Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

Un exode forcé : les jeunes des Centres de Recrutement de l’Armée belge

Alain Colignon et Chantal Kesteloot

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails voir Isabelle Alignan Fabre, Les réfugiés de l’exode en Languedoc méditerranée (...)

1L’an 1940, riche en événements tragiques, a produit également une communauté générationnelle et situationnelle bien spécifique, celle (dite) des « 16-35 ans », regroupée le temps d’un été, par les hasards et les nécessités d’une guerre, derrière le sigle – malencontreux – de « CRAB-s », pour « Centres de Recrutement de l’Armée belge ».1

2Précisons-le d’emblée, sans l’avoir voulu et sans en avoir conscience, ces CRAB-s et, avant eux, les jeunes gens intégrés dans la Réserve de Recrutement, ont incarné une institution assez représentative de la « Belgique de grand-papa » sous sa forme militarisée. C’est-à-dire d’une démocratie libérale inachevée et contestée, tant sur le plan social et politique, confrontée – déjà – à un problème identitaire et à un danger plus lancinant encore sur le plan de sa situation géopolitique, dans un contexte global de tensions croissantes entre, d’une part, les puissances occidentales, et d’autres part l’Allemagne nationale-socialiste. Pour différentes raisons, les élites politiques qui dirigeaient cet État ont voulu sortir des contradictions internes et externes en recourant à partir de 1936 à une politique dite d’indépendance. Et, nous le savons tous, cette politique d’indépendance évolua très vite vers une politique de neutralité myope et frileuse.

3En même temps, ces élites politiques conservaient à l’esprit le souvenir de ce qui s’était passé pendant la Grande Guerre, lorsque l’armée belge, au fil du conflit, avait toujours peiné à maintenir les effectifs à niveau. En effet, alors, il était très difficile de combler les pertes subies, l’essentiel du territoire national étant occupé par l’ennemi.

4Alors, dans la seconde moitié des années trente, les autorités militaires avaient pris un certain nombre de dispositions légales pour se pourvoir d’une vaste « réserve de recrutement » afin d’alimenter le front en cas de conflit perdurant.

5Il fallut attendre le mois de juillet 1937, pour qu’un arrêté royal détermine la composition de ladite Réserve de Recrutement de l’armée.

  • 2 Voir les arrêtés-royaux des 15/2/1937 (Moniteur belge 18/2/1937), 29/7/1937 (MB, 1/8/1937) et 3/4/1 (...)

6Cet arrêté royal précisait en son article 1er qu’entre le 1er et le 31 octobre de chaque année, chaque commune du Royaume devait recenser parmi les habitants masculins les nationaux ayant atteint ou devant atteindre l’âge de 16 ans révolus dans l’année en cours. Une fois recensés, ceux-ci faisaient partie de la Réserve de Recrutement nationale à partir du 1er janvier de l’année suivante, c’est-à-dire de l’année qui voyait survenir leur 17e anniversaire. La commune avait l’obligation de leur envoyer la notification « écrite et personnelle » de leur inscription dans la Réserve.en question.Celle-ci ne comprenait pourtant pas que de très jeunes adultes. Elle devait encore intégrer tous les Belges jusque 45 ans qui, pour l’une ou l’autre raison n’avaient pas été appelés au service actif en temps de paix, c’est-à-dire les sursitaires, les ajournés, les dispensés de service en temps de paix ainsi que les libérés du service actif.2

7Bref, toute cette Réserve était constituée par des hommes qui n’avaient jamais été militaires et qui étaient destinés à être incorporés dans l’hypothèse d’un conflit impliquant la Belgique et se prolongeant. Être incorporés, c’est-à-dire être d’abord reconnus aptes au service par les autorités militaires puis être instruits avant de pouvoir être utilisés par l’armée.

  • 3 Voir Francis Balace, « Quelle armée pour la Belgique ? » in Jours de Guerre, Bruxelles, crédit comm (...)

8Au bout du compte, toutes les personnes concernées par l’arrêté royal de juillet 1937 représentaient une masse théorique de 452.000 jeunes adultes, ceux de 17 à 20 ans étant quelque 200.000, sans compter les 80.000 sursitaires ajournés des classes 1936 à 1939.3

9Deux remarques se doivent d’être formulées quant à l’organisation de cette Réserve. L’État-major de l’armée ne faisait que « communiquer l’ordre d’appel ». En effet, la loi sur la milice ne déterminait pas au départ l’autorité à laquelle il incombait de décréter l’appel de la Réserve de Recrutement sous les drapeaux. Mais formellement, en vertu de l’article 74, il appartenait au Roi de prendre toutes les mesures nécessaires pour l’exécution de la loi : par sa signature, il rendait valide et légal le processus de mobilisation de la Réserve de Recrutement. Or, pour une raison encore inconnue à ce jour, le souverain ne signa jamais l’arrêté d’exécution, conformément au fameux article 74 de la loi sur la milice de 1937. Ne dépendant donc pas au départ de l’armée, les jeunes civils de la Réserve de Recrutement relevaient uniquement du ministre de l’Intérieur. Mais celui-ci les fit passer dans les attributions d’un département ministériel nouveau, en ce sens qu’il venait de s’autonomiser trois ans plus tôt, le département de la Santé publique.

10À la suite d’une énième crise ministérielle, de nouvelles élections (2 avril 1939) et de la mise en place du gouvernement présidé par le catholique Hubert Pierlot, celui-ci tomba entre les mains de l’étoile montante du libéralisme francophone, Marcel-Henri Jaspar (né en 1901). Homme dynamique, très antifasciste, très ambitieux, il devait, outre l’appel de la Réserve de Recrutement, s’occuper au nom du gouvernement de l’évacuation des populations.

  • 4 Sur Marcel-Henri Jaspar, voir J. Frank, « Marcel-Henri Jaspar » in Nouvelle Biographie nationale, B (...)

11Petite précision : ce ministre était tout neuf dans son autonomie ; il ne disposait que d’une équipe de 6 collaborateurs dans son cabinet et, s’il pouvait compter aussi sur le renfort du personnel de la Direction générale des Secours et d’Assistance, celui-ci était à peine plus étoffé : 12 personnes, y compris les dactylos.4

  • 5 Voir J.-P. Du Ry, op. cit.

12Néanmoins, les choses allèrent bon train, se précisant peu à peu. Un autre arrêté royal, le 3 avril 1939 décrivait les étapes successives de formation de la Réserve de Recrutement. La convocation devait être communiquée par les commandants des bureaux de recrutement, les commandants de districts de gendarmerie et les bourgmestres. La convocation individuelle était remplacée par une convocation générale par voie d’affiches (affiches pré-imprimées et mises à la disposition des communes) et par les médias du temps (presse et radio). Mentionnons-le d’emblée : lorsque les premières affiches furent apposées au matin du 10 mai, il ne figurait qu’une seule mention : on appelait tous les sujets âgés de « 16 à 35 ans ». Et dans le branle-bas général, aucun des « 16 ans »… ou leurs parents ne s’avisa de faire l’exégèse des lois sur la milice pour aboutir à la conclusion qu’étaient en fait concernés ceux qui avaient accomplis leur 16e année dans les mois restants de 1940. Autrement dit, s’ils atteignaient leurs 17 ans en 1941, ils ne faisaient pas partie de la Réserve de Recrutement. Mais dans le trouble général de mai 1940, beaucoup optèrent pour une interprétation maximale de la loi.5

  • 6 Voir texte de l’arrêté-royal du 3/4/1939 (MB, 13/5/1939).
  • 7 Idem.

13Le même arrêté entrait dans les détails. Les inscrits dans la Réserve de Recrutement devaient rejoindre « immédiatement » et « par la voie la plus rapide »6 un Dépôt de Renfort et d’Instruction. Admis au transport gratuit sur « tous les chemins de fer et chemins de fer vicinaux », ils devaient se munir de vivres pour 48 heures et seraient nourris par les soins de l’armée dès le surlendemain de leur arrivée à destination.7

14En février 1940, à la suite d’études entreprises dans l’optique d’évacuer une partie des populations civiles, la notion de Dépôts de Renfort et d’Instruction civiles évolua pour devenir de simples « Centres d’Accueil », toujours placés sous la direction du ministère de la Santé publique et sans encadrement militaire. Tous ces Centres se trouvaient à l’ouest du pays, loin de la frontière allemande et près de la frontière française. Celui d’Eeklo, en Flandre orientale devait accueillir 35.000 hommes en provenance de la province de Liège. D’autres Centres furent désignés par la suite, notamment à Audenaarde, Ronse/Renaix, Thulin, Erquelinnes et Quiévrain, pour les différentes autres provinces. Toutes ces dispositions étaient purement théoriques, aucune autorité publique ne s’avisant de procéder à des exercices d’alerte. L’information circulait assez mal ou se perdit, faute d’être répétée, et, apparemment, nul ne s’avisa si le Département de la Santé publique avait les épaules assez solides pour gérer une telle masse de jeunes adultes, une fois ceux-ci mis en mouvement.

Le 10 mai 1940

  • 8 Alain Colignon, « Ordre de rejoindre : les « 16–35 ans », in Jours de Guerre (sous la dir. de Franc (...)

15Le 10 mai 1940, jour de l’invasion, la démobilisation psychologique des populations civiles était à peu près complète, neutralité oblige, et il en allait de même pour la Réserve de Recrutement, qui n’existait que sur le papier. Pourtant, lorsque l’« ordre de rejoindre » commença à être diffusé le matin du 10 mai via les affiches, les journaux et la radio, il y eut fort peu de réticence.8 Par patriotisme, par civisme, par suivisme… ou par crainte de l’envahisseur. Les parents avaient bien le cœur serré en voyant partir leurs rejetons, mais ils se souvenaient des massacres exécutés par les Allemands en août ‘14 à Dinant, Louvain, Aerschot et Andenne, et cela ne leur déplaisait pas de les savoir plus ou moins à l’abri.

16La mobilisation de la Réserve de Recrutement put donc s’opérer normalement autant que faire se pouvait, vu les circonstances du moment. À l’aube du 10 mai, un premier appel atteignait les régions situées à l’est des lignes de défense constituées par la Meuse et le canal Albert. Cela concernait l’ensemble des provinces de Namur et du Luxembourg, ainsi qu’une partie des provinces d’Anvers, du Limbourg, de Liège et du Brabant. Vu la rapidité de l’avance allemande, un deuxième appel fut lancé le lendemain, 11 mai. Il concernait cette fois un grand triangle formé par le canal Albert, la Meuse et la ligne Anvers-Wavre-Namur. Enfin, le 14 mai – le front craquait de partout à ce moment –, l’ordre de rejoindre était adressé à toutes les régions non encore prévenues.

17Le départ du domicile familial pour les plus jeunes, à une époque où les rapports parents/enfants étaient très différents de ce qu’ils sont aujourd’hui, se déroulait à peu près partout de la même façon. Munis d’un modeste viatique et de vêtements de rechange, les jeunes s’en allaient au milieu de l’angoisse générale, parfois accompagnés de parents ou d’édiles communaux, voire du garde-champêtre, reproduisant un peu, l’exaltation en moins, le modus vivendi constaté autrefois, une génération auparavant, lors du tirage au sort pour le recrutement de la milice.

18La plupart opta pour des transports en commun collectifs, s’assemblant par microsociété de contact immédiat : famille, voisinage, quartiers, communes… Mais très vite, les insuffisances de l’engagement des pouvoirs publics éclatèrent au grand jour. Le chaos s’installa au niveau des Centres d’Accueil et de regroupement de Binche et d’Eeklo. Dès le 11 mai, l’absence d’une planification préalable provoquait des engorgements de plusieurs dizaines de milliers d’évacués, emplissant les écoles, les hangars, les usines, ou dormant à la belle étoile, au milieu d’un énervement constant et déjà menacés par les insuffisances du ravitaillement.

19Dans l’improvisation la plus totale, Jaspar essaya de renforcer son cabinet en lui adjoignant des bénévoles, depuis don Albert Van der Cruysse, abbé d’Orval, jusqu’au gouverneur de la province de Liège, Jules Mathieu, chassé par l’avance allemande. Mais c’était bien tard et cela sentait par trop l’improvisation. Dans un laps de temps fort court, des décisions importantes tombaient. Et les plaintes des parents, voyant comme l’affaire tournait, y furent sans doute pour quelque chose.

20Le 13 mai, Jaspar télégraphiait aux gouverneurs de province l’ordre de réquisitionner les vivres sur place quand la chose était possible. Dans la nuit du 12 au 13, il avait déjà pris conscience de son impuissance faute de personnel et avait transmis au général Henri Denis, ministre de la Défense nationale, la prise en charge de la Réserve de Recrutement et de son évacuation.

  • 9 J.-P. Du Ry, op. cit.

21L’armée désignera aussitôt 4 villes de Flandre occidentale pour devenir des Centres de Recueil de la Réserve de Recrutement (CRRR) : Roulers, Ypres, Poperinge et Courtrai. Comme leurs consœurs choisies auparavant, il s’agissait de petites villes situées aux confins occidentaux du Royaume et desservies par des lignes de chemin de fer en direction de la France. Chaque centre était dirigé par un colonel. Tous avaient participé à la Grande Guerre et 3 d’entre eux étaient des sexagénaires en mauvaise condition physique. Ils seront rapidement dépassés par la situation.9

  • 10 Voir P. Stéphany, 1940, 366 jours d’histoire de Belgique et d’ailleurs, Bruxelles, Éditions Legrain (...)
  • 11 J.-P. Du Ry, op. cit.

22En effet, mis au courant à la diable de ces points de ralliement, les appelés avaient commencé à y affluer dès le 13 mai. L’autorité militaire en recensera 101.415 dans ces 4 Centres entre le 15 et le 23 mai. Au dire d’un témoin, il s’agissait d’une « cohue invraisemblable ».10 La décision d’évacuer vers la France avait été prise en deux temps, dès le 12 mai pour les jeunes situés à l’est de la Meuse et du Canal Albert, et surtout le 14 mai « pour tous les hommes de 17 à 30 ans qui appartiennent à la Réserve de Recrutement ». À cette date, voyant la pagaille ambiante, bon nombre d’appelés (50.000… ou 100.000 sur un contingent total de 300.000) avaient préféré faire demi-tour pour rejoindre le foyer paternel.11

23Entre le 15 et le 23 mai, 37.000 hommes au total quitteront la Belgique par le rail. Mais à l’instar de Jean-Pierre du Ry, l’historien des CRAB-s, on peut dire que « l’évacuation par train fut, à quelques exceptions près, un fiasco intégral ». Le fameux « coup de faucille » allemand  bloquant la route vers Abbeville et la Somme provoqua leur reflux pour la plupart, et il en alla à peu près de même pour les colonnes cyclistes et piétonnes formées à partir des Centres de Recueil de la Réserve de Recrutement. Si l’on en croit les chiffres avancés par les responsables de ces Centres, plus de 100.000 jeunes seraient bien partis vers la France, mais ils ne furent que quelques milliers à franchir la Somme. Or, le chiffre de recrues dénombrées dans les camps et cantonnements du Midi oscilla autour de 120.000. Ils s’y étaient rendus par leurs propres moyens. Bref, on peut dire que si l’on voulait parvenir à Toulouse, il ne fallait surtout pas rejoindre un Centre de Recueil en Flandre occidentale, ou alors ne pas s’y attarder.

  • 12 A. Colignon, op. cit.

24En effet, une bonne partie des éléments concentrés à Ypres ne sont que tardivement partis, le 18 mai. La plupart d’entre eux se retrouveront enfermés dans la poche des Flandres, les panzers ayant atteint deux jours plus tard Amiens et Abbeville. Des dizaines de milliers de « réservistes » vont alors tourbillonner dans les combats jusqu’aux abords de Dunkerque et de Lille. Il y aura des dizaines de tués à Abbeville, à Gravelines, à Escaudoeurs, dans les trains et sur les routes. Au bout du compte, 400 d’entre eux perdront la vie au cours de cette malaventure.12

  • 13 E. Froidure, Coup d’œil sur le passé, tome 2, Bruxelles n Éditions Stations de Plein air, 1970.

25Mais plus de 100.000 d’entre eux auront réussi à s’exfiltrer vers la France profonde, vers le Midi, dans les Centres de Recrutement de l’Armée belge. Dans l’intervalle, le gouvernement belge a désigné un responsable de la Réserve de Recrutement. Il s’agit du lieutenant-général Carlos de Selliers de Moranville. Ayant rejoint Toulouse le 19 mai, il se retrouve rapidement dépassé par les événements. Les Centres de Recrutement de l’Armée belges, les fameux CRAB sont enfin mis en place. Ils sont calqués sur l’organisation militaire française. Une structure d’encadrement est théoriquement prévue mais dans les faits, elle se révèle largement lacunaire. Les scouts et les étudiants appelés à la rescousse ne suffisent pas à pallier les carences. À partir de Toulouse, dans la désorganisation que l’on imagine, les jeunes sont répartis dans les départements du Midi (Gers, Gard, Ariège…). Les plus chanceux logent chez l’habitant où ils trouvent en outre de l’emploi dans les fermes, les autres se retrouvent dans des camps improvisés où les conditions de vie peuvent être très rudimentaires : ennui, promiscuité, manque d’hygiène et piètre qualité du ravitaillement devenant le lot commun. Les plus mal lotis sont ceux qui échouèrent dans les camps qui ont servi de lieu d’accueil aux républicains espagnols dont le fameux camp d’Agde où se retrouvent quelque 3500 à 4000 jeunes entourés de barbelés et véritablement assignés à résidence par des tirailleurs marocains rejoints peu après par des soldats de la légion tchèque.13

26Ces situations peu enviables se dégradent encore un peu plus après la capitulation de l’armée belge le 28 mai. Tous les réfugiés belges d’ailleurs le constatent : l’attitude des Français évolue brutalement. Les « bons petits Belges » sont, pour beaucoup, devenus les « Boches du Nord », une insulte sans doute plus largement utilisée à l’encontre des Flamands que des Wallons.

27Pour pallier tant au désœuvrement qu’au discrédit qui frappe désormais les Belges, Selliers de Moranville décide d’organiser les jeunes en Compagnies de Tirailleurs dont l’objectif est à la fois de tromper l’ennui mais aussi de contribuer à l’économie de guerre. En pratique, dans un contexte d’une France toujours en guerre, plusieurs dizaines de milliers de jeunes Belges se retrouvent, quasiment livrés à eux-mêmes, sur le front, en pleine débandade de l’armée française. On compte des tués, de nombreux blessés, certains sont faits prisonniers par l’armée allemande tandis qu’un petit millier va se retrouver en Suisse dont ils ne repartiront qu’en février 1941.

  • 14 J.-P. Du Ry J.P., op. cit.

28Après la capitulation française, la débâcle se prolonge. Pire encore, tous ces jeunes, venus en France sur injonction de la Défense nationale, se retrouvent avec un statut de civil. La Défense nationale n’entend en effet nullement les prendre en charge. Dans les camps, la tension monte et vire parfois en émeutes du désespoir.14 Il faut attendre fin juillet 1940 pour que des convois ferroviaires prennent en charge le rapatriement de ces jeunes. Là encore, les conditions de voyage sont tout sauf idéales : lenteur et chaleur s’en mêlent pour des trajets qui durent de trois à sept jours. Le dernier train quitte Toulouse le 20 août, mais quelques éléments isolés partiront dans un dernier convoi de Nîmes le 7 septembre. À cette date, d’autres – revenus par leurs propres moyens – sont déjà de retour.

29Si pour certains, ce voyage forcé aura laissé le souvenir de premières grandes vacances passées loin des parents, d’autres – quatre cents environ – y ont laissé la vie, sont revenus blessés, malades, en ont subi des séquelles durables.

Les CRAB ? Quel statut ? Quelle mémoire ?

  • 15 Voir les témoignages recueillis par le CEGES entre 1988 et 1990.

30Il faut attendre le début des années 1980 pour assister à ce que l’on pourrait qualifier de retour de la mémoire. En soi, la chose n’est pas tellement surprenante. Progressivement, au fil des décennies ceux qui se sont considérés comme oubliés des statuts, oubliés des autorités publiques voire oubliés de l’Histoire tout court se sont peu à peu organisés. Il faut sans doute aussi y voir une part de phénomène générationnel. Une majorité de ceux que l’on qualifie désormais de « CRAB » atteignait l’âge de la retraite, l’âge des souvenirs, l’âge d’être grand-père et donc de raconter leur guerre. Nombre d’entre eux avaient aussi peu à peu pris pour habitude de retourner dans ces villages du sud de la France où certains avaient connu leurs premières vacances, leurs premiers émois. Certains même y avaient acheté une résidence secondaire ancrant plus encore leur attachement à ces terres qu’ils avaient découvertes en 1940. D’autres avaient couché sur papier leurs souvenirs sans pour autant chercher à les éditer ni même à les communiquer.15 De statut, il n’en était pas question : ni vraiment militaires, ni vraiment civils, les CRAB avaient échoué dans un « entre deux » toujours inconfortable.

  • 16 Jean-Pierre Du Ry, Allons enfants de la Belgique : les 16-35 ans, mai – août 1940, Bruxelles, Racin (...)

31En 1985, une association réunissant les anciens CRAB était créée. Il s’agissait à la fois de permettre de renouer des contacts, d’échanger des expériences mais aussi d’œuvrer pour une reconnaissance morale et matérielle. C’est que quarante ans après la fin de la guerre, les anciens CRAB ne disposaient toujours pas d’un statut. Ni vraiment civils, ni vraiment militaires, leur sort se heurtait à l’indifférence. Néanmoins, peu à peu, leur étrange destinée sortait de l’ombre. En 1988, le Centre d’Études et de Documentation historique de la Seconde Guerre mondiale lançait en effet une vaste enquête pour mieux connaître la situation et le vécu de ces jeunes. Un questionnaire général était mis sur pied et les personnes concernées étaient en outre encouragées à transmettre d’autres documents : souvenirs, photos, etc. De toute évidence, l’appel venait à son heure puisque plusieurs centaines de témoignages ont ainsi pu être récoltés. Des voyages ont été organisés : l’occasion de renouer des contacts et dans divers villages, des plaques commémoratives ont été apposées. Un ancien s’est par ailleurs fait l’historien du groupe et, en 1995, une bonne monographie sous le titre évocateur « Allons enfants de la Belgique » était publiée.16

  • 17 Voir 12 AVRIL 1990. Arrêté royal relatif à la création du statut de reconnaissance nationale en fav (...)

32Dans l’intervalle, deux autres événements significatifs révélaient la place et la légitimité que les anciens CRAB avaient peu à peu réussi à imposer. En 1989, un monument commémoratif était inauguré sur le site de l’ancien camp d’Agde. Les CRAB figurent parmi les groupes auxquels il est rendu hommage. Un an plus tard, un statut de reconnaissance nationale leur était attribué. Toutefois, celui-ci demeurait dans le registre strictement moral et civil. Il est néanmoins significatif de l’évolution et de l’écoute des autorités à un moment où d’autres groupes de victimes – les « enfants cachés » par exemple – attendaient toujours leur reconnaissance par l’État belge. Par la suite, des tentatives (propositions de loi des 20 décembre 2006 et 12 juillet 2007) de compléter ce statut ou de reconnaître aux anciens CRAB un statut militaire ont encore été faites mais sans succès.17

33En mai 1940, près de deux millions de Belges ont fui le territoire national. Il s’agit là sans conteste de l’expérience de guerre partagée par le plus grand nombre. Certes, les destinées ont été fort diverses. Joyeuses, dures ou même tragiques, elles ont profondément marqué les esprits. Pourtant, l’exode n’est guère présent dans les mémoires collectives. Est-ce parce qu’il a avant tout été vécu comme une expérience individuelle, familiale ? L’histoire des CRAB est au carrefour de ces mémoires individuelles et collectives. Ces jeunes sont partis pour répondre à un ordre et non uniquement poussés par l’arrivée des troupes allemandes. Pour bon nombre d’entre eux, cette expérience a été une rupture qui les a marqués à jamais dans un sens tragique ou heureux. Dans la société belge d’alors, les rapports parents-enfants étaient foncièrement différents. Cette première expérience de départ a transformé ces adultes en devenir. Peu partaient en vacances et surtout pas sans leurs parents, à l’exception notable des scouts. Cette confrontation à l’Autre, aux autres, à un âge où les jeunes adultes se cherchent a certainement contribué à leur regard et à leur maturation d’adultes.

Notes

1 Pour plus de détails voir Isabelle Alignan Fabre, Les réfugiés de l’exode en Languedoc méditerranéen, Montpellier, thèse de doctorat, Université Paul Valéry, Montpellier, 1995 ; Alain Colignon, « Ordre de rejoindre : les « 16–35 ans », in Jours de Guerre (sous la dir. de Francis Balace), Bruxelles, Crédit communal, 1991, pp. 102-113 ; Jean-Pierre Du Ry, Allons enfants de la Belgique : les 16-35 ans, mai – août 1940, Bruxelles, Racine, 1995 ; Max Lagarrigue (avec la participation de Bénédicte Rochet), 1940, la Belgique du repli : l’histoire d’une petite Belgique dans le Sud-Ouest de la France, Jumet, IPH, 2005 ; Jean Vanwelkenhuysen, Jacques Dumont, 1940 : le grand exode, Gembloux, Duculot, 1993 ; Misjoue Verleyen, Marc De Meyer, Mei 1940, Antwerpen, Manteau, 2010.

2 Voir les arrêtés-royaux des 15/2/1937 (Moniteur belge 18/2/1937), 29/7/1937 (MB, 1/8/1937) et 3/4/1939 (MB , 13/5/1939).

3 Voir Francis Balace, « Quelle armée pour la Belgique ? » in Jours de Guerre, Bruxelles, crédit communal, tome 2, 1990, p. 43-61.

4 Sur Marcel-Henri Jaspar, voir J. Frank, « Marcel-Henri Jaspar » in Nouvelle Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, tome 6, p. 251-253

5 Voir J.-P. Du Ry, op. cit.

6 Voir texte de l’arrêté-royal du 3/4/1939 (MB, 13/5/1939).

7 Idem.

8 Alain Colignon, « Ordre de rejoindre : les « 16–35 ans », in Jours de Guerre (sous la dir. de Francis Balace), Bruxelles, Crédit communal, 1991, pp. 102-113 

9 J.-P. Du Ry, op. cit.

10 Voir P. Stéphany, 1940, 366 jours d’histoire de Belgique et d’ailleurs, Bruxelles, Éditions Legrain, 1990.

11 J.-P. Du Ry, op. cit.

12 A. Colignon, op. cit.

13 E. Froidure, Coup d’œil sur le passé, tome 2, Bruxelles n Éditions Stations de Plein air, 1970.

14 J.-P. Du Ry J.P., op. cit.

15 Voir les témoignages recueillis par le CEGES entre 1988 et 1990.

16 Jean-Pierre Du Ry, Allons enfants de la Belgique : les 16-35 ans, mai – août 1940, Bruxelles, Racine, 1995.

17 Voir 12 AVRIL 1990. Arrêté royal relatif à la création du statut de reconnaissance nationale en faveur des hommes qui ont rejoint les centres de recrutement de l’armée belge en 1940 (C.R.A.B.) (12/4/1990) http://warvictims.fgov.be/fr/rights/statutes/statutes.htm#10.

Auteurs

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540