Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

II. Subir la guerre

L’évacuation des populations luxembourgeoises en mai 1940 en France

Paul Dostert

Texte intégral

  • 1 Les chiffres indiqués dans les documents et dans la presse varient de 47.000 à 52.000.
  • 2 Lilo Muth, Kreuzweg nach Frankreich, Luxembourg, 1941.
  • 3 Paul Müller, Die 200 Tage. Geschichte einer Evakuierung [Esch-sur-Alzette, 1945] ; Ernest J. Mersch (...)
  • 4 Thérès Kieffer-Marx, Mein Kriegstagebuch 1939-1940. Die Evakuierung einer Familie aus dem « Minett  (...)
  • 5 Jacques Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France en mai 40, Luxembourg, Length, (...)
  • 6 En 1990, les archives départementales françaises contactées n’ont pas indiqué l’existence de fonds (...)
  • 7 Voir p. ex. : Luxemburger Wort, 8 mai 1965 ; Nic Haupert, Evakuationserinnerungen eines Düdelingers (...)
  • 8 Jean-Louis Scheffen, Vor 70 Jahren « D’Preise sinn do … ! » in Télécran, 19/2010, p. 24-29.

1L’évacuation vers la France de plus de 50.000 habitants1 des régions frontalières du Luxembourg a durablement marqué la mémoire de ceux qui avaient été au milieu de ce mouvement de populations empreint par le sentiment d’un déferlement chaotique, mais aussi par l’expérience d’un accueil chaleureux par les Français. Néanmoins, à ce jour cet événement n’a point attiré la curiosité des historiens et une analyse historique reste toujours à écrire. Les premiers récits à être publiés le furent par la propagande nazie en vue d’apporter la preuve que les Luxembourgeois n’avaient rien à attendre d’une France qui les avait mal traités lors de cette évacuation forcée.2 Après la Libération, plusieurs récits furent publiés, souvent pour montrer que les populations luxembourgeoises avaient bénéficié de toute la sollicitude de leurs élus locaux qui les avaient guidées au long du parcours de l’évacuation.3 À côté de récits personnels4 publiés souvent après le décès des auteurs, seul un livre a été édité en 1990.5 Il regroupe des récits individuels inédits, mais aussi des récits déjà parus antérieurement et publiés ici en version française, enrichis de photos et de listes des personnes évacuées.6 En comparaison avec les souffrances qui s’abattirent sur la population du Luxembourg occupé, l’évacuation apparut bien vite comme un événement de moindre importance. L’évacuation est cependant rappelée régulièrement à l’occasion des commémorations,7 comme ce fut encore le cas en 2010.8

2En 1914 déjà, le Luxembourg neutre et désarmé avait été occupé par les armées allemandes, mais aucun mouvement d’évacuation ne s’était développé alors, probablement parce que l’occupation n’avait pas entrainé d’affrontements militaires sur le territoire luxembourgeois. De plus, la frontière franco-luxembourgeoise de 1940 était, en 1914, surtout la frontière avec l’Alsace-Lorraine, un pays vers lequel une évacuation n’était certes pas souhaitable. La situation était bien différente en 1940.

La « drôle de guerre »

  • 9 E.T. Melchers, Kriegsschauplatz Luxemburg. August 1914, Mai 1940, Luxembourg, Imprimerie Saint Paul (...)

3La « drôle de guerre » affecta également la vie au Luxembourg. Le gouvernement luxembourgeois prit un certain nombre de mesures afin de mettre en évidence la neutralité du pays avec l’espoir que le pays puisse échapper à la guerre. Ainsi les émissions de « Radio Luxembourg » cessèrent et sur 58 ponts, routes et chemins vers l’Allemagne et la France, on érigea des chicanes en béton et des portes blindées qui pouvaient être fermées et bloquaient alors le passage, tout ceci afin d’éviter que les belligérants passent par le territoire luxembourgeois.9

4Le premier village affecté par la guerre fut celui de Schengen où l’Allemagne fit sauter le pont sur la Moselle. Comme les tirs d’artillerie de la Ligne Maginot vers l’Allemagne passèrent au-dessus du territoire luxembourgeois, le gouvernement prit la décision de faire évacuer la population de Schengen vers l’intérieur du pays. De nombreux journalistes vinrent alors au Luxembourg pour observer la guerre à partir du territoire neutre.

5Le gouvernement décida également la création de milices sous le contrôle des brigades de police dans les communes frontalières afin de garantir l’ordre public. En général, ce ne furent que des décisions de défense passive, tout le monde espérant que la neutralité désarmée du Grand-duché allait lui éviter d’être entrainé dans cette guerre et de devoir en subir les conséquences.

L’invasion du 10 mai 1940

  • 10 Emile Haag, Emile Krier, La grande-duchesse et son gouvernement pendant la Deuxième Guerre mondiale (...)
  • 11 André Linden, « Léif Lëtzeburger, … dir dohém a mir hei baussen… » Les allocutions radiophoniques d (...)

6Lorsqu’au petit matin du 10 mai 1940, les troupes allemandes envahirent le Grand-duché de Luxembourg en violation flagrante de sa neutralité, les Luxembourgeois subirent une double déception. La première était d'ordre militaire, car l’armée française que les Luxembourgeois avaient crue supérieure à l’armée allemande, se montra rapidement incapable d’arrêter et de repousser l'attaque allemande. La seconde déception était d’ordre politique. En effet, suivant une décision secrète, prise lors d’un conseil du gouvernement le 4 janvier 1940, la Grande-duchesse Charlotte et le gouvernement quittèrent le territoire national pour se réfugier en France, sans que les Luxembourgeois n’en eussent été informés préalablement. Le communiqué du gouvernement luxembourgeois diffusé à la radio française dès le 12 mai ne semble pas avoir eu d’effet rassurant sur la population, pour autant d’ailleurs qu’elle ait pu l’entendre. De même, le discours du Premier ministre, Pierre Dupong, diffusé le 17 mai,10 n’a pas dû atteindre ses compatriotes. Ceux-ci, tant au Luxembourg qu’évacués, durent attendre le 5 septembre 1940 pour entendre la voix de la Grande-duchesse Charlotte, lorsqu’elle adressa un premier discours à son peuple sur les ondes de la BBC.11

  • 12 Luftlandekommando Hedderich, Melchers, p. 407-422.

7Le 10 mai, dès 5 heures du matin, les Allemands avaient déposé 185 hommes,12 entrainés spécialement pour cette opération, à une quinzaine de kilomètres de la frontière franco-luxembourgeoise avec pour mission de bloquer cinq carrefours stratégiques afin d’empêcher les troupes françaises de lancer une attaque contre le flanc des troupes allemandes avançant vers l’ouest. Ces commandos allemands empêchèrent en même temps des Luxembourgeois qui quittaient la capitale pour atteindre au plus vite la frontière française. Parmi ceux qui échouèrent dans leur tentative se trouva le ministre de l’Instruction publique avec sa famille. Il se retrouva à la frontière belge et fut finalement dépassé par les troupes allemandes.

  • 13 E. T. Mersch, Die Wehrmacht kommt zur Frühschicht, op. cit.

8Entre la Ligne Maginot et ce cordon militaire allemand se situait la région industrialisée du Luxembourg comptant environ 100.000 habitants. Comme beaucoup de Luxembourgeois un peu partout dans le pays, ils attendaient eux aussi de voir venir les troupes françaises pour repousser les Allemands. Or, tel ne fut pas vraiment le cas. Les quelques unités françaises qui s’aventurèrent en territoire luxembourgeois le 10 mai, se retirèrent le soir même après quelques escarmouches avec des troupes allemandes. Avant même l’arrivée de troupes allemandes, la ville de Dudelange subit un bombardement de la Ligne Maginot qui provoqua des blessés et des morts parmi la population civile.13

9Comme les autorités locales luxembourgeoises étaient coupées de la capitale et faute d’avoir pris des mesures pour une telle éventualité, la population se sentit abandonnée et décida de suivre les conseils des soldats français qui leur recom­mandaient de se mettre à l’abri derrière la Ligne Maginot. Ainsi à Dudelange, 11.000 personnes quittèrent leur maison, mais quelques 2500 refusèrent d’aban­donner leurs biens. Une caravane longue de plusieurs kilomètres, composée de voitures privées, de camions, d’autobus, d’attelages, de charrettes, de vélos, de piétons, se mit en route vers la frontière française. Accueillis par des soldats qui ne savaient pas non plus que faire, ils furent dirigés vers des gares situées en moyenne à 15-20 km à l’intérieur, où des trains les attendraient. À partir du dimanche, 12 mai, 13 heures, la frontière française était fermée à toute circulation, mais il restait possible de contourner le portail d’acier à pied ou à vélo en passant par les bois.

  • 14 J. Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France, op. cit., p. 21-24.

10Des scénarii comparables se déroulèrent dans d’autres villes et villages. Ainsi à Differdange à 18 heures, les troupes françaises (1re brigade de spahis) ayant occupé la ville à partir de 8h du matin, le commandant de la brigade annonça au maire que ses hommes allaient se replier sur de meilleures positions et il suggéra d’évacuer la population francophile en territoire français. Le lendemain, le 11 mai, l’administration communale fit placarder une proclamation pour informer la population sur les possibilités d’une évacuation volontaire vers la France. Chacun devait pouvoir choisir librement de partir ou de rester. L’administration communale ne voulait endosser aucune responsabilité dans cette question. Finalement, à peine 3000 habitants prirent le chemin de la France, quelque 13.000 habitants restèrent sur place et furent finalement évacués par les Allemands vers l’intérieur du pays.14

11La plupart des récits font ressortir la décision des particuliers de quitter le Luxembourg plutôt que de suivre une évacuation planifiée et ordonnée. À notre connaissance, trois bourgmestres seulement, tentèrent d’organiser l’évacuation de leurs administrés, mais durent se rendre rapidement à l’évidence que cette tâche dépassait largement les moyens à leur disposition. Près de 100.000 personnes du bassin minier furent évacuées à partir du 10 mai, environ 50.000 vers la France, et 45.000 vers le centre et le nord du Luxembourg, car on craignait que des combats n'éclatent en face de la Ligne Maginot.

Les Luxembourgeois en France

12Ayant vécu à l’ombre de la Ligne Maginot, souvent à quelques pas seulement de la frontière française, les Luxembourgeois cherchant refuge à l’arrière des lignes défensives françaises ne se sentaient guère dépaysés au début d’un séjour qui, pour beaucoup, aller durer bien plus longtemps que prévu.

  • 15 Cf. Récit Thérèse Kieffer-Marx, Die Eisenbahner müssen nach Paris (27. Mai–12. Juni 1940), p. 524. (...)

13Comme au Luxembourg – resté neutre – les hommes n’avaient pas été mobilisés, le flux des évacués luxembourgeois était marqué par la présence d’hommes de tous âges, ce qui permit aux évacués d’offrir de la main-d’œuvre à certains maires qui les accueillaient et d’organiser parfois eux-mêmes l’aide dont ils avaient besoin. Pour certaines professions, comme par exemple les cheminots, des ordres spéciaux furent édites par la SNCF, réquisitionnant les cheminots luxembourgeois.15

  • 16 Pierre Krier, « Compte rendu des pourparlers et démarches faites dans les divers départements indus (...)

14Une grande majorité des évacués, quelque 29.000 personnes, fut accueillie en Saône-et-Loire, département d’accueil pour d’éventuels réfugiés suisses. Ce fut à l’initiative du bourgmestre de la ville d’Esch-sur-Alzette, Hubert Clement, qu’un centre d’accueil pour réfugiés fut installé à Mâcon. Un autre centre d’accueil ouvrit ses portes à Dijon. Lors d’une entrevue entre le ministre du Travail, Pierre Krier, avec son homologue français, Charles Pomaret, il avait été prévu de concentrer les Luxembourgeois dans les départements de la Saône-et-Loire et de la Côte d’Or, or en réalité, on envoya également des Luxembourgeois dans cinq autres départements : Loire, Hérault, Nièvre, Yonne et Allier.16 D’autres réfugiés, de leur propre initiative, descendirent la vallée du Rhône et trouvèrent refuge dans le Puy-de-Dôme et surtout dans l’Hérault. À Montpellier, à la demande du gouvernement luxembourgeois, la Croix-Rouge luxembourgeoise créa un centre d’aide aux réfugiés.

  • 17 Lambert Dupong [fils du Premier ministre], « Pourquoi la grande-duchesse et le gouvernement ont-ils (...)

15Établis à Paris dès le 11 mai, les ministres s’efforcèrent « d’adoucir le sort des malheureux réfugiés. » En collaboration avec les autorités françaises, des solutions furent trouvées pour les « questions d’hébergement, de secours en argent et en nature [et] de l’embauche ».17

  • 18 Il est très intéressant de lire les commentaires des travailleurs luxembourgeois sur leurs collègue (...)
  • 19 Dans le sud de la France on découvre de nouveaux légumes, mais aussi que la charrue est souvent enc (...)

16Le gouvernement luxembourgeois qui s’était d’abord établi à Paris, tenta d’apporter de l’aide aux réfugiés en leur procurant du travail. Comme de nombreux réfugiés étaient des travailleurs dans la sidérurgie luxembourgeoise, on fit tout pour les embaucher dans des métiers où leurs qualifications pouvaient au mieux servir la production de guerre française.18 De nombreux agriculteurs trouvèrent facilement du travail dans les campagnes, bien que dans le sud de la France, l’agriculture fût très différente de celle pratiquée au Luxembourg.19

17Chaque réfugié recevait une allocation de 10 francs par jour, somme que d’au­cuns jugèrent insuffisante. Le gouvernement veilla également à ce que la Banque de France accepte l’argent luxembourgeois, monnaie très peu connue à l’époque, en échange de francs français.

  • 20 Le capitaine Fernand Archen, chargé d’assurer une mission militaire auprès du gouvernement luxembou (...)

18Sur proposition du capitaine Fernand Archen, un appel aux Luxembourgeois âgés de 17 à 50 ans fut lancé pour les inciter à rejoindre la « Légion luxembourgeoise » pour autant qu’ils n’aient pas trouvé de travail. Cette « armée » constituée de volontaires luxembourgeois, équipés et entrainés par l’armée française devait contribuer, au moins symboliquement, à la défaite de l’Allemagne.20 Le gou­vernement tout en encourageant cette initiative en privé, ne voulut pas y être officiellement mêlé, invoquant le statut de neutralité du Grand-duché. L’avance rapide des troupes allemandes et le départ du gouvernement luxembourgeois de Paris entravèrent le développement de ce projet.

  • 21 Cf. note 16.

19Un des problèmes majeurs qui limitait l’action des particuliers comme des maires et du gouvernement était celui du financement des besoins créés par l’évacuation. Seuls trois maires avaient emporté l’argent qui se trouvait dans leurs caisses communales et les bureaux de poste. Cet argent fut finalement confié au gouvernement lorsqu’il quitta le sol français pour se rendre au Portugal. Estimant que l’aide aux réfugiés allait exiger des dépenses plus importantes, le gouvernement avait demandé au chargé d’affaires luxembourgeois à Washington de voir avec les dirigeants de la Croix-Rouge américaine comment ils pourraient venir en aide aux réfugiés luxembourgeois en France. Fin mai, la Croix-Rouge américaine envoya à la Croix-Rouge luxembourgeoise un don de 500.000 francs français. Des vivres et des vêtements furent également mis à disposition par la Croix-Rouge américaine.21

  • 22 Emile Bourgraff , « Wiedersehen mit Lodève » in Luxemburger Wort, 12 septembre 1970.

20Tous les récits confirment l’accueil chaleureux offert par les Français aux évacués luxembourgeois. D’ailleurs, bien des Luxembourgeois sont redescendus à l’occasion de leurs vacances lors des années 60 et 70 dans le Sud pour retrouver les familles qui les avaient accueillis en 1940.22

21L’écrasante majorité des récits se limitent à évoquer les événements de la vie quotidienne et ne font point de commentaires sur la guerre ou la politique. Les seuls commentaires qui sortent de cette attitude privée sont ceux qui comparent l’attitude de la Grande-duchesse Charlotte à celle du roi Léopold III.

22Si la propagande allemande a souligné avant tout les expériences négatives, par exemple le fait que des Luxembourgeois (ainsi d’ailleurs que des Alsaciens) parlant entre eux leur langue, les Luxembourgeois, furent parfois taxés de « Boches » par des Français ne comprenant rien à ce qui se disait, les récits luxembourgeois ne mentionnent guère de tels incidents et même un maire qui refuse d’accueillir un groupe de réfugiés, n’est pas critiqué outre mesure.

23La France – surtout du sud – que les Luxembourgeois rencontrent, est bien différente de celle qu’ils ont connue à la frontière. Ils enregistrent avec surprise que beaucoup de Français vivent de façon moins confortable que les Luxembourgeois, mais ils relèvent également le manque d’ardeur au travail. Dans un village de l’Hérault, ce sont les réfugiés luxembourgeois qui donnent l’exemple en buvant du lait plutôt que du vin rouge. Malgré toutes ces différences, les récits ne parlent guère de problèmes sérieux qui auraient empoisonné la vie commune.

Le retour23

  • 23 J. Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France, op. cit., p. 277-299.
  • 24 Sur proposition des militaires allemands, le secrétaire général du gouvernement, Albert Wehrer, cré (...)
  • 25 Des camions citernes partirent de Luxembourg vers Montpellier pour ravitailler les particuliers.
  • 26 Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance (CDRR) : Archives, L-C-65/47 Dossier Aloy (...)

24Au moment de la signature de l’armistice le 22 juin, l’évacuation des Luxembourgeois en France perdait de son intérêt pour des évacués, qui avaient ima­giné un scénario comme en 1914. Ainsi, dès le lendemain, des Luxembourgeois évacués en France pensaient à organiser ou à préparer leur retour au Luxembourg. Cela était relativement facile pour ceux qui se retrouvaient en zone occupée et qui disposaient d’un moyen de locomotion autonome, vélos ou attelages. L’obtention d’essence pour les voitures retarda le retour de ceux qui comptaient utiliser leurs voitures, des camions ou des autobus mis à leur disposition. L’organisation du retour par les autorités militaires allemandes tant au Luxembourg qu’en France prit du temps. La Commission administrative24 nomma le capitaine Aloyse Jacoby de la Compagnie des Volontaires, commissaire général au rapatriement. Sa première tâche était de s’occuper du rapatriement des populations évacuées dans le nord du Grand Duché. Le retour dans les localités évacuées devenait possible à partir du 30 juin. C’est lui qui s’occupa par la suite également du rapatriement des évacués en France, tout en sachant qu’il dépendait de la bonne volonté des Allemands pour l’attribution d’essence.25 Il garda cependant une assez grande autonomie puisqu’il profita de ses déplacements en France pour emmener du courrier et transmettre des informations pour le gouvernement luxembourgeois en exil. Ces activités clandestines ne pouvaient échapper aux Allemands et le capitaine Jacoby fut arrêté début 1941. Après un séjour en prison à Luxembourg, il fut déporté dans les camps de concentration de Hinzert et de Dachau jusqu’en avril 1945.26

  • 27 Paul Cerf, L’étoile juive au Luxembourg, Luxembourg, 1986, p. 53-69.

25À partir de début juillet 1940, les premiers autocars descendirent à Dijon et à Mâcon pour ramener des évacués. Des trains spéciaux furent organisés au départ de Montpellier et de Mâcon. Le dernier train à quitter Montpellier partit le 27 août et arriva à Esch-sur-Alzette le 29 août 1940. En septembre, tous les évacués, qui voulaient rentrer, avaient trouvé la possibilité de le faire. Les Allemands tentèrent, mais sans succès, d’interdire le retour des Juifs au Luxembourg. Les policiers luxembourgeois chargés du contrôle d’identité ignorèrent cette instruction. De toute façon, de nombreux Juifs allemands réfugiés, n’envisageaient point de rentrer au Luxembourg désormais sous domination allemande. Les Juifs luxembourgeois de leur côté n’étaient pas toujours conscients de ce que leur retour dans un pays sous la domination du Gauleiter Simon pourrait avoir comme conséquences. Il restait alors environ 700 réfugiés du Luxembourg en France, cherchant à quitter celle-ci en direction du Portugal. D’ailleurs, les autocars qui auraient dû repartir vides de Luxembourg, emmenèrent de nombreux Juifs désireux de rejoindre la France non occupée et ce bien avant que le Gauleiter ne décida de les expulser vers la France.27

26À ce jour, avec une génération qui découvre l’évacuation de leurs grands-parents et parents, le sujet conserve son intérêt. Il reste que des historiens devraient effectuer des recherches approfondies sur l’évacuation dans les archives départementales, municipales et locales en France.

Notes

1 Les chiffres indiqués dans les documents et dans la presse varient de 47.000 à 52.000.

2 Lilo Muth, Kreuzweg nach Frankreich, Luxembourg, 1941.

3 Paul Müller, Die 200 Tage. Geschichte einer Evakuierung [Esch-sur-Alzette, 1945] ; Ernest J. Mersch, Die Wehrmacht kommt zur Frühschicht, Esch-sur-Alzette, 1983.

4 Thérès Kieffer-Marx, Mein Kriegstagebuch 1939-1940. Die Evakuierung einer Familie aus dem « Minett ». Vom 10. Mai bis zum 27. Juni 1940, édité par Paul Lafontaine in Hémecht, Revue d’histoire luxembourgeoise 45 (1993), p. 519-36.

5 Jacques Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France en mai 40, Luxembourg, Length, 1990.

6 En 1990, les archives départementales françaises contactées n’ont pas indiqué l’existence de fonds d’archives spécifiques relatives à l’évacuation des Luxembourgeois en mai 1940.

7 Voir p. ex. : Luxemburger Wort, 8 mai 1965 ; Nic Haupert, Evakuationserinnerungen eines Düdelingers in Tageblatt des 4, 5, 6 et 7 mai 1965; Tageblatt, 9 mai 1980; Tageblatt, 26 avril 1990 (édition spéciale : 10 Mee 1940 Ennerwee…).

8 Jean-Louis Scheffen, Vor 70 Jahren « D’Preise sinn do … ! » in Télécran, 19/2010, p. 24-29.

9 E.T. Melchers, Kriegsschauplatz Luxemburg. August 1914, Mai 1940, Luxembourg, Imprimerie Saint Paul, 1979, 4e éd, p. 233ss.

10 Emile Haag, Emile Krier, La grande-duchesse et son gouvernement pendant la Deuxième Guerre mondiale. 1940 L’année du dilemme, Luxembourg. Imprimerie Saint Paul, 1987, p. 73.

11 André Linden, « Léif Lëtzeburger, … dir dohém a mir hei baussen… » Les allocutions radiophoniques de la grande-duchesse Charlotte de l’exil (1940-1944) in « … et wor alles net esou einfach » Questions sur le Luxembourg et la Deuxième Guerre mondiale. Fragen an die Geschichte Luxemburgs im Zweiten Weltkrieg. Publications du Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, tome X, Luxembourg, 2002, p. 208-240.

12 Luftlandekommando Hedderich, Melchers, p. 407-422.

13 E. T. Mersch, Die Wehrmacht kommt zur Frühschicht, op. cit.

14 J. Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France, op. cit., p. 21-24.

15 Cf. Récit Thérèse Kieffer-Marx, Die Eisenbahner müssen nach Paris (27. Mai–12. Juni 1940), p. 524. Il faut savoir que les chemins de fer luxembourgeois étaient exploités par la SNCF en 1940.

16 Pierre Krier, « Compte rendu des pourparlers et démarches faites dans les divers départements industriels français, 19 mai 1940 », in E. Haag, E. Krier, La grande-duchesse et son gouvernement, op. cit., Document n° 10, p. 166-69.

17 Lambert Dupong [fils du Premier ministre], « Pourquoi la grande-duchesse et le gouvernement ont-ils quitté le pays le 10 mai 1940 ? » [août 1940] in E. Haag, E. Krier, La grande-duchesse et son gouvernement, op. cit., Document n° 40, p. 232-37, ici p.234.

18 Il est très intéressant de lire les commentaires des travailleurs luxembourgeois sur leurs collègues français. Une telle analyse n’a pas pu être réalisée dans le cadre de cette communication, mais mériter certainement qu’on s’y intéresse de près.

19 Dans le sud de la France on découvre de nouveaux légumes, mais aussi que la charrue est souvent encore tirée par des bœufs. L’absence d’eau courante dans maintes maisons et l’état rudimentaire des toilettes surprend bien des réfugiés.

20 Le capitaine Fernand Archen, chargé d’assurer une mission militaire auprès du gouvernement luxembourgeois réfugié en France, a estimé pouvoir recruter 2000 volontaires. Finalement une soixantaine de volontaires vont être enregistrés entre le 4 et le 14 juin 1940.

21 Cf. note 16.

22 Emile Bourgraff , « Wiedersehen mit Lodève » in Luxemburger Wort, 12 septembre 1970.

23 J. Dollar, L’exode des Luxembourgeois sur les routes de France, op. cit., p. 277-299.

24 Sur proposition des militaires allemands, le secrétaire général du gouvernement, Albert Wehrer, créa cette Commission administrative, comme interlocuteur pour l’occupant. Le 11 mai 1940, la Chambre des Députés marqua son accord pour cette Commission, composée de quatre conseillers de gouvernement et présidée par Wehrer. Au Luxembourg, elle disposait des mêmes pouvoirs que le gouvernement en exil. Il n’y eut cependant pas de frictions avec le chargé d’affaires luxembourgeois à Paris, Antoine Funck, nommé haut-commissaire pour les réfugiés par le gouvernement en exil et qui collabora avec le capitaine Aloyse Jacoby.

25 Des camions citernes partirent de Luxembourg vers Montpellier pour ravitailler les particuliers.

26 Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance (CDRR) : Archives, L-C-65/47 Dossier Aloyse Jacoby.

27 Paul Cerf, L’étoile juive au Luxembourg, Luxembourg, 1986, p. 53-69.

Auteur

Université de Luxembourg

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search