Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Chapitre 1. Société capitaliste avancée et sens de la critique

Crise de la critique idéologico-politique et recherches en Sciences humaines et sociales

Christian Le Moënne

Resumen

S’il y a une crise de la critique, ce n’est pas tant une crise des sciences humaines et sociales qu’une crise de la radicalité politico-idéologique, de la capacité à imaginer autre chose que l’état des choses existant. L’hypothèse centrale proposée ici au débat, c’est que les chercheurs doivent faire un effort dans ce contexte pour ne pas « rabaisser la recherche à des essais politico-idéologiques ».

Texto completo

  • 2 Ce texte reprend des idées développées à deux occasions, lors du 16e congrès de la Société Français (...)

1La question de la « crise de la critique »2 est une question paradoxale. Si on la considère comme une insuffisance de la production de textes critiques, force est de constater, en préambule, qu’il semble n’y avoir pas, sous cet aspect, de crise, car il n’y a sans doute jamais eu autant de publications – ouvrages, revues, textes divers et variés – sur cette question. J’ai en effet cherché sur le moteur de recherches du site « Amazon » le mot « critique » et il est sorti 209 026 ouvrages comportant ce mot dans le titre. Ce qui signifie que l’on peut vraisemblablement multiplier par 4 ou 5 les ouvrages ou publications diverses qui prétendent traiter de cette question d’une façon ou d’une autre. Ceci, évidemment, avec une extension considérable de la notion et du concept. J’ai ensuite recherché avec le mot-clef « critique sociale » pour voir si cela réduisait un peu le champ, mais il restait quand même 11 465 ouvrages qui ont l’expression « critique sociale » dans leur titre. Pour « critique politique » on trouve 10 176 ouvrages, et 1 290 répondaient au mot-clef « crise de la critique ». Et je n’ai recherché que les ouvrages et pas les articles de divers supports et publications. Ce qui aurait sans doute fait exploser ces chiffres.

2Nous sommes donc dans l’opulence éditoriale totale, si l’on considère les publications et écrits concernant la catégorie de « critique », de la « crise de la critique » aux différentes formes de critiques, littéraires, sociologiques, politiques. Et force est de considérer que cette question semble devenue un produit de consommation banal, non seulement à l’usage des divers groupes et chapelles qui s’interrogent sur la crise du capitalisme et les moyens éventuels de la dépasser mais également, si l’on considère les ouvrages, numéros de revues, colloques, à l’usage aussi des spécialistes des sciences humaines et sociales. Cela prouve que ce colloque est d’une très grande actualité et opportunité, mais aussi dans l’air du temps. En même temps cela suggère évidemment que traiter de la « crise de la critique » mérite d’être légèrement approfondi et qu’il faut sans doute essayer de comprendre et de catégoriser les différentes acceptions de cette expression et les enjeux qu’elle recouvre dans différents champs sociaux et scientifiques.

Une crise de la critique idéologico-politique et de la radicalité politique

3La « crise de la critique » me semble tout d’abord être une crise de la critique idéologico-politique. Ces approches idéologico-politiques se manifestent de différentes façons dans le champ des SHS et donnent lieu a des publications de statut divers : ouvrages « critiques » souvent traduits de l’américain et produits en petites quantités pour les réseaux militants intellectuels, articles dans des publications ayant pour positionnement commercial la critique, articles dans des revues à prétention scientifique ou mixtes entre militance et université… Leur revendication et leur style n’est pas clair puisqu’ils empruntent le style universitaire, ne serait-ce qu’au plan des références théoriques, pour développer des points de vues qui ne sont pas ou peu fondés sur des études et travaux soumis au débat scientifique, conceptuel et méthodologique. On voit bien également que se sont développés depuis une vingtaine d’années des travaux fondés sur l’analyse des documents et textes divers produits par les conseils en entreprise ou par les professionnels eux-mêmes, travaux qui prétendent donner a penser sur les évolutions récentes du capitalisme, parfois d’ailleurs pour constater avec une pointe d’admiration, la formidable capacité d’adaptation et de résilience de ce système dont on louera ou présentera le « nouvel esprit » (sic) en relation avec la crise de la critique sociale, en soulignant que cette crise résulte de ce que la critique est mobilisée comme vecteur privilégié d’autoadaptation du système. On rejoint donc là le constat d’échec de la première théorie critique tiré par ses initiateurs eux-mêmes.

4Pour l’essentiel les points de vues « critiques » idéologico-politiques se trouvent contraints, quelle que soit leur prétention, à ne pouvoir dépasser la description des évolutions du capitalisme, soit pour les déplorer, soit pour essayer d’imaginer des aménagements divers (capitalisme social, medias ré-étatisés, etc…). Ceci manifeste que le fondement des critiques idéologico-politiques réside dans la capacité à produire des théories convaincantes du dépassement de l’état de chose existant, théories politiques qui ne peuvent à l’évidence, en l’absence de mouvements de masse politiques, et d’expériences sociales et politiques complexes, surgir d’un quelconque cerveau éclairé. En d’autres termes, la crise de la critique socio-politique me semble être d’abord une crise de la radicalité. De là le caractère parfois nostalgique de ces analyses critiques : les significations imaginaires émergentes du capitalisme en cours de mondialisation sont critiquées en référence aux significations du « capitalisme national », du « pacte fordiste » des trente glorieuses, voire des sociétés rurales, du petit commerce et de l’artisanat des métiers. La thématique de la fin des utopies trouve ici sa limite : après les utopies blanches, l’heure est aux utopies noires. L’absence de perspective de dépassement de l’état de chose existant enferme ainsi la critique dans le pessimisme et la répétition : tout a pour l’essentiel été dit dès après la première guerre mondiale dans le débat entre Spengler et Muzil, dans les analyses de Valery ou le Freud de « Malaise dans la civilisation », le pessimisme technologique de Heidegger.

  • 3 Sous cet aspect la nouvelle droite (et l’extrême droite) est bien plus radicale dans sa posture cri (...)

5En l’absence de perspective radicale, la critique idéologico-politique se trouve réduite à une posture de description, souvent intéressante et documentée, des processus idéologiques, sociaux, techniques, politiques, industriels, produits par le développement du capitalisme, descriptions qui ne la démarquent pas clairement par rapport aux réflexions des acteurs industriels ou sociaux, voire par rapport à d’autres postures critiques émanant de points de vues idéologico-politiques différents voire opposés3. Il faudrait en effet s’interroger pour savoir si le fait de caractériser des processus, des pratiques sociales, des logiques et des phénomènes émergents, comme étant « capitalistes » ou situés dans la dynamique du capitalisme, positivement ou négativement, est vraiment une posture « critique ». Si cette entreprise et ces travaux d’analyse et de dévoilement des conceptions ou des thématiques idéologiques, sont utiles et intéressants, ils ne permettent pas de définir une posture scientifique quelconque. Le plus souvent cette critique ne raisonne pas en termes de significations imaginaires émergentes, s’épuise à proposer des significations considérées comme théoriquement plus consistantes alors qu’il conviendrait de prendre ces thématiques dans leur valeur faciale et de rechercher les indices qui en annoncent l’éventuel dépassement. Par exemple, les débats sur la « société de l’information », thématique managériale et politique qui porte de façon explicite un programme mondial de propagation de normes industrielles, sociales, anthropologiques, amènent à disserter sur le fait que les sociétés ne sont pas seulement « d’information », ou que les révolutions techniques ne sont pas des révolutions politiques, ce qui n’est évidemment en rien critique mais participe des débats infra-capitalistes sur les enjeux de la numérisation généralisée. Accessoirement, n’est-ce pas continuer à répéter indéfiniment la fameuse thématique triviale développée dans les années soixante, et selon laquelle la « révolution scientifique et technique » ne saurait remplacer une prise de pouvoir politique ?

  • 4 Les propositions et analyses du site « Mediapart » sur la crise de la presse confrontée à internet (...)

6De la même façon, les analyses des industries culturelles qui se réclament parfois de la tradition critique de l’École de Francfort, ne dépassent pas les débats et travaux critiques infracapitalistes des acteurs et opérateurs industriels confrontés à la crise des modèles économiques de ces industries4. Et les intuitions d’Adormo dans sa conférence de 1962 sur les « industries culturelles » ne sont guère dépassées, même si l’analyse des industries culturelles qui ont émergé depuis cette époque reste utile et souvent intéressante.

7Il y a à l’évidence un intérêt majeur et une utilité sociale dans la critique des thématiques idéologiques qui accompagnent le développement actuel du capitalisme et dans leur mise en relation avec les pratiques sociales et politiques des différentes catégories d’acteurs sociaux. On peut comprendre et adhérer au fait que ceci puisse s’inscrire dans un projet de lutte idéologique, pour l’hégémonie culturelle au sens gramscien ou au sens de la Théorie Critique. Mais force est de constater qu’il s’agit là d’un point de vue purement politique et en rien scientifique…

8Le fondement d’une certaine crise de la critique résulte donc de ce que certains chercheurs ou sociologues, confondent investissement militant dans la société civile avec leur fonction de chercheur. Considérer que la sociologie est un espace de militantisme ne sauve pas les perspectives critiques de leurs limites politiques, mais introduit dans le champ scientifique des considérations sans grand intérêt au regard des résultats de la recherche. Il est d’ailleurs surprenant de trouver des sociologues « critiques » regretter que la « sociologie critique » ne soit pas mieux considérées par les instances bureaucratiques ou institutionnelles des sciences sociales académiques, ce qui révèle que, dans ce champ aussi, la prétention critique sert trivialement à la lutte des places et permet de promouvoir, discriminer et exclure, et que finalement, les prétentions critiques sont un positionnement de carrière comme un autre, permettant des logiques de clans et de tribus. Et que le fait de gémir sur sa dévalorisation supposée, est une façon de positionnement institutionnel et politicien.

9Enfin la crise d’une certaine critique idéologico-politique résulte également de sa propension à poser que tout est idéologiquement déterminé par les thématiques du capitalisme dominant, et qu’il n’y a finalement « jamais rien de nouveau sous le soleil », ce qui a pour effet immédiat de clore toute perspective de recherches sur les pratiques, les processus et les significations imaginaires émergents.

10La thématique de la « crise de la critique » pose donc d’abord une question fondamentale pour les disciplines qui sont les nôtres, pour notre statut de chercheurs : est-ce que tout est toujours politique ? Ceci suppose évidemment d’admettre qu’il peut exister une relative autonomie du champ scientifique par rapport aux autres champs sociaux, et que tout point de vue n’est pas en toutes circonstances et contexte, toujours politique. Et cette question intéresse évidemment les sciences humaines et sociales qui se revendiquent depuis leur origine comme ayant une dimension idéologico-politique fondant leur rationalité et leur légitimité académique non seulement sur la « scientificité » des disciplines, mais également sur leur utilité sociale et leur dimension politique.

Les sciences humaines et sociales entre politique et épistémologie ?

  • 5 Voir le débat organisé par la revue Esprit en 1992 et les points de vues d’Alain Caillé estimant qu (...)

11Les sciences sociales se sont, derrière la sociologie, constituées autour du programme socio-politique des lumières et se sont d’emblées pensées comme un élément majeur de la construction d’une société démocratique républicaine, unifiée par la raison, l’état ou le marché. Dans cette perspective, les sciences sociales étaient un élément du mouvement profond de l’humanité pour comprendre et améliorer les relations et les formes sociales. Que ce soit Comte, Saint-Simon, les utopistes, Simmel, Lafargue, Durkheim, jusqu’à Bourdieu, la revendication du rôle politique des sciences sociales a amené à télescoper critique politico-idéologique et critique épistémologique, divergence idéologique et désaccord scientifique, catégorisation politique et démarcation entre science et non science. De là les débats sur la crise de la sociologie et des sciences sociales qui résultent pour certains sociologues de ce qu’elles ont au fond atteint leurs objectifs, là ou d’autres affirment qu’elles n’ont pas commencé à seulement en envisager le projet5.

  • 6 Sur ce point, cf. Trom (2008).

12Dans un article qui traite de la théorie critique à Paris et à Francfort et des dissonances de compréhension qu’il peut y avoir entre les deux, un travail assez intéressant de Danny Trom paru dans Esprit en 20086 identifiait trois traditions écrites, trois couleurs critiques, trois notions critiques. La tradition critique allemande représentée par les tenants de la théorie critique se situerait dans la continuité du hégelianisme de gauche des années 1840/50, c’est-à-dire l’idée que la critique sociale se situe dans une conception de l’histoire, du développement historique et de la projection de l’histoire, c’est-à-dire l’idée d’une contribution à l’avancée de la Raison par la coïncidence entre raison objective et raison subjective.

13Le deuxième courant critique serait le courant franco-français, qui serait issu de Comte, de Durkheim et jusqu’aux contemporains, revendiquerait la critique comme critique épistémologique. Le fondement de la critique résiderait dans la possibilité de créer une science sociale selon des critères de scientificité indiscutables, dans la continuité du scientisme et du positivisme du XIXe siècle.

14La divergence des deux traditions serait au fondement d’une crise de la critique qui entraînerait une sorte de repli commun en France et en Allemagne, sur ce qu’il appelle une critique empathique, une critique de dénonciation, une critique de commisération. De ce repli, D. Trom voit l’exemple type dans l’ouvrage de Bourdieu sur « la misère du monde » et dans la totalité des points de vues présentés comme critiques, qui sont en quelques sortes des points de vues de défense généralisée dans une situation de quasi débâcle de la prétention des sciences sociales à changer le monde. Cet échec aurait entraîné un pragmatisme qui se contenterait d’une présentation, et d’une description des situations insupportables. Certains auteurs, pourrait-on ajouter, allant jusqu’à dire que c’est là une façon, en décrivant les situations insupportables, de les rendre encore plus insupportables à ceux qui les vivent. Ce qui peut évidemment se discuter, puisqu’on peut se demander s’il ne s’agit pas dans le fond d’une banalisation pure et simple de l’insupportable.

15Au-delà de la pertinence de cette analyse, il est frappant de constater que l’un des symptômes de la crise de la critique a consisté en France, dans les années soixante et jusqu’à aujourd’hui, dans la convergence de la tradition politico idéologique et de la revendication de démarcation épistémologique. L’althusserisme qui posait que la scientificité consiste en une démarcation par rapport aux idéologies a légitimé des courants critiques dont l’essentiel de l’activité consistait à critiquer les fondements épistémologiques et idéologiques supposés des travaux de leurs collègues. La revendication d’une posture critique de l’idéologie politisait tout débat scientifique et entraînait une confusion entre désaccord scientifique et divergence idéologique, permettant a des prétendus « critiques » de disposer de ce qui était scientifique ou pas, des recherches légitimes ou pas… Il ne fait pas de doute que ce point de vue subsiste comme posture dans bien des secteurs des Sciences humaines et sociales actuellement, ce qui pourrait d’ailleurs le qualifier d’« althussérisme tardif ».

16L’idéologie de la démarcation est la forme simplifié et presque caricaturale que prend l’idéologie positiviste dès lors qu’elle prétend déterminer de façon dogmatique, implicitement ou explicitement, ce que sont de bonnes recherches, de bonnes théories, et de bonnes conceptions du monde, ce qu’est LA conception scientifique du monde. Que cette exclusion dogmatique s’effectue sur la base d’un consensus institutionnel prétendant définir la légitimité des recherches, ou sur la base d’une logique épistémologique de réfutation de conceptions jugées non convenantes, elle vise toujours à exclure et diviser, à discriminer et opposer. Cette idéologie dogmatique est simplificatrice, car évidemment la démarcation n’est pas un concept simple et univoque, mais un processus complexe, de portée et de signification limitée.

17Il est en effet évident que ce qui permet de qualifier une discipline comme scientifique, ce n’est pas le fait qu’elle dispose d’une épistémologie structurée, mais de méthodes, de conceptualisations et de débats scientifiques ouverts. Il s’agit tout d’abord de produire des énoncés qui permettent d’améliorer la description des processus sociaux et de donner des indications les plus fiables possibles sur les occurrences éventuelles de reproduction ou de réplication de certaines classes de phénomènes sociaux ou anthropologiques résultant de ces processus. Ensuite de produire des questions, des hypothèses, des théories et des concepts qui permettent d’améliorer la connaissance et les savoirs communs concernant les pratiques, dispositifs et évolutions résultant de ces processus. Enfin, de produire des modèles de simulation et des concepts permettant d’anticiper les conditions de l’action dans le contexte d’évolution de ces mêmes processus et de faire des hypothèses concernant leur devenir et leur influence locale et globale en relation avec l’ensemble de processus sociaux. Mais tout ceci ne démarque pas une recherche universitaire ou « pure » ou « indépendante » qui serait « scientifique » et des recherches « appliquées » qui ne le seraient pas. Pour autant ce relativisme restreint n’ouvre pas nécessairement sur un relativisme généralisé.

18Ce qui amène à reposer la question : est-ce qu’actuellement la question clé ne serait pas d’essayer de poser comme fondement, le fait que comme toute discipline, ce qui donne aux SHS une légitimité, c’est leur capacité à augmenter les connaissances, les savoirs communs, à permettre de donner du monde social et des phénomènes et processus sociaux des descriptions rationnelles livrées au débat scientifique, et un minimum de prévisibilité, avec des limites qu’il convient dans une perspective poppérienne de clarifier en les mettant au débat.

19Et cette posture est d’autant plus difficile à tenir que les sciences humaines et sociales sont en tension entre deux pôles qui interrogent leur posture et leur position et les fragilisent. D’un côté le pôle médiatique c’est-à-dire la transformation du chercheur en intellectuel médiatique allant occuper le statut socio-symbolique du pseudo savant et de celui qui serait censé savoir dans les mises en scènes télévisuelles, et de l’autre côté, l’autre tension, l’expert ou le consultant qui a la capacité à faire la médiation entre les avancées théoriques, les recherches et l’évolution du capitalisme et des formes sociales dont celle-ci est porteuse. On voit bien le rôle qu’a joué en particulier toute la critique du taylorisme-fordisme effectuée dans les années 70 et son utilisation comme levier massif de recomposition de dislocation des entreprises, de dislocation des formes organisationnelles tayloriennes fordistes et de recomposition autour de logiques dites d’autonomie au travail…

La question de la « démarcation » et son usage politico-idéologique

20Il existe un autre fondement à la crise de la critique, c’est la crise de l’idée de progrès et la crise de la confiance dans la raison et dans la rationalité. La crise de la notion de progrès se manifeste notamment par une incapacité à dépasser l’instrumentalisation du monde vécu et une incapacité à repenser l’idée d’un avenir radieux, ou en tout cas l’idée d’un avenir qui serait fondé sur un développement illimité des capacités de la raison. Dans la continuité de l’eschatologie chrétienne l’idée de raison qui est reprise et laïcisée par Hegel fait l’hypothèse de la possibilité d’une convergence entre la raison objective et la raison pratique, subjective, perspective qui est au fondement de la « théorie critique » d’Adorno et Horkheimer… sur la base à tout le moins de leur programme initial. Cette hypothèse optimiste concernant la puissance de la raison a évidemment été soumise à rude épreuve dans le court XXe siècle et a semblé marquer le pas, puisqu’aussi bien le pessimisme noir d’Horkheimer sur la fin de sa vie l’amenait à envisager l’impossibilité à dépasser l’état de chose existant et donc une impossibilité à résoudre cette crise profonde de la raison. Je ne suis pas sûr que la perspective Habermassienne de recherche d’un fondement communicationnel à la raison permette de résoudre cette aporie.

21Cette crise de confiance en la raison se manifeste aussi par une crise de l’hypothèse d’une démarcation entre sciences et non sciences. D’où sans doute le développement du pragmatisme et une crise de la démarcation au sens où le scientisme tentait, de façon un peu radicale au XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle, de penser qu’il était possible de la poser avec des critères indiscutables. On voit bien derrière tous les travaux de Popper… et au-delà de Popper avec Kuhn, Feyerabend, que progressivement s’esquisse l’hypothèse selon laquelle la démarcation ne serait pas un état mais un processus perpétuel. L’idée formulée par Feyerabend selon laquelle dans le fond tout est bon dès lors que l’on est capable d’essayer d’imaginer les limites de nos théories, si elle légitime une grande liberté dans la recherche, si elle pose que toutes hypothèses, théories, concepts sont bons pour augmenter le savoir, ouvre également sur un certain relativisme. Entre relativisme restreint et relativisme absolu, la tentation est très forte d’aller vers un scepticisme radical, alimentant le constat des limites absolues de la raison et des capacités des sciences. Et l’hypothèse affirmée par Kuhn et par le « programme fort » de Bloor, et reprise jusqu’à un certain point par Callon, Latour, selon laquelle le caractère social de l’ensemble des théories scientifiques les voue à une relativité radicale et une incommensurabilité mutuelle, peut évidemment ouvrir sur l’idée que, dans le fond, tout n’est que texte, et que tous les textes se valent. De là sans doute la montée d’une littérature pseudo scientifique, de narration ou d’essai, revendiquant cependant un statut de textes scientifiques, sans que l’on puisse y trouver les éléments d’une vérification ou d’une réfutation quelconque. Ce qui avait été appelé « L’affaire Sokal » a réactivé une question épistémologique centrale : y a-t-il une spécificité des discours et des énoncés scientifiques sur les autres genres, discours, énoncés ? Et comment traiter la question des métaphorisations et des emprunts conceptuels entre différents genres et domaines scientifiques ? Ces questions sont évidemment essentielles pour tous les chercheurs en sciences humaines et sociales, et notamment celle des emprunts conceptuels à d’autres disciplines.

22La question de la construction des sciences humaines et sociales doit être examinée à nouveau frais comme un processus pragmatique non relativiste de perpétuelle construction d’une démarcation qui dès lors est un élément du processus scientifique et non un processus dogmatique. En d’autres termes, la scientificité est une attitude ouverte de recherche des limites des hypothèses et concepts, par la critique et le débat publics visant à clarifier les désaccords et leur fondement. Il ne s’agit donc nullement d’une recherche de vérité ou de « bonne théorie » : il existe une multiplicité de points de vues qui permettent de rendre compte de processus et d’événements et contribuent à construire l’objectivité des connaissances, objectivité qui est toujours relative et non absolue. Ce processus contribue à construire le savoir commun et il est donc sous cet aspect non relativiste.

23C’est là également le fondement de toute attitude scientifique critique possible. Les problématiques scientifiques sont idéologiques car elles n’échappent pas aux constructions idéologiques. Pour autant elles n’ont pas forcément de portée politique ou sociale immédiatement perceptible, et ce n’est pas forcément les chercheurs qui sont les mieux placés pour en évaluer la portée globale. Ceci suppose, dans le contexte actuel de crise de la critique politique de distinguer les registres sans naïveté ni mauvaise conscience : ce qui fonde la légitimité, y compris politique, des recherches scientifiques, c’est la cohérence de ces recherches et la capacité des scientifiques à en marquer la portée et les limites.

La question « Critique » dans ce contexte : quelques hypothèses pragmatiques

24Elle concerne d’abord les postures épistémologiquement critiques caractéristiques de toute démarche scientifique, que l’on peut appeler « critique internes » à la discipline au sens cartésien (le doute) et kantien (les conditions de possibilités). La caractéristique de la recherche – et c’est ce qui la distingue à la fois des études opérationnelles et des autres types d’activités cognitives et discursives – est en effet de s’interroger en permanence sur ses conditions de possibilités et de soumettre ses énoncés au débat public dans les communautés scientifiques concernées. La critique des concepts est un métaniveau par rapport à l’élaboration des concepts dans l’action : il ne suffit pas d’avoir une théorie des pratiques, il faut avoir une théorie de la théorie, etc… La question des postures est donc centrale sous cet aspect. Pour autant elle n’est pas forcément décisive.

25La recherche scientifique essaie de produire au minimum des concepts et des modèles théoriques ou empiriques de simulation de l’action, modèles qui s’inscrivent dans des démarches d’accumulation des savoirs par « essai et erreur » (« problem solving » de Popper et du pragmatisme). Les recherches peuvent aboutir à des questions et des hypothèses et progresser par le jeu de la réfutation de celles-ci (conception poppérienne « rationaliste critique » de la progression du savoir par réfutation et recherche des limites de validité des hypothèses et théories…), ou par le jeu complexe des vérifications empiriques. Les recherches opérationnelles sont finalisées et doivent viser à tester des hypothèses de réponses à des questions pratiques (directement ou de façon médiate) qui sont le plus souvent reformulées par la conceptualisation. La progression du savoir dans l’action suppose une capacité à éliminer les hypothèses « non convenantes ». Mais ceci est aussi limité : dans bien des cas, l’ingenierie sociale ou organisationnelle consiste aussi à formuler les questions et les hypothèses de réponses pratiques et à en envisager les limites. Cette question renvoie à la suivante : comment les chercheurs peuvent-ils décrire et conceptualiser les élaborations de modèles et de concepts effectuées par les acteurs sociaux et les professionnels de différents secteurs dans le cours de leurs actions, en contexte et situation ? Comment conceptualiser la conceptualisation en cours d’action ? Le développement des technologies de l’intelligence a évidemment intensifié cette question.

26La question de la temporalité entre recherche et ingénierie a été souvent présentée comme un critère de distinction entre les deux activités professionnelles. Elle n’est pourtant pas forcément toujours déterminante pour distinguer les deux approches : les temporalités des recherches opérationnelles et des études ne sont pas forcément courtes, et les temporalités des recherches en sciences sociales pas forcément très longues. Ce qui les distingue fondamentalement c’est, ou ce devrait être, le fait que les postures scientifiques sont toujours critiques au sens où elles revendiquent d’être constamment critiquées et débattues dans des débats scientifiques publics qui contribuent à construire leur validité épistémologique (ou praxéologique) et leur légitimité sociale. Ce que ne font pas les logiques opérationnelles lorsqu’elles se donnent comme des modèles de la norme, transférables mécaniquement et non discutables. Le métaniveau de recherche de cohérence et de consistance rationnelle est donc une dimension essentielle de toute démarche scientifique. Mais ce serait une erreur de croire que les approches opérationnelles des phénomènes de communication ne mobilisent pas la réflexion critique et la conceptualisation, et ne prennent pas la mesure de leurs limites et de leur réfutabilité. Ni qu’elles ne s’inspirent pas en permanence des problématisations et concepts des chercheurs pour les utiliser dans les logiques de projet, de justification ou d’analyse des situations. Il s’ensuit que la question de la démarcation n’est jamais absolue et qu’elle n’est qu’un élément du processus de construction du savoir scientifique, processus pragmatique, ouvert et non dogmatique, c’est-à-dire dans lequel il convient véritablement de raisonner au cas par cas, ce qui ne signifie nullement qu’il ne puisse y avoir de montée en généralité. Mais cette généralité ne peut être posée comme un a priori dogmatique.

27Une grosse différence tout de même, c’est que pour l’essentiel, des pans entiers des recherches notamment en SHS sont effectués sans le moindre financement, sans et hors contrats, sans appui ni réseaux significatifs, avec peu de débats et de discussions publiques par les pairs (mais des monologues juxtaposés et parfois autistes), qui au demeurant lisent peu ce qui se publie. Il en résulte le risque qu’effet de mode et médiatisation deviennent majeurs dans la construction de la légitimité, mais également et surtout que des sommes d’écrits et de considérations qui ne sont testés, critiqués et comparés à rien puissent néanmoins avoir une légitimité scientifique. Le risque également que quand il y a véritablement un effort de recherche, celle-ci soit souvent parcellaire, sur des micros objets peu reliées à d’autres recherches du même type, peu comparées et évaluées – notamment sur la validité des sources, des données, des enquêtes et observations, des résultats. Peu reliées, sauf superficiellement à des théories ou à des approches globales qui seraient critiquées et profondément comprises car reconstruites dans le champ scientifique considéré.

Bibliografía

Bouveresse J. 1999. Prodiges et vertiges de l’analogie, Paris : Raisons d’Agir.

Bouveresse J. 2000. Essai 1 : Wittgenstein, la modernité, le progrès & le déclin, Marseille : Agone.

Castoriadis C. 1999. Figures du pensable - Les carrefours du labyrinthe VI, Paris : Seuil.

Flahault F. 2006. Le paradoxe de Robinson, Paris : Mille et une nuits.

Hedges C. 2012. L’empire de l’illusion, Montreal : Lux.

Jeanneret Y. 1998. L’affaire Sokal ou la querelle des impostures, Paris : PUF.

Le Moënne C. 2005. Questions et hypothèses sur les approches constructivistes et les recherches en communications organisationnelles, in le constructivisme et les recherches en SIC, Montpellier : PUM.

Le Moënne C. 2007. Quelques remarques sur la portée et les limites des « modèles de communication organisationnelle », n° 28, Communication et organisation, p. 48-76

Leroy-Gourhan A. 1964-1965. Le geste et la Parole, 2 Tomes, Paris : Albin Michel.

Marcuse H. 1968 L’homme unidimensionnel Paris : Payot.

Noyer J-M. 2004. Pour une hyper pragmatisme, Paris, HDR.

Pecatte P. 1996. La consistance rationnelle, Saint Étienne : Aubin.

Popper K. 1985. Conjectures et réfutations, Paris : Payot.

Popper K. 1997. Toute vie est résolution de problèmes, Arles : Actes sud.

Simondon G. 1989. L’individuation psychique et collective, Paris : Aubier.

Stiegler B. 1994. La technique et le temps, Paris, Gallilée.

Trom D. 2008. La crise de la critique sociale, vue de Paris et de Francfort. Esprit, juillet, p. 108-126.

Wagner P. 1991. La fin de la grande illusion, les sciences sociales, la modernité, l’état, Paris, journées CNRS-IRESCO.

Notas

2 Ce texte reprend des idées développées à deux occasions, lors du 16e congrès de la Société Française des Sciences de l’information et de la communication à Compiègne, et lors du colloque dont cet ouvrage publie des actes, sur la Crise de la critique, à Roubaix en juin 2011.

3 Sous cet aspect la nouvelle droite (et l’extrême droite) est bien plus radicale dans sa posture critique.

4 Les propositions et analyses du site « Mediapart » sur la crise de la presse confrontée à internet et au numérique sont tout aussi passionnantes et documentées que la plupart des analyses faites par des chercheurs, et au moins, ils sont confrontés quotidiennement aux problèmes avec une exigence de réflexivité. Les chercheurs américains critiques qui se situent dans la postérité des Cultural studies anglaises produisent des analyses critiques intéressantes qui ont l’avantage de relier les pratiques culturelles de masse comme le catch, le porno ou les psychologies sociales du bonheur avec l’évolution des idéologies individualistes réactionnaires de masse. Voir Hedges (2012).

5 Voir le débat organisé par la revue Esprit en 1992 et les points de vues d’Alain Caillé estimant que la mission politico-éthique des sciences sociales dans leur contribution à la modernité avait abouti, alors que Bruno Latour affirmait dans le même temps que cet objectif n’avait pas seulement été appréhendé et que « nous n’avons jamais été modernes ». Voir sur cet échange et son prolongement Wagner (1991).

6 Sur ce point, cf. Trom (2008).

Autor

Université Européenne de Bretagne – Rennes 2, PREFics, christian.lemoenne@wanadoo.fr

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540