle – pour être retenus et donc financés – et enclins à justifier leur action dans des activités de diffusion et de valorisation.

Une naturalisation de la reconnaissance par l’exposition médiatique

32Ce qui est caractéristique de l’activité professionnelle de projet, en particulier dans le domaine de la recherche, c’est le régime médiatique dans lequel s’inscrit l’action. Cette inscription ne se limite pas aux processus organisationnels de l’activité de projet : elle met en scène l’activité en exigeant de chacun des acteurs à la fois une surexposition au travail (Piponnier, 2009) – notamment à travers l’incitation à construire des dispositifs de diffusion numérique et le jeu de la publication des bonnes pratiques – et un effacement de soi au profit de nouvelles formes d’énonciation collective.

33La portée critique de l’analyse pragmatique du projet montre un double enjeu : d’une part, elle nous indique la nécessité à travailler sur une forme de trivialité (Jeanneret, 2004) de la recherche en sciences sociales, pour en saisir et en interpréter les conditions de sens matérielles et symboliques ; d’autre part, elle contribue à montrer le double processus de professionnalisation et de marchandisation de la recherche (Lefebvre et Trompette, 2005). En « invitant » chaque chercheur et chaque collectif de recherche à capitaliser ses recherches et ses savoirs dans un format d’action commun, le pilotage par projet de la recherche dans la société néolibérale, introduit un nouvel élément dans le marché de la production de la science (Latour, 1996). Celui-ci doit être interrogé non seulement au regard d’une science en action mais de nouvelles formes de production de soi (Gorz, 2003) que cette science autorise et régule.

Bibliographie

Akrich M., Callon M. et Latour B. 2006. Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris : Presses de l’École des Mines.

Bernard F. 2000. Objet professionnel et objet scientifique : divergences et convergences, le cas du projet d’entreprise, in Delcambre, P. (sous la dir.), Communications organisationnelles : objets, pratiques, dispositifs, PUR, p. 149-156.

Blondeau C., Sevin J.-C. 2004. Entretien avec Luc Boltanski, une sociologie toujours mise à l’épreuve, ethnographiques.org [version électronique], http://www.ethnographiques.org/2004/Blondeau,Sevin.html, avril, n° 5.

Boltanski L., Chiapello E. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, Chap. II, La formation de la cité par projets, p. 154-238.

Bourdieu P. 1975. La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de la raison, Sociologies et Sociétés, vol.7, n° 1, p. 91-118.

Bouillon J.-L. 2008. « L’impensé communicationnel » dans la coordination des activités socio-économiques. Les enjeux des approches communicationnelles, Sciences de la société, n° 74, p. 65-83.

Callon M., Lascoumes P. et Barthe Y. 2001. Agir dans un monde incertain, Paris : Seuil.

Dodier N. 1993. Les Appuis conventionnels de l’action. Éléments d’une pragmatique sociologique, Réseaux, n° 62, p. 63-85.

Goffman E. 1991. Les cadres de l’expérience, Paris : Minuit.

Gorz A. 2003. L’immatériel, Paris : Galilée.

Jeanneret Y. 2004. Forme, pratique et pouvoir. Réflexions sur le cas de l’écriture, Sciences de la société, n° 63, p. 41-56.

Latour B. 2007. Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La découverte.

Latour B. 2005. La science en action, Paris : La découverte.

Latour B., Woolgar S. 1996. La vie de laboratoire, Paris : La découverte.

Lefebvre A., Trompette P. (sous la dir.). 2005. Entre postures critiques et arrangements pragmatiques, Sciences de la société, n° 66, p. 3-13.

Le Marec J. 2001. Ce que « le terrain » fait aux concepts : vers une théorie des composites, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Paris 7.

Lemieux C. 2004. « Société critique » et sociologie des épreuves, Archives Audiovisuelles de la Recherche [version électronique], http://www.archivesaudiovisuelles.fr/343/

Nachi M. 2006. Introduction à la sociologie pragmatique, Paris : Armand Colin.

Piponnier A. 2010. Publier la recherche en mode projet : objets et pratiques entre autonomie et normalisation, in Jeanneret, Y. (sous la dir.), Actes du colloque international Édition et publication scientifiques en sciences humaines et sociales : formes et enjeux, Avignon, 17-19 mars 2010, Université d’Avignon et des pays du Vaucluse, p. 193-203.

Piponnier A. 2009. L’individu est-il soluble dans le projet ? Trace(s) de soi et effacement de soi dans la communication de projet, Communication et organisation, n° 36, p. 123-134.

Piponnier A. 2006. Dispositifs éditoriaux émergents dans les communautés scientifiques internationales de réseau, in Chartron, G., Broudoux, E., Document numérique et société, ADBS, p. 251-264.

Quéré L. 1997. La situation toujours négligée ?, Réseaux, n° 85, p. 163-192.

Reynaud J.-D. 1997. Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris : Armand Colin.

Thévenot L. 2006. L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris : La découverte.

Vinck D. 1999. Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique, Revue Française de sociologie, n° 40-2, p. 385-414.

Notes

2 L’étude est fondée sur un large corpus de projets de recherche internationaux en sciences humaines et sociales financés dans le cadre des différents programmes-cadre de l’Union Européenne (PCRDT), de 2003 à 2009.

3 Nous reprenons ici à notre compte les quatre dimensions distinguées par J.-L. Bouillon (2008) pour qualifier les dimensions communicationnelles : situations de communication ; espace d’interaction ; espaces d’argumentation ; espaces de travail.

4 Terme en vigueur dans les documents de projets du PCRDT pour désigner un contrat de partenariat international.

Auteur

Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA, anne.piponnier@iut.u-bordeaux3.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540