Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

Une guerre « correcte » ? Crimes et massacres allemands à l’Ouest au printemps 1940

Jean-Luc Leleu

Texte intégral

  • 1 Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien (éds.), La France pendant la Seconde Guerre mondia (...)
  • 2 L’annulation de la mission sur Rotterdam le 14 mai 1940 n’a, par exemple, pas été reçue à temps par (...)

1Si la campagne militaire de mai-juin 1940 a été brève, elle n’en a pas moins été marquée par un niveau de violence élevé. Pourtant, le caractère aussi soudain qu’inattendu de la défaite alliée, tout autant que la propagande et les enjeux mémo­riaux (ou au contraire une certaine forme d’amnésie), ont longtemps contribué à brouiller la perception de la violence subie par les vaincus. En France tout particulièrement, les chiffres des pertes militaires ont été assez largement surestimés tandis que les destructions matérielles dans les départements du Nord et de l’Est ne semblent pas avoir été perçues dans toute leur ampleur.1 Quant aux violences subies par les populations civiles, elles se sont trouvées reléguées loin derrière l’Exode et largement résumées – dans la mémoire sociale du moins – aux bombardements des villes (notamment celui de Rotterdam le 14 mai qui a provoqué plus de 800 morts) et aux mitraillages des colonnes de réfugiés par l’aviation allemande. Pourtant, ces dernières formes de violence sont sujettes à débat quant à l’intention des acteurs : les destructions et pertes humaines peuvent en effet dépasser les résultats escomptés, être le produit de dommages collatéraux ou d’erreurs d’identification.2 Au demeurant, l’action ultérieure de l’aviation alliée peut tout autant prêter à critique (bombardements des cités du Reich, mitraillage de réfugiés fuyant les combats lors de la bataille de Normandie, bombardement du Havre en septembre 1944, etc.).

  • 3 André Coillot, Mai 1940, un mois pas comme les autres, Arras, s. n., 1980 ; Kléber Deberles, 1940, (...)
  • 4 Commissie voor oorlogsmisdaden, De oorlogsmisdaden bedreven gedurende de bezetting van het Belgisch (...)

2Ainsi, les exactions commises en 1940 par les forces terrestres allemandes n’ont laissé – au-delà de l’espace étroit des communes et régions concernées – que peu de traces dans les souvenirs ou l’historiographie liés à cette période. Ce constat vaut d’ailleurs tout autant pour les crimes commis à l’encontre des soldats alliés.3 Aussi cette communication se donne-t-elle pour but d’évoquer les exactions commises par les forces armées allemandes lors de la campagne du printemps 1940, en circonscrivant l’étude aux seules troupes de combat au sol d’une part, d’autre part en se focalisant sur les exécutions sommaires de civils et de prisonniers de guerre alliés perpétrées sur le territoire français – de loin le plus touché par ce phénomène, même si la mise à mort de 86 habitants de Vinkt le 27 mai démontre que la Belgique n’a pas été totalement épargnée.4

3Ainsi borné, cet article s’articulera autour de quatre points. Il s’attachera tout d’abord à dénombrer – même approximativement – l’ampleur des exécutions de civils et de soldats franco-britanniques, ainsi qu’à déterminer leur répartition géographique et chronologique, sans oublier de préciser le mode opératoire. L’identification des troupes incriminées sera un préalable qui permettra, ensuite, de déterminer les motivations de ces exactions. Il s’agira enfin de mettre en perspective ces violences de guerre à l’encontre des civils par rapport à l’invasion de 1914 et aux premières campagnes militaires de la Wehrmacht.

Cerner l’ampleur des exécutions sommaires

  • 5 Seuls des cas de viols sont jugés et condamnés, du moins lorsqu’ils sont portés à la connaissance d (...)

4Recenser les exécutions sommaires lors de la campagne de mai-juin 1940 n’est pas chose aisée en raison des lacunes documentaires, sans compter la difficulté de discerner les civils sciemment exécutés des individus victimes de dommages collatéraux. Les archives allemandes consultées demeurent sur ce point très large­ment muettes.5

Civils sommairement exécutés en France,10 mai - 25 juin 1940

Civils sommairement exécutés en France,10 mai - 25 juin 1940

NB : Ne sont représentés que les massacres d’au moins cinq personnes.

Source : Guillon H., Les massacrés par les Allemands en France, op. cit., annexes.
Jean-Luc Leleu, Michel Daeffler © 2011 CRHQ-Université de Caen

5Faute de dénombrement précis des victimes civiles, l’historien doit donc se contenter de dresser un bilan approximatif à partir de sources très diverses : dossiers individuels conservés à Caen au Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains (BAVCC, Service historique de la Défense), registres d’état-civil des communes concernées, procès-verbaux de gendarmerie, témoignages, etc. En l’occurrence, les résultats présentés ici reposent sur trois enquêtes :

  • celle globale menée par Hélène Guillon dans le cadre d’un Master mené à l’Université de Caen sur les civils et militaires exécutés sommairement en France par les forces allemandes de 1940 à 19456 ;
  • l’enquête très approfondie menée par la Société de recherches historiques de Carvin sur les exactions perpétrées sur les communes de Carvin, Oignies et Courrière en mai 19407 ;
  • enfin un cas d’étude précédemment mené sur les exactions perpétrées dans la zone de déploiement de la division SS « Totenkopf » dans la région d’Arras.8

6La carte en haut et la chronologie présentées ci-après sont une synthèse de ces travaux. Seuls y sont recensés les cas où au moins cinq civils ont été sommairement exécutés – un seuil certes arbitraire, mais qui permet d’obtenir une représentation spatiale et chronologique plus juste. En deçà de cette limite, il est en effet difficile de prétendre à l’exhaustivité dans la mesure où ce sont précisément les exécutions de personnes isolées (ou de quelques individus) qui sont les moins bien documentées. Leur fréquence n’en conduit pas moins à alourdir sensiblement le bilan global qui est loin de se limiter aux quelque 420 victimes civiles dénombrées ici.

Civils sommairement exécutés en France10 mai - 25 juin 1940

Civils sommairement exécutés en France10 mai - 25 juin 1940

Source : H. Guillon, Les massacrés par les Allemands en France, op. cit., annexes.

  • 9 En dehors du Nord et du Pas-de-Calais, les deux seuls cas recensés d’exécutions sommaires d’au moin (...)

7Au-delà de cette restriction méthodologique, ces documents mettent très clairement en évidence le caractère très concentré des ces exactions dans l’espace et dans le temps. Dans leur écrasante majorité, les victimes ont en effet été exécutées dans le Nord et le Pas-de-Calais au cours de la dernière décade de mai 1940, c’est-à-dire au moment de la contre-offensive franco-britannique dans la région d’Arras le 21 mai et lors de la bataille des canaux qui s’est ensuite déroulée dans le quadrilatère Arras - Béthune - Lille - Douai.9

  • 10 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 830.

8Un autre point révélateur est que les exactions se déroulent le plus souvent dans la foulée des combats, mais rarement au cœur de la bataille. Les civils sont tués dans leurs logis lors de fouilles ou en sont tirés pour être rassemblés en un point donné pour y être peu après mis à mort en groupes plus ou moins importants. Seule l’exécution des 64 civils dans la carrière d’Aubigny-en-Artois diffère dans son déroulement, laissant penser par son caractère très méthodique qu’il s’agit d’un acte mûrement réfléchi.10

  • 11 Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3416/1 : Le Commissaire de Police Chef du Service des (...)

9Enfin, la sociologie des victimes est également éclairante. Même si des garçons d’une quinzaine d’années côtoient des septuagénaires dans la liste des personnes exécutées, la plupart sont des hommes dans la force de l’âge. Les femmes sont pour leur part encore assez largement épargnées, révélant que la violence n’est pas complètement aveugle. Cela n’empêche pas que se produisent ponctuellement des crimes particulièrement atroces contre des individus incapables de représenter une quelconque menace. Ainsi, après la mort de deux Allemands tués par une automitrailleuse britannique dans le secteur du XVe corps d’armée motorisé (5e et 7e divisions blindées), 23 civils sont exécutés le 21 mai à Pont-du-Gy (Pas-de-Calais), dont une femme âgée en chaise roulante et un bébé de huit mois jetés dans une grange en flammes.11

10Les exécutions de soldats alliés capturés sont pour leur part encore plus difficiles à recenser, eu égard à la possibilité d’abattre les soldats « à chaud », pendant ou immédiatement après la fin des combats, comme cela se produit assez fréquemment dans tout conflit. Là encore, seule l’exécution d’un assez grand nombre de prisonniers permet de discerner le crime. À l’inverse des exactions perpétrées contre les civils, celles recensées en mai et juin 1940 contre les militaires sont plus éparses, dans le temps comme dans l’espace. Des exécutions se sont certes produites dans le Nord et le Pas-de-Calais (Lestrem, Wormhout/Esquelbecq, Febvin-Palfart pour les plus importants), mais aussi par la suite, après le déclenchement de la seconde phase de l’offensive allemande en juin (« Fall Rot »). Les massacres les plus importants se produisent alors à Airaines (Somme), Erquinvillers (Oise) et Chasselay (Rhône).

Les unités allemandes en cause

11À l’instar du profil des victimes et des modes opératoires, l’identification des troupes allemandes qui se sont rendues coupables de ces crimes nous renseignent beaucoup sur les motivations des bourreaux et sont donc un préalable à toute tentative d’explication.

Divisions responsables de l'exécution des civils dans le secteur du IIe corps d'armée (26-28 mai 1940)

Divisions responsables de l'exécution des civils dans le secteur du IIe corps d'armée (26-28 mai 1940)
  • 12 La Wehrmacht constituait ses divisions par vagues, à chaque « vague » (Welle) correspondant une art (...)
  • 13 Bernhard R. Kroener, « Die personellen Ressourcen des Dritten Reiches im Spannungsfeld zwischen Weh (...)
  • 14 Issue de la 3e vague et responsable du massacre de Vinkt (Belgique), la 225e division présentait un (...)

12Le point sans doute le plus significatif est le fait que les principales exactions perpétrées à l’encontre des civils l’ont été, pour la plupart, par des formations mobilisées à la déclaration de guerre, c’est-à-dire des unités de réservistes mal encadrés, qui connaissent précisément leur baptême du feu dans le nord de la France en mai 1940. Un tel constat avait déjà été tiré de l’enquête menée sur les exactions de la division SS « Totenkopf ». Il se trouve confirmé à l’échelle du IIe corps d’armée allemand. Trois des quatre divisions qui le composaient à la fin mai 1940 étaient des formations d’active créées en 1934 et 1936 (11e, 12e et 32e divisions d’infanterie) et qui avaient déjà été engagées en Pologne. Leurs personnels étaient des soldats d’active à près de 80 %. Mise sur pied à la veille de la guerre, en août 1939, la 267e division d’infanterie présentait un profil bien différent. Comme les autres divisions de la 4e vague,12 elle ne comprenait pas plus de 9 % de soldats d’active, cadres inclus. Les deux tiers de ses personnels se composaient de réservistes dont l’âge pouvait aller jusqu’à 35 ans et qui disposaient d’une expérience plus ou moins brève sous l’uniforme. Le quart des effectifs restants étaient formés de territoriaux encore plus âgés (jusqu’à 45 ans), vétérans de la Grande Guerre ou n’ayant jamais bénéficié d’une instruction militaire jusqu’à l’automne 1939.13 Que ce soit précisément cette division non aguerrie (elle n’avait encore jamais combattu) qui ait tué au moins les trois quarts des quelque 135 civils sommairement exécutés dans le secteur du corps d’armée entre les 26 et 28 mai 1940 trahit la cause profonde de ces exactions : l’inexpérience d’une troupe qui, comme nous allons le voir, connaît son baptême du feu dans des conditions très difficiles.14

  • 15 J. Fargettas, « Les massacres de mai-juin 1940 », art. cit., p. 449 et 454-455.

13Pour leur part, les principaux massacres de soldats franco-britanniques sont, sinon exclusivement, du moins assez largement le fait de deux des trois formations SS engagées, à savoir la division « Totenkopf » (notamment l’exécution d’une centaine de prisonniers de guerre britanniques à Lestrem et de tirailleurs sénégalais à Chasselay) et du régiment « Leibstandarte SS Adolf Hitler » (exécution de 85 prisonniers britanniques à Wormhout). Des formations de la Wehrmacht ont cependant aussi été impliquées dans des crimes, tels la 7e division blindée à Airaines ou le régiment d’infanterie motorisée « Grossdeutschland » au nord de Lyon.15

Facteurs d’explication

  • 16 Karl-Heinz Frieser, Le mythe de la guerre-éclair. La campagne de l’Ouest de 1940, Paris, Belin, 200 (...)

14Au-delà du profil des troupes incriminées (et du rôle assurément important des chefs d’unité), ces exactions trouvent aussi leur explication dans un faisceau de raisons conjoncturelles. La plupart des crimes perpétrés à l’encontre des civils ou des militaires alliés sont en effet directement liés à des combats violents et à des conditions d’engagement parfois très difficiles dans des régions densément peuplées. Cela explique la chronologie et la forte proportion des crimes à la fin de mai et au début de juin (contre-attaque alliée du 21 mai dans le secteur d’Arras ; ténacité des troupes britanniques et françaises retranchées derrière les cours d’eau du Nord pour protéger le rembarquement des forces alliées à Dunkerque ; défense acharnée des troupes françaises sur le front de la Somme et de l’Aisne du 5 au 10 juin). À cet égard, il convient d’éviter tout apostériorisme. Nous savons que les forces allemandes ont vaincu en 1940, avec la nette impression qu’ils ont remporté une victoire facile et rapide en six semaines. Or, pour les acteurs sur le terrain, tel n’était pas le cas : l’issue des combats était incertaine, surtout pendant le « coup de faucille » des Ardennes jusqu’aux rives de la Manche, lorsque le corps de bataille allemand s’est enfoncé profondément en territoire ennemi, avec la menace constante d’un retour offensif sur ses flancs étirés.16

  • 17 Dans un contexte très différent, les données du problème n’avaient pas fondamentalement changé dans (...)
  • 18 BA-MA, RH 24-2/43 : Generalkommando II. Armeekorps [Gen.Kdo. II. A.K.], Kriegstagebuch Ia Nr. 2 (26 (...)

15Qu’il s’agisse des canaux à franchir sous le feu adverse ou du tissu urbain spécifique au bassin minier, le terrain très défavorable pour les assaillants explique également pour partie la brutalité de leur réaction. L’alignement des maisons uniformes dans les corons a assurément empêché de repérer, de désigner et d’ajuster rapidement les endroits d’où partaient les coups de feu. Se représente-t-on en effet toute la difficulté en milieu urbain de déterminer, dans la confusion des combats et les phénomènes d’échos, la provenance exacte des tirs, de transmettre clairement et correctement l’information à ses chefs afin que ceux-ci coordonnent ensuite efficacement la riposte ?17 Sans compter que, pour une bonne part composées de soldats professionnels, les troupes britanniques et coloniales françaises engagées dans le bassin minier maîtrisaient l’art du camouflage et faisaient preuve d’une bonne discipline de tir, laissant s’approcher les assaillants pour n’ouvrir le feu qu’à bout portant depuis les toits ou les soupiraux.18

  • 19 Jochen Böhler, « ‹ Psychose du franc-tireur › et atrocités de guerre : Une constante de la conduite (...)
  • 20 BA-MA, RH 24-2/297 (folio 23) : Anlage 2, Gen.Kdo. II. A.K./Abt. Ic, Die Kämpfe des II. Armeekorps (...)

16Dans de telles conditions, il est d’ailleurs très probable que la nervosité ait conduit des soldats allemands à tirer sur leurs propres camarades en pensant tirer sur l’ennemi, comme cela s’était produit lors de la précédente invasion de 1914 ou en Pologne en 1939.19 Même au sein de la 32e division, pourtant considérée comme « aguerrie » (kampferprobt),20 l’analyse rétrospective des combats conduisait le commandement à se montrer critiques vis-à-vis de la performance de ses soldats.

  • 21 BA-MA, RH 24-2/65 (folio 112) : 32. I.D./Abt. Ia Nr. 480/40 g., an Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfah (...)

« Dans le combat d’infanterie, la troupe doit encore beaucoup apprendre. Avant tout, le niveau d’instruction des chefs des unités subalternes et des bataillons n’est pas encore partout au niveau souhaité. La cause tient d’un côté aux conséquences naturelles de la constitution accélérée de la Wehrmacht [créée seulement en 1935 à partir de la Reichswehr aux effectifs théoriquement contingentés à 100 000 hommes – NdA], d’un autre côté aux difficultés croissantes du commandement dans le combat d’infanterie d’aujourd’hui ».21 

  • 22 P. Lieb, Konventioneller Krieg…, op. cit., p. 16-17.
  • 23 BA-MA, RH 24-2/60b (folio 102) : Zusammenstellung der Verluste des II. Armeekorps vom 10.-28.5.1940 (...)

17Les formations qui ont connu leur baptême du feu dans ces combats très durs ont eu tendance à réagir avec une violence accrue après avoir connu des défaillances : à la division SS « Totenkopf » comme à la 267e division d’infanterie, les troupes ont vécu des heures difficiles, pour ne pas dire des mouvements de panique et de débandade : le commandant du 487e régiment d’infanterie (267e division) a ainsi perdu le contrôle de ses bataillons en plein combat à Oignies.22 Dans l’une et l’autre division, la courbe des exécutions sommaires suit d’ailleurs la même évolution que celle de leurs pertes. En dix jours, la division SS « Totenkopf » a compté plus d’un millier d’hommes tués, blessés ou disparus. Pour son baptême du feu, la 267e division a de son côté perdu en deux jours 64 tués, 203 blessés et 16 disparus.23

18Dans des conditions de combat identiques, et malgré des pertes équivalentes (1 480 hommes mis hors de combat en dix-huit jours, dont une part importante dans le secteur de Carvin), les personnels de la 32e division, davantage accoutumés à la violence des champs de bataille en Pologne en 1939 et en Belgique les jours précédents, ont réagi dans le bassin minier avec beaucoup moins de brutalité que les soldats de la 267e division. Cette différence de comportements permet par ailleurs de faire la distinction entre le degré de violence objectivement subie par une troupe et le niveau de violence qu’elle peut subjectivement ressentir.

  • 24 John Horne, Alan Kramer, 1914 : Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 (éd. anglaise 200 (...)
  • 25 Jean-Luc Leleu, La Waffen-SS. Soldats politiques en guerre, Paris, Perrin, 2007, p. 777.

19Pour ces troupes novices brutalement plongées dans des engagements où elles avaient été durement malmenées par l’adversaire, les débordements de violence permettaient tout à la fois d’évacuer un sentiment de frustration et de justifier leur échec en accusant l’adversaire d’avoir usé de moyens déloyaux (ou jugés comme tels) : emploi de machettes ou de balles « dum-dum » (munitions dont la pointe est limée afin de rendre les blessures plus graves et douloureuses à l’impact), utilisation fallacieuse de drapeaux blancs, et surtout résurgence du mythe du franc-tireur, culturellement très vivace au sein des forces armées du Reich depuis la guerre franco-allemande de 1870 et la levée en masse décidée par Gambetta après Sedan.24 Le comportement d’une unité d’artillerie de la SS-Verfügungs-Division est en ce sens très édifiant à Blessy (Pas-de-Calais). Lors d’un combat nocturne confus avec une colonne française en repli, l’unité SS a connu des moments difficiles et a aussitôt affirmé avoir été aux prises avec une vingtaine de francs-tireurs… alors que les pertes françaises se sont élevées lors de l’engagement à 78 soldats et 4 civils tués.25

  • 26 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 828.

20Les unités allemandes ont par ailleurs été surprises par la tactique de leurs adversaires de se retrancher dans les localités et les bois pour y combattre avec ténacité, y compris en poursuivant la lutte une fois leurs positions enfoncées. Cela a naturellement conforté l’idée parmi les troupes allemandes que des « francs-tireurs » faisaient le coup de feu dans leur dos, à l’image de ce qui s’est déroulé à Berles-Monchel (Pas-de-Calais) où le tir d’un soldat belge isolé sur une colonne SS a entraîné l’exécution de 45 civils dans le voisinage immédiat.26

  • 27 BA-MA, RH 24-2/60a (folio 327) : Anlage zum Armeebefehl Nr. 5 vom 25.5.1940.

21Dans le secteur du IIe corps d’armée allemand, ce réflexe a encore pu se trouver renforcé par la présence de nombreux hommes mobilisables au sein de la population, notamment des affectés spéciaux travaillant dans les mines. Lévidente méfiance envers les civils se confondait par ailleurs avec la crainte de voir des soldats alliés se mêler aux flots de réfugiés pour tenter de percer vers le sud. Ainsi, la 4e armée allemande donna l’ordre le 25 mai de confisquer les vélos de tous les hommes en âge d’être mobilisés et de fouiller les voitures à la recherche d’armes.27

  • 28 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 829. Société de Recherches Historiques de (...)
  • 29 J.-L. Leleu, La Waffen-SS, op. cit., p. 775-776.
  • 30 BA-MA, RH 24-2/65 (folio 57) : 12. I.D./Abt. Ia Nr. 471/40 g., dem Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfah (...)
  • 31 J.-L. Leleu, La Waffen-SS, op. cit., p. 776-779. Unité de tradition prestigieuse, mais sans expérie (...)

22Naturellement, il n’est pas exclu que quelques civils aient pu ponctuellement manifester des actes d’hostilité.28 Mais en tout état de cause, la frustration devant l’échec ou les pertes subies sont, sinon les seuls, du moins les principaux moteurs des crimes perpétrés à la fin de mai 1940. Contre toute attente, l’idéologie national-socialiste est bien moins présente qu’on pourrait le croire dans les motivations des bourreaux – y compris à l’échelle des formations de la Waffen-SS. Cela a certes constitué un facteur aggravant, particulièrement au sein de la division SS « Totenkopf » dans laquelle un tiers des personnels étaient d’anciens gardiens de camps de concentration. La distinction faite parmi les prisonniers entre les soldats métropolitains et les soldats coloniaux a, à l’occasion, conduit à ce qu’il ne soit plus fait de quartiers aux seconds en cas de forte résistance.29 Reste que le nombre important de soldats britanniques parmi les prisonniers exécutés tend à nuancer – sans pour autant totalement la nier – l’idée que le racisme ait été le principal facteur dans le passage à l’acte. Que les militaires britanniques et les tirailleurs africains aient été le plus souvent victimes de représailles trouve une bien meilleure explication dans le fait qu’ils étaient reconnus comme les adversaires les plus tenaces par les forces allemandes.30 Et, à y regarder de près, la fréquence des crimes perpétrés par les unités SS s’explique avant tout par leur inébranlable volonté de s’imposer comme une élite militaire vis-à-vis de l’armée de terre allemande, alors même que leur valeur était à cette époque rien moins qu’établie.31

Mise en perspective

  • 32 J. Horne, A. Kramer, 1914, op. cit., p. 173-175 ; A. Toppe, Militär und Kriegsvölkerrecht, op. cit.

23Une fois les faits établis et des facteurs d’explication dégagés, il nous reste à élargir la perspective pour mieux mesurer la portée de ces crimes et le contexte dans lequel ils s’insèrent. Force est tout d’abord de constater qu’ils s’inscrivent en porte-à-faux avec l’évolution du droit international moderne qui tentait alors de contenir et de réglementer la violence de guerre depuis le début du XXe siècle à travers les conventions de la Haye et de Genève. C’est d’abord en cela qu’ils heurtent notre sensibilité. Pourtant, il convient là encore d’éviter tout apostériorisme : contrairement aux règles fixées au lendemain du second conflit mondial, les accords internationaux en vigueur à l’époque pouvaient donner lieu à des exégèses bien différentes quant à la place des civils sur le champ de bataille. L’armée allemande en avait dès le départ fait une lecture très restrictive et fonctionnaliste, se réservant le droit d’user de représailles à l’encontre de la population en cas d’actes hostiles et partant du principe qu’une action brutale garantirait un succès rapide, et par-là abrégerait la durée du conflit et les souffrances induites dans le temps.32

  • 33 John Horne, « Les civils et la violence de guerre », in Stéphane Audoin-Rouzeau et al. (éds.), La v (...)

24Par ailleurs, l’affirmation des sentiments nationaux au cours du siècle précé­dent, mais aussi la « brutalisation » des sociétés issues de la Grande Guerre, ont conduit à transformer la position des civils dans les conflits. Leur statut de « non-combattants » ne signifiait plus qu’ils soient « hors du combat ». En tant qu’acteurs économiques et sociaux, ils ont été intégrés dans les stratégies de guerre. Les bombardements massifs allemands et anglo-américains, puis l’usage des armes atomiques, ont représenté l’une des applications de ce concept.33

  • 34 Certains des crimes relevaient également de comportements crapuleux ou ont été commis sous l’empris (...)

25Au demeurant, il convient de ne pas donner aux crimes allemands un caractère par trop unilatéral. Même si les échelles de grandeur sont fort éloignées, l’« espionnite » régnant chez les troupes alliées a engendré les mêmes réflexes en Belgique entre les 15 et 20 mai 1940, c’est-à-dire lorsque la situation des forces franco-britanniques s’y est brutalement dégradée. Dans ce pays pourtant objectivement et culturellement allié, elles y auraient sommairement exécuté une trentaine de personnes, en blessant une vingtaine d’autres, selon l’administration militaire allemande qui n’a pas manqué de mener l’enquête.34

  • 35 J. Horne, « Les civils et la violence de guerre », art. cit., p. 137.
  • 36 J. Horne, A. Kramer, 1914, op. cit., p. 95-96.

26Alors que « toute invasion est remplie de violence contre les civils35 », force est par ailleurs de constater que les exactions perpétrées à l’Ouest en 1940 sont infiniment moindres que celles dont ont été victimes plus de 6 400 civils français et belges exécutés dans des conditions pourtant assez semblables en 191436. Au regard des effectifs allemands engagés, les crimes apparaissent en effet avoir été contenus dans des proportions assez faibles en 1940, a fortiori si l’on retire les formations SS dont les exactions relevaient d’une logique de performance et de quête de réputation militaire qui leur étaient propres.

  • 37 Jochen Böhler (éd.), « Grösste Härte… » Verbrechen der Wehrmacht in Polen. September – Oktober 1939(...)

27Les opérations de mai et juin 1940 constituent donc une parenthèse assez remarquable – au sens premier du terme – dans la série de campagnes menées par le IIIe Reich. En effet, l’invasion de la Pologne en 1939 avait donné lieu à des excès bien plus importants dont avaient été victimes quelque 12 000 civils et 3 000 militaires polonais sommairement exécutés en marge des combats37. De surcroît, l’amnistie générale prononcée le 4 octobre 1939 à l’égard des soldats allemands accusés de crimes en Pologne aurait pu donner naissance à un sentiment d’impunité lors de la campagne à l’Ouest au printemps suivant. Il n’en a rien été.

28Deux facteurs peuvent expliquer cette pause momentanée dans le processus de violence croissante alors en cours. Le premier, d’ordre culturel, réside dans la représentation de l’ennemi. La plus haute estime à l’endroit des populations occidentales, perçues comme plus raffinées, et un respect né du destin commun partagé dans le bain de sang de la Grande Guerre ont assurément contribué à limiter les exactions, là où le racisme anti-slave et le mépris pour une nation recréée par le traité de Versailles ont joué en sens inverse. En dépit de nombreuses violations, les prescriptions du droit international n’ont ainsi jamais été refusées aux puissances occidentales alors qu’elles ont été systématiquement ignorées à l’Est.

29L’autre facteur de cette moindre violence est conjoncturel. Comme cela a été démontré, l’inexpérience d’une troupe qui se trouve d’emblée impliquée dans de difficiles combats est un élément déterminant pour comprendre la spirale des exactions. Or, en 1940, la majeure partie des formations allemandes engagées lors des premières semaines de la campagne avaient déjà combattu en Pologne et avaient pu, au cours de l’hiver, adapter leur entraînement à l’aune de leur propre expérience au feu. Cet acquis professionnel a assurément contribué à limiter les débordements de violence.

  • 38 Hannes Heer, Klaus Naumann (éds.), Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941-1944, Francfort (...)
  • 39 J. Böhler, « “Psychose du franc-tireur’… », art. cit., p. 37-40.

30À l’inverse, la campagne contre l’URSS en juin 1941 a donné lieu à de nouveaux excès dans la mesure où ils étaient délibérément encouragés par Hitler et le Haut commandement à travers les ordres du printemps 1941 : avant même l’ouverture de la guerre à l’Est, carte blanche a été donnée aux troupes allemandes dans la guerre d’anéantissement qui allait s’y livrer au nom de la lutte contre le « judéo-bolchevisme »38. L’accroissement de la Wehrmacht en vue de cette nouvelle campagne militaire et l’intégration de nouvelles troupes inexpérimentées ont fait le reste. En somme, si la situation de danger et les réflexes humains étaient identiques, l’exploitation par le commandement allemand en a été fondamentalement différente39.

Notes

1 Jean-Luc Leleu, Françoise Passera, Jean Quellien (éds.), La France pendant la Seconde Guerre mondiale. Atlas historique, Paris, Fayard/Ministère de la Défense, 2010, p. 44-45, 266-267.

2 L’annulation de la mission sur Rotterdam le 14 mai 1940 n’a, par exemple, pas été reçue à temps par l’un des groupes de bombardement engagé. Hans Umbreit, « Der Kampf um die Vormachtstellung in Westeuropa », in Klaus A. Maier, Horst Rohde, Bernd Stegemann, Hans Umbreit, Die Errichtung der Hegemonie auf dem europäischen Kontinent, Stuttgart, DVA, 1979, p. 287.

3 André Coillot, Mai 1940, un mois pas comme les autres, Arras, s. n., 1980 ; Kléber Deberles, 1940, la terrible année, Auchel, s. n., 1980 ; Étienne Dejonghe, Yves Le Maner, Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande 1940-1945, Lille, La Voix du Nord, 2000 ; Guy Rommelaere, Le massacre oublié. Mardi 28 mai 1940. La bataille pour Wormhout et les crimes de guerre commis par la Leibstandarte S.S. Adolf Hitler à Esquelbecq-Ledringhem-Wormhout, Wormhout, Histoire & Témoignages, 2000 ; Julien Fargettas, « Les massacres de mai-juin 1940 », in Christine Levisse-Touzé (éd.), La Campagne de 1940, Actes du colloque tenu au Musée de l’Armée du 16 au 18 novembre 2000, Paris, Tallandier, 2001, p. 448-464 ; Raffael Scheck, Une saison noire. Les massacres des tirailleurs sénégalais, mai-juin 1940, Paris, Tallandier, 2007. Sur les questions de droit international et la qualification des crimes de guerre, cf. Andreas Toppe, Militär und Kriegsvölkerrecht. Rechtsnorm, Fachdiskurs und Kriegspraxis in Deutschland 1899-1940, Munich, Oldenbourg, 2008.

4 Commissie voor oorlogsmisdaden, De oorlogsmisdaden bedreven gedurende de bezetting van het Belgisch grondgebied, mei 1940,Vinkt en omstreken, Liège, Thone, 1949. Peter Taghon, « Vinkt, Meigem et Deinze : quand les légendes deviennent ‹ vérités › », in Jours de chagrin I, Bruxelles, Crédit Communal, 1991, p. 19-36.

5 Seuls des cas de viols sont jugés et condamnés, du moins lorsqu’ils sont portés à la connaissance du commandement. Bundesarchiv-Militärarchiv (BA-MA) Freiburg, RS 3-2/9 (folio 151) :
SS-Verfügungs-Division/Abt. III, Anlage zum Kriegstagebuch, entrées des 29.5., 5.6. & 2.7.1940. Des cas sont par ailleurs signalés dans les travaux consultés. Société de Recherches Historiques de Carvin, Regards sur Mai 1940, tome 2, 2006, p. 92, 151. G. Rommelaere Le massacre oublié, op. cit., p. 49.

6 Hélène Guillon, Les massacrés par les Allemands en France, 1940-1945. Étude sur la répression extrajudiciaire allemande en France de l’invasion à la Libération, mémoire de Master, Université de Caen, 2006.

7 Société de Recherches Historiques de Carvin, Regards sur Mai 1940, 2 tomes, 2005-2006. L’auteur remercie les responsables de cette enquête pour avoir bien voulu mettre leurs résultats à sa disposition.

8 Jean-Luc Leleu, « La division SS-Totenkopf face à la population civile du nord de la France en mai 1940 », in Revue du Nord 83 (2001), p. 821-840.

9 En dehors du Nord et du Pas-de-Calais, les deux seuls cas recensés d’exécutions sommaires d’au moins cinq personnes civiles se sont produits le 14 juin 1940 à Tremblay-lès-Gonesse (Seine-et-Oise) et le 23 juin 1940 à Courtenay (Loiret). Dans le premier cas, 17 civils ont été exécutés pour avoir donné de fausses indications aux troupes allemandes ; dans le second, des soldats célébrant l’armistice ont exécuté au moins 7 civils. H. Guillon, Les massacrés par les Allemands en France, op. cit., annexes.

10 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 830.

11 Archives départementales du Pas-de-Calais, M 3416/1 : Le Commissaire de Police Chef du Service des Renseignements Généraux à Monsieur le Directeur des Renseignements Généraux à Paris, n° 843/45, Objet : Crimes de guerre, 12.4.1945, § 4. D’autres cas d’exactions figurent dans ce document.

12 La Wehrmacht constituait ses divisions par vagues, à chaque « vague » (Welle) correspondant une articulation et une composition types en fonction des besoins et surtout des moyens humains et matériels disponibles sur le moment.

13 Bernhard R. Kroener, « Die personellen Ressourcen des Dritten Reiches im Spannungsfeld zwischen Wehrmacht, Bürokratie und Kriegswirtschaft 1939-1942 », in Bernhard R. Kroener, Rolf-Dieter Müller, Hans Umbreit, Organisation und Mobilisierung des deutschen Machtbereichs, Stuttgart, DVA, 1988, p. 710.

14 Issue de la 3e vague et responsable du massacre de Vinkt (Belgique), la 225e division présentait un profil très semblable.

15 J. Fargettas, « Les massacres de mai-juin 1940 », art. cit., p. 449 et 454-455.

16 Karl-Heinz Frieser, Le mythe de la guerre-éclair. La campagne de l’Ouest de 1940, Paris, Belin, 2003 (éd. all. 1995).

17 Dans un contexte très différent, les données du problème n’avaient pas fondamentalement changé dans les années 1990 à Sarajevo. Voir Michel Goya, « S’adapter sous contrainte psychologique forte : Une expérience de lutte contre les “snipers” », in Inflexions. Civils et militaires : pouvoir dire, n° 3, avr.-sept. 2006, p. 97-113, en particulier p. 104.

18 BA-MA, RH 24-2/43 : Generalkommando II. Armeekorps [Gen.Kdo. II. A.K.], Kriegstagebuch Ia Nr. 2 (26.5.1940, 18.30 Uhr) ; RH 24-2/65 (folio 111) : 32. Infanterie-Division [32. I.D.]/Abt. Ia Nr. 480/40 g., an Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfahrungsberichte, 20.7.1940, § II-A-1, p. 3 ; RH 24-2/65 (folio 57) : 12. I.D./Abt. Ia Nr. 471/40 g., dem Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfahrungsberichte, 15.7.1940, p. 3. Extraits du journal de marche de la 267e division, in Peter Lieb, Konventioneller Krieg oder NS-Weltanschauungskrieg ? Kriegführung und Partisanenbekämpfung in Frankreich 1943/44, Munich, Oldenbourg, 2007, p. 16.

19 Jochen Böhler, « ‹ Psychose du franc-tireur › et atrocités de guerre : Une constante de la conduite allemande de la guerre lors des deux conflits mondiaux ? », in Bernard Garnier, Jean-Luc Leleu, Jean Quellien (éds.), La répression en France 1940-1945, Actes du colloque organisé à Caen les 8, 9 et 10 décembre 2005, Caen, CRHQ, 2007, p. 31-40.

20 BA-MA, RH 24-2/297 (folio 23) : Anlage 2, Gen.Kdo. II. A.K./Abt. Ic, Die Kämpfe des II. Armeekorps im Westen bis zur Schlacht bei Lille, 31.5.1940, p. 4.

21 BA-MA, RH 24-2/65 (folio 112) : 32. I.D./Abt. Ia Nr. 480/40 g., an Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfahrungsberichte, 20.7.1940, § II-A-1, p. 4.

22 P. Lieb, Konventioneller Krieg…, op. cit., p. 16-17.

23 BA-MA, RH 24-2/60b (folio 102) : Zusammenstellung der Verluste des II. Armeekorps vom 10.-28.5.1940. Leleu J.-L., « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 835.

24 John Horne, Alan Kramer, 1914 : Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005 (éd. anglaise 2001), p. 165 et sqq.

25 Jean-Luc Leleu, La Waffen-SS. Soldats politiques en guerre, Paris, Perrin, 2007, p. 777.

26 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 828.

27 BA-MA, RH 24-2/60a (folio 327) : Anlage zum Armeebefehl Nr. 5 vom 25.5.1940.

28 J.-L. Leleu, « La division SS-Totenkopf… », art. cit., p. 829. Société de Recherches Historiques de Carvin, Regards sur Mai 1940, t. 2, p. 88-89.

29 J.-L. Leleu, La Waffen-SS, op. cit., p. 775-776.

30 BA-MA, RH 24-2/65 (folio 57) : 12. I.D./Abt. Ia Nr. 471/40 g., dem Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfahrungsberichte, 15.7.1940, § 2, p. 3 ; RH 24-2/65 (folio 114) : 32. I.D./Abt. Ia, Nr. 480/40 g., an Gen.Kdo. II. A.K., Betr. : Erfahrungsberichte, 20.7.1940, § II-B, p. 6.

31 J.-L. Leleu, La Waffen-SS, op. cit., p. 776-779. Unité de tradition prestigieuse, mais sans expérience combattante, le régiment de l’armée de terre « Grossdeutschland » présentait un profil assez semblable aux troupes SS dans sa volonté d’asseoir sa réputation militaire. Cela peut, au moins en partie, expliquer que ce régiment ait exécuté des soldats coloniaux dans la région de Lyon à la fin de la campagne.

32 J. Horne, A. Kramer, 1914, op. cit., p. 173-175 ; A. Toppe, Militär und Kriegsvölkerrecht, op. cit.

33 John Horne, « Les civils et la violence de guerre », in Stéphane Audoin-Rouzeau et al. (éds.), La violence de guerre 1914-1945. Approches comparées des deux conflits mondiaux, Bruxelles, Éditions Complexe, 2002, p. 135. Sur le concept de « brutalisation », cf. George Mosse, La Brutalisation des sociétés européennes. De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette, 2000 (éd. anglaise 1990). Plus globalement, cf. Michael Walzer, Guerres justes et injustes. Argumentation morale avec exemples historiques, Paris, Belin, 1999 (éd. américaine 1977).

34 Certains des crimes relevaient également de comportements crapuleux ou ont été commis sous l’emprise de l’alcool. Archives nationales (AN), AJ40 53 (dossier 1a) : Abt. Justiz, J.Nr. 474, an das Oberkommando des Heeres/Generalstab des Heeres/Generalquartiermeister, Betr. : Greueltaten franzoesischer und englischer Soldaten, 5.12.1940.

35 J. Horne, « Les civils et la violence de guerre », art. cit., p. 137.

36 J. Horne, A. Kramer, 1914, op. cit., p. 95-96.

37 Jochen Böhler (éd.), « Grösste Härte… » Verbrechen der Wehrmacht in Polen. September – Oktober 1939, Hambourg, Institut historique allemand de Varsovie, 2005, p. 140. Cf. aussi Idem., Auftakt zum Vernichtungskrieg. Die Wehrmacht in Polen 1939, Francfort-sur-le-Main, Fischer-Taschenbuch-Verlag, 2006. Kaus-Michael Mallmann, Jochen Böhler, Jürgen Matthäus, Einsatztruppen in Polen. Darstellung und Dokumentation, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2008.

38 Hannes Heer, Klaus Naumann (éds.), Vernichtungskrieg. Verbrechen der Wehrmacht 1941-1944, Francfort-sur-le-Main, Zweitausendeins, 1999 (11e éd., 1995). Sur la continuité du racisme anti-slave et de l’antisémitisme au cours de la première moitié du XXe siècle au sein de l’armée allemande, cf. Wolfram Wette, Die Wehrmacht. Feindbilder, Vernichtungskrieg, Legenden, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 2002 ; Grelka Frank, « ‹ Jüdischer Bolschewismus ›. Zur Tradition eines Feindbildes in der Ukraine unter deutscher Militärverwaltung », in Günther Kronenbitter, Markus Pöhlmann, Dierk Walter (éds.), Besatzung. Funktion und Gestalt militärischer Fremdherrschaft von der Antike bis zum 20. Jahrhundert, Paderborn, Schöningh, 2006, p. 177-189.

39 J. Böhler, « “Psychose du franc-tireur’… », art. cit., p. 37-40.

Table des illustrations

Titre Civils sommairement exécutés en France,10 mai - 25 juin 1940
Légende NB : Ne sont représentés que les massacres d’au moins cinq personnes.
Crédits Source : Guillon H., Les massacrés par les Allemands en France, op. cit., annexes.Jean-Luc Leleu, Michel Daeffler © 2011 CRHQ-Université de Caen
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Civils sommairement exécutés en France10 mai - 25 juin 1940
Crédits Source : H. Guillon, Les massacrés par les Allemands en France, op. cit., annexes.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Pont du GY
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Divisions responsables de l'exécution des civils dans le secteur du IIe corps d'armée (26-28 mai 1940)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Université de Caen, CRHQ

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search