Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 1. Société capitaliste avancée et sens de la critique

Pistes de réflexion pour une approche communicationnelle critique des organisations dans le contexte du capitalisme cognitif

Olivier Sarrouy

Résumé

Dans cet article, nous nous proposons de formuler une synthèse des analyses du capitalisme cognitif et d’esquisser à partir de celle-ci quelques pistes de réflexion quant aux objets et perspectives de recherche potentiels d’une approche communicationnelle critique des organisations.

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans cet article, nous nous proposons de formuler une synthèse des analyses du capitalisme cognitif et d’esquisser à partir de celle-ci quelques pistes de réflexion quant aux objets et perspectives de recherche potentiels d’une approche communicationnelle critique des organisations. La notion de capitalisme cognitif concrétise une tentative de conceptualisation des transformations systémiques dans lesquelles se trouve engagé le capitalisme depuis une trentaine d’années, qui cherche à réconcilier des perspectives critiques restées jusqu’ici relativement étrangères les unes aux autres. Le marxisme traditionnel, ayant longtemps surdéterminé l’ensemble des approches critiques, s’est en effet développé sur la base d’une priorité théorique accordée à la relation capital/travail. Cependant, l’intégration progressive des dispositifs de lutte au cœur des instances de régulation institutionnelle, la faillite du « socialisme réel » et l’effondrement conjoint des grands récits de l’émancipation ouvrière durant la seconde moitié du XXe siècle ont progressivement favorisé l’émergence de perspectives critiques alternatives : études de genre, études post-coloniales, antipsychiatrie, écologie politique, etc. (Keucheyan, 2010 ; Collectif, 2011). À l’aspiration d’une théorie unifiée centrée sur la relation capital/travail s’est ainsi substituée une pluralité d’approches visant à appréhender dans leur pleine complexité la multiplicité des dispositifs de sujétion capital/vie. Mais à peine se trouvait entamé ce mouvement de renouvellement théorique et politique que s’enclenchait un processus de recomposition de la production qui intégrait les composantes les plus superficielles de ces « nouvelles » formes de critique au cœur des dynamiques de valorisation économique (Boltanski et Chiapello, 1999) en même temps qu’il achevait d’invalider les stratégies historiques de contestation du mouvement ouvrier. L’ampleur de ces transformations et le coup qu’elles ont porté aux mouvements de résistance politique ont entraîné une – trop – longue suspension de l’histoire que l’actuelle résurgence des luttes politiques semble enfin pouvoir clore. Néanmoins, la critique semble toujours manquer d’un cadre conceptuel cohérent à même d’articuler ces diverses résistances selon une perspective plus « positive » que la vague opposition au « néolibéralisme » qui semble les rassembler. Le programme de recherche développé par les théoriciens du capitalisme cognitif, se proposant d’appréhender de façon systémique les processus de reconfiguration économique contemporains en tant que dynamique d’intégration de la vie sociale par l’appareil productif, constitue à nos yeux la possible ébauche d’un pareil dispositif théorique.

Qu’est-ce que le capitalisme cognitif ?

2Dans une grammaire régulationniste, le capitalisme cognitif peut être défini comme « un système d’accumulation associant un mode de production capitaliste, un régime d’accumulation privilégiant la connaissance et la créativité, et un mode de régulation caractérisé par des rapports sociaux fondamentaux et des comportements tournés vers l’innovation, la nouveauté et le partage des droits y afférent » (Dieuaide et al., 2003). L’hypothèse fondamentale sous-tendant cette approche est donc que l’innovation, la connaissance, la capture de la créativité et de l’intelligence sociale distribuée tendent désormais à se présenter comme les principaux vecteurs de création de valeur et d’accumulation du capital. Précisons – puisque ce point fait régulièrement l’objet de fâcheux malentendus – que cette proposition ne récuse ni l’importance quantitative du travail « matériel » à l’échelle mondiale, ni son rôle dans la production de la valeur d’usage des marchandises. Mon ordinateur ou mon bureau constituent bien évidemment, en tant qu’objets concrets, le produit d’un effort physique qui n’est aucunement destiné à être « dématérialisé ». Cette approche soutient en revanche que la valeur des marchandises tend de plus en plus à reposer sur leurs caractéristiques « immatérielles » : leur marque, l’innovation technologique ou « sociale » qu’elles cristallisent, leur capacité à intégrer les consommateurs dans des réseaux de pratiques, etc. Ce déplacement relève, comme nous allons le voir, d’une importante transformation des dynamiques de valorisation économique et des rapports qu’elles entretiennent aux logiques organisationnelles qui les structurent.

Recompositions économiques et recompositions organisationnelles

3La dynamique d’autovalorisation du capitalisme industriel reposait sur une production de masse standardisée dont l’organisation par le système des machines constituait tout à la fois le principal mécanisme d’extraction de la plus-value relative et le principal objet de l’accumulation – de même, bien sûr, qu’un important dispositif de subsomption réelle du travail sous le capital. L’organisation de la production y était donc majoritairement structurée par une dialectique du travail vivant et du travail mort dynamiquement orientée par une tendance historique à la réduction du « temps de travail socialement nécessaire » à la production (Marx, 2011 ; Postone, 2009). Or, pareille description ne permet plus de rendre compte des logiques sous-jacentes au régime d’innovation permanente qui caractérise le capitalisme cognitif. La mondialisation, l’automatisation de la production, et la saturation progressive des marchés ont favorisé le passage d’une économie de production de masse standardisée à une économie de variété et d’innovation engageant une recomposition conjointe des organisations productives et des dynamiques de valorisation économique qui les sous-tendent. La mutation des logiques de production industrielle – production allégée, juste-à-temps, etc. – (Coriat, 1994 ; la spécification du changement comme régime de fonctionnement « normal » de l’organisation (Orlikowski, 1996), la reconfiguration des dispositifs managériaux (Boltanski et Chiapello, 1999 ; Linhart, 2010), le développement de la communication d’entreprise (Le Moënne, 1998), etc. témoignent ainsi de ce que la structuration de l’organisation semble désormais orientée vers la valorisation des savoirs, des affects, des imaginaires, etc. engagés dans le processus d’innovation depuis la phase de conception jusqu’aux phases de production, de distribution et de consommation. Ce déplacement des dynamiques de valorisation économique se concrétise aujourd’hui sous des formes que radicalise le déploiement de logiques d’innovation ascendante (Hippel, 2005 ; Cardon, 2006) disloquant les frontières héritées de l’organisation : multiplication des plateformes de « crowdsourcing » visant à externaliser certaines fonctions de l’entreprise – recherche et développement, design, etc. – auprès de la foule des internautes (Howe, 2009 ; Shirky, 2010), prolifération de systèmes de valorisation des communautés d’utilisateurs (Tapscott et Williams, 2006), développement de dispositifs d’analyse statistique des conversations en ligne visant à anticiper le désir des consommateurs et les innovations en devenir (Sadin, 2011), etc.

La production comme production sociale

  • 2 Une machine de Turing est un modèle formel des appareils de calcul, et notamment des ordinateurs.

4Ces recompositions organisationnelles témoignent d’une transformation importante : les dynamiques de valorisation et d’accumulation ne relèvent plus tant d’une activation du travail vivant par le travail mort que d’une valorisation des dynamiques coopérationnelles déployées depuis l’intérieur même du travail vivant. « Autrement dit, l’aspect coopératif du travail immatériel n’est pas imposé ou organisé de l’extérieur – comme il l’était dans les formes antérieures de travail – mais la coopération est complètement immanente à l’activité de travail elle-même. Ce qui remet en question la vieille notion – commune à l’économie politique classique comme à son homologue marxiste – selon laquelle la main-d’œuvre est conçue comme “capital variable”, c’est-à-dire comme une force qui n’est activée et rendue cohérente que par le capital » (Negri, 2006, p. 90-91). Alors que – et parce que – les technologies numériques d’information et de communication favorisent une extension générale de la codification et de la grammatisation des pratiques (Stiegler, 2004), les dynamiques de valorisation économique semblent toujours davantage devoir investir ce qui, précisément, ne peut se ramener à un ensemble de données codifiées. Mobilisation subjective des salariés (Floris, 1996), échanges sociaux engagés dans la coopération organisationnelle (Alter, 2010), logiques collectives d’innovation (Alter, 2002), dispositifs de construction de sens déployés par le marketing (Floris et Ledun, 2005), etc. : la production de valeur tend aujourd’hui à se présenter comme une activité « ontologiquement » sociale, en ce sens qu’elle repose en premier lieu sur la mobilisation des facultés imaginaires et symboliques propres à l’homme, sur « un savoir vivant non réductible à des machines ainsi que [sur] l’opinion partagée en commun par le plus grand nombre d’êtres humains » (Moulier Boutang, 2008, p. 58). La production de valeur se définit aujourd’hui d’investir ce qui échappe à toute modélisation par une machine de Turing2 (Lévy, 1985).

5Mais, si nous prenons acte que la production de valeur est avant tout une production « sociale », force est alors d’admettre que la dichotomie héritée du travail et du non-travail et sa distribution en un « dedans » et un « dehors » de l’entreprise perdent, en l’état, tout pouvoir descriptif. Si les dynamiques de valorisation s’ancrent effectivement dans l’interaction, la communication, la créativité, etc., c’est-à-dire dans un ensemble d’activités sociales s’originant en grande partie en dehors des cadres spatiaux, temporels et symboliques de l’entreprise, selon quels critères différencier ce qui relève du « travail » et ce qui relève de la « vie » ? « La formation des compétences, les subjectivités mobilisables et, plus généralement, ce que d’autres appellent le capital humain n’ont pas leur origine exclusive dans l’entreprise. […] Dans le capitalisme cognitif le hors-travail et le hors-entreprise tendent à prendre une importance particulière. Non seulement parce que la consommation et ce qui se trouve en amont, la subjectivité, constituent des enjeux centraux. Mais aussi à cause de l’unité technique et cognitive du social, qui englobe et la sphère de la production en entreprise et celle de la consommation ou des relations privées. La culture technique (en un sens large) constitue une indivisibilité » (Dieuaide et al., 2003). Qu’on l’approche par une phénoménologie de sa marchandise ou par une phénoménologie de son organisation, la production contemporaine apparaît donc saisie d’une vie sociale qui l’excède de toute part. La notion de capitalisme cognitif ne désigne que cela : une indiscernabilité de la production et de la reproduction, une conjonction de l’économique et du politique, une injonction à repenser conjointement la production et la vie dans leurs rapports aux mécanismes d’exercice du pouvoir et aux dynamiques de valorisation économique. Les recompositions du capitalisme appellent une ré-adéquation des termes de la critique aux nouvelles formes d’exploitation et d’aliénation que développe le capital.

La production biopolitique comme résistance au biopouvoir et à l’exploitation des communs

6Pour Antonio Negri et Michael Hardt, cette recomposition de l’économique et du politique recouvre deux aspects antagonistes. Elle relève d’abord d’une extension et d’une recomposition conjointe de l’exploitation et des mécanismes d’exercice du pouvoir qui l’organisent. Si, dans le contexte du capitalisme cognitif, la production de valeur se présente d’abord comme une production sociale « extérieure » à l’entreprise et aux formes de « travail » qu’elle spécifie, l’exploitation ne procède plus uniquement du vol d’un surtravail immédiatement quantifiable, mais également d’une capture des « communs » – langage, imaginaire, production symbolique et relationnelle, etc. – qui constituent tout à la fois la principale ressource et le principal produit de la production contemporaine. Ce déplacement des formes d’exploitation se double d’une transformation des mécanismes de pouvoir qui l’ordonnent. La capture des communs ne se trouve pas réglée par un ensemble de technologies disciplinaires procédant par fixation « externe » des corps sur l’appareil de production (Foucault, 1998), mais par le développement d’un « biopouvoir » opérant une réglementation interne des formes de vie sociale par le biais de dispositifs de contrôle (Deleuze, 1990) conduisant les sujets vers « un état d’aliénation autonome, en partant du sens de la vie et du désir de créativité » (Negri et Hardt, 2004, p. 49). Néanmoins, si le développement du capitalisme cognitif s’accompagne d’une extension des mécanismes de pouvoir et d’exploitation, il relève également, pour Negri et Hardt, d’une généralisation des antagonismes politiques. L’exercice global du biopouvoir, en favorisant le développement de formes d’organisation coopératives engageant immédiatement la production collective d’affects, de subjectivités, etc., aurait paradoxalement contribué à révéler une puissance « biopolitique » immanente au social dont l’affirmation, depuis l’intérieur même des mécanismes de valorisation économique, constituerait une source de résistance politique radicale. « Dans la mesure où dire que le pouvoir a investi la vie signifie également que la vie est un pouvoir, peut-on localiser dans la vie elle-même – c’est-à-dire bien entendu dans le travail et dans le langage, mais aussi dans les corps, dans les affects, dans les désirs et dans la sexualité – les lieux d’émergence d’un contre-pouvoir, le lieu d’une production de subjectivité qui se donnerait comme moment de déassujettissement ? » (Negri et Hardt, 2004, p. 42-43).

Quelle perspective critique pour une approche communicationnelle des organisations ?

7L’analyse des théoriciens du capitalisme cognitif fonde selon nous un cadre conceptuel apte à nourrir avantageusement une approche communicationnelle critique des organisations contemporaines. L’hypothèse d’une intégration totale de la vie sociale par l’appareil productif ouvre en effet de nouvelles perspectives d’analyse de l’organisation. Non seulement pour appréhender les modalités de recomposition des pouvoirs et des résistances qui s’y développent, mais aussi, et surtout, pour interroger les formes de clôture opérationnelle par lesquelles l’organisation se forme (Le Moënne, 2004, 2008). Car si l’organisation contemporaine constitue d’abord un agencement par lequel s’opère la composition, la capture et la valorisation économique d’une dynamique biopolitique pour une large part « extérieure » à l’organisation – c’est-à-dire n’intervenant pas par et pour elle-même dans le processus d’organisation de son cours d’action – il convient alors de redoubler l’analyse des processus organisants d’une étude des dispositifs de clôture par lesquels ces dynamiques biopolitiques se trouvent intégrées et traduites dans l’organisation. L’organisation n’a donc plus à être appréhendée comme une unité a priori discernable : c’est par l’opération de cette clôture distribuée dans le champ social et par l’instauration des multiples médiations qui la composent – rapports de dépendance économique, capture symbolique et discursive du désir, normes d’action, dispositifs algorithmiques d’analyse des traces numériques, plateformes de communication, etc. – que se constitue l’organisation. Néanmoins, pareille étude nous conduirait sans doute à buter sur certaines limites de l’approche développée par les théoriciens du capitalisme cognitif.

Limites des théories du capitalisme cognitif

8L’approche critique des théoriciens du capitalisme cognitif développe en effet une conception purement « subjectiviste » de l’action, appréhendant les dynamiques sociales comme le produit de purs rapports de volonté antagonistes opposant les « producteurs » aux « capitalistes ». Il en découle une conception idéalisée des situations de communication qui, en redoublant l’opposition entre « capitalistes » et « producteurs » d’une opposition entre « biopouvoir » et « biopolitique », hypostasie une communication supposée ontologiquement oppressive ou émancipatrice selon que le sujet qui l’incarne appartient à l’une ou l’autre de ces deux classes sociales. Cette position nous semble théoriquement et politiquement problématique. Gilles Deleuze et Félix Guattari ont proposé de substituer à la représentation duale du politique – le politique comme pouvoir qu’il s’agirait, en l’état, de prendre ou de laisser à d’autres – une conception polyvoque visant l’articulation de dynamiques de subjectivation et de luttes d’intérêt (Deleuze et Guattari, 1980). Cette approche nous invite à intégrer à la critique du capitalisme cognitif une analyse des processus de subjectivation liés aux spécificités des formes de communication qui s’y déploient. Or, de toute évidence, ces spécificités ne peuvent être appréhendées sous le seul angle de l’opposition entre « capitalistes » et « producteurs » que prolonge l’opposition entre « biopouvoir » et « biopolitique ». Les processus de subjectivation et de composition des collectifs ne constituent pas un pur produit de rapports de pouvoir intentionnels : ils se développent dans les interstices de médiations instituées déterminant des devenirs collectifs partiellement autonomes, que la critique doit précisément se donner pour tâche de suspendre et de questionner (Castoriadis, 1999). C’est donc, selon nous, sur la singularité des médiations qui fondent le développement du capitalisme cognitif qu’il convient aujourd’hui de porter notre critique.

L’organisation comme dispositif d’hybridation des médiations

9Nous savons notamment depuis Marx que la valeur ne constitue pas une catégorie économique « naturelle » mais une forme de médiation sociale spécifique par laquelle se trouve singulièrement réglée, selon des dynamiques propres au mouvement de son auto-accroissement, l’interdépendance généralisée des producteurs sous le capitalisme (Marx, 2011 ; Roubine, 2009 ; Postone, 2009 ; Jappe, 2003). Quoi qu’il s’agirait de réinterroger la trajectoire de ces dynamiques dans le contexte du capitalisme cognitif, il convient de prendre acte de ce que la production biopolitique ne relève pas de la production de relations sociales « en général », mais de la production de relations sociales spécifiques parce qu’adéquates à l’exigence économique de leur valorisation, exigence dont les contours ressortent moins de la volonté de tel ou tel « capitaliste » que de déterminations systémiques que personne ne semble, en l’état, capable de contrôler. Dans cette perspective, l’hypothèse d’une conjonction de l’économique et du politique doit donc être comprise comme procédant d’une hybridation des dispositifs de partage de l’action économique – la valeur – et de l’action biopolitique – la « communication » (Latour, 2000). Pareille situation nous invite donc à porter une attention toute particulière à la spécificité des médiations par lesquelles se trouvent effectivement articulés les processus de valorisation économique et les dynamiques biopolitiques, et à analyser les effets que l’hybridation des logiques dont elles relèvent opère sur les processus de subjectivation et de composition des collectifs contemporains. C’est en pensant la spécificité de ces médiations qu’il nous sera possible de penser la singularité des organisations contemporaines et de ne plus appréhender leur actualité comme une réalité constitutivement libératrice dont il n’y aurait à déplorer que le parasitisme capitaliste qui la ponctionne (Aspe et Combes, 1996). Alors, seulement, deviendra envisageable la possibilité d’une transformation radicale des formes d’organisation sociale instituées et l’invention conjointe de nouveaux dehors à la domination du capital (Neyrat, 2003). Or, nous pensons qu’une approche communicationnelle critique des organisations pourrait, sous réserve de quelques déplacements, contribuer à l’élaboration de cette réflexion.

10L’analyse des « organisations communicantes » est en effet parvenu à développer un certain « matérialisme de l’organisation » permettant d’appréhender la complexité des processus organisants par une étude approfondie des interactions situées qui les constituent et par un examen attentif des documents, des traces et des dispositifs techniques qui les structurent. Mais, peut-être par une sorte de réserve à appréhender de façon si frivole un objet pareillement sérieux, aucune étude n’a – à notre connaissance du moins – cherché à appréhender selon une approche « communicationnelle » et « matérialiste » les dispositions selon lesquelles la « pratique économique » et l’ensemble des dispositifs qui en constituent le support – études de marché, bilans comptables, etc. – structurent les activités de l’organisation (Harvie et Milburn, 2010) en configurant des modalités spécifiques de partage de l’action avec les autres acteurs économiques. Il convient pourtant, aujourd’hui, d’analyser le déplacement des pratiques, des savoirs et des subjectivités qu’opère leur intégration à un écosystème de normes, de procédures et de régimes épistémiques visant à les rendre économiquement descriptibles, racontables (Garfinkel, 2007) et valorisables, et à étudier ce que cette assimilation implique quant à la nature et à la composition des associations ainsi produites. Sans doute pourrons nous alors développer une compréhension plus aboutie des formes de collectifs hétérogènes que ces hybridations façonnent en opérant un mouvement conjoint de socialisation de la production et de socialisation « tout court ». Si pareille réflexion ne peut probablement ressortir que de l’étude concrète de situations chaque fois singulières, nous espérons néanmoins que l’analyse de Google – modèle archétypal du capitalisme cognitif – pourra nous permettre d’illustrer succinctement notre propos.

Le cas de Google

11Car Google constitue bien une organisation dont l’existence repose précisément sur la capture et la valorisation économique du commun produit par les internautes. Son algorithme de recherche, déterminant quelles pages web associer à une requête, repose en effet sur l’analyse d’un ensemble de données qui ne lui appartiennent pas en propre : les textes et les hyperliens que les internautes publient, les traces de leurs activités – historique et parcours de navigation, carnet d’adresse, etc… Mais, dans la perspective développée ici, il nous importe surtout que le produit de cette analyse résulte de l’hybridation de médiations a priori distinctes : ainsi la médiation algorithmique et linguistique des multiples interactions numériques opérée par Google (Sarrouy, 2012) se trouve-t-elle redoublée et reconfigurée par cette médiation économique entre offreurs de biens et consommateurs potentiels que constituent les régies publicitaires « personnalisées ». Comme le précise Frédéric Kaplan : « quand le moteur de recherche corrige à la volée un mot que vous avez mal orthographié, il ne fait pas que vous rendre service : le plus souvent, il transforme un matériau sans grande valeur (un mot mal orthographié) en une ressource économique rentable. Quand Google prolonge une phrase que vous avez commencé à taper dans la case de recherche, il ne se borne pas à vous faire gagner du temps : il vous ramène dans le domaine de la langue qu’il exploite, vous invite à emprunter le chemin statistique tracé par les autres internautes » (Kaplan, 2011). Que les dynamiques de notre langage et le déplacement des univers informationnels et cognitifs qui en découle se trouvent déterminés par les mouvements autonomes de la marchandise : voilà qui constitue certainement une problématique de recherche adéquate à une analyse communicationnelle critique des organisations. Peut-être alors pourrons-nous comprendre la trajectoire anthropologique qu’est en train de tracer pour nous l’hybridation de ces deux singuliers dispositifs de partage de l’action dans lesquels l’homme eu l’inconscience de se faire prendre : le langage et l’argent.

Bibliographie

Alter N. 2002. L’innovation : un processus collectif ambigu, in Alter N. (sous la direction de.) Les logiques de l’innovation, Paris : La Découverte, p. 13-40.

Alter N. 2010. Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris : La Découverte.

Aspe B. et Combes M. 1996. Du vampire au parasite, Futur Antérieur, vol. 2, n° 35-36.

Boltanski L. et Chiapello È. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.

Cardon D. 2006. La trajectoire des innovations ascendantes : inventivité, coproduction et collectifs sur Internet, Colloque « Innovations, usages, réseaux », Montpellier.

Castoriadis C. 1975/1999. L’institution imaginaire de la société, Paris : Seuil.

Collectif. 2011. Penser à gauche. Figures de la pensée critique aujourd’hui, Éditions Amsterdam.

Coriat B. 1994. L’atelier et le robot. Essai sur le fordisme et la production de masse à l’âge de l’électronique, Paris : Christian Bourgois.

Deleuze G. 1990. Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, L’Autre Journal, n° 1.

Deleuze G. et Guattari F. 1980. Capitalisme et Schizophrénie. Tome 2 : Mille Plateaux, Paris : Éditions de Minuit.

Dieuaide P., Paulré B. et Vercellone C. 2003. Le capitalisme cognitif, Journées d’étude MATISSE, Paris.

Durand J.-P. 2004. La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris : Seuil.

Floris B. 1996. La communication managériale. La modernisation symbolique des entreprises, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Floris B. et Ledun M. 2005. Le marketing, technologie politique et forme symbolique du contrôle social, Études de communication, n° 28, p. 125-140.

Foucault M. 1975/1998. Surveiller et punir, Paris : Gallimard.

Garfinkel H. 2007. Recherches en ethnométhodologie, Paris : Presses Universitaires de France.

Harvie D. et Milburn K. 2010. Speaking out: How organizations value and how value organizes, Organization, vol. 17, n° 5, p. 631-636.

von Hippel E. 2005. Democratizing innovation, Cambridge, MA : MIT Press.

Howe J. 2009. Crowdsourcing. Why the power of the crowd is driving the future of business, Crown Business.

Jappe A. 2003. Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris : Denoël.

Kaplan F. 2011. Quand les mots valent de l’or, Le Monde Diplomatique, n° 692, p. 28.

Keucheyan R. 2010. Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris : Zones/La Découverte.

Latour B. 2000. Factures/Fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement, in Micoud A. et Peroni M. (sous la direction de.) Ce qui nous relie, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, p. 189-208

Le Moënne C. (sous la direction de). 1998. Communications d’entreprises et d’organisations, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Le Moënne C. 2004. Quelles conceptions de la communication organisationnelle à l’heure de la dislocation spatio-temporelle des entreprises, Sciences de la société, n° 62, p. 209-224.

Le Moënne C. 2008. L’organisation imaginaire, Communication & Organisation, vol. 2, n° 34, p. 130-152.

Lévy P. 1985. Wittgenstein et la cybernétique, Cahiers du CREA, n° 7, p. 257-285.

Linhart D. 2010. La modernisation des entreprises, Paris : La Découverte.

Marx K. 1980/2011. Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse », Paris : Éditions sociales.

Moulier Boutang Y. 2008. Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris : Éditions Amsterdam.

Negri A. 2006. Fabrique de porcelaine. Pour une nouvelle grammaire du politique, Paris : Stock.

Negri A. et Hardt M. 2000/2004. Empire, Paris : 10/18.

Neyrat F. 2003. La République de la Multitude. Pour en finir avec le concept d’une immanence sans dehors, Multitudes, vol. 3, n° 13, p. 183-195.

Orlikowski W. J. 1996. Improvising Organizational Transformation Over Time: A Situated Change Perspective, Information Systems Research, vol. 7, n° 1, p. 63-92.

Postone M. 2009. Temps, travail et domination sociale. Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris : Mille et une nuits.

Roubine I. I. 1978/2009. Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Paris : Syllepse.

Sadin É. 2011. La société de l’anticipation, Paris : Inculte.

Sarrouy O. 2012. Des algorithmes comme actants interactionnels : formes organisationnelles et normes techniques dans le contexte des nouveaux médias, Colloque « Communiquer dans un monde de normes », Lille.

Shirky C. 2010. Cognitive surplus. Creativity and generosity in a connected age, London : Penguin.

Stiegler B. 2004. De la misère symbolique. Tome 1 : L’époque hyperindustrielle, Paris : Galilée.

Tapscott D. et Williams A. D. 2006. Wikinomics. How mass collaboration changes everything, Paris : Pearson Éducation.

Notes

2 Une machine de Turing est un modèle formel des appareils de calcul, et notamment des ordinateurs.

Auteur

Université Rennes 2 / Laboratoire PREFics, olivier.sarrouy@gmail.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540