Version classiqueVersion mobile

Plutarque dans le miroir d’Épicure

 | 
Jacques Boulogne

Deuxième partie. Le bonheur

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1L’éthique est, de loin, la partie de la doctrine du Jardin qui, dans les textes de Plutarque qui n’ont pas été perdus, attire les attaques les plus nombreuses et les plus fournies, puisque leur sont entièrement consacrés les traité Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure et Si la maxime « Vis caché » est bonne, et qu’elles occupent aussi les derniers chapitres (30-34) du Contre Colotès. Globalement elles reprochent à l’épicurisme de proposer un hédonisme peu généreux et avilissant et de multiplier les incohérences.

  • 1 Voir Suav. viv. Epic. 1087 B, C, D ; 1090 A-B ; 1090 F - 1091 A ; 1098 D ; Col. 1117 E ; 1122 D ; 1 (...)
  • 2 Voir J.-P. Vernant, A la table des hommes. Mythe de fondation du sacrifice chez Hésiode dans La cui (...)
  • 3 Col. 1125 A: Καὶ γὰρ ὁ τῶν θηρίων βίος τοιοῦτός ἐστιν, ὅτι τῆς ἡδονῆς οὐδὲν ἐπίσταται κάλλιον οὐδὲ (...)
  • 4 Col. 1125 B: Τούτοις τοῖς διαλογισµοῖς καὶ ϕιλοσοϕήµασιν ἀρθέντων τῶν νόµων ὄνυχες λύκων ἐνδέουσι κ (...)
  • 5 Col. 1125 B-C: Καὶ ταῦτα τὰ πάθη καὶ τὰ δόγµατα λόγων καὶ γραµµάτων ἀπορίᾳ τὰ θηρία βρυχήµασι καὶ χ (...)
  • 6 Suav. viv. Epic. 1091 C: ... µήτε συῶν ἀπολείπεσθαι µήτε προβάτων εὐδαιµονίᾳ τὸ τῇ σαρκὶ καὶ τῇ ψυχ (...)
  • 7 Voir, par exemple, Suav. viv. Epic. 1089 C ; 1096 A ; 1097 D-E ; 1098 B ; 1099 C ; 1100 C.

2Le genre de vie épicurien, jugé étriqué par Plutarque, mérite, à ses yeux, plusieurs critiques, toutes rattachées les unes aux autres en un même faisceau. La plus grave, car elle entraîne les autres, concerne la disqualification de la vertu et l’affirmation simultanée de la primauté du corps pour la recherche du bonheur, placé par Épicure dans les plaisirs charnels1. L’épicurisme a donc le tort, d’après notre auteur, non seulement de rompre avec une longue tradition de mépris à l’égard du ventre (γαστήρ) et de la chair (σάρξ), ainsi que de la gloutonnerie, de la sensualité, de la fainéantise et de la lubricité qui leur sont habituellement associées2, mais encore de renverser l’échelle des valeurs en niant que la vertu ait en elle-même sa justification et même qu’elle vaille quelque chose sans le plaisir (Col. 1124 E). La conséquence en est, en effet, pense-t-il, l’abaissement de l’âme (Suav. viv. Epic. 1096 C, cf. 1107 C), privée de joies propres (Suav. viv. Epic. 1096 D, E, cf. 1089 D) et condamnée à n’éprouver de plaisir qu’à travers le corps (Suav. viv. Epic. 1092 D, cf. 1096 D) dont elle devient la servante, réduite qu’elle est à conserver le souvenir de ses jouissances, à l’instar d’un récipient (Suav. viv. Epic. 1088 E – 1089 C). C’est pour Plutarque le monde à l’envers. S’ensuit une série de comparaisons dévalorisantes avec les animaux. L’âme n’est pas mieux traitée par les Épicuriens qu’un porc qu’on engraisse (Suav. viv. Epic. 1096 D : κατασυβωτεῖν) et les adeptes d’un tel traitement ne sont pas supérieurs à des palefreniers ou à des bergers (Suav. viv. Epic. 1096 C). Plutarque va plus loin encore en les ravalant à un état de pure bestialité : « De fait », remarque-t-il, « tel est le genre de vie des bêtes sauvages, car elles ne connaissent rien de plus beau que le plaisir, n’ont pas l’idée d’une justice divine et ne révèrent pas la beauté de la vertu, alors qu’elles utilisent tout ce que la nature leur donne de hardiesse ou de ruse ou d’énergie pour le plaisir de la chair et l’assouvissement de leur appétit. »3 N’eussent été les lois qui les contiennent, les Épicuriens avec leurs principes auraient tout de la bête ; ne leur manqueraient que des « griffes de loup, des dents de lion, une panse de bœuf et un cou de chameau. »4 Notre auteur continue en ajoutant cette précision supplémentaire : « Et ce sont ces affections et ces dogmes que, faute de parler et d’écrire, les bêtes sauvages expriment par des rugissements, des hennissements et tout ce qui leur sert à saluer avec empressement et accueillir avec joie un plaisir charnel présent ou prochain, excepté pour toutes celles qui aiment naturellement chanter et babiller. »5 Il existe, par conséquent, des animaux supérieurs aux Épicuriens, qui occupent le niveau le moins élevé de l’animalité. Ces derniers, déclare-t-il ironiquement, n’ont rien à envier pour le bonheur ni aux porcs, ni aux moutons, puisqu’ils placent la félicité dans la satisfaction de la chair et dans celle que la chair apporte à l’âme. »6 Ces comparaisons avec la gent animale la plus méprisable s’inscrivent dans le droit fil de la représentation caricaturale des Épicuriens sous les traits de débauchés qui recherchent toutes les voluptés physiques, celles des plaisirs simples du confort corporel, comme celles, plus dispendieuses, de la bonne chère et des parfums, sans oublier les délectations du commerce charnel avec des courtisanes7. Il suggère même qu’ils vivent à l’écart des autres, afin de mieux cacher leur débauche (Lat. viv. 1129 A-B). En tout cas, noter le nombre de fois qu’on s’est uni à Hédéia et à Léontion, ou les endroits dans lesquels on a bu du vin de Thasos, ou les dates auxquelles on a somptueusement festoyé, lui semble indiquer une intempérance qui confine à la rage (Suav. viv. Epic. 1089 C).

  • 8 Traduction de R. Flacelière. Épicure vécut 72 ans (342-270) et Métrodore une cinquantaine d’années (...)
  • 9 Traduction de R. Flacelière.
  • 10 Voir Luc. 44, 3 ; cf. Pyrrh. 20, 6.
  • 11 Le nom d’Épicure y est utilisé comme une sorte de point cardinal permettant d’orienter la trajectoi (...)

3Toutefois dans le même temps force est de constater que notre auteur ne prend pas Épicure pour un adepte de la luxure. Nous le prouve, dans le dialogue De la disparition des oracles, une plaisanterie d’Ammonios, dont il est permis de croire qu’il exprime la pensée de son disciple Plutarque : il s’y moque du raisonnement par lequel les Épicuriens attribuent la longévité à la vertu, parce qu’« à ce compte », persifle-t-il (420 D), « Épicure apparaîtra comme inférieur en vertu au sophiste Gorgias et Métrodore au poète comique Alexis, puisque ce dernier vécut deux fois plus que Métrodore et que la vie de Gorgias l’emporta en durée de plus d’un tiers sur celle d’Épicure. »8 Le but de l’argument est de démontrer qu’il est impossible d’établir de lien entre les qualités morales et la résistance physique à l’usure des années ; de nombreux animaux, est-il ajouté ensuite (420 D), « de tempérament incontinent et lascif vivent plus longtemps que d’autres, qui sont intelligents et industrieux. »9 Néanmoins, le rapprochement avec des hommes qui ne passent pas pour des pervers ou des dépravés sous-entend, par le jeu indirect de l’ironie, qu’un tel tableau des mœurs d’Épicure est contraire à la réalité. Plutarque a donc forcément conscience d’exagérer lorsqu’il incrimine le fondateur du Jardin pour sa prétendue luxure. Une autre preuve nous en est apportée par les Propos de Table (653 C-D), où il est dit que l’enseignement d’Épicure met en garde contre les dangers de la volupté. Pourquoi alors l’accuse-t-il du contraire ailleurs, notamment dans ses Vies parallèles10 ? Les pamphlets anti-épicuriens, contemporains du dialogue pythique La disparition des oracles, contenant également ce genre de caricature, la réponse n’est pas à chercher du côté d’une quelconque évolution de Plutarque vers une meilleure connaissance de la doctrine attaquée. Elle semble plutôt liée à la nature de la visée choisie. L’impression de contradiction provient de ce que Plutarque, quand il ne recourt pas à un procédé d’ordre rhétorique comme avec Lucullus (Luc. 44, 3)11, tantôt envisage la réalité des faits, tantôt considère les suites virtuelles des principes de l’éthique épicurienne ; et, comme la débauche lui paraît être la conséquence logique de ces derniers, le Jardin devient pour lui une école d’intempérance, même si, loin de se pratiquer, celle-ci reste purement potentielle. Dès lors, il n’éprouve pas de scrupule à reprendre des clichés qui relèvent de la calomnie.

  • 12 Voir Suav. viv. Epic. 1098 D, cf. Col. 1125 C, 1127 A, 1127 E.
  • 13 Col. 1126 F - 1127 A : « Et le scandale, ce n’est pas qu’ils soient parmi les philosophes, pourtant (...)
  • 14 Col. 1126 E : Ἐκ δὲ τῶνπικούρου λόγων καὶ δογµάτων οὐ λέγω τίς τυραννοκτόνος τίς ἀριστεὺς τίς(...)
  • 15 Voir Suav. viv. Epic. 1098 C, cf. 1100 D et Col. 1125 D.

4Le deuxième grand reproche adressé par notre auteur à l’épicurisme découle du précédent et se résume à l’aide de deux adjectifs, ἀϕιλάνθρωπος (Suav. viv. Epic. 1098 D), mot qui désigne une inaptitude à aimer le genre humain, et ἀσύµβολος (Col. 1127 A), terme qui signale le parasitisme de celui qui profite d’une situation sans apporter la moindre contribution. En accordant une place de première importance à la recherche des plaisirs corporels, cette doctrine prêche le souci de soi, avant toute chose. Défaut qui se manifeste à tous les niveaux de la vie sociale. Il se traduit, d’abord, par la fuite devant les responsabilités politiques12 et par le refus de rendre service à la collectivité13. « Les théories et les dogmes d’Épicure », ironise Plutarque, « qui ont-ils incité à l’action ? Je ne demande pas qui ils ont incité à devenir tyrannicide ou excellent guerrier ou législateur ou magistrat ou conseiller royal ou chef du peuple, ou à endurer la torture ou la mort pour la justice, mais qui d’entre vos sages ils ont incité à prendre la mer pour sa patrie, à se charger d’une ambassade, à dépenser de l’argent ; où citez-vous dans vos écrits une action d’intérêt public à votre crédit ? »14 L’absence de dévouement à l’ensemble d’une société va même, s’indigne-t-il, jusqu’au refus de préférer le salut de la Grèce à la satisfaction de son ventre15. Le manque de philanthropie ne s’arrête pas là, à ses yeux. Il apparaît encore dans le mépris de la loi, aux contraintes de laquelle Épicure, observe-t-il, conseille de ne pas se plier, pourvu qu’on soit assuré de l’impunité (Col. 1127 D et E). Enfin, il conduit, relève-t-il encore, à ne concevoir d’affection entre parents (Col. 1123 A) ou amis (Col. 1111 B) qu’intéressée. C’est la raison pour laquelle une si grande incapacité de générosité à l’égard d’autrui vaut aux Épicuriens d’être jugés par Plutarque inférieurs aux hommes médiocres qui, eux, disposant, sur le point de mourir, d’une heure soit pour accomplir une belle action, soit pour s’accorder une jouissance sensuelle, n’hésiteraient pas à préférer devenir les bienfaiteurs de leurs concitoyens (Suav. viv. Epic. 1099 A-B). Même les gladiateurs, ajoute-t-il, leur sont supérieurs, bien qu’ils représentent un degré d’humanité proche de l’animalité, car avant de descendre dans l’arène, ils se préoccupent plus, devant les mets les plus chers qu’on leur sert alors, du sort de leur femme ou de leurs esclaves que de la satisfaction de leur ventre (Suav. viv. Epic. 1099 B).

  • 16 Voir Suav. viv. Epic. 1089 D, 1090 D, 1092 A ; cf. Tuend. san. 135 C.
  • 17 Voir pages 1087 D-E ; 1089 D, E-F ; 1090 A, B, C, D, E-F ; 1091 A.

5Quant au reproche d’incohérence, il s’appuie sur la recension de plusieurs contradictions. Plutarque, se référant en particulier au traité d’Épicure Du souverain bien (Suav. viv. Epic. 1091 A), note que les sectateurs du Jardin, qui tiennent la stabilité pour le plaisir suprême16, font du corps le siège de ce dernier, alors qu’il n’y a rien de plus instable que la santé. Les chapitres trois, quatre, cinq et six du Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure visent à montrer qu’il est inconsidéré de fonder son bonheur sur une assise aussi incertaine17.

  • 18 Suav. viv. Epic. 1088 B (= fr. 62 Körte) : Μητρόδωρος µὲν λέγων ὅτι πολλάκις προσεπτύσαµεν ταῖς τοῦ(...)
  • 19 Suav. viv. Epic. 1088 B-C : Ἐπίκουρος δὲ καὶ γελᾶν ϕησι ταῖς ὑπερβολαῖς τοῦ περὶ σῶµα νοσήµατος πολ (...)
  • 20 Suav. viv. Epic. 1088 C : Ο(...)
  • 21 Suav. viv. Epic. 1088 B :... εἴ γε δὴ µ κενολογοῦσι µηδὲ ἀλαζονεύονται... Cf. 1090 A (= fr. 600 Us (...)

6Leur définition du plaisir par l’absence de souffrance lui paraît les conduire à une autre contradiction. En effet le mal se confond dès lors avec la présence de la douleur, mais, bien qu’ils placent le souverain bien dans les voluptés physiques, ils affichent à leur endroit un immense mépris, à cause de leur brièveté. « Métrodore dit », cite Plutarque, « que souvent nous avons craché sur les plaisirs du corps ».18 Et, inversement, ils prétendent se moquer des pires tourments : « Épicure », rapporte encore notre auteur, « soutient que le sage, quand il est malade, va souvent jusqu’à rire des paroxysmes de la maladie de son corps »19. Du coup, Plutarque ne comprend plus : « Mais ces philosophes », s’interroge-t-il, « pour qui les peines du corps sont si légères et faciles à supporter, comment peuvent-ils attacher du prix à ses plaisirs ? »20 Aussi incline-t-il à tenir ces assertions pour des « paroles vides » et pour des « fanfaronnades »21.

  • 22 Suav. viv. Epic. 1091 A : κακῶς ἀποϕυγὴ τὸ χαρτόν ἐστι καὶ τὸ ἀγαθόν. Cf. 1107 B et C.
  • 23 Suav. viv. Epic. 1091 A (= fr. 28 Körte) : στε τοῦταὐτὸ <τὸ> ἀγαθόν ἐστι, τὸ ϕυγεῖν τὸ κακόν · (...)
  • 24 Voir Suav. viv. Epic. 1091 D. Pour le sens de σκιαγραϕία (littéralement « peinture avec des dégradé (...)

7De plus, en subordonnant le plaisir à la souffrance, les Épicuriens, d’après Plutarque, ne lui donnent pas de nature propre ; son essence est purement négative : « échapper à des maux », relève celui-ci dans le nombre de leurs déclarations, « est le sujet de joie par excellence et le bien par excellence »22. Par conséquent, ils lui font l’effet de définir une plénitude, l’état le plus positif qui soit, puisqu’il s’agit du bonheur suprême, à l’aide du néant : le plaisir n’est rien par lui-même et tire son être de la non-présence de son contraire. « De la sorte », écrit-il en s’appuyant sur un passage du pamphlet de Métrodore Contre les sophistes, « le bien consiste en cela même, échapper au mal, car il n’y a pas de lieu où placer le bien, lorsque plus aucune souffrance ni affliction ne se retire »23. Il relève qu’Épicure affirme la même chose (Suav. viv. Epic. 1093 B = fr. 423 Usener) et, afin de souligner l’inconséquence, il explique qu’abusé comme par une peinture en trompe-l’œil24, celui-ci prend le point de départ du bien, l’absence de souffrance, condition nécessaire du bonheur, pour le bien lui-même (Suav. viv. Epic. 1091 D), une erreur que ne commettent même pas certains animaux (Suav. viv. Epic. 1091 C), et que le plaisir ainsi éprouvé et qualifié de divin (Suav. viv. Epic. 1091 B-C) ne ressemble en réalité qu’au soulagement des esclaves délivrés de leurs fers (Suav. viv. Epic. 1091 E-F). D’autre part, si l’absence de maux est considérée comme un bien, la privation de biens entraînée par la mort n’est pas, elle, regardée comme un mal, en dépit des exigences de la logique (Suav. viv. Epic. 1107 B) : dans la mesure où Épicure nie l’existence d’un état intermédiaire entre le plaisir et la douleur (Col. 1123 A), la disparition de l’un laisse automatiquement la place à l’autre, d’autant plus qu’ici la cessation du plaisir est celle qui résulte du passage de vie à trépas et que ledit passage, concède le fondateur du Jardin, s’effectue la plupart du temps dans la souffrance (Suav. viv. Epic. 1107 A).

  • 25 Voir Suav. viv. Epic. 1095 C (= fr. 20 Usener), cf. 1095 E.
  • 26 Voir Suav. viv. Epic. 1095 C-D (= fr. 5 Usener).
  • 27 L’illogisme de la position épicurienne est dénoncé par le substantif ἀτοπίαν (« absurdité ») et par (...)
  • 28 Voir Suav. viv. Epic. 1089 B-C ; cf. 1095 B et 1097 F où, au sujet des rires mêlés de larmes produi (...)
  • 29 Voir Suav. viv. Epic. 1088 D (= fr. 417 Usener).
  • 30 C’est le thème de la plus grande partie du Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment e (...)

8Autre source de contradictions chez les Épicuriens, leur négation de joies spécifiques pour l’âme. Ils ne conçoivent pas de plaisir autre que corporel ; toutefois cela ne les empêche pas, observe Plutarque, de soutenir, tel leur chef de file dans ses Apories, que le sage aime les spectacles artistiques25, alors que dans son livre De la royauté le philosophe de Samos proscrit des banquets les discussions sur les problèmes soulevés par la musique et la poésie26 ; cela ne les retient pas non plus, quoiqu’ils distinguent dans la nature humaine deux éléments constitutifs, l’âme et le corps (Suav. viv. Epic. 1096 D-E), ce qui en bonne logique27 implique pour celle-là des exigences et des satisfactions différentes, de la condamner à se repaître, de façon malsaine28, des sensations physiques, qu’elle filtre, avant de les recueillir dans le réservoir de la mémoire (Suav. viv. Epic. 1088 E-F) ; ni, dans le même temps où ils la vouent à un rôle secondaire, d’assurer que sans elle le souverain bien ne saurait être atteint parfaitement et que par là même sa fonction se révèle être primordiale29. Au total, comble de l’incohérence, ils privent l’homme de plaisirs supérieurs en nombre et en qualité, tout en prêchant une morale hédoniste30.

  • 31 Col. 1111 B : ... καὶ τῆς ἡδονῆς ἕνεκα τὴν ϕιλίαν αἱρούµενος ὐπὲρ τῶν ϕίλων τὰς µεγίστας ἀλγηδόνας (...)

9Le thème de l’amitié, par ailleurs, fournit également à Plutarque l’occasion de ce genre de critique. « Épicure », écrit-il, « dit qu’il recherche l’amitié pour le plaisir, mais que pour ses amis il supporte les plus grandes douleurs »31. Si le plaisir est le souverain bien et que sa recherche doive, à ce titre, régir tous les moments de l’existence, comment peut-on continuer de louer des sentiments dont on sait qu’il leur arrive d’apporter aussi beaucoup de souffrance ?

  • 32 Suav. viv. Epic. 1097 : Αὐτοὶ δὲ λέγουσιν ὡς τὸ ε ποιεῖν ἥδιόν ἐστι τοῦ πάσχειν.
  • 33 Suav. viv. Epic. 1097 : Καὶ µὴν ἀπὸ δόξης γίνεσθαί τινας ἡδονὰς Ἐπίκουρος ὡµολόγει.
  • 34 Suav. viv. Epic. 1100 : Εἴ γε µὴν τὸ εὐδοξεῖν ἡδύ, τὸ ἀδοξεῖν δήπου λυπηρόν.
  • 35 Col. 1124 D, 1125 D ; cf. 1125 C, où les louanges de Colotès sont approuvées.
  • 36 Col. 1125 C ; cf. 1126 E, 1127 A et B, 1127 D-E.
  • 37 Voir les pages 1127 du Contre Colotès, où Plutarque est tellement choqué par la façon dont Métrodor (...)

10Le dernier point sur lequel l’épicurisme lui semble, dans le domaine de l’éthique, accumuler des assertions contradictoires est le refus de participer à la vie politique. Les chapitres quinze à dix-neuf du Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure opposent ce refus, marqué par l’impossibilité d’attribuer aux sectateurs du Jardin le moindre service rendu à l’ensemble d’une cité, à l’affirmation d’après laquelle, selon leur propre formule, mentionnée par Plutarque, « on a plus de plaisir à être l’auteur d’un bienfait qu’à en être le bénéficiaire »32. Leur exhortation à la retraite est donc, pour ce motif, contraire à leur quête systématique du plaisir. Elle l’est même, en outre, pour une seconde raison : s’abstenir délibérément des activités publiques, c’est renoncer notamment à la gloire, dont « pourtant Épicure », rapporte Plutarque, « admettait qu’elle est la source de certains plaisirs »33. Et, comme l’épicurisme ne reconnaît pas de stade intermédiaire entre le plaisir et son opposé, force est que, là où manque la gloire, surgisse le déplaisir. « Si assurément », note malicieusement Plutarque au sujet du discrédit attaché aux thèses épicuriennes, « la bonne réputation est plaisante, la mauvaise réputation est sans doute pénible »34. L’inconséquence dénoncée ici réside non seulement entre les principes eux-mêmes (reconnaissance du plaisir engendré par la gloire et condamnation du genre de vie propre à procurer ce plaisir), mais aussi entre eux et leurs conséquences (définition du souverain bien par le plaisir et acceptation du désagrément d’une déconsidération générale). Enfin, les derniers chapitres (30-34) du Contre Colotès reprennent le thème de la fuite épicurienne devant les responsabilités politiques, afin de dégager une contradiction supplémentaire. Cette fois, c’est l’aspiration à la sécurité qui est concernée. Plutarque s’y demande en effet comment l’épicurisme peut d’un côté dresser l’éloge des rois et des magistrats qui par leur œuvre législatrice ont sorti l’humanité de l’animalité et ont, par conséquent, contribué au développement de la civilisation, de même qu’à l’accroissement de la tranquillité35, et, de l’autre, détourner ses adeptes de toute participation à l’État36, voire entreprendre de détruire celui-ci en remettant en cause les croyances religieuses traditionnelles, sur la base desquelles les législateurs loués par Colotès (1125 D-E) l’ont construit, ou encore dénigrer les mérites de grands hommes politiques, tel Épaminondas (1127 A-B), quand ce ne sont pas les législateurs les plus célèbres (1127 E) comme Lycurgue ou Solon et tous ceux qui les prennent pour modèles37. L’incohérence lui semble si invraisemblable qu’il la met sur le compte du remords : en défendant la loi, que par ailleurs ils ne cessent de saper, les Épicuriens sont, à son avis (1125 F, cf. 1124 D), poursuivis par la vengeance divine, qui les oblige à confesser leur faute, afin que personne ne la leur pardonne.

  • 38 Voir page 1087 A. Sur le parallélisme de la démarche de Plutarque dans ses polémiques contre l’épic (...)
  • 39 Voir Suav. viv. Epic. 1087 C. Aristodémos se demande s’il ne serait pas plus simple de contrer l’ép (...)
  • 40 No 159 Des genres de vie, contre Épicure (Περὶ βίων πρὸς Ἐπίκουρον), dans le Catalogue de Lamprias.
  • 41 Voir Diogène Laërce, 10, 28.

11Nous sommes donc en présence de deux types de critiques : une critique interne, qui s’emploie à déceler des contradictions dans le système épicurien, et une critique externe, qui se situe au niveau des principes. L’une et l’autre se rejoignent dans le projet du dialogue Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure : les interlocuteurs y décident de frapper les Épicuriens dans ce qui leur tient le plus à cœur, leur prétention à la vie plaisante (1087 B). Ils entendent, en effet, venger les philosophes de l’agression que leur a infligée Colotès38, en leur ôtant ainsi l’existence même, puisqu’ils ne la conçoivent pas sans le plaisir, leur raison d’être (1087 B). C’est pourquoi, plutôt que de prouver que le genre de vie prôné par Épicure tourne le dos au bien, ce qui aurait l’avantage, remarque l’un d’eux, de faire d’une pierre deux coups39, ils jugent plus drastique d’établir que l’épicurisme interdit toute réalisation pratique de son idéal, d’autant plus, est-il rappelé (1087 A), que l’autre démonstration a déjà été accomplie. Plutarque est, en effet, l’auteur d’une réfutation40, aujourd’hui perdue, du traité d’Épicure Περὶ βίων (Des genres de vie)41. Il s’agit donc de combattre l’adversaire sur son terrain (1087 C), une entreprise difficile, souligne Aristodémos.

  • 42 Voir Lat. viv. 1129 B : « ... dans l’éthique la loi, la société et la vie politique, et dans la vie (...)
  • 43 Col. 1108 C : « Or vivre vertueusement, c’est vivre dans la sociabilité, dans l’amitié, dans la tem (...)
  • 44 Voir Suav. viv. Epic. 1087 C : « ... des gens qui posent le plaisir comme fin... » (ἀνθρώπους γὰρ ἡ (...)

12D’où la question : Plutarque parvient-il à réellement prendre en défaut les positions épicuriennes ? Étant donné qu’il définit l’éthique comme étant principalement le traitement des problèmes relatifs à la loi, à la société, à la politique et au bien42, problèmes auxquels il ajoute ceux de l’amitié43, et que dans chacun de ces domaines il s’efforce de battre en brèche l’épicurisme, nous regrouperons nos analyses autour des trois pôles suivants : le droit, le bien, dans le cadre duquel nous parlerons de la vie publique, l’attitude épicurienne en la matière dépendant plus de la conception du bien que du droit, et, pour finir, de l’amitié. Compte tenu, d’autre part, que c’est le deuxième de ces champs d’investigation qui retient le plus son attention, parce que les Épicuriens confondent le bien suprême avec le plaisir44 et qu’en découlent tous leurs autres dogmes, nous commencerons par examiner les critiques qu’il réserve à leur conception du souverain bien.

Notes

1 Voir Suav. viv. Epic. 1087 B, C, D ; 1090 A-B ; 1090 F - 1091 A ; 1098 D ; Col. 1117 E ; 1122 D ; 1125 A et B.

2 Voir J.-P. Vernant, A la table des hommes. Mythe de fondation du sacrifice chez Hésiode dans La cuisine du sacrifice en pays grec, p. 94-95.

3 Col. 1125 A: Καὶ γὰρ ὁ τῶν θηρίων βίος τοιοῦτός ἐστιν, ὅτι τῆς ἡδονῆς οὐδὲν ἐπίσταται κάλλιον οὐδὲ δίκην θεῶν οImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgδεν οὐδὲ σέβεται τῆς ἀρετῆς τὸ κάλλος, ἀλλ’ εἴ τι θαρραλέον αὐτοῖς ἢ πανοῦργον ἢ δραστήριον ἐκ ϕύσεως ἔνεστι, τούτῳ πρὸς ἡδονὴν σαρκὸς καὶ ἀποπλήρωσιν ὀρέξεως χρῆται.

4 Col. 1125 B: Τούτοις τοῖς διαλογισµοῖς καὶ ϕιλοσοϕήµασιν ἀρθέντων <τῶν> νόµων ὄνυχες λύκων ἐνδέουσι καὶ ὀδόντες λεόντων καὶ γαστέρες βοῶν καὶ τράχηλοι καµήλων. Cf. 1124 E.

5 Col. 1125 B-C: Καὶ ταῦτα τὰ πάθη καὶ τὰ δόγµατα λόγων καὶ γραµµάτων ἀπορίᾳ τὰ θηρία βρυχήµασι καὶ χρεµετισµοῖς καὶ <µυκήµασι δηλοῖ>, καὶ τᾶσα ϕωνὴ γαστρός ἐστιν αὐτοῖς καὶ σαρκὸς ἡδονὴν ἀσπαζοµένη καὶ σαίνουσα παροῦσαν ἢ µέλλουσαν, εἰ µή τι ϕύσει ϕιλόϕωνόν ἐστι καὶ κωτίλον. Cf. Suav. viv. Epic. 1091 C-D.

6 Suav. viv. Epic. 1091 C: ... µήτε συῶν ἀπολείπεσθαι µήτε προβάτων εὐδαιµονίᾳ τὸ τῇ σαρκὶ καὶ τῇ ψυχῇ περὶ τῆς σαρκὸς ἱκανῶς ἔχειν µακάριον τιθεµένους.

7 Voir, par exemple, Suav. viv. Epic. 1089 C ; 1096 A ; 1097 D-E ; 1098 B ; 1099 C ; 1100 C.

8 Traduction de R. Flacelière. Épicure vécut 72 ans (342-270) et Métrodore une cinquantaine d’années (vers 330-277), tandis que Gorgias (vers 483-374) et Alexis, dont l’existence s’étend sur tout le 4e siècle, moururent centenaires.

9 Traduction de R. Flacelière.

10 Voir Luc. 44, 3 ; cf. Pyrrh. 20, 6.

11 Le nom d’Épicure y est utilisé comme une sorte de point cardinal permettant d’orienter la trajectoire de Lucullus dans l’espace des systèmes philosophiques, et non pas afin de désigner le chef de file de ceux qui se livrent à une conduite déréglée du style de celle de ce Romain.

12 Voir Suav. viv. Epic. 1098 D, cf. Col. 1125 C, 1127 A, 1127 E.

13 Col. 1126 F - 1127 A : « Et le scandale, ce n’est pas qu’ils soient parmi les philosophes, pourtant si nombreux, les seuls – ou presque – à prendre part aux biens présents dans les cités sans y contribuer... » (Καὶ οὐ τοῦτο δεινόν ἐστιν, ὅτι τοσούτων ὄντων ϕιλοσόϕων µόνοι σχεδὸν ἀσύµβολοι τῶν ἐν ταῖς πόλεσιν ἀγαθῶν κοινωνοῦσιν,...)

14 Col. 1126 E : Ἐκ δὲ τῶνπικούρου λόγων καὶ δογµάτων οὐ λέγω τίς τυραννοκτόνος τίς ἀριστεὺς τίς νοµοθέτης τίς ἄρχων βασιλέως σύµβουλος δήµου προστάτης βεβανισµένος ὑπὲρ τῶν δικαίων τεθνηκώς, ἀλλὰ τίς τῶν σοϕῶν ἔπλευσεν ὑπὲρ τῆς πατρίδος, ἐπρέσβευσεν, ἀνήλωσε, ποῦ γέγραπται πολιτικὴ πρᾶξις µῖν ;

15 Voir Suav. viv. Epic. 1098 C, cf. 1100 D et Col. 1125 D.

16 Voir Suav. viv. Epic. 1089 D, 1090 D, 1092 A ; cf. Tuend. san. 135 C.

17 Voir pages 1087 D-E ; 1089 D, E-F ; 1090 A, B, C, D, E-F ; 1091 A.

18 Suav. viv. Epic. 1088 B (= fr. 62 Körte) : Μητρόδωρος µὲν λέγων ὅτι πολλάκις προσεπτύσαµεν ταῖς τοῦ σώµατος.

19 Suav. viv. Epic. 1088 B-C : Ἐπίκουρος δὲ καὶ γελᾶν ϕησι ταῖς ὑπερβολαῖς τοῦ περὶ σῶµα νοσήµατος πολλάκις κάµνοντα τὸν σόϕον. Cf. 1090 A.

20 Suav. viv. Epic. 1088 C : ΟImage 10000000000000080000000FD6D4DCBA7F0C9A1A.jpgς οImage 10000000000000090000000F05B0B3027FCE6A4C.jpgν οἱ πόνοι τοῦ σώµατος οὕτως εἰσὶν ἐλαϕροὶ καὶ ῥᾴδιοι, πῶς ἔνεστί τι ταῖς ἡδοναῖς ἀξιόλογον ;

21 Suav. viv. Epic. 1088 B :... εἴ γε δὴ µ κενολογοῦσι µηδὲ ἀλαζονεύονται... Cf. 1090 A (= fr. 600 Usener).

22 Suav. viv. Epic. 1091 A : κακῶς ἀποϕυγὴ τὸ χαρτόν ἐστι καὶ τὸ ἀγαθόν. Cf. 1107 B et C.

23 Suav. viv. Epic. 1091 A (= fr. 28 Körte) : στε τοῦταὐτὸ <τὸ> ἀγαθόν ἐστι, τὸ ϕυγεῖν τὸ κακόν · ἔνθα γὰρ τεθήσεται τἀγαθόν, οὐκ ἔστιν, ὅταν µηθὲν ἔτι ὐπεξίῃ µήτἀλγεινὸν µήτε λυπηρόν. Cf. 1091 E.

24 Voir Suav. viv. Epic. 1091 D. Pour le sens de σκιαγραϕία (littéralement « peinture avec des dégradés d’ombre ») voir E. C. Keuls, Plato and Greek Painting, p. 72, 75-76 et 79-80.

25 Voir Suav. viv. Epic. 1095 C (= fr. 20 Usener), cf. 1095 E.

26 Voir Suav. viv. Epic. 1095 C-D (= fr. 5 Usener).

27 L’illogisme de la position épicurienne est dénoncé par le substantif ἀτοπίαν (« absurdité ») et par le superlatif ἀλογώτερον (« plus dépourvu de raison »). Voir Suav. viv. Epic. 1095 C et 1096 D.

28 Voir Suav. viv. Epic. 1089 B-C ; cf. 1095 B et 1097 F où, au sujet des rires mêlés de larmes produits par l’association du souvenir d’un passé agréable et l’affliction d’un deuil présent, Plutarque parle du rire sardonique, c’est-à-dire d’un rire pathologique.

29 Voir Suav. viv. Epic. 1088 D (= fr. 417 Usener).

30 C’est le thème de la plus grande partie du Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure, à partir du neuvième chapitre, page 1092 D.

31 Col. 1111 B : ... καὶ τῆς ἡδονῆς ἕνεκα τὴν ϕιλίαν αἱρούµενος ὐπὲρ τῶν ϕίλων τὰς µεγίστας ἀλγηδόνας ἀναδέχεσθαι...

32 Suav. viv. Epic. 1097 : Αὐτοὶ δὲ λέγουσιν ὡς τὸ εImage 10000000000000090000000F05B0B3027FCE6A4C.jpg ποιεῖν ἥδιόν ἐστι τοῦ πάσχειν.

33 Suav. viv. Epic. 1097 : Καὶ µὴν ἀπὸ δόξης γίνεσθαί τινας ἡδονὰς Ἐπίκουρος ὡµολόγει.

34 Suav. viv. Epic. 1100 : Εἴ γε µὴν τὸ εὐδοξεῖν ἡδύ, τὸ ἀδοξεῖν δήπου λυπηρόν.

35 Col. 1124 D, 1125 D ; cf. 1125 C, où les louanges de Colotès sont approuvées.

36 Col. 1125 C ; cf. 1126 E, 1127 A et B, 1127 D-E.

37 Voir les pages 1127 du Contre Colotès, où Plutarque est tellement choqué par la façon dont Métrodore « bafoue la politique » (ἐξορχούµενος πολιτείαν) qu’il juge nécessaire de citer un passage de son traité De la philosophie et qu’il déclare ses sarcasmes serviles et dignes du fouet garni d’osselets dont les prêtres de Cybèle, les Galles, se frappaient pour expier leurs fautes.

38 Voir page 1087 A. Sur le parallélisme de la démarche de Plutarque dans ses polémiques contre l’épicurisme et le stoïcisme, voir D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 38-39.

39 Voir Suav. viv. Epic. 1087 C. Aristodémos se demande s’il ne serait pas plus simple de contrer l’épicurisme sur la notion de bien, dans la mesure où cette doctrine soutient que vivre plaisamment est impensable en dehors du bien (cf. Lettre à M. 132 ; Maximes Maîtresses, 5).

40 No 159 Des genres de vie, contre Épicure (Περὶ βίων πρὸς Ἐπίκουρον), dans le Catalogue de Lamprias.

41 Voir Diogène Laërce, 10, 28.

42 Voir Lat. viv. 1129 B : « ... dans l’éthique la loi, la société et la vie politique, et dans la vie politique le beau au lieu de l’intéressé,... » (... ἐν ἠθικοῖς νόµον καὶ κοινωνίαν καὶ πολιτείαν, ἐν δὲ πολιτεί τὸ καλὸν ἀλλὰ µ τὴν χρείαν,...)

43 Col. 1108 C : « Or vivre vertueusement, c’est vivre dans la sociabilité, dans l’amitié, dans la tempérance et dans la justice... » (τὸ δὲ εImage 10000000000000090000000F05B0B3027FCE6A4C.jpg ζῆν ἐστι κοινωνικῶς ζῆν καὶ ϕιλικῶς καὶ σωϕρόνως καὶ δικαίως...) Cf. Suav. viv. Epic. 1100 C : « Or rien ne favorise plus la mauvaise réputation que de refuser des amis, l’action et les dieux, se complaire dans les plaisirs et négliger son devoir » (ἀδοξότερον δὲ ἀϕιλίας ἀπραξίας ἀθεότητος ἡδυπαθείας ὀλιγωρίας οὐθέν ἐστι).

44 Voir Suav. viv. Epic. 1087 C : « ... des gens qui posent le plaisir comme fin... » (ἀνθρώπους γὰρ ἡδονὴν ὐποτιθεµένους τέλος...)

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search