Version classiqueVersion mobile

Plutarque dans le miroir d’Épicure

 | 
Jacques Boulogne

Première partie. La nature

Chapitre 2. Cosmologie

Texte intégral

1La représentation du monde adoptée par les sectateurs du Jardin encourt de la part de Plutarque les reproches suivants, qui sont d’ailleurs étroitement liés : d’abord elle a le tort d’être moniste ; ensuite, les propriétés de ses principes ne permettent pas de comprendre les phénomènes ; enfin, les dieux font bien partie du décor, mais sans y jouer aucun rôle.

  • 1 Col. 1114 A : « le tout est un... » (τὸ δὲ πᾶν ἓν...) Cf. Parménide, fragments A, 7, 8 et 23 Diels/ (...)
  • 2 Col. 1114 D : « en posant l’être comme un, Parménide anéantit toutes choses » (...πάντα ἀναιρεῖν τῷ (...)
  • 3 Col. 1114 A : « Et de fait, chaque fois qu’Épicure dit que le tout est illimité, inengendré, incorr (...)
  • 4 Col. ibid. : « en conséquence pour vous aussi le tout est un... » (...ὥστε καὶ ὑµῖν ἓν τὸ πᾶν ἐστιν (...)

2Selon notre auteur, le dualisme épicurien est plus apparent que réel. Notamment, il ne voit pas pourquoi Colotès fait grief à Parménide de soutenir que l’univers est un1 et de supprimer ainsi la pluralité des réalités sensibles2. En effet, Épicure lui semble précisément défendre la même thèse. Pour deux raisons. En premier lieu, explique-t-il, sa conception de l’univers comme un tout « infini, incréé, impérissable, susceptible ni d’accroissement, ni de diminution »3 revient à lui conférer une parfaite stabilité spatiale, temporelle, qualitative et quantitative et, partant, à le réduire à l’identité de l’Un. Mais surtout il estime que la distinction épicurienne au sein de la nature de deux parties, le plein, constitué par les corps, et d’autre part le vide, est une fausse division, car par définition le vide n’est rien, ce qui ramène la dualité à l’unité4. Que révèle son raisonnement ?

1. Le vide

  • 5 Page 1114 A : « Au début du traité, il donne à entendre que la nature des réalités, ce sont des cor (...)
  • 6 Page 369 : Οὔτε γὰρ ἐν ἀψύχοις σώµασι τὰς τοῦ παντὸς ἀρχὰς θετέον, ὡς ∆ηµόκριτος καὶ Ἐπίκουρος, ο (...)

3Épicure, relève Plutarque dans son Contre Colotès5, fait du vide, au début de son traité La nature, un principe constitutif de chaque chose, au même titre que les atomes, et qui en vertu de ses caractéristiques – il est impalpable, inerte, bref vide de tout (1114 A et B) – ne saurait par définition contribuer à la formation de ce qui existe, à moins, raille notre auteur (1114 A), qu’on ne vide le mot de sa signification (...εἰ µὴ βούλεσθε κεναῖς ϕωναῖς περὶ κενοῦ χρῆσθαι... i.e. « à moins que vous ne vouliez, au sujet du vide, user de vocables vides »). Du coup, le vide ne compte réellement pas, si bien que tout se passe, aux yeux de Plutarque, comme s’il n’y avait que des atomes (voir ibidem), ce qui revient à commettre l’erreur de bâtir son système sur un principe unique. « Il ne faut en effet admettre », est-il écrit dans le traité Isis et Osiris, « ni, comme Démocrite et Épicure, que l’origine de l’univers réside dans les corps inanimés, ni, comme les Stoïciens, que l’ouvrier de la matière indifférenciée est une seule Raison et une seule Providence, placées au-dessus de toutes les réalités et régnant sur elles. »6 Car, y explique-t-il (369 A-B), « il est impossible » (ἀδύνατον) de rendre compte du mal, si la divinité est l’auteur de tout ce qui existe, mais aussi du bien dès lors qu’elle n’a aucune part dans la création. Épicure se trouve, par conséquent, rangé là aux côtés de Démocrite en tant que représentant de l’atomisme, pour subir la même condamnation que les Stoïciens, dans la mesure où les uns et les autres ont, à son avis, le tort de proposer une pensée de type moniste, qui nécessairement reste incapable d’aider à comprendre l’univers.

  • 7 Col. 1114 A : τὸ δὲ πᾶν ἓν... Cf. Parménide, frag. A 7, 8 et 23 Diels/Kranz.
  • 8 Col. 1114 D : « Parménide en posant l’être comme un anéantit toutes choses » (... πάντα ἀναιρεῖν τῷ (...)

4De fait, Plutarque considère le dualisme épicurien comme plus apparent que réel. Il ne voit pas, notamment, pourquoi Colotès fait grief à Parménide de soutenir que « le tout est un »7 et de supprimer ainsi la pluralité des réalités sensibles8. En effet Épicure lui semble précisément défendre la même thèse. Pour deux raisons.

  • 9 Col. 1114 A : « Et de fait, chaque fois qu’Épicure dit que le tout est illimité, inengendré, incorr (...)

5En premier lieu, argumente-t-il, sa conception de l’univers comme un tout infini, incréé, impérissable, susceptible ni d’accroissement, ni de diminution9 revient à lui conférer une parfaite stabilité spatiale, temporelle, qualitative et quantitative, et partant à le réduire à l’identité de l’Un. Mais, surtout, il estime que la distinction épicurienne, au sein de la nature, de deux parties, le plein, représenté par les corps, et, d’autre part, le vide, constitue une fausse division, car, par définition, la seconde partie n’est rien, ce qui ramène la dualité à l’unité : « en conséquence, pour vous aussi le tout est un » (Col. 1114 A : ὥστε καὶ ὑµῖν ἓν τὸ πᾶν ἐστιν...).

  • 10 Voir Col. 1116 D, où le « vide intangible » (τὸ ἀναϕὲς κενόν) et le « corps résistant » (τὸ ἀντερεῖ (...)
  • 11 Col. 1114 A et B, où le vide est dit ἀναϕές (intangible) et ἀσώµατον (incorporel).
  • 12 Col. 1114 A. Faut-il traduire ὑπειπν par sous-entendre, ou par annoncer ? Cf. 1112 E, où κενόν est (...)
  • 13 Voir Lettre à H. 40, où il est exliqué que la sensation en attestant le mouvement apporte un dément (...)
  • 14 Page 720 F : ϕέρεται τὰ ὄντ' ἐν τῷ µὴ ὄντι· πολὺ γὰρ κενὸν ἐνδιέσπαρται καὶ µέµικται ταῖς τοῦ ἀέρος (...)

6Que révèle un tel raisonnement ? D’abord, notons que Plutarque n’ignore pas qu’Épicure regarde le vide comme une substance10, bien qu’il soit immatériel11, parce qu’il est un élément constitutif de la nature des choses. Il renvoie, nous venons de le voir, au début du Περὶ ϕύσεως (De la nature) où Épicure le laisse entendre12. Il n’ignore pas non plus que celui-ci justifie son existence par la nécessité de rendre compte du mouvement13. Le prouvent deux passages de son œuvre. Au début du huitième chapitre du Contre Colotès, il résume la physique de Démocrite, dont il souligne qu’elle sert de base à la théorie épicurienne : « Épicure – c’est lui-même qui l’affirme – pose les mêmes principes » (1111 B :... ὁ Ἐπίκουρός ϕησιν ἀρχὰς µὲν ὑποτίθεσθαι τὰς αὐτάς,...) ; et il rapporte qu’elle ne conçoit pas les atomes sans le vide, ceux-là se déplaçant au sein de celui-ci (1110 F). Assurément ce résumé ne contient pas une démonstration en bonne et due forme du bien-fondé de la thèse qui pose le vide comme une réalité aussi incontestable que celle des atomes (1109 A), mais il associe étroitement le mouvement de ces derniers à sa présence, comme si elle en était la condition nécessaire. Par ailleurs, dans une de ses étiologies de table (Quaest. conv. 720 C : Pourquoi la nuit est-elle plus sonore que le jour ?), il prête à son ami épicurien Boéthos une réponse qui fait appel à la notion de densité, définie par la quantité de vide plus ou moins grande qui sépare les atomes entre eux. « L’être bouge », affirme Boéthos, « dans le non-être ; il y a, en effet, beaucoup de vide répandu entre les atomes, dont est formé l’air, et il s’entremêle à eux. »14 C’est une façon claire de subordonner, ici encore, le déplacement des corps, en particulier ceux du son, à l’existence d’espaces vides : plus les uns sont grands, mieux portent les autres, qu’il s’agisse d’un bruit qui traverse l’air, ou de la sonorité d’un métal qu’on frappe (720 F - 721 D). Plutarque connaît par conséquent très bien les arguments que développe Épicure pour fonder sa cosmologie sur une telle ontologie. Seulement il les juge dénués de toute validité.

  • 15 Page 916 D : « ... les uns postulent un entrelacement d’émanations, d’autres des chocs, d’autres en (...)
  • 16 Voir frag. A 165 Diels/kranz, où figure le participe ἐµπλεκοµένων (« entrelacés »).
  • 17 Voir frag. 293 Usener (Epicurea, p. 208-211), où il apparaît qu’Épicure s’est efforcé d’élucider l’ (...)

7En premier lieu, sa conviction demeure que le mouvement n’a pas besoin de la pré-existence d’un vide permanent pour s’effectuer. Nous le notons en particulier à propos du magnétisme, un problème qui l’intéresse et sur lequel il connaît les diverses théories en cours. Il en dresse un inventaire sommaire et allusif dans ses Étiologies de phénomènes naturels : afin d’expliquer le mimétisme du poulpe, il propose d’utiliser le concept d’« émanation » forgé par Empédocle (frag. B 89 Diels/kranz) et il ouvre une brève parenthèse pour ajouter que ce concept permet aussi de rendre compte des « attractions ou des bondissements magnétiques » (ἕλξεις ἢ ἐπιπηδήσεις), qu’on adopte l’hypothèse de l’« entrelacement », celle des « chocs » ou celle des « poussées et des circonvolutions ».15 La notion d’entrelacement est formulée pour la première fois par Démocrite, à propos des effets de l’aimantation16 ; celle de choc est introduite par Épicure à côté de la précédente17 ; celles de poussées et de circonvolutions remontent à Platon, qui nie toute force attractive et pense que le phénomène curieux provoqué par l’ambre et l’aimant est dû à un déplacement circulaire de l’air, qui, lorsqu’il est chassé, pousse à son tour, en l’absence de vide, ce qui est devant lui si bien que, tout changeant de place de proche en proche, l’air déplacé initialement finit par se retrouver, au terme d’un mouvement en forme de cercle, derrière la cause de son ébranlement (Timée, 80 c, cf. 79 b-c). Dans ce passage, Plutarque ne choisit pas ; il se contente d’exposer, à titre documentaire, les principales thèses sur la question.

  • 18 Il emprunte à Aristote (Physique, 215 a 14-15 et 267 a 15-20) le substantif ἀντιπερίστασις (« repla (...)
  • 19 Dans les autres passages de son œuvre où il parle de l’aimantation (Quaest. conv. 641 C et Is. et O (...)

8Il n’en va pas de même dans les Recherches sur Platon, où Plutarque tranche. Il s’y demande pourquoi Platon voit dans le mouvement de retour en contre-coup18 provoqué par l’inexistence du vide, la cause unique de plusieurs phénomènes, dont celui de l’attraction relative à l’ambre et la pierre d’Héraclée (1004 D-E). Comme ce dernier, il écarte l’idée qu’un objet puisse être attiré par un autre, ou qu’il puisse bondir de lui-même vers un autre (1005 B). Comme lui, il attribue le rapprochement des corps en question à un mouvement rotatif de l’air : celui-ci, poussé par les effluves que dégage l’aimant, est d’abord pressé contre le morceau de fer, dont il fait le tour avant de revenir en sens inverse, afin de regagner sa place initiale, le tout – faut-il imaginer – instantanément si bien qu’on ne saurait parler de vacuité ponctuelle créée par son départ (il est clair que la place libérée est occupée, non par l’air voisin, ni par l’air contigu à l’objet en fer poussé par l’air contigu à l’aimant, mais par ce dernier qui retourne à son point de départ (ὑπονοστῶν) en traversant la masse immobile de l’air ambiant ; seulement la surface de ce métal n’est pas lisse : elle présente des ouvertures, des rugosités, des irrégularités, où l’air à son passage s’accroche en raison d’une certaine conformité dans la conformation (1005 D) de telle sorte qu’il finit par tirer l’objet à sa suite : « et il entraîne avec lui le fer » (1005 C : ... καὶ συνέϕελκεται τὸν σίδηρον). Il n’y a donc pas attraction du fer par la magnétite, mais simplement traction du fer par l’air. Plutarque écarte ainsi le concept atomiste d’ὁλκή, auquel il substitue les notions de « transport » (1005 C : ϕορά) et de « poussée » (1005 D : προωθεῖν). Il se rallie donc à la théorie platonicienne19. À deux réserves près.

  • 20 En disant que l’anneau de fer suit les atomes qui s’échappent de lui, Lucrèce (VI, 1005-1016) repre (...)
  • 21 Voir Mayotte Bollack, La chaîne aimantine, p. 184.

9En effet, Platon, nous l’avons vu, esquisse seulement un schéma explicatif très vague : il n’entre pas dans les détails ; notamment il ne dit rien de la manière dont la rotation de l’air peut amener un objet en fer à se coller contre la pierre d’Héraclée ; faut-il imaginer que l’air refoulé par les effluves de l’aimant contourne dans sa translation ledit objet, se retrouve alors derrière lui et achève son mouvement circulaire en le poussant vers la source des effluves ? C’est ce silence que Plutarque essaie de pallier. Il prolonge et complète la réflexion de Platon. Or il y procède en s’inspirant de l’épicurisme. À la manière de Lucrèce, il explique le phénomène par un effet d’appel d’air : expulsé de son emplacement par les effluves de la magnétite, l’air laisse derrière lui un vide qu’il vient à nouveau remplir après son circuit, comme s’il y avait aspiration. C’est ce vide momentané, dont Platon nie l’existence (voir le Timée, 79 b-c, où il est affirmé que le déplacement de l’air s’effectue sans solution de continuité), qui provoquerait la rotation de l’air. De la même façon, le poète romain pense que le déplacement d’un anneau de fer vers un aimant est dû au vide produit par l’émission des atomes de la pierre de Magnésie. Ces derniers dispersent l’air situé entre la pierre et le fer, ce qui occasionne deux conséquences : les atomes du fer sont aspirés par le vide qui résulte du départ de l’air et ils entraînent à leur suite la masse tout entière de l’anneau (De rerum nat. VI, 1002-10021) ; d’autre part, ce même vide produit simultanément un déséquilibre des pressions subies par l’objet du fait de l’air environnant, tant et si bien que l’anneau se trouve propulsé vers l’espace vidé de l’air qui l’occupait non seulement par l’air placé derrière lui, mais également par l’air qu’il contient (De rerum nat. VI, 1022-1041). Il apparaît, dès lors, que Plutarque rend compte du mécanisme de la poussée de l’air, avancé sans explication par Platon, au moyen de l’idée de l’idée épicurienne d’évacuation. En fait, l’idée n’est pas d’Épicure lui-même (voir frag. 293 Usener), ni non plus de Démocrite (voir frag. A 165 Diels/Kranz). Elle semble appartenir en propre à Lucrèce qui, en introduisant avec le mouvement de l’air une cause nouvelle pour l’épicurisme, enrichit la théorie atomiste20 d’un argument supplémentaire, dont l’origine remonte à Platon21.

  • 22 Il croit (voir frag. A 89 Diels/Kranz) que le déplacement du fer vers l’aimant est causé par l’adap (...)

10En outre, Plutarque tient à ne pas esquiver la difficulté rencontrée par les tenants de l’attraction, comme par les partisans du transport (voir 1005 C), au nombre desquels il se range : pourquoi seul le fer est-il sensible à un phénomène qui épargne les autres matériaux, tels le bois, l’or, la pierre ? (voir 1005 D) Il répond en distinguant des dégrés différents dans la porosité de la matière ; pour que l’air ne glisse pas sur la surface de l’objet, ni ne traverse celui-ci sans obstacle, il faut que la densité dudit objet ne soit ni trop forte ; ni trop faible, de façon à ce qu’il y ait adéquation entre les pores de ce dernier et l’air ; la convenance des contextures a pour conséquence que ces pores retiennent l’air prisonnier dans leurs mailles : « au point de ne pas s’en aller en glissant, mais d’être retenu dans des emplacmenets qui lui opposent une résistance, parce qu’une communauté de mesure permet un entrelacement » (1005 D :... ὥστε µὴ ἀπολισθαίνειν ἀλλὰ ἕδραις τισὶν ἐνισχόµενον και ἀντερείσεσι περιπλοκὴν σύµµετρον ἐχούσαις...). Ce ne sont pas le concept de symétrie et pas davantage celui d’entrelacement (περιπλοκή) qui proviennent de l’épicurisme, car le premier, déjà mis en œuvre par Empédocle22, n’est pas spécifiquement épicurien, et le second évoque le lacis d’une matière plus ou moins poreuse plutôt que l’entrelacement dont parle Épicure à propos des atomes (frag. 293 Usener ; Epicurea, p. 208 : περιπλέκεσθαι ; et p. 211 : περιπλοκάς). En revanche est bien épicurienne – elle est en tout cas exposée par Lucrèce (VI, 1056-1064) – la thèse que, si le fer est seul à réagir au courant magnétique, c’est en raison de sa nature intermédiaire entre celle de l’or, dont la texture est trop serrée, et celle du bois, dont le tissu est trop lâche.

11Convient-il d’en conclure que l’auteur du De rerum natura fournit à Plutarque la clé du problème ? Devons-nous supposer que l’un et l’autre dépendent d’une source commune ? Selon R. A. Fritzsche (Der Magnet und die Athmung in antiken Theorien, p. 369-373 et 386-389), ce serait Asclépiade de Bithynie. Mais rien dans l’œuvre conservée de Plutarque ne prouve qu’il connaissait ce médecin. Par contre, Mayotte Bollack (La chaîne aimantine, p. 177 et 183) démontre que Plutarque suit le récit de Lucrèce et, pour notre part, nous inclinons à nous ranger à son avis. Bien qu’il ne nomme jamais dans les écrits qui nous sont parvenus de lui ce poète romain, plusieurs indices que nous aurons l’occasion de signaler ultérieurement donnent à penser qu’il n’en connaissait pas moins pour autant le De rerum natura et la similitude des raisonnements décrits ci-dessus suffit à le suggérer fortement.

  • 23 Voir Quaest. conv. 721 E : « quant au bronze, il n’a aucune part au vide » (χαλκῷ δὲ κενοῦ µὲν οὐδὲ (...)

12Donc, le mouvement tire sa possibilité de la faible résistance de l’air, qui, pas plus que les objets qu’il entoure23, ne contient de vide, mais se caractérise par une densité qui permet de le déplacer facilement. Son explication de la propagation du son, empruntée au représentant de l’Académie qu’est Ammonios, par la répercussion de proche en proche d’un choc, grâce à une série continue de contacts successifs entre les parties contiguës des éléments conducteurs, que ce soit l’air ou des méteaux (Quaest. conv. 721 D-F), s’appuie sur la même idée : le vide n’est pas indispensable pour comprendre le mouvement et, dans le cas du son, il devient au contraire un obstacle, introduisant une solution de continuité dans la suite des impacts.

  • 24 Col. 1114 A : « ... c’est en pensant qu’elle est une qu’il a opéré sa division binaire, dont le sec (...)
  • 25 Ibid. : « ... reçoit de vous les noms d’intangible, de vide et d’incorporel » (ὀνοµάζεται δὲ ὑϕ' ὑµ (...)
  • 26 Voir frag. A 37, 38, 40, 44, 45, 49 D. K. ; cf. Adv. Col. 1109 A : « désignant par ien le corps et (...)
  • 27 Voir F. Solmsen, Epicurus on void, matter and genesis, p. 264 ; et B. Inwood, The origin of Epicuru (...)
  • 28 Voir la Lettre à Hérodote 61 et Lucrèce, I, 334, 420-421, 426-428, 444 ; voir aussi D. Sedley, Two (...)
  • 29 Col. 1114 D : « ... il traque le discours de Parménide en s’en prenant aux mots au lieu des choses (...)
  • 30 Voir R. Westman, Plutarch gegen Kolotes, p. 53. L’argumentation du disciple d’Épicure repose sur la (...)
  • 31 Col. 1114 C et D. Pour l’aspect platonicien de l’interprétation du poème de Parménide par Plutarque (...)

13En second lieu, Plutarque tient pour impossible de considérer le vide comme une substance. Pour deux raisons. D’abord, le vide ne saurait recevoir le statut de l’être sans contradiction. C’est le sens de l’opposition qu’il marque entre la réalité, plan sur lequel le vide se caractérise par l’absence (il n’y a rien, donc le vide n’étant rien par lui-même n’existe pas du point de vue ontologique24), et le plan des mots, où les Épicuriens définissent le terme à l’aide des notions d’intangible et d’incorporel, lesquelles d’ailleurs trahissent, à ses yeux, l’inconsistance ontologique du concept25. Il regarde donc comme vain l’effort d’Épicure pour échapper à la critique d’Aristote contre Démocrite. Celui-ci définit en effet le vide par la formule τὸ µὴ ὄν (« ce qui n’est pas ») ou par la négation οὐδέν/µηδέν (« rien »)26 Or Aristote (Phys. 1, 187 a et 4, 6) reproche aux Atomistes de tomber dans l’éléatisme, quand ils prétendent que le non-être existe de façon absolue27. La substitution du concept de ϕύσις à celui de µηδέν s’accompagne inévitablement, selon Plutarque, de l’attribution au premier de qualités (intangibilité, incorporalité), qui sont spécifiques du second, ce qui n’entraîne finalement aucun changement sur le fond. Son avis personnel est que l’adjectif « vide » doit s’employer de façon relative pour désigner, non pas l’espace où les corps se meuvent, c’est-à-dire en définitive le contenant, thèse du Jardin28, mais la disparition accidentelle et momentanée d’un de ses contenus. Par conséquent, nous avons affaire, d’après lui, à une catégorie de la pensée qui correspond certes à quelque chose de réel, mais il s’agit d’une réalité relative, dépourvue d’existence propre et séparée, et par là-même d’étrangère à l’être. Épicure a beau poser le vide comme un absolu qui se suffit à lui-même (Lettre à H. 40), il n’empêche que cette réalité intangible ne se définit que par rapport à son contraire. C’est pourquoi la position épicurienne lui semble enfreindre le principe logique d’identité en assimilant le non-être à l’être et en confondant dans une même unité ce qui est et ce qui existe, ce qui subit le devenir et ce qui le transcende (Adv. Col. 1116 E). D’où le renversement des critiques dirigées par Colotès contre Parménide. Ce dernier est accusé de détruire le multiple parce qu’il affirme l’unité de l’être29 et exclut ainsi la pluralité de l’existence30. Or Plutarque rétorque que Parménide, loin de nier le monde sensible, s’évertue à en rendre compte (Col. 1114 B), que distinguer ne signifie pas abolir et que la distinction est même nécessaire, car la nature est double, relevant pour une part de l’opinion et, pour une autre, de l’intellect31. Le dualisme de la pensée parménidienne reflète parfaitement, à ses yeux, la dualité naturelle de la réalité : « Or, bien loin de faire disparaître aucune des deux natures, Parménide restitue son dû à l’une et à l’autre » (Col. 1114 D : Ὁ δὲ ἀναιρεῖ µὲν οὐδετέραν ϕύσιν, ἑκατέρᾳ δὲ ἀποδιδοὺς τὸ προσῆκον...). Le refuser revient à se condamner soi-même à un monisme qualitatif. Ici, apparaît clairement l’opposition des points de vue. Épicure, eu égard à l’ontologie, ne conçoit la pluralité que quantitativement, tandis que Plutarque commence par l’affirmer sur le plan de la qualité.

  • 32 Col. 1116 D : « Mais ce genre de différence de substance, il existe dans les réalités ! ... Car il (...)
  • 33 Col. 1116 B-C. Voir D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 137. Plutarque, cependant, n’adopte pas (...)
  • 34 Voir ibidem. Épicure passait pour être un mauvais écrivain. Cf. H. Usener, Epicurea, p. 88-90, 343.
  • 35 Voir R. Westman, Plutarch gegen Kolotes, p. 70.
  • 36 Col. 1115 C : « Mais vraiment Platon affirme que les chevaux que nous avons sous les yeux sont des (...)
  • 37 Voir Col. 1115 D, où Plutarque ironise sur la compétence de Colotès.
  • 38 Ibidem : « Mais, attendu que Colotès fait totalement corps avec le savoir, il a pris comme une seul (...)
  • 39 Col. 1115 D-F. Cf. Platon, Sophiste, 255 d-e et 258 d-e.
  • 40 C’est également son opinion personnelle, comme en témoigne l’E ap. Delph. (393 B), où il est écrit (...)
  • 41 Voir J. Fallot, Il piacer e la morte nella filosofia di Epicuro...
  • 42 Cf. Def. orac. 428 B. Sur le dualisme de Plutarque et son origine platonicienne, voir M. Codignola,(...)

14La deuxième raison pour laquelle notre auteur n’accepte pas l’assertion d’un vide ressortissant à l’être découle de la précédente. Soutenir une telle définition revient en effet, pour lui, à unifier plus généralement les réalités les plus contraires : puisque le vide ne saurait cesser de relever du non-être, lui appliquer le même terme qu’à l’être c’est supprimer la différence qui sépare le stable de l’instable, l’inaltérable de l’altérable (Col. 1116 D-E). C’est donc ne pas tenir compte des faits eux-mêmes, dont pourtant, écrit-il, Épicure en personne reconnaît qu’ils sont marqués par un contraste entre les atomes, qui ne changent pas, et les corps composés, qui, eux, subissent le flux perpétuel du devenir (Col. 1116 C-D). D’où un illogisme difficile à éviter : d’un côté, le maître du Jardin déclare l’unité de la substance qu’est l’être et, de l’autre, il admet que ce dernier n’est pas homogène32. Une inconséquence qu’il aurait évitée, s’il avait suivi, pense Plutarque, l’exemple des Stoïciens, qui n’acceptent pas, bien qu’ils n’en contestent pas l’existence, d’inclure les incorporels, et notamment le vide, dans la catégorie de l’être33. Aussi se moque-t-il ironiquement de Colotès à propos de ses attaques contre Platon, en disant que celui-ci ne mérite pas d’être regardé comme un négateur de la réalité sensible sous prétexte qu’il exclut l’existence de l’être, car sur le fond, laisse-t-il entendre, son enseignement ne contredit pas celui d’Épicure, quand il affirme l’antinomie de ce qui est et de ce qui devient ; de ce point de vue, l’erreur du fondateur de l’Académie, persifle-t-il, se situerait au niveau du choix des mots et consisterait à vouloir appeler les choses par leur nom (Col. 1116 E). En vérité, il s’agit d’une boutade qui permet à Plutarque de conclure spirituellement sa réfutation des critiques de Colotès au sujet du platonisme en assurant qu’elles auraient dû mettre en cause le style de Platon34. Toutefois, Plutarque ne croit pas qu’elles se réduisent à une simple querelle de terminologie. Il a parfaitement conscience qu’elles visent la séparation platonicienne du monde sensible et du monde intelligible35 : son explication de la notion d’altérité chez Platon révèle qu’il sait sur quoi portent les railleries de Colotès, quand celui-ci reproche à celui-là qu’une telle séparation prive les réalités de leur identité36. Seulement, le divorce des positions est si grand que la discusssion n’est guère possible et se borne à taxer le disciple d’Épicure d’inintelligence : il n’a rien compris aux textes de Platon37. En effet, pour les Épicuriens, affirmer une transcendance signifie que l’essentiel réside ailleurs et que ce qui n’est pas lui ne peut être que son contraire ; ils ne conçoivent pas de degré intermédiaire, qui serait mixte ; dissocier le non-être de l’être c’est, dès lors, privilégier le second aux dépens du premier, lequel lui est, par suite, opposé ontologiquement comme l’existence à l’inexistence, si bien que prétendre qu’un homme ne relève pas de l’être équivaut à nier qu’il existe38. Ils ne tiennent donc pas compte de la théorie de la participation, et cela, sans doute parce qu’ils la jugent inconséquente : si la réalité sensible, qui relève du non-être, participe de la réalité intelligible confondue avec l’être, il est obligatoire de concéder qu’il y a de l’être dans le non-être et, partant, il devient inutile de les séparer. Or Plutarque, loin d’essayer de montrer la faiblesse de l’argumentation de son adversaire, s’emploie à défendre Platon en rappelant que, d’après ce dernier, l’être et le non-être sont des réalités, non pas inverses, mais subordonnées : l’une est la cause de l’autre, l’une est absolue, l’autre relative39. Il insiste, par conséquent, sur la nature du lien qui unit les deux mondes, un lien d’altérité, mais où celle-ci prend la forme d’une dépendance40 plutôt que d’une relation antithétique, c’est-à-dire sur ce qui se trouve passé sous silence par Colotès, à savoir la notion de participation, parce qu’il en récuse le bien-fondé. Nous avons, dans ces conditions, affaire à un dialogue de sourds. La confrontation des deux positions nous met en présence de ce qu’il y a de plus irréductible dans les deux systèmes de pensée : l’un, à la suite d’Aristote, condamne la transcendance de l’idéalisme platonicien (Col. 1115 B) au nom de l’immanence, une thèse dont l’autre prend exactement le contre-pied. Au détour de cet antagonisme, resurgit l’accusation de monisme : en faisant de la forme intelligible qu’est l’atome une substance41, Épicure supprime la distinction entre la nature sensible et la nature intelligible42.

15Au total, Plutarque estime que l’épicurisme, en dépit de sa théorie sur le nombre infini des atomes (Col. 1114 A-B), mérite deux fois une telle accusation, car, d’une part, il pose comme principe une réalité qui n’a pas d’existence par elle-même, et, d’autre part, il rejette l’idée de transcendance, de sorte qu’il lui est impossible d’expliquer la réalité, en particulier la dualité du Bien et du Mal (Is. et Os. 369 A). Du coup, il apparaît également que le renversement contre lui-même des attaques de Colotès à l’égard de Parménide et de Platon (Col. 1114 A et 1116 A) ne repose pas sur le recours à des sophismes, mais provient tout naturellement de l’inversion de la représentation philosophique des choses ; notre auteur se représente comme relatif ce que les sectateurs du Jardin tiennent pour absolu, et ces derniers regardent comme immanent ce que celui-là juge transcendant.

16Ici, nous atteignons la seconde grande série de critiques adressées par Plutarque à la Physique épicurienne : les principes qu’elle met en œuvre ne sauraient non plus, à son avis, rendre compte du cosmos.

2. Les atomes

  • 43 Col. 1114 B : « ... de ces principes, l’un est inactif, impassible, incorporel » ((...)
  • 44 Col. 1114 A : « Mais pardieu ! ils sont illimités en nombre les corps, selon Épicure, et chacun des (...)
  • 45 Col. 1116 A : « ... celui qui n’admet ni corps, ni vivant, ni génération, ni sensation » (ὁ σῶµα κα (...)

17Puisque le vide, eu égard à sa définition, ne peut rien créer par lui-même, vu qu’il est incorporel et n’est par suite ni le sujet, ni l’objet de la moindre action43, la formation des réalités physiques, fait remarquer Plutarque, devient nécessairement le propre des éléments matériels44. Ce sont eux qui constituent les corps composés (Lettre à H. 40-41). L’assertion ne paraît pas à notre auteur contestable. Néanmoins il reproche au maître du Jardin d’élaborer une doctrine qui ne laisse pas subsister les corps, les êtres vivants, la génération ni la sensation45, tous phénomènes attestés par les sens, et dont, selon Plutarque, la théorie épicurienne entraîne l’inexistence, parce que l’inanité qui la caractérise à ses yeux les rend incompréhensibles. Il impute cet échec à une conception quatre fois erronée que l’épicurisme propose des éléments corporels.

 

18Première erreur : leur attribuer une taille infime.

19Opposant l’invisible au visible, Plutarque affirme que les divergences marquées par les positions d’Épicure sur la question de savoir s’il existe dans la nature des « atomes et des réalités dépourvues de parties » (Col. 1123 E :... ἀτόµων ϕύσεως καὶ ἀµερῶν...) troublent moins l’esprit que l’incertitude à laquelle conduit la théorie épicurienne de la sensation, parce que c’est un domaine qui échappe à la portée de la perception sensible.

  • 46 Pour Aristote, toute grandeur peut se subdiviser à l’infini (Phys. 3, 6, 206 a, 16-17) et, donc, le (...)
  • 47 Voir J. Moreau, Le Mécanisme épicurien et l’ordre de la nature, p. 469-470, et M. Isnardi Parente, (...)

20Si lapidaire soit-elle, l’allusion se révèle être riche d’enseignement sur la profondeur de la connaissance qu’a Plutarque de la Physique du Jardin. Elle nous apprend en effet qu’il savait pertinemment que l’épicurisme, tenant compte des objections d’Aristote46, avait innové, par rapport à l’atomisme de Démocrite, en concevant les corps imperceptibles, de l’assemblage desquels il fait résulter le cosmos (Lettre à H. 45, cf. Plutarque, Quaest. conv. 636 A), non seulement comme insécables, mais encore comme composés de parties (Lettre à H. 54-59). Autrement dit, elles ne lui étaient pas inconnues les raisons pour lesquelles Épicure fut conduit à penser que les atomes n’étaient pas ce qu’il y avait de plus petit, car s’ils sont physiquement indivisibles, ils n’en présentent pas moins une dimension qui, elle, reste mathématiquement divisible47.

  • 48 Les premiers Atomistes avaient précisément postulé l’existence de particules de matière absolument (...)
  • 49 Voir Lettre à H. 58-59. Pour la signification de ce concept (s’agit-il d’une divisibilité théorique (...)
  • 50 L’atomismo di Epicuro..., p. 371-382.
  • 51 Cf. Aristote, Phys. 265 a 23 ; Du ciel, 269 a 19 ; De la génération et de la corruption, 333 a 1 ; (...)

21Il n’ignorait pas davantage l’argumentation au moyen de laquelle il était avancé contre l’éléatisme48 que la divisibilité était limitée (Lettre à H. 56, cf. Lucrèce, I, 615-627), si bien qu’il était nécessaire d’imaginer à l’intérieur des atomes des parties elles-mêmes sans parties, des parties minimales49 qui représentent la petitesse absolue. Le silence dont font preuve à ce sujet les ouvrages de Plutarque qui nous ont été conservés peut s’expliquer facilement : à l’instar de l’Académie, il rejette la notion d’illimité (Col. 1114 B) et, par suite, celle d’infiniment petit, en quoi il ne peut qu’approuver sur ce point le raisonnement d’Épicure, d’autant plus que celui-ci le puise chez Xénocrate, comme le montre Margharita Isnardi Parente50. Sa critique, d’inspiration péripatéticienne51, est d’ordre logique et chronologique à la fois : elle consiste à contester la possibilité de faire de la petitesse le principe de la grandeur, sa conviction étant que le tout précède obligatoirement la partie, parce que la perfection ne saurait naître de l’incomplet (Quaest. conv. 636 F). Le renversement des perspectives est total : Épicure choisit pour principe ce qui empêche l’être de se dissoudre dans le néant (Lettre à H. 41), condition sine qua non de l’existence des corps, tandis que, selon notre auteur, seul ce dont l’achèvement dispense de toute dépendance (Quaest. conv. 637 F) doit être pris pour absolument premier. D’un côté, une position matérialiste où l’idée de priorité n’a pas de sens : la totalité numérique des réalités matérielles contenues dans l’univers est indissociable de ses éléments constitutifs, si bien que l’une n’est pas antérieure aux autres, qui forment, à cet égard, comme le note Plutarque lui-même (Col. 1114 A), un ensemble toujours identique (Lettre à H. 39) ; de l’autre, le point de vue idéaliste prédomine, plus attaché à la notion de qualité qu’à celle de quantité.

 

  • 52 « Mais pardieu ! ils sont illimités en nombre les corps, selon Épicure, et chacun des phénomènes na (...)

22Deuxième erreur : la physique épicurienne a le tort, d’après Plutarque, de considérer que la quantité numérique des atomes ne comporte pas de limite et, de la sorte, d’utiliser la notion d’infini pour rendre compte de la multiplicité des réalités sensibles (Col. 1114 A-B)52.

  • 53 En dépit de l’assertion de Diogène Laërce (9, 44), il ne semble pas que pour l’Abdéritain la taille (...)
  • 54 Cf. Lucrèce, I, 459-463. Pour Épicure, le temps n’a pas d’existence propre : il est une des façons (...)
  • 55 « ... L’autre principe échappe à l’ordre, au calcul, à la compréhension, étant donné qu’il se disso (...)

23De fait, si, à la différence de Démocrite, il introduit l’exigence d’une limitation en ce qui concerne les formes atomiques (Lettre à H. 42-43 et 55-56)53, Épicure n’en conserve pas moins la représentation d’un univers (Lettre à H. 41), d’un temps (Lettre à H. 73)54 et d’un nombre d’atomes (Lettre à H. 41 et 42) tous illimités. Une conséquence en résulte immédiatement, selon notre auteur : la disparition immédiate, contrairement à ce qu’assure la Lettre à Hérodote (73), de la possibilité même de la génération, car, par définition, l’infini signifie absence de détermination et désordre (Col. 1114 B)55, alors que le monde se présente comme une mise en ordre, ainsi que l’indique le terme même de κόσµος.

  • 56 Col. 1114 B, cf. Def. orac. 423 C et 426 C.
  • 57 Def. orac. 420 B.
  • 58 Voir A. Levi, Il concetto del tempo nelle filosofia dell’eta romana, p. 175.
  • 59 Sur le sujet, voir M. Isnardi Parente, Opere di Epicuro, p. 12, et C. Bailey, The Greek Atomists an (...)
  • 60 « Le présent ne se laisse toucher que par la partie la plus infime du temps, puis il échappe à la p (...)
  • 61 A. Grilli (L’uomo e il tempo, p. 90) montre que le concept de minimum temporel élaboré par Épicure (...)
  • 62 Voir Def. orac. 430 E ; Ser. num. vind. 550 D ; E ap. Delph. 388 D ; Is. et Os. 365 B.

24Plutarque, d’autre part, n’admet pas les deux autres dogmes que le fondateur du Jardin tire du précédent. Il comprend pourquoi ce dernier, après avoir placé l’infinité au point de départ de la Création, en arrive à livrer le devenir au hasard (Def. orac. 423 C), puisque l’infini se trouve dépourvu de toute rationalité (ἄλογος)56 et que, dès lors, le temps se multipliant de son côté en des cycles dont la pluralité n’a pas de fin – « au cours de périodes », dit-il exactement, « d’un nombre d’années sans mesure » (ἀπλέτους ἐτῶν περιόδους)57 –, absolument rien ne devient impossible (Pyth. or. 398 F). Mais, outre qu’à l’opposé d’Épicure Plutarque pense que, loin d’être un accident, le temps appartient à la catégorie des causes et qu’il est le principe du mouvement ordonné (Plat. quaest. 1007 A-B)58, et que, s’il lui arrive de se servir du concept épicurien de « partie minimale du temps » (Lettre à H. 62)59 pour définir l’instant présent (Tranq. an. 473 C)60, c’est en vidant la conception d’un minimum temporel infractionnable de ses implications philosophiques pour ne retenir qu’une formule commode et vite utilisée par d’autres Écoles61, son objection principale reste que l’ordonnance et l’équilibre harmonieux de l’univers sont incompatibles avec la notion de contingence et témoignent plutôt de l’intervention d’une raison divine62. Il récuse totalement l’explication des phénomènes par le jeu de coïncidences fortuites (Pyth. or. 398 B). De plus, le concept d’infini entraîne automatiquement, à ses yeux, la nécessité de reconnaître que n’importe quoi doit pouvoir, selon le calcul des probabilités, se rencontrer, y compris le contraire du hasard (Def. orac. 420 B).

25Ensuite, cette introduction de l’infini dans le nombre des atomes oblige également à soutenir que l’univers contient un nombre de mondes tout aussi infini (Lettre à H. 45). Or Plutarque non seulement laisse entendre clairement son désaccord (Col. 1123 E, cf. Def. orac. ibid.), mais encore explique, par l’intermédiaire de son frère Lamprias, que c’est inconcevable, parce que la matière ne saurait se diviser à l’infini : reprenant la combinaison platonicienne de l’unité, un principe poseur de limites, et de la dyade indéterminée, un principe effaceur de limites (Def. orac. 428 F - 429 A), il affirme que la nature sensible se trouve à la fois sujette à un partage, et donc à la multiplicité, à cause de la dualité (Def. orac. 429 B-D), et à une unification due à l’action du principe d’identité, si bien que la dispersion connaît une limite (Def. orac. 429 C et 430 F). Il ne va pas toutefois jusqu’à emprunter à Platon (Timée, 55 c-d, cf. E ap. Delph. 389 F) la thèse de l’existence de cinq mondes, dont pourtant il défend longuement la cohérence (Def. orac. 428 B - 430 E) : se réclamant de l’anti-dogmatisme de l’Académie post-platonicienne, il préfère ne pas trancher sur la question du nombre exact des mondes. Mais, s’il avoue ne pas détenir de certitude sur le sujet, il n’en constate pas moins que la présence conjuguée, au sein de la matière, de l’altérité et de la détermination empêche ce nombre de se borner à l’unité, de même qu’elle impose une limite à la pluralité (Def. orac. 429 E - 430 E).

  • 63 « ... parce que la nature n’a ni une pléthore indéfinie et illimitée, ni un mouvement échappant à l (...)

26L’analyse fait par conséquent apparaître des divergences fondamentales. L’idée de limitation existe dans le système épicurien, cependant elle ne joue qu’un rôle secondaire servant uniquement à expliquer pourquoi les atomes ne deviennent pas visibles (Lettre à H. 55-56), tandis qu’elle correspond, chez notre auteur, à l’un des principes organisateurs du monde (Def. orac. 428 C), le principe rationnel de l’ordre (Def. orac. 429 A-B et 424 A-B)63. C’est la raison pour laquelle le Chéronéen ne parvient pas à concevoir la compatibilité de l’infini, où ne peut régner que le hasard, et de l’ordonnance de notre monde, qui ne saurait être imputée à autre chose qu’à une intelligence divine (Def. orac. 430 E et 436 A ; cf. Ser. num. vind. 550 D).

  • 64 Pour le rejet des mathématiques et de ses postulats par Épicure, voir Sextus Empiricus, Adv. Math. (...)
  • 65 Pour la dette de Platon à l’égard du pythagorisme, voir Aristote, Mét. A 6, 987 a 29 - 988 a 17.
  • 66 Pour la théorie des nombres pairs et impairs, d’origine pythagoricienne, voir aussi Def. orac. 387 (...)

27D’autre part, il n’envisage l’infinité, à propos de la pluralité des mondes, que sur le mode de la division (Def. orac. 429 C-D), à laquelle il n’est pas possible de procéder à l’infini, comme le concède Épicure lui-même au sujet des parties minimales de l’atome (Lettre à H. 56-59). Aussi conclut-il logiquement que le nombre des mondes doit être fini, parce qu’en vertu du principe de limitation la scission ne se poursuit pas indéfiniment (Def. orac. 430 F). Épicure raisonne, au contraire, par addition : les mondes naissent de l’agglutination des atomes et, comme ceux-ci sont numériquement illimités, il ne s’ensuit pas moins logiquement qu’il en est de même pour les mondes qu’ils engendrent (Lettre à H. 45). Nous retrouvons ainsi l’opposition du Chéronéen et du fondateur du Jardin sur le problème de l’antériorité du tout sur la partie ou de la partie sur le tout : pour l’un, le plus grand précède le plus petit, et l’autre pense l’inverse (Quaest. conv. 636 F). Le désaccord est irréductible et tient à une différence de nature dans la démarche, plus spécifique de la physique chez Épicure64, et plus mathématique chez Plutarque, qui, à l’instar de Platon65, tire ses principes de l’arithmétique (Def. orac. 428 C et 428 E-F)66.

 

28Troisième erreur : la manière dont l’épicurisme conçoit le mouvement des atomes.

29Plutarque partage pleinement les critiques stoïciennes de la chute verticale des atomes et de leurs déviations spontanées. « Le fait est », écrit-il dans son commentaire de la création de l’Âme dans le Timée de Platon (An. procr. 1015 B-C), « qu’ils n’accordent à Épicure pas même la moindre déviation pour l’atome, au motif qu’il introduit ex nihilo un mouvement qui n’est causé par rien. » Mais il ne faudrait pas en retirer l’impression que ses critiques, en plus de leur défaut d’originalité, restent totalement superficielles. Si elles n’innovent pas, elles n’en dépassent pas moins le stade du simple formalisme. L’essentiel, pour Plutarque, n’est pas qu’il soit absurde d’appliquer les notions de haut et de bas à un univers infini, ni qu’il soit inacceptable de supposer que les atomes s’écartent, sans la moindre cause, de leur trajectoire.

  • 67 Lettre à H. 60 : « Car le mouvement dans son ensemble ne se conçoit en rien moins dans l’opposition (...)
  • 68 Voir Du Ciel, 1, 7, 276 a 8-12 ; et Phys. 3, 5, 205 b 24 - 206 a 2.
  • 69 En définissant le haut comme la périphérie de la sphère du cosmos et le bas comme son centre, Arist (...)
  • 70 Voir De Witt N.W., Epicurus : his perpendicular universe, p. 58-59.

30Assurément il ne méconnaît pas l’usage relatif de l’idée d’orientation que propose Épicure (Lettre à H. 60) au sujet d’un espace illimité. Le suggère son rappel (Def. orac. 424 F - 425 A, 425 B-C) de la nécessité de ne parler de centre, de haut et de bas, que par rapport à un monde donné. Seulement, lorsque le maître du Jardin affirme la possibilité pour un observateur de prolonger indéfiniment au-dessus de sa tête et au-dessous des ses pieds les parties supérieures et inférieures d’un même mouvement67, contredisant en cela la théorie aristotélicienne des lieux naturels68, dont la conséquence est la reconnaissance de l’existence de deux hauts et de deux bas69, il confère à une direction relative une extension infinie, ce qui revient à sortir du monde auquel on se réfère et à donner, du coup, aux notions de haut et de bas une valeur absolue70. C’est ce que lui reprochent les Stoïciens (Stoic. repug. 1054 B-C) et, à leur suite, Plutarque qui, expliquant par l’intermédiaire de son frère Lamprias, que l’hypothèse de la pluralité des mondes n’exclut pas les notions aristotéliciennes de centre, de haut et de bas dès lors qu’on les entend relativement à chacun de ces mondes (Def. orac. 425 B-C), donne Épicure en exemple de ce qu’il faut éviter. « Car », dit-il (Def. orac. 425 D), « si ce n’est plus par rapport au monde, mais en dehors de lui que nous prenons le haut et le bas, nous tomberons dans la même impasse qu’Épicure lorsqu’il fait se mouvoir tous ses atomes vers les régions situées au-dessous des pieds, comme si le vide avait des pieds, ou comme si l’on pouvait distinguer dans l’absence de limite un haut et un bas ! »

  • 71 Cf. Def. orac. 424 D-E et C.

31La difficulté soulevée par cette extrapolation n’est pas uniquement d’ordre logique : comment expliquer le déplacement initial des atomes vers le bas, avant même la formation du plan horizontal de la terre relativement auquel il se définit ? Et surtout, selon Plutarque, quel que soit le point de repère choisi pour dire que les atomes tombent, dès lors qu’on se situe en dehors d’un monde, on se retrouve inévitablement dans le vide où précisément, pense-t-il, la conception de tout mouvement demeure impossible, comme nous l’avons vu à propos du phénomène de l’attraction magnétique71. Le problème de la cause d’une telle chute reste donc entier, à son avis, et dépasse de beaucoup la simple question de savoir s’il est légitime de déterminer dans un espace dépourvu de limites des régions hautes et des régions basses.

32Quant au clinamen, Plutarque attaque moins l’épicurisme pour l’extravagance d’une théorie fondée sur le postulat d’un mouvement dénué de cause que pour l’utilisation d’un présupposé. Bien sûr, il s’associe aux critiques stoïciennes et il donne raison à Chrysippe de rejeter la déviation atomique au nom du principe de causalité, sans lequel rien ne saurait se produire dans la nature, le fortuit n’étant qu’une illusion due à l’ignorance de causes cachées (Stoic. rep. 1045 C ; cf. An. procr. 1015 B-C). Toutefois, elles ne l’empêchent pas de mesurer l’enjeu d’un tel dogme pour les questions de l’existence du mal, de la responsabilité morale et du libre arbitre. À ses yeux, Épicure présente le mérite de s’efforcer d’échapper au déterminisme absolu contenu en germe dans les principes de sa physique, et ainsi de ne pas rendre les hommes totalement irresponsables. « Épicure », écrit-il (An. procr. 1050 B-C), « se démène comme il peut pour trouver un artifice, quand il cherche le moyen de libérer et d’affranchir la volonté du mouvement éternel par souci de ne pas laisser le vice sans blâme ». Nul doute que l’allusion concerne la manière dont les Épicuriens prêtent aux atomes un mouvement caractérisé par des déviations spontanées, qui introduisent le hasard, et avec lui la liberté, au sein de la nécessité. Une preuve nous en est apportée par le septième chapitre du dialogue Lesquels des animaux terrestres ou aquatiques sont les plus intelligents. Autobule, père et porte-parole de Plutarque, s’y attaque aux Stoïciens, qui dénient aux animaux toute raison, et il récuse l’argumentation selon laquelle ils prétextent que le point de vue contraire obligerait soit à tenir l’homme pour injuste quand il tue des animaux pour se nourrir, soit à renoncer à toute nourriture animale et, par suite, à la vie elle-même (963 F - 964 B). Il juge irrecevable le raisonnement par lequel ils définissent les conditions d’un juste comportement des humains envers les autres créatures : il le compare au collier magique utilisé par les parturientes dont l’accouchement est difficile (964 C), et l’accuse d’être un subterfuge captieux, parce qu’il repose, sans démonstration, sur la négation d’un fait pourtant reconnu (ibidem). Il va même jusqu’à souligner que sa présence est surprenante chez des penseurs qui n’ont aucune indulgence pour Épicure, lorsqu’il se permet ce genre de facilité afin de préserver au milieu de la nécessité une place pour la liberté : « Car eux-mêmes », relève alors Plutarque (ibidem), « ils n’accordent même pas à Épicure pour les enjeux les plus importants une chose aussi minime et insignifiante que la « déclinaison minimale, fût-ce d’un seul atome » (ἄτοµον παρεγκλῖναι µίαν ἐπὶ τοὐλάχιστον), afin que l’introduction des astres et des êtres vivants soit l’œuvre du hasard et que notre libre arbitre ne soit pas détruit. » Il est donc clair que Plutarque partage l’avis des Stoïciens, qui, souligne-t-il (An. procr. 1015 B-C), « n’accordent à Épicure pas même la moindre déviation pour l’atome, au motif qu’il introduit ex nihilo un mouvement qui n’est causé par rien. » Le fondateur du Jardin postule un phénomène physique invérifiabe et fonde toutes ses thèses sur une affirmation dépourvue de preuve (Soll. anim. 964 C).

  • 72 Voir Lucrèce, II, 184-190, 216-218 et 222. Cf. Cicéron, De fin. 1, 6, 18.
  • 73 Voir 1110 F : « ... ces affirmations sont aussi inséparables de la doctrine d’Épicure que la figure (...)
  • 74 Voir Stoic. rep. 1054 B-C : « le mouvement vers le bas que l’atome, selon Épicure, tire de lui-même (...)
  • 75 Voir D. O’Brien, Theories weight in the ancient world. Democritus..., p. 5. Pour l’interprétation d (...)

33Cette convergence ponctuelle avec le stoïcisme ne le rend pas non plus aveugle à l’importance d’un tel postulat sur le plan purement physique. La mention qu’il fait de certaines propriétés attribuées par Épicure aux atomes montre qu’il en reconnaît la nécessité, une fois admise l’explication épicurienne du premier mouvement. En effet, bien qu’il ne le dise pas expressément, deux passages du Contre Colotès nous portent à croire qu’il sait parfaitement pourquoi Épicure a été poussé à substituer au tourbillon démocritéen (frag. B 164 et 167 DK) des atomes une pluie verticale de ces derniers dans le vide infini72. D’une part, il rapporte que Démocrite se contente de parler d’une dispersion indéterminée de corps insécables et dépourvus de qualités : « ils sont emportés dans le vide où ils sont disséminés » (1110 F - 1111 A : ἐν τῷ κενῷ ϕέρεσθαι διεσπαρµένας) ; et, d’autre part, il remarque que les Épicuriens définissent l’atome non seulement par la forme, mais aussi par le poids73, et que leur maître lui attribue un mouvement naturel vers le bas74. Ces rapprochements ne permettent pas de douter que dans l’esprit de notre auteur Épicure a introduit la notion de pesanteur pour répondre aux objections d’Aristote contre l’atomisme d’Abdère75 : Leucippe et Démocrite se taisent sur l’origine du mouvement (Mét. A, 4, 985 b 19-20, cf. Du Ciel, 3, 2, 300 b 8-11), alors qu’il suffit, démontre le Stagirite, qu’un corps soit pesant pour qu’il possède nécessairement en lui une force qui le meuve vers le bas (Du Ciel, 4, 6, 313 b 16-17). Épicure suit donc Aristote sur ce point. L’emprunt, tout limité qu’il demeure, ne saurait échapper à Plutarque, qui, du reste, n’y trouve rien à redire.

  • 76 D. O’Brien (op. cit. supra, p. 187) souligne que cette idée a pour objet de dépasser les arguments (...)
  • 77 Pour l’expression, voir le témoignage de Plutarque lui-même dans Soll. anim. 964 C (... ἄτοµον παρε (...)
  • 78 Voir Lucrèce, II, 218-250, cf. Cicéron, De fin. 1, 6, 18-19.
  • 79 À ce sujet, voir D.J. Furley, To studies in the Greek Atomists. Study II. Aristotle and Epicurus on (...)

34De surcroît, celui-ci, à propos des considérations du Portique sur la relation espace-temps en ce qui concerne le mouvement, affirme que le dogme épicurien de l’égale vitesse de déplacement des atomes (Lettre à H. 61) est moins choquant que la thèse stoïcienne en vertu de laquelle rien n’est rattrapé par rien (Comm. not. 1082 E). Ainsi laisse-t-il entendre que s’il partage, quant au fond, l’indignation des Stoïciens, il juge néanmoins que la théorie d’Épicure n’est pas totalement absurde : sans doute pense-t-il à l’argument de l’absence de résistance dans le vide (Lettre à H. 61)76. Toujours est-il qu’à partir de ces deux prémisses de la chute verticale entraînée par le poids et de la rapidité de déplacement égale dans le vide, il ne pouvait que tenir pour inévitable la conception d’une déviation minimale77, sans laquelle la constitution du monde devient impossible, les atomes poursuivant éternellement leur course sur des lignes parallèles sans jamais se rejoindre78. Quoiqu’il n’insiste sur l’importance du clinamen que du point de vue de l’éthique – mais il ne faut pas oublier que nous ne disposons pas de tous ses écrits et que dans les passages de ceux qui nous sont parvenus le contexte n’invite pas à présenter ce concept autrement –, la nécessité de ce dernier ne devait pas lui échapper non plus du point de vue de la physique79.

  • 80 Voir Cicéron, De fato, 20, 47 ; et Margherita Isnardi Parente, Stoici, Epicurei e il « motus sine c (...)
  • 81 Voir Quaest. conv. 718 A et 731 D ; cf. An. procr. 1014 F, 1015 A, et Plat. quaest. 1001 D.

35C’est pourquoi ses critiques dans ce domaine se révèlent être relativement nuancées. Plus que le défaut de causalité, ce qu’il condamne c’est l’inexistence d’une cause extrinsèque80 : le scandale, à ses yeux, réside dans l’auto-détermination de la matière. Très fortement influencé par Platon, il demeure convaincu du caractère essentiellement inerte de celle-ci et persuadé que le mouvement primordial dépend de l’âme du monde et, par-delà, de la divinité81. Du coup, imaginer des déviations spontanées lui paraît moins intolérable qu’enfermer le principe de la chute des atomes dans leur masse pesante, erreur plus grave encore, puisque c’est d’elle que découle ensuite l’obligation logique de poser l’existence de telles déviations.

  • 82 Sur ce point, voir P.-M. Morel, Démocrite et la recherche des causes, p. 275 sqq. ; et Atome et néc (...)
  • 83 Plotin et la doxographie épicurienne, p. 200-203.
  • 84 Robert Flacelière (Plutarque. Œuvres Morales, VII-2, p. 96), suivi par Daniel Babut (Plutarque et l (...)
  • 85 E. Bignone (La dottrina epicurea del « clinamen »..., p. 159-198) pense que cette théorie est appar (...)
  • 86 Par exemple, l’épicurisme romain ne condamne pas aussi catégoriquement la participation à la politi (...)
  • 87 Voir H. Cherniss, Ancient forms of philosophic discourse, pp. 33-34 ; et E. Paratore, La problemati (...)
  • 88 Hypothèse de C. Bailey, The Greek Atomists and Epicurus, p. 316.
  • 89 Voir E. Bignone, La dottrina epicurea del « clinamen »..., p. 174-175.
  • 90 Voir E. Moutsopoulos, Le « clinamen » source d’erreur ?, p. 182.
  • 91 Voir E. Bignone, ibid., p. 177-178 ; D.J. Furley, Aristotle and Epicurus on Voluntary Action, p. 16 (...)

36Ajoutons, par ailleurs, que le témoignage de Plutarque incite à accorder à Épicure lui-même82 l’invention du clinamen. Certes, Jean-Paul Dumont83 remarque que, dans un passage du De Pythiae oraculis où la thèse épicurienne de la déclinaison atomique donne lieu à des railleries, Plutarque place la rédaction des écrits d’Épicure « trois cents ans auparavant » (398 B : προ ; εjτω`ν τριακοσιvων), c’est-à-dire, si l’on situe la composition de ce dialogue pythique au cours de la troisième décennie du deuxième siècle de notre ère84, bien après la mort du philosophe de Samos, survenue en 270. Soutenant également qu’aucune raison philosophique ne rend nécessaire le postulat du clinamen, dans la mesure où le vide suffit, comme le pense Démocrite, à expliquer des mouvements en tout sens et, partant, des collisions, et où, d’autre part, le caractère imprévisible et incontrôlable d’une telle déviation, risquant de constituer un obstacle à l’équilibre de l’âme, ne s’impose pas non plus pour des motifs d’ordre éthique, il rejoint ceux85 qui refusent la paternité de ce concept à Épicure sous prétexte qu’il est étrangement absent du compte rendu de Diogène Laërce, de même que des citations de l’œuvre d’Épicure qui nous sont parvenues par d’autres canaux, et il conclut que l’idée n’appartient pas au fondateur du Jardin et qu’elle a été introduite plus tard, précisément à l’époque évoquée par Plutarque. Les objections ne manquent pas. L’expression de notre auteur n’est pas à prendre à la lettre : la préposition πρό (« avant ») désigne toute la période de temps comprise entre les débuts des deuxième et troisième siècles avant Jésus-Christ ; elle doit être interprétée au sens de « il y a plus de trois cents ans ». Ensuite, bien que l’épicurisme ne soit pas d’une rigidité absolue86, il n’en fait pas moins preuve, à la différence des autres Écoles, d’une continuité remarquable87. Les innovations restent mineures. C’est pourquoi l’introduction d’une idée aussi importante que celle-là n’aurait pas manqué d’être signalée comme une nouveauté. Cicéron le fait bien pour des nuances, quand il décrit l’évolution subie par la conception épicurienne de l’amitié (De finibus, 2, 82-83). De plus, l’absence de toute mention d’une quelconque déviation atomique dans la partie de l’œuvre d’Épicure que nous a transmise la tradition peut provenir soit d’une lacune dans les manuscrits de la Lettre à Hérodote88, soit de l’utilisation tardive de cette théorie par Épicure lui-même, qui ne l’avait peut-être pas encore élaborée au moment où il rédigea ce compendium89. Mais, si tel devait être le cas, il n’en reste pas moins vrai que la Lettre à Hérodote (51), dans l’état où elle nous est arrivée, semble contenir, quand elle explique l’erreur de jugement au moyen de la spontanéité du mouvement des atomes dont l’âme est composée, une préfiguration de l’idée de clinamen90, en évoquant un « certain autre mouvement en nous-mêmes » (καὶ ἄλλην τιν κίνησιν ἐν ἡµῖν αὐτοῖς). En outre, imaginer un minimum de spontanéité atomique est fondamental dans un système qui veut sauver l’action volontaire au sein du déterminisme, sans recourir à aucun principe spirituel91. Et, en dernier lieu, n’oublions pas que l’abondante et très précise information de Plutarque en ce qui concerne l’épicurisme se révèle être de première main et ne dépendre d’aucun doxographe. Or, sur cette question, il nomme expressément Épicure, et non pas ses épigones.

 

37Quatrième erreur : Plutarque attaque enfin principalement la physique épicurienne sur la façon dont elle rend compte des corps composés.

  • 92 Voir Col. 1111 E, 1112 B-C, cf. Amat. 769 F.
  • 93 Col. 1116 C : « les atomes précisément, disent-ils, doivent à leur impassibilité et à leur dureté d (...)

38Comment ces corpuscules dénués de qualités, indestructibles, inaltérables athées et inanimés que sont les atomes (Col. 1110 F, 1111 C-D, 1111 E, 1112 C) peuvent-ils s’unir et se mélanger ? Plutarque les juge incapables de produire quoi que ce soit en dehors d’eux pour une double raison : leur extrême dureté fait d’abord que de leurs rencontres ne peuvent résulter, à son avis, que des chocs incessants, les uns rebondissant continuellement sur les autres, sans jamais finir par former des ensembles unis, faute de cohésion92 ; ensuite, ajoute-t-il, les qualités des objets demeurent incompréhensibles, si l’on essaie de les expliquer à partir d’atomes qui non seulement ne subissent aucun changement qualificatif en raison de cette extrême dureté93, mais encore ne comportent eux-mêmes aucune qualité (Col. 1110 F, 1111 A, 1111 C-D, 1111 E, 1112 C).

  • 94 Voir Col. 1112 B, cf. Amat. 769 F (περιπλοκαῖς), Quaest. nat. 916 D (µπλοκάς), Plat. quaest. 1005 (...)
  • 95 Col. 1116 D : « ... étant donné que même les atomes, au plus profond de l’agrégat, ne peuvent absol (...)
  • 96 Sur l’origine démocritéenne de la théorie, voir Quaest. conv. ibidem.
  • 97 Voir Def. orac. 420 B : « les simulacres sourds, aveugles et inanimés » (τὰ εἴδωλα... τὰ κωϕὰ καὶ τ (...)
  • 98 Voir Suav. viv. Epic. 1105 E = frag. 213 Usener, cf. Lucrèce, IV, 722-761.
  • 99 Voir Col. 1121 A, 1123 C, où µορϕὰς (« formes ») remplace εἴδωλα (« simulacres »). Cf. Lettre à H. (...)
  • 100 Suav. viv. Epic. 1104 E : « ceux qui parlent de la sorte : Hommes nous ne sommes nés qu’une fois ; (...)

39Ici non plus il n’apparaît pas qu’il pêche par ignorance, ou que sa lecture des textes épicuriens manque de pénétration. Effectivement sa description de la génération et de la corruption selon l’épicurisme invite à croire qu’il connaît parfaitement la doctrine du Jardin sur ce point aussi. Lorsqu’il parle d’« entrelacement » (περιπλοκή)94, à propos de sa théorie de la constitution des réalités sensibles, ou quand il cite les Épicuriens sur les vibrations des atomes, qui même au cœur de leurs assemblages ne cessent de « palpiter » les uns contre les autres95, ou quand il précise que cette agitation permanente provoque au sein de l’agrégat des modifications constantes, des atomes se détachant par myriades et donnant ainsi naissance aux simulacres, tandis que des myriades d’autres viennent de l’extérieur plus ou moins compenser les déperditions, d’où les altérations subies par les corps composés, d’où également l’apparition et la disparition mêmes, auxquelles ces derniers sont sujets (Col. 1116 C = frag. 282 Usener) ; quand, par ailleurs, il rapporte que la matière des objets et de l’air contient pour Épicure beaucoup de vide, à la quantité duquel leur densité est liée (Quaest. conv. 720 F, 721 C), ou qu’il n’y a pas de création ni de destruction absolues dans le système épicurien (Col. 1111 F - 1112 A, cf. Lettre à H. 39), ou encore que les simulacres, ensembles d’atomes émis par tous les corps composés (Quaest. conv. 735 A ; Def. orac. 420 B) et qui reproduisent la forme de leur source (mais en aucune façon, si celle-là est un être vivant et notamment un homme, ils ne reflètent les mouvements de son âme et de sa pensée (Quaest. conv. 735 A-B), et ils sont encore moins, selon l’épicurisme96, doués eux-mêmes de réflexion et de sensibilité97), quand donc il signale que ces simulacres sont pour les Épicuriens la cause de phénomènes comme le magnétisme (Quaest. nat. 916 D), le souvenir98, le rêve (Quaest. conv. 735 A), le désir sexuel (Amat. 766 E) et la perception visuelle99, à aucun de ces moments-là il ne trahit, ni de déforme l’enseignement du Jardin. Il en sait même plus qu’il ne l’indique expressément : la citation qu’il donne d’une formule qu’il prête aux sectateurs d’Épicure et d’après laquelle il n’y a pas d’immortalité pour les hommes100 suggère que la théorie du caractère périssable du monde où nous vivons (Lettre à H. 73) ne lui était pas non plus inconnue : il est difficile d’imaginer la connaissance de l’un de ces deux dogmes sans celle de l’autre, tous deux étant la suite logique de la même conception du devenir. Il ressort, par conséquent, qu’il est largement familiarisé avec l’argumentation d’Épicure sur le problème de la génération et de la corruption et que son information est trop détaillée pour ne pas s’accompagner d’une juste intelligence des textes épicuriens dont elle implique la lecture. Il ne peut pas ne pas savoir qu’ils expliquent l’agrégation des atomes par la variabilité des distances auxquelles rebondissent ces derniers en fonction de leur configuration : les atomes ne sont pas tous ronds et lisses ; ils présentent pour certains d’entre eux des aspérités et des anfractuosités, si bien que leurs collisions ne sont pas suivies de répulsions immédiates et complètes. Pour peu qu’une protubérance se loge dans une cavité, ils restent accrochés plus ou moins longtemps. D’autre part, leur assemblage est également favorisé par l’obstacle qu’ils constituent les uns pour les autres : si l’intervalle qui les sépare est minime, par exemple dans le cas d’une grande densité, ils rebondissent sur des distances infimes et se trouvent retenus par leurs entrelacs encore plus fermement (Lettre à H. 43). Au total, ils s’agglomèrent et paradoxalement le facteur de cohésion dans cet agglomérat vient de leurs rebonds, parce que ceux-ci se neutralisent mutuellement (Lettre à H. 44).

40Que révèle donc le rejet par Plutarque de cette théorie, puisqu’on ne saurait parler de méconnaissance, ni de contresens ? Pourquoi, en outre, se moque-t-il des simulacres d’Épicure (Def. orac. 420 B ; Col. 1124 C), alors que lui-même il admet l’existence d’effluves, notamment à propos du magnétisme (Plat. quaest. 1005 B-D ?

  • 101 Il lui a consacré un traité en 9 volumes, intitulé Relativement à Empédocle (voir le catalogue de L (...)
  • 102 Pour la ϕυvσις au sens de maturation, voir Aristote, Mét. ∆ 4, 1014 b 16-17 ; H. Cherniss, Aristotl (...)
  • 103 Col. 1112 D : « car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous (...)
  • 104 Col. 1113 D : « Colotès dit que, si l’on suit Empédocle, nous ne serons en rien accessibles aux mal (...)
  • 105 Voir Col. 1113 A : « remettre en question les réalités et combattre les phénomènes » (κινεῖν τὰ ὄντ (...)
  • 106 Colotès n’est que le porte-parole de la polémique menée par Épicure au sein de son École contre Emp (...)
  • 107 Contrairement à l’opinion de R. Westman (Plutarch gegen Kolotes, p. 244) et à celle de Ph.-H. de La (...)

41Sa réfutation des critiques de Colotès contre Empédocle nous fournit la réponse à ces deux questions. Le disciple d’Épicure s’en prend à l’Agrigentin parce qu’il nie, pour ce qui est mortel, qu’il y ait ϕύσις et soutient qu’il s’agit d’un terme appliqué improprement à la réalité (Col. 1111 F = frag. B 8 DK). Empédocle, explique Plutarque qui est un bon connaisseur de sa pensée101, entend par ϕύσις génération102 et veut dire que rien ne naît du néant, ni ne disparaît dans le néant (Col. 1113 B-C). Or c’est précisément ce que critique Colotès : dès lors que le monde désigné par les mots se réduit à une convention, il perd son objectivité au point de nous faire douter de notre propre réalité103 et de rendre inutile tout effort pour mieux vivre (Col. 1112 D), puisque, si nous n’existons qu’en apparence, nous sommes forcément à l’abri des blessures et des maladies104. Autant de conséquences qui entrent en contradiction avec les phénomènes105. C’est, par conséquent, au nom de l’expérience sensible qu’Empédocle est mis en cause par les Épicuriens106. Colotès ne se méprend pas sur la signification que le philosophe d’Agrigente prête au mot ϕύσις107 ; il récuse simplement l’idée qu’il ne corresponde à rien d’objectif.

  • 108 Voir Col. 1111 F : « D’autre part, c’est à un roi illettré que Colotès donne l’impression de s’adre (...)
  • 109 Col. 1111 F : « lorsqu’il s’enflamme contre Empédocle, qui fait entendre la même chanson » (ἐξάπτετ (...)
  • 110 Col. 1112 F, 1113 B « bien que Colotès cite ce passage » (<ἃ> ὁ Κωλώτης παραθέµενος). Cf. 1113 D-E.
  • 111 Col. : 1113 D : « Eh bien, loin que ce point ait le moins du monde attiré ses critiques » (ἀλλ’ ὅλω (...)
  • 112 Ibidem : « Ce ne sont pas là propos d’un homme qui nie l’existence de ceux qui sont nés et sont en (...)
  • 113 Col. 1112 A : « En vérité, si Empédocle, en agglutinant et ajustant les éléments, joue sur leur cha (...)
  • 114 Voir Conjug. praec. 142 E-F, cf. Amat. 769 F. Voir aussi D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 10 (...)
  • 115 Voir Virt. mor. 441 E-F, cf. Quaest. conv. 648 D et 649 E.

42Bien qu’il insiste sur le véritable sens du terme ϕύσις chez Empédocle et laisse entendre que la pensée de celui-ci est scandaleusement trahie par Colotès, qui déforme cyniquement ses affirmations108, Plutarque n’écrit pas qu’il commet là un contre-sens. De surcroît, il administre la preuve qu’il ne se trompe pas sur la portée véritable de la critique épicurienne, quand il constate qu’Empédocle essuie le même reproche que Démocrite, pour avoir prétendu qu’il y a une part de convention dans la dénomination des réalités109. Ce qu’il dénonce chez son adversaire, c’est l’escamotage de ce qui empêche dans la théorie d’Empédocle de tirer les conclusions auxquelles Colotès aboutit110. En somme, les points de vue se révèlent être entièrement différents : celui-ci ne relève que la distinction entre le discours philosophique et l’opinion habituelle pour y voir une défiance à l’égard de l’expérience sensible, alors que notre auteur est plutôt frappé par une certaine convergence entre les positions empédocléenne et épicurienne sur la génération et la corruption (Col. 1112 A, F), dans la mesure où l’une et l’autre déclarent impossible de défendre la thèse d’une naissance et d’une mort absolues. C’est pourquoi, note-t-il111, Colotès n’attaque pas Empédocle lorsqu’il soutient qu’existent « ceux qui ne sont pas encore nés aussi bien que ceux qui sont déjà morts »112. En revanche, la divergence est fondamentale quant à la conception de la manière dont se forment les corps composés. À la différence d’Épicure, Empédocle, observe Plutarque, « agglutine les éléments », les « assemble » et les « mélange » pour créer une unité par « fusion »113. Reprenant la distinction stoïcienne des trois types d’unité (par juxtaposition, par assemblage, par fusion), il ne conçoit la cohésion des réalités naturelles que sur le mode d’une union totale de leurs parties constitutives114. Concernant l’existence proprement dite de ces réalités, leur génération et leur corruption, il partage pleinement l’opinion de Platon, pour qui le monde sensible et ses phénomènes s’expliquent par les variations du degré de leur participation au monde intelligible (Col. 1115 E-F et 1116 A), selon le jeu des principes contraires que sont l’identité, facteur de croissance, et l’altérité, source du changement et de la dégénérescence115. Il lui est donc impossible d’admettre l’argumentation épicurienne pour deux raisons : elle présente le double défaut dirimant de prétendre que des corps peuvent se trouver unis tout en restant la plupart du temps séparés par des ruptures de contact (Col. 1112 D-F), et de poser, d’autre part, l’essence des êtres et des choses dans leur matière (ibidem).

  • 116 De la génération et de la corruption, 2, 7, 334 a 18 - 335 a 23 ; Du Ciel, 3, 7, 305 b 1-28.

43En ce qui concerne les simulacres, il n’est pas explicite. Néanmoins, son désaccord dérive partiellement de ce qui précède. Il ne nie pas que des corps émanent des effluences, mais celles-ci n’ont rien à voir, chez lui, avec le processus de dégradation de la matière et il imagine encore moins qu’elles puissent s’incorporer dans les objets placés sur leur trajectoire et compenser ainsi leurs pertes de substance. Son explication du devenir repose sur une physique plus qualitative que quantitative et qui postule, à cause de l’instabilité des contraires qui s’attirent mutuellement et se transforment les uns dans les autres (Quaest. conv. 618 E et 648 D), le passage des éléments les uns aux autres que démontre Aristote116 en critiquant précisément Démocrite, parce qu’il recourt à l’idée de juxtaposition.

  • 117 Voir Ad princ. ind. 782 C-D ; Quaest. conv. 626 C ; Fac. lun. 921 D-E.

44Par ailleurs, sa théorie de la vision, identique à celle de Platon (Timée, 45 b – 46 c), fait de l’œil le point de départ d’un rayon visuel, qui se porte au-devant de la lumière extérieure117. Cet organe sensoriel n’est donc pas, d’après lui, contrairement à la thèse d’Épicure, un réceptacle passif et il n’a pas besoin, dans ces conditions, de donner aux effluves une forme quelconque, en sorte que les définir comme des décalques intangibles du monde sensible lui semble ne pas tenir compte de l’observation et n’être qu’un discours fictif sur un objet irréel.

45Avec le problème de la perception des phénomènes nous arrivons à la question de leurs qualités. Comment les atomes, dont les propriétés en dehors de leur mouvement et de leur poids, se bornent uniquement à leur taille, leur forme et leur dureté extrême qui les rend inaltérables, sont-ils capables d’engendrer dans les réalités qu’ils sont censés composer des caractéristiques telles que, par exemple, la couleur, ou la saveur, ou la chaleur, dont ils sont eux-mêmes dépourvus ?

  • 118 Col. 1111 E : « Mais l’atome est par lui-même privé de qualités et dépouillé de toute puissance gén (...)
  • 119 Col. 1111 A : « en conséquence, la couleur ne tirerait pas son origine de substances incolores » (ὅ (...)

46Pour Plutarque, la réponse ne peut être que négative. Ainsi conçus, ils ne sauraient posséder le moindre pouvoir de génération118. Il s’ensuit que les qualités des objets perdent tout fondement ontologique : elles n’existent pas réellement119. Aussi, s’étonne-t-il qu’Épicure refuse, au nom de la réalité, de les regarder comme des conventions et s’indigne-t-il qu’il se moque de Démocrite, dont le mérite est, selon lui, d’affirmer leur caractère purement conventionnel et de tirer de la sorte les conséquences logiques de ses principes (Col. 1110 E - 1111 C).

  • 120 Col. 1110 C : « Car, bien sûr, Épicure lui-même dit, dans le deuxième livre de son Contre Théophras (...)
  • 121 Col. 1109 C : « Car ailleurs les proportions et les adéquations (ils nous en rebattent les oreilles (...)
  • 122 Voir Col. 1109 F - 1110 B, cf. Quaest. conv. 652 A.
  • 123 Voir Lettre à H. 74, cf. Lucrèce, II, 581-588, 677-679, 686-687 ; et IV, 644.
  • 124 Pour la position de Démocrite, voir Théophraste, De sensu, 49-82 et W.-K.-C. Guthrie, A History of (...)

47Ici, non plus, Plutarque ne nous autorise pas à reprocher à sa critique de manquer de sérieux. Nous avons déjà constaté qu’il connaît le Contre Théophraste d’Épicure, dont il est le seul à nous rapporter le contenu (Col. 1110 C-D). Il sait donc indubitablement que pour le fondateur du Jardin les qualités des corps visibles dépendent de la nature de leur contact, soit direct, soit par l’intermédiaire des simulacres, avec l’organe qui les perçoit et que, pour le cas des couleurs, l’obscurité, qui entraîne une disparition plus ou moins totale de leur perception à cause de l’amenuisement de ce contact, prouve que la couleur est, pour les Épicuriens, une sensation colorée provoquée dans l’œil par l’ordre et la position des atomes qui le frappent120. Il sait partant aussi pourquoi Épicure se distingue de Démocrite sur ce point : à partir du moment où les qualités attribuées aux objets proviennent des combinaisons des atomes entre eux, force est de reconnaître qu’elles sont inscrites dans ceux-là, mais à l’état de virtualité, et que, par conséquent, les corps composés sont plus que la somme de leurs atomes. L’auteur de la Lettre à Hérodote (68-69, cf. Lucrèce, I, 907-914) affirme, en effet, que l’association dans une même chose d’atomes différents produit un tout unifié, dont la nature propre se confond avec la résultante de l’ensemble des propriétés de ses diverses composantes. Toute réalité sensible est donc une source d’innombrables sensations en puissance, dont l’actualisation correspond chaque fois à l’appréhension d’un aspect plus ou moins important de la totalité. Plutarque ne méconnaît pas le raisonnement : il le signifie nettement, lorsqu’à propos de l’explication épicurienne de la relativité de la perception, il fait allusion à la théorie « bien connue », comme il le souligne lui-même, et de la pénétration dans les organes sensoriels des seuls atomes dont la configuration est adéquate à celle des passages offerts par ces organes, et des mélanges multiples de semences, dont « la dispersion », selon les dires, écrit-il, des sectateurs du Jardin, « au sein de toutes les saveurs, de toutes les odeurs et de toutes les couleurs déterminent chez des sujets différents différentes perceptions d’une qualité »121. Notamment il n’ignore pas que d’après eux le vin est formé d’atomes générateurs de chaleur pour les uns et de froid pour les autres ; d’où des impressions divergentes selon les individus à l’organisme desquels ils se mêlent122. Il apparaît, dès lors, être parfaitement au courant du mécanisme par lequel l’épicurisme rend compte de la genèse des qualités et des arguments sur lesquels il s’appuie, quand il pourvoit les atomes du pouvoir d’engendrer ce qu’ils ne possèdent pas en eux et qu’il les assimile à des germes123. Bref, il nous invite fortement à penser que les raisons ne lui sont nullement inconnues pour lesquelles Épicure n’approuve pas Démocrite de soutenir que les qualités sensibles appartiennent, plutôt qu’à l’objet perçu, à l’esprit de la personne qui le perçoit124. Il faut, du coup, en conclure qu’il juge nul et non avenu l’effort de ce système pour aller plus loin dans la défense des phénomènes que l’atomisme ancien, en accordant aux qualités sensibles le statut du réel.

  • 125 Col. 1111 C : « il faut montrer comment, du simple fait de leur réunion, des corps dépourvus de qua (...)
  • 126 Col. 1111 A : « En effet, à partir de ce qui n’existe pas, il n’existe pas de génération... » (ἐκ µ(...)
  • 127 Voir Comm. not. 1086 A, cf. 1076 C-D, 1085 B-C ; Is. et Os. 369 A.
  • 128 Col. 1111 C-E ; Prim. frig. 947 E, cf. 952 B et 954 B ; Def. orac. 395 D.
  • 129 Timée 53 b sqq. ; cf. Def. orac. 427 A-E, 428 D-E.
  • 130 De gen. et corr. 334 a 21-26 ; 334 b 1-18 ; 335 a 3-9.
  • 131 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 8, 19.
  • 132 Voir Du ciel, 302 b 3-22. Voir aussi, à ce sujet, W. Schmid, Epikurs Kritik der platonischen Elemen (...)
  • 133 Voir Le sophiste, 254 b - 256 d. Cf. E ap. Delph. 391 B et Def. orac. 428 C.

48De fait, sa critique repose sur une conception diamétralement opposée de la génération de ces mêmes qualités sensibles. Il admet, sans difficulté, que des combinaisons différentes de même composantes naissent des réalités différentes, mais à condition que ces composantes reçoivent au départ une qualification minimum ; dès lors que celle-ci n’existe pas, aucun assemblage ne saurait, à son avis, la produire par lui-même, sauf démonstration du contraire, une démonstration qu’Épicure, laisse-t-il entendre125, ne fournit pas. Il lui reproche ainsi de postuler abusivement la possibilité d’un saut du non-qualitatif au qualitatif. Or un tel saut reste, à ses yeux, inacceptable, car il suppose que le néant donne naissance à quelque chose, ce qui de surcroît, note-t-il, est déclaré impossible par les Épicuriens eux-mêmes126. Ici, l’observation ne vise pas seulement à mettre ces derniers en contradiction avec eux-mêmes ; elle procède de la conviction profonde que les qualités, étant matérielles, ne sont pas absentes de la matière constitutives des objets127 et qu’ensuite elles dérivent toutes du chaud, du froid, du sec, de l’humide, du mou et du dur, qui sont les qualités premières possédées par les quatre éléments premiers que sont le feu, l’eau, l’air et la terre, dont le mélange engendre selon ses variations les diverses réalités128. Il s’inscrit, de la sorte, dans la lignée des philosophes pour qui, tels Platon129 et Aristote130, dont précisément il se réclame (Col. 1111 D), les qualités des corps composés sont nécessairement présentes dans les particules simples dont ils sont composés, y compris dans les figures simples de leur structure géométrique. Or c’est justement ce que rejette l’épicurisme, lorsqu’il réfute la théorie de l’homœomérie (Lucrèce, I, 830-920) et repousse131, sans doute sur la base des critiques aristotéliciennes132, l’attribution platonicienne aux quatre éléments corporels de leurs qualités physiques par les propriétés des figures et des volumes géométriques qui leur correspondent. La divergence vient de ce que le facteur de stabilité, indispensable si l’on veut comprendre la permanence plus ou moins longue des choses, sinon rien de ce qui existe ne s’expliquerait, est d’ordre matériel, d’après Épicure, qui situe le noyau immuable du devenir dans les atomes (Lettre à H. 40-41). Il en résulte que ces derniers ne doivent pas prendre part aux qualités, dont l’expérience révèle qu’elles sont sujettes au changement (Lettre à H. 54). Plutarque, en revanche, à la suite de Platon133, place ce facteur dans la participation à un principe abstrait d’unité et d’identité (Gen. Socr. 591 B-C). Le désaccord se réduit, en définitive à l’opposition du matérialisme et de l’idéalisme.

49À la lumière de ces analyses, trois constatations méritent de retenir l’attention.

50D’abord Plutarque, bien qu’il reprenne contre la physique épicurienne des objections qui avaient cours dans les autres Écoles, notamment celles du Portique et de l’Académie, ne se contente pas de reproduire artificiellement des arguments d’emprunt ou banals : ces arguments il se les approprie et, les faisant siens, il évite le poncif.

  • 134 Col. 1115 C : « donnant quelquefois l’impression d’être plus polémique que philosophique » (ϕιλοντι (...)

51S’il parvient à ce résultat, c’est parce que son jugement repose sur un examen sérieux des textes épicuriens. Sa condamnation procède d’une méthode plus philosophique qu’éristique, dans la mesure où le jeu quasi mécanique du retournement contre Colotès des accusations dont celui-ci accable des philosophes comme Platon, Parménide, Empédocle et Démocrite, a pour base un jugement qui atteint le fond des problèmes. De ce point de vue, il ne verse pas dans l’esprit de critique, dont certains, rappelle-t-il, ont taxé Aristote pour sa réfutation de la théorie platonicienne des idées134. Ses appréciations sont donc portées en connaissance de cause.

52Enfin, il ressort aussi que ses critiques ne sont pas dénuées de pertinence. Non seulement il saisit le motif des polémiques de l’épicurisme à l’endroit des autres systèmes, mais encore il comprend tout à fait les raisonnements sur lesquels Épicure assoit ses dogmes. Toutefois il refuse d’entrer dans le détail de son argumentation, parce que l’écart entre les principes adoptés de part et d’autre est trop grand pour favoriser un dialogue : sa conception platonicienne du monde fondée sur la transcendance et l’idéalisme le conduit continuellement à ramener les erreurs commises, à son avis, par la physique du Jardin au choix, inacceptable pour lui, du matérialisme.

Notes

1 Col. 1114 A : « le tout est un... » (τὸ δὲ πᾶν ἓν...) Cf. Parménide, fragments A, 7, 8 et 23 Diels/Kranz.

2 Col. 1114 D : « en posant l’être comme un, Parménide anéantit toutes choses » (...πάντα ἀναιρεῖν τῷ ἓν ὂν ὑποτίθεσθαι τὸν Παρµενίδην.)

3 Col. 1114 A : « Et de fait, chaque fois qu’Épicure dit que le tout est illimité, inengendré, incorruptible et qu’il n’augmente ni ne s’amoindrit, il raisonne bien sur le tout comme sur une chose une. » (Καὶ γὰρ Ἐπίκουρος ὅταν λέγῃ τὸ πᾶν ἄπειρον εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι καὶ ἄϕθαρτον καὶ µήτε αὐξόµενον µήτε µειούµενον, ὡς περὶ ἑνός τινος διαλέγεται τοῦ παντός.) Cf. L. à Hérodote, 41, 39.

4 Col. ibid. : « en conséquence pour vous aussi le tout est un... » (...ὥστε καὶ ὑµῖν ἓν τὸ πᾶν ἐστιν...)

5 Page 1114 A : « Au début du traité, il donne à entendre que la nature des réalités, ce sont des corps et du vide... » (Ἐν ἀρχῇ δὲ τῆς πραγµατείας ὑπειπὼν τὴν τῶν ὄντων ϕύσιν σώµατα εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι καὶ κενόν... = frag. 74 Usener).

6 Page 369 : Οὔτε γὰρ ἐν ἀψύχοις σώµασι τὰς τοῦ παντὸς ἀρχὰς θετέον, ὡς ∆ηµόκριτος καὶ Ἐπίκουρος, οὔτ’ ἀποίου δηµιουργὸν ὕλης ἕνα λόγον καὶ µίαν πρόνοιαν, ὡς οἱ Στωικοί, περιγιγνοµένην ἁπάντων καὶ κρατοῦσαν.

7 Col. 1114 A : τὸ δὲ πᾶν ἓν... Cf. Parménide, frag. A 7, 8 et 23 Diels/Kranz.

8 Col. 1114 D : « Parménide en posant l’être comme un anéantit toutes choses » (... πάντα ἀναιρεῖν τῷ ἓν ὂν ὑποτίθεσθαι τὸν Παρµενίδην).

9 Col. 1114 A : « Et de fait, chaque fois qu’Épicure dit que le tout est illimité, inengendré, incorruptible et qu’il n’augmente ni ne s’amoindrit, il raisonne bien sur le tout comme sur une chose une » (ΚαImage 10000000000000090000000F65FC6197FC301151.jpg γὰρ Ἐπίκουρος ὅταν λέγῃ τὸ πᾶν ἄπειρον εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι καὶ ἄϕθαρτον καὶ µήτε αὐξόµενον µήτε µειούµενον, ὡς περὶ ἑνός τινος διαλέγεται τοῦ παντός). Cf. Lettre à Hérodote, 41, 39.

10 Voir Col. 1116 D, où le « vide intangible » (τὸ ἀναϕὲς κενόν) et le « corps résistant » (τὸ ἀντερεῖδον σῶµα) sont l’un et l’autre placés par Épicure dans la catégorie de l’être (ὄντα), comme s’ils participaient de la même substance : « car il pense que ce qui est permanent partage une substance commune, et qui n’est pas différente, avec ce qui naît » (κοινῆς καὶ µὴ διαϕερούσης ἡγούµενος οὐσίας µετέχειν τὸ ἀίδιον τῷ γινοµένῳ).

11 Col. 1114 A et B, où le vide est dit ἀναϕές (intangible) et ἀσώµατον (incorporel).

12 Col. 1114 A. Faut-il traduire ὑπειπν par sous-entendre, ou par annoncer ? Cf. 1112 E, où κενόν est remplacé par τόπος : Ἐπικούρου δὲ λέγοντος ἡ τῶν ὄντων ϕύσις σώµατά ἐστι καὶ τόπος (« quand Épicure dit la nature des êtres, ce sont des corps et du lieu »). Les Épicuriens semblent avoir employé indifféremment les termes τόπος (lieu), χώρα (espace) et κενόν (vide), à la manière de synonymes (voir Lettre à H. 39-40 et Lucrèce, I, 426, 505, 954 sqq. et 1074). Pour la présence du vide à l’intérieur des corps composés, voir également Lucrèce, I, 399.

13 Voir Lettre à H. 40, où il est exliqué que la sensation en attestant le mouvement apporte un démenti à l’hypothèse d’un plein sans discontinuité. Cf. Lucrèce, I, 334 sqq.

14 Page 720 F : ϕέρεται τὰ ὄντ' ἐν τῷ µὴ ὄντι· πολὺ γὰρ κενὸν ἐνδιέσπαρται καὶ µέµικται ταῖς τοῦ ἀέρος ἀτόµους. Le non-être épicurien est, en fait, de l’être négatif.

15 Page 916 D : « ... les uns postulent un entrelacement d’émanations, d’autres des chocs, d’autres encore des poussées et des circonvolutions » (... οἱ µὲν ἐµπλοκὰς αὐτῶν (i-e τῶν ἀπορροιῶν), οἱ δὲ πληγὰς οἱ δ' ὤσεις τινὰς καὶ περιελεύσεις ὑποτιθέµενοι).

16 Voir frag. A 165 Diels/kranz, où figure le participe ἐµπλεκοµένων (« entrelacés »).

17 Voir frag. 293 Usener (Epicurea, p. 208-211), où il apparaît qu’Épicure s’est efforcé d’élucider l’attraction exercée par la pierre d’Héraclée sur le fer en imaginant que des atomes « se heurtent », « s’entrelacent » et « rebondissent ». Les verbes employés sont respectivement : προσκρούειν, περιπλέκεσθαι, ἀποπάλλεσθαι.

18 Il emprunte à Aristote (Physique, 215 a 14-15 et 267 a 15-20) le substantif ἀντιπερίστασις (« replacement par rotation »), là où Platon (Timée, 80 c) utilise le verbe περιωθεῖν (« exercer une poussée circulaire »).

19 Dans les autres passages de son œuvre où il parle de l’aimantation (Quaest. conv. 641 C et Is. et Os. 376 B), Plutarque n’examine pas le phénomène d’un point de vue scientifique ; il le désigne à l’aide des expressions courantes qui décrivent l’apparence de la réalité : « met en mouvement », « fait venir à lui », « amène à lui », « attiré et entraîné vers la pierre d’Héraclée » (κινεῖ, προσάγεται, ἄγει, ἑλκοµένῳ καὶ ἑποµένῳ πρὸς τὴν λίθον...) ; il suit en cela Platon : « de fait, cette pierre (i-e d’Héraclée) n’amène pas seulement à elle les anneaux de fer eux-mêmes »(Ion, 533 d : καὶ γὰρ αὕτη ἡ λίθος <i-e Ἡρακλεία> οὐ µόνον αὐτοὺς τοὺς δακτυλίους ἄγει τοὺς σιδηροῦς...).

20 En disant que l’anneau de fer suit les atomes qui s’échappent de lui, Lucrèce (VI, 1005-1016) reprend Démocrite plutôt qu’Épicure, pour qui (frag. 293 Usener) ce sont les atomes de la pierre-aimant qui, après avoir rebondi sur le fer, s’accrochent pendant leur mouvement en sens inverse aux atomes émanant de ce métal, lequel finit par être entraîné vers la pierre.

21 Voir Mayotte Bollack, La chaîne aimantine, p. 184.

22 Il croit (voir frag. A 89 Diels/Kranz) que le déplacement du fer vers l’aimant est causé par l’adaptation des effluves de celui-là aux pores de celui-ci. Cf. Plutarque, Quaest. nat. 916 D-F, pour l’explication du mimétisme chez le poulpe et le caméléon.

23 Voir Quaest. conv. 721 E : « quant au bronze, il n’a aucune part au vide » (χαλκῷ δὲ κενοῦ µὲν οὐδὲν µέτεστιν...)

24 Col. 1114 A : « ... c’est en pensant qu’elle est une qu’il a opéré sa division binaire, dont le second élément (bien qu’il ne soit rien en réalité)... » (ὡς µιᾶς οὔσης εἰς δύο πεποίηται τὴν διαίρεσιν, Image 100000000000000A0000000FC29B122A30FBBFB4.jpgν θάτερον ὄντως µὲν οὐθέν ἐστιν...) Plutarque cite, ici, le début du traité d’Épicure De la nature, ainsi qu’il le signale lui-même : « au début de son traité, il donne à entendre... » (ἐν ἀρχῇ δὲ τῆς πραγµατείας ὑπειπὼν). Mais, comme le montrent la comparaison avec Cicéron (De nat. deor. 2, 31, 82) et le fragment 92 de l’édition d’Usener, la première partie de la relative exprime le commentaire de notre auteur.

25 Ibid. : « ... reçoit de vous les noms d’intangible, de vide et d’incorporel » (ὀνοµάζεται δὲ ὑϕ' ὑµῶν ἀναϕὲς καὶ κενὸν καὶ ἀσώµατον).

26 Voir frag. A 37, 38, 40, 44, 45, 49 D. K. ; cf. Adv. Col. 1109 A : « désignant par ien le corps et par rien le vide » (δὲν µὲν ὀνοµάζων τὸ σῶµα, µηδὲν τὸ κένον). W. Burkert (« Logik und Sprachspiel bei Leukippos/Demokritos : Οὐ µᾶλλον als These und Denkform », p. 33) met de façon très éclairante ce jeu de mots, utilisé contre l’ontologie parménidienne, en relation avec la physique atomiste.

27 Voir F. Solmsen, Epicurus on void, matter and genesis, p. 264 ; et B. Inwood, The origin of Epicurus’ concept of void, p. 285.

28 Voir la Lettre à Hérodote 61 et Lucrèce, I, 334, 420-421, 426-428, 444 ; voir aussi D. Sedley, Two conceptions of vacuum, p. 188-190. Pour la parenté entre le κένον épicurien et la χώρα platonicienne, condition géométrique des lieux et de la matière, extension pure et intangible, voir F. Adorno, Epicuro. Epistola a Erodoto, 39, 7-40, 3, p. 245-275 ; et Fisica epicurea, fisica platonica e fisica aristotelica, p. 222-229.

29 Col. 1114 D : « ... il traque le discours de Parménide en s’en prenant aux mots au lieu des choses et affirme qu’en posant l’être comme un il fait disparaître purement et simplement toutes choses » (ταῦτα συκοϕαντῶν ἐκ τῆς ϕωνῆς ὁ Κωλώτης καὶ τῷ ῥήµατι διώκων οὐ τῷ πράγµατι τὸν λόγον ἁπλῶς ϕησι πάντα ἀναιρεῖν τῷ ἓν ὂν ὑποτίθεσθαι τὸν Παρµενίδην).

30 Voir R. Westman, Plutarch gegen Kolotes, p. 53. L’argumentation du disciple d’Épicure repose sur la conviction qu’il est impossible de séparer l’existence de l’essence.

31 Col. 1114 C et D. Pour l’aspect platonicien de l’interprétation du poème de Parménide par Plutarque, voir J. P. Hershbell, Plutarch and Parmenides, p. 203.

32 Col. 1116 D : « Mais ce genre de différence de substance, il existe dans les réalités ! <...> Car il pense que ce qui est permanent partage une substance commmune et unique » (Ἀλλ’ ἔστι µὲν ἐν τοῖς πράγµασιν ἡ τοιαύτη διαϕορὰ τῆς οὐσίας <...> κοινῆς καὶ µιᾶς ἡγούµενος οὐσίας µετέχειν...)

33 Col. 1116 B-C. Voir D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 137. Plutarque, cependant, n’adopte pas la théorie stoïcienne des incorporels : voir sa critique dans Comm. not. 1074 D.

34 Voir ibidem. Épicure passait pour être un mauvais écrivain. Cf. H. Usener, Epicurea, p. 88-90, 343.

35 Voir R. Westman, Plutarch gegen Kolotes, p. 70.

36 Col. 1115 C : « Mais vraiment Platon affirme que les chevaux que nous avons sous les yeux sont des chevaux illusoires et qu’il en est de même pour les hommes » Ἀλλὰ δὴ Πλάτων ϕησὶ τοὺς ἵππους ὑϕµῶν µαταίως ἵππους εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι <δοξάζεσθαι> καὶ τοὺς ἀνθρώπους <ἀνθρώπους>).

37 Voir Col. 1115 D, où Plutarque ironise sur la compétence de Colotès.

38 Ibidem : « Mais, attendu que Colotès fait totalement corps avec le savoir, il a pris comme une seule et même chose le fait que l’homme n’est pas et le fait que l’homme est non-étant » (ὁ δ’ οια δὴ σοϕὶας οὐδ’ ἀκαρὲς ἀπέχων ὡς ἓν καὶ ταὐτὸν ἔλαβε τό µὴ εImage 10000000000000080000000FB156D6B6247BB29D.jpgναι τὸν ἄνθρωπον καὶ τὸ εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι µὴ ὂν τὸν ἄνθρωπον).

39 Col. 1115 D-F. Cf. Platon, Sophiste, 255 d-e et 258 d-e.

40 C’est également son opinion personnelle, comme en témoigne l’E ap. Delph. (393 B), où il est écrit que l’altérité dégrade l’être pour produire le non-être. Sur le caractère relatif du non-être platonicien, voir H. Cherniss, Aristotle’s criticism of Plato and the Academy, p. 92.

41 Voir J. Fallot, Il piacer e la morte nella filosofia di Epicuro...

42 Cf. Def. orac. 428 B. Sur le dualisme de Plutarque et son origine platonicienne, voir M. Codignola, La formazione spirituale di Plutarco e la sua personalità filosofico-religiosa, p. 481

43 Col. 1114 B : « ... de ces principes, l’un est inactif, impassible, incorporel » (Image 100000000000000A0000000FC29B122A30FBBFB4.jpgν τὸ µὲν ἄπρακτον ἀπαθὲς ἀσώµατον).

44 Col. 1114 A : « Mais pardieu ! ils sont illimités en nombre les corps, selon Épicure, et chacun des phénomènes naît d’eux » (Ἀλλ’ ἄπειρα νὴ ∆ία πλήθει τὰ σώµατα κατ' Ἐπίκουρόν ἐστι καὶ γίνεται τῶν ϕαινοµένων ἕκαστον ἐξ ἐκείνων). Cf. 1112 E.

45 Col. 1116 A : « ... celui qui n’admet ni corps, ni vivant, ni génération, ni sensation » (ὁ σῶµα καὶ ζῷον καὶ γένεσιν καὶ αἴσθησιν µὴ ἀπολιπὼν). Cf. 1112 B-C et E.

46 Pour Aristote, toute grandeur peut se subdiviser à l’infini (Phys. 3, 6, 206 a, 16-17) et, donc, les atomes, qui possèdent une grandeur puisque des tailles différentes leur sont attribuées (Démocrite, frag. A 5, 37, 41, 43, etc. Diels/Kranz ; Épicure, Lettre à H. 42-43, 55-56 ; Lucrèce, II, 478-499), ne sauraient être indivisibles (Phys. 6, 1, 231 a 21 - b 18). Voir L.U. Pancheri, Greek atomism and the One and the Many, p. 140-141.

47 Voir J. Moreau, Le Mécanisme épicurien et l’ordre de la nature, p. 469-470, et M. Isnardi Parente, Opere di Epicuro, p. 11.

48 Les premiers Atomistes avaient précisément postulé l’existence de particules de matière absolument indivisibles pour échapper aux difficultés de l’éléatisme. Voir D.J. Furley, Two studies in the Greek Atomists, p. 127.

49 Voir Lettre à H. 58-59. Pour la signification de ce concept (s’agit-il d’une divisibilité théorique ou physique ?), voir G. Vlastos, Minimal parts in Epicurean Atomism, p. 121-147 ; et J. Furley, ibid. p. 21-22. Voir également I. Mueller (Geometry and scepticism, p. 89, note 3) et sa critique de l’interprétation de J. Bollack et H. Wisman (La Lettre d’Épicure), pour qui l’atome épicurien ne comprend aucune partie d’aucune sorte.

50 L’atomismo di Epicuro..., p. 371-382.

51 Cf. Aristote, Phys. 265 a 23 ; Du ciel, 269 a 19 ; De la génération et de la corruption, 333 a 1 ; Mét. Λ 7, 1072 b 35 ; Pol. 1253 a 20.

52 « Mais pardieu ! ils sont illimités en nombre les corps, selon Épicure, et chacun des phénomènes naît d’eux » (Ἀλλ’ ἄπειρα νὴ ∆ία πλήθει τὰ σώµατα κατὰ Ἐπίκουρόν ἐστι, καὶ γίνεται τῶν ϕαινοµένων ἕκαστον ἐξ ἐκείνων).

53 En dépit de l’assertion de Diogène Laërce (9, 44), il ne semble pas que pour l’Abdéritain la taille des corps insécables ait été d’une diversité infinie. D. O’Brien (La taille et la forme des atomes dans les systèmes de Démocrite et d’Épicure..., p. 186-203) montre qu’Épicure, en refusant l’hypothèse d’une variété infinie de grandeurs atomiques, ne s’oppose pas à la théorie de Démocrite et que prêter à ce dernier l’idée d’une infinité de tailles pour les atomes provient d’un préjugé, qui présuppose l’impossibilité de concevoir des formes infiniment variées, sans qu’elles soient liées à des différences infinies de grandeur.

54 Cf. Lucrèce, I, 459-463. Pour Épicure, le temps n’a pas d’existence propre : il est une des façons dont la pensée se représente le mouvement (voir F. Caujolle-Zaslawsky, Le temps épicurien est-il atomique ?, p. 295-296) et, comme le mouvement est incessant, il en découle, pour le temps, l’absence de limite et même une multiplicité elle-même illimitée de temps différents.

55 « ... L’autre principe échappe à l’ordre, au calcul, à la compréhension, étant donné qu’il se dissout et se jette lui-même dans la confusion, puisque, par pléthore, il n’est ni maîtrisé, ni non plus délimité » (ἡ δὲ ἄτακτος ἀλογος ἀπερίληπτος, αὑτὴν ἀναλύουσα καὶ ταράττουσα τῷ µὴ κρατεῖσθαι µηδὲ ὁρίζεσθαι διὰ πλῆθος).

56 Col. 1114 B, cf. Def. orac. 423 C et 426 C.

57 Def. orac. 420 B.

58 Voir A. Levi, Il concetto del tempo nelle filosofia dell’eta romana, p. 175.

59 Sur le sujet, voir M. Isnardi Parente, Opere di Epicuro, p. 12, et C. Bailey, The Greek Atomists and Epicurus, p. 315.

60 « Le présent ne se laisse toucher que par la partie la plus infime du temps, puis il échappe à la perception. » (Τὸ γὰρ παρὸν τῷ ἐλαχίστῳ τοῦ µορῖῳ θιγεῖν παρασχόν, εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgτα τὴν αἴθησιν ἐκϕυγὸν...).

61 A. Grilli (L’uomo e il tempo, p. 90) montre que le concept de minimum temporel élaboré par Épicure pour être opposé à l’idée d’une divisibilité infinie du temps a été repris par le Stoïcien Panétius, qui s’en est servi contre les Cyrénaïques, afin de faire valoir qu’ils avaient tort de ne s’intéresser qu’au présent, attendu que c’est la partie la plus petite du temps.

62 Voir Def. orac. 430 E ; Ser. num. vind. 550 D ; E ap. Delph. 388 D ; Is. et Os. 365 B.

63 « ... parce que la nature n’a ni une pléthore indéfinie et illimitée, ni un mouvement échappant à l’ordre et au calcul » (διὰ τὸ µήτε πλῆθος ἀόριστον καὶ ἄπειρον τὴν ϕύσιν ἔχειν µήτε κίνησιν ἄλογον καὶ ἄτακτον).

64 Pour le rejet des mathématiques et de ses postulats par Épicure, voir Sextus Empiricus, Adv. Math. I, 1, cf. Suav. Viv. Epic. 1093 C et Quaest. conv. 720 E-F.

65 Pour la dette de Platon à l’égard du pythagorisme, voir Aristote, Mét. A 6, 987 a 29 - 988 a 17.

66 Pour la théorie des nombres pairs et impairs, d’origine pythagoricienne, voir aussi Def. orac. 387 F - 388 E, cf. Is. et Os. 374 A. Sur la passion de Plutarque pour les mathématiques, voir E ap. Delph. 387 F et l’article de Daniel Babut relatif à ce passage, « Du scepticisme au dépassement de la raison : philosophie et foi religieuse chez Plutarque » dans Parerga. Choix d’articles de Daniel Babut (1974-1994), Maison de l’Orient Méditerranéen, Lyon, 1994, p. 556-562.

67 Lettre à H. 60 : « Car le mouvement dans son ensemble ne se conçoit en rien moins dans l’opposition sans limite de chacune de ses deux directions » (ἡ γὰρ ὅλη ϕορὰ οὐθὲν Image 10000000000000080000000F8111ED3DB831BA42.jpgττον ἑκατέρᾳ ἑκατέρᾳ ἀντικειµένη ἐπ’ ἄπειρον νοεῖται).

68 Voir Du Ciel, 1, 7, 276 a 8-12 ; et Phys. 3, 5, 205 b 24 - 206 a 2.

69 En définissant le haut comme la périphérie de la sphère du cosmos et le bas comme son centre, Aristote pose en tout point de ce centre deux directions vers le haut et deux autres vers le bas. Voir D. Konstan, Epicurus on Up and Down. Letter to Herodotus 60, p. 270-272.

70 Voir De Witt N.W., Epicurus : his perpendicular universe, p. 58-59.

71 Cf. Def. orac. 424 D-E et C.

72 Voir Lucrèce, II, 184-190, 216-218 et 222. Cf. Cicéron, De fin. 1, 6, 18.

73 Voir 1110 F : « ... ces affirmations sont aussi inséparables de la doctrine d’Épicure que la figure et le poids le sont, selon leurs propres dires, de l’atome » (ταῦτα τῶν Ἐπικούρου δογµάτων οὕτως ἀχώριστά ἐστιν ὡς τὸ σχῆµα καὶ τὸ βάρος αὐτοὶ τῆς ἀτόµου λέγουσι).

74 Voir Stoic. rep. 1054 B-C : « le mouvement vers le bas que l’atome, selon Épicure, tire de lui-même » (τὴν λεγοµένην ὑπ’ Ἐπικούρου τῆς ἀτόµου κάτω ϕορὰν ἐξ αὑτῆς).

75 Voir D. O’Brien, Theories weight in the ancient world. Democritus..., p. 5. Pour l’interprétation de la pensée des premiers Atomistes sur ce problème, voir V.E. Alfieri (Atomo Iidea..., p. 94), d’après qui la cinématique démocritéenne a son fondement dans la géométrie de la forme ; et W.K.C. Guthrie (A History of Greek Philosophy, vol. 2, p. 404), selon qui la source du mouvement est pour l’atomisme ancien inhérente à la matière.

76 D. O’Brien (op. cit. supra, p. 187) souligne que cette idée a pour objet de dépasser les arguments d’Aristote contre la possibilité du mouvement dans le vide.

77 Pour l’expression, voir le témoignage de Plutarque lui-même dans Soll. anim. 964 C (... ἄτοµον παρεγκλῖναι µίαν ἐπί τοὐλάχιστον...). Sur la théorie épicurienne des minimae partes appliquée au mouvement, voir Margherita Isnardi Parente, Opere di Epicuro, p. 12 ; et C. Bailey, The Greek Atomists..., p. 315. Pour son incidence sur la vitesse des atomes, voir P.-J. Ricknell, Atomic Isotacheia in Epicurus, Apeiron 17, 1983, p. 58-59.

78 Voir Lucrèce, II, 218-250, cf. Cicéron, De fin. 1, 6, 18-19.

79 À ce sujet, voir D.J. Furley, To studies in the Greek Atomists. Study II. Aristotle and Epicurus on Voluntary Action, p. 236.

80 Voir Cicéron, De fato, 20, 47 ; et Margherita Isnardi Parente, Stoici, Epicurei e il « motus sine causa », p. 25.

81 Voir Quaest. conv. 718 A et 731 D ; cf. An. procr. 1014 F, 1015 A, et Plat. quaest. 1001 D.

82 Sur ce point, voir P.-M. Morel, Démocrite et la recherche des causes, p. 275 sqq. ; et Atome et nécessité, Démocrite, Épicure, Lucrèce, p. 42-45.

83 Plotin et la doxographie épicurienne, p. 200-203.

84 Robert Flacelière (Plutarque. Œuvres Morales, VII-2, p. 96), suivi par Daniel Babut (Plutarque et le stoïcisme, p. 154), le date des environs de 125.

85 E. Bignone (La dottrina epicurea del « clinamen »..., p. 159-198) pense que cette théorie est apparue tardivement dans le système épicurien. sur cette question, voir J. et M. Bollack et H. Wismann, Histoire d’un problème, p. 199.

86 Par exemple, l’épicurisme romain ne condamne pas aussi catégoriquement la participation à la politique ou l’usage de la rhétorique et de la poésie qu’Épicure lui-même. Voir P. Grimal, Cicéron. Discours XVI-1, Contre Pison, p. 62.

87 Voir H. Cherniss, Ancient forms of philosophic discourse, pp. 33-34 ; et E. Paratore, La problematica sull’epicureismo a Roma, p. 153.

88 Hypothèse de C. Bailey, The Greek Atomists and Epicurus, p. 316.

89 Voir E. Bignone, La dottrina epicurea del « clinamen »..., p. 174-175.

90 Voir E. Moutsopoulos, Le « clinamen » source d’erreur ?, p. 182.

91 Voir E. Bignone, ibid., p. 177-178 ; D.J. Furley, Aristotle and Epicurus on Voluntary Action, p. 166 ; C. Diano, La psicologia di Epicuro e la teoria delle passioni, p. 5-49 ; J.-M. Rist, Epicurus, p. 48, 92-99 ; Margherita Isnardi Parente, Opere di Epicuro, p. 14.

92 Voir Col. 1111 E, 1112 B-C, cf. Amat. 769 F.

93 Col. 1116 C : « les atomes précisément, disent-ils, doivent à leur impassibilité et à leur dureté d’être tout le temps dans le même état » (λέγουσι καὶ τὰς ἀτόµους ἀπαθείᾳ καὶ στερρότητι πάντα χρόνον ὡσαύτως ἔχειν). Cf. 1111 A, 1112 C, 1116 D.

94 Voir Col. 1112 B, cf. Amat. 769 F (περιπλοκαῖς), Quaest. nat. 916 D (µπλοκάς), Plat. quaest. 1005 D (περιπλοκήν).

95 Col. 1116 D : « ... étant donné que même les atomes, au plus profond de l’agrégat, ne peuvent absolument jamais cesser de se mouvoir et de s’entrechoquer, comme justement ils le disent eux-même » (καὶ τῶν ἐν βάθει τοῦ συγκρίµατος ἀτόµων οὐδέποτε λῆξαι κινήσεως οὐδὲ παλµῶν πρὸς ἀλλήλας δυναµένων, ὥσπερ αὐτοὶ λέγουσιν = frag. 282 Usener).

96 Sur l’origine démocritéenne de la théorie, voir Quaest. conv. ibidem.

97 Voir Def. orac. 420 B : « les simulacres sourds, aveugles et inanimés » (τὰ εἴδωλα... τὰ κωϕὰ καὶ τυϕλὰ καὶ ἄψυχ’). Cf. Suav. viv. Epic. 1105 E : « ... qui n’ont ni esprit, ni sensibilité » (οImage 10000000000000090000000FA39764D44CEADBD6.jpgς οὔτε νοῦς ἐστιν οὔτ’ αἴσθησις). Sur ce point, Épicure ne professe pas tout à fait la même doctrine que Démocrite (voir Quaest. conv. 735 B). Mais la divergence n’est pas fondamentale et reste purement verbale, car la vie que l’Abdéritain accorde aux simulacres est plus apparente que réelle – « comme s’ils étaient animés » (ὥσπερ ἔµψυχα) dit-il –, dans la mesure où, pour lui non plus, leur animation n’est pas autonome.

98 Voir Suav. viv. Epic. 1105 E = frag. 213 Usener, cf. Lucrèce, IV, 722-761.

99 Voir Col. 1121 A, 1123 C, où µορϕὰς (« formes ») remplace εἴδωλα (« simulacres »). Cf. Lettre à H. 46-48 et Lucrèce, IV, 26-461.

100 Suav. viv. Epic. 1104 E : « ceux qui parlent de la sorte : Hommes nous ne sommes nés qu’une fois ; deux fois ce n’est pas possible ; il faut à jamais ne plus être » (οἱ ταυτὶ λέγοντες ἅπαξ ἄνθρωποι γεγόναµεν, οImage 10000000000000090000000FA39764D44CEADBD6.jpgς δὲ οὐκ ἔστι γενέσθαι, δεῖ δὲ τὸν αἰῶνα µηκέτι εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι = frag. 204 Usener). Cf. 1106 F et Sentences Vaticanes, 14.

101 Il lui a consacré un traité en 9 volumes, intitulé Relativement à Empédocle (voir le catalogue de Lamprias, no 43 : Εἰς Ἐµπεδοκλέα βιβλία ι’). Sur la qualité de sa connaissance d’Empédocle, voir J.-P. Hershbell, Plutarch as a source for Empedocles re-examined, p. 156-184 ; et D. O’Brien, Empedocles’ Cosmic Cycle, p. 31.

102 Pour la ϕυvσις au sens de maturation, voir Aristote, Mét. ∆ 4, 1014 b 16-17 ; H. Cherniss, Aristotle’s Criticism of Presocratic Philosophy, p. 190, note 446 ; G.S. Kirk, Heraclitus..., p. 228-229 ; N. Van der Ben, Empedocles’ fragments 8, 9, 10 D.K., p. 203-207.

103 Col. 1112 D : « car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous aurions commerce dans notre vie » (οὔτε γὰρ ἡµεῖς ἐσµεν οὔτε ἄλλοις χρώµενοι ζῶµεν).

104 Col. 1113 D : « Colotès dit que, si l’on suit Empédocle, nous ne serons en rien accessibles aux maladies, ni non plus aux blessures » (λέγει <s-e Κωλώτης> δὲ κατ’ αὐτὸν <i-e Ἐµπεδοχλέα> οὐδεImage 100000000000000A0000000F3A90CF736A100D27.jpg νοσήσειν ἡµᾶς οὐδὲ τραυµατισθήσεσθαι). Il n’est pas nécessaire de recourir, comme le fait Ph. H. de Lacy (compte rendu du livre de R. Westman, Plutarch gegen Kolotes..., p. 435), à Lucrèce (III, 484-486) pour expliquer la remarque de Colotès : ce dernier ne s’appuie pas sur le principe épicurien en vertu duquel ce qui peut être endommagé peut être détruit, et qu’’inversement ce qui ne peut subir de destruction ne subit pas non plus de dommage ; son raisonnement est à nouveau (cf. 1110 E-F) que tenir le réel pour conventionnel constitue une agression contre le témoignage des sens et revient à prétendre que la réalité est irréelle.

105 Voir Col. 1113 A : « remettre en question les réalités et combattre les phénomènes » (κινεῖν τὰ ὄντα καὶ µάχεσθαι τοῖς ϕαινοµένοις).

106 Colotès n’est que le porte-parole de la polémique menée par Épicure au sein de son École contre Empédocle. Pour les 22 lettres écrites par Hermarque sur l’Agrigentin, voir Cicéron, De nat. deor. 1, 33, 93 et Diogène Laërce, 10, 25.

107 Contrairement à l’opinion de R. Westman (Plutarch gegen Kolotes, p. 244) et à celle de Ph.-H. de Lacy (Plutarch’s Moralia, XIV, p. 169-170).

108 Voir Col. 1111 F : « D’autre part, c’est à un roi illettré que Colotès donne l’impression de s’adresser » (Ὁ δὲ Κωλώτης, ὥσπερ ἀγραµµάτῳ βασιλεῖ προσδιαλεγόµενος). La comparaison suggère que le disciple d’Épicure traite son lecteur comme un ignorant incapable de contrôler l’exactitude de sa présentation de la pensée d’Empédocle.

109 Col. 1111 F : « lorsqu’il s’enflamme contre Empédocle, qui fait entendre la même chanson » (ἐξάπτεται τοῦ Ἐµπεδοκ έους <ὡς> ταὐτὸ πνέοντος). Voir aussi 1112 D - 1113 B, cf. le frag. B 9 DK, cité précisément par Colotès, aux dires mêmes de Plutarque (1113 B).

110 Col. 1112 F, 1113 B « bien que Colotès cite ce passage » (<ἃ> ὁ Κωλώτης παραθέµενος). Cf. 1113 D-E.

111 Col. : 1113 D : « Eh bien, loin que ce point ait le moins du monde attiré ses critiques » (ἀλλ’ ὅλως ὁ Κωλώτης τοῦτο µὲν οὐκ ἐγκέκληκε). Ici, Plutarque n’exprime pas de l’étonnement, comme le pense Ph. H. de Lacy (Compte rendu du livre de R. Westman, Plutarch gegen Kolotes, p. 437), mais l’avis que cette façon d’affirmer l’immortalité mérite d’être critiquée et que le disciple d’Épicure ne procède pas à la bonne critique. Ajoutons que la correction du texte des mss. ὅλως en ὅµως par Pohlens n’est pas indispensable : avec la négation οὐκ qui suit, la phrase déplore que Colotès n’ait « absolument pas » incriminé Empédocle à ce sujet.

112 Ibidem : « Ce ne sont pas là propos d’un homme qui nie l’existence de ceux qui sont nés et sont en vie, mais plutôt de quelqu’un qui est d’avis qu’existent aussi bien ceux qui ne sont pas encore nés que ceux qui sont déjà morts » (ταῦτα γὰρ οὐκ ἀρνουµένου µὴ εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι τοὺς γεγονότας καὶ ζῶντάς ἐστιν, εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι δὲ µᾶλλον οἰοµένου καὶ τοὺς µηδέπω γεγονότας καὶ τοὺς ἤδη τεθνηκότας). Contrairement à l’interprétation de Ph. H. de Lacy (Colotes’First Criticism of Democritus, p. 71), Colotès n’objecte pas, ici, que l’immortalité attribuée aux hommes par Empédocle est contredite par les maladies et les blessures, lesquelles entraînent inéluctablement une destruction.

113 Col. 1112 A : « En vérité, si Empédocle, en agglutinant et ajustant les éléments, joue sur leur chaleur, leur mollesse et leur humidité pour conférer à leur mélange, jusqu’à un certain point du moins, une unité naturellement cohérente... » (Καίτοι ὁ µὲν Ἐµπεδοκλῆς τὰ στοιχεῖα κολλῶν καὶ συναρµόττων θερµότητι καὶ µαλακότητι καὶ ὑγρότητι µῖξιν αὐτοῖς καὶ συµϕυίαν ἑνωτικὴν ἁµωσγέπως ἐνδίδωσιν...). Cf. 1112 B : « bien loin d’être mélange et agglutination » (µηδὲ µῖξιν εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι µηδὲ κόλλησιν).

114 Voir Conjug. praec. 142 E-F, cf. Amat. 769 F. Voir aussi D. Babut, Plutarque et le stoïcisme, p. 109 et 232.

115 Voir Virt. mor. 441 E-F, cf. Quaest. conv. 648 D et 649 E.

116 De la génération et de la corruption, 2, 7, 334 a 18 - 335 a 23 ; Du Ciel, 3, 7, 305 b 1-28.

117 Voir Ad princ. ind. 782 C-D ; Quaest. conv. 626 C ; Fac. lun. 921 D-E.

118 Col. 1111 E : « Mais l’atome est par lui-même privé de qualités et dépouillé de toute puissance génératrice » (ἡ δὲ ἄτοµος αὐτή τε καθ’ ἑαυτὴν ἔρηµός ἐστι καὶ γυµνὴ πάσης γονίµου δυνάµεως). Cf. 1111 B, 1112 C.

119 Col. 1111 A : « en conséquence, la couleur ne tirerait pas son origine de substances incolores » (ὅθεν οὔτε χρόαν ἐξ ἀχρῶστων <...> ὑπάρχειν).

120 Col. 1110 C : « Car, bien sûr, Épicure lui-même dit, dans le deuxième livre de son Contre Théophraste que les couleurs, loin d’être intrinsèques aux corps, prennent naissance en fonction de certaines positions et de certains arrangements relativement à l’œil » (Αὐτὸς γὰρ οImage 100000000000000A0000000F22822B7388A4ABBB.jpgν ὁ Ἐπίκουρος ἐν τῷ δευτευρῳ τῶν Πρὸς Θεόϕραστον οὐκ εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι λέγων τὰ χρώµατα συµϕυῆ τοῖς σώµασιν, ἀλλὰ γεννᾶσθαι κατὰ ποιάς τινας τάξεις καὶ θέσεις πρὸς τὴν ὄψιν). Cf. Lucrèce, II, 757-816.

121 Col. 1109 C : « Car ailleurs les proportions et les adéquations (ils nous en rebattent les oreilles) des pores des organes sensoriels et les multiples mélanges des semences, qui, selon eux, du fait que celles-ci sont dispersées en chacune des saveurs, des couleurs et des couleurs, mettent en mouvepent une sensation des qualités qui diffère d’un individu à l’autre... » (Αἱ δὲ πολυθρύλητοι συµµετρίαι καὶ ἁρµονίαι τῶν περὶ τὰ αἰσθητήρια πόρων αἵ τε πολυµιξίαι τῶν σπερµάτων, ἃ δὴ πᾶσι χυµοῖς καὶ ὀσµαῖς καὶ χροιαῖς ἐνδιεσπαρµένα λέγουσιν ἑτέραν ἑτέρω ποιότητος κινεῖν αἴσθησιν). Cf. 1109 E : « ... ceux qui clament que tout le sensible est un mélange de qualités de toute sorte... » (οἳ πᾶν µὲν τὸ αἰσθητὸν κρᾶµα παντοδαπῶν ποιοτήτων ἀποϕαίνουσι).

122 Voir Col. 1109 F - 1110 B, cf. Quaest. conv. 652 A.

123 Voir Lettre à H. 74, cf. Lucrèce, II, 581-588, 677-679, 686-687 ; et IV, 644.

124 Pour la position de Démocrite, voir Théophraste, De sensu, 49-82 et W.-K.-C. Guthrie, A History of Greek Philosophy, 2, p. 438-451.

125 Col. 1111 C : « il faut montrer comment, du simple fait de leur réunion, des corps dépourvus de qualités ont fourni des qualités de toute sorte » (δεικτέον ὅπως ἄποια σώµατα παντοδαπὰς ποιότητας αὐτῷ µόνῳ τῷ συνελθεῖν παρέσχεν).

126 Col. 1111 A : « En effet, à partir de ce qui n’existe pas, il n’existe pas de génération... » (ἐκ µὲν γὰρ τοῦ µ ὄντος οὐκ εImage 10000000000000080000000FFDDA1803544B4A6E.jpgναι γένεσιν). Cf. Lettre à H., 38. Sur l’utilisation épicurienne de ce dogme des Éléates, voir E. Asmis, Epicurus’Scientific Method, p. 231-232.

127 Voir Comm. not. 1086 A, cf. 1076 C-D, 1085 B-C ; Is. et Os. 369 A.

128 Col. 1111 C-E ; Prim. frig. 947 E, cf. 952 B et 954 B ; Def. orac. 395 D.

129 Timée 53 b sqq. ; cf. Def. orac. 427 A-E, 428 D-E.

130 De gen. et corr. 334 a 21-26 ; 334 b 1-18 ; 335 a 3-9.

131 Voir Cicéron, De nat. deor. 1, 8, 19.

132 Voir Du ciel, 302 b 3-22. Voir aussi, à ce sujet, W. Schmid, Epikurs Kritik der platonischen Elementenlehre, p. 39.

133 Voir Le sophiste, 254 b - 256 d. Cf. E ap. Delph. 391 B et Def. orac. 428 C.

134 Col. 1115 C : « donnant quelquefois l’impression d’être plus polémique que philosophique » (ϕιλοντικότερον ἐνίοις ἔδοξεν ἢ ϕιλοσοϕώτερον ἔχειν...

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search