Versione classicaVersione mobile

Le dialogue : introduction à un genre philosophique

 | 
Frédéric Cossutta

Deuxième partie. Approches historiques et doctrinales

Chapitre 5. Naissance d’un genre dans l’Italie du Quattrocento : le dialogue « moral » en langue vulgaire1

Philippe Guérin

Testo integrale

  • 1 Cet article se propose de présenter sous une forme synthétique la problématique de départ, les déma (...)
  • 2 Nous envisageons ici cette forme textuelle dans sa dimension d’alternative au traité dans les domai (...)
  • 3 Carlo Sigonio, De dialogo liber (1562) ; Sperone Speroni, Apologia dei dialoghi (1574) ; Torquato T (...)

11. Nous avons affaire avec le dialogue2 à un « genre » qui, paradoxalement, malgré les périodes de grande fortune qu’il connaît dans la littérature occidentale, et notamment en Italie à l’âge de l’humanisme, échappe durablement à toute approche métadiscursive systématique avant la seconde moitié du xvie siècle3 – et encore ne s’agit-il là que d’une interruption temporaire du silence des créateurs et des théoriciens en la matière.

  • 4 Rares, et à notre sens peu satisfaisantes, sont les exceptions : v. par exemple S. Guellouz, Le dia (...)
  • 5 Ne pouvant ici entrer dans le détail, nous nous contenterons de signaler en passant que, devant les (...)
  • 6 Nous empruntons l’expression à F. Armengaud, La pragmatique, Paris, P.U.F., 1985.
  • 7 Nous transposons ici les concepts de base d’une théorie générale du discours philosophique que prop (...)

2Les sollicitations qui résultent d’une telle situation sont de deux sortes. Il y a, d’une part, l’insatisfaction due au fait que l’histoire littéraire, lorsqu’elle aborde cette forme, semble dépourvue d’instruments d’analyse, et se cantonne le plus souvent à un niveau de généralité tel que la spécificité de la « poétique » dialogique s’y dissout pour l’essentiel4. Un tel « oubli » donne lieu aussi d’ailleurs, dans le domaine de l’histoire tout court, à toute une série d’extrapolations contestables, voire tout à fait abusives5. D’autre part, le regard que nous portons aujourd’hui sur les œuvres dialoguées peut difficilement se soustraire (s’il n’en procède pas pour une large part) à l’actuelle « promotion du dialogisme »6, qui caractérise tant la philosophie du langage, que la linguistique du « discours », et, sur un mode dérivé, la théorie de la littérature - quand pour cette dernière, il ne s’agit pas de l’héritage bakhtinien. Il apparaît en tout cas aujourd’hui souhaitable, et en quelque sorte inévitable, que nos lectures se fassent attentives à l’institution du discours dialogué, aux différents niveaux d’opérations discursives qui lui confèrent sa spécificité : telle est la tâche que nous nous sommes fixée7.

 

  • 8 Nous nous contentons de renvoyer à ce propos aux textes « canoniques » de H. R. Jauss, Pour une est (...)

32. Il convient donc au préalable de préciser un peu mieux cet « horizon » dans lequel s’inscrit notre intérêt pour le dialogue, de mieux élucider la relation « herméneutique » que nous tentons de nouer avec ce type de production textuelle8, envisagée au moment de sa « renaissance » au Quattrocento, et plus particulièrement dans les formes tout à fait inédites de sa version « vulgaire ». Nous faisons alors le constat que, non seulement pour ce qui est des outils d’analyse qu'elle offre, mais plus encore par la problématique d’ensemble qu'elle permet de poser, la réflexion issue du vaste continent « pragmatique », ainsi que les résultats à quoi parviennent la philosophie analytique, la linguistique de l’énonciation, etc., entrent en résonance de manière singulière, et ce jusque dans leurs implications éthiques, avec les grandes interrogations relatives au langage, telles qu’elles se laissent percevoir dans toute une série de textes de notre période d’élection.

  • 9 Nous devons à ce propos déclarer notre dette à l'égard des travaux pionniers d’Eugenio Garin ; à ti (...)

4Et nous avançons enfin l’hypothèse que la redéfinition du « sujet parlant » de la modernité occidentale pourrait bien avoir une part essentielle de son soubassement archéologique précisément dans les œuvres que nous avons choisi d’étudier. L’on voit par là aussi que l’enjeu historiographique, dans le cas où une telle hypothèse se trouverait confirmée par l’analyse des textes, est de taille : il s’agirait de saisir l’un de ces moments où un équilibre ancien vacille, et où une nouvelle configuration se profile, en l’occurrence par déplacement du centre de gravité de la production langagière. Loin de chercher à reproduire des schèmes de progrès linéaire, autour de thèmes étroitement circonscrits, correspondant à des disciplines cloisonnées, et permettant de penser l’histoire (les histoires) en termes de ruptures clairement repérables, c’est dans le creuset d’expérimentations en apparence purement formelles que nous tentons d’établir une perspective historique à la fois anti-positiviste et « anti-héroïque »9.

 

  • 10 L. Bruni, Ad Petrum Paulum Histrum Dialogus, in Prosatori latini del Quattrocento, a cura di E. Gar (...)
  • 11 Cf. H. Baron, The crisis of the Early Italian Renaissance, Princeton (New Jersey), Princeton Univer (...)
  • 12 Nous pensons ici à ces autres formes ouvertement allocutives abondamment pratiquées par les humanis (...)
  • 13 Cf. L. M. Batkin, Ital’janskie gumanisty : stil’zizni i stil’myslenija, Moscou, Izdatel’stvo « Nauk (...)
  • 14 Cf en particulier C. Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanesimo. « Invenzione » e « Metodo  (...)

53. L’une des œuvres inaugurales de l’humanisme florentin est le Dialogus ad Petrum Paulum Histrum de Leonardo Bruni10. Les protagonistes de ce texte (rédigé en latin vraisemblablement entre 1401 et 1406 – au plus tard)11 développent une théorie de la « dispute » destinée à peser sur le cours, et de la pensée humaniste, et de ses modes de production. La nécessité de la confrontation, de l’approche plurielle des problèmes débattus, y est clairement mise en avant, au nom des vertus pédagogiques et heuristiques d’une telle « méthode », fondée sur l’opposition des points de vue. On a vu dans cette œuvre une sorte de manifestation prototypique de l’« esprit dialogique » qu’annonçait déjà, il est vrai, le Pétrarque du Secretum ou du De remediis utriusquefortune, mais qui aurait, davantage que tout autre aspect caractéristique de la période envisagée12, valeur de paradigme pour la culture du Quattrocento13. La réunification des « arts du discours » (des artes sermocinales) sous les espèces de la parole persuasive, leur inscription dans le cadre d’une logique du probable, ainsi que la réconciliation entre « res » et « verba » qui les accompagne, seront dès lors des leitmotiv, explicites ou implicites, de la pensée humaniste14.

 

  • 15 Nous devons la caractérisation en ces termes de la première génération de l’humanisme florentin en (...)
  • 16 V., pour ce qui est des termes à la fois historiques, idéologiques et techniques du problème, tel q (...)
  • 17 Nous renvoyons à l’éd. suivante : M. Palmieri, Vita civile, a cura di G. Belloni, Firenze, Sansoni, (...)
  • 18 Cf. M. Martelli, Palmeriana, « Interpres », 5 (1983-84), p. 277-301.

64. Quelques années plus tard, et toujours dans ce milieu florentin dont Bruni est le pivot, se fait jour, au nom de l’« utile » cher à l’« humanisme civil (ou civique) »15, l’exigence d’une promotion du « vulgaire » (afin que le plus grand nombre puisse avoir accès aux œuvres de l’esprit)16. L’un des représentants les plus en vue de ce courant, Matteo Palmieri, esquisse alors, en préambule à sa Vita civile17, une poétique spécifique : celle d’un dialogue « incarné », mettant en présence, comme chez Bruni, des personnages « historiques » contemporains, ne nourrissant plus de prétention à l’« absolue vérité », engagés dans une « conversation familière » (« dimestico ragionamento »), dont la force « mimétique », ainsi que le rayon d’influence, doivent, selon l’auteur, se trouver démultipliés par le choix qu’il a fait de la langue vernaculaire. Cependant, un examen attentif du texte révèle que la forme dialoguée, loin d’être génétiquement constitutive, est ici le fruit de la réécriture d’un traité premier, transformé ultérieurement en dialogue « didactique »18.

  • 19 L. B. Alberti, I libri della famiglia, a cura di R. Romano e A. Tenenti, nuova ed. a cura di F. Fur (...)
  • 20 Il s’agit des textes suivants : Theogenius (1440 env.), Profugiorum ab aerumna libri III (1442), De (...)

7Nous faisons alors l’hypothèse que l’une des raisons de cette modification pourrait tenir à l’apparition, quelques années auparavant, d’un texte novateur, les Libri della famiglia de Leon Battista Alberti (1404-1472)19, auxquels Palmieri semble emprunter l’expression citée plus haut de conversation familière ; en outre, les autres grands dialogues albertiens rédigés en toscan sont d’emblée conçus et rédigés comme tels20. Nous aurions donc affaire avec cet auteur au véritable « inventeur » du dialogue en langue vulgaire.

 

  • 21 Rappelons à ce propos, et en nous en tenant aux points essentiels, qu’Alberti est le premier théori (...)
  • 22 Il est impossible de recenser ici la très abondante littérature critique qui lui est consacrée. Nou (...)
  • 23 V. par exemple les travaux (à l’époque de leur parution tout à fait novateurs) d’E. Garin, Studi su (...)
  • 24 Cf. les ouvrages de Jauss cités à la n. 8 ci-dessus.
  • 25 Pour les plus importants des traités ou opuscules « techniques », cf. n. 21 ci-dessus ; les textes (...)

85. Cet humaniste inclassable, aux intérêts étonnament divers, qui en ont fait au regard de l’histoire culturelle un pionnier de la modernité21, est l’auteur d’une production extrêmement riche et variée, complexe, et traversée de multiples contradictions22. L’œuvre de ce véritable « écorché », ou encore « déraciné »23, apparaît comme une criante illustration, parfois paroxystique, du jeu dialectique de questions et de réponses dans lequel l’herméneutique littéraire voit l’essence de la production artistique24. Mais les réponses qu’apporte Alberti aux questions « téméraires » nées de son rapport très particulier, éminemment problématique et douloureux, au monde qui l’entoure, varient considérablement d’un texte à l’autre. Tandis que l’œuvre latine est (hormis bien entendu les traités « techniques ») placée sous le signe de la dérision, de l’ironie, de la satire25, une autre réponse se construit dans et par le dialogue italien, qui modélise ce que pourrait être un monde humain pacifié, réconcilié avec lui-même et avec l’ordre « naturel » du monde.

 

  • 26 V. en particulier I libri della famiglia, éd. cit., p. 53-54.
  • 27 Telle est la conclusion à laquelle aboutit F. Tateo dans l’ouvrage cité à la n. 3 ci-dessus.

96. A cette fin, Alberti, notamment dans le De familia, ébauche une théorie des signes, ou plus exactement, et parce que sa visée est exclusivement praxéologique, se penche sur les « indices » - ces « indexicaux » qui, dans la classification peircienne, entretiennent un rapport « existentiel » avec ce qu’ils signifient26. En effet, dans le langage universel qu’ils manifestent et où se dévoile l’ordre naturel de la création, réside non seulement la possibilité pour tout être animé de s’orienter dans le monde, d’opérer les choix nécessaires à sa « conservation » (individuelle ou collective), mais aussi la condition première et générale de la stabilité et pérennité de la Nature (une nature envisagée ici explicitement comme « naturans », et audacieusement assimilée à Dieu). Dès lors, dans le domaine spécifique, mais fondamental (fondamental parce que l’homme est le couronnement de l’édifice), que représente le commerce des hommes entre eux, les signes par lesquels ceux-ci s’expriment, et notamment ceux du langage verbal, assument une importance capitale. Il semble logiquement inévitable d’en inférer qu’Alberti entend nous offrir, dans les mises en scène dialoguées qu’il propose de ce commerce, autant d’exemples de relations harmonieuses et réussies, de modèles pour la vie associée, de miroirs des conduites vertueuses. C’est ainsi que, conforme à un ordre du monde « structuré comme un dialogue », la partie de la production albertienne que nous examinons en est l’épiphanie dans le domaine proprement humain ; telle est sa portée éthique, dont la mise au clair permet d’échapper à une description de l’œuvre à notre sens aporétique, en termes de poétique « réaliste », où l’irrésolution fréquente de l’opposition des points de vue, le tour parfois même éristique des conversations, pourraient conduire (et conduisent parfois dans les faits) à un diagnostic de nihilisme27. C’est à ce titre aussi, d’ailleurs, que le choix de la langue vulgaire, fondatrice – pour paraphraser Gadamer – d’un authentique « langage commun », prend véritablement toute sa signification.

 

  • 28 C’est le cas en particulier du Momus. Sur le poids philosophique que l’on peut toutefois conférer à (...)
  • 29 Cf. C. Casagrande, S. Vecchio, I peccati della lingua, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, (...)
  • 30 Il convient de souligner que la réflexion albertienne sur ce que l’on pourrait appeler les perversi (...)

107. Ce bon usage du langage, Alberti cependant le pose aussi en l’opposant à son exercice déréglé, à son double pervers – à cet impensé dont Alberti, qui n’est pas philosophe (parce qu’il refuse délibérément de philosopher), rend compte le plus souvent métaphoriquement28. Mais il le dénonce aussi régulièrement, par le biais métalinguistique de la description et de théorisations fonctionnelles, et en recyclant un matériau conceptuel médiéval hérité de ses années de formation29 (qu’il recompose toutefois de manière novatrice), les avatars « monstrueux » de ce don inestimable de la nature qu’est le langage humain30 ; il pointe alors l’envers de la bonne parole, c’est-à-dire cela même qui interdit la réalisation des fins immanentes de la création. Pour l’observateur déchiré qu’il est de la réalité humaine, il faut donc chercher à tout prix à faire cesser le scandale de cette perversion, dont, répétons-le, il nous offre par ailleurs dans une part importante de son œuvre latine, en mobilisant toutes les ressources de l’ironie, par des parodies qui doivent beaucoup à la lecture de Lucien, la mise en scène « mimétique ». La phénoménologie du difforme est dès lors le miroir renversé, la contre-épreuve repoussante de la concinnitas recherchée, tant désirée : elle permet aussi, par la négative, de mieux définir cette dernière.

 

  • 31 Nous étudions ici la « scénographie » comme moment constitutif premier de l’« institution » du disc (...)

118. C’est cette concinnitas, donc, que mettent en scène les œuvres de notre corpus. Si l’on examine les procédés structurels qui engendrent l’écriture dialogique albertienne, et que l’on se penche sur les éléments constitutifs de la « cornice » (le cadre) diégétique qui introduit et accompagne la plupart de ces dialogues, ainsi que sur les positions respectives qu’occupent dans le dispositif de l’échange les protagonistes des œuvres en question31, il apparaît que le dialogue albertien est en permanence travaillé par la question du texte, de son inscription « monumentale ». En effet, pressé d’exhiber les conditions de possibilité de la « communicabilité » dans l’interlocution, il révèle en outre, plus profondément encore, un paradigme de la « transmissibilité », qui traverse en réalité la production albertienne tout entière, y compris dans le champ des arts visuels. Le premier théoricien de la perspective centrale qu’est Alberti au regard de l’histoire de l’art, auteur en outre du premier traité moderne d’architecture, nous propose ici aussi des principes pour la « costruzione legittima » qui assurera la pérennité du dialogue – comme l’ordre « géométrique » du monde en assure l’équilibre et le maintien. Il lui faut pour cela déterminer un point de fuite (les générations à venir), un point d’observation (l’« œil » de l’auteur, qui prend bien soin de se distinguer de son double, souvent protagoniste de l’œuvre), et des points de distance (les jeunes gens qui en général assistent en silence aux conversations de leurs aînés). Tels sont les principes qui règlent l’économie générale de nos dialogues ; en d’autres termes, la « scène » dialogique ouvre l’espace savamment construit de l’inscription durable.

 

  • 32 V. notamment B. C. Bazan, La quaestio disputata, et J. F. Wippel, The Quodlibetal Question as a Dis (...)
  • 33 Cf. R. G. G. Mercer, The Teaching of Gasparino Barzizza. With Special Reference to his Place in Pad (...)
  • 34 Sur la « révolution » pédagogique de l’humanisme, v. en particulier les études encore aujourd’hui f (...)
  • 35 Ainsi, le premier (et le plus « dialogique ») des dialogues albertiens, prend fin en renvoyant au l (...)

129. Ce cadre tracé, il faut ensuite s’attacher au moteur des échanges en tant que tels. Il apparaît que, comme dans de nombreux autres cas (par exemple, comme nous l’avons signalé plus haut, la dénonciation des vices de la parole), Alberti s’appuie sur un socle préexistant : celui de la disputatio d’ascendance scolastique32. Mais, d’une part, il s’agit là d’une technique de la discussion en fait déjà profondément modifiée par les exercices en vogue dans les écoles où quelques pédagogues d’avant-garde (et notamment son maître padouan Gasparino Barzizza)33 avaient entrepris depuis le début du siècle de renouveler, en prônant l’imitation des Anciens (Cicéron au tout premier chef), les pratiques d’enseignement précédemment en vigueur34. Alberti, en outre, en redistribuant constamment les rôles des partenaires des échanges, en subvertit plus radicalement encore le fonctionnement : opponens et respondens ne cessent en effet d’échanger leurs places respectives. Il revendique de pouvoir conjuguer le schéma générateur d’un dessein « prémédité » avec la liberté d’improvisation d’une parole non contrainte, suscitée par l’écart initial d’une irrésolution, soumise ensuite au jeu des associations d’idées, des nécessités d’une argumentation attentive à la position interlocutive singulière de chacun, soucieuse, pour emporter la conviction, de ne jamais ignorer les spécificités de chaque situation d’échange. De sorte que la progression vers le terme (provisoire)35 de la recherche entreprise en commun est toujours pour partie aléatoire, et n’est pas non plus d’emblée assujettie à la survenue inéluctable d’une terminatio censée la clore. L’utile visé se conquiert donc, à l’intérieur d’un espace certes circonscrit, par l’exercice d’une liberté ; et le caractère « joyeux » des entretiens, constamment réaffirmé, dépend précisément de l’imbrication de ces deux caractères en apparence contradictoires.

 

  • 36 Pour ce qui est des dialogues italiens, v. le petit texte des dernières années intitulé Cena famili (...)
  • 37 Une introduction utile (avec un choix de textes) : J.-P. Séris, La théorie des jeux, Paris, P.U.F., (...)
  • 38 Cf. L. Wittgenstein, Philosophical Investigations, Oxford, 1953, trad. française Investigations phi (...)
  • 39 Les « coups » wittgensteiniens se précisent chez Hintikka, par exemple (cf. art. cit.), en « règles (...)

1310. C’est pourquoi, quant au déroulement proprement dit des échanges, quant aux principes transversaux de leur dynamique, nous sommes amenés à approfondir un point sur lequel le texte albertien lui-même suggère d’insister, à savoir la notion de « jeu dialogique ». Selon une procédure typique de la pensée albertienne, l’auteur des dialogues vulgaires, mais aussi du De re aedificatoria36, s’attarde longuement sur le dévoiement des divertissements légitimes. Mais après avoir établi que le disputare (ou, autrement dit, dans le registre familier des conversations entre proches – parents ou amis, le ragionare), à condition d’être conforme au decus, rentre dans la catégorie des récréations non seulement « honnêtes », mais aussi utiles et nécessaires ; s’il est bien par conséquent une pratique plaisante qu’il convient d’encourager, il nous semble opportun d’essayer de dépasser ce premier niveau (celui d’une taxonomie gouvernée par des impératifs moraux), pour mettre à l’épreuve du dialogue albertien la notion de jeu, telle qu'elle a été élaborée, d’une part par la « théorie des jeux »37, d’autre part par la réflexion contemporaine sur le langage – qu’il s’agisse du courant analytique depuis le « second » Wittgenstein, de la « sémantique des jeux », ou encore de la pragmatique38. Au terme de l’examen, nous avançons que les concepts de finalité et de stratégie, centraux dans les théories en question39, doivent en effet permettre de gouverner efficacement l’analyse des textes.

14Nous voyons alors en outre s’éclairer en situation, par leurs contextes d’emploi, toute une série de concepts albertiens apparemment fluctuants, rétifs à la critique thématique (et pour cette raison généralement évoqués, dans les analyses de l’œuvre albertienne, de manière plutôt vague, paraphrastique, quand ils ne sont pas tout bonnement ignorés), tels que le vrai, le bon, l’utile ou le nécessaire ; et nous voyons du même coup se préciser les missions de la raison, ainsi que les modalités qui lui permettent de s’en acquitter. Cette raison, fondamentalement discursive, véritable outil de mesure, se met en quête d’un « bon » toujours relatif, en ce sens qu’il est le produit d’une évaluation, d’un jugement comparatif, à quoi l’on parvient au terme d’ajustements successifs engendrés par les contraintes argumentatives. Les jugements ainsi produits ne deviennent alors « sentences » qu’à partir du moment où un « nous » est susceptible de les proférer, qui prend la relève, par consentement mutuel, des « je » chronologiquement premiers.

  • 40 Profugiorum..., éd. cit., p.148.
  • 41 La métaphore en tant que telle du jeu contre la fortune apparaît dans les Profugia, éd. cit., p. 15 (...)

15C’est pourquoi aussi le jeu dialogique, que lancent les divergences initiales, est un jeu à somme non nulle, sans véritables perdants : celui ou ceux dont l’opinion première a été invalidée ramasse en fait, à l’instar des « vainqueurs », le gain, intégralement distribué à chacun, d’une « vérité » mieux assurée. L’on peut, Alberti le dit explicitement, gagner en perdant40. Car, en réalité, ce jeu n’a de sens que par rapport à un jeu de second niveau, mais un jeu foncièrement sérieux, celui-là même qui importe en dernier ressort : la lutte que l’existence de tout un chacun l’oblige à engager contre la fortune, et dont il s’agit autant que faire se peut de réduire l’incertitude, auquel autrement dit il convient de refuser en fait tout caractère « ludique » ou « aléatoire »41.

  • 42 Cf. H.-G. Gadamer, Wahreit und Methode, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1960, trad. française (partielle) (...)

16Pour conclure sur cette question du jeu et avant d’en venir à chacun des textes dans sa singularité spécifique, on voit que les dialogues albertiens ne peuvent dès lors être réduits à un simple calcul : chacun d’eux a sa part, essentielle, d’imprévisibilité. Si, pour paraphraser Gadamer, « “jouer” c’est toujours “être-joué” », et que, dans la conversation, « les interlocuteurs ne sont pas tant ceux qui mènent que ceux qui sont menés »42, chacun des dialogues albertiens, en son effort « mimétique », est surgissement d’un événement unique. Et si l’auteur de ces textes se « découvre » pleinement, non pas dans tel ou tel personnage qui en serait le porte-parole officiel (chargé en quelque sorte de la determinatio magistralis), mais dans les « accidents » d’un parcours dont seule l’orientation cardinale est connue, c’est à ce cheminement cahoteux qu’il va falloir désormais s’attacher.

 

  • 43 Le mot « pruova » a en effet dans les textes albertiens cette double signification, d’expérience et (...)
  • 44 Alberti le nomme « sapere per coniettura ».
  • 45 V. à ce sujet les travaux d’A. Auchlin : « Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domai (...)
  • 46 Cf. aussi à ce sujet notre § 6 ci-dessus.

1711. Dans le De familia (milieu des années trente), Alberti oppose sous des modes variés deux types de savoir, qui vont constituer le socle du fonctionnement dialogique de cette œuvre majeure : un savoir d’expérience, produit inanalysé d’inférences spontanées, dérivées des « épreuves » que tout un chacun est appelé à traverser au cours de son existence43, et un savoir « conjectural », fruit des inductions réfléchies qu’autorise l’interprétation des « indices »44, désireux de contrecarrer les conclusions immanquablement pessimistes du premier, mais incapable de s’y opposer efficacement, parce que contredit sans cesse dans les faits par lui. Résoudre l’opposition initiale, la dépasser, va exiger la mise en place progressive d’une instance régulatrice45. Celle-ci coïncide en l’occurrence avec le travail de la raison, seule capable en dernière instance de se soustraire aux apories de la pure contingence, de dépasser la myopie de l’empirie. Mais l’exercice de cette raison appelle un substrat qui le légitime, dans lequel elle puisse s’enraciner. C’est alors qu’Alberti nous propose son « système » du monde, qui n’est autre qu’un « logos » de l’« amitié généralisée ». La nature a en effet prédisposé, afin de suppléer à la finitude de la condition humaine (comme à celle de tout être vivant), un jeu de compensations, d’échanges réciproques, de don mutuel, qui fait de nos faiblesses natives l’occasion du déploiement d’une force (autrement dit, de l’exercice de la « vertu » – la vertu d’ascendance stoïcienne chère aux humanistes). Il apparaît légitime dans un tel cadre d’instituer une correspondance entre ce fonctionnement de la nature – et le langage universel qu’il suppose46, et l’éthique de l’échange dialogué : il est d’ailleurs maint passage de l’œuvre qui suggère fortement un tel rapprochement.

18En forçant à peine le trait, et en déplaçant la perspective traditionnelle des historiens, pour qui l’amitié albertienne ne serait qu’un calcul d’intérêt (un calcul « marchand »), il semble en fait possible de faire de cette dernière le centre de gravité de cette œuvre inaugurale, d’y voir son véritable propos – la « famille », sans être pour autant réductible à un simple prétexte, étant essentiellement le lieu

  • 47 Le quatrième livre est en effet intitulé De amicitia ; mais ce thème apparaît en fait, et de manièr (...)

19« métaphorique » d’une vision globale et cohérente du monde. Couronnant l’édifice, l’amitié devient donc tout « naturellement » le thème explicitement traité dans le dernier livre du De familia47 ; du même coup, Alberti nous propose, à travers les longs développements conclusifs d’Adovardo (protagoniste du Livre IV De amicitia), le modèle d’une « méthode », un paradigme pour l’intégration des différentes approches possibles du réel, la démarche à suivre pour affronter discursivement, par l’échange des vues et leur confrontation, les aléas de l’existence. Et rappelons ce que nous soulignions plus haut : puisque c’est la discursivité en tant que telle qui offre une issue aux impasses où s’enferment d’abord les protagonistes de l’échange, le dépassement à quoi tend le dialogue, tout en aboutissant parfois à des résultats « satisfaisants », en réalité jamais ne se donne comme absolument définitif.

 

  • 48 Au tumulte des affaires qui se traitent sur la place pulique.
  • 49 V. pour les informations biographiques les références fournies à la n. 22.
  • 50 Il s’agit là de métaphores empruntées au Cicéron des Tusculanes (II, XXVI, 64), à Sénèque citant Ep (...)
  • 51 Cf. à ce propos A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations. (...)

2012. Mais il arrive aussi que les difficultés existentielles s’accumulent, au point de rendre bien lointaines de telles perspectives de résolution. Les deux dialogues qu’Alberti, désireux alors de se soustraire a strepitu forensium negotiorun48, écrit autour de 1440, le Theogenius et les Profugiorum ab aerumna libri, témoignent en effet d’une crise du modèle précédemment élaboré. La volonté de recoudre la déchirure de la psyché rouverte par la fortune adverse endurée entre-temps, de réduire cette fracture intime de l’âme que les aléas de l’existence n’ont cessé d’aggraver49, va déboucher sur une mise en scène du « théâtre de la conscience », où « deux âmes », en fait antagonistes, dialoguent entre elles50. Ces deux âmes sont d’une part, celle qui ne sait s’arracher à un pessimisme radical, tout incapable qu'elle est de faire autre chose que de se représenter sans trêve, et dans un processus d’auto-engendrement de la souffrance par la souffrance, les motifs de ses tourments ; d’autre part, celle qui, sur fond de volontarisme stoïcien, parviendra à briser le cercle. L’opposition tranchée qui structure le premier de ces deux textes, sorte d’allégorie psycho-machique revue et corrigée à la lumière des thèmes humanistes, conduit en fait à un échec (relatif) du modèle dialogique de résolution des conflits, au profit d’une determinatio magistralis ; elle va se faire plus subtile dans le second, obéir à une dialectique mieux articulée, parce que, tout en continuant à emprunter la voie d’une extériorisation du débat intime, celui-ci ne cesse d’être reconduit à l’intérieur de chaque conscience individuelle, et sans que le dépassement du conflit implique la négation pure et simple par le maître de « sagesse » des « opinions » qui lui sont opposées - le maître de sagesse n’est en effet tel que dans la mesure où il a su instituer, à titre de principe régulateur dans l’inévitable dialogue intérieur de l’âme avec elle-même, la prééminence de la partie rationnelle de celle-ci, qui est « naturellement » appelée à gouverner. Le protagoniste réduit n’est pas en réalité un ennemi, il n’est pas appelé à consommer sa défaite : bien mieux, nous cherchons à montrer que les argumentations de l’intervenant principal procédant du « site propre »51 où se place l’adversaire de la « vérité », celui-ci est amené à considérer la renonciation à ses prétentions absolutisantes comme une victoire personnelle.

  • 52 D’Agnolo Pandolfini, personnage principal des Profugia, Alberti fait un vénérable nonagénaire (il l (...)
  • 53 Cf., pour ce qui est de la traduction en termes urbanistiques et architecturaux d’un idéal politiqu (...)

21Il ne s’agit plus en l’espèce d’une psychomachie stricto sensu, dont l’issue serait la victoire totale de l’un et la défaite sans appel de l’autre : c’est donc bien la dialogicité constitutive de la raison qui se trouve placée en évidence, et valorisée. Et cependant, quoique il n’y ait pas « prédation » de la parole d’autrui dans quelque « catastrophe » finale résolutrice, il y a tout de même annexion : cette annexion qu’autorise la somme des expériences accumulées, et qui finit par coïncider avec la sagesse. C’est par conséquent vers une sorte de « gérontocratie » que semble s’acheminer in ultimo Alberti52. Là est la limite, le « contour » ultime, de la raison albertienne, telle qu’elle s’exprime dans les dialogues italiens, mais également sans doute dans les œuvres techniques, dont en premier lieu le De re aedificatoria, œuvre à la fois novatrice et conservatrice53 – puisque aussi bien la veine iconoclaste des divertissements latins semble s’être entre-temps tarie.

 

  • 54 V. à ce sujet J. Derrida, L’écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967, chap. « La structure, le (...)
  • 55 V., sur cet humaniste qui fait la jonction entre la génération d’Alberti et celle de Laurent le Mag (...)
  • 56 V. pour les éditions de référence, les n. 20 et 36. Pour ce qui est de la datation de ces œuvres, l (...)
  • 57 Nous citons à ce propos l’article provocateur intitulé Dialogo e consenso, que signe Antimo Negri d (...)

2213. En fait, la trajectoire qua nos yeux dessinent ces dialogues met en scène un paradoxe : c’est celle d’un « jeu » qui cherche son « centre »54, et finit par le trouver dans le modèle de sagesse incarné par le personnage principal des Profugia. Si bien que, lorsque encouragé vraisemblablement par la nouvelle entreprise de promotion d’un vulgaire littéraire initiée par Cristoforo Landino55, Alberti revient après un très long silence au dialogue italien, plus que la reprise d’une réflexion, par le biais de sa mise en scène, sur la dialogicité en tant que telle, c’est la tentation du traité qui s’y manifeste sans équivoque. La Cena familiaris, et plus encore le De iciarchia, que l’auteur compose vers la fin de sa vie56, le voient se mettre en scène lui-même, désormais âgé, pour délivrer une dernière fois, mais sur un mode essentiellement monologique, son message de mesure et de tempérance. Mais tel était peut-être le telos de l’œuvre depuis ses débuts : quand il entend à la fois être « délibératif » et viser la « mémorabilité », le dialogue, dans son effort pour se faire texte, pourrait bien atteindre sa « vérité » précisément dans ce qui le mine, en fige ou en arrête le « jeu ». La dialectique entre le nécessaire écart initial et la coproduction du sens ; la redistribution constante, ou au moins virtuelle de la position scénographique des antagonistes ; l’assomption pleine et sans réserve d’attitudes propositionnelles qui confèrent à la vérité à « inventer » un statut d’objet discursif ; la prise en compte des contextes pragmatiques ; la mise en question des présupposés et de pans entiers des univers de croyance ; le jeu des ajustements incessants et de leur imprédictibilité ; la temporalité propre d’une pensée humaine par essence discursive : tout cela, ces modalités de production in fieri qui s’exhibaient avec tant de force dans le premier essai, tendent à s’estomper, dans les avatars successifs de la « costruzione legittima » qui informe la textualité albertienne, au profit d’une parole tendanciellement de plus en plus monologale. Trajectoire exemplaire57 ? C’est en tout cas sur cette interrogation que se clôt notre examen des dialogues italiens d’Alberti : tel est l’effet en retour (la revanche ?) des textes albertiens sur le questionnement auquel ils ont été soumis.

 

  • 58 V. notamment les articles regroupés dans l’important catalogue de l’exposition mantouane de l’autom (...)
  • 59 Cf E. Garin, Studi..., in Rinascite..., op. cit., p. 140-141, 180-181.
  • 60 Les principaux noms qui viennent ici à l'esprit sont ceux de Pietro Bembo (Prose della volgar lingu (...)

2314. Enfin, puisque tout de même nous avons vu émerger de nos analyses une figure nouvelle de l’« homme de paroles », non plus médiateur, dans le domaine de l’éthique qui intéresse au premier chef Alberti, du Verbe divin, mais responsable à la première personne de ses propres énoncés (une responsabilité qui présuppose la construction de ces énoncés dans la confrontation avec la parole d’autrui), nous nous demandons pour finir, mais sans que nous soyons en mesure d’y apporter dès à présent une réponse circonstanciée, quelle place Alberti peut bien occuper de ce point de vue dans l’histoire de la pensée occidentale. Car si l’influence de l’artiste, du théoricien des arts58, ou encore de l’Alberti latin, y compris sur des géants du siècle suivant comme l’Erasme de l’Encomium Moriae et du Sermo de mendicis ou le Giordano Bruno du Spaccio de la bestia trionfante59, commence à être assez bien mesurée, celle de l’auteur vulgaire apparaît en tant que telle infiniment plus difficile à discerner. Il est certain que, sans la volonté albertienne d’imposer à l’humanisme, contre vents et marées, la « question de la langue », celle-ci n’aurait vraisemblablement pas pris le tour qui a été le sien au Cinquecento60. Mais la critique des sources, qui rencontre ses limites dès lors que les thèmes qui intéressent une génération ne sont plus ceux de la génération précédente, reste pratiquement muette quant au dialogue italien. C’est dès lors, semble-t-il, davantage en termes de constellations, et de contamination par capillarité, qu’il conviendrait de poser le problème : en l’occurrence, celui d’une modification subreptice, mais profonde, de la scène énonciative des discours, et dont l’étude systématique comprendrait aussi l’ensemble des genres explicitement « adressés » dont raffolaient les humanistes du Quattrocento, comme l’invective, les « orationes », les « laudationes », les « consolationes », les épîtres, les dédicaces, les « prolusioni », les « proœmia » – bref, toute cette « rhétorique », qui n’est d’emprunt qu’en apparence, et dont à mon sens on n’a pas fini de mesurer toutes les implications.

Note

1 Cet article se propose de présenter sous une forme synthétique la problématique de départ, les démarches mises en œuvre et les résultats de la thèse de doctorat que nous avons soutenue en décembre 1995 à Paris à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (sous le titre Dialogue et formes dialogiques au Quattrocento. Leon Battista Alberti et ta naissance du dialogue en langue vulgaire). Plusieurs chapitres (plus ou moins aboutis) de ce travail ont déjà fait l’objet de publications séparées, auxquelles nous nous permettons de renvoyer : Propositions pour une approche pragmatique des dialogues du Quattrocento, « Chroniques italiennes », no 36 (1993), Université de la Sorbonne Nouvelle, p. 127-143 ; Lo specchio dei segni nei « ragionamenti domestici e familiari » di Leon Battista Alberti, « Philo-logica », Rassegna di analisi linguistica ed ironia culturale, no 6 (nov. 1994), Bollettino del Centro Studi Archivio Barocco, Università di Parma, p. 21-29 ; La parole vertueuse et son envers monstrueux dans les dialogues de L. B. Alberti, « Cahiers de littéra-tures et civilisations romanes (italien) », no 2 (mai 1995), Presses Universitaires de Caen, p. 19-32 ; Préméditation et improvisation : un modèle anomique de la « disputatio », in Leon Baltisk Alberti, Actes du Congrès international de Paris (10-15 avril 1995), édités par F. Furlan, Turin-Paris, N. Aragno, J. Vrin, 2000, p. 493-510.

2 Nous envisageons ici cette forme textuelle dans sa dimension d’alternative au traité dans les domaines philosophique, politique, moral, religieux, etc., en laissant de côté la question, théorique et historique, de ses rapports avec le théâtre, les formes poétiques plurivocales, les échanges épistolaires, ou encore les parties dialoguées des textes narratifs.

3 Carlo Sigonio, De dialogo liber (1562) ; Sperone Speroni, Apologia dei dialoghi (1574) ; Torquato Tasso, Discorso intorno all’arte del dialogo (1585). Cf. sur ces questions L. Cellerino, Prosa d’invenzione morale, in Letteratura italiana, vol. I, t. 2 (« Le funzioni della prosa »), Torino, Einaudi, 1984, p. 1011-1039 ; N. Ordine, Il dialogo cinquecentesco italiano tra diegesi e mimesi, « Studi e problemi di critica testuale », 1988, p. 155-179. Le Quattrocento se contente en la matière d’observations éparses (v. sur ce point l’important ouvrage de F. Tateo, Tradizione e realtà nell’Umanesimo Italiano, Bari, Dedalo Libri, 1967, « Parte seconda. Il dialogo morale », p. 221-421), exception faite, peu avant 1500, du chapitre intitulé « De dialogo » dans le De expetendis et fugiendis rebus de Giorgio Valla (cf. J. Monfasani, Humanism and Rhetoric, dans l’ouvrage collectif Renaissance Humanism. Foundations, Forms, and Legacy, vol. 3, Humanism and the Disciplines, ed. by A. Rabil Jr, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1988, p. 192).

4 Rares, et à notre sens peu satisfaisantes, sont les exceptions : v. par exemple S. Guellouz, Le dialogue, Paris, P.U.F., 1992 ; et, pour la période qui va nous occuper, D. Marsh, The Quattrocento Dialogue. Classical Tradition and Humanist Innovation, Cambridge (Mass.)-London, Harvard University Press, 1980 ; v. aussi le vol. collectif du Centre de Recherches sur la Renaissance de l’Université de Paris-Sorbonne Le dialogue au temps de la Renaissance (actes des colloques des 18-19 novembre 1983 et 23-24 mars 1984), dir. M. T. Jones-Davies, Paris, Touzot, 1984.

5 Ne pouvant ici entrer dans le détail, nous nous contenterons de signaler en passant que, devant les dialogues de notre corpus, les historiens, soucieux d’apercevoir dans les textes des documents, semblent portés de façon quasi-irrépressible à hypostasier telle ou telle position idéologique, exprimée par tel ou tel interlocuteur, promu dès lors au rang de porte-parole de l’auteur, ou en tout cas de personnage privilégié, et ce en dépit de la spécificité même des formes de discours dans lesquelles les propos tenus s’énoncent. C’est ainsi que l’on voit la critique relative aux écrivains de l’époque qui nous occupe en arriver à décerner, en dépit de toute vraisemblance, des titres, tantôt de fieffé réactionnaire, tantôt de progressiste patenté... (à titre d’exemple, v. la préface de R. Romano et A. Tenenti à led. des Libri della famiglia de L. B. Alberti citée à la n. 19 ci-après).

6 Nous empruntons l’expression à F. Armengaud, La pragmatique, Paris, P.U.F., 1985.

7 Nous transposons ici les concepts de base d’une théorie générale du discours philosophique que proposent F. Cossutta dans Pour une analyse du discours philosophique, « Langages », 119 (sept. 1995), p. 12-39, et D. Maingueneau dans L'énonciation philosophique comme institution discursive, ibid., p. 40-62.

8 Nous nous contentons de renvoyer à ce propos aux textes « canoniques » de H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978, et Pour une herméneutique littéraire, ibid., 1988 ; W. Iser, Der Akt des Lesens, München, W. Fink Verlag, 1976, trad. française L'acte de lecture. Théorie de l'effet esthétique, Bruxelles, Mardaga, 1985 ; P. Szondi, Einführung in die literarische Hermeneutik Interpretationes probleme, « Studienausgabe der Vorlesungen », 5, Frankfurt, Suhrkamp Verlag, 1975, trad. française Introduction à l’herméneutique littéraire, Paris, Le Cerf 1989.

9 Nous devons à ce propos déclarer notre dette à l'égard des travaux pionniers d’Eugenio Garin ; à titre d’exemple, v. la lumineuse préface de Scienza e vita civile nel Rinascimento italiano, Roma-Bari, Laterza, 1965.

10 L. Bruni, Ad Petrum Paulum Histrum Dialogus, in Prosatori latini del Quattrocento, a cura di E. Garin, Milano-Napoli, Ricciardi, 1952, p. 44-99. A signaler la parution récente d’une nouvelle éd. critique : Dialogi ad Petrum Paolum Histrum, a cura di S. U. Baldassarri, Firenze, Olschki, 1994. Sur le grand chancelier de la République florentine, v. C. Vasoli, ad vocem in Dizionario biografico degli italiani (DBDI), vol. XIV, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1972, p. 618-633 ; E. Garin, La cultura filosofica del Rinascimento italiano, Firenze, Sansoni, 1961, chap. « I cancellieri umanisti della Repubblica fiorentina da Coluccio Salutati a Bartolomeo Scala », p. 3-27 ; Id., Dal Rinascimento all’Illuminismo. Studi e ricerche, Pisa, Nistri-Lischi, 1970, chap. « La “retorica” di Leonardo Bruni », p. 21-42.

11 Cf. H. Baron, The crisis of the Early Italian Renaissance, Princeton (New Jersey), Princeton University Press, 19662, trad. it. La crisi del primo Rinascimento italiano, Firenze, Sansoni, 1970, en part. p. 246 sq ; mais la question de la datation du second dialogue est loin d’être résolue : cf. P. Viti, Leonardo Bruni e Firenze. Studi sulle lettere pubbliche e private, Roma, Bulzoni, 1992, p. 391-393 (et nous avançons nous-même des arguments pour une date de rédaction antérieure à 1406).

12 Nous pensons ici à ces autres formes ouvertement allocutives abondamment pratiquées par les humanistes que sont l’épître, l’invective, la « consolatio », etc.

13 Cf. L. M. Batkin, Ital’janskie gumanisty : stil’zizni i stil’myslenija, Moscou, Izdatel’stvo « Nauka », 1978, trad. it. Gli umanisti italiani. Stile di vita e di pensiero, Roma-Bari, Laterza, 1990.

14 Cf en particulier C. Vasoli, La dialettica e la retorica dell’Umanesimo. « Invenzione » e « Metodo » nella cultura del XV e XVI secolo, Milano, Feltrinelli, 1968 ; Fabio Cossutta, Gli umanisti e la retorica, Roma, Edizioni dell’Ateneo, 1984.

15 Nous devons la caractérisation en ces termes de la première génération de l’humanisme florentin en tout premier lieu à H. Baron, La crisi..., op. cit.

16 V., pour ce qui est des termes à la fois historiques, idéologiques et techniques du problème, tel que l’ont envisagé les humanistes à partir de 1435, M. Tavoni, Latino, grammatica, volgare. Storia di una questione umanistica, Padova, Antenore, 1984.

17 Nous renvoyons à l’éd. suivante : M. Palmieri, Vita civile, a cura di G. Belloni, Firenze, Sansoni, 1982. La datation exacte de ce texte (dont on considère aujourd’hui qu’il a été achevé en 1438-39) a fait l’objet de nombreuses discussions : v. notamment G. Belloni, Intorno alla datazione della “Vita civile” di Matteo Palmieri, « Studi e problemi di critica testuale », 16 (1978), p. 49-62. Sur Matteo Palmieri lui-même (1406-1475), v. C. Finzi, Matteo Palmieri. Dalla « Vita civile » alla « Città di vita », Roma, Giuffrè, 1984.

18 Cf. M. Martelli, Palmeriana, « Interpres », 5 (1983-84), p. 277-301.

19 L. B. Alberti, I libri della famiglia, a cura di R. Romano e A. Tenenti, nuova ed. a cura di F. Furlan, Torino, Einaudi, 1994. Il s’agit d’un texte dialogué en quatre « livres », rédigé pour les trois premiers en 1433-34, et pour le dernier en 1437 (cf. la préface de Furlan à led. cit., ainsi que G. Ponte, La crisi della ‘compagnia di corte’, l'intercenale Erumna e il prologo alla Famiglia di L. B. Alberti, dans l’ouvrage collectif Tradizione classica e letteratura umanistica. Per Alessandro Perosa, 2 vol., a cura di R. Cardini, E. Garin, L. Cesarini Martinelli, G. Pascucci, Roma, Bulzoni, 1985, vol. I, p. 159-171.

20 Il s’agit des textes suivants : Theogenius (1440 env.), Profugiorum ab aerumna libri III (1442), De iciarchia (1470 env.), tous trois publiés dans le vol. II des Opere volgari, a cura di C. Grayson, Bari, Laterza, 1966.

21 Rappelons à ce propos, et en nous en tenant aux points essentiels, qu’Alberti est le premier théoricien de la perspective centrale (Depictura, 1435-36, en deux versions, latine et italienne, cette dernière dédiée à Filippo Brunelleschi, inventeur de la première « machine » à fabriquer la perspective, et architecte de la coupole de la cathédrale florentine ; C. Grayson donne la double rédaction du traité dans les Opere volgari, vol. III, Bari, Laterza, 1973) ; l’auteur de la première grammaire d’une langue romane vernaculaire, la Grammatica della lingua toscana (fin des années 30 ; on peut la lire dans le vol. des Opere volgari que nous venons de citer) ; le Vitruve des temps modernes, comme le rappellera Giorgio Vasari, car premier depuis l’Antiquité à avoir rédigé en latin (et en dix livres) un monumental traité d’architecture et d’urbanisme : De re aedificatoria (achevé en 1452, il connaîtra sa première éd. en 1485 ; on peut le lire aujourd’hui, avec la trad. it. en regard, dans l’éd. a cura di G. Orlandi, 2 vol., Milano, Il Polifilo, 1966).

22 Il est impossible de recenser ici la très abondante littérature critique qui lui est consacrée. Nous nous contenterons donc de signaler les quelques références suivantes : la biographie de G. Mancini, Vita di Leon Battista Alberti, seconda ed. completamente rinnovata, Firenze, Carnesecchi, 1911 (réimpression en fac-similé, Roma, Bardi, 1971), qui, malgré son âge et ses inexactitudes, reste le seul ouvrage du genre consacré à notre auteur ; C. Grayson et G. C. Argan, ad vocem in DBDI, op. cit., vol. I, 1960, p. 702-709 et p. 709-713 ; le vol. de « Rinascimento » tout entier consacré à notre auteur (Rivista dell’Istituto Nazionale di Studi sul Rinascimento), seconda serie, XII (1972), Firenze, Sansoni ; les actes du Convegno internazionale indetto nel V centenario di Leon Battista Alberti (Roma-Mantova-Firenze, 25-29 aprile 1972), Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1974 ; G. Ponte, Leon Battista Alberti umanista e scrittore, Genova, Tilgher, 19912.

23 V. par exemple les travaux (à l’époque de leur parution tout à fait novateurs) d’E. Garin, Studi su Leon Battista Alberti, in Rinascite e rivoluzioni. Movimenti culturali dal XIV al XVIII secolo, Roma-Bari, Laterza, 1975, p. 131-196 ; mais aussi P. Marolda, Crisi e conflitto in Leon Battista Alberti, Roma, Bonacci, 1988, et R. Cardini, Alberti o della nascita dell'umorismo moderno. I, « Schede umanistiche », nuova serie, 1 (1993), p. 31-85. Le premier texte d’importance de notre auteur est en quelque sorte l’expression paradigmatique de ce « déracinement » du lettré ; il s’agit du De commodis litterarum atque incommodis, dont il existe deux éditions récentes : avec la trad. italienne, et suivi de l’« intercenalis » Defunctus, a cura di G. Farris, Milano, Marzorati, 1971 ; et l’éd. critique, a cura di L. Goggi Carotti, Firenze, Olschki, 1976.

24 Cf. les ouvrages de Jauss cités à la n. 8 ci-dessus.

25 Pour les plus importants des traités ou opuscules « techniques », cf. n. 21 ci-dessus ; les textes auxquels nous faisons allusion maintenant sont les onze livres des Intercenales, composés à partir de 1428, et jusque vers 1440 (ils ne nous sont parvenus que de manière incomplète ; cf. L. B. Alberti, Opera inedita et pauca separatim impressa, Hieronymo Mancini curante, Firenze,Sansoni, 1890 ; Intercenali inedite, a cura di E. Garin, Firenze, Sansoni, 1965 ; Intercenales (libri III-XI), a cura di R. Cardini, Roma, Bulzoni, 1978 – la reprise de cette éd., pratiquement introuvable du fait de son tirage confidentiel, est annoncée par R. Cardini) ; les Apologi centum, de 1437, les deux « laudationes » à la Lucien Canis et Musca (avant 1438 pour la première, vers 1442 pour la seconde), que l’on peut lire avec une trad. it. dans le vol. Apologhi ed elogi, a cura di R. Contarino, Genova, Costa & Nolan, (1984) ; le Momus sive de principe, vraisemblablement rédigé entre 1443 et 1450, source d’inspiration, selon E. Garin (cf. n. 59 ci-dessous), entre autres d’Erasme (éd. critique avec trad it. : Momo o del principe, a cura di R. Consolo, Genova, Costa & Nolan, 1986 ; il existe une trad. française récente – la première dans cette langue – de ce texte, par C. Laurens : Momus ou le prince. Fable politique, Paris, Les Belles Lettres, 1993).

26 V. en particulier I libri della famiglia, éd. cit., p. 53-54.

27 Telle est la conclusion à laquelle aboutit F. Tateo dans l’ouvrage cité à la n. 3 ci-dessus.

28 C’est le cas en particulier du Momus. Sur le poids philosophique que l’on peut toutefois conférer à l’usage humaniste de la métaphore, cf. les travaux d’E. Grassi, et notamment Folly and Insanity in Renaissance Literature, Binghamton, New York, University Center at Binghamton, 1986 (trad. it. Umanesimo e retorica. Il problema della follia, Modena, Mucchi, 1986), et Einführung in philosophische Probleme des Humanismus, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1986 (trad. it. La filosofia dell’Umanesimo : un problema epocale, Napoli, Tempi Moderni, 1988).

29 Cf. C. Casagrande, S. Vecchio, I peccati della lingua, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1987, trad. française Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris, Cerf, 1991.

30 Il convient de souligner que la réflexion albertienne sur ce que l’on pourrait appeler les perversions sémiotiques concerne aussi d’autres sphères du commerce entre les hommes, d’autres structures d’échange : celle notamment des rapports d’argent, à propos desquels on voit bien qu’au-delà d’une réticence encore « médiévale », et contre les nouveaux chantres de la richesse, parmi lesquels on compte, à côté des marchands, des humanistes aussi prestigieux que le Pogge (cf. le De avaricia de celui-ci), Alberti s’indigne (de nombreux passages en font foi dans l’ensemble de son œuvre, tant latine que vulgaire, et des premiers écrits aux tout derniers) de la tendance à idolâtrer le dieu « Nummus » (tel est le titre d’une « intercenalis »), à oublier le statut paradoxal de l’argent, qui fait qu’il n’a de réalité que par sa disparition dans l’échange, pour en faire une chimère auto-référentielle.

31 Nous étudions ici la « scénographie » comme moment constitutif premier de l’« institution » du discours ; cf. D. Maingueneau, art. cit. à la n. 7 ci-dessus.

32 V. notamment B. C. Bazan, La quaestio disputata, et J. F. Wippel, The Quodlibetal Question as a Distinctive Literary Genre, dans les Actes du Colloque international de Louvain-la-Neuve (25-27 mai 1981), Les genres littéraires dans les sources théologiques et philosophiques médiévales. Définition, critique et exploitation, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 1982, respectivement aux p. 31-49, et 67-84 ; A. de Libera, La logique de la discussion dans l'université médiévale, dans l’ouvrage collectif Figures et conflits rhétoriques (dir. M. Meyer et A. Lempereur), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1990, p.59-81 ; v. enfin la riche préface de F. Pironet à Guillaume de Heytesbury, Sophismata asinina, Paris, Vrin, 1994.

33 Cf. R. G. G. Mercer, The Teaching of Gasparino Barzizza. With Special Reference to his Place in Paduan Humanism, London, The Modern Humanities Research Association, 1979.

34 Sur la « révolution » pédagogique de l’humanisme, v. en particulier les études encore aujourd’hui fondamentales de R. Sabbadini, La scuola e gli studi di Guarino Guarini Veronese, Catania, Giannotta, 1896, Il metodo degli umanisti, Firenze, Le Monnier, 1922 ; P. F. Grendler, Schooling in Renaissance Italy : Literacy and Learning, 1300-1600, The Johns Hopkins University Press, 1989 (trad. it. La scuola del Rinascimento italiano), Roma-Bari, Laterza, 1991 ; ainsi bien sûr que les écrits de l’époque humaniste réunis par E. Garin sous le titre Il pensiero pedagogico dello Umanestmo, Firenze, Giuntine-Sansoni, 1958.

35 Ainsi, le premier (et le plus « dialogique ») des dialogues albertiens, prend fin en renvoyant au lendemain la poursuite de la discussion du jour (I libri della famiglia, éd. cit., p. 425).

36 Pour ce qui est des dialogues italiens, v. le petit texte des dernières années intitulé Cena familiaris, in Opere volgari, a cura di C. Grayson, vol. I, Bari, Laterza, 1960, p. 345-356 ; De iciarchia, éd. cit., p. 283. Quant au traité d’architecture, cf. De re aedificatoria, VIII, I, éd. cit., p. 669.

37 Une introduction utile (avec un choix de textes) : J.-P. Séris, La théorie des jeux, Paris, P.U.F., 1974 ; v. aussi l’art. de J. Henriot, ad vocem, dans l’Encyclopédie philosophique universelle, II. Les notions philosophiques (dir. S. Auroux), Paris, P.U.F., 1990, t. 1, p. 1390b-1396a.

38 Cf. L. Wittgenstein, Philosophical Investigations, Oxford, 1953, trad. française Investigations philosophiques, Paris, Gallimard, 1961, § 23, 65 sq, 71, 82 sq ; J. Hintikka, Paradigms for Language Theory, « Acta philosophica fennica », 1990, p.181-209 (art. repris in Id., Fondements d'une théorie du langage, Paris, P.U.F., 1994, p. 3-34) ; F. Jacques, Dialogiques. Recherches logiques sur le dialogue, Paris, P.U.F., 1979, et L'espace logique de l’interlocution. Dialogiques II, ibid., 1985.

39 Les « coups » wittgensteiniens se précisent chez Hintikka, par exemple (cf. art. cit.), en « règles stratégiques » (par opposition aux « règles de définition » – celles qui prescrivent, dans les jeux stricto sensu, les coups « réglementaires »).

40 Profugiorum..., éd. cit., p.148.

41 La métaphore en tant que telle du jeu contre la fortune apparaît dans les Profugia, éd. cit., p. 154.

42 Cf. H.-G. Gadamer, Wahreit und Methode, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1960, trad. française (partielle) Vérité et méthode. Les grandes lignes d'une herméneutique philosophique, Paris, Seuil, 1976, p. 32 et 229.

43 Le mot « pruova » a en effet dans les textes albertiens cette double signification, d’expérience et d’épreuve.

44 Alberti le nomme « sapere per coniettura ».

45 V. à ce sujet les travaux d’A. Auchlin : « Le bonheur conversationnel : fondements, enjeux et domaine », Cahiers de linguistique française, 12 (1991), p. 103-126, et « L’analyse pragmatique du discours et la qualité du dialogue : arguments pour une approche systémique de la compétence discursive », Le Dialogique, D. Lazzoti, J.-C. Brocco et alii, Bern, Berlin, Peter Lang, 1997, p. 123-135.

46 Cf. aussi à ce sujet notre § 6 ci-dessus.

47 Le quatrième livre est en effet intitulé De amicitia ; mais ce thème apparaît en fait, et de manière tout à fait explicite, dès le premier, et trouve d’importants prolongements dans les deuxième et troisième.

48 Au tumulte des affaires qui se traitent sur la place pulique.

49 V. pour les informations biographiques les références fournies à la n. 22.

50 Il s’agit là de métaphores empruntées au Cicéron des Tusculanes (II, XXVI, 64), à Sénèque citant Epicure (Ad Lucilium, I-7-11, XVI-97-15, XVII-XVIII-105-7), et, pour les « deux âmes », à Xénophon (Cyropédie, VI, I, 41).

51 Cf. à ce propos A. Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations. I, Paris, Ophrys, 1990, p. 170.

52 D’Agnolo Pandolfini, personnage principal des Profugia, Alberti fait un vénérable nonagénaire (il lui attribue presque dix ans de plus qu’il n’en avait en réalité au moment où est censé se dérouler le dialogue).

53 Cf., pour ce qui est de la traduction en termes urbanistiques et architecturaux d’un idéal politique de type oligarchique, fondé sur une rigoureuse organisation hiérarchique du corps social, De re aedificatoria, IV, I, éd. cit., p. 268-271 ; v. aussi par exemple l’art. de B. Zevi, L. B. Alberti : perennemente inattuale, in Id., Editoriali di architettura, Torino, Einaudi, 1979, p. 23-27.

54 V. à ce sujet J. Derrida, L’écriture et la différence, Paris, Seuil, 1967, chap. « La structure, le signe et le jeu dans le discours des sciences humaines », p. 409-428.

55 V., sur cet humaniste qui fait la jonction entre la génération d’Alberti et celle de Laurent le Magnifique, ainsi que sur son opération de promotion du toscan, les textes réunis par R. Cardini in C. Landino, Scritti critici e teorici, 2 vol., Roma, Bulzoni, 1974, et du même R. Cardini, La critica del Landino, Firenze, Sansoni, 1973.

56 V. pour les éditions de référence, les n. 20 et 36. Pour ce qui est de la datation de ces œuvres, le De iciarchia est de 1470 environ ; elle est plus incertaine pour le premier texte, mais nous avançons, après G. Gorni (Tre schede per l'Alberti volgare, « Interpres », 1, 1978, p. 53-58), des raisons qui militent pour une rédaction tardive.

57 Nous citons à ce propos l’article provocateur intitulé Dialogo e consenso, que signe Antimo Negri dans l’ouvrage collectif Il dialogo. Scambi e passaggi della parola, a cura di G. Ferroni, Palermo, Sellerio, 1985 (p. 228-242), dans lequel l’auteur, tentant de rendre compte de l’inévitable (à ses yeux) dérive vers le « professionismo dialogico » dans l’exercice du droit démocratique de parole, conclut par la formule selon laquelle « la situazione dialogica, come situazione democratica, è sempre situazione logocratica ».

58 V. notamment les articles regroupés dans l’important catalogue de l’exposition mantouane de l’automne 1994, Leon Battista Alberti, a cura di J. Rykwert e A. Engel, Milano, Electa, 1994 ; et, dans le domaine de l’architecture, outre l’article de G. Orlandi dans l’ouvrage que nous venons de citer (p. 96-105), v. F. Choay, Le De re aedificatoria comme texte inaugural, in Les traités d'architecture de la Renaissance, Actes du Colloque de Tours (1-11 juillet 1981), dir. J. Guillaume, Paris, 1988, p. 83-90.

59 Cf E. Garin, Studi..., in Rinascite..., op. cit., p. 140-141, 180-181.

60 Les principaux noms qui viennent ici à l'esprit sont ceux de Pietro Bembo (Prose della volgar lingua, 1525), Baldassar Castiglione (la lettre de dédicace et partie du Livre I du Libro del cortegiano, 1528), Sperone Speroni (dont le Dialogo delle lingue, 1542, tut partiellement « traduit » par du Bellay dans la Deffence et illustration de 1549).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search