Version classiqueVersion mobile

Plutarque dans le miroir d’Épicure

 | 
Jacques Boulogne

Première partie. La nature

Chapitre 3. Théologie

Texte intégral

  • 1 Voir Def. orac. 410 B : « ... il consacrait son temps libre à ce genre d’occupation et amassait da (...)
  • 2 Def. orac. 436 D ; Is. et Os. 369 B, cf. 360 D.
  • 3 Plutarque oppose les physiologues aux théologiens (Def. orac. 436 D-E) afin, non pas de signifier (...)
  • 4 Lat viv. 1129 B : « mais si l’étude de la nature est le cadre d’un hymne à la gloire de dieu, de l (...)
  • 5 Voir Robert Flacelière, La Théologie selon Plutarque, p. 280.

1La théologie est considérée par Plutarque comme la fin suprême de la philosophie1. Par cette science il entend tout discours sur les dieux, qu’il s’agisse de celui des anciens poètes2, qui méritent, à son avis, d’être tenus pour les premiers philosophes (An. procr. 1030 A), ou de celui des physiologues3, dont le champ d’investigation comprend, écrit-il, les questions relatives à la divinité, notamment à la théodicée et la providence4. En tant que partie de la physique, elle devient pour lui une recherche de la vérité au moyen de la raison, à travers les énigmes contenues dans les mythes dont l’objet est le divin5.

  • 6 Suav. viv. Epic. 1100 F: ὡς εὐτυχῶν καὶ κατορθῶν ὁ λόγος αὐτῶν ϕόβον ἀϕαιρεῖ τινα καὶ δεισιδαιµονί (...)
  • 7 Voir H. Adam, Plutarchs Schrift..., p. 9.

2L’épicurisme propose, lui aussi, de suivre dans ce domaine une démarche rationnelle afin de débarrasser les croyances traditionnelles des frayeurs superstitieuses et d’épurer ainsi la religion. Sur ce point, Plutarque lui reconnaît quelque réussite. « Leur théorie », accorde-t-il aux Épicuriens par l’intermédiaire d’Aristodémos6, un fervent de l’Académie (Col. 1107 F) et auditeur de notre auteur (Suav. viv. Epic. 1103 E-F)7, « réussit à supprimer avec succès une certaine peur et la superstition. » La concession s’accompagne toutefois de sérieuses réserves. En effet, remarque-t-il, l’élimination de la crainte des dieux s’obtient chez les philosophes du Jardin au prix de la perte d’une grande source de joie et de réconfort : le sentiment d’avoir à ses côtés une divinité bienveillante et secourable, qui vous inspire la confiance en période de prospérité et l’espoir au milieu de l’adversité (Suav. viv. Epic. 1100 F - 1101 A, 1101 B-C, 1101 D - 1102 A, 1103 A-D). Un tel sacrifice paraît inacceptable à Aristodémos, qui regarde la superstition comme un moindre mal. Certes, répète-t-il, l’épicurisme a raison de vouloir extirper cette dernière, mais son tort est d’y procéder par la destruction de la foi (Suav. viv. Epic. 1101 C), car il en résulte plus d’inconvénients que d’avantages. L’épicurisme exagère à ses yeux la nocivité de la peur superstitieuse : il lui échappe non seulement que celle-ci ne concerne pas tout le monde, puisqu’il existe une catégorie d’hommes dont les croyances religieuses sont exemptes de ce genre d’égarement (Suav. viv. Epic. 1102 D), mais encore qu’elle se trouve largement compensée pour l’immense majorité de l’humanité chez qui elle sévit par les bienfaits de la foi (Suav. viv. Epic. 1101 D-E), et même qu’elle n’est pas sans profit pour une minorité d’êtres pervers, parce qu’elle peut les dissuader de perpétrer des crimes (Suav. viv. Epic. 1101 C-D). Par conséquent, si l’intention épicurienne est bonne en ce qui concerne la superstition, les modalités de sa réalisation sont rejetées.

  • 8 Voir Suav. viv. Epic. 1092 B : « dans leur prénotion de la divinité » (ἐν τῇ προλήψει τοῦ θεοῦ).
  • 9 Voir Suav. viv. Epic. 1103 C et 1103 D, où est citée la première des Maximes Maîtresses sur l’impa (...)
  • 10 Voir Suav. Viv. Epic. 1101 C, cf. 1103 A et Def. orac. 420 B.
  • 11 Voir Col. 1123 A, cf. Def. orac. 434 D.
  • 12 Col. 1119 E: Ο(...)
  • 13 Suav. viv. Epic. 1102 B: ϓποκρίνεται γὰρ εὐχὰς καὶ προσκυνήσεις οὐθὲν δεόµενος διὰ ϕόβον τῶν πολλῶ (...)
  • 14 Suav. viv. Epic 1102 B-C: Οὅτω γὰρ Ἐπιυκουρος οἴεται δεῖν σχηµατίζεσθαι καὶ µη καταϕρονεῖν µηδ' ἀπ (...)
  • 15 Suav. viv. Epic. 1102 C:... µόνον δεδιότες καὶ ταραττο(...)
  • 16 Citation du vers 448 de la tragédie d’Euripide Andromaque.

3De plus, il l’accuse de mauvaise foi en l’assimilant à un athéisme déguisé. Pourtant il n’ignore pas qu’Épicure ne nie pas l’existence des dieux8. Seulement il lui reproche de les écarter des affaires humaines9, de supprimer ainsi la providence10 et la divination11, car cela revient à mettre l’homme dans la même situation que s’ils n’existaient pas (Suav. viv. Epic. 1101 B). En outre, les Épicuriens rejettent les épithètes traditionnellement attachées aux noms des divinités et privent de la sorte toutes les cérémonies religieuses de leur raison d’être. « Cette séparation des mots est pernicieuse », souligne Plutarque12, « et remplit la vie d’une indifférence et d’une arrogance d’athée, lorsque vous arrachez les dénominations jointes aux dieux et détruisez simultanément sacrifices, mystères, processions et fêtes. » C’est pourquoi il taxe Épicure d’incohérence, quand celui-ci prétend qu’une telle négation n’est pas incompatible avec la piété (Col. 1111 B), et d’hypocrisie, lorsqu’il invite à se conformer néanmoins aux usages religieux. « Il singe », écrit notre auteur13, « les prières et les gestes d’adoration dont il n’a aucun besoin, parce qu’il a peur de la multitude, et il prononce des paroles contraires à sa philosophie. » Il y a donc, à ses yeux, contradiction et, plus encore, duplicité. « Car », ajoute-t-il14, « Épicure pense qu’il faut se donner cet extérieur et ne pas mépriser la multitude, ni se faire haïr d’elle. » Et, plus loin15, il conclut en disant des sectateurs du Jardin « qu’ils sont uniquement troublés par la peur que ne deviennent visibles l’imposture et la tromperie dont ils abusent la foule, à l’intention de laquelle sont composés leurs livres Des dieux et De la piété, où ils se revêtent de déclarations tortueuses, nullement franches et toutes en détours16, et où ils dissimulent par crainte les opinions qui sont les leurs. »

  • 17 Voir Daniel Babut, La religion des philosophes grecs, p. 42.
  • 18 Voir frag. A 2, 3, 12, 23 ; B 4 ; et C 4 Diels/Kranz.
  • 19 Voir Sextus Empiricus, Hypotyposes Pyr. 3, 25, 6-9.
  • 20 Voir Diogène Laërce, 2, 92.
  • 21 Voir W.C. Helmbold/N. O’Neil, Plutarch’s Quotations.

4La religiosité d’Épicure est donc mise en doute et Plutarque manifeste à son égard une partialité dont il ne fait pas preuve envers les athées déclarés, ou ceux des autres penseurs qui sont tenus pour tels, comme par exemple Anaxagore17, Protagoras18, les Sceptiques19 ou les Cyrénaïques20, dont il est également amené à parler21. Pourquoi ? Analysons, pour dégager les motifs de ce traitement particulier, le fondement de sa critique des théories épicuriennes sur l’identité, la nature et la raison d’être des divinités.

1. Identité divine

  • 22 Cf. Lettre à Ménécée, 123-124 ; Lucrèce, V, 148-149 ; Cicéron, De nat. deor. 1, 16-17, 43-44.

5Le débat, nous venons de le noter, ne porte pas sur l’existence des dieux. Plutarque sait que pour Épicure celle-ci ne soulève aucun doute : en notant qu’il emploie à ce sujet le concept de prénotion (Suav. vivi Epic. 1092 B)22, il laisse même entendre qu’il est au courant d’une partie, au moins, de sa démonstration, celle qui développe l’idée d’une perception mentale de la divinité. Mais il ne s’y attaque pas. Nous verrons plus loin pourquoi. En revanche, qui sont les dieux ? Que sont-il ? Que font-il ? Telles sont les questions sur lesquelle il bat en brèche les réponse épicuriennes.

  • 23 Col. 1123 A : « ... ceux qui soutiennent ... que pas plus le soleil que la lune ne sont des êtres (...)
  • 24 Def. orac. 420 C : « ... mais, si l’on affirme, en s’appuyant sur la tradition et pas seulement su (...)

6La première de ces interrogations concerne l’identité divine et, sur ce point, Plutarque reproche aux sectateurs du Jardin d’être incomplets, parce qu’ils refusent d’attribuer un caractère divin au soleil et à la lune23, et qu’ils traitent de superstitieuses les croyances aux démons24.

  • 25 Adv. Col. 1123 A : « Dans ces conditions, qui ébranle ce à quoi tout le monde accorde sa confiance (...)
  • 26 Cf. Cicéron, Acad. Prior. 2, 12, 38.

7Pour ce qui concerne les astres, Plutarque n’expose pas l’argumentation de l’épicurisme. Il se contente de signaler que les Épicuriens n’acceptent pas de leur accorder une âme et il les blâme, à ce propos, d’entrer en conflit avec les croyances établies et, partant, avec l’évidence25. Il prétend donc qu’ils bafouent le dogme, qui est aussi comme on l’a vu le leur, du respect inconditionnel de cette dernière26. En cherchant à mettre ainsi ses adversaires en contradiction avec eux-mêmes, il indique nettement ce qui l’oppose à eux : il tient pour évident ce sur quoi il y a unanimité, or l’ensemble de l’humanité, constate-t-il, vénère le soleil et la lune comme des divinités. Par conséquent, exprimer un avis contraire à cette conviction revient à contester une vérité manifeste, qui s’impose pourtant avec force.

  • 27 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 49 et 105. Voir aussi E. Asmis, Epicurus’ Scientific Method, p. 73- (...)
  • 28 Voir Lettre à Ménécée, 123-124 et Lucrèce, 5, 1141 sqq. Cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 16, 43.
  • 29 Sur la position épicurienne à l’égard du consensus pris comme critère objectif de vérité par certa (...)
  • 30 Pour la polémique épicurienne contre Platon et Aristote dans ce domaine, voir A.-J. Festugière, Ép (...)

8C’est précisément le type de raisonnement que récuse Épicure, pour qui, si la connaissance de l’existence des dieux est une donnée commune de l’expérience humaine27, et en cela Plutarque ne saurait le désapprouver, toutes les opinions de la foule ne doivent pas néanmoins être automatiquement jugées vraies, sous prétexte qu’elles sont partagées par presque tout le monde28. Le consensus universel n’a pas, d’après lui, la valeur d’une preuve absolue29. C’est pourquoi Plutarque n’éprouve pas le besoin de réfuter la critique épicurienne de la théologie astrale30 : non seulement la description détaillée de la position des Épicuriens sur ce sujet ne convenait pas dans un passage consacré aux questions soulevées par la théorie de la suspension du jugement (Col. 1122 E sqq.), mais encore elle devenait complètement inutile dès lors que cette position était tenue pour globalement disqualifiée par les faits eux-mêmes.

  • 31 Voir à ce sujet D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 420-421.
  • 32 Comme dans Dion, Préface 2, 4 ; Brutus, 37, 6 ; Pélopidas, 21, 6.
  • 33 Voir Def. orac. 420 B-C.

9Pas non plus la moindre esquisse de discussion sur la question de l’existence des démons. Pourtant la démonologie est un domaine où le rationalisme de Plutarque n’est pas sans pouvoir présenter des recoupements avec celui d’Épicure31. Or chaque fois qu’il mentionne le point de vue de celui-ci c’est afin soit de signaler, à titre indicatif, une opinion qu’il est impossible d’ignorer mais dont il n’estime pas utile d’examiner la valeur32, soit de la regarder comme nulle et non avenue, en affirmant que les récits sur les démons sont moins invraisemblables que les thèses épicuriennes33. Seule est envisagée, pour être immédiatement rejtée, l’objection des Épicuriens à l’attribution par Empédocle de la longévité à des êtres malfaisants (Def. orac. 420 D-E). Il apparaît donc que Plutarque se borne, sur le problème de l’existence des démons, à rendre compte de la position négative de l’épicurisme et qu’il ne s’intéresse pas aux arguments avancés par ce système. Pourquoi ?

  • 34 Voir Def. orac. 420 C : « en s’appuyant sur la tradition et pas seulement sur la nature » (οὐ ϕύσε (...)
  • 35 Voir Def. orac. 416 D-E, avec les exemples du triangle isocèle et de la lune.
  • 36 Voir Def. orac. 416 C : « témoins clairs et anciens ... conformément à la coutume ancestrale » (µα (...)
  • 37 Sur l’origine hippocratique de cette démarche, voir E. Asmis, Epicurus’ Scientific Method, p. 218.
  • 38 Voir Def. orac. 420 A : « ... il suffit à notre hypothèse que rien ne vienne la contredire ni n’em (...)

10La réponse réside dans un double désaccord. Plutarque, par l’intermédiaire de Cléombrote dont il ne se démarque pas sur ce point, défend la thèse selon laquelle les démons existent objectivement, en arguant de la nature et de la tradition34. Leur existence, écrit-il, est attestée à la fois par le caractère naturel de l’être mixte35 et par l’ancienneté des témoignages36. Pour ce qui est de celle-ci, nous venons de constater qu’Épicure lui dénie toute autorité. En revanche, Plutarque emprunte à la méthode empirique d’investigation37 pratiquée par ce dernier la règle de l’absence d’incompatibilité, pour valider les idées traditionnelles, si l’observation montre que rien ne les contredit38.

  • 39 Brutus, 37, 6. Cf. Diogène Laërce, 10, 135 sur la mantique, pour le type de raisonnement.
  • 40 Voir Def. orac. 420 B : « ... il faut rire des simulacres sourds, aveugles et inanimés » (τὰ εἴδωλ (...)

11Quant à l’autre argument, il se heurte à la conviction épicurienne que les démons n’apparaissent jamais à des individus en possession de toute leur raison et que, dès lors, une telle croyance est le produit purement accidentel et pathologique d’esprits troublés : elle ne repose sur aucune prénotion, contrairement à ce qui se produit pour les dieux. La croyance aux démons correspond, dans l’optique d’Épicure à des perception dont l’objet est réel, comme par exemple aussi pour les images d’êtres fabuleux, tels les centaures ou les Cerbères, produits par l’assemblage fortuit dans l’espace de simulacres hétérogènes (Lucrèce, II, 700 sqq. ; IV, 732, sqq.), mais dont l’interprétation par l’esprit est erronée. La réalité démonique s’apparente, dans ces conditions, à celle de l’hallucination. En outre, dans l’hypothèse où les démons existeraient malgré tout, les Épicuriens affirment qu’ils resteraient sans pouvoir sur les hommes, car, purs simulacres, il faudrait se les représenter inanimés et par suite sans pouvoir sur les humains39. À la différence de Démocrite (Quaest. conv. 735 A-B), Épicure déclare en effet les simulacres dépourvus d’âme40.

  • 41 Plutarque attire l’attention sur les confusions qui résultent d’une distinction insuffisante entre (...)
  • 42 Sur le dualisme comme facteur de cohérence dans la démonologie plutarquienne, voir D. Babut, Pluta (...)

12Ici, nous atteignons le fondement de chacune de ces deux positions. Selon Épicure, les démons, nous l’avons déjà relevé, seraient des êtres dépourvus de puissance également parce que la perversité qui leur est prêtée ne manquerait pas de les affaiblir. De plus, en tant que divinités, ils ne sauraient non plus jouer le rôle qu’on leur attribue dans les affaires humaines, car, ainsi que nous allons le voir, une telle influence ne serait pas conforme à leur nature divine : la façon dont se trouve ensuite introduite, sans transition, son explication de l’inaltérabilité des dieux (Def. orac. 420 E), juste après la mention de ses critiques contre la thèse d’Empédocle sur les démons, incite à penser que sa démonstration reposait sur l’idée que, s’ils existaient, ils ne ne se distingueraient pas des êtres divins. Ce raisonnement, en tout cas, ne reçoit de justification, d’après Plutarque, que d’une assimilation complète des démons aux dieux eux-mêmes41, alors qu’ils participent simultanément de la condition mortelle et de la divinité et qu’ils réunissent de la sorte les deux puissances dont l’univers entier est animé, l’une étant bienfaisante et l’autre malfaisante42. C’est, par conséquent, la vision dualiste du monde qui empêche notre auteur de pousser le rationalisme aussi loin que l’épicurisme : les démons lui sont nécessaires pour expliquer la présence sur terre du mal, dont, par définition, les dieux ne sauraient être rendus responsables. L’analyse nous révèle ainsi que ses objections en la matière dépendent de celles qu’il réserve à la conception épicurienne de l’essence et de l’action divines.

2. Nature divine

  • 43 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 17, 44.
  • 44 Voir Lucrèce, V, 1175-1176.
  • 45 Voir Lettre à H. 77 ; cf. Maximes M. 1.
  • 46 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 8, 18 ; De fin. 2, 23, 75 ; De div. 2, 27, 40 ; cf. Épicure, frag. (...)

13La réfutation de la critique épicurienne de la démonologie empédocléenne conduit Plutarque à s’attaquer à un autre dogme de la théologie du Jardin : l’indestructibilité des dieux. Selon Épicure, la prénotion que nous avons de ces derniers nous les représente comme étant à l’abri de toute corruption et, par suite, comme impérissables (Lettre à M. 123 ; cf. Maximes Maîtresses 1). Il s’agit, constate-t-il, d’une représentation indubitable et qui est partagée par absolument tous les hommes sans exception43. Néanmoins, de l’immortalité il ne conclut pas à l’immatérialité. L’être des dieux, pense-t-il, demeure physique : ils sont, eux aussi, constitués d’atomes et de vide. Seulement, à la différence des autres réalités corporelles, déclare l’épicurisme, ils échappent à la destruction pour trois raisons. La principale est qu’ils bénéficient d’une renouvellement perpétuel de leur être : de la même manière que tous les corps composés, ils sont sujets à la décomposition, mais les éléments qu’ils perdent sont continuellement remplacés par d’autres, qui leur sont identiques et qui affluent de l’extérieur44. De plus, comme le souligne Lucrèce, ils ne connaissent pas de collisions violentes (De rer. nat. 3, 18-22) et restent étrangers aux émotions et aux passions (De rer. nat. 3, 23-24), qui sont autant de facteurs de dégénérescence45. Aussi est-il impossible qu’ils vivent dans un des mondes quelconque de l’univers, où aucune des ces conditions ne se trouve réalisée. C’est pourquoi ils sont situés dans un lieu privilégié, les intermondes46.

  • 47 Voir W. Schmid, Epicuro e l’epicureismo cristiano, p. 85.
  • 48 Def. orac. 420 E: Ὅθεν οὐκ ε(...)
  • 49 En substituant au mot « divinité » celui d’« être bienheureux », Plutarque pense au dogme épicurie (...)
  • 50 Bien que le contexte et le sens général de la phrase ne prennent en considération que l’idée d’imm (...)
  • 51 Voir Lettre à M. 124 ; cf. Philodème, De dis, 2, frag. 32 a, p. 52 ; 3, frag. 41, p. 56 Arrighetti
  • 52 Sur les raisons qui ont conduit les philologues à croire qu’Épicure distingue deux classes de dieu (...)

14Telle est la tentative d’Épicure pour concilier la notion commune de l’immortalité divine avec les principes de sa physique. Plutarque le récuse sans appel47. « C’est donc à tort », assure-t-il des Épicuriens48, « qu’ils font dépendre l’éternité de la divinité d’une protection qui la soustrait aux forces destructrices. Car c’est dans la nature de l’être bienheureux que devraient résider son inaltérabilité et son indestructibilité, sans demander aucun effort. » Ces deux phrases condensent parfaitement la théorie épicurienne en établissant, d’une part, un rapport entre la félicité des dieux et leur immutabilité49 et, d’autre part, en présentant leur éternité50 comme le fruit d’une application particulière. Assurément le renouvellement permanent de l’être de la divinité s’effectue sans peine, sinon la béatitude disparaîtrait ; toutefois il ne s’opère pas spontanément et demande un jugement capable de distinguer les éléments extérieurs qu’il convient d’accueillir, parce qu’ils sont semblables à la constitution divine, de ceux dont il faut se garder à cause de leur hétérogénéité51. C’est ce flux constant d’atomes identiques par leur nombre et par la forme qui assure l’unité des dieux52.

  • 53 Voir D. Lemke (Die Theologie Epikurs..., p. 39) et M. Malherbe (La théologie matérialiste d’Épicur (...)
  • 54 L’impassibilité (τὸ ἀπαθές) suppose que l’on ne soit affecté ni par des chocs physiques, ce qui co (...)
  • 55 Voir Suav. viv. Epic. 1101 A, où il est rapporté que les Épicuriens accusent les hommes de cruauté (...)
  • 56 Plutarque trouve contradictoire (Suav. viv. Epic. 1101 A-B) de condamner l’insensibilité devant la (...)

15Nous tenons là le noyau de la critique plutarquienne. L’immortalité divine ne saurait être autre chose qu’un attribut nécessaire de l’essence divine ; elle ne peut donc résulter d’un type de relation avec le milieu environnant, c’est-à-dire revêtir un caractère contingent53 ; il se révèle également impossible de l’attribuer à une quelconque insensibilité54, dont Plutarque souligne, par ailleurs, qu’elle ne constitue pas une qualité, de l’aveu des Épicuriens eux-mêmes55. Par conséquent, non seulement ils se contredisent à ses yeux, tenant l’impassibilité tantôt pour un bien, tantôt pour un mal56, mais en outre ils taxent ainsi les dieux indirectement de cruauté, ce qu’exclut la définition de la perfection divine, caractérisée par la bonté, et revient, du coup, à leur ôter toute réalité (Suav. viv. Epic. 1101 B). En effet, leur dénier des réactions de colère et de bienveillance, sous prétexte que de telles émotions sont incompatibles avec leur félicité (Maximes M. 1), revient à les priver d’existence véritable. Épicure se révèle être, sur ce point, plus près de Platon, pour qui les sentiments affectifs demeurent totalement complètement étrangers aux dieux (Rép. 2, 379 c – 380 c ; 3, 388 b-c ; Phil. 33 b 8-11 ; Epinomis, 985 a 2-7), que Plutarque lui-même, ici encore attaché à la foi traditionnelle.

  • 57 Plutarque, à propos de la critique épicurienne de la démonologie empédocléenne (Def. orac. 420 D, (...)
  • 58 Virt. mor. 452 A-B. Pour cette substitution de la métriopathie à l’apathie, voir D. Babut, Plutarq (...)

16L’erreur de l’épicurisme selon notre auteur est, au total, d’accorder à la divinité une nature corporelle, de lier la persistance de celle-ci à la vertu de celle-là, comme si le vice entraînait obligatoirement un abrègement de l’existence physique et vice versa57, et de définir cette vertu par l’insensibilité, donc par l’élimination des passions, au lieu de la subordonner au contrôle de ces dernières par la raison58. Avec de tels reproches, dont le plus grave est celui de matérialisme, les dieux conçus par Épicure ne peuvent être que tenus pour inauthentiques par Plutarque, qui à cette critique en ajoute une autre, jugeant que leur retirer toute intervention dans la marche du monde les rend encore plus irréels.

3. Oisiveté divine

  • 59 Voir Lucrèce, II, 1090-1104 et 6, 387 sqq., ainsi que le témoignage de Plutarque dans Pyrrh. 20, 6 (...)

17Le résultat de la conception épicurienne des conditions auxquelles l’intégrité de la nature divine se maintient porte deux noms : oisiveté et indifférence. Leur indestructibilité dépendant d’une situation d’isolement très particulier, les dieux ne peuvent, sous peine de la compromettre, se mêler des affaires humaines, ni s’occuper du gouvernement du monde où nous vivons. Inaccessibles aux passions, ils ne sauraient encore moins manifester de la bienveillance ou de l’hostilité à l’égard des hommes. Nous sommes ainsi en présence d’une conception qui affirme une transcendance absolue de la divinité, qui se traduit par le rejet de toute téléologie, comme de toute théodicée59.

  • 60 Def. orac. 414 E-F, 420 B ; Ser. num. vind. 548 C ; Stoic. rep. 1043 B, 1052 B ; Col. 1108 C, 1123 (...)
  • 61 Stoic. rep. 1043 B, 1051 D ; Comm. not. 1075 E ; Suav. viv. Epic. 1103 A.
  • 62 Def. orac. 434 D, cf. frag. 27 et 395 Usener ; Col. 1123 A.
  • 63 Pyth. or. 396 E-F, 398 A-B, 398 D - 399 A.

18Telle est la position de la théologie du Jardin à laquelle Plutarque s’en prend le plus. Il dénonce en effet très fréquemment sa négation de la providence60, au point de désigner les sectateurs de l’épicurisme à l’aide de cette suppression, comme si elle était le trait le plus caractéristique de leur système61. Il s’attaque, par suite, presque aussi souvent à leur incrédulité au sujet de la mantique62 et à leur refus de voir, dans les oracles, les prodiges et la réalisation des prophéties, la moindre trace de surnaturel63.

  • 64 Voir Def. orac. 436 D-E, cf. Pér. 6, 4 et Cor. 38, 2-3.
  • 65 Voir Is. et Os. 365 B : « le dieu est principe » (ἀρχὴ ὁ θεός) ; cf. E ap. Delph. 388 D : « le pri (...)

19Ici, nous atteignons la raison la plus profonde de l’accusation d’athéisme prononcée par Plutarque contre Épicure : l’explication des phénomènes et des événements par le simple jeu d’un nombre infini de combinaisons possibles (Pyth. or. 398 F - 399 A, cf., -Def. orac. 437 F). Il ne parvient pas à se résoudre à admettre que la fortune soit l’unique origine de bienfaits miraculeux (Def. orac. 435 D-F), ou que des prodiges ressortissent au pur hasard (Pyth. or. 398 D-E), ou encore que la réalisation de prédictions très détaillées se réduise à des coïncidences fortuites (Pyth. or. 11, passim, cf. 398 E). Le tort des Épicuriens n’est pas, à son avis, de recourir, en ce qui concerne les problèmes relatifs à l’action des dieux, aux diverses causes utilisées dans les autres domaines de la physique (Def. orac. 434 D), mais d’éliminer systématiquement les causes finales, qui, loin de se révéler incompatibles avec les causes matérielles, viennent les compléter de façon nécessaire et suffisante64. Une telle élimination reste totalement inconcevable pour un esprit qui ne se présente la formation du monde qu’en postulant une mise en ordre de la matière préexistante par un acte divin65.

  • 66 Suav. viv. Epic. 1092 B : « Pourtant, si dans leur prénotion de la divinité ils avaient laissé sub (...)

20C’est de cette vision finaliste de la création du monde que dérivent toutes les critiques réservées par Plutarque aux sarcasmes épicuriens sur la providence, un point d’affrontement-clé entre notre auteur et les Épicuriens, comme le montre en particulier la discussion qui occupe tout le dernier tiers du dialogue Qu’il n’est pas non plus possible de vivre plaisamment en suivant Épicure, de même que le reproche de ne pas tenir compte des notions communes, d’après lesquelles les dieux sont toujours providentiels. Observant, comme les Stoïciens, que l’idée de divinités secourables et protectrices se rencontre en chaque homme, il leur donne raison de juger que les sectateurs du Jardin, par leur attitude négative prennent d’une manière indéfendable le contrepied du sens commun (Comm. not. 1075 E). La sollicitude fait partie, il en est convaincu, du noyau irréductible de l’essence divine, au même titre que la béatitude et l’incorruptibilité, et, partant, Épicure et ses disciples auraient dû, pense-t-il, l’intégrer dans la prénotion que nous avons des dieux66, au lieu d’y voir une supposition erronée (Lettre à M. 124).

  • 67 Pour le commentaire de ce passage, voir P. Boyancé, Sur les oracles de la Pythie, p. 306-308. Voir (...)

21Surgit là une autre divergence, corollaire de la précédente. L’exclusion de la providence du nombre des connaissances indubitables, sous prétexte qu’elle n’est pas compatible avec la représentation que nous avons de la félicité des dieux et de leur inaltérabilité, lui semble injustifiée et entraînée par une fausse conception de la nature divine ; car celle-là voudrait pour celle-ci soit une transcendance absolue, soit une immanence non moins absolue. Plutarque est, au contraire, persuadé qu’il n’y a aucune contradiction, si des dieux transcendants viennent à s’intéresser à l’humanité, et que ce serait borner leur puissance que de les en considérer comme incapables. Théon, l’un de ses porte-parole, affirme que les dieux, dans le cadre de la mantique, se servent des êtres humains pour envoyer des signes (Pyth. or. 397 B-C) et le pythagoricien Philinos soutient, sans susciter d’objection, que les dieux sont capables de communiquer aux réalités matérielles mouvement et sensibilité (Pyth. or. 398 A-B)67.

  • 68 Cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 31, 44 et 86. En 1, 123, il nous apprend que le grief d’athéisme fig (...)
  • 69 Suav. viv. Epic. 1102 B : « qui plus est, quand il sacrifie, il ne voit qu’un boucher dans le prêt (...)

22C’est la raison pour laquelle il reprend l’accusation traditionnelle68, qui dénonce dans l’épicurisme un athéisme caché : la piété revendiquée par Épicure (Col. 1111 B, cf. 1112 C) lui paraît entièrement dénuée de sens ; supprimer la providence équivaut, selon lui, à retirer aux dieux les fonctions désignées par les épithètes attachées à leur nom et, par contrecoup, à rendre absurdes les sacrifices, les mystères, les processions et les fêtes qui leur sont consacrés (Col. 1119 E-F), et, ainsi, à détruire le fondement même de la cité, en n’étant pas moins subversifs que l’athéisme déclaré (Col. 1125 E). Aussi juge-t-il, comme les autres adversaires du Jardin (cf. Cicéron, De div. 2, 17, 40), que la participation des Épicuriens aux cérémonies religieuses relève de la mascarade : dès lors qu’on croit la divinité absente, les gestes accomplis perdent leur signification et le sacrificateur ne peut plus, dans ces conditions, être regardé autrement que s’il était un simple boucher69. Il dénie, par conséquent, toute sincérité à la religiosité d’Épicure, qu’il assimile à un conformisme prudent et hypocrite (Suav. viv. Epic. 1102 C).

  • 70 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 19, 50 et 1, 39, 109. Sur l’origine platonicienne de la théorie de (...)

23L’accusation ne manque pas de parti pris, car la doctrine du jardin ne saurait, en vérité, être taxée de mauvaise foi. L’affirmation de l’existence des dieux ne procède aucunement d’une honte quelconque à poser à la base du système uniquement des principes matérialistes, ou de la décision de se conformer aux croyances établies par peur de la foule. Elle résulte de l’explication de la stabilité du monde par l’équilibre des forces qui le composent, lequel équilibre garantit l’indestructibilité du tout70. En vertu de cette loi de l’égalité dans la répartition des réalités, il devient nécessaire qu’au nombre des êtres mortels corresponde un nombre identique d’êtres immortels. Les divinités possèdent donc pour les Épicuriens une raison d’exister et l’auto-conservation, la seule activité qui leur soit dévolue, revêt, dans cette perspective, une importance considérable.

  • 71 Voir P. Grimal, Le poème de Lucrèce en son temps, p. 254.
  • 72 Voir Philodème, De dis, 3, col. 1, 14-18, p. 16, Diels (= frag. 386 Us.).
  • 73 Voir Philodème, De pietate, col. 108, p. 126 Gomperz (= frag. 387 Us.).
  • 74 Voir Philodème, De pietate, col. 110, p. 128 Gomperz (= frag. 13 Us.) : « non seulement en raison (...)
  • 75 Voir Philodème, De pietate, col. 102, p. 120 Gomperz.
  • 76 Pour Platon également, le but de la religion est d’inciter à devenir le plus semblable possible à (...)

24D’autre part, s’il est incompatible avec leur dignité, comme avec les conditions de leur immortalité, qu’elles interviennent dans les affaires humaines, elles n’en jouent pas moins un très grand rôle pour la conquête du bonheur71, car le sage s’efforce de leur ressembler72. D’où l’observance des coutumes religieuses73. Il s’agit d’une attitude naturelle74 dictée par la volonté désintéressée d’honorer les êtres qu’on juge les plus respectables, et sur le modèle desquels on tâche de régler sa vie. Aussi une telle conformité aux usages n’est-elle pas inconditionnelle. Elle s’arrête là où la tradition enjoint des choses jugées impies75. Il apparaît, dès lors, incontestable que la piété d’Épicure, dont l’esprit rejoint celui de Platon76, et dont l’exemplarité est louée emphatiquement par Diogène Laërce (10, 10), ne mérite nullement l’accusation d’opportunisme.

  • 77 Voir Suav. viv. Epic. 1102 C, où la comparaison est assurée par une citation d’Euripide (Andromaqu (...)
  • 78 Catalogue de Lamprias no 80 : Πρὸς τὴν τοῦ Ἐπικούρου ἀκρόασιν περὶ θεῶν. F.H. Sandbach (Plutarch’s (...)

25D’où provient alors la partialité de Plutarque ? Il est difficile de l’attribuer à l’ignorance. Sa comparaison des livres d’Épicure Des dieux et De la piété avec des messages cryptographiques77 donne à penser qu’il les a lus. Il devait, en tout cas, posséder le détail de son argumentation, ainsi que le suggère le titre d’un de ses ouvrages perdus, Contre l’enseignement d’Épicure sur les dieux78. Dans ces conditions, il devient très peu probable qu’il ait ignoré les conséquences théologiques de la théorie de l’isonomie, de même que le sens prêté par les Épicuriens à leur célébration des rites traditionnels. L’explication n’est donc pas à chercher non plus du côté d’une mauvaise compréhension de la doctrine du Jardin.

26Elle n’est pas davantage fournie par le désir qu’aurait eu Plutarque de simplifier la présentation des thèses adverses, afin de mieux les tourner en ridicule. L’absence de toute allusion au dogme épicurien de l’isonomie ne tient aucunement à une omission délibérée, mais au fait que dans la partie conservée de son œuvre rien ne l’amène vraiment à parler de la manière dont l’épicurisme prouve l’existence des dieux.

  • 79 Voir W. Schmid, Götter und Menschen in der Theologie Epikurs, p. 137-138.
  • 80 Voir Philodème, De dis, 3, col. 1, 14, p. 16 Diels ; Cicéron, De nat. deor. 1, 117.
  • 81 Voir J. Kany-Turpin, Les images divines. Cicéron lecteur d’Épicure, en particulier p. 57-58.
  • 82 Suav. viv. Epic. 1092 B-C : « Mais, puisque leur théologie, on le sait, a pour seule fin de mettre (...)

27En revanche, il y est conduit à relever les prescriptions d’Épicure sur les cérémonies religieuses, à cause de la négation par celui-ci de la providence. Or, s’il n’accorde nulle attention aux justifications de l’attitude préconisée par le fondateur du Jardin, notamment à sa critique de la piété définie uniquement par l’adhésion formelle aux pratiques de la religion officielle79, c’est parce qu’il ne leur trouve aucune valeur, ou plutôt parce qu’il les juge sans importance. L’essentiel, à ses yeux, gît dans le refus de reconnaître la présence des dieux aux fêtes et aux sacrifices qui leur sont consacrés. Notre auteur a une conception quasi mystique de ces derniers et qui s’oppose radicalement au rationalisme total de la théologie épicurienne. S’il n’entre pas directement en contact avec la divinité, il sent du moins partout et toujours sa présence (Tranq. an. 477 F). La joie qu’il éprouve en ces occasions n’a rien à voir avec le plaisir intellectuel lié à la contemplation de modèles théoriques de félicité80. Il s’agit d’un sentiment d’allégresse, qui dissipe toutes les peines, remplit de gratitude, de confiance, d’espérance, et que seule peut inspirer la conviction que la divinité est présente (Suav. viv. Epic. 1101 E - 1102 B, cf. 1107 C), parce qu’elle aime les hommes vertueux (Suav. viv. Epic. 1102 D, 1102 F, cf. 1101 B et 1103 D. La piété de Plutarque ne ressemble aucunement à la piété intéressée que dénonce Épicure. Elle confine à l’exaltation, – « à l’ivresse » écrit-il exactement (Suav. viv. Epic. 1101 E : µέχρι µέθης) –, de l’amour mystique et découle de l’idée que le monde est le temple le plus sacré qui soit et que la vie est une initiation aux mystères divins (Tranq. an. 477 C-E). Dès lors, accomplir les gestes du rituel traditionnel en leur conférant une autre signification semble inévitablement, dans une telle optique, être une appropriation illégitime, voire une défiguration caricaturale. La partialité de Plutarque prend naissance dans sa réprobation d’un comportement dont l’apparence est finalement plus sacrilège que l’athéisme lui-même. Mais elle ne tire pas seulement son origine de cette divergence fondamentale sur la finalité des rites religieux. L’alimente également la conscience que l’exécution par les Épicuriens d’un rituel qui suppose un contact avec la divinité met en relief deux difficultés inhérentes à leur position : en participant contre toute attente aux cérémonies, ils attirent particulièrement l’attention sur leur thèse de la « transcendance » métaphysique des dieux. Bien qu’ils imaginent les dieux composés d’atomes, la matérialité de ceux-ci n’est pas celle des corps solides dont font partie les êtres humains : non seulement ils sont extérieurs à notre monde, mais encore la supériorité de leur organisation atomique les rend immortels81. Or, à partir du moment où ces derniers sont absents de ce monde, en quoi peuvent-ils bien être exemplaires, puisque l’indifférence demeure un défaut ? Et, surtout, dès lors que cette absence leur est imposée par le désir de les neutraliser en leur ôtant tout pouvoir82 et en soumettant leur nature aux lois de la matière, que leur reste-t-il encore de divin ? Les sectateurs du Jardin mettent donc involontairement en lumière le fait que les immortels qu’ils honorent n’ont plus grand-chose de commun avec ceux que vénèrent les autres hommes, relativement auxquels ils font figure d’athées et n’évitent pas une duplicité certaine.

28Au total, la partie qui nous est parvenue de la critique chez Plutarque de la théologie épicurienne, toute partiale qu’elle est, ne s’en révèle pas moins loyale et pertinente.

29S’il est impossible de suspecter de malhonnêteté la religiosité d’Épicure, il n’est pas non plus possible d’accuser notre auteur d’inintelligence ou de méconnaissance à l’égard de la nouvelle piété prêchée par les Épicuriens. Ces derniers rendent hommage à des dieux qui paraissent au Chéronéen pour une bonne part vidés de leur essence et ils ne croient pas en l’image que la tradition nous transmet de ceux-ci. Nous sommes, par conséquent, en face d’un désaccord irréductible sur la nature divine : d’un côté, prévaut une conception matérialiste qui trouve sa cohérence dans l’affirmation du règne de la contingence, ce qui entraîne la thèse d’une transcendance absolue de la divinité, tandis que, de l’autre, nous avons affaire à un idéalisme finaliste fondé sur une vision dualiste du monde.

30Cette opposition relève d’un antagonisme plus profond. L’épicurisme se caractérise par un rationalisme quiétiste, qui va jusqu’au bout de ses conséquences, alors que l’esprit rationaliste de Plutarque se mélange à la fois de traditionalisme et de « mysticisme ». C’est précisément cette tendance mystique qui imprime à des reproches dénués d’originalité un accent personnel.

Notes

1 Voir Def. orac. 410 B : « ... il consacrait son temps libre à ce genre d’occupation et amassait dans ses enquêtes historiques pour ainsi dire la matière de la philosophie, dont le parachèvement, comme il l’appelait lui-même, est apporté par la théologie » (ἐχρῆτο τῇ σχολῇ πρὸς τὰ τοιαῦτα καὶ συνῆγεν ἱστορίαν οImageον ὕλην ϕιλοσοϕίας θεολογίαν ὥσπερ αὐτὸἐς εηκάλει τέλος ἐχούσης. L’opinion est prêtée à l’un des interlocuteurs du dialogue, Cléombrote, qui n’est pas le porte-parole de l’auteur, mais qui sur ce point n’est contredit en aucune manière.

2 Def. orac. 436 D ; Is. et Os. 369 B, cf. 360 D.

3 Plutarque oppose les physiologues aux théologiens (Def. orac. 436 D-E) afin, non pas de signifier que la théologie ne relève pas de la physique, mais de montrer au contraire que la théologie véritable est à la fois physique et métaphysique.

4 Lat viv. 1129 B : « mais si l’étude de la nature est le cadre d’un hymne à la gloire de dieu, de la justice et de la providence... » (ἐὰν δέ τις ἐν µὲν ϕυσικοῖς θεὸν ὑµνῇ καὶ δίκην καὶ πρόνοιαν).

5 Voir Robert Flacelière, La Théologie selon Plutarque, p. 280.

6 Suav. viv. Epic. 1100 F: ὡς εὐτυχῶν καὶ κατορθῶν ὁ λόγος αὐτῶν ϕόβον ἀϕαιρεῖ τινα καὶ δεισιδαιµονίαν...

7 Voir H. Adam, Plutarchs Schrift..., p. 9.

8 Voir Suav. viv. Epic. 1092 B : « dans leur prénotion de la divinité » (ἐν τῇ προλήψει τοῦ θεοῦ).

9 Voir Suav. viv. Epic. 1103 C et 1103 D, où est citée la première des Maximes Maîtresses sur l’impassibilité divine. Cf. 1107 C et Col. 1124 E-F et 1125 A.

10 Voir Suav. Viv. Epic. 1101 C, cf. 1103 A et Def. orac. 420 B.

11 Voir Col. 1123 A, cf. Def. orac. 434 D.

12 Col. 1119 E: ΟImageτος ὁ χωρισµὸς τῶν ὀνοµάτων πονηρός ἐστι καὶ τὸν βίον ἐµπίµπλησιν ὀλιγωρίας ἀθέου καὶ θρασύτητος, ὅταν τὰς συνεζευγµένας τοῖς θεοῖς προσηγορίας ἀποσπῶντες συναναιρῆτε θυσίας µυστηρία ποµπὰς ἑορτάς.

13 Suav. viv. Epic. 1102 B: ϓποκρίνεται γὰρ εὐχὰς καὶ προσκυνήσεις οὐθὲν δεόµενος διὰ ϕόβον τῶν πολλῶν καὶ ϕθέγγεται ϕωνὰς ἐναντίας οImageς ϕιλοσοϕεῖ.

14 Suav. viv. Epic 1102 B-C: Οὅτω γὰρ Ἐπιυκουρος οἴεται δεῖν σχηµατίζεσθαι καὶ µη καταϕρονεῖν µηδ' ἀπεχθάνεσθαι τοῖς πολλοῖς.

15 Suav. viv. Epic. 1102 C:... µόνον δεδιότες καὶ ταραττοImageενοι µὴ ϕανεροὶ γένωνται τοὺς πολλοὺς παραλογιζόµενοι καὶ ϕενακίζοντες · ἐϕ’ οὃς καὶ τὰ περὶ θεῶν καὶ ὁσιότητος αὐτοῖς βιβλία συντέτακται, ἑλικτὰ καὶ οὐδὲν ὑγιὲς ἀλλά πᾶν πέριξ ἐπαµπεχοµένοις καὶ ἀποκρυπτοµένοις διὰ ϕόβον ἃς ἔχουσι δόξας.

16 Citation du vers 448 de la tragédie d’Euripide Andromaque.

17 Voir Daniel Babut, La religion des philosophes grecs, p. 42.

18 Voir frag. A 2, 3, 12, 23 ; B 4 ; et C 4 Diels/Kranz.

19 Voir Sextus Empiricus, Hypotyposes Pyr. 3, 25, 6-9.

20 Voir Diogène Laërce, 2, 92.

21 Voir W.C. Helmbold/N. O’Neil, Plutarch’s Quotations.

22 Cf. Lettre à Ménécée, 123-124 ; Lucrèce, V, 148-149 ; Cicéron, De nat. deor. 1, 16-17, 43-44.

23 Col. 1123 A : « ... ceux qui soutiennent <...> que pas plus le soleil que la lune ne sont des êtres animés, bien que tous les hommes leur adressent des sacrifices, des prières et des marques de vénération » (µὴ ϕάσκοντες <...> τὸν ἥλιον ἔµψυχον εImageναι µηδὲ τὴν σελήνην, οImageς πάντες ἄνθρωποι θύουσι καὶ προσεύχονται καὶ σέβονται).

24 Def. orac. 420 C : « ... mais, si l’on affirme, en s’appuyant sur la tradition et pas seulement sur la nature, que les démons existent et qu’ils sont capables de se conserver et de subsister longtemps, ils se fâchent ! » (ἂν δὲ ϕῇ τις εImageναι δαίµονας οὐ ϕύσει µόνον ἀλλὰ καὶ λόγοις καὶ τὸ σῴζεσθαι καὶ διαµένειν πολὺν χρόνον ἔχοντας, δυσκολαίνοντες). Cf. Dion, Préface, 2, 4.

25 Adv. Col. 1123 A : « Dans ces conditions, qui ébranle ce à quoi tout le monde accorde sa confiance, et qui combat les évidences ? » (τίς οImageν κινεῖ τὰ πεπιστευµένα καὶ µάχεται τοῖς ἐναργέσιν ;).

26 Cf. Cicéron, Acad. Prior. 2, 12, 38.

27 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 49 et 105. Voir aussi E. Asmis, Epicurus’ Scientific Method, p. 73-74, 316.

28 Voir Lettre à Ménécée, 123-124 et Lucrèce, 5, 1141 sqq. Cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 16, 43.

29 Sur la position épicurienne à l’égard du consensus pris comme critère objectif de vérité par certains philosophes, tels Platon et Aristote, voir K. Kleve, Gnosis Theon, p. 100 ; et D. Babut, La religion des philosophes grecs, p. 170.

30 Pour la polémique épicurienne contre Platon et Aristote dans ce domaine, voir A.-J. Festugière, Épicure et ses dieux, p. 102-121.

31 Voir à ce sujet D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 420-421.

32 Comme dans Dion, Préface 2, 4 ; Brutus, 37, 6 ; Pélopidas, 21, 6.

33 Voir Def. orac. 420 B-C.

34 Voir Def. orac. 420 C : « en s’appuyant sur la tradition et pas seulement sur la nature » (οὐ ϕύσει µόνον ἀλλὰ καὶ λόγοις). À supposer que le texte ne soit pas altéré, l’opposition ϕύσει-λόγοις (« nature »- « tradition ») peut se comprendre à partir des références précédentes de Cléombrote à la nature (414 F) et à de vieux récits (416 C). Sur le sens du passage, voir aussi D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 420, note 1.

35 Voir Def. orac. 416 D-E, avec les exemples du triangle isocèle et de la lune.

36 Voir Def. orac. 416 C : « témoins clairs et anciens <...> conformément à la coutume ancestrale » (µαρτύρων σαϕῶν καὶ παλαιῶν <...> κατὰ νόµον πατέρων). Cf. Dion, Préface, 2, 5-6 : « de l’antiquité la plus ancienne » (τῶν πάνυ παλαιῶν).

37 Sur l’origine hippocratique de cette démarche, voir E. Asmis, Epicurus’ Scientific Method, p. 218.

38 Voir Def. orac. 420 A : « ... il suffit à notre hypothèse que rien ne vienne la contredire ni n’empêche qu’il en soit ainsi sur ce point » (ἀρκεῖ δὲ πρὸς τὴν ὑπόθεσιν τὸ µηδὲν ἐναντιοῦσθαι µηδὲ κωλύειν ἔχειν οὕτω ταῦτα). Cette règle est adoptée ensuite par Ammonios et mise sous le patronage de Théophraste (420 C). Voir D. Babut, Plutarue et le stoïcisme, p. 419.

39 Brutus, 37, 6. Cf. Diogène Laërce, 10, 135 sur la mantique, pour le type de raisonnement.

40 Voir Def. orac. 420 B : « ... il faut rire des simulacres sourds, aveugles et inanimés » (τὰ εἴδωλα γελαστέον τὰ κωϕὰ καὶ τυϕλὰ καὶ ἄψυχα).

41 Plutarque attire l’attention sur les confusions qui résultent d’une distinction insuffisante entre ce qui appartient aux dieux et ce qui relève des démons. Voir notamment E ap. Delph. 394 C : « Mais c’est surtout en confondant le domaine divin et le domaine démonique qu’ils se sont installés dans le trouble » (Μάλιστα δὲ τὰ θεῖα πρὸς τὰ δαιµόνια συγχέοντες εἰς ταραχὴν αὑτοὺς κατέστησαν).

42 Sur le dualisme comme facteur de cohérence dans la démonologie plutarquienne, voir D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 435-440.

43 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 17, 44.

44 Voir Lucrèce, V, 1175-1176.

45 Voir Lettre à H. 77 ; cf. Maximes M. 1.

46 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 8, 18 ; De fin. 2, 23, 75 ; De div. 2, 27, 40 ; cf. Épicure, frag. 359 Usener.

47 Voir W. Schmid, Epicuro e l’epicureismo cristiano, p. 85.

48 Def. orac. 420 E: Ὅθεν οὐκ εImage τῷ τὴν ἀιδιότητα ποιοῦσιν ἐκ ϕυλακῆς καὶ διακρούσεως τῶν ἀναιρετικῶν. Ἔδει γὰρ τῇ ϕύσει τοῦ µακαρίου τὸ ἀπαθὲς καὶ ἄϕθαρτον ειναι µηδεµιᾶς πραγµατείας δεόµενον.

49 En substituant au mot « divinité » celui d’« être bienheureux », Plutarque pense au dogme épicurien d’après lequel la connaissance immédiate que nous avons des dieux nous apprend leur béatitude et leur incorruptibilité (Lettre à M. 123, cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 17, 44), de même qu’à l’association permanente à laquelle l’épicurisme procède entre ces deux caractéristiques de la divinité (Maximes M. 1 et Lettre à H. 76-77) : ce n’est pas tant de l’indestructibilité elle-même que découle le bonheur parfait, que des conditions d’existence qui assurent cette indestructibilité, en particulier l’absence de soucis et de troubles (cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 20, 52-53).

50 Bien que le contexte et le sens général de la phrase ne prennent en considération que l’idée d’immortalité, le terme αjιδιοvτης ne lui est pas synonyme, parce qu’il implique en plus l’absence de génération. Plutarque confirme donc les témoignages d’Hippolyte (= frag. 359 Usener), de Sextus Empiricus (Adv. Math. 9, 45) et de Cicéron (De nat. deor. 1, 16, 42), d’après lesquels les Épicuriens déclarent les dieux éternels. Si les documents relatifs à la doctrine du Jardin ne rapportent pas cette opinion, il est cependant possible de la tirer de la théorie de l’isonomie, en vertu de laquelle tout a sa contrepartie dans l’univers : puisqu’il existe des êtres qui naissent, il doit, selon ce principe, exister aussi des êtres présents de tout temps.

51 Voir Lettre à M. 124 ; cf. Philodème, De dis, 2, frag. 32 a, p. 52 ; 3, frag. 41, p. 56 Arrighetti.

52 Sur les raisons qui ont conduit les philologues à croire qu’Épicure distingue deux classes de dieux, voir D. Babut (La religion des philosophes grecs, p. 163-164) et J. Kany-Turpin (Les images divines. Cicéron lecteur d’Épicure, p. 39-58). Si telle avait été la thèse épicurienne, Plutarque n’aurait probablement pas manqué de la relever pour essayer d’y déceler de nouvelles contradictions.

53 Voir D. Lemke (Die Theologie Epikurs..., p. 39) et M. Malherbe (La théologie matérialiste d’Épicure, p. 363, 365 et 377), qui mettent bien en évidence que, pour l’épicurisme, l’éternité des dieux n’est pas un attribut de nature, à la différence de celle des atomes et du vide.

54 L’impassibilité (τὸ ἀπαθές) suppose que l’on ne soit affecté ni par des chocs physiques, ce qui correspond à une immutabilité purement corporelle, comme pour les atomes, ni non plus par des chocs émotifs, et alors il s’agit plutôt de ce qu’on appelle l’insensibilité.

55 Voir Suav. viv. Epic. 1101 A, où il est rapporté que les Épicuriens accusent les hommes de cruauté, quand ils restent insensibles à la mort de leurs amis.

56 Plutarque trouve contradictoire (Suav. viv. Epic. 1101 A-B) de condamner l’insensibilité devant la mort d’amis et de prêter aux dieux une totale impassibilité à l’égard des affaires humaines : si l’absence d’émotion devient un idéal, il n’y a pas lieu de la vitupérer dans le cadre des relations amicales.

57 Plutarque, à propos de la critique épicurienne de la démonologie empédocléenne (Def. orac. 420 D, Pélop. 21, 6), reconnaît que le vice constitue une faiblesse et exclut toute longévité, mais il note également qu’il est naïf de corréler la durée de l’existence et la vertu : l’éternité du divin, loin de dépendre négativement d’une protection contre les causes destructrices, doit être pensée comme intrinsèque à la nature divine, et partant comme transcendant le monde de l’accidentel (Def. orac. 420 E).

58 Virt. mor. 452 A-B. Pour cette substitution de la métriopathie à l’apathie, voir D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 323-333.

59 Voir Lucrèce, II, 1090-1104 et 6, 387 sqq., ainsi que le témoignage de Plutarque dans Pyrrh. 20, 6 et Quaest. conv. 655 C.

60 Def. orac. 414 E-F, 420 B ; Ser. num. vind. 548 C ; Stoic. rep. 1043 B, 1052 B ; Col. 1108 C, 1123 A, 1124 E, 1125 A ; Suav. viv. Epic. 1052 B, 1101 C, 1103 C.

61 Stoic. rep. 1043 B, 1051 D ; Comm. not. 1075 E ; Suav. viv. Epic. 1103 A.

62 Def. orac. 434 D, cf. frag. 27 et 395 Usener ; Col. 1123 A.

63 Pyth. or. 396 E-F, 398 A-B, 398 D - 399 A.

64 Voir Def. orac. 436 D-E, cf. Pér. 6, 4 et Cor. 38, 2-3.

65 Voir Is. et Os. 365 B : « le dieu est principe » (ἀρχὴ ὁ θεός) ; cf. E ap. Delph. 388 D : « le principe qui met ordre l’univers » (τὴν τὰ ὅλα διακοσµ οῦσαν ἀρχήν) ; voir aussi Adv. Col. 1124 E.

66 Suav. viv. Epic. 1092 B : « Pourtant, si dans leur prénotion de la divinité ils avaient laissé subsister la providence... » (Καίτοι εἰ µὲν ἐν τImage προλήψει τοῦ θεοῦ τὴν πρόνοιαν ἀπέλιπον).

67 Pour le commentaire de ce passage, voir P. Boyancé, Sur les oracles de la Pythie, p. 306-308. Voir aussi Aem. 3, 1-4, où la piété est qualifiée de philosophique et se trouve définie comme une « science du culte des dieux » (θεραπείας θεῶν ἐπιστήµη).

68 Cf. Cicéron, De nat. deor. 1, 31, 44 et 86. En 1, 123, il nous apprend que le grief d’athéisme figurait notamment dans la polémique anti-épicurienne de Poseidonios. Plutarque, qui n’a vraisemblablement pas lu le De nat. deor. -il n’y fait allusion nulle part-, reprend donc ici une critique stoïcienne.

69 Suav. viv. Epic. 1102 B : « qui plus est, quand il sacrifie, il ne voit qu’un boucher dans le prêtre qui, à ses côtés, égorge la victime » (καὶ θύων µὲν ὡς µαγείρῳ παρέστηκε τῷ ἱερεῖ σϕάττοντι).

70 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 19, 50 et 1, 39, 109. Sur l’origine platonicienne de la théorie de l’isonomie et l’attribution de celle-ci à Épicure par les sources latines, voir Margherita Isnardi-Parente, La Isonomia epicurea, p. 287-298.

71 Voir P. Grimal, Le poème de Lucrèce en son temps, p. 254.

72 Voir Philodème, De dis, 3, col. 1, 14-18, p. 16, Diels (= frag. 386 Us.).

73 Voir Philodème, De pietate, col. 108, p. 126 Gomperz (= frag. 387 Us.).

74 Voir Philodème, De pietate, col. 110, p. 128 Gomperz (= frag. 13 Us.) : « non seulement en raison des usages, mais aussi en raison des causes naturelles » (οὐ µόνον διὰ τοὺς νόµους, ἀλλὰ διὰ ϕυσικὰς αἰτίας).

75 Voir Philodème, De pietate, col. 102, p. 120 Gomperz.

76 Pour Platon également, le but de la religion est d’inciter à devenir le plus semblable possible à la divinité. Voir Théétète, 176 b 2-3 ; Rép. 6, 500 c 5-7 et 10, 613 a 7 - b 2.

77 Voir Suav. viv. Epic. 1102 C, où la comparaison est assurée par une citation d’Euripide (Andromaque, 448) : « dans des propos entortillés, où rien n’est sain et tout est détour » (ἑλικτὰ κοὐδὲν ὑγιὲς ἀλλὰ πᾶν πέριξ).

78 Catalogue de Lamprias no 80 : Πρὸς τὴν τοῦ Ἐπικούρου ἀκρόασιν περὶ θεῶν. F.H. Sandbach (Plutarch’s Moralia, XV, p. 15, note e) incline à ne pas prendre le terme ἀκρόασις comme un synonyme de βιβλίον et à conclure qu’il ne désigne pas les livres du Περὶ θεῶν. Mais il n’est pas sûr de lui. On peut également se demander si le génitif τοῦ Ἐπικούρου n’a pas, ici, la valeur d’un complément d’objet, plutôt que celle d’un complément de nom exprimant l’idée de possession. Aussi choisissons-nous de traduire le mot par « enseignement », dont l’ambiguïté nous semble convenir à celle de la formule grecque.

79 Voir W. Schmid, Götter und Menschen in der Theologie Epikurs, p. 137-138.

80 Voir Philodème, De dis, 3, col. 1, 14, p. 16 Diels ; Cicéron, De nat. deor. 1, 117.

81 Voir J. Kany-Turpin, Les images divines. Cicéron lecteur d’Épicure, en particulier p. 57-58.

82 Suav. viv. Epic. 1092 B-C : « Mais, puisque leur théologie, on le sait, a pour seule fin de mettre un terme à la peur et au trouble que la divinité provoque... » (Ἐπεὶ δὲ τέλος Imageν τοῦ περὶ θεῶν λόγου τὸ µὴ ϕοβεῖσθαι θεὸν ἀλλὰ παύσασθαι ταραττοµένους).

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search