Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

Comment gérer l’occupation de la Belgique ? La propagande allemande en 1940

Johannes Schmid

Texte intégral

1Après l’expérience de la première occupation de la Belgique, pendant la Grande Guerre, au cours de laquelle la propagande allemande s’était avérée plutôt inefficace, les autorités allemandes accentuèrent leurs efforts en 1940. Cet article a pour objectif de présenter les principaux acteurs de la propagande allemande en Belgique au cours de la première année d’occupation. Une attention particulière sera accordée aux principaux contenus de la propagande ainsi qu’à la question des objectifs que l’occupant tentait d’atteindre par ces messages. Enfin, nous étudierons l’impact de la propagande allemande sur la population belge.

Principaux acteurs de la propagande allemande en Belgique

  • 1 Pour plus d’informations sur l’organisation et les tâches des Propagandakompanien en général, voir (...)

2Après le début des hostilités à l’Ouest en 1940, l’armée allemande a figuré parmi les principaux acteurs de la propagande en Belgique. Les troupes de combat étaient suivies par les Propagandakompanien, unités spéciales créées pour assurer la propagande non seulement auprès de leurs camarades allemands, mais également auprès des soldats et de la population belges.1 Pour mener à bien cette mission, ces unités s’assurèrent de la coopération des différents médias, en particulier les maisons d’édition, les journaux et les stations de radio. Après la capitulation belge le 28 mai1940, une administration militaire allemande, placée sous les ordres du général Alexander von Falkenhausen, fut mise en place pour l’ensemble de la Belgique et des deux départements français du Nord et du Pas-de-Calais. Un service spécial, responsable de la propagande, la Propagandaabteilung, fut créé au sein de du commandement militaire, récupérant une partie du personnel des Propagandakompanien. Ce service reçut du personnel, du matériel de propagande, du savoir-faire et des fonds du ministère de Goebbels. Même si ce dernier ne dirigeait pas son propre service de la propagande en Belgique, il a cependant pu influencer le contenu et les contours de la propagande en Belgique.

  • 2 Pour un aperçu des tâches et de l’organisation de la Propagandaabteilung, voir les documents rassem (...)

3Il est certainement exagéré d’affirmer que l’administration militaire envisageait alors sa Propagandaabteilung comme un cheval de Troie. Cependant, le général Falkenhausen disposait, avec le département Kultur und Volkstum, de son propre service dans ce domaine qui pouvait au moins en partie revendiquer les mêmes compétences que la Propagandaabteilung. La Propagandabteilung comprenait un maximum de huit unités responsables de l’organisation d’expositions et de concerts, de l’impression de posters et de dépliants et de la censure, du cinéma, de la radio, des journaux, des livres et d’autres publications. La Propagandaabteilung n’était pas qu’un simple service au sein du quartier général du commandement militaire de Bruxelles. Elle dirigeait des groupes, appelés Propagandastaffeln, dans plusieurs grandes villes et disposait d’un représentant dans plusieurs des instances administratives allemandes locales (Feldkommandanturen).2

  • 3 Pour le contrôle et la censure des journaux belges, voir Els De Bens, De Belgische dagbladpers onde (...)
  • 4 Pour plus d’informations sur Franz Petri, voir l’étude quelque peu controversée de Hans Derks, Deut (...)

4L’« ambassade » allemande à Bruxelles est le second acteur clé de la propagande allemande. Responsable de la propagande pendant l’entre-deux-guerres, l’ambassade revendiquait des responsabilités dans le domaine de la presse et de la censure, mais également dans l’organisation d’événements culturels prestigieux tels que les concerts d’orchestres allemands ou les représentations de troupes de théâtre allemandes. Dans la compétition pour accroître son influence sur la propagande allemande en Belgique, l’ambassade mettait en avant deux arguments : Elle revendiquait tout d’abord, par principe, sa compétence sur la propagande allemande hors des frontières, que le pays soit en guerre ou non. L’ambassade soulignait en second lieu qu’elle connaissait mieux le contexte belge et, par conséquent, qu’elle savait mieux que personne comment gérer le peuple belge. En ce qui concerne ce second argument a minima, l’ambassade mettait en évidence une faille dans le plan de la Propagandaabteilung : les membres du personnel de la Propagandaabteilung étaient peut-être des experts de la propagande, mais peu d’entre eux pouvaient affirmer être des experts de la Belgique. En voici un exemple : au début, seule environ la moitié des agents de la censure parlait réellement français ou flamand. Quant aux autres, ils bénéficiaient des services de traducteurs.3 Il serait cependant erroné de croire qu’aucun expert de la Belgique ne travaillait au sein de l’administration militaire. Franz Petri, chef du service Kultur und Volkstum de l’administration militaire, par exemple, était un spécialiste reconnu des études sur les pays occidentaux (Westforschung).4

  • 5 Pour la lutte pour le pouvoir entre la Propagandaabteilung et l’« ambassade » allemande et la répar (...)
  • 6 Voir les chapitres sur les Instituts en France et en Belgique, in Frank-Rutger Hausmann, « Auch im (...)

5Même si le différend entre l’ambassade et l’administration militaire à propos du contrôle de la propagande allemande présente des similitudes avec la confrontation entre la Propagandaabteilung et l’ambassade allemande dans la France occupée, l’issue de ce conflit fut tout à fait différente.5 Contrairement à la situation en France, l’ambassade de Bruxelles obtint peu de résultats malgré la participation de l’un de ses représentants aux conférences de presse hebdomadaires de la Propagandaabteilung, où étaient transmises les directives aux journalistes belges. Certes, l’ambassade obtint gain de cause et se vit attribuer une partie des responsabilités associées aux questions politiques. En 1941, cependant, furent créés les « Instituts allemands » (Deutsche Institute) responsables de la propagande culturelle et de la promotion de la langue allemande en France ainsi qu’en Belgique. Si l’ambassade d’Allemagne en France contrôlait en grande partie l’Institut de Paris, y compris son vaste réseau de filiales locales dans les provinces françaises, c’était l’administration militaire qui les dominait en Belgique.6 Le contraste des résultats obtenus, et les positions très différentes des deux ambassades plus généralement s’expliquent principalement par le rôle très actif de l’ambassadeur allemand à Paris, Otto Abetz, et par l’approche plus conservatrice et discrète de son homologue à Bruxelles, Werner von Bargen. De plus, la position de l’administration militaire en Belgique occupée et dans le nord de la France était, non seulement dans le domaine de la propagande, mais aussi plus largement dans d’autres domaines, bien plus solide que celle de son homologue à Paris.

  • 7 Pour une analyse détaillée de la confrontation entre l’administration militaire et les SS en Belgiq (...)

6Cette détermination de l’administration militaire de Bruxelles à conserver la responsabilité de la propagande allemande n’a pas été sans conséquence sur le rôle des SS. La Germanische Leitstelle (direction germanique), département de la SS, employée à promouvoir le recrutement pour la Waffen-SS et une propagande raciale, désirait également prendre pied en Belgique occupée. Elle dut, pourtant, se rendre à l’évidence que l’administration militaire et l’ambassade tenaient fermement à empêcher les SS d’accroître leur influence en Belgique.7 In fine, la Germanische Leitstelle de Bruxelles ne joua aucun rôle majeur dans la propagande allemande en 1940 et se contenta essentiellement de financer les journaux prêts à diffuser la propagande traitant de sujets raciaux ou exaltant les SS.

Sujets abordés

  • 8 Bundesarchiv-Militärarchiv (BA-MA) Freiburg, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab Über (...)

7Quels étaient les sujets abordés par le principal acteur de la propagande allemande, à savoir l’administration militaire ? Peu d’éléments concrets de spécification de la propagande belge émanèrent de Berlin. Les grandes lignes directrices transmises de la capitale et l’emprise solide de l’administration militaire de la Propagandaabteilung permirent au commandant militaire de la Belgique occupée et du Nord de la France de façonner en grande partie la propagande de telle sorte qu’elle réponde aux principaux objectifs de l’administration militaire : Maintenir le calme au sein du peuple et de l’administration belges et les convaincre que désormais le combat était terminé, que tout était revenu à la normale et qu’ils n’avaient simplement qu’à retourner au travail et à leurs vies. L’administration militaire allemande comptait ainsi se servir de l’administration belge pour gérer le pays occupé et tirer le maximum des ressources économiques belges au profit de l’industrie de la guerre allemande, avec le minimum de main-d’œuvre allemande.8

  • 9 Le commandement militaire a ordonné une analyse des dossiers de son prédécesseur de 1914-1918 afin (...)

8Contrairement à la grande majorité des Français, les Belges avaient déjà vécu l’occupation allemande pendant la Première Guerre mondiale et avaient une certaine expérience de la résistance passive. Cette résistance passive avait finalement permis d’obtenir la désintégration au moins partielle de l’administration belge, en particulier de la justice et de l’économie, forçant l’occupant à administrer lui-même le pays en 1914-1918, à l’aide d’un important contingent de personnel allemand. Par ailleurs, l’industrie belge, très développée, avait peu contribué à l’industrie de la guerre allemande. Dans ce contexte, l’administration militaire allemande en 1940 craignait que, sous l’effet d’une nouvelle occupation allemande, le peuple belge ne réitère cette attitude de résistance passive, compromettant l’objectif de l’administration militaire d’exploiter la Belgique au moindre coût. En 1940, le but principal de la propagande allemande consistait à éviter ce « recul ».9 Une analyse de la propagande allemande révèle, en gros, cinq messages différents :

L’occupant « correct » et la répression de la germanophobie générale

  • 10 Voir par exemple AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8 pour août 1940, pp. 12.
  • 11 BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab – Presse und Propaganda im besetzten Gebie (...)
  • 12 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, p. 8-9. Kristel De Smedt, «  (...)

9Afin d’atteindre ses objectifs, l’administration militaire a souligné à plusieurs reprises l’importance pour toutes les troupes allemandes d’adopter un comportement « correct » lorsqu’elles étaient au contact de la population ou de l’administration. La mesquinerie et le harcèlement devaient être évités en toutes circonstances.10 Rien ne devait rappeler au peuple les atrocités commises par les Allemands durant la Première Guerre mondiale, dont le souvenir pourrait provoquer des réactions de résistance similaires. Parallèlement, tous les « témoins » des atrocités de la première occupation, véhiculant une image négative de l’Allemagne au sein du peuple, devaient disparaître : les monuments aux morts et leurs inscriptions mémorielles devaient être remplacés ou retirés,11 la censure empêchait toute critique et les manuels scolaires qui décrivaient les crimes de guerre allemands ou dressaient un portrait peu flatteur de l’Allemagne ne pouvaient plus être utilisés.12

Le meilleur des mondes : propagation de l’« ordre nouveau »

  • 13 Pour accéder à un vaste éventail de ces livres et brochures de propagande, imprimés à Bruxelles et (...)
  • 14 Voir par exemple AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 9, septembre 1940, pp. 93-9 (...)
  • 15 Voir par exemple la transcription d’un entretien sur Radio Bruxelles avec trois travailleurs volont (...)

10De nombreux dépliants, brochures et magazines de propagande furent imprimés et distribués par la Propagandaabteilung en 1940 afin de promouvoir les excellentes conditions de vie et de travail au sein du Reich. Ces publications avaient pour objectif de convaincre les Belges des avantages de l’ordre nouveau et de son application dans une Europe aux mains des Allemands. Les sujets abordés étaient très divers et traitaient aussi bien de nouvelles autoroutes allemandes que des méthodes de production modernes dans le domaine de l’industrie et de l’agriculture. Une attention particulière était accordée aux mesures sociales prises par les autorités allemandes afin d’améliorer le quotidien de la population active et des gens ordinaires en Allemagne, qui avaient enfin mis un terme à une lutte des classes autodestructrice.13 Ces messages de propagande étaient accompagnés et renforcés par des mesures prises par l’administration militaire en Belgique : punir les employeurs qui tentaient de tirer profit du taux de chômage élevé en réduisant le salaire de leurs employés14 ou distribuer de la nourriture et d’autres produits aux personnes dans le besoin. Cette promotion de l’ordre nouveau fut étroitement liée à une campagne de recrutement de volontaires souhaitant venir travailler en Allemagne et fut accompagnée d’une critique des conditions de vie et de travail en Grande-Bretagne, en particulier pour la classe ouvrière.15

Du vin et des chants allemands : l’Allemagne comme centre culturel de l’Europe

  • 16 Un maître de conférences allemand en Belgique se plaignait à la fin de l’occupation que les Wallons (...)
  • 17 De nombreux documents intéressants à ce sujet peuvent être trouvés dans AN, AJ40/23.
  • 18 Pour plus de détails sur le travail de ces Instituts, voir également Johannes Schmid, « Die Flamen (...)
  • 19 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8, août 1940, p. 39-94.
  • 20 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, annexe 1 Richtlinien über de (...)

11Même si l’occupant ne servait qu’occasionnellement du vin allemand aux Belges afin de les rallier à l’idée de la supériorité culturelle allemande,16 il mit en place un programme culturel complet, invitant des troupes de théâtre et des orchestres allemands à se produire ou organisant des lectures publiques d’œuvres allemandes. Ces activités, étroitement liées à l’essor de l’ordre nouveau, donnèrent lieu à l’ouverture ou à la réouverture d’écoles allemandes, à l’introduction de l’allemand comme première langue étrangère à l’école17 et à la fondation du réseau des Instituts Allemands en 1941.18 Toutes ces mesures visaient à promouvoir la langue et la culture allemandes. Dans les cinémas, les films français, américains et britanniques disparurent progressivement et furent remplacés par des productions allemandes.19 Outre le principe central de ces activités qui était de maintenir le calme en offrant au peuple des activités culturelles, leur but principal était de faire de la culture allemande la culture prédominante en Europe, défiant tout particulièrement la France en tant que première nation culturelle. À cette fin, l’administration militaire ne bannit pas moins de 126 associations consacrées aux échanges culturels franco-belges ainsi que celles qui commémoraient les efforts communs déployés lors de la Grande Guerre.20

La résistance est vaine : la fin imminente de la guerre et la victoire finale de l’Allemagne

  • 21 Un moyen consistait à passer par les déclarations officielles de la Wehrmacht que les journaux deva (...)
  • 22 German Records Microfilmed at Alexandria (GRMA), T77, pellicule 982, Propagandalagebericht, 11-25 o (...)

12Cette démonstration de la supériorité sociale et culturelle nous conduit au quatrième message de propagande, qui a trait à la force militaire allemande dans la guerre en cours. L’avancée rapide des troupes allemandes en France et, plus tard, la préparation de l’invasion de l’Angleterre par voie aérienne et maritime étaient des sujets presque omniprésents dans les journaux, les actualités filmées et les émissions de radio contrôlés par les allemands.21 Les rapports sur les navires anglais coulés, le bombardement continu des villes et des industries britanniques avaient pour objectif de prouver aux Belges que la Grande-Bretagne tomberait aux mains des Allemands, comme tous les autres pays occupés.22 La victoire finale de l’Allemagne était imminente et l’acceptation de l’« ordre nouveau » était inévitable. Les rapports soulignaient sans cesse la rapidité et la force des assauts allemands en Belgique et en France où les deux armées n’avaient pas été en mesure d’arrêter la Wehrmacht, bien que les Français aient été réputés disposer d’une des armées les plus puissantes au monde.

Ils ont pris la fuite : la traîtrise de la Grande-Bretagne et de Pierlot

  • 23 GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalage- und Tätigkeitsbericht, 1-15 janvier 1941, voir l’affiche (...)
  • 24 Le département de justice de l’administration militaire allemande a rassemblé des preuves et des co (...)
  • 25 Voir par exemple BA-MA, RW4/341, Wehrmacht-Propaganda Lagebericht, 16 décembre 1940-15 janvier 1941 (...)

13Ce titre résume le dernier message central de la propagande de 1940 : l’Angleterre avait attiré la France et la Belgique dans un piège en les incitant à s’impliquer dans une guerre contre l’Allemagne en échange de la garantie de son soutien. Elle avait ensuite retiré ses troupes à un moment critique et abandonné le continent. Les troupes belges avaient dû payer le prix fort pour couvrir la retraite britannique à Dunkerque. La propagande allemande suggérait également qu’il ne s’agissait là que du dernier exemple en date d’un bellicisme britannique permanent visant à contrôler l’Europe.23 De plus, les troupes britanniques et françaises auraient détruit inutilement l’infrastructure belge et commis des exactions contre la population du pays, des pillages et des meurtres.24 L’Angleterre essayait maintenant d’affamer ses anciens alliés par un blocus des importations de denrées alimentaires.25

14Le gouvernement belge du Premier ministre Pierlot aurait également trahi le pays en fuyant vers la France, puis à Londres, alors que les citoyens ordinaires ne pouvaient pas s’offrir un tel luxe. La propagande faisait par ailleurs l’éloge du comportement du roi Léopold car il était resté auprès de ses braves troupes et de son peuple.

  • 26 AN, AJ40/3, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 13, janvier 1941, p. 27.
  • 27 Pour une référence aux ordres d’Hitler, voir AN, AJ40/3, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° (...)
  • 28 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, pp. 6-8.
  • 29 En janvier 1941, Radio Bruxelles lançait par exemple une série de diffusions sur les Juifs de Belgi (...)

15Deux sujets qui auraient pu jouer un rôle important furent négligés par la propagande allemande en 1940 : l’antisémitisme et la question flamande. Ces deux sujets furent abordés, mais pouvaient difficilement être considérés comme des questions clés au même titre que les cinq messages évoqués plus haut, probablement parce que l’administration militaire voulait éviter toute réaction du peuple susceptible de compromettre le retour à la normale et l’exploitation de l’économie belge. Par conséquent, même si une propagande antisémite avait pu servir de support aux mesures discriminatoires mises en place, l’administration militaire préféra poursuivre discrètement l’exclusion des Juifs de l’économie et de la société.26 En ce qui concerne la question flamande, l’occupant tenta d’exécuter l’ordre d’Hitler de favoriser les Flamands et de n’accorder aucun privilège aux Wallons sans trop attiser le conflit sous-jacent entre les deux groupes.27 L’administration militaire se présentait elle-même comme un médiateur neutre qui contribuerait à mettre fin à la dispute entre les Flamands et les Wallons en supervisant l’application juste des lois linguistiques belges.28 Les deux thématiques gagnèrent en importance en 1941.29

L’impact de la propagande allemande sur le public belge

  • 30 Les rapports édités du juriste Paul Struye sur l’opinion publique fournissent une introduction parf (...)

16Dans cette troisième et dernière partie, nous tenterons de mettre en lumière les réactions de la population belge face aux messages de la propagande allemande présentés ci-dessus30.

  • 31 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 4, 26 juin 1940, p. 2.
  • 32 Un examen rapide des journaux belges révèle que le public belge était, du fait de sa propre expérie (...)
  • 33 BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab – Das Verhalten der Bevölkerung zur Besatz (...)

17L’avancée rapide des troupes allemandes après l’attaque du 10 mai 1940 sema la peur au sein de la population belge qui craignait de nouvelles atrocités allemandes. La conséquence en fut un exode massif de réfugiés belges dont bon nombre fuirent vers le Sud de la France et ne tentèrent pas un retour au pays avant août 1940. Cette réaction de panique semble indiquer que l’Allemagne échoua très rapidement à convaincre la population belge de son intention d’instaurer une occupation « correcte ». Cependant, une étude plus approfondie de la situation révèle que cette panique, fondée sur une appréciation très négative des troupes allemandes, a été d’une certaine manière « utile » pour la propagation de l’image d’un occupant « correct », du moins au sein de la frange de la population qui n’avait pas fui : l’apparence disciplinée des troupes allemandes contrastant souvent avec le désordre des soldats alliés qui battaient en retraite et l’aide aux réfugiés soigneusement organisée31 étaient en opposition totale avec le souvenir du soldat prussien « coupeur de main » que la population conservait de la Grande Guerre. Cette image contredisait également les rumeurs qui circulaient au sujet du comportement des Allemands dans l’ex-Tchécoslovaquie et en Pologne.32 Le comportement étonnamment « correct » et l’apparence disciplinée inspirèrent à la population restée en Belgique une première impression de l’occupant allemand plutôt positive, du moins assez positive pour accepter ses instructions et reprendre le travail.33

  • 34 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8, août 1940, p. 2-7.
  • 35 PA/AA, Presseabt. 1915-45, R 121921, Télégramme n° 322 de la légation allemande de Bruxelles au Min (...)

18Encore d’autres facteurs favorisèrent cette réaction : comme en France, en Belgique tous s’attendaient à une guerre statique comme en 1914-1918. L’avancée rapide des Allemands, l’occupation intégrale ainsi que la débâcle rapide de la France, le retrait britannique du continent et la fuite du gouvernement belge laissèrent la population sous le choc et désorientée. L’incitation allemande au retour à la normale faisait d’une certaine façon écho au besoin d’orientation de la population après l’effondrement militaire, politique et économique du pays provoqué par la défaite. En l’absence de dirigeants politiques belges, les autorités d’occupation tentèrent de satisfaire ce besoin d’ordre, d’orientation et d’information.34 La réapparition rapide des journaux et la relance des émissions de radio permirent à la population d’avoir accès aux informations dans un contexte flou et confus. Cependant, la population ne mit pas longtemps à réaliser qu’elle était bercée par la propagande allemande. En effet, la façon dont les messages de propagande étaient insérés dans les actualités à cette période du début de l’occupation pouvait difficilement être qualifiée de subtile.35

19La machine de propagande allemande parvint donc à trouver un public en raison de son monopole initial sur l’information et en faisant appel aux tendances d’opinions préexistantes :

  • 36 Les journaux confisqués aux prisonniers de guerre belges donnent une idée de l’impression conférée (...)
  • 37 Pour les difficultés initiales rencontrées par la propagande britannique et particulièrement par la (...)

20Jusqu’en septembre/octobre 1940, il ne faisait presque aucun doute pour la grande majorité des Belges que la défaite britannique et la fin de la guerre n’étaient plus qu’une question de semaines. Cette conviction se fondait non seulement sur la propagande allemande, mais également sur la défaite française et l’évacuation de Dunkerque par les Britanniques. De plus, de nombreux soldats belges de retour au pays avaient directement vécu la puissance des assauts allemands et relayaient leur expérience.36 Tout le monde pouvait voir les attaques quotidiennes des avions allemands sur le sol britannique depuis les terrains d’aviation belges et un nombre croissant de troupes allemandes se préparer en Belgique pour l’invasion. La foi de ces soldats en la victoire allemande était bien trop évidente aux yeux de la population pour ne pas donner une apparence d’authenticité aux messages de propagande. À ce stade, la majorité du peuple belge ne pouvait envisager aucune alternative à un accord avec l’occupant et à la naissance d’une nouvelle Europe dominée par les Allemands. Cette situation a commencé à changer au plus tard à la fin du mois d’octobre : Il est devenu de plus en plus évident pour les soldats et les civils que la Grande-Bretagne résistait aux assauts allemands et qu’aucune invasion n’aurait lieu dans un futur proche. La BBC, mal préparée au départ à communiquer correctement avec les territoires occupés du continent, constituait désormais une source alternative d’informations37 et les bombardiers britanniques qui survolaient la Belgique en direction des villes allemandes prouvaient à la population que la Grande-Bretagne n’avait pas dit son dernier mot.

21Dans un premier temps l’idée de la trahison de la Belgique et du continent par la Grande-Bretagne se répandit largement. Il est vrai que la population s’était tout d’abord montrée reconnaissante lorsque les troupes britanniques avaient répondu à la demande d’assistance visant à repousser l’attaque allemande, mais l’opinion générale changea lorsque des unités furent accusées de ne laisser délibérément rien d’autre derrière elles que des terres brûlées. De plus, les Belges qui n’avaient pas fui le pays estimèrent que les critiques françaises et britanniques de la décision du Roi Léopold de capituler étaient injustifiées, et même insolentes, compte tenu du fait que les soldats belges avaient, selon eux, couvert la retraite des troupes françaises et britanniques. La décision du Roi de rester auprès de ses soldats et de son peuple était considérée comme exemplaire.

  • 38 CEGES, AA418/1182, Conversation avec le Lieutenant Deloone, s.d. (probablement octobre 1940), p. 2.

22Comme nous l’avons mentionné plus haut, après l’échec allemand dans la « Bataille d’Angleterre », la Grande-Bretagne redevint un symbole d’espoir. Cependant, peu de Belges en 1940 croyaient en une victoire britannique. Il semblait beaucoup plus probable qu’un « compromis de paix » serait négocié entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Chose curieuse, de nombreux Belges n’avaient pas confiance en la Grande-Bretagne concernant la question des colonies, craignant qu’elle ne tire profit de la faiblesse de la Belgique pour s’emparer du Congo.38

  • 39 La propagande allemande a essayé d’avoir recours à l’hostilité contre les britanniques qui étaient (...)
  • 40 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 10, octobre 1940, p. 3-6; Tätigkeitsbericht (...)

23Avec l’arrivée de l’hiver, les problèmes d’approvisionnement de la population belge devinrent patents. La tentative de l’Allemagne de rejeter la faute sur le blocus britannique furent un échec total.39 La population tenait les occupants pour seuls responsables et percevait de plus en plus de ressemblances avec la famine qui avait eu lieu lors de la première occupation. Des grèves brèves et apolitiques éclataient régulièrement contre les défaillances du système de rationnement, principalement dans les mines de charbon où les mineurs étaient conscients de leur importance pour l’industrie de guerre allemande.40 Par ailleurs, les Belges étaient tout à fait conscients du fait que, en raison d’un Reichsmark artificiellement surévalué, même les simples soldats disposaient d’un pouvoir d’achat considérable qui leur permettait d’acheter de la nourriture et des biens de toute sorte. Très vite, des caricatures circulèrent, représentant des soldats allemands devenus obèses pendant leur service en Belgique tandis que la population mourait de faim.

24Les premières réactions aux efforts allemands pour promouvoir l’« ordre nouveau » furent quelque peu surprenantes : Même s’il est difficile de donner un chiffre précis, il semble qu’après la défaite, un pourcentage significatif de la population considérait la démocratie comme un système politique défaillant. En réalité, pour certains, l’Allemagne était exemplaire sur certains points, même si cela ne s’applique pas nécessairement à l’idéologie nationale-socialiste : après la Première Guerre mondiale et le traité de Versailles, l’Allemagne avait été brisée, tout comme la Belgique alors, et seul un gouvernement politique fort avait permis au pays de sortir de la crise. Le changement politique mais également le renouveau de la société allemande, en particulier la fin de la lutte des classes et l’amélioration des conditions de vie et de travail de la classe ouvrière, attirèrent une attention alimentée par la propagande allemande.

  • 41 CEGES, AA418/1182, Conversation avec le Capitaine Duc de l’armée belge, 25 février 1941, p. 2.
  • 42 GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalage- und Tätigkeitsbericht, 16-31 décembre 1940, p. 8.

25Il est difficile de déterminer, à la fin de l’année, dans quelle mesure les volontaires pour aller travailler en Allemagne étaient séduits par la propagande, incités par une pression directe des autorités occupantes ou contraints d’aller à l’étranger du fait du taux élevé de chômage. De toutes façons, il ne fait pratiquement aucun doute qu’en octobre 1940 l’intérêt suscité par l’« ordre nouveau » s’était dissipé, notamment parce que l’Allemagne n’était pas parvenue à émettre des propositions pour le futur de la Belgique ni à mettre en place une coopération pour la création d’une nouvelle Europe. Bien au contraire, les réquisitions des autorités allemandes et les razzias des soldats allemands contribuèrent à la détérioration de l’approvisionnement en nourriture pendant l’hiver 1940/41. Un réfugié belge affirmait dans une interview, réalisée à son arrivée en Grande-Bretagne, que les Belges ironisaient publiquement en demandant si l’« ordre nouveau » reposait principalement sur les cartes de rationnement, les files d’attente et les pannes de courant.41 De plus, la « correction » de départ de l’occupant semblait s’affaiblir aux yeux de nombreux Belges et davantage d’attention était accordée aux incidents entre les civils et les soldats.42 Pour une grande majorité de la population, l’« ordre nouveau » semblait n’être rien d’autre qu’une autre occupation, délaissant lentement les apparences amicales des premiers mois.

Conclusion

  • 43 Le rapport final de l’administration militaire indique que les autorités allemandes en étaient, au (...)

26Même si les sources allemandes hésitent à l’accepter, il ne fait presque aucun doute qu’à la fin de l’année 1940, la colère des Belges, dirigée en juin contre leur propre gouvernement et contre Londres, se tournait dorénavant vers les forces occupantes. La transition fut progressive, même si l’automne semble crucial : À cette période, l’échec de l’Allemagne à la Bataille d’Angleterre et son incapacité à assurer l’approvisionnement en nourriture des Belges semblait évident. De plus, Berlin n’était pas parvenu à faire une proposition spécifique d’émancipation des Belges dans la construction d’une nouvelle Europe, perdant en outre l’élan et l’intérêt de la population pour l’« ordre nouveau ». Ce dernier aspect est décisif pour tous les efforts de propagande allemands : Tant que l’Allemagne ne ferait qu’occuper la Belgique – et Berlin n’avait aucune autre intention tant que durerait la guerre –, le rejet massif de l’occupant par la population belge n’était qu’une question de temps.43 Néanmoins, l’administration militaire parvint, du moins partiellement, à un objectif important : Malgré le rejet croissant de l’occupant allemand, la population ne s’est pas résolue immédiatement à déployer une résistance passive comme à la fin de la Première Guerre mondiale. Au lieu de cela, fin 1940, l’administration belge coopéra avec les autorités allemandes et l’économie fonctionna plus ou moins harmonieusement, malgré des grèves occasionnelles.

Notes

1 Pour plus d’informations sur l’organisation et les tâches des Propagandakompanien en général, voir par exemple Rainer Rother (ed.), Die Kamera als Waffe. Propagandabilder des Zweiten Weltkrieges, Munich, Ed. Text + Kritik, 2010 ; Daniel Uziel, The Propaganda Warriors. The Wehrmacht and the Consolidation of the German Home Front, Oxford, Lang, 2008 ; Frank Vossler, Propaganda in die eigene Truppe. Die Truppenbetreuung in der Wehrmacht 1939-1945, Paderborn, Munich, Schöningh, 2005 ; Hasso von Wedel, Die Propagandatruppen der Deutschen Wehrmacht, Neckargmünd, Vowinckel, 1962.

2 Pour un aperçu des tâches et de l’organisation de la Propagandaabteilung, voir les documents rassemblés après la Libération par les autorités de maintien de l’ordre belges (Auditoraat Generaal), Centre d’Études et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines Bruxelles (CEGES), AA1912/12, dossier F. ; Andreas Nielen, Die Besetzung Belgiens und Frankreichs (1940-1944), sur www.ihtp.cnrs.fr/prefets/cadre_prefets_d.html, 2006 ; Benoît Majerus, « Von Falkenhausen zu Falkenhausen. Die deutsche Verwaltung Belgiens in den zwei Weltkriegen », in Günther Kronenbitter (ed.), Besatzung. Funktion und Gestalt militärischer Fremdherrschaft von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Paderborn, Munich, Schöningh, 2006, pp. 131-145. Nielen et Majerus fournissent une présentation succincte de la structure de l’administration militaire allemande, pour un aperçu plus global de l’occupation de la Belgique qui peut également servir d’introduction, voir Jules Gérard-Libois, José Gotovitch, L’an 40. La Belgique occupée, Bruxelles, CRISP, 1971 ; Étienne Verhoeyen, La Belgique occupée. De l’an 40 à la libération, Bruxelles, De Boeck Univ., 1994 et Werner Warmbrunn, The German Occupation of Belgium 1940-1944, New York, Lang, 1993.

3 Pour le contrôle et la censure des journaux belges, voir Els De Bens, De Belgische dagbladpers onder Duitse censuur (1940-1944), Anvers, Utrecht, De Nederlandsche Boekhandel, 1973.

4 Pour plus d’informations sur Franz Petri, voir l’étude quelque peu controversée de Hans Derks, Deutsche Westforschung. Ideologie und Praxis im 20. Jahrhundert, Leipzig, Akademische Verlagsanstalt, 2001, particulièrement pp. 85-127.

5 Pour la lutte pour le pouvoir entre la Propagandaabteilung et l’« ambassade » allemande et la répartition des tâches de la propagande dans la France occupée, voir Kathrin Engel, Deutsche Kulturpolitik im besetzten Paris 1940-1944. Film und Theater, Munich, Oldenbourg, 2003 ; Barbara Lambauer, Otto Abetz et les Français ou l’envers de la Collaboration, Paris, Fayard, 2001 ; Eckard Michels, Das Deutsche Institut in Paris 1940-1944. Ein Beitrag zu den deutsch-französischen Kulturbeziehungen und zur auswärtigen Kulturpolitik des Dritten Reiches, Stuttgart, Steiner, 1993.

6 Voir les chapitres sur les Instituts en France et en Belgique, in Frank-Rutger Hausmann, « Auch im Krieg schweigen die Musen nicht ». Die Deutschen Wissenschaftlichen Institute im Zweiten Weltkrieg, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001.

7 Pour une analyse détaillée de la confrontation entre l’administration militaire et les SS en Belgique, voir Albert De Jonghe, « La lutte Himmler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles », in Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, 5 vol., 3 (1974), pp. 103-173, 4 (1976), pp. 5-129, 5 (1978), pp. 5-172, 7 (1982), pp. 96-184 et 8 (1984), p. 5.

8 Bundesarchiv-Militärarchiv (BA-MA) Freiburg, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab Über die Ziele der Besatzungsverwaltung, 1944, pp. 7-9.

9 Le commandement militaire a ordonné une analyse des dossiers de son prédécesseur de 1914-1918 afin d’éviter de commettre les mêmes erreurs ; voir par exemple les documents des Archives nationales (AN) Paris, AJ40/14, en particulier le rapport du Dr Hartz, Die belgische Justiz unter der deutschen Verwaltung von 1914 bis 1918, s.d., et « Auswertung der Arbeit des Generalgouvernements 1914/18 », 6 December 1943, ainsi que AN, AJ40/12, rapport du Dr Petri, Die Flamenpolitik des ersten Weltkrieges (1914-1918), s.d.

10 Voir par exemple AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8 pour août 1940, pp. 12.

11 BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab – Presse und Propaganda im besetzten Gebiet, 1944, pp. 1-2; AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 3, 19 juin 1940, p. 2-3; Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 6, 18 juillet 1940, p. 2-3; Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, p. 14, l’annexe 2 comprend une collection de photos des monuments concernés. Au total, 73 monuments ont été complètement retirés, 131 ont subi des modifications, principalement au niveau des inscriptions qu’ils comportaient, BA-MA, RW36/240, Tätigkeitsbericht des Referates Kunstschutz der Militärverwaltung Belgien/Nordfrankreich, s.d.

12 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, p. 8-9. Kristel De Smedt, « De herziening van de schoolboeken tijdens de bezetting (1940-1944) », in Bijdragen / Cahiers 14 (décembre 1991), pp. 177-202.

13 Pour accéder à un vaste éventail de ces livres et brochures de propagande, imprimés à Bruxelles et probablement utilisés dans la France occupée ainsi qu’en Belgique, voir AN, AJ40/1577, AJ40/1587, AJ40/1591, AJ40/1593, AJ40/1594, AJ40/1595, AJ40/1596 et CEGES, AA608/25. Pour une liste des articles publiés dans les journaux et les magazines belges, voir CEGES, AA1288/39.

14 Voir par exemple AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 9, septembre 1940, pp. 93-94.

15 Voir par exemple la transcription d’un entretien sur Radio Bruxelles avec trois travailleurs volontaires pour le Reich dans lequel ils abordent leurs expériences (positives) en Allemagne, CEGES, AA1314/188, 25 juillet 1940.

16 Un maître de conférences allemand en Belgique se plaignait à la fin de l’occupation que les Wallons étaient plus attirés par le vin servi pendant les réceptions qui suivaient les événements culturels organisés par l’Institut allemand que par le vrai programme culturel alors que les Flamands étaient véritablement intéressés par la culture allemande, Bundesarchiv Berlin-Lichterfelde (BA), R51/152, rapport des conférences, Liège, octobre-décembre 1943.

17 De nombreux documents intéressants à ce sujet peuvent être trouvés dans AN, AJ40/23.

18 Pour plus de détails sur le travail de ces Instituts, voir également Johannes Schmid, « Die Flamen gewinnt man mit Kunst, die Wallonen mit Rotwein. Les lectorats allemands et la mise en œuvre de la politique culturelle allemande en Flandre et en Wallonie occupées (1940/41-1944) », in Françoise Taliano-des Garets (dir.), Villes et culture sous l’occupation : Expériences françaises et perspectives comparée, Paris, Armand Colin, 2012, et note 6.

19 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8, août 1940, p. 39-94.

20 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, annexe 1 Richtlinien über den Vollzug der Vorordnung über Versammlungen und Vereine vom 11.7.1940.

21 Un moyen consistait à passer par les déclarations officielles de la Wehrmacht que les journaux devaient imprimer ; pour des exemples de ces communiqués, voir CEGES, AA1314/189. Les actualités sur Radio Bruxelles étaient peut-être encore plus importantes et diffusées en Français et en Flamand. Pour des transcriptions et des résumés des sujets abordés par Radio Bruxelles, voir les archives de l’agence responsable des actualités du gouvernement belge exilé à Londres, INBEL, CEGES, AA418/622, AA418/623, AA418/694, AA418/1085. Pour un aperçu de l’organisation et du travail de cette station de radio, voir D. Laforce, Duitse radiopropaganda in België tijdens de Tweede Wereldoorlog. Het anti-belsjevistisch leidmotief van Zender Brussel, thèse non publiée de l’école militaire Koninklijke, 1983, disponible au CEGES, BF222.

22 German Records Microfilmed at Alexandria (GRMA), T77, pellicule 982, Propagandalagebericht, 11-25 octobre 1940, pp. 2-3; Tätigkeitsbericht der Propagandaabteilung, novembre 1940, p. 4.

23 GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalage- und Tätigkeitsbericht, 1-15 janvier 1941, voir l’affiche joint au rapport « L’Angleterre contre l’Europe – Expérience de cinq siècles » / « Engeland tegen Europa – Wat vijf eeuwen ons leeren ». Pour une collection des affiches et des brochures de la propagande allemande pendant l’occupation, voir le catalogue complet des affiches des années de 1940 à 1944 du CEGES ainsi que les inventaires CEGES, AA1638 et AA727/22 et Fabrice Canfin, Les affiches de propagande allemandes en Belgique durant la Seconde guerre mondiale, thèse non publiée de l’Université catholique de Louvain, 1990, disponible au CEGES, BF813.

24 Le département de justice de l’administration militaire allemande a rassemblé des preuves et des comptes-rendus de témoignages sur les atrocités commises par les troupes françaises et britanniques à l’égard de la population civile belge. AN, AJ40/53, Greueltaten englischer und franzoesischer Soldaten, 5 décembre 1941 ; voir également AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, pp. 11-13. Les prisonniers de guerre belges étaient également interrogés afin non seulement d’obtenir des déclarations prouvant les crimes des soldats français et britanniques contre les civils, mais également de consigner le fait qu’ils aient abandonné leurs camarades belges au milieu de la bataille, BA-MA, RW4/310, Vernehmung des Kriegsgefangenen Nr. 825 Decock, s.d.

25 Voir par exemple BA-MA, RW4/341, Wehrmacht-Propaganda Lagebericht, 16 décembre 1940-15 janvier 1941, p. 4. Il n’existe actuellement aucune étude consacrée au blocus britannique en Belgique. Certaines conclusions pourraient cependant être tirées d’une analyse récente du blocus de France : Bernard Costagliola, La marine de Vichy. Blocus et collaboration juin 1940 – novembre 1942, Paris, Tallandier, 2009.

26 AN, AJ40/3, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 13, janvier 1941, p. 27.

27 Pour une référence aux ordres d’Hitler, voir AN, AJ40/3, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 20, 15 mars-1er juin 1942, p. A29. Il est cependant vrai que la propagande allemande a essayé d’utiliser les conflits entre les Flamands et les Wallons avant l’attaque allemande dans l’ouest en tentant de convaincre les Flamands que si la Belgique se battait aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne contre le Reich, du sang flamand coulerait pour les intérêts de la France uniquement, impliquant que les Wallons étaient prêts à l’accepter, voir Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes Berlin (PA/AA), Brüssel 89/2, télégramme de la légation allemande de Bruxelles au Ministère des Affaires étrangères de Berlin, s.d. (probablement fin 1939). Pendant la campagne menée dans l’ouest en 1940, les Propagandakompanien ont essayé de faire en sorte que les unités flamandes se rendent avec le même raisonnement, en utilisant divers dépliants de première ligne en flamand, Klaus Kirchner, Flugblatt-Propaganda im 2. Weltkrieg. Flugblätter aus Deutschland 1939/40, Erlangen, Verl. D + C, 1982.

28 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 7, 4 août 1940, pp. 6-8.

29 En janvier 1941, Radio Bruxelles lançait par exemple une série de diffusions sur les Juifs de Belgique, GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalage- und Tätigkeitsbericht, 16-31 janvier 1941, pp. 7-8.

30 Les rapports édités du juriste Paul Struye sur l’opinion publique fournissent une introduction parfaite à la réaction du peuple lors de l’occupation, Paul Struye, Guillaume Jacquemyns, La Belgique sous l’occupation allemande (1940-1944), Bruxelles, Éd. Complexe, 2002.

31 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 4, 26 juin 1940, p. 2.

32 Un examen rapide des journaux belges révèle que le public belge était, du fait de sa propre expérience de l’occupation allemande, très sensible aux rapports sur les transgressions allemandes dans ces pays. Voir par exemple les articles « 30 enfants polonais déportés par les Allemands périssent de froid » ou « Mœurs d’un autre âge. Les abominables tortures infligées aux patriotes tchèques par la Gestapo » dans les éditions du quotidien La Wallonie des 1er et 2 février 1940. Les campagnes de propagande allemandes essayant d’expliquer que l’attaque de la Pologne était nécessaire pour contrer l’impérialisme polonais envers le Reich et les tentatives de justification des atrocités endurées par les civils avec des attaques par des francs-tireurs polonais supposés sont considérées par le public belge comme ridicules et comme des excuses boiteuses bien connues pour justifier l’impérialisme « prussien », PA/AA, Brüssel 86/6, Deutsche Propaganda in Belgien, 23 septembre 1939.

33 BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab – Das Verhalten der Bevölkerung zur Besatzungsmacht, 1944, p. 3.

34 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 8, août 1940, p. 2-7.

35 PA/AA, Presseabt. 1915-45, R 121921, Télégramme n° 322 de la légation allemande de Bruxelles au Ministère des Affaires étrangères de Berlin, 21 juin 1940. Un des premiers journaux à paraître à nouveau, La nation belge, était déjà surnommé en septembre 1940 La nation boche par la population, GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalagebericht, 8 septembre 1940, pp. 3.

36 Les journaux confisqués aux prisonniers de guerre belges donnent une idée de l’impression conférée par la Wehrmacht pendant le combat et de ce que les prisonniers ont dit à leurs familles et amis une fois libérés, BA-MA, RW4/310, Auszug aus dem Tagebuch des belgischen Oberleutnants Leprince et Auszug aus dem Kriegstagebuch des belgischen Kriegsgefangenen Boden.

37 Pour les difficultés initiales rencontrées par la propagande britannique et particulièrement par la BBC pour s’adapter à la chute inattendue de la France et de la Belgique en 1940, voir Tim Brooks, British Propaganda to France 1940-1944. Machinery, Method and Message, Edinburgh, Edinburgh Univ. Press, 2007.

38 CEGES, AA418/1182, Conversation avec le Lieutenant Deloone, s.d. (probablement octobre 1940), p. 2.

39 La propagande allemande a essayé d’avoir recours à l’hostilité contre les britanniques qui étaient présents étant donné que les premières mesures de blocus britannique avaient été mises en place au début de la guerre, en septembre 1939, afin de perturber les canaux d’approvisionnement du Reich mais d’elles affectaient également l’économie belge très orientée vers l’import/export, PA/AA, Presseabt. 1915-45, R 121921, rapport de la légation allemande à Bruxelles, 1er novembre 1939. Avec l’occupation allemande de la Belgique, le blocus du pays est devenu total, privant la Belgique, entre autres, des importations de nourriture. Cependant, fin 1940, la population belge a commencé à tenir l’occupant responsable du blocus, pas les Britanniques, BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab, 1944, partie 3, p. 6.

40 AN, AJ40/2, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 10, octobre 1940, p. 3-6; Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 11, novembre 1940, p. 3-4; AN, Tätigkeitsbericht der Militärverwaltung n° 10, décembre 1940, p. 3-4. Pour en savoir plus sur le « pouvoir de négociation » des mineurs, voir Lynne Taylor, Between resistance and Collaboration. Popular Protest in Northern France 1940-45, London, Macmillan, 2000.

41 CEGES, AA418/1182, Conversation avec le Capitaine Duc de l’armée belge, 25 février 1941, p. 2.

42 GRMA, T77, pellicule 982, Propagandalage- und Tätigkeitsbericht, 16-31 décembre 1940, p. 8.

43 Le rapport final de l’administration militaire indique que les autorités allemandes en étaient, au moins rétrospectivement, bien conscientes, BA-MA, RW36/447, Abschlussbericht Militärverwaltungsstab – Presse und Propaganda im besetzten Gebiet, 1944, p. 4.

Auteur

Université d’Augsbourg et ENS Cachan

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search