Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

I. Faire la guerre

Invasion 40 – La Belgique face à ses « ennemis de l’intérieur ». Entre peur et impuissance

Emmanuel Debruyne

Texte intégral

1Peu avant le début de la « drôle de guerre », la Belgique, cramponnée à sa neutra­lité précaire, amorce un durcissement de sa politique sécuritaire. Elle entreprend de se prémunir contre les menaces qui pourraient surgir sur son territoire le jour où elle viendrait à être entraînée dans le conflit. Mais quelle définition donner à ces « ennemis de l’intérieur » quand l’agresseur extérieur ne s’est pas encore déclaré ? Jusqu’où aller quand on espère conserver sa neutralité ? Et comment prendre les devants pour le jour où celle-ci viendrait à être violée ?

  • 1 D’une manière générale et sauf mention contraire, nous renvoyons pour de plus amples informations e (...)

2Les actions entreprises par la Belgique le 10 mai 1940 pour neutraliser les personnes susceptibles de menacer les arrières de son armée seront tributaires de la réflexion préparatoire menée conjointement par le gouvernement, l’armée et les services secrets belges, et de son évolution tout au long de la Drôle de Guerre. Cependant, l’application de ces mesures se confrontera d’emblée aux foudroyantes victoires allemandes à l’Ouest, avec de désastreuses conséquences pour les personnes concernées.1

La Belgique se prépare

  • 2 C’est par exemple le cas dans Camille Joset, La marche au poteau, Paris, Bruxelles, Courtrai, Éditi (...)
  • 3 Sur cette affaire, voir Marc Dormal, L’affaire Dombret au travers des périodiques d’information, Li (...)

3Dans le contexte de tensions grandissantes de l’été 1939, la Belgique espère échapper au pire en affichant sa volonté de rester en dehors d’un éventuel conflit. Elle s’affirme cependant prête à lutter contre toute tentative d’atteinte à son intégralité territoriale. Dès le 26 août 1939, l’armée est mobilisée et mise sur pied de guerre. Le pays est désormais considéré en « état de guerre », même s’il n’est pas à proprement parler « en guerre ». Le 3 septembre, jour de la déclaration de guerre franco-britannique à l’Allemagne, le gouvernement belge proclame la neutralité du pays et s’élargit aux socialistes dans une optique d’union nationale. Le poste-clé de ministre de la Justice est confié au socialiste Eugène Soudan. Il n’empêche, face aux tensions internationales grandissantes, le Premier ministre Hubert Pierlot n’a pas attendu l’éclatement des hostilités pour préparer le pays à un éventuel embrasement de son territoire. Pour ce faire, il a mis en place depuis plusieurs mois un organe consultatif, le Comité de Sécurité, chargé de discuter des questions relatives à la sécurité nationale. Une des craintes du gouvernement, tout comme de la population d’ailleurs, concerne la présence supposée en territoire belge d’« ennemis de l’intérieur », prêts en cas d’invasion à frapper le pays dans le dos. La littérature patriotique de l’entre-deux-guerres n’a pas manqué d’exagérer le nombre et l’influence des espions allemands lors de la campagne de 1914.2 De même, le rôle de la « cinquième colonne » dans les récents événements d’Espagne a frappé les esprits. Les récits plus ou moins fantasmés qui circulent autour de ces épisodes prennent en outre une signification plus inquiétante encore depuis quelques mois : alors même que les tensions s’exacerbent entre les puissances européennes, le lieutenant Joseph Dombret est arrêté pour avoir vendu des plans du dispositif de défense belge à l’Allemagne.3 L’affaire Dombret défraie la chronique de l’été 1939.

4Ce contexte favorable à l’espionite l’est aussi à la xénophobie. Les réfugiés récemment arrivés en Belgique sont particulièrement mal vus à l’heure où de nombreux citoyens belges sont rappelés sous les drapeaux, et s’exposent à risquer un jour leur vie pour défendre le pays contre une agression perpétrée par celui que viennent de quitter ces mêmes réfugiés… Suite à l’éclatement d’une émeute dirigée contre la communauté juive d’Anvers, fomentée par la petite organisation antisémite Volksverwering, les autorités craignent que de tels incidents ne fragilisent la cohésion nationale en ces heures critiques. La Sûreté publique, qui a notamment en charge la police des étrangers, charge donc les polices locales de surveiller les immigrés dont le comportement risquerait de froisser les susceptibilités autochtones.

5Au moment où l’Europe s’apprête à plonger à nouveau dans la guerre, le dispositif sécuritaire belge peut reposer sur le plan juridique sur les arrêtés-lois du 11 octobre 1916 et du 12 octobre 1918, relatifs à l’exercice de la police et du maintien de l’ordre en temps de guerre et en état de siège. Jugé insuffisants en matière de polices des étrangers, ils sont complétés par l’arrêté-loi du 28 septembre 1939. Ce texte donne des pouvoirs étendus au ministre de la Justice qui, tant que dure l’état de guerre, peut révoquer tout permis de séjour et prendre une mesure d’expulsion, d’internement ou d’interdiction / désignation de résidence à l’encontre des étrangers en séjour illégal ou jugés nuisibles à la sécurité ou l’économie du pays. Enfin, les étrangers qui pénètrent illégalement en territoire belge sont désormais passibles de sanctions pénales, de même que ceux qui les aideraient à y pénétrer ou séjourner. Le ministère de la Justice distingue parmi les étrangers susceptibles d’être internés, les « indésirables » des « suspects », selon que leur présence constitue une menace pour l’ordre public ou pour la sûreté extérieure de l’État. Dès octobre, une centaine d’étrangers sont placés en détention au centre d’internement de Merksplas. Il convient à ce titre de distinguer le centre ainsi créé de celui fondé un an plus tôt au même endroit pour l’accueil des réfugiés juifs. Les internés sont soumis à une surveillance beaucoup plus rigoureuse que les réfugiés hébergés, certains, anciens repris de justice ou fauteurs de troubles, étant même soumis au régime cellulaire.

  • 4 Note de Robert de Foy, s.l., 29 septembre 1939, Archives générales du Royaume (ci-après AGR), Archi (...)
  • 5 Comité de Sécurité. Procès-verbal de la réunion tenue au Cabinet du Premier ministre le vendredi 21 (...)

6Cependant, la Deuxième Section de l’État-Major général de l’Armée (EMGA) veut aller plus loin. Le chef de ce service secret militaire, le colonel Victor Neefs, met en avant le rôle de l’espionnage allemand lors de la campagne de Pologne, qui vient de s’achever. Il souligne la menace que représentent les Allemands présents sur le sol belge, et notamment les « milliers d’israélites d’origine allemande ».4 Un recensement des étrangers présents sur le sol belge, effectué durant l’été 1939, a d’ailleurs dénombré quelques 22.414 Allemands et apatrides d’origine allemande, principalement concentrés dans les provinces de Brabant et d’Anvers, dont un peu plus d’un millier dans les centres créés depuis octobre 1938 (comme Mexplas, Marneffe ou Marchin) pour faire face à l’afflux de réfugiés juifs. Neefs obtient que le Comité de Sécurité mette à l’étude l’internement des étrangers en situation irrégulière ou suspects, ainsi que des restrictions quant aux conditions de séjour des étrangers. Il insiste aussi pour qu’on procède à l’internement des illégaux de sexe masculin en âge de porter les armes, et demande de « débarrasser les zones de défense du pays de tous les éléments susceptibles, en cas de conflit, de servir l’ennemi, soit en l’informant, soit en sabotant certains ouvrages ou certaines opérations de défense ».5 Ces différentes propositions seront suggérées au gouvernement par le Comité de Sécurité dès le mois de novembre 1939.

  • 6 Lettre de Robert de Foy à Hubert Pierlot, Bruxelles, 29 novembre 1939, AGR, n° 740.
  • 7 En septembre 1939, le Home Office a classé 62.000 ressortissants étrangers en trois catégories, sel (...)
  • 8 Lettre du Lieutenant Général Van den Bergen, chef d’État-Major Général à « M. le Ministre », Bruxel (...)

7L’administrateur de la Sûreté publique, Robert de Foy, rejoint les vues de Neefs. Il souligne cependant que son administration ne peut légalement pratiquer que « l’internement individuel pour suspicion légitime et précise », mais pas « par catégorie ou par zones ».6 Cependant, ce cadre légal ne doit, selon lui, pas conduire à adopter un système aussi libéral que celui adopté au même moment en Grande-Bretagne, et que permet sa nature insulaire.7 Il propose donc, sur base de l’arrêté-loi de septembre 1939, de trouver un arrangement avec son homologue militaire pour répondre au mieux aux exigences de l’armée, tout en respectant le principe de l’internement individuel. Il s’agirait de reconduire systématiquement à la frontière les étrangers entrés illégalement, surtout s’ils proviennent des territoires sous contrôle allemand. Ceux pour qui cette mesure devait s’avérer impraticable seraient internés tout aussi systématiquement. Le lieutenant-général Van den Bergen, prône lui aussi un refoulement implacable sur la frontière orientale du pays, qu’il arc-boute sur un argumentaire radical : « Il va de soi en effet, qu’avec les dispositifs militaires que nous avons actuellement à nos frontières, aucun étranger ne peut pénétrer en Belgique qu’avec le consentement des autorités des pays voisins ; de quoi il résulte à l’évidence que tout étranger – juif ou non – qui dans la situation du moment entre irrégulièrement sur notre territoire, doit être considéré comme un individu hautement suspect c’est-à-dire absolument indésirable, et qu’il doit être traité comme tel sans autre considération que la sécurité de la défense nationale ».8 Le message est clair : la suspicion à l’égard des clandestins doit l’emporter sur toute autre considération humanitaire. Elle impose selon lui d’ignorer la question des persécutions raciales et politiques en cours en Allemagne. En assimilant délibérément le clandestin au suspect, il préconise de lui imposer aveuglément les mesures les plus drastiques.

  • 9 Lettre d’Eugène Soudan à Hubert Pierlot, Bruxelles, 11 décembre 1939, AGR, n° 781.

8Cette manière d’envisager la situation n’est à ce moment pas propre à l’armée et aux services de sécurité. Dans un contexte international de plus en plus tendu, où à la campagne de Pologne succède une alerte en Belgique début novembre, puis quelques semaines plus tard, la Guerre d’hiver entre la Finlande et l’Union soviétique, nombreux sont les Belges qui aspirent à un renforcement sécuritaire, y compris au sein de la gauche. Le ministre de la Justice, Soudan, est du nombre. Consulté en décembre 1939 par Pierlot au sujet de la politique à suivre vis-à-vis des immigrés clandestins, Soudan préconise de considérer les mesures à prendre « sous l’angle des événements qui ont marqué les premières opérations militaires au front est de la guerre actuelle », c’est-à-dire du rôle supposé de la « cinquième colonne » dans la défaite polonaise.9 Pour lui, les circonstances ne permettent plus de « participer à une œuvre de solidarité humaine si elle doit mettre en péril notre sécurité », tant il estime que l’immigration est susceptible de couvrir l’infiltration d’agents allemands dans le pays. En revenir à un refoulement systématique « évite de devoir effectuer parmi les immigrants clandestins, une discrimination qui s’avère d’ailleurs impossible, afin de rechercher quels sont ceux qui peuvent constituer un danger pour la sécurité de la Nation. » Et d’appuyer l’idée d’établir un camp soumis à une discipline militaire pour y rassembler les réfugiés « dont le refoulement n’est pas possible » et qui se sont livrés à de l’activisme politique.

9Le contexte n’est donc guère favorable aux réfugiés venus d’Allemagne qui, alors même qu’ils fuient l’Allemagne nazie qui menace la Belgique, trouvent cette dernière de moins en moins prompte à les accueillir sur son sol, précisément en raison de leurs origines. À la crainte de voir se glisser espions, saboteurs et propagandistes parmi les réfugiés se superpose le désir de ne pas s’encombrer de personnes à charge pour le pays, à l’heure où celui-ci doit mobiliser toutes ses forces face au péril. Peut-être plus encore, la crispation identitaire qui découle de la menace conduit-elle à vouloir écarter un maximum d’éléments exogènes « polluant » la nation en danger. Cette mise à l’écart passe notamment depuis octobre 1938 par la création de centres d’hébergement destinés à l’accueil des réfugiés juifs. Ces centres, dont le régime est assez strict, sont organisés par la Sûreté publique, mais financés par des associations juives, et doivent préparer leurs hôtes à une émigration ultérieure. Leur développement continue durant la drôle de guerre, mais il arrive que les étrangers illégaux internés sur base de l’arrêté-loi de septembre 1939 se retrouvent dans les mêmes complexes d’accueil que les « hébergés ». L’écart entre ces deux catégories tend encore à se rétrécir avec l’introduction de nouvelles dispositions restreignant la liberté déjà réduite de ces derniers. En avril 1940, le libéral Paul-Émile Janson, devenu ministre de la Justice en janvier, prône l’assimilation des « hébergés » masculin de 18 ans et plus aux « internés ». Une telle mesure est en principe destinée à soulager les finances des associations juives, qui n’arrivent plus à faire face à la mission qu’elles se sont assignées tant le contexte a évolué défavorablement. Elle conduit surtout à ce qu’environ 1100 réfugiés en âge de porter les armes soient désormais comptabilisés par simple décision admi­nistrative parmi les individus dangereux pour l’ordre public.

  • 10 Lettre de Léopold iii à Hubert Pierlot, 23.1.1940, Archives du Palais royal, Archives du Secrétaire (...)

10L’alerte du 10 janvier 1940, consécutive à la découverte de plans d’attaque à bord d’un appareil militaire allemand abîmé sur le sol belge, ne fait rien pour apaiser les angoisses. Face à la perspective de plus en plus précise d’une invasion allemande, le gouvernement prend de nouvelles mesures de sécurité. Le contrôle des frontières est renforcé, de même que celui de la presse. Ces mesures font l’objet de discussions, notamment au parlement, les autorités devant faire face à des impératifs contradictoires : renforcer la sécurité du pays, ménager l’exercice des libertés publiques et éviter de compromettre la politique de neutralité par des actions trop ciblées. L’interprétation même donnée à la notion de « neutralité » conduit à bien des divergences, notamment lorsqu’il s’agit de désigner les menaces contre lesquelles il convient de se prémunir. Convient-il de considérer la France et la Grande-Bretagne de la même manière que l’Allemagne, comme ennemi d’hier et – pour une large part de l’opinion – de demain ? Et quelle position prendre vis-à-vis des mouvements d’extrême gauche au lendemain du pacte germano-soviétique ? Léopold III lui-même est partisan d’une ligne dure et d’une neutralité « tous azimuts ». Il prône notamment de prendre des mesures fortes à l’encontre des « israélites entrés frauduleusement en territoire belge », qui deviennent à son avis souvent des « agents d’une propagande subversive ».10 En écrivant cela, Léopold III ne fait nulle part référence aux agents allemands qui pourraient se glisser parmi les réfugiés, mais vise plutôt les éléments exogènes qui menacent l’intégrité nationale par leur présence et les idées dangereuses dont ils se font les vecteurs, le communisme en particulier. Le gouvernement Pierlot entend bien combattre ces dernières comme tout ce qui pourrait menacer la neutralité du pays et l’unité nationale à l’heure du danger. Cependant, c’est bien l’Allemagne qui à ses yeux constitue désormais la principale menace.

La préparation des arrestations

  • 11 Jules Gérard-Libois, José Gotovitch, L’An 40, Bruxelles, CRISP, 1971, p. 75.

11Les arrêtés-lois d’octobre 1916 et d’octobre 1918, ainsi que celui de septembre 1939, offrent des pouvoirs étendus en temps de guerre ou d’état de siège aux ministres de la Justice et de la Défense, notamment en matière de détentions administratives. Cependant, l’application de telles mesures doit encore être organisée. On notera également que ces pouvoirs ne sont en aucune manière écornés par le droit international, qui ne prévoit rien à l’égard des civils internés. Leur assimilation aux prisonniers de guerre est régulièrement évoquée lors des conférences inter­nationales, mais ces dernières n’ont à ce moment pas encore accouché d’un texte définitif. Une nouvelle loi est par ailleurs adoptée par le parlement, non sans discussions houleuses autour de son caractère liberticide. La loi dite de « défense des institutions nationales », proposée par le ministre Janson, est votée avec plus de résignation que d’enthousiasme le 22 mars 1940. Elle offre au gouvernement de larges moyens de punir sévèrement toute personne ou mouvement qui « poursuit la destruction de l’indépendance de la Belgique, des libertés ou des institutions constitutionnelles du peuple belge » ou qui entretient « dans l’intérêt d’une puissance étrangère, des intelligences avec cette puissance ».11 Si ce dispositif d’exception ne sera en fin de compte pas utilisé pour fonder les mesures prises en mai 1940, il est cependant révélateur de l’état d’esprit passablement angoissé qui règne à ce moment, et qui conduit les parlementaires à accepter ce qu’ils sont nombreux à considérer comme un mal nécessaire. Il sera également à l’origine de la création d’un nouvel organe, en principe chargé de la mise en œuvre de ces dispositions, le Comité de coordination, qui groupe autour du ministre de la Justice les plus hautes instances judiciaires. Il intègre également Robert de Foy, désormais administrateur de la toute nouvelle administration de la Sûreté de l’État, qui rassemble sous une autorité unique des compétences en matière de sécurité réparties jusqu’alors entre la Sûreté publique et la Deuxième section de l’EMGA. Les agents de ce nouveau service acquièrent le statut d’officiers de police judiciaire auxiliaires. Ils sont chargés d’informer et d’instruire les parquets militaires en matière d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, disposent du pouvoir de réquisition de la force armée, et de l’autorité sur la gendarmerie et la police.

  • 12 Procès-verbal du Comité de coordination du 16 avril 1940, s.l.n.d., Archives de l’État à Beveren, P (...)

12Une des principales tâches du Comité de coordination est d’organiser la confection par les procureurs du Roi et par la Sûreté de l’État de listes d’individus « suspects d’entretenir des relations avec une puissance étrangère ou dont la présence pourrait entraver les opérations militaires », tels qu’évoquées par l’arrêté-loi du 11 octobre 1916,12 et qu’il conviendra de neutraliser dès le déclenchement des hostilités. C’est précisément à cause de l’imprécision de la notion de « suspects » que les listes constituées par les procureurs vont s’avérer tributaires de la subjectivité de ceux chargés de les constituer. En outre, la confection de ces listes n’a été décidée qu’à la mi-avril. Le travail d’étayage documentaire, de vérification, de compilation et de correction des listes est à peine commencé lorsque l’armée allemande passe à l’offensive. Dès le 7 mai, face à une menace que l’on sait désormais imminente, les procureures du Roi, les auditeurs militaires et les principaux responsables de la gendarmerie, des grandes unités et des circonscriptions militaires sont prévenus qu’il leur appartiendra de procéder à l’arrestation de ces individus.

  • 13 Procès-verbal du conseil des ministres du 8 mai 1940, par Pierre d’Ydewalle, s.l.n.d., AGR, PV du c (...)
  • 14 Ressortissants ennemis, par le général-major Derousseaux, au GQG, 9 mai 1940, SGRS. Section archive (...)

13Parallèlement à la préparation des mesures contre les suspects, des dispositions contre les ressortissants ennemis sont également prises. Les notes conservées font apparaître que dès avril 1940, à la suite des alertes précédentes, de l’acquisition de renseignements de plus en plus concordants, et dans le contexte de l’invasion du Danemark et de la Norvège, c’est bien sur les ressortissants allemands que l’on se penche. Le 8 mai, le gouvernement approuve un projet d’arrêté de Janson prévoyant l’internement de « tous les étrangers ressortissants aux puissances avec lesquelles la Belgique pourrait se trouver en guerre ».13 Cet arrêté ne serait cependant publié qu’au jour de l’invasion ennemie. Le 9, la Deuxième Section en organise la mise en œuvre concrète, en diffusant auprès des cantons de gendarmerie des affiches enjoignant « à tous les ressortissants ennemis du sexe masculin, nés entre le 1er janvier 1881 et le 31 décembre 1923, de se présenter dans les deux heures à compter de l’apposition desdites affiches à la maison communale de leur résidence ou de la commune où ils se trouvent ; et qui, subsidiairement, leur interdit de s’éloigner de ce lieu sans en avoir obtenu l’autorisation ».14 Le soir même, le renseignement militaire annonce aux plus hautes autorités du pays que l’attaque allemande sera déclenchée le lendemain à l’aube. Réuni d’urgence en pleine nuit, le gouvernement proclame l’état de siège. Ordre est également donné de procéder aux arrestations de suspects.

Les arrestations de mai 1940

14Le 10 mai 1940 voit la guerre s’abattre sur le pays. C’est à la hâte et dans une ambiance tendue que les mesures contre les suspects et les ressortissants ennemis ont été préparées, et c’est dans le lourd climat de l’invasion, plus propice encore à l’espionite et à la xénophobie, qu’elles devront être exécutées. D’emblée, il convient de souligner que les deux catégories visées vont faire l’objet d’une détention administrative, qui n’offre pas de garanties en termes de durée et de condition, mais qui n’a en principe qu’un caractère provisoire. On retiendra également qu’en marge de ces nombreuses arrestations administratives, quelques personnes font également l’objet de poursuites pénales pour atteintes à la sécurité de l’État.

  • 15 Télégramme de Robert de Foy au commissaire de police d’Auderghem, 10.5.1940, Archives de l’Universi (...)

15En principe, les arrestations de suspects sont déclenchées par le télégramme suivant, envoyé aux forces de police par la Sûreté de l’État, chargée de veiller à l’exécution des mesures : « Prière faire arrêter tout Belge et étranger suspects et dangereux points de vue de la sécurité des opérations militaires et écrouer dans tous établissements pénitentiaires ou autres établissements susceptibles d’être gardés stop prière me faire parvenir liste et rapport individuel ».15 Dans la pratique, les arrestations seront menées parfois dès avant l’arrivée du télégramme et souvent dans le chaos généré par l’intervention d’acteurs multiples se basant sur des listes dressées à la hâte et sur une base imprécise, et ne constituant guère mieux que des brouillons. Loin d’être une opération d’« épuration » sur base de listes de proscrits établies par le pouvoir central, les arrestations de suspects s’avèreront fortement tributaires des initiatives prises localement par les polices communales, la police judiciaire, la gendarmerie et l’armée, sur réquisition ou non des auditorats militaires, des procureurs du Roi ou de la Sûreté de l’État. Sans compter que les troupes alliées entrées sur le territoire belge procèdent bientôt à leurs propres arrestations de suspects. Ainsi, parmi les personnes interpellées le 10 mai et au cours des journées suivantes, on retrouve des dirigeants ou des militants de mouvements d’extrême droite comme Rex, le Verdinaso ou le VNV, des figures de proue du parti communiste, des animateurs du mouvement flamand, des militants trotskistes, des partisans à tout crin de la neutralité, des anciens des Brigades internationales, et un certain nombre de personnes arrêtées pour des motifs obscurs, voire par erreur.

16Le rassemblement des ressortissants ennemis connaît lui aussi une application différente selon les endroits. D’une part, les affiches préparées la veille ne sont pas encore arrivée à destination partout. Il n’est d’ailleurs pas certain que dans les franges les plus orientales du pays, de quelconques mesures aient pu être prises avant l’arrivée des troupes allemandes. D’autre part, la notion de « ressortissants ennemis » est susceptible d’interprétations variées. Elle concerne bien entendu les citoyens allemands de plein droit. Mais qu’en est-il des Autrichiens qui ont fui leur pays suite à l’Anschluss ? Et des citoyens tchécoslovaques issus de régions annexées à l’Allemagne, ou au contraire comprises dans le protectorat de Bohême-Moravie ? Et des Polonais dont le pays, conquis, a lui aussi été démembré en plusieurs zones distinctes ? Et des milliers de Juifs originaires du Reich ou des territoires qu’il s’est appropriés, déchus de leur nationalité et réfugiés comme apatrides en Belgique ? Malheureusement pour eux, les instructions émises par l’EMGA depuis avril 1940 les assimilent aux citoyens allemands. Cela conduit à un sensible grossissement des rangs des « ressortissants ennemis », qui se retrouvent en pratique composés majoritairement de réfugiés ayant fui l’Allemagne nazie. Menacés par les autorités allemandes, ils sont désormais considérés comme menaçants par les autorités belges.

  • 16 Francis Balace, « Parachutite, espionite… et pagaille », in Jours de Guerre 2 (1990), p. 83-93.

17Une fois rassemblés dans des bâtiments publics, les « ressortissants ennemis » sont dirigés vers les casernes des grandes villes. Ils y retrouvent bien souvent les « suspects », dont le processus de captation a souvent commencé plus tôt dans la journée. Le chaos ambiant finira par entraîner la « fusion » de ces deux catégories, sans qu’il soit toujours possible de déterminer le moment et les circonstances précises dans lesquelles la distinction a fini par s’estomper. Les premiers sont bientôt rejoints par des ressortissants ennemis arrêtés faute de s’être présentés dans les délais aux autorités, ainsi que par toute une série de personnes suspectes ou marginales ne figurant sur aucune liste, mais que tel ou tel représentant local de l’autorité publique a cru bon de devoir neutraliser. Dans le contexte de désordre et d’improvisation, où les rumeurs, l’espionite et la « parachutite » trouvent un terreau propice, beaucoup d’arrestations s’opèrent davantage sur base de pouvoirs dont les échelons subalternes s’estiment investis que sur une base légale claire et univoque.16 C’est le cas dans les communes bruxelloises : plutôt que les seuls ressortissants ennemis de sexe masculin en âge de porter les armes, à Uccle, ce sont des familles entières qui sont interpellées, tandis qu’à Ixelles et à Saint-Gilles, des Juifs d’origine russe sont conduits en prison. Et, partout, on ne compte pas le nombre d’arrestations de religieuses soupçonnées d’être des parachutistes allemands, fouillées en conséquence, pour être aussitôt relâchées… La précipitation, l’énervement et la fragmentation du pouvoir causé par le désordre engendrent la multiplication de tels débordements, que tendent à encourager dans un climat tendu des consignes dès le départ peu ciblées. À l’inverse, cette même fragmentation peut conduire à une application localement plus laxiste des mêmes mesures. Ainsi, des réfugiés juifs pourtant visés par les instructions relatives aux ressortissants ennemis quittent Bruxelles en train dans les heures et les jours qui suivent l’attaque allemande, sans que personne ne s’oppose d’une quelconque manière à leur embarquement.

18Les autorités finiront par intervenir pour contenir les débordements. Les femmes et les enfants arrêtés sont généralement libérés au bout de quelques heures. Dans les casernes de Bruxelles, la Sûreté effectue des contrôles d’identité et procède à des relaxes. Partout, les autorités appellent au calme, s’efforcent de rassurer l’opinion et de museler les rumeurs les plus fantaisistes. La vigueur de l’offensive allemande incite cependant au même moment à procéder à l’évacuation des personnes déjà interpellées, et à postposer les opérations de triage en cours, si justifiées soient-elles pour les individus concernés. Dans un premier temps, il est prévu d’évacuer les internés vers les grandes villes du Hainaut. Rien qu’à Bruxelles, trois milles personnes quittent sous escorte militaire deux casernes d’Etterbeek pour embarquer dans des trains. S’y ajoutent un nombre indéterminé d’autres individus détenus dans une troisième caserne et dans les prisons de la ville. À Liège par contre, environ 500 personnes sont arrêtées dès le premier jour, soit comme ressortissants ennemis, soit comme suspects. La présence parmi ces derniers de nombreux militants d’extrême-gauche, qui coïncide avec l’absence de tout rexiste liégeois, illustre à quel point les listes dressées manquent encore de toute cohérence. Quoi qu’il en soit, aucun suspect ne sera finalement évacué avant l’arrivée des Allemands, deux jours plus tard, qui conduira à la libération de toutes les personnes interpellées. À Anvers par contre, 2 000 ressortissants ennemis sont rassemblés dans une caserne, tandis que 460 suspects sont dirigés vers la prison centrale. L’évacuation commence le 12 mai et se prolonge jusqu’au 15.

19Dans les régions les plus occidentales du pays, des arrestations sont également opérées dès le début de la guerre, mais en moins grand nombre qu’ailleurs, étant donné la relativement faible présence de ressortissants allemands et assimilés. Les casernes de Charleroi, Mons et Tournai ont surtout été envisagées dès le départ par l’EMGA comme centres destinés au regroupement des ressortissants ennemis de l’ensemble du pays. Dans la pratique, ces trois villes ne constitueront que la première étape d’un périple vers le Midi, et ce tant pour les ressortissants ennemis que pour les suspects. Ce qui différencie l’ouest du pays, et surtout la Flandre occidentale, du reste du territoire belge, c’est qu’il est le théâtre d’une seconde vague d’arrestations à partir de la mi-mai, quand la région se retrouve dans la zone des armées. Rares sont cependant les suspects arrêtés durant cette période qui seront évacués vers la France. En effet, dès le 20, les troupes allemandes atteignent Abbeville et coupent le dispositif allié en deux. Les prisons de Gand et de Tournai, puis de Bruges, servent d’étapes de transit. Mais pour aller où ? Comme il n’est plus possible de se replier vers la France, les détenus sont évacués vers la côté. Ils seront des centaines à s’entasser à Lombardsijde dans les jours précédant la capitulation belge. Celle-ci entraînera finalement leur libération par les troupes allemandes.

20Une estimation dressée quelques mois après les événements par le gouvernement belge en exil évaluera à 16.000 le nombre de personnes arrêtées en mai 1940, soit probablement 10.000 ressortissants ennemis pour 6.000 suspects. D’après le CICR, environ 13.500 auraient été évacuées vers la France.

L’évacuation vers la France

21La décision d’évacuer les internés vers la France paraît avoir été prise le 12 mai. Dès le déclenchement des hostilités, l’EMGA a prévu de replier les ressortissants ennemis vers le Hainaut. Rien ne paraît par contre avoir été décidé à ce moment concernant les suspects. Cependant, le 12 mai, l’auditeur général Ganshof van der Meersch envoie un télégramme aux prisons pour leur demander de procéder au transfert vers l’intérieur du pays des prévenus pour espionnage, c’est-à-dire quelques dizaines de cas, ainsi que des individus les plus dangereux, probablement parce que davantage susceptibles d’être traduits devant les conseils de guerre. Ce télégramme sera utilisé sous l’occupation pour accuser Ganshof d’avoir organisé la déportation des suspects, alors qu’il n’est en rien à l’origine de cette décision. Au contraire, l’évacuation des suspects semble avoir été décidée par la Défense nationale. Ou plus exactement, celle-ci aurait procédé à l’évacuation de toutes les personnes « arrêtées par mesure de sûreté » conformément à ce qui avait été prévu au départ, mais initialement pour les seuls ressortissants ennemis. La mise à exécution de cette mesure n’aurait fait qu’accentuer la tendance à l’assimilation entre ces deux catégories, déjà en germe dans les centres de rassemblement.

22L’origine de la décision d’évacuer vers la France demeure en partie obscure. Il est établi que dès le 11 mai, l’ambassadeur de France à Bruxelles est contacté au sujet d’un éventuel transfert par train d’une partie des 10.000 ressortissants ennemis arrêtés. Il ressortira de témoignages ultérieurs que la décision du transfert de l’ensemble des personnes arrêtées aurait résulté d’un accord verbal entre les ministères de la Défense et de la Justice, l’EMGA et la Sûreté de l’État, sans que l’on sache qui en avait initialement émis l’idée. Le gouvernement avalise la décision d’évacuation dès le 12 mai, mais en confie la charge au ministre de la Justice. Il semble que dans la pratique, ce soit en fait plutôt l’EMGA qui se soit chargé de l’exécution des décisions, les détenus étant à ce moment rassemblés dans des établissements militaires et sous la surveillance de l’armée.

  • 17 Voir à ce sujet Carlos Vlaemynck, Dossier Abbeville, Leuven, Davidsfonds, 1977 ; et plus récemment (...)

23L’histoire des convois qui commencent dès le 12 mai à se diriger vers la France demeure obscure sur certains points, mais on en retiendra surtout les conditions déplorables dans lesquelles les personnes arrêtées sont transportées. Entassés les uns sur les autres, ils souffrent d’une hygiène déplorable et d’un ravitaillement très insuffisant, à cause du manque d’organisation des autorités belges. La coordination entre Belges et Français est elle aussi défaillante. Plusieurs convois subissent de longues périodes d’arrêt, faute de consignes. Il arrive aussi que l’escorte belge qui les accompagne ne voie pas arriver son homologue français, censée prendre le relais à la frontière. Dans la plupart des cas, la destination finale reste longtemps incertaine, si bien que le périple s’apparente à une véritable errance. Aux conditions de vie particulièrement pénibles s’ajoute l’incertitude complète des passagers quant à leur sort. La violence s’invite aussi sous différentes formes dans ce drame. Un des convois partis d’Etterbeek subit un bombardement aérien en gare d’Ath ; plusieurs internés sont tués. Au fur et à mesure que la défaite se dessine, les détenus sont confrontés à une hostilité grandissante. Ils sont hués et insultés par la population des localités traversées, qui les prend pour des soldats ennemis capturés ou de véritables espions, comme tendent à le faire croire les inscriptions « parachutistes » ou « 5e colonne » peinturlurées sur certains wagons, indice supplémentaire de la confusion la plus totale qui commence à régner quant à la nature exacte des personnes arrêtées. Parfois, ce sont les soldats de l’escorte qui les rançonnent ou leur font subir toutes sortes de vexations. Le pire survient le 20 mai à Abbeville, quelques heures avant l’arrivée des Allemands.17 Evacués de Bruges par autocars 78 détenus (20 Belges et 58 étrangers, suspects et ressortissants ennemis mélangés) sont arrivés la veille à Béthune, où l’un d’eux – qui n’est autre que Léon Degrelle – est séparé des autres pour être pris en charge par les autorités françaises. Le convoi routier continue ensuite jusqu’à Abbeville, où il arrive dans la nuit. Estimant impossible de poursuivre l’évacuation à cause de l’intensité des bombardements qui sévissent alors, un officier français décide d’abattre les détenus. Ils seront 21 à trouver la mort avant qu’un autre officier n’intervienne pour faire cesser la tuerie. Joris Van Severen, leader du mouvement d’extrême droite Verdinaso, est au nombre des victimes. Les survivants seront évacués à pied en direction de Rouen.

  • 18 Concernant les camps français, nous renvoyons à D. Peschanski, La France des camps, op. cit.. Voir (...)
  • 19 Archives de l’État à Liège, CPE Marneffe, n° 87-93 et 115.

24Pour la majorité des convois, ce n’est finalement qu’au terme de plusieurs semaines que les internés arrivent au camp de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), parfois après avoir effectué un séjour plus ou moins long dans un ou plusieurs camps de transit.18 Les femmes et les enfants qui quelquefois les accompagnent auront quant à eux été préalablement dirigés vers celui de Gurs (Pyrénées-Atlantiques). Toutefois, les évacuations de détenus ne concernent pas seulement les personnes arrêtées en mai comme suspects ou ressortissants ennemis. On retrouve parmi les évacués de nombreux illégaux internés depuis plusieurs semaines ou plusieurs mois en vertu de l’arrêté-loi de septembre 1939, et qui ne figurent ni sur les listes de suspects, ni parmi les personnes pouvant être considérés comme « ressortissants ennemis ». Du camp de Merksplas, près d’Anvers, 446 internés sont évacués entre le 11 et le 13 mai. Ils aboutiront fin mai aux prisons de Pau et d’Angoulême, au terme d’un voyage tout aussi pénible que celui qu’endurent au même moment les personnes arrêtées le 10 mai. Quelques dizaines d’internés des centres de Marchin et de Marneffe atterrissent quant à eux à Saint-Cyprien.19 Des femmes subissent un sort semblable : 84 internées sont emmenées le 15 du centre de Bruges-Sainte-Croix, et aboutissent probablement à Gurs.

25Les centres d’hébergement pour réfugiés juifs, qui côtoient parfois les centres d’internement d’illégaux, et dépendent comme eux du ministère de la Justice, sont eux aussi évacués. Dans certains cas, comme au centre de Merksplas, les personnes concernées se seraient vu proposer le choix entre une évacuation par les autorités ou par leurs propres moyens. La plupart auraient choisi la première solution. Les circonstances de leur évacuation sont peu connues. À cause du chaos de la guerre, certaines évacuations s’effectuent provisoirement à pied. C’est notamment le cas à Marneffe, dont l’essentiel de la population est composée de familles. Les 613 réfugiés hébergés au centre se mettent en marche peu après le déclenchement de l’attaque allemande. Quelques jours plus tard, la colonne est mitraillée par des avions allemands, qui font plusieurs victimes. La débandade qui en résulte est telle que le directeur du centre ne parvient pas à reformer la colonne. Plusieurs dizaines de réfugiés parviennent malgré tout à atteindre la France. Arrêtés par les autorités françaises, ils seront déportés à Saint-Cyprien, où ils rejoindront quelques centaines de leurs homologues des centres de Hal et de Merksplas. Les jeunes réfugiés du centre d’Eksaarde finiront quant à eux par échouer à Lombardsijde, où ils seront libérés par les Allemands.

26Au total, environ 7.500 personnes détenues par les autorités belges – toutes catégories confondues – finiront leur voyage dans les camps du Sud-Ouest. La plupart des autres ont probablement été rattrapées par l’avancée allemande avant d’arriver à destination. Ni la signature de l’armistice entre la France et l’Allemagne, ni la capitulation belge, n’ont signifié leur relaxe. Seuls les détenus des camps d’internement pour étrangers illégaux restent sous surveillance belge, bien que dans des prisons françaises. Replié lui aussi en France, le gouvernement Pierlot ne dispose plus, au lendemain de la capitulation de l’armée belge, que de fort peu de moyens. Il ne commence à être informé du sort des personnes évacuées que quelques jours avant l’armistice franco-allemand. Pour le gouvernement belge, la signature de ce dernier justifie de mettre fin à la détention des personnes arrêtées, si bien qu’il entreprend quelques démarches auprès des autorités françaises pour obtenir la libération des internés, belges comme étrangers. Malheureusement, en cet été 1940, le gouvernement belge a perdu toute légitimité, tandis que son homologue français travaille à s’en forger une nouvelle, fondée sur une idéologie nationaliste, xénophobe et antisémite.

  • 20 Sur l’intérêt particulier porté par l’Abwehr sur ces détenus, voir Etienne Verhoeyen, « De Abwehr e (...)

27De leur côté, les autorités allemandes obtiennent la libération de leurs ressor­tissants « aryens ». De nombreux Belges sont également libérés et renvoyés dans leurs foyers,20 mais les Juifs, interdits de retour par l’Allemagne et indésirables pour la France, sont maintenus en détention. Au moins 4.400 d’entre eux sont internés à Saint-Cyprien, puis à Gurs et dans d’autres camps. La plupart vont endurer pendant deux ans les conditions de vie épouvantables des camps français, avant d’être transférés à Drancy par le régime de Vichy. Persécutés par l’Allemagne, arrêtés par la Belgique, maintenus en détention par la France, ces internés constitueront une part importante des 5.835 Juifs de Belgique transférés de Drancy à Auschwitz. Ils y seront exterminés après avoir successivement connu pendant près de dix ans la persécution, l’exil, l’internement et la déportation.

Conclusion

28L’invasion allemande, qui le 10 mai 1940 précipite la Belgique dans la Seconde Guerre mondiale, déclenche une impressionnante vague d’arrestations sur la quasi-totalité du territoire. En quelques jours, plus d’une dizaine de milliers de personnes sont internées et, bientôt, évacuées vers la France. Cette massive opération de sécurisation du territoire national contre ses « ennemis de l’intérieur » n’a pas été décidée du jour au lendemain. Elle résulte à la fois d’une évolution des mentalités, sous l’emprise de la peur avivée par les prémices de la guerre, et d’une préparation effective beaucoup plus courte, pour ne pas dire beaucoup trop courte. Dans le contexte chambardé du Blitzkrieg, il n’aura fallu que quelques jours pour que la Belgique, impuissante à arrêter la menace extérieure, ne soit plus non plus en mesure d’assumer son ambitieuse politique d’internement de ses « ennemis de l’intérieur ». Celle-ci s’avèrera finalement disproportionnée, mal ciblée, insuffisamment préparée, et sans doute pratiquement inutile.

  • 21 Cette exploitation donnera lieu à toute une littérature, comme par exemple Léon Degrelle, La guerre (...)

29Les conséquences de cette politique prendront souvent une tournure dramatique, sans que la sécurité de l’État n’y ait rien gagné au change, bien au contraire. Sous l’occupation, l’épisode des arrestations de mai 1940 sera exploité par les mouvements nationalistes flamands et par les tenants de la collaboration avec l’Allemagne.21 Ils se saisiront de l’expérience terrible vécue par une partie des leurs dans les « trains fantômes » pour accabler la politique « criminelle » du gouvernement Pierlot, dans l’espoir d’asseoir du même coup leur propre légitimité. Si une telle exploitation politique pouvait éventuellement être envisagée, il était par contre impossible aux autorités belges d’imaginer que par une suite de circonstances liées aux opérations militaires, puis aux choix politiques français et allemands, plusieurs milliers d’internés allaient être pris dans un engrenage carcéral, qui les mènerait finalement à la mort dans les camps d’extermination.

30De nombreux aspects de cette dramatique épopée restent encore à éclaircir. La manière dont les arrestations ont été conduites dans de nombreuses localités, de même que les circonstances entourant la plupart des évacuations restent encore obscures. De même, une analyse approfondie des conséquences de ces événements reste encore à faire. Gageons que les recherches actuellement menées par l’historien belge Frank Seberechts permettront d’ici quelques années de porter un regard renouvelé sur les arrestations de mai 1940.

Notes

1 D’une manière générale et sauf mention contraire, nous renvoyons pour de plus amples informations et références concernant la préparation et l’application de ces mesures (particulièrement vis-à-vis des réfugiés juifs) à Emmanuel Debruyne, « Réfugiés et étrangers dans un pays sur pied de guerre (septembre 1939–mai 1940 » et « Les arrestations de mai 1940 et leurs suites », in Rudi Van Doorslaer (éd.), Emmanuel Debruyne, Frank Seberechts, Nico Wouters, La Belgique docile. Les autorités belges et la persécution des Juifs en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale, vol. 1, Bruxelles, Luc Pire, 2007, p. 119-175 et 177-263.

2 C’est par exemple le cas dans Camille Joset, La marche au poteau, Paris, Bruxelles, Courtrai, Éditions Jos Vermau, 1930, p. 7-8.

3 Sur cette affaire, voir Marc Dormal, L’affaire Dombret au travers des périodiques d’information, Liège, 2008-2009, mémoire de master en Histoire, ULg, sous la dir. de Francis Balace.

4 Note de Robert de Foy, s.l., 29 septembre 1939, Archives générales du Royaume (ci-après AGR), Archives de la Police des Étrangers, n° 913.

5 Comité de Sécurité. Procès-verbal de la réunion tenue au Cabinet du Premier ministre le vendredi 21 novembre 1939 à 14 h 30. Conclusions, par A.Van Campenhout, s.l.n.d., Archives du Ministère belge des Affaires étrangères, dossier 11.457.

6 Lettre de Robert de Foy à Hubert Pierlot, Bruxelles, 29 novembre 1939, AGR, n° 740.

7 En septembre 1939, le Home Office a classé 62.000 ressortissants étrangers en trois catégories, selon le danger qu’ils représentent. Seule la catégorie A, soit 486 individus jugés dangereux, fit immédiatement l’objet d’une mesure d’internement. La situation changea pourtant aussi radicalement en Grande-Bretagne à partir d’avril 1940 quand des milliers de ressortissants allemands, autrichiens et italiens furent internés (en grande partie sur l’île de Man). Voire Denis Peschanski, La France des camps. L’internement. 1938–1946, Paris, Gallimard, 2002, p. 75-76.

8 Lettre du Lieutenant Général Van den Bergen, chef d’État-Major Général à « M. le Ministre », Bruxelles, 7 décembre 1939 (AGR, Archives de la Police des Étrangers, n° 781).

9 Lettre d’Eugène Soudan à Hubert Pierlot, Bruxelles, 11 décembre 1939, AGR, n° 781.

10 Lettre de Léopold iii à Hubert Pierlot, 23.1.1940, Archives du Palais royal, Archives du Secrétaire du roi Léopold III (Robert Capelle) 1934-1944, dossier Ay.

11 Jules Gérard-Libois, José Gotovitch, L’An 40, Bruxelles, CRISP, 1971, p. 75.

12 Procès-verbal du Comité de coordination du 16 avril 1940, s.l.n.d., Archives de l’État à Beveren, Parket-Generaal bij het Hof van Beroep te Gent, 7.

13 Procès-verbal du conseil des ministres du 8 mai 1940, par Pierre d’Ydewalle, s.l.n.d., AGR, PV du conseil des ministres.

14 Ressortissants ennemis, par le général-major Derousseaux, au GQG, 9 mai 1940, SGRS. Section archives, GQG (1939–1940), série Deuxième section, dossier VI.

15 Télégramme de Robert de Foy au commissaire de police d’Auderghem, 10.5.1940, Archives de l’Université libre de Bruxelles, 180 PP, Archives Ganshof van der Meersch, 080.009.

16 Francis Balace, « Parachutite, espionite… et pagaille », in Jours de Guerre 2 (1990), p. 83-93.

17 Voir à ce sujet Carlos Vlaemynck, Dossier Abbeville, Leuven, Davidsfonds, 1977 ; et plus récemment Tim Trachet, Het drama van Abbeville, Antwerpen, Amsterdam, Houtekiet, 2009. En français, on se réfèrera à Dirk Martin, « Abbeville, 20 mai 1940 : la bavure », in Jours de Guerre 3 (1991), p. 69-79.

18 Concernant les camps français, nous renvoyons à D. Peschanski, La France des camps, op. cit.. Voir aussi Monique-Lise Cohen, Eric Malo (éd.), Les camps du sud-ouest de la France (1939-1944). Exclusion, internement et déportation, Toulouse, Privat, 1994. On trouvera aussi quelques réflexions intéressantes sur les camps français au XXe siècle, in Marc Bernardot, « Le pays aux mille et un camps. Approche socio-historique des espaces d’internement en France au XXsiècle », in Les Cahiers du CERIEM 10/12 (2002), p. 57-76. Concernant les internés provenant de Belgique, voir Sabine Meunier, Les Juifs de Belgique dans les Camps du Sud-Ouest de la France, Bruxelles, 1999 (mémoire de licence en Histoire, ULB, dir. José Gotovitch) ; et Marcel Bervoets-Tragholz, La liste de Saint-Cyprien. L’odyssée de plusieurs milliers de juifs expulsés le 10 mai 1940 par les autorités belges vers des camps d’internement du sud de la France, antichambre des camps d’extermination, Bruxelles, Alice Éditions, 2006.

19 Archives de l’État à Liège, CPE Marneffe, n° 87-93 et 115.

20 Sur l’intérêt particulier porté par l’Abwehr sur ces détenus, voir Etienne Verhoeyen, « De Abwehr en de verdachten van mei 1940 », in WT. Wetenschappelijke tijdingen op het gebied van de geschiedenis van de Vlaamse beweging LXVIII (2009), p. 302-316.

21 Cette exploitation donnera lieu à toute une littérature, comme par exemple Léon Degrelle, La guerre en prison, Bruxelles, Ignis, 1941.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search