Desktop versionMobile version

Plutarque dans le miroir d’Épicure

 | 
Jacques Boulogne

Première partie. La nature

Introduction de la première partie

Full text

1Les arguments développés par Plutarque contre l’épicurisme se répartissent en trois groupes, selon la nature de leur objet. Certains concernent de la gnoséologie, d’autres les sciences de la nature et une troisième série les conditions du bonheur.

  • 1 Voir Sextus Empiricus, Hyp. Pyrrh. 2, 13.
  • 2 Incluant les affections (πάθη) au nombre des critères (voir D.L. 10, 31), la canonique conditionne (...)

2Ce classement tripartite ne reflète pas vraiment la division propre au système épicurien, qui ne comprend que deux volets nettement distincts : la physique et l’éthique. La logique, ni dans la Lettre à Hérodote, ni dans le poème de Lucrèce, ni dans l’inscription de Diogène d’Œnoanda, ne bénéficie d’aucun statut privilégié qui fasse d’elle un secteur à part de la spéculation épicurienne. Cependant Épicure est bien l’auteur d’une théorie de la connaissance à laquelle on donne traditionnellement le nom de canonique, à cause du titre d’un de ses traités, Du canon et du critère (voir D. L. 10, 27 ; cf. Col. 1118 A et 1123 F - 1124 A). Il est vrai que celle-ci ne constitue pas une section autonome de sa doctrine, contrairement à ce qu’affirme Diogène Laërce (10, 30), qui applique à cette dernière le schéma stoïcien1 d’une tripartition de la philosophie, dans le cadre duquel l’un des champs obligés de la réflexion est la logique. Loin, en effet, de se confondre totalement avec cette troisième orientation de la spéculation philosophique, elle demeure plutôt une partie de la physique (voir frag. 242 Usener). Toutefois, nous commencerons par elle l’étude des caractéristiques de l’argumentation anti-épicurienne chez Plutarque, afin de sérier les questions selon un ordre dont le principe demeure plus quantitatif que chronologique ou logique. Certes, la définitions des critères de la vérité précède théoriquement toute autre recherche. Seulement cette priorité n’est pas toujours respectée, pas même chez les Stoïciens (voir D.L. 7, 40-41), et, à propos d’Épicure, elle n’a pas de sens. Il serait donc apparemment plus naturel de voir en premier ce qu’il en est de la physique, dont la canonique est tributaire, et de continuer par celle-ci, d’autant plus qu’elle a, elle aussi, pour finalité l’éthique2. Néanmoins ce serait renverser la perspective de notre enquête, dont le sujet n’est pas le sens de l’épicurisme, mais l’interprétation de celui-ci par Plutarque. Il convient, dans ces conditions, de partir de la façon dont ce dernier présente les dogmes du Jardin, et, comme il ne les range pas suivant des catégories clairement établies et les traite pêle-mêle en fonction de la dynamique propre à son discours, le plus commode pour l’exposé est d’adopter une démarche thématique où l’on passe des thèses qui suscitent les commentaires les moins nombreux à celles qui provoquent les appréciations les plus fournies.

Notes

1 Voir Sextus Empiricus, Hyp. Pyrrh. 2, 13.

2 Incluant les affections (πάθη) au nombre des critères (voir D.L. 10, 31), la canonique conditionne la conception du souverain bien.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search