Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

Guerre psychologique et propagande en 1940 : Allemagne - France - Belgique

Albrecht Betz

Texte intégral

  • 1 David Welch, The Third Reich: Politics and Propaganda, London, Routledge, 1993.
  • 2 Noam Chomsky, De la propagande, Paris, Fayard, 2009, p. 7.

1David Welch a très justement intitulé son ouvrage sur le Troisième Reich « Politics and Propaganda ».1 En effet, aucun État ni aucun régime n’avait jusque-là accordé à la propagande une si grande importance dans l’ensemble de ses actions et dans la représentation de lui-même. Un ministère spécial fut même créé, doté de moyens financiers considérables et, comme nous le dirions aujourd’hui, doté des technologies de communication les plus avancées. En matière de conditionnement des masses, son ministre reste, aujourd’hui encore, une référence mondiale. Dans l’introduction à l'édition française de l'ouvrage de Noam Chomsky « De la propagande », un parallèle est expressément établi avec Goebbels dès qu'il est question de la « guerre publicitaire contre le terrorisme » que mènent, depuis le 11 septembre, les États-Unis de George W. Bush.2

2Ironie de l’histoire, le Troisième Reich, que la propagande avait contribué à faire prospérer, a lui-même cru à sa propagande, jusqu’au moment de son effondrement, comme l’illustre le discours sur les « armesmiracle (Wunderwaffen) », les V2. L’une des bases de lancement – ceci est un tribut au genius loci de ce colloque – se trouvait à la « coupole », près de Saint-Omer. La propagande au sujet des « armes miracle » se réduit-elle à de purs mensonges et à de la simple manipulation ? Pas du tout, si l’on considère que le missile V2 représente, dans l’histoire de la technique, l’embryon à partir duquel des prouesses ont pu être réalisées ailleurs et plus tard (aux États-Unis et en URSS) par des scientifiques allemands, anciens nazis. À l’instar des voyages dans l’espace et de la conquête de l’univers, on pourrait estimer que la propagande est une construction mixte faite de vérités, de demi-vérités et de mensonges dont les rapports évoluent sans cesse.

3Ces préliminaires doivent permettre de se remettre certaines distinctions en mémoire avant de se concentrer sur l'année 1940.

4Lorsque Goebbels parle de la propagande comme de la « quatrième arme » – outre l’armée de terre, de la marine et de l’armée de l’air – il fait référence à la propagande militaire destinée à l’étranger. La propagande nationale, s’adressant au peuple, existe également, notamment quand il est suggéré en permanence que la Volksgemeinschaft, la communauté du peuple, serait supérieure aux autres formes de société grâce à sa cohérence interne, et notamment « raciale ». Le temps imparti ne nous permet pas d’évoquer ce point, bien que la propagande domestique soit la seule qui puisse nous permettre de distinguer clairement les intentions du ministère de Goebbels. En effet, dans la propagande à l’étranger, Goebbels a des alliés mais également des adversaires : Joachim von Ribbentrop, le plus important d’entre eux, ministre des Affaires étrangères à la tête d’un grand bureau de presse ; moins directement, les militaires eux-mêmes, avec la propagande de la Wehrmacht ; le service des affaires étrangères de l’idéologue Alfred Rosenberg, qui souhaite participer à cette guerre idéologique ; et enfin, les sections du NSDAP à l’étranger.

  • 3 Le néologisme Judéo-Bolschewisten faisait partie des pires insultes antisémites de l’entre-deux-gue (...)

5Outre ces instances rivales, qui se font concurrence sur le terrain de l’ultra­nationalisme populiste, on peut distinguer, au cours de la guerre, trois périodes de propagande à l’étranger. La première, après les « victoires éclairs », se concentre sur l’attribution des responsabilités et la culpabilité : qui est responsable de la guerre ? Réponse la plus fréquente : les francs-maçons, les juifs et les ploutocrates, c’est-à-dire les forces cosmopolites supranationales. Ce n'est que durant la période du pacte germano-soviétique d’août 1939 à juin 1941, que l’alliance des boucs-émissaires, celle des juifs et des communistes, est provisoirement écartée malgré son efficacité.3

6La seconde phase, jusqu’à fin 1942, se place sous le signe de « L’Allemagne triomphe sur tous les fronts » ; le Reich revendique la suprématie absolue en Europe ; on met en scène une race de seigneurs, le Herrenmenschentum, et sa domination militaire, raciale, politique, technique et culturelle.

7Au cours de la dernière phase, à partir de 1943, la propagande est défensive : on invoque le « sauvetage de l’Occident » des griffes du bolchevisme, on en appelle inébranlablement à la solidarité du continent ; la Nouvelle Europe doit repousser les « puissances étrangères hors de son territoire » et renaître de ses cendres tel le Phœnix.

  • 4 Voir André Uzulis, « Psychologische Kriegsführung und Hitlers Erfolge im Westen », in Vierteljahrsh (...)

8La propagande à l’ouest se divise également en trois phases au cours de l’année 1940. La première phase, celle de la « Drôle-de-guerre », jusqu’au 9 mai, correspond à la période de l’avant-guerre, avec ce raisonnement : Hitler est le héros qui est parvenu à abolir le traité de Versailles pacifiquement, sans effusion de sang. C’est l’Angleterre qui est derrière la politique antiallemande et a exercé des pressions sur la France pour qu’elle déclare, contre son gré, la guerre à l’Allemagne. En substance : le maintien de la paix est dans l’intérêt de tous ; si nous ne sommes pas attaqués, nous n’attaquons pas non plus. De facto, l’ennemi doit toujours se croire – illusoirement – en sécurité derrière la ligne Maginot.4 Nous reviendrons plus en détail sur la deuxième phase de la propagande, celle des six semaines de guerre.

9La troisième phase, marquée par le début de l’occupation, représente surtout, sur le plan de la propagande, la tentative de faire aboutir diverses formes de collaboration (notamment économique), de dénoncer le libéralisme décadent des gouvernements d’avant-guerre, considérés comme responsables de la défaite, et de chercher à gagner la confiance quant à l’idée d’une Nouvelle Europe (sous hégémonie allemande), bien que la question de la place réservée à chaque pays en son sein reste sciemment ouverte. Enfin, il s’agit de faire obstacle à la contre-propagande anglaise et, au moins pendant les premiers mois, de laisser entrevoir la probabilité d’une guerre contre la Grande-Bretagne.

10Il faut ici évoquer une autre distinction : celle entre la propagande blanche et la propagande noire. La propagande blanche indique sa source, qui est clairement identifiable pour l’auditeur (par exemple : la « Voice of America »). La propagande noire, au contraire, dissimule son origine, fait croire qu’elle provient du pays de l’auditeur et qu’elle incarne la véritable position nationale. L’une des forces de la propagande de Berlin à l’étranger réside dans la conception et la mise en œuvre d’un système complet d’émetteurs de ce type sur le continent. Durant la première moitié de l’année, on assiste tout simplement à une véritable guerre radiophonique. « La nouvelle arme d’importance sur le champ de bataille de la propagande, c’est la radio », écrit Willi Münzenberg au printemps 1940. Münzenberg avait dirigé, sous la république de Weimar, la propagande du KPD, et s’était enfui en 1933 à Paris afin de prévenir, de là-bas, le plus de monde qu’il pouvait atteindre à l’échelle internationale : Hilter signifie la guerre ! À cette fin, il utilise, comme le titre du livre que Münzenberg fit paraître en 1937 à Paris, « la propagande en tant qu’arme ».

11Depuis 1933, Joseph Goebbels était devenu un véritable virtuose de cet instrument. En 1933 déjà, il avait expliqué, lors d’un discours devant les chefs de la radio : « Je considère la radio comme le moyen de conditionnement des masses le plus moderne et le plus important qui soit. » Cela n’avait encore jamais été formulé aussi brutalement, sur le ton, à peu de choses près, d’un manifeste politique : la radio est un instrument de manipulation, le porte-parole exclusif du parti au pouvoir. Incontestablement, Goebbels espérait que son discours ait un effet tremplin ; la synchronisation devait très rapidement se mettre en place : la radio devait devenir un effet démultiplicateur de la politique nazie, au niveau national tout autant qu’à l’étranger.

12À l’étranger, cela signifiait la poursuite de la politique étrangère par d’autres moyens. La politique de radio totalitaire comportait un aspect offensif et un aspect défensif, accentuait la contradiction entre ami et ennemi et s’en nourrissait. Son impact s’accroissait lorsque l’on émettait dans la langue maternelle – familière – des auditeurs à l’étranger. Un animateur de radio invisible, loin de ses auditeurs, donnait l’impression à ces derniers qu’il faisait partie d’eux, qu’il vivait parmi eux, qu’il connaissait bien leurs soucis et leurs besoins et qu’il ne voulait que leur bien. Ainsi, Goebbels utilisait le rédacteur français Paul Ferdonnet pour émettre en France depuis la station de Stuttgart. Le pays d’origine de l’émission était très difficile à identifier pour l’auditeur lambda.

  • 5 Voir Jean Giraudoux, Messages du Continental. Allocutions radiodiffusées du Commissaire général à l (...)

13Inversement, on pourrait être surpris que la France, à la fin du mois de juillet 1939, alors que la guerre était déjà dans l’air, choisisse justement comme commissaire général à l’information – et par conséquent adversaire de Goebbels – un homme de lettres hypersensible : Jean Giraudoux. Le dramaturge et romancier presque sexagénaire, bel l’esprit précieux, diplomate, avait fait des études de langue et de littérature allemandes avant la Première Guerre mondiale à Munich. Il était ainsi tombé amoureux de la poésie, du romantisme et des poètes allemands. Il avait remporté son dernier succès théâtral parisien juste avant l’été 1939, avec « Ondine », d’après le récit homonyme « Undine » du romancier allemand Friedrich de la Motte-Fouqué. Giraudoux était considéré comme un grand connaisseur de l’Allemagne.5

  • 6 Un exemple de ces énormes investissements : Le film « Le Juif Süss », réalisé par Veit Verlan, – l’ (...)

14Ses appartements, proches du commissariat général, en faisaient une sorte de ministère de proximité, à l’hôtel Continental, l’actuel Intercontinental, dans la rue de Rivoli avec vue sur les Tuileries. Les témoins de l’époque rappelèrent plus tard, avec une certaine ironie teintée de regrets, que la bataille menée entre Giraudoux et Goebbels revenait à une bataille entre « une flûte et un trombone », ne soulignait pas seulement l’inadéquation de Giraudoux à ce poste, mais également l’énorme disproportion dans cette guerre de propagande. Cette disproportion se manifestait par le budget extrêmement faible du commissariat à l’information français (alors qu’on disposait à Berlin d’un budget calculé en millions),6 ainsi que sur ses compétences comparativement limitées : ni la censure ni le cinéma et la presse ne dépendaient de Giraudoux. En outre, le commissariat était rattaché à trois ministères rivaux (Affaires étrangères, Intérieur et Guerre), ce qui rendait la communication interne plus difficile. Enfin, la politique des ressources humaines de Giraudoux consistait à rassembler autour de lui amis et connaissances, écrivains et professeurs afin de concevoir avec ces collaborateurs des actions de propagande. Le journal intime de Goebbels contient des remarques sarcastiques sur le non-professionnalisme de son adversaire parisien ; il ne pouvait pas le prendre au sérieux, en raison de ses discours « beaucoup trop littéraires » à la radio, lui qui, en Allemagne, mettait sans réserve en œuvre des stratégies publicitaires américaines adaptées en politique.

15La propagande belge contre le Reich, apparaissant occasionnellement, était tenue pour quantité négligeable. Les instructions données par Bruxelles à la presse et à la radio consistèrent dès 1939 à ne pas provoquer l’important voisin à l’Est ; la neutralité belge ne devait pas être remise en question, l’Allemagne ne devait disposer d’aucun prétexte pour prendre des mesures hostiles. René Magritte représente une exception à cette neutralité, artistiquement intéressante. Suite à l’attaque de 1940 et au début de l’occupation, la tendance, à Berlin consistait à excuser les Belges pour leur mésestime des Allemands et du Reich : ils étaient devenus des victimes de la propagande française. On devait à l’avenir les soustraire à cette influence. L’entente relativement bonne avec le roi Léopold, protégé par le cardinal Van Roey, primat conservateur, et conseillé par Henri de Man, un intellectuel important, fin connaisseur de l’Allemagne, ainsi que la rapide prise en main des médias influents, ont garanti, du moins dans un premier temps, le climat plutôt détendu de l’opinion. Ci-dessous, trois éléments moins connus peuvent être présentés, qui viennent compléter le panorama de l’année 1939/40.

161.) Depuis la fin des années 1920, des réseaux franco-allemands s’étaient formés, surtout parmi les étudiants, très imprégnés de pacifisme et de « briandisme », très critiques envers le traité de Versailles, qui avaient pour objectif la réconciliation et l’entente entre les « ennemis héréditaires ». On connaît les réunions du « Cercle de Sohlberg » (Sohlbergkreis) auxquelles se retrouvaient depuis 1930 de jeunes intellectuels naissants qui ne pouvaient en aucun cas prévoir qu’ils deviendraient un jour les grands protagonistes de la collaboration à venir (entre autres Otto Abetz, Jean Luchaire, Pierre Drieu La Rochelle). Les débats portaient sur la politique européenne et les diverses conceptions d’une « troisième voie » commune, entre l’Ouest et l’Est, entre le libéralisme anglo-saxon et le communisme soviétique.

  • 7 Voir Albrecht Betz, Exil et engagement. Les intellectuels allemands et la France 1930–1940, Paris, (...)

17Au milieu des années 1930, Bruxelles était devenue un relais entre Berlin et Paris, le Salon Didier en était le cœur. Les hôtes de ce salon cherchaient à poursuivre et à intensifier encore l’européanisme des années 1920. L’un des hôtes en vue était ici le journaliste vedette allemand, Friedrich Sieburg, jeune correspondant, à Paris, du « Frankfurter Zeitung » et auteur de « Dieu est-il Français ? ». Juste avant le début de la guerre, en 1939, on fut surpris d’apprendre que Sieburg avait été affecté au service du ministère des Affaires étrangères de Ribbentrop ; la légation allemande de Bruxelles lui avait attribué le journaliste. Il avait là pour mission de livrer des analyses sur la France au ministère à Berlin depuis la capitale la plus proche de Paris. La mission de Sieburg consistait à livrer des informations sur les manifestations de crise et les faiblesses françaises, les conflits entre les groupes et partis politiques, les variations de « l’opinion publique » et les tendances de la propagande de guerre. Dès le 30 septembre 1939, une analyse du « discours radiophonique du chef français de la propagande » (Jean Giraudoux) est envoyée à Berlin.7

18En novembre, il développe dans un exposé plus élaboré les « possibilités de la propagande en France » pour l’Allemagne, divisé en deux parties : d’une part, une propagande ouverte, « de persuasion », et d’autre part, une « propagande subversive », dont « l’origine allemande des arguments […] doit complètement disparaître ». À cette fin, on peut, selon lui, se servir avantageusement du parti communiste français. Sieburg se sert de sa connaissance intime de la politique intérieure française, acquise lorsqu’il était correspondant à Paris, dans ses nouvelles fonctions, pour formuler les recommandations suivantes : « le développement politique, en ce moment, oblige la propagande subversive à être nécessairement mise en œuvre, dans l’intérêt de l’Allemagne, par les communistes français. Ces derniers sont, par le contrat germano-soviétique d’une part et par le développement social, d’autre part, dans une telle situation qu’ils doivent assurer leur popularité, qu’ils le veuillent ou non, avec des idées tirées de la propagande allemande ».

19Sieburg, qui balançait encore, hésitant entre la gauche et la droite, à la fin de la république de Weimar, s’était très rapidement rangé en 1933 du côté des « bataillons les plus puissants », s’était impliqué pour la politique étrangère du Troisième Reich, l’avait défendue à Paris et avait encouragé la propagande pacifique de Berlin jusqu’au déclenchement de la guerre. Le cas de Sieburg est l’un des exemples les plus extrêmes d’opportunisme intellectuel à cette époque de bouleversements qui ne manquait pas de cas semblables.

  • 8 Joseph Goebbels, Tagebücher (1940), publié sous la dir. de Elke Fröhlich, München, Saur 1987, p. 87 (...)

202.) La forme concrète que peuvent prendre, dans certains cas extrêmes, les tentatives de propagande « subversive » évoquées plus haut sera visible quelques mois plus tard, lorsque la « drôle de guerre » se transforme en véritable guerre. Le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Propagande, bien que rivaux hors des frontières du pays, collaborent partiellement dans l’intérêt de la politique de conquête imposée par le gouvernement. Des consultations efficaces sont régulièrement menées. Ces quelques extraits du journal intime de Goebbels en 1940 permettent d’expliciter ces éléments :8

22. mai : « La panique croît à Paris […] Une rumeur s’élève déjà dans la Ceinture Rouge de Paris. Manifestations communistes. Toujours verser de l’huile sur le feu. »

23. mai : « Nous devons rassembler tous nos efforts pour entamer une révolution ou quelque chose de similaire à Paris. »

31. mai : « émetteurs clandestins envoyés en masse vers la France […] Nationaliste-révolutionnaire […] Objectif : panique et révolution en France, surtout à Paris. »

  • 9 Ernst Torgler (1893-1963), qui avait été le dirigeant du groupe parlementaire communiste allemand s (...)

3. juin : « Émetteur clandestin renvoyé. L’ancien communiste Torgler doit désormais travailler avec nous à la mise en place de l’émetteur dirigé vers la France. »9

21Visiblement, Goebbels s’imaginait déjà un scénario d’insurrection et de barri­cades dans une capitale sombrant dans le chaos. Autrement dit, dans l’euphorie de ses succès de propagande supposés – surtout la panique suscitée par les émet­teurs clandestins parmi les réfugiés qui bloquèrent les routes du pays, ainsi que la déstabilisation générale, dont il s’attribuait en mégalomane tous les mérites, d’une France qu’il estimait tombée en ruines – Goebbels était en mai/juin 1940 visiblement déjà convaincu depuis plusieurs semaines que la radio lui permettait de faire de la politique et d’écrire l’histoire sans intermédiaire, directement. Et cela signifiait : déclencher une révolution autodestructrice pour la France. Pour lui, cela aurait été l’apothéose. Il importe peu de savoir s’il pensait secrètement à la Commune de Paris de 1871 ou à la tentative de révolution allemande de 1918/19 : le journal intime des trois semaines avant l’invasion de Paris est on ne peut plus clair.

7. juin : « Je renforce l'utilisation des émetteurs clandestins vers la France. Nous devons ainsi préparer la révolution française. Je pense que cela est tout à fait réalisable dans un avenir proche. »

8. juin : « Je travaille généralement beaucoup sur les émetteurs clandestins, désormais. In fine, il nous faut encore mettre en route une révolution rouge en France. »

13. juin : « Paris est perdu. La panique règne. Nous nous démenons sur tous les fronts. Il semble qu’une révolution doive éclater à Paris. »

14. juin [jour de l’entrée des troupes allemandes à Paris. A. Betz] : « Paris est déclarée ville ouverte. La panique et la désintégration ont démoralisé toute la ville. »

22Mais dès le jour suivant, le 15 juin, Goebbels note dans son journal intime que son projet de révolution est avorté : « Deux émetteurs clandestins doivent […] rester à Paris pour nous envoyer des nouvelles au fur et à mesure. Globalement, l’ensemble de la propagande vers la France est désormais foncièrement réorganisée. « À bas les armes ! » et revendication la plus vive en faveur du retrait de Reynaud. »

23On ne peut que spéculer au sujet de ce qui s’est passé entre les deux dernières dates du journal intime. On peut supposer que Goebbels a dû se soumettre à de plus puissant que lui, Adolf Hitler et Hermann Göring. Pour eux, une France en plein chaos révolutionnaire ne pouvait être qu’en dernier recours une option envisageable ; ils avaient besoin d’un pays soumis, calme, exploitable au maximum sur le plan économique, dont les ressources, y compris en main d’œuvre, étaient indispensables pour la guerre qui allait tôt ou tard éclater contre l’Union Soviétique.

  • 10 L’apothéose présumée de Rosenberg fut efficace, mais elle manquait d’originalité. C’était, à tout p (...)

243.) Plusieurs mois plus tard, en novembre 1940, l’idéologue en chef du NSDAP, Alfred Rosenberg, célèbre son plus grand triomphe en France ; on pourrait dire qu’il célèbre la victoire du mythe sur la raison. Pour proclamer cette victoire, il a choisi le lieu symbolique du parlementarisme continental : la Chambre des députés. La fin de la démocratie doit être promulguée urbi et orbi depuis le lieu même où elle est née. Le « discours du gouverneur du Reich Alfred Rosenberg sur les idées de 1789 » est intitulé « Gold und Blut » – L’or et le sang,10 et déclare le passage de la nuit à la lumière. Le grand combat mondial entre l’or et le sang, décrit Rosenberg, a commencé en 1914 et continue en 1939/40. La haute finance et la démocratie mondiale se seraient liguées contre le peuple allemand, contre « la force créatrice de la race d’Europe centrale ». « Nous avons mené un combat de front contre le libéralisme, le marxisme, le judaïsme et les francs-maçons », contre les conséquences de 1789, contre la survalorisation des constructions intellectuelles, contre la tolérance et la « liberté sans bornes » ; le combat contre la domination libérale de l’or, du capital et du profit, engendrée par le dérapage de l'Histoire, est désormais terminé. « Les épigones de la Révolution Française se sont heurtées aux premières troupes de la Grande Révolution Allemande », l'histoire a tranché entre l’or et le sang en Europe de l’Ouest.

25« Ainsi, cette époque de 1789 touche désormais à sa fin. Elle a été abattue dans une grande victoire triomphale […] alors qu’elle prétendait encore, déjà défaite, dominer l’Histoire de l’Europe au vingtième siècle. La nation allemande a, durant 400 ans, dans un grand mouvement révolutionnaire, surmonté ses diverses erreurs de parcours et faiblesses et a également récolté les fruits de ses efforts comme jamais encore au cours de son histoire […] Désormais, nous voyons s’effondrer les idées de 1789, dans la ville comme dans l‘État. »

  • 11 Voir A. Betz, op. cit., p. 208.

26Il lui semble évident que l’intégration du pays des droits de l’homme, vaincu, au sein de l’Europe hitlérienne, devra l’amener à abandonner ses traditions républicaines. Rosenberg conclut son discours par un pathos de « réconciliation » : la France devrait elle-aussi, dans la défaite, prendre conscience des éléments positifs et savoir gré à l’Allemagne d’être désormais débarrassée des « parasites », juifs et marxistes, contre lesquels elle fut elle-même « encore bien trop laxiste ». En ce sens, il faudrait accepter à la fois la fin et le commencement et l’envisager comme le « parti du destin de 1940 ».11

« Das wahre Gesicht des Rexismus »

« Das wahre Gesicht des Rexismus »

Affiche belge de René Magritte, 1939.

Notes

1 David Welch, The Third Reich: Politics and Propaganda, London, Routledge, 1993.

2 Noam Chomsky, De la propagande, Paris, Fayard, 2009, p. 7.

3 Le néologisme Judéo-Bolschewisten faisait partie des pires insultes antisémites de l’entre-deux-guerres.

4 Voir André Uzulis, « Psychologische Kriegsführung und Hitlers Erfolge im Westen », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 39 (1991), p. 221 sqq. La distribution massive de tracts fut le deuxième instrument le plus utilisé dans la guerre psychologique pendant la drôle-de-guerre et surtout pendant «la phase chaude », c’est-à-dire pendant la bataille de la France en mai/ juin 1940.

5 Voir Jean Giraudoux, Messages du Continental. Allocutions radiodiffusées du Commissaire général à l’information (1939-1940), Paris, Grasset, 1987.

6 Un exemple de ces énormes investissements : Le film « Le Juif Süss », réalisé par Veit Verlan, – l’exemple même d’un film d’un antisémitisme perfide et calomnieux tourné comme un mélodrame – fut distribué après sa première à Berlin en septembre 1940 à hauteur de 600 (sic !) copies. D’après des estimations récentes, vingt millions de spectateurs virent ce film. Il fut projeté dans tous les territoires occupés, c’est-à-dire presque sur l’ensemble du continent européen.

7 Voir Albrecht Betz, Exil et engagement. Les intellectuels allemands et la France 1930–1940, Paris, Gallimard, 1991, p. 205 sqq.

8 Joseph Goebbels, Tagebücher (1940), publié sous la dir. de Elke Fröhlich, München, Saur 1987, p. 87 sqq.

9 Ernst Torgler (1893-1963), qui avait été le dirigeant du groupe parlementaire communiste allemand sous la République de Weimar, fut, au même titre que Georgi Mikhaïlov Dimitrov et Marinus van der Lubbe, une figure centrale du « procès de l’incendie du Reichstag » tenu en décembre 1933 à Leipzig. Torgler dut être innocenté, mais il resta sous surveillance. Goebbels s’employa, par la suite, à « retourner » Torgler : il devait apporter aux émissions de la radio clandestine « Radio Humanité » une authentique touche prolétarienne/un authentique style prolétarien. Cette radio s’adressait en premier lieu aux classes populaires de la société française et répandait des mots d’ordre provocateurs, comme lorsqu’elle accusait les soldats français d’être à la solde des banquiers de la City londonienne ou à celle des « 200 familles » de leur propre pays ; désertion et grèves devaient être les réponses appropriées à une telle situation.

10 L’apothéose présumée de Rosenberg fut efficace, mais elle manquait d’originalité. C’était, à tout prendre, une simple variation sur le thème des dernières pages de l’ouvrage d’Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident, voir Oswald Spengler, Der Untergang des Abendlandes, Munich, C. H. Beck, 1963 (1923), p. 1193 sqq.

11 Voir A. Betz, op. cit., p. 208.

Table des illustrations

Titre « Das wahre Gesicht des Rexismus »
Légende Affiche belge de René Magritte, 1939.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 655k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search