Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

I. Faire la guerre

L’échec de la politique néerlandaise de neutralité armée (septembre 1939-mai 1940)

Tobias van Gent

Texte intégral

  • 1 Leo. J. Jordaan, Nachtmerrie over Nederland, Amsterdam, De Groene Amsterdammer, 1945 ; voir égaleme (...)

1Immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, un livre sur les années d’occupation allemande a été publié aux Pays-Bas. Il s’intitulait « Nachtmerrie over Nederland » (Cauchemar aux Pays-Bas).1 Les dessins humoristiques qu’il contenait étaient signés par le célèbre artiste néerlandais Leo Jordaans (1885-1980). Le livre s’ouvre sur une esquisse qui révèle le sentiment public face à l’invasion allemande des Pays-Bas le 10 mai 1940.

2Elle représente un soldat allemand, armé jusqu’aux dents, qui pénètre dans le pays par la porte de derrière, tel un voleur, dans la nuit. L’attaque allemande était semble-t-il totalement inattendue et les Néerlandais, « innocents », sont tombés aux mains des troupes allemandes, écrasés par leur puissance militaire. L’invasion allemande a donc été un véritable raz-de-marée pour la majorité des Néerlandais qui pensaient dur comme fer que leur pays pouvait rester neutre comme lors de la Première Guerre mondiale. La question centrale de cet article consiste à déterminer si cette image est un juste aperçu des événements survenus en mai 1940.

3Les premiers plans allemands d’invasion des Pays-Bas avaient déjà été élaborés bien avant. En 1905, le Commandant de l’état-major général allemand, le général von Schlieffen, avait élaboré son plan offensif tristement célèbre contre la France. Au lieu d’une attaque directe du grand rival de l’Allemagne, la France devait être attaquée en passant par les Pays-Bas. D’après le général d’armée von Schlieffen, on pouvait négocier avec les Pays-Bas la progression sans entrave de la 1re Armée allemande sur son aile droite via la province néerlandaise de Limbourg.

1. Als een dief in de nacht… (10 mei 1940)

1. Als een dief in de nacht… (10 mei 1940)

Comme un voleur dans la nuit

Cartoon par Leo Jordaans

4Son successeur, le général d’armée Helmuth von Moltke, modifia ce plan en 1908. Il pensait que les Néerlandais n’accepteraient pas la violation de l’intégrité de leur souveraineté. Conquérir l’ensemble du pays aurait nécessité trop de troupes allemandes. De plus, von Moltke indiquait que la neutralité des Pays-Bas présenterait également un intérêt économique pour l’Allemagne.

  • 2 Terence Zuber, « Der Mythos vom Schlieffenplan », in Hans Ehlert, Michael Epkenhaus, Peter G. Groß (...)

5En 1914, la progression allemande, conformément au plan de von Schlieffen, fut entravée par les Alliés au niveau de la Marne. D’après la plupart des observateurs, l’attaque échoua parce que von Moltke avait modifié le plan en n’appliquant pas l’idée d’une progression par la province néerlandaise de Limbourg. Sur leur aile droite, cruciale pour leur offensive, les Allemands disposaient donc d’un moindre champ de manœuvre et n’ont pas pu ensuite progresser assez rapidement.2

  • 3 Helmuth von Moltke, Erinnerungen, Briefe, Dokumente, 1877-1916, Stuttgart, Der kommende Tag Verlag, (...)

6Les Néerlandais étaient conscients qu’ils l’avaient échappée belle lors de la Première Guerre mondiale. Le plan d’origine de von Schlieffen avait en effet été révélé lorsque les mémoires posthumes de von Moltke furent publiées après la guerre. En 1923, deux articles parurent dans des magazines militaires néerlandais sur l’importance stratégique du Limbourg, rédigés sous le pseudonyme de major Ronduit (major Blunt). Son vrai nom était Jan Joseph Godfried van Voorst tot Voorst. En 1940, il commandait l’armée de campagne néerlandaise (veldleger).3

7Durant l’entre-deux-guerres, d’importants développements militaires eurent lieu et contribuèrent à rendre la position des Pays-Bas vulnérable. Français et Belges construirent de nouvelles fortifications au niveau de la frontière avec l’Allemagne. La construction de la ligne Maginot et du fort d’Ében-Émael renforça les risques que, lors d’une prochaine guerre, l’Allemagne attaque la France en progressant par la province néerlandaise de Limbourg.

8Les Néerlandais pouvaient craindre d’autres développements militaires. Dans les années 1930, les observateurs militaires néerlandais avaient averti de la menace d’une attaque surprise de leur pays au moyen d’unités mécanisées. De plus, le développement de l’aviation avait entraîné l’augmentation considérable de la valeur stratégique des terrains d’aviation néerlandais, en particulier dans le cadre d’une éventuelle guerre aérienne entre l’Angleterre et l’Allemagne. Du fait de ces améliorations en matière de technologie militaire, il était assez improbable que, dans le cas d’une nouvelle grande guerre européenne, la neutralité néerlandaise soit respectée par ses voisins.

  • 4 General Reijnders to the Minister of Defense Deckers, 02/1935 et 21/02/1935, Achives nationales (NA (...)

9L’élite militaire néerlandaise démontra une nouvelle fois son caractère vision­naire. En février 1935, le chef de l’état-major néerlandais, le lieutenant-général Reijnders, analysa la position stratégique des Pays-Bas dans un environnement international en pleine évolution, dans un rapport au gouvernement néerlandais. Selon son rapport, ce n’était pas la question de la probabilité d’une nouvelle guerre européenne qui se posait, mais celle du moment où elle éclaterait. D’après lui, il était peu probable que les Pays-Bas puissent ne pas s’impliquer dans cette guerre. En réponse à cette menace, il exigeait un renforcement radical et immédiat des forces armées néerlandaises. Une armée solide s’avérait nécessaire pour décourager un éventuel agresseur.4

  • 5 Reijnders, 5, 04/02/1937, NA, 2.13.70, 1107 ; Tobias van Gent, Het falen van de Nederlandse gewapen (...)

10Les forces armées néerlandaises étaient, à l’époque, assez médiocres. L’effectif annuel comprenait moins de 20.000 hommes qui n’avaient servi qu’à peine cinq mois et demi. Il était même possible d’effectuer son service militaire en trois mois avec des week-ends complémentaires. L’armée manquait également d’équipements modernes, car depuis la Première Guerre mondiale presque aucunes armes nouvelles n’avaient été acquises. Les seuls canons anti-aériens étaient par exemple des pièces d’artillerie de campagne transformées. Reijnders suggéra par conséquent d’augmenter le nombre d’appelés et la durée de leur service. Outre cette proposition, il proposa un programme d’urgence visant à moderniser les forces armées en achetant entre autres 2 400 canons et fusils anti-char, 300 canons anti-aériens et 65 chars. Les forces aériennes néerlandaises devaient être renforcées avec 144 avions de chasse modernes et 48 bombardiers.5

  • 6 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 243-260, 353-359 ; Rob de Bruin, et.  (...)

11Malheureusement pour les Néerlandais, l’effort de modernisation de leurs forces armées fut un échec. Il est assez intéressant de souligner que cet échec ne fut pas dû à un manque de financement. Entre 1937 et 1940, la défense néerlandaise sous-utilisait ses fonds. L’argent disponible pour acheter de nouvelles armes ne pouvait pas être dépensé. Le problème ? Les Pays-Bas ne possédaient presque pas d’industrie dédiée à la fabrication des armes et le marché international des armes était surchargé. Par ailleurs, le programme d’urgence souffrit également de la bureaucratie. Les Néerlandais testèrent par exemple trois nouveaux obusiers pendant plus d’un an, avant d’arriver finalement à la conclusion que les canons Bofors étaient les meilleurs. Il fallut encore presque dix mois pour commander 120 canons à la société allemande Krupp ! Ces canons furent payés, mais jamais livrés. Les Néerlandais mirent également en place des réglementations très exigeantes pour les nouveaux systèmes d’armes. En 1937, le Hawker Hurricane fut refusé car il ne respectait pas les normes néerlandaises. Les exigences néerlandaises à respecter pour la fabrication d’un nouvel avion de chasse étaient, en réalité, tellement élevées que même le Spitfire ne pouvait pas les satisfaire.6

12En réponse à la tension croissante en Europe à la fin du mois d’août 1939, les Néerlandais mobilisèrent leurs forces armées composées de presque 300.000 hommes. Même s’il s’agissait de la plus grande armée néerlandaise jamais rassemblée, elle était toujours relativement réduite par rapport à celles des autres pays européens. L’armée belge était presque deux fois plus nombreuse bien que la population de la Belgique ait été bien moindre que celle des Pays-Bas. Les Néerlandais n’avaient participé à aucune guerre européenne depuis plus d’un siècle. Les forces armées néerlandaises manquaient largement de professionnalisme, de troupes bien formées et expérimentées et d’armement moderne tel que des chars, des canons anti-char et anti-aériens. À la suite de l’échec du réarmement, l’armée néerlandaise était encore équipée et commandée comme une armée de la Première Guerre mondiale. Les observateurs étrangers étaient bien trop conscients de la faiblesse des forces néerlandaises. Seules les lignes de défense militaires néerlandaises, zones situées devant les positions défensives, inondées (Hollandsche Waterlinie), faisaient impression. En février 1940, le service de renseignement militaire américain rapporta ce qui suit :

  • 7 Margruder, « German capabilities of an attack against the Low Countries », 21/02/1940, Archives nat (...)

« L’armée néerlandaise fait partie des armées européennes les plus faibles en Europe. Les officiers gradés sont vieux, peu intéressés par leur profession et n’ont aucune expérience de la guerre. Le matériel des forces aériennes, l’artillerie anti-aérienne, l’artillerie et les unités anti-char ne sont pas assez nombreux et leur niveau de qualité est trop faible. Les hommes enrôlés n’ont que faire de leur service militaire et ne présentent que peu de compétences en tant que soldats... Cependant, sans les lignes de défense militaires, l’armée allemande aurait pu occuper toute la Hollande, à l’exception de la province de Zélande, en 96 heures à peine. Les lignes de défense militaires, malgré la médiocrité de l’armée néerlandaise, ont rendu cette opération militaire onéreuse et peut-être incertaine ».7

13L’armée relativement réduite, mal formée et mal équipée imposait de nombreuses contraintes sur la politique de défense néerlandaise. Le haut commandement néerlandais n’était capable que de défendre une petite partie du pays en défense statique derrière des positions bien préparées. L’armée était totalement dépassée par les méthodes de guerre modernes telles que la défense mobile, les contre-attaques ou tout autre type d’opérations de manœuvre. Le fait que les « forces d’élite » néerlandaises aient été des régiments à vélo le prouve de toute évidence.

2. Défilé d’un bataillon de soldats néerlandais à vélo, 1939-1940

2. Défilé d’un bataillon de soldats néerlandais à vélo, 1939-1940
  • 8 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 374 ; Hermannus Amersfoort, « De onge (...)

14Les Pays-Bas se reposaient une fois de plus sur ses anciennes mais célèbres lignes de défense militaires reposant sur le principe de la maîtrise de l’eau (Hollandsche Waterlinie). Ce système de défense avait déjà été créé au XVIIe siècle en utilisant de l’eau pour inonder certaines des grandes zones du pays qui se trouvaient en dessous du niveau de la mer. La principale stratégie militaire des Néerlandais consistait à installer confortablement le noyau de leur armée à l’intérieur de la forteresse que représentait la Hollande. Ils se plaçaient derrière des lignes de défense inondées censées être impénétrables pour les chars et autres forces armées. Le seul char que les Néerlandais possédaient était utilisé dans un film de propagande qui avait pour objectif de prouver que les véhicules blindés ne pouvaient pas franchir ces lignes de défense militaires inondées. À l’intérieur de la forteresse hollandaise, le noyau des forces armées néerlandaises attendrait l’arrivée des forces alliées de soutien. L’initiative revenait à l’ennemi alors que les Alliés devraient prendre en charge l’action principale. La grande faiblesse de la politique de défense néerlandaise du 10 mai 1940 était la suivante : d’un point de vue opérationnel, elle n’était pas concernée par les plans militaires des Alliés, mais parallèlement elle était totalement dépendante de leur soutien d’un point de vue stratégique.8

3. Le seul char néerlandais (Renault FT-17) en manœuvre au niveau des lignes de défense néerlandaises inondée (Waterlinie)

3. Le seul char néerlandais (Renault FT-17) en manœuvre au niveau des lignes de défense néerlandaises inondée (Waterlinie)

hiver 1939-1940

15Il est cependant important de garder à l’esprit qu’au début de la guerre en septembre 1939, les Allemands n’étaient ni préparés à la guerre sur le front occidental, ni à une invasion des Pays-Bas. Ce n’est que début octobre qu’Hitler ordonna à l’état-major allemand de mettre au point un plan d’attaque de l’Europe occidentale. Dans ces plans, la position des Pays-Bas était radicalement modifiée. Dans la seconde version du Plan jaune (Fall Gelb), fin octobre 1939, par exemple, l’une des deux principales zones d’attaque passait par la province de Limbourg. Le reste des Pays-Bas n’aurait été cependant pas occupé. Hitler affirma, comme von Schlieffen l’avait fait en 1905, qu’une progression par la province de Limbourg pouvait être négociée avec le gouvernement néerlandais. Le chef d’État allemand ne décida que fin janvier 1940 que l’ensemble du territoire néerlandais devait être conquis. De nombreux éléments indiquent que, début 1940, l’intérêt d’Hitler pour l’opération contre les Pays-Bas grandissait. L’importance accordée à l’occupation des Pays-Bas avait clairement augmenté dans les mois qui suivirent la mobilisation des forces néerlandaises en septembre 1939. Le nombre d’unités attribuées à cette opération augmenta par conséquent considérablement. Général Fedor von Bock, commandant du groupe d’armée B (Heeresgruppe B), écrit dans son journal du 23 janvier 1940 :

  • 9 Klaus Gerbet, David Jonston (éds.), Generalfeldmarschalk Fedor von Bock. The war diary 1939-1935, A (...)

« Quand le groupe d’armée a proposé de conquérir la Hollande avec deux divisions de réserve et une brigade de cavalerie, le commandement de l’armée a jugé que ce déploiement était démesuré. À présent trois divisions, une division motorisée, une division cuirassée, une division de cavalerie et une division aéroportée, soit sept divisions en tout, doivent attaquer ! Pourtant, avec des objectifs étendus car entre-temps même ceux “en haut” ont réalisé que nous ne pouvons pas rester assis devant la forteresse hollandaise, si nous voulons empêcher l’ennemie d’y placer son aviations. »9

  • 10 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit.,108-122, p. 359.

16Le haut commandement allemand ne s’attendait cependant pas à beaucoup de résistance de la part de l’armée néerlandaise. Hitler déclara en mars 1940 à von Bock que la défense des Pays-Bas n’était que très médiocre. En réalité, il pensait que les Néerlandais étaient tellement faibles qu’ils ne seraient pas capables de résister à la pression des Alliés qui les incitaient à abandonner leur politique de neutralité. Contrairement à 1914, en 1939-1940 la direction allemande doutait de la sincérité de la politique étrangère néerlandaise ainsi que de la puissance des défenses néerlandaises. D’après Hitler, tôt ou tard, les Pays-Bas succomberaient à la pression militaire, diplomatique et économique des Alliés et abandonneraient ce qu’il considérait comme une simple neutralité « opportuniste ». Le risque d’une attaque alliée depuis le flanc néerlandais sur la région de la Ruhr, même pour un audacieux tel qu’Hitler, paraissait trop dangereux.10

  • 11 J. G. de Beus, De geheime informant. Berlijn 1939-10 mei 1940, Rotterdam, Donker, 1984 ; Bert Tigch (...)

17Que savaient les Néerlandais sur les préparatifs allemands de l’invasion des Pays-Bas ? Contrairement à la majorité des Néerlandais qui pensaient que la neutralité de leur pays serait préservée, le gouvernement et le haut commandement militaire néerlandais étaient très bien informés du plan d’attaque allemand. Ces informations provenaient d’une source unique de renseignements. L’attaché militaire néerlandais à Berlin, le major Sas, était en contact direct avec le cercle restreint de l’état-major général allemand. Son ami le colonel Hans Oster du service du renseignement militaire allemand (Abwehr), le tenait informé des intentions allemandes quant à l’invasion des Pays-Bas. Fréquemment, Sas est présenté comme une sorte de Cassandre. Comme pour la princesse de Troie, on peut supposer que ses avertissements furent négligés par le gouvernement néerlandais.11

  • 12 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 270-346.

18En réalité, les dirigeants néerlandais reçurent également, d’autres sources, des signaux indiquant des risques d’invasion allemande. L’attaché militaire néerlandais à Paris, par exemple, entretenait de très bonnes relations avec les renseignements militaires français. Des diplomates de Belgique, des États-Unis et du Royaume-Uni tenaient également informés les Néerlandais. Des documents issus des archives internationales et diplomatiques indiquent que, pendant la mobilisation, plus de contacts secrets avaient lieu entre les commandants néerlandais et les Alliés, ainsi qu’avec les autres pays neutres, la Belgique et les États-Unis que jusqu’à présent a été présumé. Ils concernaient principalement l’échange d’informations confidentielles sur la menace allemande et la coordination des défenses néerlandaises avec la Belgique et les Alliés, mais ils hypothéquaient la politique néerlandaise de maintien d’une neutralité stricte. Les Allemands soupçonnaient fortement une possible coopération entre les Pays-Bas et la Belgique avec la France et le Royaume-Uni.12

19Pendant la Drôle de Guerre, à chaque fois que le gouvernement néerlandais recevait des informations sur la menace d’une invasion allemande, des mesures diplomatiques et militaires étaient immédiatement prises. Les dirigeants néerlandais ne voulaient pas prendre le risque de ne pas répondre aux nombreux avertissements. À chaque alerte d’invasion, les troupes néerlandaises furent placées en état d’alerte élevé et les alliés potentiels en furent informés. Peu de temps avant l’invasion allemande du 10 mai, les Néerlandais furent préalablement avertis. Von Bock, étonné, rédigea dans son journal du 7 mai :

  • 13 K. Gerbet, Von Bock. The war diary, op. cit., p. 133.

« D’après certains indices, le jour J est proche. Nous ne sommes pas autorisés à envoyer d’autres unités aux camps d’entraînement. Les unités de campagne ne sont pas conscientes de la tension grandissante. Cependant, les Néerlandais ont soudainement annulé tous les congés accordés. D’où viennent leurs sources d’information ? »13

  • 14 Ministre des Affaires étrangères Halifax au président des États-Unis Roosevelt, 25/01/1939, Message (...)

20Les Néerlandais étaient également bien informés à propos de la décision des Alliés d’envoyer des forces de secours vers leur pays. Le plan du commandant en chef français, le général Maurice Gamelin, visant à faire progresser sa 7e armée vers les Pays-Bas immédiatement après une invasion allemande, ne fut également préparé qu’au cours de la Drôle de Guerre. Le gouvernement britannique avait plus particulièrement insisté sur le fait d’entreprendre une opération militaire pour aider les Néerlandais. En janvier 1939, ils avaient déjà informé Français, Belges et Américains qu’ils considéreraient une occupation allemande des Pays-Bas comme un casus belli, une menace directe à l’encontre de l’intérêt vital de leur pays et comme un motif valable pour déclarer immédiatement la guerre à l’Allemagne.14 En réalité, cela a joué un rôle important dans la décision britannique de discuter avec la France, au printemps 1939, de la possibilité de ne pas s’engager militairement sur le continent européen.

  • 15 Maurice Gamelin, Servir, Tome 1 : Les armées françaises de 1940, Paris, Plon, 1946, p. 81-109.
  • 16 François Bédarida, La stratégie secrète de la drôle de guerre. Le conseil suprême interallié, septe (...)

21En octobre 1939, les Alliés acceptèrent d’envoyer les troupes françaises vers la province néerlandaise de Zélande afin de maintenir la navigation vers l’important port d’Anvers ouverte. En mars 1940, le général Gamelin ordonna une opération bien plus ambitieuse. Les unités motorisées de la 7e armée française devaient même progresser jusqu’à Breda et Tilburg, dans la province néerlandaise de Noord-Brabant. Une forte opposition émana du haut commandement allié contre cette progression audacieuse, mais le général Gamelin souhaitait sécuriser sa relation avec les principales forces néerlandaises à l’intérieur de la forteresse hollandaise. Pour des raisons politiques et morales, la France ne voulait pas abandonner les Pays-Bas.15 Fin avril 1940, les gouvernements français et britannique décidèrent au Conseil suprême interallié que si la Belgique refusait l’avancée sur son territoire des forces de secours vers les Pays-Bas, ils iraient jusqu’à briser la neutralité de la Belgique.16 Compte tenu de ce qui précède, il était fort probable que l’Allemagne attaque simultanément la Belgique et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

  • 17 Hermanus Amersfoort, P. Kamphuis (éd.), Mai 1940. The battle for the Netherlands, Leiden, SDU uitge (...)
  • 18 F. J. Molenaar, De Luchtverdediging mei 1940, Den Haag, Staatsdrukkerij-en Uitgeverijbedrijf, 1970  (...)

22Comment l’invasion allemande des Pays-Bas a-t-elle été opérée en mai 1940 ?17 Sur un autre dessin humoristique du livre mentionné dans l’introduction, Leo Jordaans représente les forces armées allemandes comme un robot, une machine de guerre terrible qui broie les défenses néerlandaises. Cette image n’est clairement pas appropriée. En réalité, les Néerlandais disposaient, sur le papier, d’un avantage militaire évident. Leurs forces armées comptaient presque 300.000 hommes et elles étaient soutenues par la 7e armée française d’environ 50.000 soldats. La 18e armée allemande, affectée à la conquête des Pays-Bas dès que possible, ne comptait qu’environ 180.000 hommes, la plupart appartenant aux divisions d’infanterie de réserve, presque sans aucun transport motorisé ni armement moderne. Les Allemands bénéficiaient cependant d’une supériorité absolue en matière de combat aérien.18

4. De Robot

4. De Robot

Le robot

Cartoon par Leo Jordaans

  • 19 H. Amersfoort, P. Kamphuis (éds.), idem., p. 146, 347; Louis de Jong, Het Koninkrijk der Nederlande (...)

23Le plan d’attaque allemand des Pays-Bas peut, jusqu’à un certain point, être envisagé comme une version condensée du plan « Coup de Faucille » (Sichelschnitt) de von Manstein, version finale du Fall Gelb. L’offensive fut lancée par la seule unité blindée de la 18e Armée, la 9e division cuirassée, qui progressa par le centre des Pays-Bas. Son principal objectif consistait à envoyer les parachutistes de deux divisions aéroportées qui atterriraient à l’intérieur de la forteresse néerlandaise pour occuper des ponts et des aérodromes stratégiques le premier jour de l’attaque. Cette opération avait été spécialement conçue pour vaincre les lignes de défense militaires néerlandaises, la célèbre Waterlinie, et forcer les Néerlandais à se rendre aussi rapidement que possible. Cette opération aérienne risquée n’a pas été un succès sur toute la ligne. Les défenseurs néerlandais ont réussi à reconquérir les aérodromes autour de Den Haag, mais les premiers chars de la 9e division cuirassée ont réussi à atteindre Moerdijkbridge, au sud de Dordrecht, dans la soirée du 12 mai. D’un point de vue stratégique, avec cette pénétration de la forteresse hollandaise, la bataille était alors déjà perdue pour les Néerlandais. Le pont Moerdijk n’a pas été détruit aux explosifs, car les Néerlandais pensaient qu’il était sécurisé, compte tenu de son emplacement éloigné de la frontière et parce que le haut commandement néerlandais voulait l’utiliser pour permettre aux troupes néerlandaises de battre en retraite à l’intérieur de la forteresse.19

  • 20 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 334-338, 362-374.

24La progression de la 9e division cuirassée allemande ne fut pas beaucoup entravée par les Néerlandais. Après l’annonce de l’invasion allemande, le commandant en chef néerlandais, le général Winkelman, retira la plupart de ses forces du sud des Pays-Bas vers la forteresse néerlandaise, bien qu’il ait su que la province de Noord-Brabant serait non seulement la cible du principal assaut allemand, mais également l’objectif des forces de secours françaises.20

25Les Alliés répondirent dans un premier temps rapidement à l’attaque allemande des Pays-Bas. Contrairement aux prévisions des opposants du général Gamelin, la 7armée française réussit bien à atteindre Breda et Tilbourg 24 heures après le début de l’invasion allemande. L’avant-garde des deux divisions, destinée à la province de Zélande, fut expédiée par bateau. La division blindée française de Brabant (1re DLM) ne participa pourtant presque pas au combat et n’essaya pas sérieusement d’arrêter la progression de la 9e division cuirassée allemande. La réussite allemande sur d’autres fronts obligea les Français à abandonner rapidement le Noord-Brabant.

5. Invasion allemande des Pays-Bas, 10-15 mai 1940.

5. Invasion allemande des Pays-Bas, 10-15 mai 1940.
  • 21 Pour plus de détails voir H. Amersfoort, P. Kamphuis (éds.), Mai 1940, op. cit., p. 382-392 ; http: (...)

26Même s’il ne faisait aucun doute que les Allemands gagnaient, leur haut commandement se montra impatient. La progression vers Den Haag, capitale politique des Pays-Bas, fut arrêtée à Rotterdam. Les Allemands décidèrent ensuite de bombarder la ville portuaire néerlandaise. Ce bombardement tristement célèbre de Rotterdam le 14 mai causa la mort de plus de 800 civils et la destruction de plus de 24.000 habitations et autres bâtiments.21 Après une telle terreur, le haut commandement néerlandais ne vit pas d’autre option que de se rendre, à l’exception de la Zélande. Dans cette partie du pays, des forces françaises étaient encore présentes et Winkelman n’avait aucune autorité sur elles. Les Allemands avaient mis cinq jours à occuper les Pays-Bas, exactement le temps prévu lors de leurs préparatifs de guerre.

27Les Néerlandais furent surpris, voire abasourdis, non parce qu’ils pensaient pouvoir gagner mais parce qu’ils avaient pensé résister à une invasion pendant des semaines, peut-être même des mois. La désillusion due à cette défaite éclair donna naissance au mythe de la supériorité des forces allemandes qui procédèrent à une invasion totale et imprévue.

Conclusion

  • 22 Telegraaf, 9 mai 1940.

28Le 9 mai 1940, la veille de l’invasion allemande, un dessin humoristique fut publié dans le « Telegraaf », le plus grand journal néerlandais. Il représente le rassemblement de la tempête européenne, mais un Néerlandais confiant se trouve sur une île tranquille, derrière sa ligne de défense (Waterlinie), protégé par le mur épais de la Weermacht l’armée néerlandaise. « Les Pays-Bas peuvent être tranquilles car ils possèdent un paratonnerre très puissant ».22

29Mais ceci n’était qu’illusion. En réalité, la politique néerlandaise de neutralité armée avait perdu de sa crédibilité en raison de l’inadaptation de ses forces armées. Il était évident, en 1940, qu’elles étaient relativement plus faibles qu’en 1914. Par conséquent, les Pays-Bas en 1940 constituaient une victime de choix pour l’agresseur allemand et parallèlement un allié peu attractif pour la Belgique, le Royaume-Uni et la France.

  • 23 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 261-262, 351-360 ; R.L. Schuursma, Ve (...)

30Si l’on observe le premier dessin humoristique de Leo Jordaans, on peut conclure qu’il présente une image faussée des événements qui se sont déroulés aux Pays-Bas entre le 10 et le 14 mai 1940. Les Allemands n’attaquèrent pas avec une force écrasante. L’armée néerlandaise, plus nombreuse, n’obtint pas de bons résultats en défense contre les envahisseurs allemands, et combattit aussi mal que les armées belge ou française. Le secret de la réussite de l’armée allemande en 1940 tient au fait qu’elle était mieux adaptée aux méthodes de guerre modernes. L’Allemagne utilisa mieux ses équipements militaires d’un point de vue tactique et opérationnel. L’une des explications de la défaite éclair des Pays-Bas en mai 1940 est le manque de préparation mentale des soldats néerlandais pour la guerre.23 En effet, la majorité de la population néerlandaise croyait en la préservation de la neutralité de leur pays.

31L’élite militaire et politique néerlandaise disposait de meilleures connaissances, et était très consciente de la menace allemande. Pour elle, l’invasion allemande n’était pas une surprise. Mais que pouvait-elle faire ? Le gouvernement néerlandais avait très peu de marge de manœuvre d’un point de vue diplomatique, et se voyait contraint de maintenir la politique de neutralité comme le seul espoir si mince soit-il de se tenir à l’écart de la guerre.

6. « Les Pays-Bas peuvent être tranquilles car ils possèdent un paratonnerre très puissant »

6. « Les Pays-Bas peuvent être tranquilles car ils possèdent un paratonnerre très puissant »

Telegraaf, 9 mai 1940.

Notes

1 Leo. J. Jordaan, Nachtmerrie over Nederland, Amsterdam, De Groene Amsterdammer, 1945 ; voir également : Eelco N. van Kleffens, The rape of the Netherlands, Londres, Hodder & Stoughton, 1940.

2 Terence Zuber, « Der Mythos vom Schlieffenplan », in Hans Ehlert, Michael Epkenhaus, Peter G. Groß (éds.), Der Schlieffenplan. Analysen und Dokumente, Munich, Oldenbourg, 2007, p. 47 ; L. C. F. Turner, « The significance of the Schlieffenplan », in : Paul M. Kennedy (éd.), The war plans of the Great Powers, 1880-1914, Londres, Allen & Unwin, 1979, p. 212-213.

3 Helmuth von Moltke, Erinnerungen, Briefe, Dokumente, 1877-1916, Stuttgart, Der kommende Tag Verlag, 1922, p. 429-430 ; Ronduit, « De manœuvre om Limburg in 1914 », overdruk Militaire Spectator, 1919, p. 1-23 ; Ronduit, « Nogmaals de manœuvre om Limburg in 1914 », overdruk Artilleristisch Tijdschrift, 1920, p. 1-36.

4 General Reijnders to the Minister of Defense Deckers, 02/1935 et 21/02/1935, Achives nationales (NA) Den Haag, Archief Ministerie van Oorlog, 2.13.70, 32.

5 Reijnders, 5, 04/02/1937, NA, 2.13.70, 1107 ; Tobias van Gent, Het falen van de Nederlandse gewapende neutraliteit, september 1939-mei 1940, Amsterdam, Bataafsche Leeuw, 2009, p. 28-46.

6 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 243-260, 353-359 ; Rob de Bruin, et. al. (éds.), Illusies en incidenten. De militaire luchtvaart en de neutraliteitshandhaving tot 10 mei 1940, Den Haag, z.j. [1988], p. 37-38.

7 Margruder, « German capabilities of an attack against the Low Countries », 21/02/1940, Archives nationales américaines (Washington), Record Group 165, 2016-1297/70f.

8 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 374 ; Hermannus Amersfoort, « De ongelijke strijd. Een beschouwing over de oorzaken van de snelle nederlaag van Nederland in mei 1940 », in : J. P. B. Jonker, A.E. Kersten en G.N. van der Plaat (éds.), Vijftig jaar na de inval, Den Haag, 1990, p. 17-19.

9 Klaus Gerbet, David Jonston (éds.), Generalfeldmarschalk Fedor von Bock. The war diary 1939-1935, Atglen, Schiffer Publishing, 1996, p. 105 ; Hans A. Jacobsen, Fall Gelb. Der Kampf um den deutschen Operationsplan zur Westoffensive 1940, Wiesbaden, Franz Steiner, 1957.

10 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit.,108-122, p. 359.

11 J. G. de Beus, De geheime informant. Berlijn 1939-10 mei 1940, Rotterdam, Donker, 1984 ; Bert Tigchelaar, De gemiste kans. Staatsgreep tegen Hitler 1938. Officieren tussen moed en wanhoop, Zwolle, Waanders, 2004 ; H. L. Mason, « War comes to the Netherlands ; September 1939-May 1940 », in Political Science Quarterly 78 (1963), p. 548-580 ; Jean Vanwelkenhuyzen, Les avertissements qui venaient de Berlin 9 octobre 1939-10 mai 1940, Paris, Gembloux, Éditions Duculot, 1982.

12 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 270-346.

13 K. Gerbet, Von Bock. The war diary, op. cit., p. 133.

14 Ministre des Affaires étrangères Halifax au président des États-Unis Roosevelt, 25/01/1939, Message personnel et secret de Lord Halifax, 30/01/1939, Archives nationales américaines, Record Group 59, 740.00/555½ ; Cadogan, 17/01/1939, 19/01/1939, 23/01/1939, 25/01/1939, in : David Dilks (éd.), The diaries of Sir Alexander Cadogan 1938-1945, New York, Cassel, 1972, p. 139-144 ; T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 46-54.

15 Maurice Gamelin, Servir, Tome 1 : Les armées françaises de 1940, Paris, Plon, 1946, p. 81-109.

16 François Bédarida, La stratégie secrète de la drôle de guerre. Le conseil suprême interallié, septembre 1939-avril 1940, Paris, Presses de Sciences Po, 1979, p. 439-444 ; Brian Bond, France and Belgium 1939-1940, Londres, Brassey’s, 1975, p. 88 ; Ernest R. May, Strange victory. Hitler’s conquest of France, New York, I. B. Tauris, 2000, p. 376-377.

17 Hermanus Amersfoort, P. Kamphuis (éd.), Mai 1940. The battle for the Netherlands, Leiden, SDU uitgeverij, 2010 ; Pieter L. G. Doorman, Military operations in the Netherlands form 10th-17th May, 1940, Londres, Netherlands Government Information Bureau, 1944.

18 F. J. Molenaar, De Luchtverdediging mei 1940, Den Haag, Staatsdrukkerij-en Uitgeverijbedrijf, 1970 ; H. Amersfoort, P. Kamphuis (éds.), Mai 1940, op. cit., p. 87-88, 136-137.

19 H. Amersfoort, P. Kamphuis (éds.), idem., p. 146, 347; Louis de Jong, Het Koninkrijk der Nederlanden in de Tweede Wereldoorlog : Deel 2 Neutraal, Den Haag, Staatsdrukkerij- en Uitgeverijbedrijf, 1969, p. 248, 398-399 ; http://www.waroverholland.nl/index.php?page=moerdijk.

20 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 334-338, 362-374.

21 Pour plus de détails voir H. Amersfoort, P. Kamphuis (éds.), Mai 1940, op. cit., p. 382-392 ; http://www.waroverholland.nl/index.php?page=rotterdam-4.

22 Telegraaf, 9 mai 1940.

23 T. van Gent, Nederlandse gewapende neutraliteit, op. cit., p. 261-262, 351-360 ; R.L. Schuursma, Vergeefs Onzijdig. De Nederlandse neutraliteit 1919-1940, Utrecht, Matrijs, 2005, p. 16-17, 106-107, 189-191; H. W. von der Dunk, « Negentienveertig : van neutralisme naar naziheerschappij », in : C. B. Wels (éd.), Vaderlands Verleden in Veelvoud, Den Haag, M. Nijhoff, 1980, p. 318 ; L. de Jong, Neutraal, op. cit., p. 381-388.

Table des illustrations

Titre 1. Als een dief in de nacht… (10 mei 1940)
Légende Comme un voleur dans la nuit
Crédits Cartoon par Leo Jordaans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Titre 2. Défilé d’un bataillon de soldats néerlandais à vélo, 1939-1940
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre 3. Le seul char néerlandais (Renault FT-17) en manœuvre au niveau des lignes de défense néerlandaises inondée (Waterlinie)
Légende hiver 1939-1940
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre 4. De Robot
Légende Le robot
Crédits Cartoon par Leo Jordaans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre 5. Invasion allemande des Pays-Bas, 10-15 mai 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre 6. « Les Pays-Bas peuvent être tranquilles car ils possèdent un paratonnerre très puissant »
Crédits Telegraaf, 9 mai 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7341/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k

Auteur

Roosevelt Academy - Université d’Utrecht

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search