Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

I. Faire la guerre

« Il faut frapper avant de recevoir un coup mortel ». La planification militaire allemande en vue d’une entrée en guerre contre la France - 1918-1940

Matthias Strohn

Texte intégral

  • 1 Alan S. Milward, The German war economy, Londres, The Athlone Press, 1965.
  • 2 Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende. Der Westfeldzug 1940, Munich, Oldenbourg, 1996 ; Jean-Paul (...)
  • 3 Sur le développement de la pensée militaire allemande et de la doctrine dans l’entre-deux guerres, (...)

1La campagne menée à partir de 1940 par les Allemands en Europe occidentale est inscrite dans les annales comme étant l’un des plus brillants exemples de réussite dans le domaine de l’art opérationnel et de la guerre de manœuvre. Pendant de nombreuses années, l’image selon laquelle la Wehrmacht avait inventé une nouvelle forme de guerre – la « guerre éclair » (Blitzkrieg) – a été la réponse toute trouvée aux questions qui entouraient la défaite écrasante des forces alliées au cours de cette campagne.1 Cependant, des recherches ont démontré qu’un tel concept n’a jamais existé, et que ladite Blitzkrieg reposait sur une doctrine militaire allemande qui avait déjà été éprouvée et qui avait simplement été mise en œuvre plus rapidement grâce à la généralisation de l’utilisation du moteur à combustion.2 Le point de vue selon lequel le concept de Blitzkrieg a germé dans l’esprit des militaires allemands, et selon lequel il n’aurait fallu qu’Hitler et le réarmement pour mettre en pratique cette théorie, réduit la période de l’entre-deux-guerres à une ère de transition entre les deux guerres mondiales, et permet d’occulter le fait que jusqu’en 1933, c’est-à-dire six ans avant le début de la Seconde Guerre mondiale, l’armée allemande ne disposait qu’à peine de 100.000 hommes à la suite des restrictions imposées par le traité de Versailles.3 Il était évident qu’avec une armée tellement peu nombreuse, il y aurait été impossible d’arrêter une invasion de l’Allemagne par des pays comme la France ou même la Pologne. Par conséquent, pendant une bonne partie de la période de l’entre-deux guerres, l’armée allemande a concentré ses efforts de planification pour trouver une réponse à la question primordiale : comment défendre la patrie contre des ennemis supérieurs en nombre ? Cela explique également pourquoi l’armée n’avait pas développé de plan pour lancer une attaque contre la France, jusqu’à ce qu’elle y soit pratiquement obligée après l’invasion de la Pologne par la Wehrmacht, le 1er septembre 1939. C’est pourquoi, avant d’examiner les plans allemands d’offensive contre la France, élaborés au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est important de les remettre dans leur contexte et d’analyser la manière dont l’armée allemande se préparait à une éventuelle guerre (défensive) à l’Ouest pendant l’entre-deux guerres.

  • 4 Denkschrift ! [sic !] Des Generalquartiermeisters ersten, Generalleutnant Groener über die Lage am (...)
  • 5 Fonds Schleicher BA-MA N 42, 12, folio 83a.

2Le 17 juin 1919, au lendemain du jour où l’Entente avait exigé que le gou­vernement allemand signe le traité de Versailles sans négociations, Wilhelm Groener, successeur de Erich Ludendorff au poste de premier intendant général, présenta un mémorandum portant sur la situation militaire du moment.4 En substance, cette analyse n’allait changer radicalement qu’à la fin des années 1930 : Groener ne voyait pas comment l’Allemagne pouvait gagner une autre guerre potentielle, l’armée allemande étant globalement faible. Grâce aux puissances armées de l’Entente, une victoire tactique et opérationnelle contre la Pologne ou la Tchécoslovaquie, à l’Est, serait rendue impossible par une défaite à l’ouest. Quels qu’auraient pu être les avantages que cela aurait procuré à l’Est, le sort de l’Allemagne serait décidé sur les rives du Rhin, et non de la Vistule. Cependant, Groener s’attarda sur les détails des options disponibles pour la conduite des opérations, dans un contexte de lutte contre une invasion venant de l’Ouest. Il plaida en faveur d’une retraite vers les rivières Weser et Werra et vers les contreforts ouest de la forêt de Thuringe, abandonnant ainsi la région de la Ruhr à l’ennemi, vitale d’un point de vue industriel. Si l’Entente poursuivait sa progression en Allemagne, la seule possibilité pour les forces allemandes était d’effectuer une nouvelle retraite vers l’Elbe, puis finalement derrière la rivière Oder. Groener estimait que les batailles décisives se dérouleraient à l’Est de cette rivière huit à dix semaines après le début de la campagne.5 L’issue de ces batailles, et donc de la guerre, ne faisait aucun doute : la défaite des forces allemandes face à l’avance de l’ennemi, et la possible disparition de l’État allemand. Par conséquent, Groener formula des critiques à l’encontre des « soldats, intelligents et très instruits » qui pouvaient potentiellement être dupés par un succès tactique initial, voire opérationnel, à l’Est.

3Quiconque eût émis le moindre doute sur la puissance militaire de l’Allemagne, aurait dû se rendre à l’évidence lors de l’occupation de la région de la Ruhr en 1923. Même si, politiquement parlant, la volonté d’entrer en guerre avait existé, l’armée de la République de Weimar, la Reichswehr n’était pas assez puissante pour combattre les forces d’invasion françaises et belges, et elle dut ainsi battre en retraite et se tenir à l’écart du centre économique de l’Allemagne, zone occupée. La Reichswehr dut reconnaître que l’armée n’était pas apte à affronter l’ennemi sur un champ de bataille – ses 100.000 hommes n’auraient pas été de taille à affronter les forces françaises et belges. Non seulement l’armée était trop faible d’un point de vue numérique, mais elle ne disposait pas non plus d’équipements suffisants. Ainsi, le Heereswaffenamt, qui était en charge de l’acquisition et de la distribution d’équipements et de matériels pour l’armée, déclarait le 8 mai 1923 :

  • 6 BA-MA RH 8, c. 904, p. 7.

« Notre stock actuel de munitions de la Reichswehr et de munitions illégalement conservées est si petit que nous sommes actuellement dans l’impossibilité absolue d’entrer en guerre ».6

  • 7 FührerReise-1933, BA-MA RH 2, 358, folio 1-711.
  • 8 BA-MA RH 2, 358, folio 709-710.

4Cependant, il était possible qu’une guerre soit imposée à l’Allemagne, et la Reichswehr s’y était préparée en réalisant des exercices sur carte et des manœuvres d’état-major. Tout au long de l’entre-deux-guerres, les scénarios élaborés suivirent une tendance similaire : l’Allemagne était envahie par une nation étrangère et hostile, et devait se défendre sur son propre territoire. Parfois, les scénarios différaient légèrement – souvent en fonction de la situation internationale du moment – mais la plupart d’entre eux traitaient d’une attaque simultanée par la France et la Pologne. L’armée était relativement confiante et pensait être en mesure de contrer une invasion polonaise indépendante, mais elle savait qu’elle n’avait pas la moindre chance contre l’armée française ou même en cas d’attaque simultanée de l’ouest et de l’est. On trouve un bon exemple de ce à quoi l’armée s’attendait à l’occasion d’une future guerre dans les documents relatifs aux manœuvres d’état-major du Truppenamt (le successeur de l’état-major général aboli) pour l’année 1933. L’exercice de l’état-major mené à l’ouest de l’Allemagne du 24 mai au 3 juin eut lieu suite à une attaque française.7 Dans son compte-rendu, Kurt von Hammerstein-Equord, qui occupait alors le poste de Chef der Heeresleitung (commandant en chef de l’armée) développa les options dont disposait la Reichswehr pour se défendre contre les forces d’invasion françaises.8 L’armée aurait pu en premier lieu se concentrer sur la tenue d’une ligne défensive le long du Rhin. Mais cette idée fut rejetée, car Hammerstein ne pensait pas qu’une attitude purement défensive se traduirait par une défaite des forces françaises, mais plutôt qu’elle ne ferait que retarder l’invasion de l’Allemagne centrale par les forces françaises.

5La deuxième option, qui fut adoptée spécialement pour envisageait ce manœuvre une défense souple aux abords du Rhin. Les forces françaises devant traverser la rivière seraient attaquées et repoussées par les contre-attaques allemandes. Cette approche semblait être la plus prometteuse, car elle permettait à l’armée allemande de faire usage de sa bonne maîtrise de la guerre de mouvement, et d’être en même temps en mesure de défendre la région de la Ruhr, qui était vitale. Cependant, il était évident que l’armée aurait été dans l’incapacité de poursuivre ces attaques. Hammerstein fit valoir que :

« Pour ce type de guerre, il est nécessaire de disposer de forces puissantes et d’unités entièrement équipées, qui peuvent également être utilisées de manière offensive au cours d’attaques frontales contre les forces françaises ».

6Puisque l’Allemagne n’allait pas avoir ces forces à disposition dans un futur proche, la seule option laissée à l’armée allemande était d’abandonner le Rhin pour de bon et de faire face à l’ennemi en Allemagne centrale. L’armée espérait que cela allait aboutir à un allongement des lignes d’approvisionnement françaises jusqu’à leur limite, ce qui exposerait les flancs français et les rendrait vulnérables aux attaques allemandes. Cette approche semblait présenter certains atouts, bien que, précisait Hammerstein, ce n’allait pas être une mince affaire de convaincre les hommes politiques et l’opinion publique que céder une partie du territoire allemand devait être accepté comme une nécessité militaire. Il avait également expliqué qu’il était inutile d’élaborer un plan détaillé du déploiement de cette campagne.

« Une armée puissante fonctionnerait ainsi », a-t-il déclaré « alors qu’une armée faible doit pouvoir battre à revers en restant mobile (Der schwache muss beweglich aus der Nachhand operieren) ; il n’y a que cela qui permettrait à la Reichswehr de détruire les forces ennemies ».

7Hammerstein avait bien conscience du paradoxe, mais il était persuadé que :

« Ce sont tout particulièrement les plus faibles qui ne doivent pas cesser de penser qu’ils peuvent anéantir l’ennemi. C’est leur seul salut possible. Ils ne doivent pas se défendre de manière héroïque, mais ils doivent remporter une victoire décisive. »

8Cependant, la situation de la Reichswehr posait problème ; elle n’allait pas être en mesure de réaliser une telle campagne. En conséquence, Hammerstein dut conclure la discussion finale sur les manœuvres d’état-major en soulignant que ce que cette campagne avait mis en valeur ne représentait rien de plus que « des réflexions sur l’avenir ».

  • 9 Sur l’introduction de la conscription, voir Rudolf Absolon, Die Wehrmacht im Dritten Reich, 6 vol., (...)
  • 10 Le nom des forces armées avait été changé de Reichswehr en Wehrmacht le 21 mai 1935.
  • 11 Ainsi, l’ordre de déploiement à l’ouest à partir de 14 novembre 1936 déclarait que « la situation g (...)

9L’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933 ne changea pas immédiatement cette condition, même si la situation de l’Allemagne s’était améliorée au fil du temps. Avec l’introduction du service militaire obligatoire en 1935-1936, 36 divisions furent ajoutées à l’armée en temps de paix,9 et le 7 Mars 1936, la Rhénanie fut remilitarisée. Cela fut d’une importance considérable pour l’élaboration des plans de la future armée de la Wehrmacht,10 notamment parce que la ligne de défense allait pouvoir être déplacée vers l’ouest, et en cas de conflit, le Rhin serait défendu ainsi que l’avant-front étendu jusqu’aux frontières allemandes.11 Pour finir, la remilitarisation de la Rhénanie signifiait aussi que le bassin de la Ruhr, et ses usines, vitales pour l’effort de guerre allemand, était moins en danger qu’il ne l’avait été jusque-là.

  • 12 Betr. Aufmarschanweisung für die Westgrenze, BA-MA RH 19 – III, 8, folio 20-42.
  • 13 BA-MA RH 19 III, 8, folio 21.
  • 14 BA-MA RH 19 III, 8, folio 43-47.

10Malgré ces améliorations, la Wehrmacht restait inférieure à l’armée française et à ses potentielles forces alliées. Le 14 novembre 1936, le général Wilhelm Ritter von Leeb, à l’époque chef du Gruppenkommando 2, et en tant que tel responsable de la défense de la frontière occidentale, exposa son point de vue concernant une éventuelle défense au commandant en chef de l’armée, Generaloberst von Fritsch.12 La conduite envisagée pour la défense n’avait pas changé : en cas d’invasion française, l’armée adopterait une attitude de résistance à l’ouest afin de ralentir la progression française sur le Rhin. À cet endroit, l’armée allemande poursuivrait une approche défensive, dans le but de conserver la rive droite du fleuve ainsi que la Forêt Noire dans le sud de l’Allemagne.13 Toutefois, dans son mémorandum, Leeb affirmait clairement que les forces à sa disposition étaient très faibles et qu’il doutait du fait qu’elles soient en mesure d’arrêter une invasion ennemie. Il anticipait que la principale attaque française se déroulerait entre la ville de Trèves et le Rhin, une zone qui s’étend sur environ 150 kilomètres. Pour défendre cette partie vitale de la ligne de front, l’armée C disposait de trois divisions d’infanterie et de quelques renforts faibles. Leeb en conclut qu’il était pour le moins incertain que la modeste armée allemande soit en mesure de retarder l’avancée de l’ennemi. Le 13 janvier 1937, le Generaloberst von Fritsch répondit au mémorandum de Leeb.14 Il confirma le point de vue de ce dernier concernant le déploiement des troupes allemandes durant la phase initiale de la guerre, et il reconnut que la France serait supérieure en nombre et en matériel. Cependant, il ne pouvait pas faire grand-chose de plus pour améliorer la situation, et il précisa que l’infériorité allemande devait être acceptée.

11Il était donc rassurant de constater que Werner von Blomberg, le ministre de la Guerre, avait déclaré dans les « Instructions standard pour les préparatifs de guerre de la Wehrmacht » de juin 1937 que :

  • 15 Weisung für die einheitliche Kriegsvorbereitung der Wehrmacht (gültig vom 01/07/1937 bis voraussich (...)

« La situation politique générale permet de penser que l’Allemagne n’a pas à s’attendre à une attaque de quelque côté que ce soit. »15

  • 16 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international de Nuremberg de 19 (...)
  • 17 BA-MA RH 19 III, 9, folio 7-16.

12L’Allemagne, selon von Blomberg, ne voulait pas non plus entrer en guerre, mais la Wehrmacht devait être prête à riposter à toutes les attaques surprises et à exploiter une situation politique favorable du point de vue militaire. Ces hypothèses furent réfutées par Hitler le 5 novembre 1937, lors de l’intervention de ce dernier auprès des commandants en chefs des trois services de la Chancellerie du Reich,16 où il fit une – tristement célèbre – déclaration portant sur « son inaltérable volonté de résoudre la question de l’espace vital allemand au plus tard en 1943-45. » Même si cet espace se trouvait à l’Est, la situation militaire de l’Ouest était aussi importante, puisque la sécurité du territoire allemand, et surtout de la région clé de la Ruhr, devait être assurée. Globalement, la situation militaire resta inchangée à l’Ouest. Par exemple, le Gruppenkommando 2 envoya une analyse au haut commandement de l’armée (Oberkommando des Heeres, OKH) en octobre 1938, laquelle traitait de la défense des frontières occidentales.17 Le Général Adam, commandant du Gruppenkommando depuis le 1er avril 1938, dressait un tableau plutôt sombre qui ne différait pas beaucoup de l’évaluation faite par Leeb en novembre 1936. Adam déclara que tenir le front occidental en ayant recours aux forces disponibles était irréaliste. Il alla plus loin en ajoutant que l’exigence du maintien du front occidental entrait en contradiction avec la doctrine militaire et de l’expérience, et que cet ordre « n’allait pas aider les membres de la direction de bas ou de moyen rang à faire confiance à leurs supérieurs ».

13Ces mots durs furent par la suite confirmés par la brutalité des faits. En moyenne, les divisions avaient à tenir une ligne de front de 20-35 km, sans qu’aucune réserve d’hommes ne soit disponible pour la création d’un point d’effort principal commun à toutes les opérations. Par conséquent, l’armée allemande positionnée à l’Ouest perdrait toute initiative et serait très limitée dans sa capacité de réaction aux actions de l’ennemi. Adam considérait que l’armée ne serait en mesure de parvenir à défendre les frontières occidentales du Reich que si, et seulement si, dix autres divisions de réserve et dix divisions actives pouvaient être affectées au front occidental.

  • 18 Les ordres explicites pour la 5e armée et le Corps VI peuvent être obtenus auprès de BA-MA RH 19 II (...)

14Après avoir réalisé que l’Allemagne ne pourrait pas résister à une invasion de l’ouest par l’armée française – ou des forces alliées –, aucun plan de déploiement offensif ne fut envisagé. L’ordre de déploiement pour la défense de l’Ouest (Aufmarschanweisung Verteidigung West), publié le 1er mars 1939 et resté valable jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, imposait donc aux forces armées – une fois de plus – d’adopter une approche défensive et de retarder l’avancée de l’ennemi en Allemagne.18 Ainsi, lorsque la Grande-Bretagne et la France déclarèrent la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, il fut décidé que l’ouverture des hostilités, dans le cadre d’une éventuelle guerre contre les forces occidentales, devait être laissée à l’ennemi. Cela fut clairement expliqué à l’armée dans la « Directive n° 1 pour la conduite de la guerre », émise le 31 août 1939 par Hitler. Il convient de citer les pièces de cette directive, car elles démontrent le caractère défensif de la conduite de la guerre des Allemands dans le contexte de l’époque :

  • 19 Hugh Trevor-Roper (éd.), Hitler´s War Directives 1939-1945, Londres, Sidgwick & Jackson, 1964, p. 4

« À l’Ouest, il importe de laisser la responsabilité de l’ouverture des hostilités à l’Angleterre et à la France. Les violations mineures de la frontière seront traitées, pour l’heure, purement en tant qu’incidents locaux... La frontière occidentale de l’Allemagne ne sera franchie à aucun moment sans que j’en [c’est-à-dire Hitler] aie donné l’ordre explicitement... Si l’Angleterre et la France ouvraient les hostilités contre l’Allemagne, il serait du devoir des forces armées opérant à l’Ouest, tout en gardant leurs forces autant que possible, de maintenir les conditions pour sortir victorieux des opérations contre la Pologne... L’armée va occuper le Westwall [la ligne Sigfried] et prendra des mesures pour le sécuriser contre un débordement au Nord, en violant les territoires des puissances occidentales belges ou néerlandaises. »19

15Après la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne et de la France le 3 septembre 1939, cette approche défensive ne changea pas. La Directive n° 2, publiée le même jour que la déclaration de guerre des États occidentaux, précisait :

  • 20 Idem., p. 6.

« L’objectif immédiat du haut commandement allemand reste la conclusion rapide et victorieuse des opérations contre la Pologne. Le transfert de forces importantes depuis le front de l’Est vers l’ouest ne se fera pas sans mon [c’est-à-dire Hitler] approbation... L’ouverture des hostilités à l’ouest sera laissée à l’ennemi. »20

16Le 25 septembre seulement, alors qu’il devenait clair que la Pologne avait perdu la guerre, une nouvelle directive faisant allusion à la possibilité d’une offensive à l’Ouest fut publiée. Elle stipulait :

  • 21 Idem., p. 9.

« La possibilité de passer à l’offensive à l’Ouest à tout moment ne doit pas être écartée ».21

  • 22 Le 10 mai 1940, date de l’attaque allemande à l’ouest, 135 divisions allemandes faisaient face à 15 (...)
  • 23 Cité in H. Trevor-Roper, Hitler´s War Directives, op. cit. p. 12-13.

17Le 9 octobre, Hitler publiait un long mémorandum destiné aux chefs des trois services (Brauchitsch, Raeder et Göring), dans lequel il précisa qu’il avait décidé d’attaquer par l’Ouest. Les Polonais ayant été vaincus, il était maintenant possible de déplacer de larges contingents de troupes vers le théâtre de guerre occidental, ce qui augmentait considérablement leur force. Cependant, les Alliés conservaient une supériorité numérique22. Malgré cela, Hitler fit valoir que l’Allemagne pourrait vaincre les Alliés occidentaux, mais il indiqua également qu’il était « plus probable que le temps soit l’allié des puissances occidentales que le nôtre... Donc en toutes circonstances, une attaque, qui pourrait être déterminante pour l’issue de la guerre, est préférable à la défense. Il faudrait que cette attaque ait lieu le plus tôt possible... Dans l’idéal, cet automne ».23 Le même jour, Hitler émit la Directive n° 6, dans laquelle des ordres provisoires étaient donnés pour cette attaque. D’autres instructions relatives à la conduite de cette opération furent ajoutées dans les Directives n° 7 et n° 8.

18En partant du principe que l’armée allemande n’avait pas planifié de campagne offensive sur le théâtre de guerre occidental depuis la Première Guerre mondiale, il n’est peut-être guère surprenant que les plans initiaux ressemblent – du moins dans une certaine mesure – au mémorandum appelé « Schlieffenplan » de 1914. Les points d’application de l’effort principal, ou Schwerpunkte, de cette opération se trouvaient en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg. D’un point de vue opérationnel, l’accent se déplaça au cours des semaines suivantes, et le Schwerpunkt glissa du Nord au Sud, mais l’idée générale resta la même que celle indiquée dans la Directive n° 6 :

  • 24 Idem., p. 13.

« Le but de cette offensive sera de vaincre autant que possible l’armée française et les forces des alliés combattant à leur côté, et dans le même temps de gagner autant de territoires que possible, en Hollande, en Belgique, et dans le Nord de la France, pour les utiliser en tant que bases pour réussir à poursuivre la guerre aérienne et maritime contre l’Angleterre, et comme une vaste zone de protection de la région de la Ruhr, vitale d’un point de vue économique24. »

19C’est ici que la différence cruciale avec le « Schlieffenplan » devient évidente : dans son mémorandum rédigé en 1905, le chef de l’état-major général de l’époque, Alfred von Schlieffen, ne s’était pas attardé sur l’idée d’une bataille d’anéantissement qui déciderait de l’issue de la guerre à l’Ouest en un court laps de temps. Il est clair que la conduite des opérations envisagée et détaillée dans la Directive n° 6 n’était pas supposée aboutir à une défaite totale ou à la destruction des forces ennemies. Il semblerait plutôt que Hitler et le haut commandement aient accepté l’idée que la prochaine guerre à l’Ouest allait être un conflit long. Cela explique pourquoi l’accent fut mis sur la Belgique et le Nord de la France, des régions fortement industrialisées qui avaient déjà servi aux Allemands pendant l’occupation et pendant la Première Guerre mondiale. Bien que l’Allemagne de 1940 ait été différente de l’Allemagne de 1914 – elle n’avait pas été confrontée à une guerre sur deux fronts –, les leçons de la Grande Guerre auraient dû clairement indiquer qu’un succès allemand était peu probable en cas de guerre longue, sachant que l’Allemagne avait laissé le temps et l’espace nécessaires pour que la Grande-Bretagne et la France mobilisent leurs empires. D’ailleurs, Hitler y faisait allusion dans son mémorandum du 9 octobre. Voilà le dilemme stratégique auquel l’Allemagne était confrontée, et celui-ci ne pourrait être surmonté que grâce à l’excellence opérationnelle et à une victoire rapide sur le champ de bataille. Il était donc peu probable que la directive de déploiement du plan jaune (Fall Gelb), nom de code de l’offensive dans l’Ouest, puisse garantir cette victoire. Il n’est pas étonnant que les plans du haut commandement aient été critiqués par des personnes telles que Erich von Manstein, à l’origine du fameux plan « Coup de Faucille » (Sichelschnitt), dont l’adoption devait conduire à la défaite rapide de l’ennemi à l’Ouest. Le 17 février 1940, alors qu’il se rendait à Stettin, où il assumait le commandement du Corps d’Armée XXXVIII, Manstein rendit visite à Hitler à la chancellerie du Reich à Berlin, où ils discutèrent des plans actuels. Immédiatement après la réunion, Manstein rédigea une note détaillée dans laquelle il exposait les points clés de la discussion. Son principal constat était le suivant :

  • 25 Erich von Manstein, Verlorene Siege, Bonn, Athenäum, 1955, p. 119. Voir aussi Mungo Melvin, Manstei (...)

« L’objectif de l’offensive à l’Ouest doit être de parvenir à une décision relative aux territoires. Concernant les objectifs limités inclus dans l’ordre du déploiement actuel, la défaite du plus grand nombre possible de groupes ennemis en Belgique, ainsi que la prise de certaines parties du littoral de la Manche, sont des enjeux politiques et militaires trop importants. L’objectif doit être la victoire finale sur la terre ferme. Les opérations devront faciliter la décision finale qui sera prise concernant la France, et la destruction de la résistance française25. »

20Manstein ne cachait pas qu’il considérait les plans actuels, tels que préconisés par l’OKH, comme insuffisants, car il craignait que le succès opérationnel, voire stratégique, résultant de la défaite de la France ne soit pas au rendez-vous. Le 24 octobre 1939, Manstein écrivait dans son journal intime, dans le plus pur style clausewitzien :

  • 26 Cité in M. Melvin, Ibid., p. 137.

« Il faut employer la puissance offensive décisive de l’armée pour que le succès soit au rendez-vous... Il doit être clair que cela ne sera possible qu’en détruisant partiellement les armées de l’ennemi et en s’emparant d’une partie des côtes de la Manche... Par-dessus tout, d’après les directives de l’OKH, il semble néanmoins que le désir de sortir grandis et victorieux soit inexistant. La foi leur fait défaut. C’est ce qui rend ces directives si mauvaises. » 26

  • 27 Sur le réarmement allemand voir Wilhelm Deist, « Die Aufrüstung der Wehrmacht », in : Militärgeschi (...)

21Comme ces quelques lignes le suggèrent, Manstein était très critique envers le haut commandement militaire et envers les plans qu’il avait élaborés pour la campagne de l’Ouest. Toutefois, il serait injuste de blâmer l’OKH et les personnes concernées pour leur approche prudente, et d’écarter leur point de vue d’un revers de la main en ne se basant que sur une seule opinion contraire. Les militaires de l’OKH furent persuadés durant la majeure partie de leurs carrières que l’armée allemande ne serait pas à la hauteur de la France et de sa force armée. Même le rapide réarmement de l’Allemagne ne put changer cette conception des choses, et les généraux savaient qu’il y avait encore beaucoup de lacunes au sein de l’armée allemande. Il fallut prendre bon nombre de raccourcis pour bâtir aussi rapidement la Wehrmacht, et son armée restait plus impressionnante sur le papier que dans la réalité27.

  • 28 M. Melvin, Manstein, op. cit., p. 138-139.
  • 29 Klaus-Jürgen Müller, Generaloberst Ludwig Beck. Eine Biographie, Paderborn, Schöningh, 2009, p. 394

22Au cours des deux guerres mondiales, l’Allemagne chercha à surmonter les dilemmes stratégiques qu’elle s’était, du moins dans une large mesure, imposés elle-même. Avec son plan, voici ce que proposait Manstein : une solution opérationnelle aux objectifs et aux problèmes stratégiques majeurs.28 Cependant, il n’était pas un aussi fin stratège que son ancien mentor, le général Ludwig Beck, qui avait prédit la finis Germaniae si Hitler faisait entrer l’Allemagne dans une autre guerre mondiale. C’est un facteur important qui ne doit pas être négligé dans le cadre de l’analyse du développement des plans de la campagne de l’Ouest, et de la contribution de Manstein en particulier. Ainsi que Klaus-Jürgen Müller l’a souligné, il y a une « ironie malveillante » dans la conception selon laquelle le succès de la campagne de 1940 n’aurait reposé sur nul autre que Manstein, un général de l’école Beck29. Néanmoins, d’un point de vue opérationnel, la campagne allemande à l’Ouest est un brillant exemple de ce que l’armée britannique moderne appelle la guerre de manœuvre, et il n’est donc guère étonnant que jusqu’à ce jour, cette campagne soit analysée dans les établissements militaires du monde entier afin d’inculquer une compréhension approfondie de l’art opérationnel, mais également de l’importance d’une stratégie globale, talon d’Achille de la planification de guerre allemande au cours des deux guerres mondiales. Ainsi, la victoire de 1940 à l’ouest n’a non seulement pas mis fin à la guerre, mais elle allait finalement avoir pour conséquence, quelques années plus tard seulement, la défaite totale de l’Allemagne.

Notes

1 Alan S. Milward, The German war economy, Londres, The Athlone Press, 1965.

2 Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende. Der Westfeldzug 1940, Munich, Oldenbourg, 1996 ; Jean-Paul Harris, « Le mythe de la Blitzkrieg », in : War in History, 1995, 2 (3), p. 335-352.

3 Sur le développement de la pensée militaire allemande et de la doctrine dans l’entre-deux guerres, voir Matthias Strohn, L’armée allemande et la défense du Reich. Doctrine militaire et la conduite de la bataille défensive 1918-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

4 Denkschrift ! [sic !] Des Generalquartiermeisters ersten, Generalleutnant Groener über die Lage am 17. Juni 1919. GHQu., Fonds Schleicher, Bundesarchiv-Militärarchiv Freiburg (BA-MA), N 42, 2, folio 77-86a.

5 Fonds Schleicher BA-MA N 42, 12, folio 83a.

6 BA-MA RH 8, c. 904, p. 7.

7 FührerReise-1933, BA-MA RH 2, 358, folio 1-711.

8 BA-MA RH 2, 358, folio 709-710.

9 Sur l’introduction de la conscription, voir Rudolf Absolon, Die Wehrmacht im Dritten Reich, 6 vol., tome III, 3. August 1934 bis 4. Februar 1938, Boppard, Harld Boldt Verlag, 1975, p. 22-32.

10 Le nom des forces armées avait été changé de Reichswehr en Wehrmacht le 21 mai 1935.

11 Ainsi, l’ordre de déploiement à l’ouest à partir de 14 novembre 1936 déclarait que « la situation générale exige toujours la défense opérationnelle à l’ouest. Ayant retardé l’avance de l’ennemi vers le Rhin, la prochaine tâche du Groupe d’armées Ouest sera de tenir la puissante barrière que représente le Rhin », voir Aufmarschanweisung für die Westgrenze, BA-MA RH 19 III, 8, folio 20 à 42, ici, folio 26.

12 Betr. Aufmarschanweisung für die Westgrenze, BA-MA RH 19 – III, 8, folio 20-42.

13 BA-MA RH 19 III, 8, folio 21.

14 BA-MA RH 19 III, 8, folio 43-47.

15 Weisung für die einheitliche Kriegsvorbereitung der Wehrmacht (gültig vom 01/07/1937 bis voraussichtlich 30/09/1938), Bundesarchiv (BA) de Berlin, 9 US 8, 53924, folio 5-29, ici, folio 8.

16 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international de Nuremberg de 1947 à 1949, XXV, p. 402-13. Le rapport de cette réunion se fit connaître sous le nom de « Protocole Hossbach ». Aucune disposition n’avait été prise à l’époque afin d’établir un procès-verbal. En conséquence, le protocole Hossbach, qui fut élaboré cinq jours après la réunion, est devenu la principale source historique de cette réunion ; voir Ian Kershaw, Hitler, vol. II, 1936-1945, Londres, Nemesis, 2000, p. 46-51 ; Walter Bussmann, « Zur Entstehung und Überlieferung der ›Hossbach-Niederschrift‹ » in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 16 (1968), p. 373-384, et Jonathan Wright, Paul Stafford, « Hitler, la Grande-Bretagne, et le mémorandum Hossbach », in : Militärgeschichtliche Mitteilungen 42 (1987), p. 77-123.

17 BA-MA RH 19 III, 9, folio 7-16.

18 Les ordres explicites pour la 5e armée et le Corps VI peuvent être obtenus auprès de BA-MA RH 19 III, 82, folio 3-12.

19 Hugh Trevor-Roper (éd.), Hitler´s War Directives 1939-1945, Londres, Sidgwick & Jackson, 1964, p. 4.

20 Idem., p. 6.

21 Idem., p. 9.

22 Le 10 mai 1940, date de l’attaque allemande à l’ouest, 135 divisions allemandes faisaient face à 151 divisions alliées. 7378 canons allemands s´opposaient à environ 14.000 canons alliés. 2439 chars allemands étaient confrontés à 4204 chars alliés. Pour les chiffres, voir K.-H. Frieser, Blitzkrieg-Legende, op. cit., p. 65.

23 Cité in H. Trevor-Roper, Hitler´s War Directives, op. cit. p. 12-13.

24 Idem., p. 13.

25 Erich von Manstein, Verlorene Siege, Bonn, Athenäum, 1955, p. 119. Voir aussi Mungo Melvin, Manstein. Hitler’s greatest General, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2010, p. 135.

26 Cité in M. Melvin, Ibid., p. 137.

27 Sur le réarmement allemand voir Wilhelm Deist, « Die Aufrüstung der Wehrmacht », in : Militärgeschichtliches Forschungsamt (éd.), Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, vol. 1, Ursachen und Voraussetzungen der deutschen Kriegspolitik, Stuttgart, DVA, 1979, p. 371-532.

28 M. Melvin, Manstein, op. cit., p. 138-139.

29 Klaus-Jürgen Müller, Generaloberst Ludwig Beck. Eine Biographie, Paderborn, Schöningh, 2009, p. 394.

Auteur

Royal Military Academy, Sandhurst

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search