Version classiqueVersion mobile

Le moment 1900 en philosophie

 | 
Frédéric Worms

Troisième partie. Un moment philosophique entre esthétique et politique

Orientation générale

Texte intégral

1Autant la relation entre les problèmes philosophiques et scientifiques pouvait paraître peu immédiate, autant elle semble aller de soi avec les problèmes esthétiques et politiques. Le résultat de la troisième partie du présent ouvrage sera plutôt de déplacer cette évidence. Les liens apparents entre Bergson et Proust ou Sorel, entre la sociologie naissante et la politique, entre musique et philosophie, tous s’en trouveront remis en question. Si les contributions ici proposées prennent donc le plus souvent la forme explicite d’une telle relation (entre Proust et la « phénoménologie », Bergson ou Freud et le comique, Sorel et Nietzsche, pour ne citer que quelques exemples), ce n’est pas d’une façon extérieure. Elle fera au contraire apparaître cette fois des problèmes spécifiquement esthétiques et politiques. Rien qui contraste plus par exemple que les figures « pathologiques » étudiées par I. Kalinowski et le concept de « forme » mis en avant par A. Soulez. Rien qui s’oppose plus que la morale scientifique de Lévy-Bruhl et la théorie du mythe chez Sorel. Ainsi l’art ou la politique ne sont pas seulement une toile de fond « contemporaine » : ils participent pleinement de problèmes philosophiques qui y sont retrouvés de l’intérieur des œuvres. Ici encore donc, c’est dans des œuvres singulières, et non pas dans des courants donnés à l’avance, que se retrouveraient le lien entre les problèmes. Le socialisme a-t-il un fondement métaphysique ou scientifique (thème que l’on retrouvera dans les quatre contributions qui terminent ce volume) ? L’art conteste-t-il la perception ordinaire pour revenir à l’immédiat de la vie ou pour parfaire le langage de la forme ? Ce ne sont pas des problèmes généraux qui rattachent de l’extérieur les œuvres ou les actes aux théories et aux doctrines, mais des questions singulières qui relient de l’intérieur les œuvres esthétiques et politiques avec les œuvres philosophiques, pour constituer un « moment » qui traverse bien toutes les dimensions de notre expérience.

F.W.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search