Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Communication et organisation

 | 
Thomas Heller
, 
Romain Huët
, 
Bénédicte Vidaillet

Introduction

Thomas Heller, Romain Huët et Bénédicte Vidaillet

Texte intégral

  • 2 Dans le champ scientifique, en France du moins, l’articulation entre organisation et communication (...)

1Cet ouvrage porte sur les recherches articulant, dans une perspective critique, communication et organisation2.

2Il est le prolongement d’un colloque qui s’est déroulé à Roubaix en juillet 2011, sous le titre Communications-organisations et pensées critiques ; cet événement a été organisé par trois laboratoires universitaires, deux de sciences de l’information et de la communication (GERIICO de Lille3 et PREFics de Rennes 2) et un de gestion (LEM de Lille1). Cette double orientation disciplinaire a donné sa tonalité à cette manifestation, puisque la majorité des interventions relevaient de l’une ou de l’autre, mais sans pour autant s’y réduire.

3Un des intérêts majeurs de ces rencontres a été de rassembler une diversité de points de vue tout en nouant un dialogue plus spécifique entre sciences de gestion et sciences de l’information et de la communication, en prenant appui sur la dimension critique portée par chaque discipline. Dans cette orientation particulière de la recherche, ces deux disciplines ont une histoire singulière, qui nourrit les orientations théoriques et méthodologiques ainsi que les choix d’objets sur lesquelles pouvaient se faire tout à la fois l’échange et la dispute.

  • 3 On pourra se référer à Vidaillet et Bousalham (2012) pour une présentation synthétique de ce couran (...)

4En gestion, l’engouement pour les approches critiques des organisations en France est relativement récent (cf. notamment Hatchuel et al., 2006 ; Golsorkhi et al., 2009), même si quelques pionniers avaient, à partir des années 80, fait émerger des réflexions originales dans ce champ (Berry, 1983 ; Chanlat, 1990 ; Brabet, 1993). Pendant longtemps la psychosociologie avec des auteurs tels qu’Eugène Enriquez, Max Pagès ou Vincent de Gaulejac, la sociologie du travail avec par exemple Danièle Linhart ou la psychodynamique du travail, autour de Christophe Dejours notamment, y ont détenu le quasi-monopole d’une critique des organisations sans pour autant faire de celles-ci leur principal objet d’étude. Cependant au Royaume-Uni et dans les pays scandinaves, c’est un courant de recherche important qui, sous le terme de Critical Management Studies (CMS), a donné dès le milieu des années 90 un contour et une légitimité à des approches variées dont le point commun était de se réclamer d’une posture explicitement critique pour étudier les organisations (cf. par exemple Alvesson et Deetz, 1996, 20003). Si les approches critiques se sont développées initialement au Royaume-Uni, c’est qu’elles y ont rencontré un terreau favorable dès le début des années 80 : de manière assez paradoxale, la diminution drastique des sciences humaines et sociales dans les universités britanniques sous l’effet des politiques conduites par M. Thatcher amenait des sociologues et des philosophes à postuler dans des départements de management qui, soucieux d’obtenir une légitimité académique, recrutaient des universitaires intellectuellement actifs. Ceux-ci disposaient alors de l’outillage théorique nécessaire à l’analyse critique d’un nouvel objet : l’organisation (Fournier et Grey, 2000).

5En ce qui concerne les Sciences de l’Information et de la Communication, dont la reconnaissance comme discipline universitaire date en France de 1975 (Boure, 2002), la recherche critique y a toujours été présente et y a aussi été discutée (Moeglin, 1992). Les travaux de l’école de Francfort, de Bourdieu ou encore de Foucault – par exemple – ont participé d’une « pensée communicationnelle » (Miège, 1995) et ont influencé (et influencent encore) les recherches critiques en SIC et plus particulièrement celles consacrées à la communication des organisations. Ce domaine d’études particulier fut un temps identifié avec les termes de « communication d’entreprise », en relation forte avec les préoccupations du champ professionnel ; aussi une approche critique renvoyait-elle à une volonté de mise à distance (tout autant politique qu’épistémologique) vis-à-vis des approches fonctionnalistes. L’abandon de l’appellation « communication d’entreprise » pour celle de « communication des organisations » dans les années 90 (Bernard, 2000) témoigne de cette volonté de distanciation et en même temps d’un élargissement à d’autres problématiques et théorisations. La recherche critique dans cet axe des SIC n’a jamais constitué un courant bien établi (comme on pourrait le dire des Critical Management Studies en gestion), autour d’un projet précis. Elle est néanmoins une orientation reconnue dans le champ de la communication des organisations (Grosjean et Bonneville, 2011).

6Cette présentation succincte des rapports des Sciences de gestion et des SIC avec les approches critiques de l’organisation et de la communication souligne la singularité de chaque discipline au regard de la critique. Cependant, on trouve aussi dans ce domaine des références partagées, ainsi que des influences réciproques. C’est un des intérêts de ce livre que d’en témoigner.

7Les analyses du développement du capitalisme des dernières décennies avaient mis en évidence sa capacité à s’appuyer sur la critique qui lui était adressée, pour renouveler sa légitimité, son esprit et sa force (Boltanski, Chiapello, 1999), si bien qu’on a pu parler d’un affaiblissement ou d’une crise de la critique, alors vidée de son sens, et de sa visée émancipatrice. On pourrait interpréter le sursaut actuel comme un effet de mode, lié à la crise du capitalisme financier, depuis la fin des années 2000, qui conduirait à une mise en visibilité de la question de la critique sur la scène scientifique et éditoriale. Il serait injuste cependant de s’arrêter à une telle interprétation, même si on ne peut mettre de côté – pour des raisons justement de visibilité – l’hypothèse d’un buzz de la critique. Derrière cet engouement, il y a un travail de fond, des avancées, une constellation de penseurs et de travaux qui offrent la possibilité de réarmer la critique et invitent aussi à la mise en débat. Cet ouvrage s’inscrit dans ce contexte, et vise à apporter une contribution à une compréhension critique des rapports entre communication et organisation.

8Avant de présenter l’organisation générale de ce livre, et pour en clarifier le contenu, il nous faut revenir sur cette notion de critique.

Du sens et du rôle de la critique

9On peut partir de l’idée, comme Boltanski, que les dispositifs sociaux qu’on appelle les institutions sont réducteurs d’une incertitude qui a pour objet ce qu’est la réalité – idée que l’on retrouve plus précisément dans le champ des organisations autour de Karl Weick qui décrit les organisations comme des lieux de construction de sens permettant de réduire l’équivocité et l’incertitude de la réalité dans laquelle il faut agir. Cette incertitude est sans arrêt résorbée par le travail des acteurs et notamment « par une sous-réflexivité qui fait qu’on ferme les yeux sur les écarts d’interprétation et les écarts d’usage » (Boltanski, 2011, p. 477). Ce travail de résorption de l’incertitude se fait notamment au moyen de la constitution d’une fiction, censée dire « ce qui est depuis le point de vue de nulle part ». L’existence de toute institution repose donc sur l’existence de cette fiction, censée dire ce qu’est la situation vécue par les acteurs d’un point de vue qui se présente comme non situé.

10Qu’est-ce que la critique alors ? Si l’on reprend les deux positions d’énonciation possibles avancées par Lacan, la position S1 et la position S2, la position de laquelle on affirme « c’est cela », et celle de laquelle on affirme « ce n’est pas tout à fait cela », on peut mettre la critique du côté de S2, de cette position d’énonciation qui vient questionner le signifiant, qui attire l’attention du côté du réel, et de l’impossibilité du signifiant à embrasser ce réel. Pour que cette position tienne, bien sûr, il faut qu’en face, il y ait du S1, qu’il y ait des institutions affirmant être ceci ou cela, proposant des systèmes de pensée et un langage prétendant nous dire « ce que c’est », comment c’est censé fonctionner, ce que c’est censé faire, que c’est comme ça et pas autrement, etc. Être du côté de la critique signifie donc alors : attirer inlassablement l’attention sur le reste, sur ce qui n’a pas été symbolisé, sur l’impossibilité contenue dans toute institution. En résumé, la critique vient mettre en cause la fiction, elle vient dire « vous avez oublié ça », ou « ça ne fonctionne pas comme vous le prétendez ». Elle remet en question l’institution elle-même.

11En ce sens, la critique est d’abord un moyen de connaissance de notre objet de recherche : les organisations (objet qui sous-tend celui tout aussi imprécis et avec lequel il entretient des rapports de nécessité, la communication). Les organisations, entendues comme forme et comme processus, ont une particularité qui est de secréter ou encore d’abriter ou de mettre en jeu ou de tendre vers l’institution. Si la critique vient mettre en question les institutions, elle concerne le chercheur quand il s’agit justement de produire un savoir sur les organisations.

12Par définition, le chercheur est censé être dans cette position qui consiste à dire « ce n’est peut-être pas ce que vous croyez » ; il est celui qui apporte des éléments pour remettre en cause la fiction, pour attirer l’attention sur ce que l’on ne voit pas, sur ce que l’on ne veut pas voir, et qui pourtant produit ses effets. Or bien souvent, la recherche sur les organisations vient plutôt à l’appui du « c’est ça » que du « ce n’est pas tout à fait ça ».

13Ainsi, la critique consiste à questionner les évidences qui fondent ou justifient l’action, à mettre en cause les impositions symboliques, à dévoiler les logiques politiques inscrites dans ces impositions, et à mettre à jour en définitive la violence contenue dans le « c’est ça » et son prolongement dans les pratiques organisationnelles.

14Une conséquence en est que la critique est aussi ce qui aide à rendre la réalité, et en particulier ici la réalité organisationnelle, inacceptable, pour paraphraser Boltanski (2008) assignant aux sciences sociales de « rendre la réalité inacceptable ». La critique, donc, consiste ici à mettre au jour ce qu’il peut y avoir d’inacceptable dans les organisations que nous observons, mais aussi dans lesquelles nous travaillons. Cette perspective se soutient de conceptions de ce qui est inacceptable, qui renvoient notamment aux catégories de la critique : aliénation, réification, emprise, perte de sens, domination, mépris, assujettissement, désubjectivation, injustice… Et ces catégories elles-mêmes sont ce qui fait obstacle à d’autres possibilités de l’existence humaine en société qui s’expriment en terme de justice, de liberté, d’autonomie, de réalisation de soi… sur quoi se fondent a contrario les conceptions de l’acceptable. Un corollaire de cette conception est que l’acceptable et l’inacceptable impliquent de définir pour qui. Ce qui oblige le chercheur engagé dans la critique à se situer, ou au moins, à ne pas prétendre produire un savoir neutre et objectif, évitant ainsi de participer à la fiction d’une organisation unifiée, non traversée par des relations de pouvoir et d’intérêt. Or c’est précisément souvent ce qui se produit en sciences de gestion et en sciences de l’information et de la communication, lorsque par exemple, il est présenté comme une évidence que toute recherche doit aboutir à des « implications managériales » : est ainsi escamotée la position toute particulière qu’ont « les managers » dans l’organisation et les intérêts qu’ils sont susceptibles de représenter.

15La critique est aussi porte-parole de la souffrance (qui est la manifestation subjective de l’inacceptable). La force du S1, du « c’est comme ça », est qu’il prend l’individu à parti, le place au centre, le somme de se réaliser, l’oblige à trouver en lui les réponses aux difficultés qu’il endure, les causes de ce qui lui arrive, le sens de sa souffrance au point qu’il lui est difficile de se représenter cette souffrance comme une injustice. La critique a cette vocation – au risque de briser le rêve prométhéen de l’individu libre et autosuffisant – de redonner un sens social et politique à ces difficultés et à cette souffrance, de rapporter cette expérience singulière à une dimension collective, partagée, et de changer les raisons de la lutte contre soi qui découle du S1 en raisons de la lutte collective. Cela commence par être attentif à cette souffrance, à ce qu’elle nous dit des attentes des sujets sociaux et, en creux, des pathologies de l’organisation et de la communication.

  • 4 C’est tout le sens d’un ouvrage tel que Parker M., Fournier V. et Reedy P. (2007) The Dictionary of (...)

16Enfin la critique peut s’envisager comme moyen de transformer les organisations et de penser les alternatives. En effet, en étant du côté du S2, du « ce n’est pas tout à fait ça », la critique est ce qui permet d’éviter à l’institution de devenir totalitaire, de prétendre être le tout, la seule façon possible de fonctionner, de dire, et d’être. La critique penche alors vers l’alternative, vers l’utopie, elle est là pour nous rappeler qu’il y a toujours d’autres possibles organisationnels à penser, à imaginer, à tenter, à construire. Être du côté du S2, c’est sans cesse creuser la faille, au sens d’ouvrir, de tracer de nouveaux chemins, de nouvelles voies, de rappeler qu’on pourrait fonctionner autrement, d’identifier les expériences organisationnelles et communicationnelles qui montrent qu’il y aurait, et qu’il y a déjà, d’autres manières de s’y prendre4. Des manières plus démocratiques, qui génèrent moins de souffrance, qui sont plus émancipatrices, qui innovent sur la question du pouvoir et de sa répartition, qui favorisent l’autonomie, au sens où l’entend Castoriadis, plutôt que la dépendance, la coopération plutôt que la concurrence, le long terme plutôt que l’immédiateté, etc. Étudier et valoriser des alternatives, par nos recherches, participe de la création d’un autre imaginaire.

De l’institutionnalisation de la critique comme risque

17Pour l’essentiel, donc, la visée du travail critique s’attache à comprendre les conditions sociales qui permettent à une conception du monde (une idéologie) de se diffuser et par quels moyens elle s’impose dans l’univers du sens, et dans celui de l’action (à travers notamment son articulation aux pratiques d’organisation et aux pratiques de travail, aux techniques et technologies utilisées). Le rôle de la critique peut alors s’envisager comme l’élaboration de savoirs à visée libératrice, capables d’offrir des leviers aux sujets sociaux dans leurs efforts pour se défaire d’entraves symboliques contribuant au maintien des rapports de domination.

  • 5 Pour une critique bien documentée de ces aspects, on se référera à Tatli A., On the power and pover (...)

18Ce n’est pas sans risque… Celui d’une institutionnalisation de la critique. Quand la critique s’institutionnalise, ce qui n’a rien à voir avec le fait que la critique puisse trouver sa place dans une institution, celle-ci devient langue de bois. Le risque de la critique, en effet, est de se figer dans une nouvelle fiction, portée par des chercheurs qui ne seraient plus que récitants, rassemblés autour d’elle comme autour du mythe instituant ; ou encore le risque est d’instaurer un clivage entre d’une part des sujets ordinaires sous l’emprise de l’idéologie et d’autre part des sujets agissant en leur nom pour leur émancipation grâce à des savoirs critiques étrangers aux premiers ; enfin, il est de reproduire, dans le mode d’organisation et de fonctionnement de la communauté des chercheurs engagés dans la critique des organisations, les travers qu’ils dénoncent dans leurs propres travaux : établissement de mécanismes de domination favorisant le pouvoir de certains (en particulier hommes, blancs, hétérosexuels, etc.), mandarinat basé sur l’exploitation d’un positionnement critique, etc.5

19Fort heureusement il existe des gardes-fous pour tenter de se prémunir contre cette institutionnalisation de la critique. On peut par exemple prendre en considération les compétences interprétatives des sujets sociaux, leur compétence morale aussi, dans l’élaboration d’une pensée critique. On peut également compter sur la pluralité et les divergences entre les différents courants sur lesquels les chercheurs peuvent s’appuyer pour développer leur propre démarche. À cet égard, cet ouvrage reflète la diversité, les contradictions et les dynamiques qui traversent la constellation des pensées critiques : certains auteurs s’appuient sur Foucault, d’autres sur Honneth, Lacan, Zizek, Boltanski, Chiapello, Thévenot, Habermas, Honneth, Marx, Freitag, Bourdieu, Castoriadis, Gorz, Deleuze, Butler, Latour, Agamben, Althusser, Negri, Gramsci, Marcuse, etc. Il serait vain d’imaginer construire un récit unifié à partir de cette diversité. On peut enfin compter sur les évolutions de la société, qui obligent à prendre en compte de nouveaux objets, des transformations, et à remettre la boîte à outils conceptuels sur l’établi, ou à en forger de nouveaux.

20Un autre écueil auquel se confronte le chercheur critique est que les notions qui ont porté les revendications d’émancipation – autonomie, créativité, authenticité, réalisation de soi… – font dorénavant partie de la panoplie managériale de la mise au travail, arrimé à de nouvelles formes d’organisation plus individualisantes, à des nouvelles pratiques relationnelles (le coaching par exemple) et conjugué à de nouvelles contraintes d’efficacité dans les organisations marchandes et non marchandes. Cependant, cette difficulté constitue également l’opportunité de réinterroger les catégories de la pensée critique, de mieux les expliciter, et de décrire avec vigilance les pratiques pour en saisir les implications en termes d’émancipation.

Organisation de l’ouvrage

21Le rapport à la critique et la portée critique des articles présentés dans ce livre sont variables. De manière générale, le rapport des contributions à la recherche critique renvoie à trois niveaux de la critique. On repère tout d’abord des travaux qui se situent à un niveau général en nouant les rapports communication/organisation à une critique du capitalisme. D’autres travaux ne remontent pas si loin en généralité et fixent leur apport critique sur le local, par exemple sur une organisation particulière ou sur une pratique située. Ici ce sont plutôt les processus organisationnels qui sont problématiques et avec eux les modes de communication, articulés à leur finalité de façon relativement autonomes. On trouve enfin des travaux qui ne se centrent pas sur un objet particulier, mais interrogent les conditions méthodologiques d’appréhension du réel organisationnel pour fonder une approche critique.

22Nous avons organisé l’ensemble des textes selon deux parties. La première, intitulée « Penser la critique », rassemble : dans le chapitre 1, des articles à visée généraliste interrogeant la communication et l’organisation en référence au développement du capitalisme ; dans le chapitre 2, des articles offrant une approche réflexive sur la critique : analyse de la manière dont a été produite la démarche critique relative à un objet particulier, questionnement du potentiel critique de certaines méthodes d’appréhension de la réalité organisationnelle, proposition d’approche d’une catégorie particulière de la critique ; enfin, dans le chapitre 3, des articles explicitant la place de la critique dans les travaux en communication et en gestion de manière large ou au contraire plus centrée sur certains objets.

23La deuxième partie, intitulée « Communication, organisation : études critiques » rassemble essentiellement des recherches empiriques relatives à des objets spécifiques. Le chapitre 4 est consacré aux discours et à l’analyse critique des discours institutionnels ; le chapitre 5 aborde certaines pratiques managériales et ses implications identitaires ; le chapitre 6 porte sur les formes de colonisation, par l’idéologie gestionnaire, de sphères jusqu’alors relativement préservées (domestique, publique, associative, etc.) ; le chapitre 7 pose la question des implications pédagogiques d’une perspective critique, entre autres dans des formations à vocation professionnalisante qui sont une caractéristique des études en management ou en communication. Le chapitre conclusif aborde sous forme d’ouverture des pistes relevant d’une praxis critique. Il vise à inscrire la démarche de réflexion proposée dans ce livre dans un nouvel imaginaire, susceptible de réouvrir les possibles en matière d’organisation et de communication.

Bibliographie

Alvesson M. et Deetz S. 2000. Doing critical management research, Londres : Sage.

Alvesson M. et Deetz S. 1996. Critical Theory and postmodernism Approaches to Organization Studies, in S. Clegg, C. Hardy et W. Nord (sous la direction de), Handbook of Organization Studies, Londres : Sage.

Bernard F. 2000. Le lien communicationnel en organisation, Sciences de la société, n° 50/51 p. 25-46.

Berry M. 1983. Une technologie invisible ? L’impact des instruments de gestion sur l’évolution des systèmes humains, Paris : Cahiers de recherche du CRG, École polytechnique.

Boltanski L. 2008. Rendre la réalité inacceptable. À propos de la production de l’idéologie dominante, Paris : Demopolis.

Boltanski L. 2011. Critique sociale et émancipation. Entretien avec Luc Boltanski, par L. Jeanpierre, in Collectif, Penser à gauche, Paris : Éditions Amsterdam.

Boure R. (sous la direction de). 2002. Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Lille : Septentrion.

Brabet J. (sous la direction de). 1993. Repenser la gestion des ressources humaines, Paris : Economica.

Chanlat J.-F. (sous la direction de). 1990. L’individu dans l’organisation - Les dimensions oubliées, Ste Foy : Presses de L’Université Laval.

Fournier V. et Grey C. 2000. At the Critical Moment: Conditions and Prospects for Critical Management Studies, Human Relations, vol. 53, n° 1, p. 7-32.

Golsorkhi D., Huault I. et Leca B. (sous la direction de). 2009. Les études critiques en management. Une perspective française, Ste Foy : Presses de l’Université Laval.

Grosjean S. et Bonneville L. (sous la direction de). 2011. La communication organisationnelle. Approches, processus et enjeux, Montréal : Chenelière Éducation.

Hatchuel A., Pezet E., Starkey K. et Lenay O. (sous la direction de). 2006. Gouvernement, organisation et entreprise : l’héritage de Michel Foucault, Ste Foy : Presses de l’Université Laval.

Miège B. 1995. La pensée communicationnelle, Grenoble : PUG.

Moeglin P. 1992. Actualité de la recherche critique. Cinémaction, n° 63, p. 131-136.

Vidaillet B. et Bousalham Y. 2012. Les approches critiques des organisations, in J.-M. Saussois (sous la direction de), Les organisations, État des savoirs, Paris : Éditions Sciences Humaines.

Notes

2 Dans le champ scientifique, en France du moins, l’articulation entre organisation et communication s’exprime diversement, selon que l’organisation est envisagée comme entité ou processus, selon que la communication est envisagée comme relation, interaction, médiation ou comme discours et médiatisation, selon que l’un et l’autre termes sont envisagés comme objet ou cadre épistémologique : ainsi parle-t-on de communication des organisations, d’organisation communicante, de communication organisationnelle, de communication organisante, ou encore d’approche communicationnelle des organisations. Mais il n’y a pas d’expression qui permettrait de rassembler sous un même vocable la disparité des orientations de sens concernant à la fois la communication, l’organisation et les relations entre les deux. L’expression « communication et organisation » choisie pour le titre de cet ouvrage doit donc être entendue dans cette pluralité de sens.

3 On pourra se référer à Vidaillet et Bousalham (2012) pour une présentation synthétique de ce courant.

4 C’est tout le sens d’un ouvrage tel que Parker M., Fournier V. et Reedy P. (2007) The Dictionary of Alternatives: Utopianism and Organization. Londres : Zed Books.

5 Pour une critique bien documentée de ces aspects, on se référera à Tatli A., On the power and poverty of critical (self) reflection in critical management studies: a comment on Ford, Harding and Learmonth, British Journal of Management, vol. 23, n° 1, p. 22-30, 2012.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540