Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

La Victoire allemande de 1940 comme justification de l’idéologie raciale nazie

Raffael Scheck

Texte intégral

  • 1 Raffael Scheck, Une Saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais, mai-juin 1940, traduit p (...)
  • 2 Peter Fritzsche, Life and Death in the Third Reich, Cambridge/MA, Londres, Belknap, 2008 ; Claudia (...)

1Pendant les derniers jours de mai 1940, Hitler et son ministre de la propagande Joseph Goebbels lancèrent une campagne visant à introduire l’idée que la France avait recruté des « sauvages » noirs et sousentendant que la France était devenue un pays dégénéré. Cette propagande conditionna et prépara les soldats allemands à commettre de nombreuses exactions contre des prisonniers de guerre noirs.1 Les implications de cette propagande en Allemagne sont moins bien étudiées. Les monographies de Peter Fritzsche et Claudia Koonz soulignent le désir permanent du régime nazi d’inculquer au public allemand une interprétation des événements politiques à travers un prisme racial et selon un nouveau système éthique.2 La propagande du printemps de 1940 définit la France, et implicitement l’Allemagne, selon des catégories raciales. La victoire allemande à l’Ouest, perçue comme un quasi miracle, semblait donner un sens à l’échec extrêmement sanglant de 1914–1918. Cette victoire offrit au régime nazi une occasion unique d’ancrer son idéologie raciste au cœur du discours public allemand.

  • 3 Les films privés tournés par des militaires allemands en 1940 révèlent, eux aussi, le lien étroit a (...)

2Pour les Allemands la guerre de 1940 ne représentait pas seulement une simple reprise, mais une continuation et une justification a posteriori de la guerre précédente. En mai et juin 1940, l’armée allemande combattait sur l’ensemble du front de l’Ouest qui avait été « son » champ de bataille deux décennies auparavant. Pour beaucoup de soldats allemands, la guerre de 1940 offrait ainsi une rencontre intime avec des lieux de mémoire de 1914-1918 ; les hommes plus âgés, surtout les officiers, retrouvaient qui un endroit où il avait combattu qui un cimetière ou plus simplement les tombes de ses camarades. Les plus jeunes ressentaient le même phénomène à travers les évocations des survivants ou la mémoire des morts proches. De nombreux mémoires et de journaux intimes de soldats allemands conservent et mettent en lumière ce lien puissant entre les deux guerres.3

  • 4 Frido von Senger und Etterlin, Neither Fear nor Hope : The Wartime Career of General Frido von Seng (...)
  • 5 Kleo Pleyer, Volk im Feld, Hambourg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1943, p. 80. Je remercie Peter Sc (...)
  • 6 Ortwin Buchbender, Reinhold Sterz (dir.), Das andere Gesicht des Krieges. Deutsche Feldpostbriefe 1 (...)
  • 7 Edwin Erich Dwinger, Panzerführer. Tagebuchblätter vom Frankreichfeldzug, Jena, Eugen Diederichs Ve (...)
  • 8 Ernst Jünger, « Gärten und Straßen », in : Jünger, Sämtliche Werke Band 2, Stuttgart, Klett-Cotta, (...)
  • 9 Heinz Guderian (dir.), Blitzkrieg in Their Own Words : First-Hand Accounts from German Soldiers 193 (...)

3En franchissant la frontière franco-belge, le général Frido von Senger und Etterlin, par exemple, se retrouva sur une route qu’il avait empruntée en 1914, et retrouva la propriétaire du lieu où il avait été cantonné et où il avait rêvé d’une infirmière militaire bavaroise avec laquelle il avait eu une liaison amoureuse. Arrivé à Cambrai quelques jours plus tard, il se vit confronté à une mémoire plus sombre lorsqu’il retrouva l’endroit où il avait exhumé le corps de son frère d’une fosse commune pour lui offrir des obsèques plus dignes.4 L’historien Kleo Pleyer, pourtant originaire des Sudètes et donc ancien combattant de l’armée austro-hongroise, nota, après avoir vu les gigantesques cimetières allemands de la Grande Guerre en Artois, en Picardie et dans la Somme : « ici, les pères tombés pensaient au jour ou leurs fils passeraient, marchant vers le but de la Grande Guerre passée. »5 Un certain major F. M. reconnut une région où il avait lutté en 1917 et imagina pouvoir dire à sa famille : « J’ai été de la partie pendant la Grande Guerre, quand nous avions perdu la guerre, mais j’ai aussi été de la partie quand nous l’avons gagnée d’une manière extrêmement rapide ! »6 Dans le même ordre d’idées, l’écrivain nazi Edwin Erich Dwinger suggéra une continuité directe entre 1914-1918 et la guerre de 1940 en citant un camarade qui avait déclaré sur les bords de la Somme : « Ceci n’est pas du tout une nouvelle guerre pour nous ; nous continuons simplement la guerre précédente ! Il n’y avait pas de paix pour nous. Il y avait seulement un armistice. Maintenant la même offensive continue qui s’était enlisée ici au printemps 1918. »7 L’écrivain Ernst Jünger, auteur de récits populaires sur la Première Guerre mondiale, exprima lui aussi son étonnement à propos du contraste entre l’échec de 1914-1918 et le succès de 1940 : affecté à une unité d’arrière-garde en 1940, Jünger notait le 22 mai : « En marchant nous apprîmes […] les nouvelles des succès foudroyants de notre offensive. J’étais très surpris. La ténacité du front était devenu un dogme pour moi après des centaines d’expériences. »8 Au bord de l’Aisne, le major Hilsheimer réalisa qu’il était en train de tirer des mêmes positions qu’il avait occupées pendant des mois en 1916. Il était très soulagé que la guerre de 1940, contrairement à 1916, lui permit de laisser derrière lui ces positions boueuses en peu de temps.9

  • 10 Heinz Braukämper, Sturm auf den Mont Damion (Kameraden in Frankreich) : Ein Erlebnisbericht aus dem (...)
  • 11 O. Buchbinder, R. Sterz, Das andere Gesicht des Krieges, op. cit., document 57, 24 mai 1940, p. 55. (...)
  • 12 Joachim Kannicht (dir.), Alte Kameraden : Berichte über Kampf, Begegnungen, Opfer, Gefangenschaft, (...)
  • 13 Christoph Freiherr von Imhoff, Sturm durch Frankreich, Berlin, Hans von Hugo Verlag, 1941, ici nota (...)
  • 14 Fritz Treffz-Eichhöfer, Kameraden im Sturm. Ein Fronterlebnis aus dem Frankreichfeldzug 1939-1940, (...)

4Pour les plus jeunes parmi les soldats allemands, la campagne de 1940 impliquait un dialogue intime avec une autre génération qui avait durement souffert en 1914-1918. Le mitrailleur Heinz Braukämper n’avait jamais connu son père qui avait été tué sur le front de l’Ouest trois mois après avoir épousé la mère de Heinz. En passant par le Chemin des Dames, Braukämper trouva des casques et des baïonnettes allemandes rouillés et remarqua : « ainsi nous sommes sans cesse confrontés à l’expérience de nos pères, qui fut plus dure que la nôtre. »10 Un autre jeune soldat décrivait ce même champ de bataille avec les mots suivants : « Ceci est une région historique. Le sol est abreuvé du sang versé par nos pères dans la Guerre Mondiale. »11 Le sous-lieutenant Walter Schmid, en se préparant pour une attaque contre des positions françaises, se trouva accablé d’émotions après avoir reconnu un blockhaus allemand ayant appartenu à l’ancienne Ligne Siegfried.12 En traversant le Nord de la France avec sa division blindée, Christoph von Imhoff (28 ans) eut la sensation intense de redécouvrir le front de 14-18. Il commenta avec beaucoup de compétence les opérations de la guerre précédente et ne rata aucune occasion de souligner le contraste entre les deux guerres.13 Ce n’est pas également sans émotions que Fritz Treffz-Eichhöfer traversa la Marne en réfléchissant sur les conséquences de la défaite allemande de 1914. Identifiant en Champagne un terrain qui avait servi à la préparation d’une offensive française en 1917, Treffz-Eichhöfer médita sur la différence entre 1917 et 1940 : « Autrefois, il fallait lutter pour chaque mètre du sol de la patrie ; les forêts enflammées ou pulvérisées ; le sang et la boue mélangés, des morts en masse ; le labyrinthe des tranchées au dessus desquelles des voyants lumineux ressemblaient à des fantômes ; des grenades contre des baïonnettes ; homme contre homme, tous impuissants dans la grande lutte. Et aujourd’hui ? Aujourd’hui, des divisions entières marchent presque sans rencontrer un ennemi. On fait une guerre de poursuite sur un terrain abandonné par l’ennemi. »14

  • 15 Wilhelm Weiß (dir.), Der Krieg im Westen. Dargestellt nach den Berichten des « Völkischen Beobachte (...)
  • 16 Voir Julian Jackson, The Fall of France : The Nazi Invasion of 1940, Oxford, New York, Oxford Unive (...)

5La presse nazie renforçait ce lien avec la guerre précédente en soulignant les noms des hauts lieux des batailles de 1914-1918 récemment conquis par les troupes allemandes et en soulignant que le Führer lui-même avait, 25 ans plus tôt, participé à des combats acharnés dans des endroits qui maintenant tombaient entre les mains de l’armée allemande à une vitesse étonnante.15 Bref, les évènements qui se déroulaient devant les yeux des Allemands en 1940 semblaient miraculeux par rapport au souvenir de la défaite coûteuse et sanglante de 1914-1918. La victoire allemande de 1940 semblait enfin donner un sens aux affreuses souffrances du passé qui étaient restés sans rédemption. Naturellement, les militaires français de 1940 étaient, eux aussi, très conscients des événements vécus lors de la campagne de 1914-1918. Pour eux, cependant, il n’y avait aucune rédemption dans une guerre que la victoire de leurs pères aurait dû rendre caduque.16

  • 17 Ian Kershaw, The « Hitler Myth » : Image and Reality in the Third Reich, London, Oxford University (...)
  • 18 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 117-9.
  • 19 Paul von Hindenburg, Aus meinem Leben, Leipzig, S. Hirzel, 1920, p. 352.

6Les victoires, comme les défaites, nécessitent des explications. Bien qu’Hitler méprisât la France et son armée, la propagande nazie exploita la victoire comme un fait historique dû au génie militaire du Führer, comme le fit le maréchal Göring dans son fameux discours du 20 mai 1940. La guerre de 1940 était le type de victoire idéal dont un régime charismatique, comme celui d’Hitler, avait ponctuellement besoin pour dissimuler la fragilité de sa légitimité constitutionnelle.17 De plus, les médias allemands cherchaient aussi à expliquer la victoire à l’aune de l’idéologie raciale. Pendant la première phase de la campagne de 1940, la propagande visait surtout la Grande-Bretagne, prétendument gouvernée par une caste de Juifs Anglo-Américains. Le gouvernement de Londres était présenté comme l’acteur qui tirait les ficelles d’une France dupée n’ayant pas d’intérêt propre dans cette guerre. Toutefois, la configuration de la guerre changea après l’effondrement français et la retraite des Alliés vers la côte. À la fin mai, la plupart des forces britanniques avait quitté le continent, et une nouvelle ligne de défense (la Ligne Weygand) se formait de la Somme jusqu’à la Ligne Maginot. Cette ligne était principalement défendue par des forces françaises. Hitler et son ministre de la propagande, Goebbels, décidèrent alors de changer de cible. Pour renforcer la motivation des Allemands dans leur lutte contre la France, Goebbels déclara, à l’occasion d’une des réunions de fonctionnaires de la presse et des médias, qu’il fallait créer et attiser la haine du peuple allemand contre les Français. La méthode fut simple : il fallait viser les troupes coloniales dans les rangs de l’armée française et les accuser de lutter comme des sauvages, tout en insinuant que les dirigeants français avaient commis un crime de guerre en mobilisant ces troupes « barbares ». Il s’agisait ici d’un argument déjà bien établi pendant la Première Guerre mondiale, et peut-être même auparavant. La France, en raison d’un taux de natalité parmi les plus bas en Europe, aurait pris l’habitude de se servir de « sauvages » pour faire la guerre.18 Jadis, dans ses mémoires de guerre, le maréchal von Hindenburg, ancien commandant en chef de l’armée allemande, s’était plaint de la tendance des Alliés à mobiliser contre les Allemands ce qu’il tenait pour « un bazar perfide de peuples non européens ». D’après le maréchal Hindenburg, outre les chars et la supériorité des ressources alliées, ces milliers de recrues d’outre-mer étaient l’une des causes principales de la défaite allemande.19

  • 20 Pour des attaques contre Mandel, voir « Der Pariser Sklavenhändler », Völkischer Beobachter, n° 143 (...)

7La propagande nazie reprit cet argument en 1940, en y incorporant une autre idée, spécifique au racisme nazi : la France, affaiblie par son libéralisme politique et sa permissivité sociale depuis 1789, aurait transgressé les barrières biologiques entre sa souche germanique et celle des races inférieures. Selon l’idéologie nazie, évidemment, le mélange racial entraînait nécessairement l’appauvrissement génétique d’une population. Par conséquent, les Français, affaiblis par les pertes de 1914-1918, étaient devenus un peuple métis, donc incapables de jouer un rôle moteur dans l’histoire. Vu sous cet angle, le désastre de 1940 était la juste sanction du peuple français qui avait perdu la richesse de son capital génétique. La propagande nazie prétendait aussi régulièrement que des Juifs étaient les principaux coupables de cette dégénérescence. « Le Juif Mandel », qui avait mobilisé « la chair à canon des colonies » alors qu’il était ministre des colonies entre 1938 et 1940 était une des cibles préférées de la propagande nazie. Devenu ministre de l’intérieur le 18 mai 1940, Mandel fut ensuite accusé d’avoir voulu métisser la population française afin de soumettre la France à un régime juif international.20

  • 21 Wolfgang Mansfeld, « Die Straße zur Front », Völkischer Beobachter, n° 146, 25 mai 1940.
  • 22 « Das französische Volk Mitschuld an den Verbrechen seiner Regierung », Völkischer Beobachter, n° 1 (...)
  • 23 « Die Hilfsvölker unserer Feinde : Unter den Gefangenen 47 Völker und Rassen ! Besuch in einem Gefa (...)
  • 24 « Schwarze geben den Ton im verniggerten Frankreich an », Völkischer Beobachter, n° 154, 2 juin 194 (...)
  • 25 « Französinnen für den schwarzen Moloch », Freiburger Zeitung, n° 160, 13 juin 1940 (Tagesausgabe). (...)

8En observant la masse des prisonniers de guerre en mai et juin 1940, les correspondants de guerre allemands exprimaient souvent leur étonnement à propos de la multiracialité des forces ennemies. Un article du « Völkischer Beobachter » du 25 mai 1940 tenta de catégoriser les prisonniers selon des types raciaux, affirmant que la seule homogénéité des soldats était celle de la couleur de leurs uniformes.21 Cet étonnement se transforma aussitôt en colère, en application des directives plus dures de Goebbels et Hitler : le 31 mai, le même journal parla d’une France « négrifiée et bâtardisée », et le lendemain il affirma : « Sans aucune résistance, le peuple français absorbe ce fleuve de sang des races sombres. »22 Le 5 juin 1940, le même journal s’exclama : « Parmi les prisonniers : 47 peuples et races ! » et donna des exemples de la pretendue barbarie des soldats noirs.23 Un autre article affirma que la France était devenue « le paradis du métissage où des Américains qui refusent de s’asseoir à la même table qu’un nègre dans les cafés de Paris sont arrêtés et expulsés à l’étranger. »24 Plusieurs journaux colportaient que le gouvernement français avait même encouragé les femmes françaises à avoir des relations sexuelles avec des soldats noirs. Dans un article intitulé « Le moloch noir » le Freiburger Zeitung écrivait : « Nous éprouvons de la pitié pour un peuple qui se meurt quand nous apprenons que les Français vont jusqu’à abandonner sans regret leurs femmes à ces molochs noirs. […] Personne en France ne semble plus avoir le moindre sentiment de dignité. Toute fierté de la race a disparu, et on ne ressent probablement plus la honte. Nous les Allemands, au contraire, nous comprenons pourquoi […] un peuple dans un tel état de décomposition biologique doit nécessairement et fatalement s’effondrer. »25

  • 26 Alfred Rosenberg, « Der Zusammenbruch des französischen Nationalismus », Völkischer Beobachter, n°  (...)

9Dans un article Alfred Rosenberg allait encore plus loin. Selon l’idéologue en chef du parti nazi, le « métissage » de la population française était tellement avancée qu’il n’y avait pratiquement plus ni Blancs ni Noirs en France, mais seulement des « Nègres blancs ou des Nègres noirs ». Selon Rosenberg la France aurait voulu « africaniser » l’Europe et « mulâtriser » l’Allemagne. La victoire allemande aurait donc sauvé la culture européenne et l’aurait protégée d’une « irréparable contamination de la race ».26

  • 27 Une de ces danses apparaît vers la fin du film Sieg im Westen (1940-41). Les émissions de la « Woch (...)
  • 28 Illustrierter Beobachter, Sonderausgabe, 1940.
  • 29 « Schwarze Schmach », Der Stürmer, n° 5, février 1940, et Der Feldzug in Frankreich. 10. Mai -23. J (...)

10La propagande par l’image soulignait les mêmes idées. Les actualités projetées chaque semaine dans les salles de cinéma en Allemagne (la « Deutsche Wochenschau ») montraient régulièrement des groupes de prisonniers noirs et nord-africains, accompagnés d’un commentaire cynique sur les prétendus défenseurs de la civilisation européenne et sauveurs de la France. La caméra et le commentaire faisaient paraître ces hommes qui étaient en réalité épuisés, affamés et souvent malmenés comme des hommes perfides, sauvages et dégénérés. Parfois, les Noirs furent contraints d’exécuter des danses tribales suggérant des rites « barbares ».27 Le même message apparaît dans les images imprimées : une caricature intitulée « La France sauve la culture » montrait un soldat blanc français se reflétant comme soldat noir dans un miroir. Une autre caricature, « Masques vrais », insinuait que les femmes blanches en France aimaient s’offrir à des Noirs et à des Indochinois, leur rencontre étant facilitée par un Juif. La couverture d’un numéro hors-série du magazine « Illustrierter Beobachter » présenta sous le titre « La culpabilité de la France » un soldat noir flanqué d’un Juif et d‘un officier français blanc dans un paysage ravagé par la guerre. Le soldat noir tenait en main un drapeau avec la devise « Liberté - Égalité - Fraternité ».28 Le journal ultra raciste « Der Stürmer » présenta un dessin d’un soldat noir embrassant une Marianne qui semblait se livrer à lui dans une pose aguicheuse. À l’arrière-plan figurait un Georges Mandel souriant. Des images publiées après la campagne de 1940 juxtaposaient souvent des soldats allemands blonds, souriants et en bon ordre à des soldats de couleur dans des poses peu flatteuses, avec le sous-titre cynique « les prétendus défenseurs de la culture ».29

  • 30 Adolf Hitler, Mein Kampf. Zwei Bände in einem Band, Munich, Franz Eher Verlag, 1938, p. 705 et 730.
  • 31 Wolfgang Geiger, L’image de la France dans l’Allemagne nazie 1933-1945, Rennes, Presses Universitai (...)
  • 32 Klaus-Jürgen Müller souligne que le journal Das Schwarze Korps avait présenté une image très mépris (...)

11Cette propagande reflétait la pensée de Hitler dans « Mein Kampf », quand il écrivait que les Français étaient un peuple qui se rabaissait « de plus en plus au niveau des Nègres » et que la France était en train de devenir « un état africain sur le sol européen. »30 Même si Hitler chercha à relativiser ces passages après son arrivée au pouvoir, des raciologues nazis comme Bernhard Pier et Ewald Mangold avancèrent des analyses sur la composition raciale du peuple français et suggérèrent que la race germanique avait été écartée depuis le XVIe siècle par des races inférieures, principalement les races alpines et de l’Europe de l’est (ostisch). Le coup de grâce pour la race germanique en France fut la révolution de 1789, parce qu’elle refoula l’influence de l’aristocratie germanique et parce qu’elle valorisa une pensée égalitaire qui permit aux Juifs et plus tard aux gens de couleur de se mélanger aux Français « blancs ».31 Jusqu’au début de la guerre, cette approche se limitait aux médias et aux idéologues les plus extrêmes, comme le journal des SS « Das Schwarze Korps » ou « Der Stürmer ». Après la campagne de mai-juin 1940 elle se diffusa dans toute la société allemande jusqu’à constituer un courant de pensée dominant.32

  • 33 Michael Burleigh, Wolfgang Wippermann, The Racial State : Germany 1933-1945, New York, Cambridge Un (...)
  • 34 H. Fritzsche, Life and Death in the Third Reich, op. cit., p. 76-96.

12Pour marquer sa différence, le régime nazi affirma toujours qu’il avait mis un terme à la dégénérescence de la population allemande et l’avait purgée de ses éléments étrangers et dangereux, notamment les Juifs. Notons ici que la loi nazie sur la stérilisation eugénique avait été promulguée le 14 juillet 1933, ce qui apparut comme une référence délibérée à la Révolution française et au fondement idéologique de la Troisième République.33 Deux ans plus tard, les lois scélérates de Nuremberg avaient lié la nationalité allemande à une souche aryenne, même si la définition de cette souche resta contradictoire et vague. Dans son livre récent, Life and Death in the Third Reich, Peter Fritzsche démontre l’effort omniprésent du régime nazi pour pousser les Allemands à se définir eux-mêmes selon des catégories raciales.34 Fritzsche évoque le « passeport des aïeux » en vue de l’obtention selon laquelle chaque Allemand devait prouver son origine aryenne, mais il parle peu de la dimension internationale de cette campagne médiatique. Cependant, l’accent de la propagande sur la multiracialité de l’armée française, et de la France en général, servit en 1940 à justifier l’idéologie raciale nazie et permit, par ailleurs, de façonner l’esprit des Allemands afin qu’ils se mettent à interpréter les conflits internationaux en fonction de cette vision raciale. La défaite de la France apparut comme la conséquence d’une politique de mélange racial ainsi que de la tolérance et de l’égalité inspirées des idées de 1789.

  • 35 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 127-32. Pour des remarques sur la « dégénération française » (...)
  • 36 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 92.

13Comme je l’ai montré dans mon livre Une saison noire, cette propagande nazie inspira et justifia de nombreuses exactions contre les prisonniers noirs et parfois contre leurs officiers blancs. Les journaux de marche de la Wehrmacht et les journaux de guerre d’un grand nombre de soldats allemands reflètent les éléments de cette propagande nazie. Beaucoup de soldats allemands commencèrent à interpréter certaines formes de combat comme perfides et illégales, si ces formes étaient pratiquées par des soldats noirs. En principe, la participation de Noirs à la campagne de 1940 apparaissait comme un crime de guerre et déchaînait une rage profonde.35 Dans l’un de ces journaux par exemple, l’auteur mit face à face ses compatriotes blonds en bon ordre et un groupe mixte de prisonniers français, en concluant : « Je dois reprendre profondément mon souffle pour ne pas laisser éclater ma colère contre ce maudit chaos racial que notre armée doit affronter. »36

  • 37 Rapport Ouédraogo, Service Historique de la Défense Vincennes (SHD), 5H16, dossier « VIII AOF 1944- (...)
  • 38 Helmut Schaffrannek à l’auteur, 14 janvier 2006.
  • 39 Rapport Ouédraogo, SHD, 5H16, dossier « VIII AOF 1944-45 Mentalité des tirailleurs sénégalais ».

14Les troupes allemandes massacrèrent ainsi entre 1.500 et 3.000 tirailleurs sénégalais prisonniers pendant la campagne de 1940. De surcroît, un nombre inconnu de soldats noirs fut tué au cours de combats dans lesquels les forces allemandes avaient décidé de ne pas faire de prisonniers noirs. Pour les prisonniers noirs qui ne furent pas massacrés, un calvaire de souffrances et d’abus sadiques commença lorsqu’ils marchèrent vers les camps de prisonniers provisoires. Ils étaient souvent privés d’eau et de nourriture, et chaque prisonnier noir qui tentait de boire de l’eau à une fontaine ou un seau, que des civils avaient placés au bord de la route, risquait d’être abattu immédiatement par les gardes. Les mémoires de captivité montrent parfois une hiérarchie raciale imposée par l’armée allemande aux prisonniers. Au premier rang marchaient les prisonniers britanniques, suivi des Français blancs, puis des Nord-Africains, et à la fin les Noirs. L’approvisionnement se réduisait de la tête à la queue de la file, et la brutalité des sentinelles augmentait dans une proportion inverse.37 L’arrivée des prisonniers noirs en Allemagne provoquait souvent des réactions hostiles et dédaigneuses. Un témoin allemand m’a communiqué qu’il se rappelle que les trains des prisonniers noirs affamés, qui passaient par son village en Rhénanie, attiraient des foules de civils curieux, comme si un cirque était arrivé.38 La mémoire de captivité de l’adjutant Édouard Ouédraogo du 7e régiment de tirailleurs sénégalais évoque une expérience identique à l’arrivée au camp de Bathorn (Emsland) et précise que des civils allemands insultèrent les prisonniers noirs et leur crachèrent au visage.39 Ouédraogo était un des tirailleurs sénégalais qui durent exécuter des danses tribales devant les caméras des reporters de la « Deutsche Wochenschau ».

  • 40 C. Koonz, Nazi Conscience, op. cit., p. 4-16.

15Il faut donc comprendre la propagande raciste pendant la guerre de 1940 non seulement comme une justification de l’idéologie raciale nazie permettant d’expliquer une victoire qui semblait inimaginable, mais aussi comme un acte pédagogique visant à inculquer aux Allemands le comportement « correcte » à la lumière (comment se comporter à l’aune) d’une nouvelle « éthique nazie », comme Claudia Koonz l’a décrit dans son livre The Nazi Conscience.40 Les soldats qui massacraient des prisonniers noirs, les sentinelles qui inventaient des jeux sadiques pour les abattre et les civils qui crachaient sur les Noirs agissaient selon un système normatif que le régime nazi chercha à imposer graduellement. Comme l’avouent Koonz et Fritzsche, cet endoctrinement ne parvint jamais complètement à ses fins, mais il exerça une influence croissante sous le régime nazi.

  • 41 Le comte Eugène Melchior de Vogüé, par exemple, proposa une corrélation entre une France « dégénéré (...)
  • 42 Éric Jennings, « Vichy fut-il aussi anti-noir? », in Jacques Cantier, Éric Jennings (dir.), L’empir (...)
  • 43 Ingold au Ministre des colonies, 2 mai 1945, SHD, 6 P 6.

16Avant de conclure, il faut remarquer que l’approche raciale de la guerre de 1940 ne se limite pas aux médias allemands. Du côté français, des auteurs civils et militaires, évoquent eux aussi ce contraste accablant entre des troupes françaises débraillées et les troupes allemandes d’apparence impeccable, exprimant une admiration pour l’homogénéité des Allemands en des termes proches de ceux de la propagande allemande. Bien entendu, l’idée que la France se trouvait en déclin pour des raisons raciales, culturelles ou politiques était monnaie courante dans les discours de la droite française depuis la fin du XIXe siècle.41 Certes, le régime autoritaire de Vichy qui chercha à revitaliser la France après la campagne de 1940 renforça principalement l’esprit chrétien et conservateur, mais la dimension raciale y était également très présente, ne serait-ce qu’au regard des mesures de Vichy contre les Juifs. Par contre, comme l’a démontré Eric Jennings, les mesures législatives contre les Noirs étaient beaucoup moins strictes et plus ambigües en raison de l’intérêt de Vichy pour la préservation de son empire colonial.42 Néanmoins, la peur d’un mélange racial hantait aussi certains des dirigeants du gouvernement provisoire (GPRF) et des Forces françaises libres (FFL) vers la fin de la guerre. Prenons par exemple une lettre du Général François Ingold du 2 mai 1945, dans laquelle il se montre très inquiet à propos des relations amoureuses entre anciens prisonniers de guerre noirs et femmes françaises blanches. Ingold propose d’envoyer tous les couples mixtes vers les colonies ou, si les gouverneurs des colonies maintiennent leur résistance contre l’immigration de couples mixtes, de créer pour eux un centre social dans les montagnes de Madagascar. Il s’oppose farouchement au maintien en France des couples mixtes : « Un ménage de cette sorte peut apporter normalement en France, en une génération, quatre nouvelles souches noires [et] seize souches nouvelles en deux générations. Qu’on lise les études américaines à ce sujet. Il ne s’agit pas de faire du racisme, mais de toute évidence la création en France d’une race métisse n’est pas souhaitable du point de vue de la santé, de la psychologie, du prestige. »43

17Il n’est évidemment pas facile d’évaluer l’impact de la propagande nazie contre la France. Elle coexistait à l’évidence avec un intérêt soutenu de beaucoup d’Allemands pour la France et surtout pour sa capitale. Toutefois, on peut constater que la campagne de 1940, malgré l’image populaire du comportement « korrekt » des soldats allemands envers les civils, fut profondément marquée par une approche raciale, ainsi qu’une perception et un comportement raciste vis-à-vis des soldats noirs. La distinction entre une guerre conventionnelle, pragmatique et honorifique à l’Ouest et une guerre idéologique et raciste à l’Est n’est plus tenable. L’accent mis par la propagande sur la multiracialité de l’armée française, et de la France en général, servit à justifier l’idéologie raciale nazie en « expliquant » une victoire vécue comme la rédemption enthousiaste du traumatise national de 1918. Cette propagande permit, par ailleurs, d’impregner les Allemands d’une conception de la guerre conforme à l’idéologie raciale du nazisme. La campagne de 1940 se place donc dans la continuité de l’idéologie nazie visant à détacher le comportement du soldat allemand des normes et des lois en vigueur et d’inculquer à la population allemande une conception et une éthique profondément racistes et criminelles.

Notes

1 Raffael Scheck, Une Saison noire. Les massacres de tirailleurs sénégalais, mai-juin 1940, traduit par Éric Thiébaud, Paris, Tallandier, 2007.

2 Peter Fritzsche, Life and Death in the Third Reich, Cambridge/MA, Londres, Belknap, 2008 ; Claudia Koonz, The Nazi Conscience, Cambridge/MA., Londres, Belknap, 2003.

3 Les films privés tournés par des militaires allemands en 1940 révèlent, eux aussi, le lien étroit avec 1914-1918. Beaucoup de films montrent des cimetières et des monuments de la Première Guerre mondiale. Filmarchiv Agentur Karl Höffkes, Gescher.

4 Frido von Senger und Etterlin, Neither Fear nor Hope : The Wartime Career of General Frido von Senger und Etterlin, Defender of Cassino, traduit par George Malcolm, New York, Dutton, 1963, p. 19 et 21.

5 Kleo Pleyer, Volk im Feld, Hambourg, Hanseatische Verlagsanstalt, 1943, p. 80. Je remercie Peter Schöttler (CNRS et Université libre de Berlin) de m’avoir signalé ce texte.

6 Ortwin Buchbender, Reinhold Sterz (dir.), Das andere Gesicht des Krieges. Deutsche Feldpostbriefe 1939-1945, Munich, C. H. Beck, 1982, document 69, lettre du 5 juin 1940, p. 59.

7 Edwin Erich Dwinger, Panzerführer. Tagebuchblätter vom Frankreichfeldzug, Jena, Eugen Diederichs Verlag, 1941, p. 28-9. Autres allusions à la Première Guerre mondiale : p. 4, 14, 21, 75. L’historienne Susanne Brandt souligne, elle aussi, le lien entre la Première Guerre mondiale et la campagne de 1940 dans la presse allemande : Susanne Brandt, Vom Kriegsschauplatz zum Gedächtnisraum : Die Westfront 1914-1940, Baden-Baden, Nomos, 2000, p. 241-5.

8 Ernst Jünger, « Gärten und Straßen », in : Jünger, Sämtliche Werke Band 2, Stuttgart, Klett-Cotta, 1979, p. 139.

9 Heinz Guderian (dir.), Blitzkrieg in Their Own Words : First-Hand Accounts from German Soldiers 1939-1940, St. Paul, Zenith Press, 2005, p. 193-6.

10 Heinz Braukämper, Sturm auf den Mont Damion (Kameraden in Frankreich) : Ein Erlebnisbericht aus dem französischen Feldzug 1940, Essen, Essener Verlagsanstalt, 1942, p. 99. Autres allusions à la Grande Guerre : p. 34, 41, 56, 77-8, 81, 87, 98, 113-4.

11 O. Buchbinder, R. Sterz, Das andere Gesicht des Krieges, op. cit., document 57, 24 mai 1940, p. 55. Pour d’autres exemples dans cette collection, voir doc. 58, 60, 70, 73.

12 Joachim Kannicht (dir.), Alte Kameraden : Berichte über Kampf, Begegnungen, Opfer, Gefangenschaft, Danach, Karlsruhe, Braun, 1992, p. 14.

13 Christoph Freiherr von Imhoff, Sturm durch Frankreich, Berlin, Hans von Hugo Verlag, 1941, ici notamment p. 85-91.

14 Fritz Treffz-Eichhöfer, Kameraden im Sturm. Ein Fronterlebnis aus dem Frankreichfeldzug 1939-1940, Stuttgart, Die Aehre, 1943, p. 106-7.

15 Wilhelm Weiß (dir.), Der Krieg im Westen. Dargestellt nach den Berichten des « Völkischen Beobachters », 5e édition, Munich, Eher-Verlag, 1942, p. 42, 55, 60, 64-6, 69 (Hitler comme soldat dans la Grande Guerre), 93, 97-8. Voir aussi les récits des correspondents de guerre, in Oberkommando der Wehrmacht (dir.), Sieg über Frankreich. Berichte und Bilder, Berlin, Zeitgeschichte-Verlag Wilhelm Andermann, 1940, p. 86-7, 112, et l’émission de la Wochenschau, « Deutsche Truppen beim Vormarsch auf Verdun », Bundesarchiv-Filmarchiv, Wochenschau-Archiv, http://www.wochenschau-archiv.de, (dernière visite le 10 septembre 2010).

16 Voir Julian Jackson, The Fall of France : The Nazi Invasion of 1940, Oxford, New York, Oxford University Press, 2003, p. 145-6.

17 Ian Kershaw, The « Hitler Myth » : Image and Reality in the Third Reich, London, Oxford University Press, 1987 ; Idem., Hitler, 2 vols, New York, Norton, 1996 et 2000 ; Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte. Vol. IV : Vom Beginn des Ersten Weltkriegs bis zur Gründung der beiden deutschen Staaten 1914-1949, Munich, C. H. Beck, 2003, p. 551-63.

18 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 117-9.

19 Paul von Hindenburg, Aus meinem Leben, Leipzig, S. Hirzel, 1920, p. 352.

20 Pour des attaques contre Mandel, voir « Der Pariser Sklavenhändler », Völkischer Beobachter, n° 143, 22 mai 1940 ; Alfred Rosenberg, « Der Zusammenbruch des französischen Nationalismus », Völkischer Beobachter, n° 154, 2 juin 1940 ; « Ein Neger Präsident über Pétain, Reynaud, Daladier » et « Jud Mandels Blutregiment », Völkischer Beobachter, n° 156, 4 juin 1940 ; « Schwarze geben den Ton im verniggerten Frankreich an », Völkischer Beobachter, n° 157, 5 juin 1940.

21 Wolfgang Mansfeld, « Die Straße zur Front », Völkischer Beobachter, n° 146, 25 mai 1940.

22 « Das französische Volk Mitschuld an den Verbrechen seiner Regierung », Völkischer Beobachter, n° 152, 31 mai 1940, et « Französische Tobsucht », Völkischer Beobachter, n° 153, 1er juin 1940.

23 « Die Hilfsvölker unserer Feinde : Unter den Gefangenen 47 Völker und Rassen ! Besuch in einem Gefangenen-Durchgangslager », Völkischer Beobachter, n° 157, 5 juin 1940.

24 « Schwarze geben den Ton im verniggerten Frankreich an », Völkischer Beobachter, n° 154, 2 juin 1940.

25 « Französinnen für den schwarzen Moloch », Freiburger Zeitung, n° 160, 13 juin 1940 (Tagesausgabe). Je remercie Heiko Wegmann (Université de Fribourg en Brisgau) de m’avoir signalé l’édition en ligne de ce journal. Le Völkischer Beobachter publia un article presque identique le 14 juin : « Würdeloses Frankreich. Weibliche Hilfskräfte zur ‹ Aufmunterung › der Farbigen », n° 166.

26 Alfred Rosenberg, « Der Zusammenbruch des französischen Nationalismus », Völkischer Beobachter, n° 154, 2 juin 1940.

27 Une de ces danses apparaît vers la fin du film Sieg im Westen (1940-41). Les émissions de la « Wochenschau » du juin 1940 sont accessibles au site internet du Bundesarchiv-Filmarchiv, Wochenschau-Archiv, http://www.wochenschau-archiv.de, par exemple « Deutsche Verbände gehen an Kolonnen gefangener französischer Soldaten vorbei » (dernière visite le 10 septembre 2010).

28 Illustrierter Beobachter, Sonderausgabe, 1940.

29 « Schwarze Schmach », Der Stürmer, n° 5, février 1940, et Der Feldzug in Frankreich. 10. Mai -23. Juni 1940, pas de lieu, pas de date, bibliothèque du Bundesarchiv-Militärarchiv Freiburg.

30 Adolf Hitler, Mein Kampf. Zwei Bände in einem Band, Munich, Franz Eher Verlag, 1938, p. 705 et 730.

31 Wolfgang Geiger, L’image de la France dans l’Allemagne nazie 1933-1945, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 41-53.

32 Klaus-Jürgen Müller souligne que le journal Das Schwarze Korps avait présenté une image très méprisante de la France depuis 1935, en évoquant souvent la « négrification de la France ». Klaus-Jürgen Müller, « Die deutsche öffentliche Meinung und Frankreich 1933-1939 », in Deutschland und Frankreich 1936-1939. 15. Deutsch-Französisches Historikerkolloquium des DHI in Paris, sous la direction de Klaus Hildebrand et Karl Ferdinand Werner, Munich, Artemis-Verlag, 1981, p. 17-46.

33 Michael Burleigh, Wolfgang Wippermann, The Racial State : Germany 1933-1945, New York, Cambridge University Press, 1992, p. 136-8.

34 H. Fritzsche, Life and Death in the Third Reich, op. cit., p. 76-96.

35 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 127-32. Pour des remarques sur la « dégénération française » et les théories de Pier et Mangold, voir : C. von Imhoff, Sturm durch Frankreich, op. cit., p. 117. Dwinger, lui aussi, décrit les Français comme très émotifs et trop nerveux (« feinnervig »), des attributs caractérisant la dégénérescence dans la mentalité nazie : E. E. Dwinger, Panzerführer, op. cit., p. 74-5. Kleo Pleyer nomme « dégénérés » les soldats français et observe des femmes françaises avec des enfants « négroïdes ». Il parle de civils français comme d’« une humanité mulâtre et de race inférieure ». K. Pleyer, Volk im Feld, op. cit., p. 76, 80 et 96.

36 R. Scheck, Saison noire, op. cit., p. 92.

37 Rapport Ouédraogo, Service Historique de la Défense Vincennes (SHD), 5H16, dossier « VIII AOF 1944-45 Mentalité des tirailleurs sénégalais ».

38 Helmut Schaffrannek à l’auteur, 14 janvier 2006.

39 Rapport Ouédraogo, SHD, 5H16, dossier « VIII AOF 1944-45 Mentalité des tirailleurs sénégalais ».

40 C. Koonz, Nazi Conscience, op. cit., p. 4-16.

41 Le comte Eugène Melchior de Vogüé, par exemple, proposa une corrélation entre une France « dégénérée » et la nécessité de recruter des masses de guerriers « barbares » dès la fin du XIXe siècle. De Vogüé inspira le principal acteur du déploiement des tirailleurs sénégalais en France, le général Charles Mangin. Myron Echenberg, Colonial Conscripts : The Tirailleurs Sénégalais in French West Africa, 1857-1960, Portsmouth/New Hampshire, Londres, Heinemann et James Currey, 1991, p. 28-9. Voir aussi le chapitre sur la décadence dans Eugen Weber, The Hollow Years : France in the 1930s, New York, Norton, 1996, p. 111-146, et la critique de l’idée de la décadence française dans : J. Jackson, The Fall of France, op. cit., p. 185-227.

42 Éric Jennings, « Vichy fut-il aussi anti-noir? », in Jacques Cantier, Éric Jennings (dir.), L’empire colonial sous Vichy, Paris, Éditions Odile Jacob, 2004, p. 213-31.

43 Ingold au Ministre des colonies, 2 mai 1945, SHD, 6 P 6.

Auteur

Colby College, Maine

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search