Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 1. Société capitaliste avancée et sens de la critique

La critique des instruments de gestion comme critique du capitalisme1

Ève Chiapello

Résumé

Ce texte se présente comme un plaidoyer pour un programme de recherche qui se donnerait pour but d’analyser de façon critique les transformations du capitalisme en entrant par une analyse des dispositifs de gestion. Nous cherchons en effet à montrer qu’il est possible d’articuler une critique des instruments de gestion et une critique du système capitaliste. Cette opération – qui suppose un changement d’échelle, puisque l’analyse porte sur de petits objets pris dans des situations de gestion mais que la visée est le système économique dans son ensemble –, n’a rien d’évident. Notre argumentation suit plusieurs étapes. Dans un premier temps, nous défendons l’idée qu’il est possible d’analyser le capitalisme en entrant par certains outils de gestion bien choisis, ces derniers pouvant être de bons analyseurs d’un état du système économique à un moment donné ; dans un deuxième temps, nous montrons qu’il est possible de développer une analyse critique des outils de gestion servant notamment à dévoiler les asymétries sociales et les représentations qu’ils contribuent à reproduire dans les situations dans lesquelles ils sont inscrits. Enfin, nous esquissons quelques pistes pour permettre la remontée d’une analyse en situation d’instruments de gestion à une critique du capitalisme.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Ce texte est issu d’une conférence donnée par Eve Chiapello, mise en forme par Thomas Heller et Bén (...)

1On trouve étonnamment peu de travaux s’intéressant aux instruments de gestion parmi ceux qui formulent une analyse critique du capitalisme. La question qui sous-tendra cette conférence est la suivante : dans quelle mesure une critique des instruments de gestion peut-elle servir une critique du système capitaliste ?

2Mon propos ici n’est pas d’apporter une réponse précise à cette question, mais plus modestement de montrer la pertinence d’une entrée par ces petits objets que sont les outils de gestion pour apporter un éclairage critique sur le système économique. Ce que je propose relève donc de l’essai avec une visée programmatique, et se présente comme une mise en articulation de travaux que j’ai réalisés ou qui sont en cours, qui portent sur les outils de gestion d’une part, et sur l’histoire du capitalisme et de la critique d’autre part.

3Je procéderai en trois étapes : dans la première, il s’agira de défendre l’idée que l’on peut analyser le capitalisme en entrant par les outils de gestion ; dans la deuxième, j’apporterai des précisions sur le regard critique que l’on peut construire à partir des outils de gestion ; enfin dans la troisième, je formulerai quelques propositions sur la façon dont peuvent se nouer la critique des outils de gestion et celle du capitalisme.

Analyser le capitalisme au travers des outils de gestion

4Une caractéristique essentielle du capitalisme est que ses agents principaux sont des entreprises, c’est-à-dire des « personnes morales » créées par le droit et autonomes, qui peuvent agir sur les marchés, recruter, acheter, vendre. Les entreprises sont ainsi des êtres artefactuels. Elles sont finalisées vers notamment la réalisation d’un profit qui est l’un de leurs principes fondamentaux de décision. Le système capitaliste est un système qui est animé et gouverné par une forme d’organisation particulière de l’économie qu’est la forme « entreprise ». Une fois ces éléments posés, la gestion prend toute son importance, puisque la gestion est le fluide ou le flux qui fait que les collectifs de travail sont finalisés, coordonnés. La gestion est ce qui produit l’organisation. Le management ou la gestion sont ce qui construit ou donne une forme à l’entreprise, en prescrivant les formats de l’action. Ils construisent l’unité des collectifs de travail qui n’ont pas de raison sinon d’être unifiés. Dans l’histoire des théories des organisations, on a beaucoup expliqué qu’en fait les organisations ne sont pas si finalisées ou coordonnées, qu’elles sont traversées par des conflits, des tensions, qu’on ne sait pas non plus où sont leurs frontières. Soit ! Il n’empêche qu’il y a quand même des unités d’actions collectives et il me semble que le management a une contribution massive au fait que les entreprises existent comme des entités coordonnées.

  • 3 Certes, dans le registre discursif il y a des techniques, dont l’usage, selon certaines fins, contr (...)

5Une particularité de la gestion, et ce de plus en plus au cours de son histoire, est qu’elle est une pratique équipée. Ce n’est pas seulement du face à face et du discours ; le manager fait un grand usage de techniques de gestion dont la plupart ont un substrat formel ou matériel3. Dès lors, entrer par les techniques de gestion est un bon moyen de comprendre les entreprises, qui elles-mêmes sont centrales dans la compréhension du capitalisme.

6Mais le capitalisme, ce n’est pas que de la technique, et ceci m’amène à un deuxième point, qui renvoie aux travaux menés avec Luc Boltanski (Boltanski et Chiapello, 1990) : pour qu’un système économique quel qu’il soit ou un corps social fonctionne, il faut aussi un système de représentations et d’explication… On rejoint ici le travail de Sombart et Weber autour de la notion d’esprit du capitalisme, d’une mentalité capitaliste, qui donne du sens à l’action dans ce système. À partir de cette vieille idée qu’il y a des mentalités économiques associées à des systèmes économiques, nous avions repris avec Boltanski ce concept d’esprit du capitalisme, pour en faire quelque chose d’assez proche du sens wébérien. « L’esprit du capitalisme » est pour nous l’idéologie qui justifie le capitalisme, qui le rend désirable, qui donne de bonnes raisons de s’y impliquer. Autrement dit, ce qu’on appelle l’esprit du capitalisme, ce n’est pas seulement une grille d’interprétation qui permet d’exister dans cet univers et d’y agir en étant à peu près ajusté ; c’est aussi quelque chose qui donne du sens à l’existence, et qui donne un certain sens au travail dans ce système. Le concept d’idéologie n’est pas ici entendu, et c’est un point sur lequel nous avons beaucoup insisté, au sens de masque ou de voile qui recouvrirait la réalité des choses. Si on suivait cette acception, la mise en désirabilité du capitalisme ne serait qu’une opération de recouvrement d’une réalité plus sombre, qui se révèlerait être en fait atrocement oppressante, mettant les travailleurs dans une situation de grande précarité par exemple. Je pense que c’est un peu plus compliqué que cette idée d’un habillage rhétorique qui permet de dissimuler l’exploitation. La raison en est que, malgré tout, cet habillage est aussi une forme de contrainte sur le processus d’accumulation ; les êtres humains sont dotés de compétences critiques, de réflexivité, aussi faut-il, pour que l’habillage tienne, qu’un nombre minimum de choses au moins soit données. Si on nous dit que le capitalisme est très excitant et qu’on peut « s’y éclater » même en étant précaire, cela suppose que ce soit un peu donné, c’est-à-dire qu’un nombre suffisant de personnes puisse quand même y faire un travail excitant. Cela signifie que, sous un certain régime idéologique, au sens où j’entends ce terme, tout n’est pas également faisable, tout n’est pas également légitime.

7Cette contrainte passe assez largement par des dispositifs de management et par des instruments, qui, finalement, fixent ou figent à un moment donné des principes et font que le réel résiste un peu plus que si ces dispositifs n’étaient pas là. Dit autrement, des pratiques standardisées, des outils de gestion vont organiser à un moment donné le sens de ce qui est faisable de façon relativement cohérente avec les discours et les idéologies. Il y a donc une interpénétration, une connexion permanente entre cet esprit du capitalisme et les instruments, les outils, les pratiques de gestion. On retrouve là l’argument de M. Foucault qui est qu’on ne peut pas dissocier les formes de connaissance et de normativité, des instruments, de l’appareillage et des dispositifs, l’ensemble pouvant être considéré comme formant un régime de gouvernementalité, non pas ici des pays mais des entreprises.

8Pour en revenir à la notion d’esprit du capitalisme, nous avions proposé avec L. Boltanski une classification des arguments constitutifs des différentes formes d’esprit du capitalisme, repérables dans le temps, soit les arguments ou promesses nécessaires pour engager les personnes. Ces promesses relèvent de trois registres : tout d’abord, il faut qu’elles disent pourquoi c’est excitant d’être dans ce système, c’est-à-dire pourquoi on peut s’y épanouir, pourquoi s’y investir peut être enthousiasmant. Nous avons associé cette dimension-là à des formes de libération ; nous avons considéré qu’il fallait qu’il y ait toujours une sorte de promesse de libération pouvant être d’origine variée selon les époques du capitalisme. Deuxièmement, il faut qu’elles disent pourquoi ce système n’est pas contraire au sens de la justice. Troisièmement, il faut qu’elles disent pourquoi le système satisfait à des préoccupations de sécurité.

9Ces trois types de promesse (libération, justice, sécurité) sont produits pour faciliter le fonctionnement du système capitaliste par l’engagement du plus grand nombre, et connaissent, quant à leur contenu, des variations dans l’histoire. Ainsi, nous avons identifié différentes périodes, avec un premier esprit du capitalisme, familial et paternaliste, qui court de la deuxième moitié du XIXe siècle au premier tiers du XXe siècle ; un deuxième esprit qui est associé à la période fordiste de l’après-guerre ; et le troisième esprit auquel l’ouvrage est consacré, qui se construit à partir des années 1960-70, mais qui se solidifie à la fin des années 1980 et au début des années 1990. À chacune de ces périodes correspondent des promesses, mais aussi des pratiques d’organisation du travail et un certain nombre de pratiques de gestion et d’instruments de gestion. Cela signifie que derrière ces promesses, on a toute une organisation du travail et un système social qui doit mettre en scène ces promesses.

10Par exemple, la promesse de sécurité dans le « premier esprit du capitalisme » se caractérise par des protections liées à des relations de long terme de type familial ou paternaliste avec par exemple des promesses d’emploi à long terme, des habitats ouvriers, des jardins ouvriers, soit une série de mesures qui sont aussi des pratiques de gestion des ressources humaines. Celles-ci ont été amenées à disparaître à partir du moment où on a considéré que la sécurité des travailleurs ne passait plus par la relation avec un patron singulier, personnel, qui était sur ses terres. D’autres types d’instrumentation et de pratiques de gestion se mettent alors en place, qui donnent une solidité à un nouveau système de justifications. Par exemple, un des outils de gestion du « deuxième esprit », qui est fondé sur une certaine méritocratie (en rapport avec la promesse de justice) est la possibilité pour les cadres de faire carrière. Cette promesse suppose l’organisation de filières de carrière et de règles d’avancement. La promesse de sécurité est quant à elle obtenue par le développement de la planification touchant tant les États que les entreprises, ce qui confère un rôle central à des outils comme le Plan ou le Budget. Ceux-ci sont pratiqués à tous les niveaux du système économique, assurant une certaine forme de stabilité, et permettant également d’organiser une discussion entre les entreprises du même secteur. C’est d’ailleurs pourquoi le néo-libéralisme va les combattre très fortement, puisque l’accord entre concurrents sur les prix et les volumes constitue pour lui des pratiques anti-concurrentielles. Mais ce sont des pratiques qui n’étaient pas impensables dans un État où on gère la sécurité du système économique par la planification.

11Le « troisième esprit du capitalisme », le fameux « nouvel esprit du capitalisme », correspond à une autre forme d’action de l’État et à une autre période. Il repose sur des instruments de gestion différents. Pour faire le lien avec l’exemple précédent, les formes de gestion du personnel qui émergent supposent une destruction ou un démantèlement partiel des carrières à long terme ; on assiste ainsi au développement de l’individualisation de la mesure de performance, l’individualisation des parcours pour l’ensemble des salariés (et pas seulement pour les cadres) qui était quelque chose contre laquelle s’était construit le deuxième esprit du capitalisme puisqu’on était sur des gestions collectives avec des représentants du capital et du travail qui négociaient de façon collective. Donc, les pratiques associées au troisième esprit reposent sur un démantèlement de ces dispositifs collectifs. La vague de l’individualisation des performances et des promesses de carrières qui s’arrêtent au projet en cours n’est toujours pas terminée. Les carrières ont été redéfinies comme des enchaînements de projets.

12Ainsi chaque époque – peut-être chaque pays parce que la temporalité n’est pas la même selon les lieux – voit une évolution concomitante des discours de justification, des dispositifs, pratiques et outils de gestion qui vont avec.

13Dans l’ouvrage Le nouvel esprit du capitalisme, ces outils de gestion n’ont pas fait l’objet d’une analyse précise de notre part ; et c’est cela qui m’intéresse aujourd’hui. Avec Nicolas Berland, par exemple, nous avons réalisé une analyse détaillée de l’un de ces outils, le contrôle budgétaire (Chiapello et Berland, 2009). Le budget est une planification à un an. Ensuite, de façon régulière, une mesure des résultats atteints est effectuée, un calcul des écarts par rapport aux prévisions est réalisé et des actions correctrices sont décidées. Cette façon de penser la gestion a une histoire qui s’invente au début du XXe siècle. Des promoteurs de ce contrôle budgétaire se mettent à militer dans des cercles patronaux, des cercles réformateurs qui sont très actifs notamment pendant les années 1930 pour essayer de répondre au désordre du système économique. Ce sont des idées qui circulent dans à peu près tous les cercles réformateurs, des néolibéraux aux communistes inspirés par l’Union Soviétique. Dans ce travail, nous mettons en évidence la façon dont cet instrument, qu’on considère comme étant au cœur du « deuxième esprit », va petit à petit se trouver enrôlé et construit comme la solution pratique permettant de faire exister un capitalisme renouvelé, reposant sur un nouveau système de promesses. Les trois promesses de l’esprit du capitalisme antérieur à la crise des années 1930 que nous avons évoquées entrent en crise à des moments différents.

14Ainsi, la crise des promesses de sécurité et de justice est clairement liée à la crise économique ; la crise de la promesse d’excitation (qui est dans le premier esprit liée à une foi générale dans le progrès des techniques) va plutôt éclater à la fin de la seconde guerre mondiale, entre autres parce que cette guerre montre de façon massive et non contestable, avec la bombe atomique et les chambres à gaz, que le progrès technique n’est pas forcément synonyme de progrès social.

15Suite à la crise des différentes promesses, des mouvements de pensée divers (comme le corporatisme, le planisme, le keynésianisme) prennent en charge la reconstruction idéologique du capitalisme. Dans les solutions qu’ils bricolent, on voit apparaître de nouvelles pratiques de gestion. Ainsi, la crise de la promesse de sécurité par les relations personnelles, propre au premier esprit, engendre la construction d’une nouvelle promesse de sécurité par la planification. Dans l’entreprise, le budget devient central. Faisant suite à la promesse d’excitation par le progrès technique se développe l’idée d’une excitation par la décentralisation des responsabilités, le fait d’avoir des travailleurs plus responsables, ce sur quoi va s’appuyer le management par objectifs, dont l’âge d’or sera les années 1960, lequel s’ajuste aux pratiques budgétaires. On peut ainsi dire qu’au départ les pratiques budgétaires sont d’abord des pratiques de planification et qu’ensuite on va s’en servir pour motiver les personnes en leur disant : « puisque tu as prévu de faire tel budget, cela va être ton objectif. Et comme c’est ton objectif, on ne va regarder que l’atteinte de celui-ci. Tu seras libre de jouer sur toutes les lignes de ton compte de résultats tant que tu nous serviras la bottom line prévue au budget ». Et enfin, suite à l’idée d’une justice qui passe par la récompense de la loyauté, propre au premier esprit, on construit une justice instrumentée par des chiffres incontestables, qui permettent de lutter contre le favoritisme et le népotisme. L’analyse de cet objet qu’est le contrôle budgétaire permet ainsi de montrer comment un instrument de gestion va petit à petit se charger de promesses et va se retrouver en partie recomposé en fonction de ce qu’on va lui faire porter. C’est ainsi que la planification, quand elle est liée à la direction par objectifs devient un instrument d’épanouissement.

16Aujourd’hui, dans ce monde de marché, de court-termisme, etc., on remarque que le budget est en crise et qu’on est passé à la gestion sans budget. L’injonction de réactualiser les budgets tous les trois mois a fait voler en éclat l’idée même de planification…

17Cette manière d’interroger les outils de gestion amène à faire l’hypothèse qu’il est possible de trouver pour chaque moment de l’histoire des instruments qui sont symboliques ou centraux dans le fonctionnement du capitalisme. À cette condition, il est possible d’analyser le capitalisme par les outils de gestion.

Analyser les outils de gestion selon une perspective critique

18Arrêtons-nous maintenant plus particulièrement sur les outils de gestion. Comment les regarder d’un point de vue critique ?

19Une caractéristique des outils de gestion est d’abord leur matérialité : ce peut être un système d’information, une grille associée à des pratiques (par exemple une grille de mesure de performance, une grille d’entretien de fin d’année…). Et c’est de la gestion dans la mesure où ces outils sont orientés vers la recherche de l’efficacité et de l’efficience. Ce qui m’intéresse dans les outils de gestion, c’est justement leur matérialité, qui les rend visible dans un système de gestion, dans une entreprise ; ce sont des points fixes qui permettent d’entrer dans la compréhension des systèmes organisationnels. C’est un très bon moyen de focaliser l’attention pour essayer de comprendre ce qui se passe autour de tel ou tel indicateur, autour de telle ou telle grille. C’est d’ailleurs une chose remarquable, quand vous allez dans les entreprises, quand vous parlez aux gestionnaires : les outils sont constamment présents, sont omniprésents dans la vie des organisations. Et pourtant, de façon assez paradoxale – mais il faudrait faire une analyse historique des sciences de gestion pour le comprendre – ils sont assez peu étudiés. Il y a en définitive assez peu de discours sur la technique de gestion comme si s’y intéresser était le résidu honteux d’une époque révolue des sciences de gestion, c’est-à-dire de l’époque où les sciences de gestion faisaient de l’ingénierie de la gestion et se donnaient pour but l’amélioration les outils de gestion. Je suis d’une génération de l’entre-deux, donc les collègues que j’avais quand j’ai commencé ma carrière étaient dans une visée ingéniérique de la recherche, c’est-à-dire qu’ils cherchaient à améliorer les systèmes de calcul de coûts, à améliorer les techniques de gestion… Ils étaient toujours à regarder les pratiques sous l’angle de l’efficacité ou de l’efficience pour les améliorer. Et puis, en raison me semble-t-il du développement des sciences de gestion et/ou de leur recherche d’anoblissement, on est allé vers l’idée que la gestion était l’objet et non le projet des sciences de gestion. On s’est donc intéressé aux pratiques, mais on s’est désintéressé des techniques qui sont devenues des objets de la génération passée. Ainsi, on a délaissé la réflexion sur les outils, qui a été laissée aux consultants, dont le rôle est principalement de vendre l’implantation de nouveaux outils.

20On observe cependant, depuis une dizaine d’années, en France et surtout à l’étranger, un retour de l’intérêt pour l’instrument, mais un intérêt différent de l’intérêt ingéniérique de la génération qui m’a juste précédée, et davantage critique.

21Faire de ces outils une analyse critique, c’est retrouver ce qui, dans la technique, est politique, social, et renvoie à des choix sociétaux. C’est, par exemple ce que propose Valérie Boussard (2001) dans un article passionnant sur les indicateurs prégnants dont l’un des cas se passe dans une Caisse d’Allocations Familiales. Elle est partie du constat que dans les organisations aujourd’hui, avec les multiples bases de données dont on dispose, des centaines d’indicateurs circulent. Pour autant, il est possible de les ramener à deux types : ceux, très peu nombreux, dont tout le monde parle, en bien ou en mal ; qu’on les critique ou qu’on les appuie, ils produisent des discours. C’est ce qu’elle appelle des « indicateurs prégnants ». Et puis il y a la masse de chiffres qui existent, qui sont sur les tableaux de bord, mais dont personne ne parle. Et schématiquement, sa proposition est que l’analyse des indicateurs prégnants et leur déconstruction permettent d’approcher l’organisation, et d’en comprendre le fonctionnement. Par exemple, à HEC où je suis professeur, nous avons un indicateur prégnant qui est le ranking du Financial Times. Donc tout le monde parle du ranking des businessschools du Financial Times, en bien ou en mal, et notre directeur général nous offre le champagne chaque fois qu’il y a un ranking qui sort parce qu’on ne cesse de monter. Chez l’Oréal, à l’époque de Lindsay Owen-Jones, il y avait un indicateur prégnant qui était « OJ one », c’est-à-dire que l’indicateur avait le nom du patron !

22Dans la Caisse d’Allocations Familiales où Valérie Boussard a mené sa recherche, l’indicateur prégnant était le stock-retard. Il s’agit d’un indicateur qui mesure le nombre de dossiers que le service compétent n’a pas eu le temps de traiter au bout d’un certain temps après réception. Cet indicateur met en lumière, et d’une certaine manière anoblit, le travail des gens qui sont dans ce service, qui sont les personnes qui ouvrent les dossiers, qui regardent si toutes les pièces y sont, etc. Avec cet indicateur, en fait, on ne parle que d’eux : en bien, si le stock-retard est faible, ou en mal. Mais c’est l’indicateur dont tout le monde parle et qui met ce service au centre des représentations de l’organisation. Or, dans les Caisses d’Allocations Familiales il y a d’autres personnes, d’autres services, et notamment un service qui emploie de nombreuses assistantes sociales, qui ne font pas quant à elles le travail industriel de traitement de dossiers qui est un travail administratif très taylorisé. Elles font au contraire un travail qu’elles disent « qualitatif », qui fait attention aux singularités de la famille, etc. Et ces assistantes sociales sont malheureuses parce qu’on parle très peu de leur travail, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas représentées par le stock-retard. Dans cette CAF, tout le monde parle du stock-retard ; certains en sont heureux et d’autres se sentent opprimés.

23L’auteure de l’étude montre que cet indicateur est lié à un schéma mental propre à cette Caisse d’Allocations Familiales selon laquelle la mission la plus importante de l’organisation est de payer le plus rapidement possible les gens qui ont besoin de son aide. L’identification de cette conviction partagée permet de comprendre pourquoi le stock-retard est considéré comme l’indicateur le plus important pour mesurer que la CAF remplit bien sa mission.

24Le problème est évidemment qu’il s’agit d’une vision biaisée. Même si on prenait au sérieux cette représentation de ce qu’est la bonne performance, il faudrait a minima mesurer la durée totale entre la première demande et le premier versement, et non uniquement le nombre de dossiers en souffrance dans le service. Car pour minimiser le temps passé par les dossiers en souffrance dans le service, ceux-ci sont renvoyés dès qu’il manque un papier. L’ayant-droit destinataire doit donc compléter son dossier, le renvoyer, et la procédure redémarre à zéro. En réalité, c’est un indicateur qui a beaucoup de biais. La question qui se pose alors est celle de la raison pour laquelle cet indicateur est maintenu. Ce que met ici en évidence Valérie Boussard, est que ce service mis au centre des représentations par le stock-retard est aussi celui qui a le plus de pouvoir à l’intérieur de l’organisation et dont les employé(e)s sont les plus syndiqué(e)s. On a ainsi un groupe dominant qui est constitué des employés de ce service, qui est au centre des représentations, et qui occulte une partie du fonctionnement de la caisse. Le fait que cet indicateur soit un instrument de pouvoir explique la grande difficulté à en changer. D’ailleurs, l’auteure s’y est essayée et a échoué s’étant heurtée de plein fouet à la structure politique de l’organisation.

25En conséquence, un indicateur, un objet aussi anodin qu’un chiffre peut être un excellent analyseur à la fois des représentations dominantes et des jeux politiques au sein d’une organisation. Cela signifie qu’il ne faut pas s’arrêter à la surface de l’indicateur, s’arrêter à l’analyse de ce que l’on dit qu’il fait et de ce pour quoi il est là officiellement. Il est intéressant de débusquer dans les instruments quelles sont les structures de pouvoir qui les ont produits et qui y ont été déposées.

26Un autre exemple : les instruments de gestion reposent fréquemment sur des catégorisations, notamment des groupes sociaux… On peut alors s’interroger sur les groupes qui sont présents dans les catégorisations incorporées dans l’instrument et ceux qui sont invisibles. Ce sont des éléments qu’il est possible d’étudier. Il est possible aussi d’analyser les concepts, le langage, les systèmes de catégories, tout ce qui a été déposé dans l’instrument. Ce qui rend l’instrument, l’outil passionnant à étudier est qu’une fois que cela a été déposé, c’est oublié, c’est recouvert par la technique. En apparence, ce n’est qu’un indicateur, alors que ce dont il est fait est reproduit par le fait même que l’indicateur soit utilisé par des acteurs divers. Quelqu’un qui commencerait à travailler dans la CAF, qui n’a jamais vu une autre caisse, à qui on expliquerait que le stock-retard est un indicateur crucial, serait socialisé au stock- retard, croirait au stock-retard et le tour serait joué : la structure de pouvoir, la structure cognitive et les valeurs associées sont reproduites. Les outils sont des objets qui permettent la reproduction sociale.

27On a vu qu’il était possible d’analyser le capitalisme au travers de la recherche d’instruments qui sont typiques ; on a vu à travers l’exemple des indicateurs prégnants qu’il est possible d’aller chercher du politique, du social, du cognitif, derrière des objets techniques. Il nous reste donc à envisager le lien entre la critique des outils de gestion et celle du capitalisme.

Une approche critique du capitalisme à partir de l’analyse critique des outils de gestion

28S’il est possible de proposer des analyses critiques des instruments de gestion, ce n’est pas pour autant que ces analyses ont à voir avec une critique du capitalisme. Pour cela, il faut remonter à un niveau macro. Dans cette troisième partie je me contenterai de proposer quelques pistes à partir de mes travaux et des idées que je défends.

29Je partirai d’une première idée qui est la suivante : si on peut continuer à appeler capitalisme quelque chose qui s’est considérablement transformé au moins sur les deux derniers siècles, c’est parce qu’il y a une dynamique générale du système qui produit toujours plus ou moins le même genre de problèmes ou de désastres. Ceci signifie que selon moi ce que l’on reproche à ce système économique, est toujours plus ou moins la même chose, évidemment avec des formes historiques changeantes. Il n’y a donc pas une infinité de critiques possibles du capitalisme.

30Un travail auquel je m’adonne actuellement consiste à classer tous les textes critiques que je trouve et j’arrive à les classer selon quatre catégories. Il me semble en effet que toutes ces critiques renvoient seulement à quatre types, qui peuvent s’hybrider, se rencontrer, etc. mais en gros ça tourne toujours autour des quatre mêmes sujets.

31Ainsi, on peut mettre dans le même ensemble que j’appelle la « critique artiste » la critique issue de l’école de Francfort et la critique de la société de consommation ; cette critique a une histoire, elle se renouvelle, prend de nouveaux objets, mais ce sont toujours les mêmes problèmes qui sont réétudiés car ils prennent toujours une forme historique localisée, ce qui explique aussi pourquoi il est intéressant de continuer à les étudier. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de découvertes théoriques fondamentales qu’il faut arrêter de critiquer les incarnations historiques. Ce sont toujours les mêmes problèmes qui reviennent. Ce qui change, c’est l’intensité des problèmes, leur forme historique particulière, ou la façon dont le capitalisme dans ses évolutions (en essayant par exemple de traiter certains problèmes – parce que la critique est trop forte à un moment donné) fait apparaître de nouveaux problèmes, tout au moins dans leur forme.

32La question du rapport entre l’analyse des instruments de gestion et la critique de capitalisme peut ainsi se poser de la façon suivante : si on tient pour acquise cette liste de problèmes récurrents associés au fonctionnement du système capitaliste, dans quelle mesure l’étude des instruments de gestion permet-elle de les éclairer à nouveaux frais et de comprendre les problèmes d’une époque ?

33Face à un état donné du capitalisme quelles sont les formes d’aliénation au travail et d’atteinte à la liberté, les formes prises par la domination ou encore les formes de perte de sens, de conditionnement, de destruction de la beauté ou de l’authenticité à l’œuvre ? Ces problèmes ont été particulièrement travaillés par la critique artiste.

34On peut aussi se demander quelles sont les formes de destruction de la solidarité et du lien social. Il s’agit ici d’une thématique propre à une critique que j’ai ajoutée depuis Le nouvel esprit du capitalisme, critique qui très importante à la fin du XIXe, au moment où on en était à se lamenter sur la perte des villages, la perte de la solidarité familiale, et que j’appelle la « critique conservatrice ». C’est une critique lancinante qui revient tout le temps, et qui est par exemple très forte actuellement dans certains pays en voie de développement, qui, un siècle après l’Europe, sont heurtés de plein fouet par la croissance économique qui détruit les fonctionnements villageois.

35Un troisième ensemble de critiques forme la « critique écologique », qui porte sur les liens entre le capitalisme et formes de destruction de la nature.

36Enfin, le quatrième type de critique est la critique sociale, qui s’interroge sur les formes d’injustices et d’inégalité sociales produites par le système et sur les modalités de l’exploitation.

37À partir de cette catégorisation en quatre ensembles critiques, il est possible de chercher les liens entre les pratiques et les outils de gestion d’une part et ces différents problèmes génériques du capitalisme.

38Prenons par exemple les réseaux sociaux, qui ne sont pas à proprement parler des outils de gestion, mais qui sont utilisés assez largement aujourd’hui pour faire du marketing direct et atteindre des cibles. On peut chercher à étayer une dénonciation de ces outils comme étant de grandes tentacules collectant des données personnelles dans le seul but de les revendre à des entreprises qui pourront grâce à celles-ci cibler des messages commerciaux s’appuyant sur les intérêts dévoilés par ces personnes dans les réseaux sociaux. Une telle dénonciation rejoint la thématique de l’aliénation et de la destruction des libertés dont la cause principale est la quête d’un profit par des entreprises au service d’actionnaires. Nous sommes toujours dans un système économique fonctionnant à partir d’entreprises capitalistes, mais il y a de nouveaux moyens d’oppression, de nouvelles formes de destruction de libertés, des nouvelles formes d’aliénation.

  • 4 Il s’agit de la thèse de Céline Baud à HEC.

39Pour finir, je vais prendre un autre exemple, qui se rapprochera peut-être davantage des outils de gestion que l’exemple des réseaux sociaux, et qui concerne les marchés financiers. De mon point de vue, les marchés financiers ce sont principalement des organisations qui ont des systèmes de gestion. Les actionnaires ont des systèmes de gestion parce que les actionnaires sont souvent des entreprises ; ce sont des corps collectifs. Les fonds de pension sont des organisations. On nous fait croire que ce sont des marchés, mais ce sont avant tout des lieux avec des organisations, qui ont des systèmes comptables qui captent des profits… À partir de là, on peut très bien aller chercher les indicateurs des acteurs des marchés financiers et en faire une analyse critique au service d’une analyse critique du capitalisme. Il s’avère que la « révolution néolibérale » est allée de pair avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’outils de gestion, issus des outils de la finance qui s’inventent à la fin des années 1960, début des années 1970. À ce moment-là, il y a vraiment une explosion intellectuelle et technique dans la finance et ce sont ces outils qui vont se diffuser, qui vont même passer dans la loi et devenir les pratiques dominantes. Un seul exemple, que je connais un peu parce que je dirige une thèse sur la question4 : celui des ratios de sécurité financière, qui sont négociés au niveau du comité de Bâle. Pour éviter que les banques ne soient en dépôt de bilan quand on ne les rembourse pas, des règles prudentielles ont été négociées au niveau international. Les banques soumises à ces accords doivent ainsi respecter certains ratios de fonds propres. Il y a eu le ratio Cook puis le ratio McDonough. En matière de réglementation, il y a eu Bâle 1, Bâle 2 et aujourd’hui Bâle 3.

40L’analyse de la réglementation et des ratios montre une transformation complète des règles, de la façon dont on conçoit la stabilité financière, et du ratio de fonds propres. Le ratio McDonough a ainsi incorporé des pans entiers de la théorie financière qui n’étaient pas présents dans le ratio précédent. Et ceci a des conséquences importantes, parce que le risque de crédit est désormais conçu comme un risque statistique, ce qui ne va pas de soi ; dans le « premier esprit du capitalisme », le risque de crédit était conçu comme un manque de confiance vis-à-vis de certaines personnes dont la probité et la morale étaient mises en question, car elles ne menaient pas une vie assez éthique. C’était une façon de concevoir le risque de crédit. Au début du XXIe siècle, le risque de crédit est devenu un risque statistique calculé sur des séries de chiffres, des historiques de données. Cela signifie qu’il est défini de façon totalement différente et qu’il s’accompagne de l’intrusion de dispositifs sociotechniques statistiques dans la législation, mais aussi dans les pratiques de gestion des banques qui sont tenues de les appliquer et dans la définition de ce qu’est un ratio de solvabilité. Autrement dit il existe des chaînages très intéressants à étudier. De nouvelles modélisations théoriques du comportement des actifs financiers, associées au développement de techniques statistiques bénéficiant de l’incroyable puissance de calcul des ordinateurs, ont ainsi conduit à penser le risque de crédit de façon renouvelée. Et ce mouvement n’est pas dissociable de la financiarisation de l’économie qui marque l’évolution du capitalisme depuis 20 ans et de la progression d’une conception libérale du risque, chacun devant assumer le risque qui lui est associé à l’encontre de tout projet de mutualisation. C’est dire aussi que cette évolution des ratios financiers peut être mise en rapport avec une caractérisation globale du système capitaliste. Une telle analyse ne rend pas compte évidemment de la totalité du mouvement, mais montre que ce mouvement est analysable en entrant par les instruments.

41Il est donc tout à fait faisable, à mon sens, de prendre des objets très petits, qui sont de la nature d’un instrument de gestion, et de remonter sur des questions très grandes. Ce mouvement est facilité par l’existence d’opérateurs conceptuels pour le faire, tels par exemple la critique de l’exploitation. Il s’agit d’un opérateur assez robuste qui a été construit, reconstruit, et qui peut donc guider le regard et l’analyse sur certains phénomènes et nous permettre de remonter du micro au macro, de façon relativement convaincante.

Bibliographie

Boltanski L. et Chiapello E. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Boussard V. 2001. Quand les règles s’incarnent. L’exemple des indicateurs prégnants, Sociologie du Travail, n° 4, vol. XLIV, oct.-déc.

Chiapello E. et Berland N. 2009. Criticism of capitalism, budgeting and the double enrolment Budgetary control Rhetoric and social reform in France in the 1930s and 1950, Accounting, Organizations and Society, vol. 34(1), 28-57

Notes

1 Ce texte est issu d’une conférence donnée par Eve Chiapello, mise en forme par Thomas Heller et Bénédicte Vidaillet.

3 Certes, dans le registre discursif il y a des techniques, dont l’usage, selon certaines fins, contribuent à rapprocher communication et gestion.

4 Il s’agit de la thèse de Céline Baud à HEC.

Auteur

Professeure à HEC (Jouy-en-Josas), chiapello@hec.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540