Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

I. Faire la guerre

Pourquoi une guerre à l’Ouest en 1940 ? Quelques remarques sur la grande stratégie d’Hitler

Bernd Wegner

Texte intégral

1Durant l’entre-deux-guerres, la France était considérée comme la puissance militaire européenne la plus importante, loin devant les autres. Depuis un demi-siècle, elle représentait en outre, plus que tout autre pays du continent, le bastion des idéaux démocratiques. L’effondrement surprenant de la Troisième République au printemps 1940 a semblé balayer d’un revers les idées de liberté, égalité, fraternité. Paris, où ces idées avaient germé en 1789 avant de se répandre dans toute l’Europe et au-delà – et où en 1935 encore des écrivains du monde entier s’étaient réunis lors d’un congrès antifasciste pour la « défense de la culture » –, fut évacuée sans résistance. Des drapeaux à croix gammée y flottaient désormais à perte de vue. Au-dessus de l’Assemblée nationale, le cœur du parlementarisme français, était pendue une immense bannière comportant l’inscription « Deutschland siegt an allen Fronten! » (« l’Allemagne l’emporte sur tous les fronts ! »). Bien au-delà des frontières de la France, on se demandait alors si le cas français n’annonçait pas en même temps la fin de l’ère démocratique en général, et si l’avenir du continent n’était pas entre les mains des jeunes régimes totalitaires d’Europe centrale, du Sud et de l’Est, l’Allemagne national-socialiste en tête.

  • 2 Dans cet article, les concepts de « stratégie » et « stratégique » seront employés systématiquement (...)

2Le recul historique nous permet de dire aujourd’hui que durant l’été 1940, la situation était beaucoup moins claire que les témoins de l’époque, de part et d’autre du Rhin, l’avaient espéré ou craint. D’une part, la victoire sur la France fut le triomphe militaire le plus important que l’Allemagne d’Hitler devait jamais connaître. D’autre part, cette victoire a cependant plongé le dictateur allemand dans une position stratégique2 désastreuse dont il ne parviendrait plus à sortir, comme en attesteront les événements ultérieurs. Dans cet article, je souhaite mettre en lumière de manière plus précise ces rapports étroits et alternants, entre triomphe et désastre politico-stratégique. À cette fin, je m’interrogerai dans un premier temps sur les raisons, les motivations et les objectifs de la guerre de 1940 menée par Hitler sur le front de l’Ouest, puis dans un second temps, plus court, je m’interrogerai sur leurs conséquences sur la poursuite de la guerre pour l’Allemagne.

3Jusqu’à la fin, politiciens et militaires parisiens ne pouvaient envisager l’hypo­thèse d’une « victoire éclair » de l’Allemagne sur la France. Du côté allemand, on s’attendait également à cette victoire d’autant moins que cette offensive n’avait été préparée à long terme. Certes, le voisin de l’Ouest était considéré, compte tenu de la force militaire qu’on lui prêtait, comme l’adversaire principal de l’Allemagne dans la perspective d’une guerre à venir, mais il n’y avait dans le fond pas de tensions bilatérales substantielles justifiant un tel conflit, en dépit de toutes les différences de culture politique entre l’Allemagne et la France. Pourquoi la guerre est-elle alors survenue ?

4Interroger les raisons de l’offensive d’Hitler contre la France implique trois questions plus précises, qui devront être considérées séparément dans la suite de cet article : 1) Pourquoi la guerre ? ; 2) Pourquoi la guerre en Europe de l’Ouest ? ; 3) Pourquoi la guerre en 1940 ?

Pourquoi la guerre ?

  • 3 Le soi-disant « discours de la paix » du 17 mai 1933 d’Hitler devant le Reichstag constitue un bon (...)

5Après la fin de la Première Guerre mondiale, non seulement les Français, Belges et Britanniques étaient las de la guerre, mais également les Allemands. En 1918, seul un très petit nombre d’Allemands, issus pour la plupart des anciennes élites militaires ainsi que des groupes de jeunes activistes nationalistes, avaient plaidé en faveur de la poursuite de la guerre ou avaient soutenu l’idée d’une reprise des opérations militaires après l’annonce du soi-disant « Diktat » de Versailles l’année suivante. Les dispositions du traité de paix avaient répandu l’amertume dans toutes les couches de la population allemande. Pourtant, quelques années plus tard, la politique de compensation de Stresemann à l’égard de la France s’était avérée être une réussite remarquable, avant d’être abolie en 1929 à la mort du ministre allemand des Affaires étrangères et du fait de la crise économique mondiale qui ne tarda pas à s’abattre sur l’Europe. En outre, les immenses succès électoraux du NSDAP depuis 1930 ne devaient rien à la promesse d’une nouvelle guerre. Ce qui rendait le parti attractif pour beaucoup d’Allemands, c’était leur engagement contre le chômage et pour que tous puissent avoir du pain, associé à l’espoir vague de rétablir la « gloire » et la grandeur allemandes. Même après son accession au gouvernement en 1933, Hitler poursuivit encore deux ans ce que Goebbels devait désigner plus tard comme la « propagande de la paix »3. Le pacte de non-agression signé pertinemment avec la Pologne en janvier 1934 – qui apaisa Londres et Paris – promettait, sinon le renoncement définitif de l’Allemagne à sa volonté de réviser les frontières de l’est, du moins la pacification durable de cette région en crise, dans l’esprit des accords de Locarno.

  • 4 Sur les mouvements de jeunesses, surtout en Allemagne, organisées par le Sohlberg-Kreis, voir Rolan (...)
  • 5 Cf. les passages correspondants dans « Mein Kampf », cités par Ralph Erbar (éd.), Quellen zu den de (...)
  • 6 Cf. Robert W. Mühle, Frankreich und Hitler : die französische Deutschland- und Außenpolitik 1933-19 (...)
  • 7 Un exemple caractéristique : Hitler ne voulait pas se résoudre à revoir la nouvelle édition de son (...)

6Quant aux relations franco-allemandes à proprement parler, les tensions qui menaçaient le plus gravement la paix semblaient avoir été désamorcées. La question des réparations était réglée depuis le moratoire de 1931 et même l’ancienne blessure de « l’Alsace-Lorraine » semblait cicatriser peu à peu depuis les traités de 1925 évoqués plus haut. Les organisations pour la jeunesse et les soldats du front des deux pays continuaient à se rencontrer régulièrement à l’occasion de rencontres de réconciliations.4 Les Jeux Olympiques de Berlin en 1936 ainsi que l’exposition universelle de Paris l’année suivante à Paris entretinrent l’espoir d’une grande partie de la population en Allemagne, en France et ailleurs qu’un équilibre pacifique des puissances serait possible, tout du moins en Europe, malgré les faiblesses du système international. Hitler lui-même confirmait cette impression générale en insistant souvent, surtout au début de son mandat, sur ses intentions pacifiques à l’égard de la France. Il tentait ainsi de faire oublier les propos inverses qu’il avait tenus quelques années plus tôt, notamment dans « Mein Kampf ». Dans cet ouvrage, il décrivait encore la France comme « l’impitoyable ennemi mortel du peuple allemand », une puissance « systématiquement gouvernée par les Juifs » qui aspirait à la « balkanisation de l’Allemagne ».5 Il déclarait désormais à Ferdinand de Brinon, à l’occasion d’une interview publiée le 22 novembre 1933 dans le journal « Le Matin », que ces passages avaient été rédigés à l’époque – dans le contexte de l’occupation de la Ruhr – « avec l’indignation d’un apôtre persécuté ».6 Ribbentrop, envoyé personnel d’Hitler en mars 1934 auprès de Louis Barthou, alors ministre des affaires étrangères français, s’était également exprimé en ce sens. Ce dernier ne se laissa cependant pas impressionner par ces manœuvres et demanda sur un ton lapidaire pourquoi le « Führer » ne corrigeait néanmoins pas son livre en conséquence.7

  • 8 Klaus-Jürgen Müller en fait ici le bilan : Das Heer und Hitler. Armee und nationalsozialistisches R (...)
  • 9 Cité par Franz Knipping, « Die deutsch-französische Erklärung vom 6. Dezember 1938 », in Klaus Hild (...)

7Le chef de l’état-major des armées, le général Ludwig Beck, se rendit à Paris en juin 1937 afin de souligner lui aussi les intentions pacifiques des soldats allemands à l’égard des autorités politiques et militaires françaises.8 Même à l’issue de la crise des Sudètes en 1938, le ministre des affaires étrangères Ribbentrop et son homologue français Georges Bonnet conclurent encore un accord dans lequel « les rapports pacifiques et de bon voisinage » entre Paris et Berlin étaient qualifiés d’essentiels pour « le maintien général de la paix ». Les deux gouvernements établirent en outre « qu’aucune question d’ordre territorial ne restait en suspens entre leurs pays respectifs, et qu’ils reconnaissaient solennellement les frontières entre leurs pays, telles qu’elles étaient définies à l’heure actuelle, comme définitives ».9

8Mentionner ces événements nous permet d’élucider pourquoi une guerre entre l’Allemagne et la France a souvent pu paraître à l’époque inutile, et par conséquent évitable. La détermination d’Hitler à faire la guerre a de ce fait été gravement sous-estimée, comme nous le savons aujourd’hui. Bien avant le début de la guerre, bien entendu, les mises en garde avaient également été nombreuses, mais elles furent bien trop souvent perçues par les milieux bourgeois comme des voix discordantes d’un antifascisme idéologique.

  • 10 Cité par Jochmann (éd.), Adolf Hitler : Monologe im Führerhauptquartier, op. cit., p. 366.
  • 11 Akten zur Deutschen Auswärtigen Politik, Serie D, Bd. 8, p. 346 (doc. 384).
  • 12 Cité d’après Erwin Leiser, « Deutschland, erwache ! », Propaganda im Film des Dritten Reiches, Rein (...)
  • 13 La signature de l’armistice dans le wagon de chemin de fer à Compiègne symbolise ce lien. Charles d (...)

9Avec le recul, nous savons aujourd’hui que la pensée et les choix d’Hitler ont été bien plus fortement influencés par l’idée de la guerre que ses opposants ne l’ont soupçonné à l’époque. L’idée de la guerre composait l’essence même de l’idéologie nationale-socialiste. Le « combat » (Kampf) était considéré comme un élément central de la vie des individus aussi bien que de celle des peuples. « Fondamentalement », remarqua le dictateur, en petit comité, le 26 août 1942, « je crois qu’une paix de 25 ans nuit à toute Nation. Les peuples doivent perdre du sang pour se régénérer.10 D’après lui, seuls les hommes et les peuples prêts au combat avaient le droit d’exister. Il réaffirma ce principe dans le cadre de la préparation de la guerre contre la France. Comme il le souligna devant l’ensemble de ses généraux, rassemblés à l’occasion d’une réception à la Chancellerie du Reich en novembre 1939, il voyait « dans le combat le destin de tous les êtres. Personne ne peut se soustraire au combat s’il ne veut pas succomber ».11 Il n’entendait pas par là un combat aux objectifs et règles clairement définies, mais une « lutte pour l’existence ». Dans ce combat existenciel, le national-socialiste se percevait lui-même comme « soldat », et plus précisément comme « soldat politique ». À la différence de l’institution militaire qui ne combattait que dans des conditions très spécifiques (c’est-à-dire en cas de guerre) contre un ennemi clairement défini et selon des règles bien établies, la guerre et le combat représentaient pour le « soldat politique » un mode de vie. Le combat était l’essence de la vie. Il n’y avait plus qu’un pas à franchir pour aboutir, de cette posture idéologique, à la devise du NSDAP lors du congrès du parti en 1934, qui présentait l’Allemagne « 20 ans après le déclenchement de la guerre mondiale, 16 ans après le début de la souffrance allemande, 19 mois après le commencement de la renaissance allemande ».12 Pour Hitler et ses camarades, la Grande Guerre de 1914 n’avait jamais été achevée, ils avaient toujours conçu « Versailles » comme un simple armistice.13 La politique n’était pour eux rien d’autre qu’une manière particulière de faire la guerre. Politique, guerre : il s’agissait du même combat contre le même ennemi, seules les armes et les champs de batailles étaient différents. Seul un petit nombre d’hommes politiques français et britanniques étaient cependant prêts à admettre que la politique intérieure et extérieure de l’Allemagne nationale-socialiste reposait sur une telle approche idéologique. La plupart d’entre eux n’ont pas saisi – pour des raisons absolument légitimes – que cette politique, fondamentalement, avait été conçue dès le départ comme un acte de guerre. Sa seule raison d’être était de préparer l’Allemagne à la véritable guerre qui n’était pas seulement jugée inévitable, mais également souhaitable.

10Pour l’exprimer dans les termes de la logique, la détermination d’Hitler à faire la guerre représentait une condition nécessaire mais pas encore suffisante pour expliquer la catastrophe qui devait se produire en 1939. En effet, de nombreux hommes d’État, avant comme après Hitler, ont tenté d’atteindre leurs objectifs politiques par la guerre plutôt que par la paix. Cependant, leurs ambitions belliqueuses furent entravées par un système international qui fonctionnait. C’est pour cette raison que la seconde partie de ma réponse à la question « pourquoi la guerre ? » peut être formulée comme suit : le système international, tel qu’il avait été institué après la fin de la Première Guerre mondiale par l’ensemble des traités conclus à l’issue de la Conférence de paix de Paris (1919) en Europe, ainsi que par la conférence de Washington en 1922 en Asie, était instable depuis sa naissance et se disloquait depuis le début des années 1930. En effet, la crise économique mondiale des années 1930 s’avéra être une catastrophe non seulement économique, mais également, et au moins tout autant une catastrophe politique mondiale qui sapa la solidarité entre nations alliées, favorisa l’égoïsme national et le repli des États sur eux-mêmes. Cette segmentation des États leur retira en outre les moyens financiers qui leur auraient été nécessaires pour défendre l’existence de cet ordre mondial. La crise économique mondiale devint ainsi le tournant décisif de l’entre-deux-guerres.

  • 14 Voir sur ce point : Stefan Hell, Der Mandschurei-Konflikt. Japan, China und der Völkerbund 1931 bis (...)
  • 15 Il faut rappeler ici qu’il s’agit d’une analyse rétrospective. Si nous pouvons parfaitement constat (...)

11Les grandes puissances démontrèrent pour la première fois leur manque de volonté et leur incapacité à défendre l’ordre existant contre une autre grande puissance lors de l’agression de la Chine, membre fondateur de la Société des Nations, par le Japon qui envahit la Mandchourie en 1931.14 Cette expérience, suivie d’autres situations analogues au cours des années suivantes, poussèrent sans aucun doute toutes les puissances révisionnistes à s’enhardir. L’Allemagne, l’Italie et le Japon en particulier n’avaient plus guère de raison de se retenir de poursuivre leurs objectifs impérialistes. La guerre de l’Italie contre l’Abyssinie, la nouvelle offensive japonaise en Chine en 1937 et surtout les attaques répétées d’Hitler, tout d’abord contre la Rhénanie démilitarisée, puis contre l’Autriche et enfin contre la Tchécoslovaquie démontrèrent l’impuissance de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis, ces puissances qui avaient contribué à la naissance du système international de Versailles et de Washington et avaient garanti son existence pendant une décennie.15

Pourquoi une guerre en Europe de l’Ouest ?

  • 16 La synthèse la plus marquante de l’idéologie hitlérienne est aujourd’hui encore celle d’Eberhard Jä (...)
  • 17 On peut renvoyer ici par exemple au discours d’Himmler du 9 juin 1944, reproduit dans : Bradley F. (...)

12La détermination d’Hitler à faire la guerre, ainsi que l’érosion du système international rendaient une guerre en Europe quasiment inévitable. Mais pourquoi ce conflit devait-il être dirigé contre l’Europe de l’Ouest ? L’objectif central de tous les projets de guerre hitlériens était, comme nous le savons, de conquérir de l’« espace vital ». Pour l’Allemagne, cependant, cet « espace vital » ne pouvait se trouver qu’à l’est, dans les lointains espaces de Pologne et de Russie, comme Hitler l’avait réaffirmé à de nombreuses reprises. C’était là-bas que l’Allemagne, par la volonté de son « Führer », parviendrait à trouver l’empire colonial dont elle tirerait toutes les ressources nécessaires pour la lutte pour l’hégémonie en Europe – voire au-delà.16 D’un point de vue stratégique, mais également idéologique, c’était l’est, et non l’Europe de l’Ouest qui faisait rêver les Nazis de colonisation « germanique » et d’une nation de paysans-soldats. En Europe de l’Ouest, outre le Luxembourg et l’Alsace-Lorraine, c’était surtout les peuples germaniques des Pays-Bas et des Flandres qui devaient faire partie de la patrie centrale (Kernland) de ce « Grand Empire Germanique ». Au sein de cet empire, l’Allemagne, comme Heinrich Himmler en particulier le sous-entendant régulièrement,17 devait grosso modo jouer le même rôle que la Prusse dans l’Empire de Bismarck. Mais qu’en était-il de la France ?

13Dans la vision du monde singulièrement statique de Hitler, la France incarnait l’éternel ennemi mortel qui tentait depuis 300 ans de maintenir l’Allemagne dans une situation de faiblesse et d’éclatement. Pour le « Führer », il ne faisait aucun doute que Paris combattrait aussi à l’avenir toute résurgence de la politique de puissance allemande et en particulier son expansion à l’est. Pour Hitler, neutraliser la France et la mettre hors du jeu des grandes puissances symbolisait l’accomplissement d’une mission historique mais également la condition nécessaire à la conquête de tout nouvel « espace vital ».

  • 18 Adolf Hitler, Mein Kampf. Ungekürzte Ausgabe in einem Band, Munich, Eher-Verlag, 1933, p. 704.

14Pourtant, comme souvent, la posture idéologique de Hitler envers la France n’était pas exempte de contradictions internes. S’il tenait pour une part son voisin outre-Rhin pour le plus puissant adversaire de la politique de grande puissance allemande, il ne l’en méprisait pas moins pour sa décadence présumée. « Ce peuple de plus en plus victime de la négrisation », écrivait-il dans « Mein Kampf »,18 « représente, par son engagement en faveur de l’objectif juif de domination du monde, un danger permanent pour l’existence de la race blanche d’Europe ».

  • 19 Cela était valable, comme le démontre particulièrement bien la visite d’Hitler à Paris le 24 juin 1 (...)

15Dans l’image que se faisait Hitler de la France, on retrouve alors, à l’instar de son jugement sur la Russie, un mélange caractéristique d’admiration19 et de mépris, de survalorisation et de sous-estimation. Comme dans le cas de l’Union Soviétique, le « Führer » en tira la conclusion que l’écrasement de la puissance française répondait d’une part à une nécessité historique, mais que, d’autre part, cet anéantissement était possible.

16Une offensive de neutralisation du voisin occidental avait déjà été suggérée dans « Mein Kampf » :

  • 20 Cité d’après Ralph Erbar (éd.), Quellen zu den deutsch-französischen Beziehungen, Darmstadt, Wissen (...)

« Tant que l'éternel conflit mettant aux prises l'Allemagne et la France consistera dans une défensive allemande contre l'agression française, il n'interviendra jamais de décision, mais l'Allemagne perdra de siècle en siècle de nouvelles positions. […] Ce n’est que lorsque cela aura été parfaitement compris en Allemagne, de telle sorte que l’on ne laisse plus le désir vital de la nation allemande s’étioler dans une posture purement défensive, mais qu’on le concentre dans une confrontation définitive avec la France et qu’on le projette, avec toutes les fins ultimes auxquelles aspire l’Allemagne, dans un dernier combat décisif : ce n’est qu’à ce moment-là que l’on sera en mesure de mettre un terme aux luttes éternelles et en soi si infructueuses entre nous et la France. »20

  • 21 On peut renvoyer ici par exemple au fameux « programme de septembre » du chancelier du Reich Bethma (...)

17Une offensive contre la France paraissait d’autant plus nécessaire au « Führer » que le cœur de l’industrie lourde de l’Allemagne, la Ruhr, était dangereusement proche de la frontière française, c’est-à-dire à portée des armes françaises de longue portée (Fernwaffen). D’autre part, la Ruhr se situait également à proximité des zones d’industrie lourde du Luxembourg, de Belgique et du nord de la France. Une offensive victorieuse en Europe de l’Ouest aurait permis au Reich de s’approprier d’un coup plusieurs des régions industrielles les plus importantes d’Europe. Ses dimensions auraient plus ou moins coïncidé avec celles de la « Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier » (CECA) qui fut effectivement instituée après la fin de la guerre et fut le précurseur de la Communauté Européenne. Cette grande région industrielle dont les hommes politiques allemands rêvaient déjà en 191421 aurait été destinée par la suite à devenir le moteur industriel de tous les efforts de guerre allemands.

  • 22 Tiré d’une information d’une conférence de presse du Reich du 9 juillet 1940, cité par Ludwig Nestl (...)

18Mais les projets d’Hitler ne s’arrêtaient pas là. La France devait tout simplement être évincée du concert des grandes puissances politiques, militaires et industrielles dans de l’Europe. À l’avenir, l’État français, avec lequel « les comptes seraient réglés dans un traité de paix », devait « jouer le rôle d’une Suisse élargie », comme l’avait laissé entendre Goebbels, le ministre de la propagande, en juillet 1940, « et devenir une destination touristique, et elle serait, éventuellement, autorisée à fabriquer certains produits de mode ».22

  • 23 Cf. ibid., p. 178 (doc. 71).
  • 24 Elke Fröhlich (éd.), Die Tagebücher von Joseph Goebbels, IIe partie, vol.  4. Munich, Saur, 1995, p (...)

19Certes, Hitler s’exprima lui-même sur ce sujet, ultérieurement, auprès de l’ambassadeur Otto Abetz en des termes relativement plus modérés, alors que ses ambitions de conquête à l’Est étaient à leur apogée.23 Cependant, l’hypothèse de Goebbels selon laquelle les Français n’en auraient « probablement pas cru leurs yeux », s’ils avaient su « ce que le Führer attendrait d’eux »24 une fois que l’Allemagne aurait remporté « la victoire finale », se serait probablement révélée juste.

  • 25 Cité d’après Peter Schöttler, « Eine Art « Generalplan West ». Die Stuckart-Denkschrift vom 14. Jun (...)
  • 26 Ibid., p. 110.
  • 27 Cf., ibid., p. 95, que je rejoins également sur le passage suivant. Hitler déclara encore le 26 aoû (...)
  • 28 Les autres lignes étaient la ligne de démarcation entre les zones occupée et libre, ainsi que les l (...)

20Ce que Hitler aurait exigé d’eux n’avait, une chose est sûre, rien à voir avec l’objectif de « révision du Traité de Versailles » vers lequel la politique allemande depuis 1919 avait tendu, mais allait bien au-delà. Jusqu’où, c’est que que Hitler laissa entendre en petit comité avant même la fin de la campagne militaire en France. Le 20 mai 1940, le général des armées Alfred Jodl, chef de l’état-major général de la Wehrmacht, nota dans son journal de bord que le « Führer » s’occupait déjà du traité de paix « qui [devait] désormais s’énoncer ainsi : Restitution du territoire dérobé au peuple allemand depuis 400 ans et d’autres valeurs ».25 En accord avec ces principes fondamentaux, un mémoire rédigé en juin 1940 sur ordre d’Hitler par Wilhelm Stuckart, un ancien secrétaire d’État au sein du ministère de l’Intérieur du Reich, définissait de manière nettement plus précise le tracé possible d’une future frontière entre la France et l’Allemagne. Dès l’introduction, il était bien entendu question d’attribuer « au Reich […] l’espace économique de l’Ouest appartenant à l’Europe centrale ». Par ailleurs, les objectifs de révision des frontières furent ainsi déterminés : ces dernières devaient « tenir compte des données naturelles et des faits géographiques », et ne devaient pas laisser « plus longtemps les entités nationales allemandes aux portes du Reich ». En outre, « les lignes de défense naturelles et nécessaires [au Reich] d’un point de vue stratégique à l’Ouest » devaient être garanties.26 Ainsi furent posées les bases de la légitimation d’un déplacement des frontières du Reich vers l’Ouest, qui devait, selon les propositions des experts entourant Stuckart, réduire le territoire français d’au moins 50.000 kilomètres carrés au profit du Reich, repoussant « une fois pour toutes [la France] dans ses frontières du Moyen-Age – d’avant la Paix de Westphalie de 1648 ».27 Le tracé frontalier issu de ces revendications aurait assez précisément correspondu, comme le mémoire de Stuckart en atteste, à la fameuse « ligne Nord-Est » instaurée peu de temps après la signature de l’Armistice. Celle-ci fut, d’un point de vue de stratégie militaire, sans doute la ligne de défense la moins importante des cinq lignes frontalières surveillées28 qui divisèrent la France vaincue. Elle fut certes abandonnée en décembre 1941 mais il est possible que son tracé aurait sans doute correspondu au plus près à l’image que Hitler se faisait des limites du territoire de la France d’après-guerre : partant de l’embouchure de la Somme, elle aurait permis au Reich de mettre en place des bases militaires sur les côtes de la Manche, constituant ainsi une menace directe pour les Îles Britanniques. Son tracé se poursuivait par le nord de la Champagne jusqu’à l’Argonne, puis, de là, elle descendait vers le Sud jusqu’en Bourgogne, où elle s’étirait le long de la ligne de démarcation jusqu’à la frontière Suisse.

Pourquoi la guerre en 1940 ?

  • 29 Jusqu’à la chute de Singapour en février 1942, Hitler espérait encore que Londres cède. Il s’exprim (...)
  • 30 Pour un aperçu d’ensemble des recherches récentes, cf. Hans Woller, « Hitler, Mussolini und die Ges (...)
  • 31 Gottfried Schramm appelait à juste titre ce pacte « le seul virage important et dramatique que la p (...)

21Remontons encore une fois le temps, avant que le « Führer » ne déclare la guerre. Le problème stratégique central dans la mise en œuvre des ambitions impérialistes de Hitler, d’une ampleur considérable, était d’éviter une guerre à long terme sur plusieurs fronts à la fois. Le dictateur considérait à juste titre que l’une des erreurs capitales du gouvernement du Reich allemand durant la Première Guerre mondiale avait été de n’avoir pas su éviter cette situation. Ne pas répéter cette erreur dépendait surtout pour lui de deux éléments. D’une part, il fallait attirer les alliés potentiels de la France de son côté. Dans le cas de la Grande-Bretagne, bien qu’il ait espéré y parvenir,29 il ne réussit pas ; en revanche, sa politique auprès de Mussolini fut nettement plus efficace, lui qui avait pourtant fondé en 1935, aux côtés des gouvernements de Paris et Londres, le « Front de Stresa » dirigé contre Hitler. Dès novembre 1936, le « Duce » évoqua l’« axe Berlin-Rome » ; en mai 1939, le « Pacte d’acier » entre les deux pays fut conclu.30 Dans ce contexte, le pacte de non-agression conclu avec Varsovie en janvier 1934 apparaît aussi comme une réussite diplomatique magistrale.31

  • 32 Pour un bon aperçu d’ensemble cf. Rainer F. Schmidt, Die Außenpolitik des Dritten Reiches 1933-1939(...)
  • 33 Cf. ici l’ouvrage collectif essentiel dirigé par Fritz Taubert, Mythos München – le mythe de Munich (...)

22D’un même coup, le « Führer », qui n’était pas encore fermement implanté dans ses fonctions, parvint à faire croire à ses intentions pacifiques, à rassurer les gouvernements polonais, français et britannique et à détourner son voisin polonais de son alliance traditionnelle avec la France. Mais pour éviter un conflit sur plusieurs fronts, ce qui aurait dépassé les capacités militaires allemandes, il fallait encore réussir un deuxième coup : isoler systématiquement chaque ennemi avant de lancer une attaque éclair et en assurant immédiatement après l’assurance de ne nourrir à l’avenir plus que des intentions purement pacifiques. C’est sur ce modèle que furent menées les invasions de la Rhénanie démilitarisée en 1936, de l’Autriche en 1938 et de la Tchéquie (« Rest-Tschechei ») en 1939.32 Durant la « crise des Sudètes », six mois plus tôt, le « Führer » était parvenu à ses fins, bien qu’il ait dû accepter tout à fait à contrecœur de participer à une conférence.33 Dans le cas de la Pologne, sa politique du fait accompli finit par échouer, car Hitler ne s’était pas attendu à ce que les puissances occidentales soutiennent le pays dont elles avaient expressément garanti l’existence quelques mois auparavant.

  • 34 Pour le texte du discours, voir Max Domarus (éd.), Hitler – Reden und Proklamationen, Neustadt-sur- (...)
  • 35 Cf. le rapport d’un témoin oculaire, Paul Schmidt, Statist auf diplomatischer Bühne 1923-45. Erlebn (...)

23Le 3 septembre 1939 marqua la première étape de la défaite allemande. La déclaration de guerre de la France et de la Grande-Bretagne contre Berlin contraria les plans stratégiques de Hitler et engendra justement une situation de grande complexité, contre laquelle les experts militaires n’avaient justement cessé de le mettre en garde – comme par exemple le chef de l’état-major des armées Ludwig Beck, qui avait démissionné en 1938. Pourtant, Hitler avait tout fait pour isoler diplomatiquement la Pologne, du moins le croyait-il, et décourager les puissances occidentales d’intervenir dans « sa » campagne polonaise. Dans son discours devant le Reichstag le 1er septembre, quelques heures après le début des opérations, Hitler s’empressait encore d’assurer qu’il n’avait aucune revendication en Europe de l’Ouest.34 Il pensait être en mesure d’empêcher les puissances occidentales d’intervenir activement. En tout cas, c’est notamment dans ce but qu’il avait conclu un accord avec Staline juste une semaine auparavant. Hitler fut donc d’autant plus frappé lorsque lui parvinrent les déclarations de guerre des puissances occidentales le 3 septembre.35 Cette nouvelle eut de grandes répercussions à Paris et à Londres.

  • 36 Cf. Bernhard R. Kroener,« Der ‹ erfrorene Blitzkrieg ›. Strategische Planungen der deutschen Führun (...)
  • 37 Cf. surtout Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende. Der Westfeldzug 1940. Munich, Oldenbourg, 1995.
  • 38 Cf. ibid., p. 71.
  • 39 Cit. d’après ibid., p. 23.
  • 40 Cit. d’après ibid., p.22.

24L’Allemagne était désormais plongée dans une guerre contre deux grandes puissances mondiales, c’est-à-dire une guerre à laquelle elle n’était aucunement préparée. Contrairement à la France et aussi à la Grande-Bretagne, l’Allemagne nazie ne disposait d’aucune stratégie globale pour une guerre de grande envergure. Toutes les opérations militaires des années précédentes avaient été improvisées. Les dirigeants politiques et militaires du Reich ne s’accordaient que sur un point : n’employer la violence militaire que contre un ennemi plus faible et dans le laps de temps le plus court possible. Mais même sur ce sujet les opinions divergeaient. Dans le cas de la Pologne, il y avait bien un concept des opérations, mais pas d’idée stratégique. Les opinions divergaient complètement, et se sont même inversées à plusieurs reprises durant des mois, sur la question de savoir s’il fallait mener une guerre longue, courte, bilatérale ou multilatérale.36 Les choses ne furent pas très différentes dans le cas de la France. Les historiens ont montré depuis que la campagne menée par Hitler contre l’Europe de l’Ouest ne résultait nullement d’une stratégie de guerre éclair qui aurait été minutieusement préparée37 mais relevait bien plus de l’improvisation. Il n’y avait, en septembre 1939, contrairement au mois d’août 1914, aucun plan des opérations à l’Ouest.38 Dans l’opinion des chefs militaires il était peu probable que les assauts rapides avec des chars soient efficaces contre les fortifications et les défenses à l’Ouest, en particulier contre la ligne Maginot. Le général Ritter von Leeb, commandant en chef du groupe d’armée C, estimait qu’une attaque surprise à l’Ouest était impossible : « Nos pertes seront infiniment grandes et malgré tout, les Français ne pourront être vaincus. Une offensive contre la France ne pourra être menée comme l’offensive contre la Pologne, et sera au contraire un conflit long et particulièrement sanglant ».39 Le général Franz Halder, général en chef des armées, était lui aussi convaincu que la tactique suivie lors de l’offensive en Pologne n’était « pas la méthode adaptée à l’Ouest. Ne sert à rien contre une armée solide ».40

  • 41 Akten zur Deutschen Auswärtigen Politik, Serie D, vol 8, p. 349 (doc. 384).

25Hitler, lui, voulait entamer le conflit à l’Ouest aussi vite que possible. Aux généraux, rassemblés à la Chancellerie le 23 novembre 1939 afin de recevoir les « ordres de commandement », il déclara : « Ma décision est irréversible. Je vais attaquer la France et l’Angleterre au moment le plus opportun et le plus rapidement possible. La violation de la neutralité de la Belgique et de la Hollande n’a aucune importance. Personne ne viendra nous demander des comptes lorsque nous aurons triomphé ».41

26Là encore, le Führer se sentait pris par le temps. Il avait l’impression que le temps jouait contre lui. À cela s’ajoutait une foule d’éléments difficiles à évaluer : on ne pouvait prévoir ni la puissance exacte ni les objectifs de l’ennemi, en particulier de la Grande-Bretagne. Quelle serait l’efficacité de la coopération entre les forces armées françaises et britanniques ? Fallait-il s’attendre à des attaques aériennes sur la Ruhr ? Les puissances neutres, c’est-à-dire les Pays-Bas et la Belgique, auraient-elles le temps de se ranger aux côtés des Alliés de l’Ouest si les Allemands ne lançaient pas tout de suite leur offensive ? Et le peuple allemand ferait-il preuve de la même confiance et bienveillance vis-à-vis d’une guerre prolongée à l’Ouest que vis-à-vis de la guerre éclair improvisée contre la Pologne ?

  • 42 Voir sur ce sujet : K.-H. Frieser, Blitzkrieg-Legende, op. cit., troisième partie.

27Tout ceci permet d’expliquer pourquoi Hitler aurait préféré – suscitant ainsi l’angoisse de ses conseillers militaires – débuter son offensive sur l’Europe de l’Ouest dès l’automne 1939. La résistance de ses généraux, mais également de mauvaises prévisions météorologiques amenèrent à repousser l’opération des dizaines de fois. De nombreux éléments permettent de penser que sans ces reports successifs, la campagne allemande aurait pu échouer. En effet, les mois de calme après la fin de la guerre contre la Pologne donnèrent, d’une part, l’occasion à la Wehrmacht de rafraîchir ses troupes et son matériel. D’autre part, et cela fut d’une plus grande importance encore, ce n’est qu’au fil de ces quelques mois que fut développée le plan des opérations qui devait finalement amener l’Allemagne à triompher de la France. Durant les quatre mois entre octobre 1939 et février 1940, pas moins de quatre plans opératoires différents furent développés. Le dernier d’entre eux, appelé plus tard « Coup de Faucille » (Sichelschnitt), émanait d’un lieutenant-général un peu en marge des circuits du pouvoir militaire, qui ne faisait même pas partie de l’état-major de l’armée en charge de la planification.42 Ce plan fut donc finalement érigé par Hitler (avec quelques amendements) en base stratégique pour sa campagne à l’Ouest, en dépit des réticences de la majeure partie de l’état-major. Malgré tout, ce plan n’était pas pour autant un gage de succès, car si l’opération « Coup de Faucille » était un projet très audacieux, il était également très risqué.

28Tout ceci démontre que la guerre de l’Allemagne contre la France en 1940 ne reposait pas sur une stratégie de guerre-éclair conçue et mûrie depuis longtemps, mais plutôt sur une organisation de dernière minute, guidée par des improvisations et hasards de toutes sortes. Si la « guerre-éclair » devint, ultérieurement, une véritable conception stratégique militaire, c’est uniquement parce qu’elle mena – grâce aux nombreuses erreurs stratégiques, opératoires et tactiques de l’ennemi à une victoire rapide à laquelle personne ne s’attendait. L’Union Soviétique devait être la pierre de touche de cette stratégie.

  • 43 Cité par Jürgen Förster, Die Wehrmacht im NS-Staat. Eine strukturgeschichtliche Analyse, Munich, Ol (...)
  • 44 Elke Fröhlich (éd.), Die Tagebücher von Joseph Goebbels, Ire partie, vol. 8, Munich, Saur, 1998, p. (...)

29Durant l’été 1940, après l’armistice signé avec la France, le « Führer » était au sommet de sa carrière. La victoire rapide à l’Ouest n’avait certes tenu qu’à un fil et il n’en avait résulté qu’une tactique militaire opératoire et non stratégique, mais elle symbolisait bel et bien aux yeux de tous les témoins de l’époque le triomphe personnel colossal d’Hitler. L’importance de ces conséquences politique à l’étranger comme à l’échelon national ne doit pas être sous-estimé. Maître de l’Europe de l’Ouest, du Nord et de l’Est hors des frontières du pays, la position de Hitler était aussi désormais – au contraire de la période 1938/1939 – celle d’un homme politique et d’un chef militaire absolument incontesté dans son pays. Ce que le dictateur, à peine deux ans plus tôt, en septembre 1938, avait annoncé, était en train de s’accomplir : « Je précède maintenant mon peuple comme son premier soldat, et derrière moi, il faut que le monde le sache, marche désormais un peuple, un peuple qui est différent de celui de 1918. »43 L’avenir de la guerre et le sort du continent semblèrent véritablement, durant ces quelques mois, dépendre des décisions personnelles d’Hitler. « Tout est suspendu aux décisions du Führer », nota également Goebbels le 12 juillet 1940 dans son journal.44

30Le fait que le dictateur se soit trouvé, à l’été 1940, au sommet de sa puissance, a nourri l’idée que Hitler aurait eu les mains libres pour prendre, affranchi des contraintes extérieures, les décisions fondamentales des semaines suivantes. En prenant la décision de lancer l’opération « Barbarossa », c’est-à-dire la guerre contre l’Union Soviétique, Hitler se serait ainsi finalement retrouvé libre de définir la position des fronts qui lui paraissait globalement la plus juste pour la guerre, et de placer dans sa ligne de mire le véritable objet initial de son désir de conquête d’espace vital, l’Union Soviétique. Cependant, la situation stratégique du Reich, contrainte par les conséquences de la campagne à l’Ouest, était en réalité beaucoup plus délicate pour Hitler et le commandement militaire que sa puissance militaire du moment pouvait le suggérer.

  • 45 Cf. John Lukacs, Churchill und Hitler : der Zweikampf, 10. Mai - 31. Juli 1940, Stuttgart, DVA, 199 (...)
  • 46 Pour une comparaison des styles de gouvernement des deux hommes, voir aussi : Andrew Roberts, Hitle (...)
  • 47 Cf. surtout le discours d’Hitler au Reichstag du 19 juillet 1940, rapporté par M. Domarus, Hitler, (...)
  • 48 Il n’en résulte bien sûr pas à l’inverse qu’un plus grand laxisme de Londres aurait mené à une paix (...)

31Outre l’élimination de la puissance française, l’objectif stratégique central de la campagne militaire avait été de contraindre la Grande-Bretagne à se retirer de la guerre et de tenir, par la même occasion, les États-Unis à l’écart des événements européens. À la mi-juillet au plus tard, il était évident que cet objectif ne pourrait être atteint. L’espoir de Hitler d’un « partage global du pouvoir » avec l’Angleterre, comme il l’imaginait impudemment (sous réserve d’une réduction simultanée de la puissance des États-Unis sur le continent américain), était anéanti. La raison principale de cet échec fut le changement de gouvernement à Londres le 10 mai 1940 – coïncidant, par un fait du hasard, avec la date du début de l’offensive de l’Allemagne à l’Ouest.45 Ce jour-là, l’arrivée tout à fait inattendue de Winston Churchill au poste de Premier ministre plaça à la tête du gouvernement un homme qui, malgré tout ce qui le séparait de Hitler, lui ressemblait sur un point : Les deux hommes étaient, chacun à leur façon, des hommes de guerre.46 Churchill n’était pas plus disposé que Hitler à mener une guerre sans la gagner. Le nouveau Premier ministre resta donc de marbre devant les propositions de paix soumises indirectement par Hitler peu de temps après la défaite de la France.47 Cette fermeté de Londres – avec l’appui du gouvernement américain – vis-à-vis des propositions d’Hitler menaçait de contraindre le Reich allemand à mener une guerre longue à laquelle il n’était préparé (comme en 1914 !) ni d’un point de vue humain, ni d’un point de vue matériel.48 La perspective d’une guerre européenne se prolongeant encore durant des années n’était a priori pas rassurante pour les Allemands, pour trois raisons principales :

  • 49 Cité par le général de corps d’armée Franz Halder, Kriegstagebuch, vol. I, Stuttgart, W. Kohlhammer (...)

32Premièrement, du fait du danger très imminent que représentait une extension trop forte des zones stratégiques de conflit. Puisque, dans aucun des territoires qu’elle avait conquis, l’Allemagne n’était entrée en libératrice, il était évident que les immenses gains territoriaux des premières années de guerre ne pourraient être maintenus à terme par des moyens militaires. Autrement dit, la défense des positions occupées par l’Allemagne sur le continent, du Cap Nord au Golfe de Gascogne, menaçait d’absorber les forces militaires dans une mesure telle qu’à long terme elle était susceptible d’entraver sérieusement le Reich dans la poursuite active du conflit. À l’apogée de l’euphorie de la fin juin, le secrétaire d’État Ernst von Weizsäcker concluait, faisant preuve d’une remarquable clairvoyance : « Les difficultés résident moins dans la situation actuelle que dans son développement ultérieur. En effet, le maintien de notre victoire par des moyens militaires doit mener à l’épuisement ».49 Cela était d’autant plus vrai que si, deuxièmement, l’attente se prolongeait, il fallait s’attendre à ce que la Grande-Bretagne intervienne de nouveau sur le continent, au plus tard en 1942 ou 1943, avec le soutien direct ou indirect des États-Unis.

  • 50 Sur la politique étrangère de l’Union Soviétique de ces quelques mois, cf. surtout Gabriel Gorodets (...)
  • 51 Cf. Heinrich Schwendemann, Die wirtschaftliche Zusammenarbeit zwischen dem Deutschen Reich und der (...)

33Enfin, dans ce contexte, la position de l’Union Soviétique restait, troisièmement, un élément d’incertitude – et donc potentiellement dangereux. Compte tenu des efforts non dissimulés du nouveau gouvernement britannique, soigneusement observés par Berlin, pour constituer une « grande alliance » anglo-américano-soviétique, Moscou semblait en effet, comme en 1939, bien partie pour se retrouver dans la posture avantageuse d’un partenaire courtisé de tous côtés. Dans la compétition pour obtenir les faveurs du Kremlin, l’Allemagne ne disposait pas nécessairement des meilleurs atouts. En effet, ses succès militaires extrêmement rapides et écrasants étaient justement susceptibles de pousser plutôt le partenaire soviétique, qu’un conflit durable entre les puissances impérialistes arrangeait beaucoup, à soutenir un adversaire a priori plus faible.50 En outre, l’Allemagne était plus vulnérable que l’année précédente, et ce pour deux raisons : Tout d’abord, sa capacité à poursuivre la guerre dépendait du ravitaillement par les Soviétiques, dont l’avenir semblait incertain malgré un accord économique conclu en février 1940, d’autant plus que l’Allemagne était à peine en mesure de le compenser par ses propres exportations.51 D’autre part, l’Union Soviétique avait entre-temps déployé ses troupes non seulement dans l’est de la Pologne, mais également, plus récemment, dans les pays baltes, ainsi qu’en Bessarabie et en Bukovine du Nord. Elle avait ainsi pu étendre le territoire sous sa domination dangereusement loin vers l’Ouest, jusqu’aux frontières stratégiques de la sphère d’influence allemande.

34Si nous partons du principe que l’objectif des efforts de guerre allemands durant l’été 1940 était d’établir l’hégémonie de l’Allemagne d’un caractère tendanciellement autarcique en Europe (Hitler et le commandement militaire s’accordaient principalement sur ce point), il était dans la logique de cette stratégie, étant donné le contexte esquissé ici, que non seulement la Grande-Bretagne, mais également l’Union Soviétique dussent être vaincues militairement ou contraintes, d’une manière ou d’une autre, à sortir du conflit et réduites à l’impuissance. Cette stratégie ne pouvait cependant aboutir que si les deux puissances étaient encore affaiblies et l’Allemagne en revanche à l’apogée du développement de sa puissance militaire.

  • 52 L’analyse à tous points de vue la plus diversifiée et détaillée du processus de décision de ces que (...)
  • 53 Cf. B. Wegner, ibid. p. 34 et sp.
  • 54 Cf. B. R. Kroener, « Der ‹ erfrorene Blitzkrieg ›», op. cit., p. 133-148.
  • 55 Sur la signification de cette césure cf. Bernd Wegner, « Dezember 1941 : die Wende zum globalen Kri (...)

35Le commandement allemand fut alors confronté durant l’été 1940 à un choix limité à deux options : continuer la guerre contre l’Angleterre (opération « Loup de mer », Seelöwe), ou lancer une offensive contre l’Union Soviétique. Il est connu que Hitler trancha dès juillet en faveur de la seconde option (sans pour autant renoncer définitivement à la première). Les raisons en paraissent évidentes : Premièrement, le dictateur avait toujours considéré l’Union Soviétique comme son véritable adversaire ; deuxièmement, il jugeait qu’elle était militairement plus fragile que la France ou la Grande-Bretagne ; troisièmement, il espérait, par une victoire rapide sur l’Armée Rouge, pouvoir convaincre définitivement Londres de l’inanité d’une poursuite de la guerre.52 Indépendamment de Hitler, l’état-major des armées envisagea également, durant ces quelques semaines, la possibilité d’une attaque contre l’Union Soviétique ; en faisant intervenir 80 à 100 divisions, espérait-on, Moscou serait contraint de céder des territoires décisifs pour l’économie de guerre et reconnaîtrait l’Allemagne comme le leader du continent. Mais cela n’était pourtant pas encore suffisant pour Hitler. Sans consulter le commandement militaire, il trancha en faveur d’une guerre rapide, courte, afin d’anéantir totalement l’Union Soviétique et de « détruire le bolchevisme ». Pour ce faire, il doubla sans attendre à 180 divisions les forces armées nécessaires devant être mises à disposition jusqu’au 1er mai de l’année suivante, équipées pour une campagne de cinq mois maximum.53 Afin de contrôler ce programme d’armement gigantesque, il devenait désormais vraiment indispensable de s’appuyer sur une véritable stratégie globale de guerre éclair. La complexité de la planification de l’ensemble rendait nécessaire la coordination précise de la production des armements, de la gestion des personnels et de la formation militaire. Les pertes humaines, les pertes de chevaux et l’usure prévisible du matériel, la consommation de munitions et de carburant, les capacités de transport et les accès pour le ravitaillement, tout cela et bien plus encore devait être calculé pour la durée programmée de la campagne à l’aune de valeurs qui étaient essentiellement basées sur les expériences du conflit contre la France.54 Aujourd’hui nous savons qu’aucune de ces évaluations n’a résisté aux réalités de la guerre de l’été 1941. Au plus tard au début de la grande offensive soviétique d’hiver, la deuxième semaine de décembre 1941, tous les acteurs durent se rendre à l’évidence que la première guerre éclair menée selon un plan stratégique avait échouée. Les causes de cet échec remontaient néanmoins à l’été 1940.55

36Les témoins de l’époque, en Allemagne, en France et ailleurs, avaient raison : la victoire allemande sur la France représentait en effet une césure profonde dans l’histoire européenne – mais dans un tout autre sens que celui qu’ils anticipaient. Le plus grand triomphe militaire d’Hitler portait en lui le germe de sa défaite ultérieure. Après le 3 septembre 1939, le 22 juin 1940 constitua la deuxième étape de la défaite allemande.

Notes

2 Dans cet article, les concepts de « stratégie » et « stratégique » seront employés systématiquement dans le sens d’une grand strategy. On entend par là l’échelon décisionnel auquel convergent tous les éléments militaires, politiques et économiques de la guerre.

3 Le soi-disant « discours de la paix » du 17 mai 1933 d’Hitler devant le Reichstag constitue un bon exemple. Cf. Max Domarus, Hitler – Reden und Proklamationen 1932-1945, tome I : Triumph, Wiesbaden, Süddeutscher Verlag, 1965, p. 270-279. Pour la réception en France cf. Claus W. Schäfer, André François-Poncet als Botschafter in Berlin (1931-1938), Munich, Oldenbourg, 2004, p. 180 sq.

4 Sur les mouvements de jeunesses, surtout en Allemagne, organisées par le Sohlberg-Kreis, voir Roland Ray, Annäherung an Frankreich im Dienste Hitlers ? Otto Abetz und die deutsche Frankreichpolitik1930-1942, Munich, Oldenbourg, 2000, p. 78-92 et 149-155.

5 Cf. les passages correspondants dans « Mein Kampf », cités par Ralph Erbar (éd.), Quellen zu den deutsch-französischen Beziehungen 1919-1963, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 48 et sqq (doc. 17).

6 Cf. Robert W. Mühle, Frankreich und Hitler : die französische Deutschland- und Außenpolitik 1933-1935, Paderborn, Schöningh, 1995, p. 162 ; voir également Othmar Plöckinger, Geschichte eines Buches : Adolf Hitlers « Mein Kampf », 1922-1945, Munich, Oldenbourg, 2006, p. 549-560.

7 Un exemple caractéristique : Hitler ne voulait pas se résoudre à revoir la nouvelle édition de son ouvrage en conséquence. Cf. R. W. Mühle, Frankreich und Hitler, op. cit., p. 197 et sqq

8 Klaus-Jürgen Müller en fait ici le bilan : Das Heer und Hitler. Armee und nationalsozialistisches Regime, 1933-1940, Stuttgart, DVA, 1969, p. 235. Cf. aussi la dernière étude plus détaillée de cette visite de Klaus-Jürgen Müller, Generaloberst Ludwig Beck – eine Biographie, Paderborn, Schöningh, 2008, p. 248 et sqq.

9 Cité par Franz Knipping, « Die deutsch-französische Erklärung vom 6. Dezember 1938 », in Klaus Hildebrand, Karl Ferdinand Werner (éds.), Deutschland und Frankreich 1936-1939, Munich, Artemis, 1981, p. 523-551, ici p. 523.

10 Cité par Jochmann (éd.), Adolf Hitler : Monologe im Führerhauptquartier, op. cit., p. 366.

11 Akten zur Deutschen Auswärtigen Politik, Serie D, Bd. 8, p. 346 (doc. 384).

12 Cité d’après Erwin Leiser, « Deutschland, erwache ! », Propaganda im Film des Dritten Reiches, Reinbek, Rowohlt, 1989, p. 29.

13 La signature de l’armistice dans le wagon de chemin de fer à Compiègne symbolise ce lien. Charles de Gaulle, lui aussi, entendait ainsi l’agression de l’Allemagne, comme la poursuite de la Grande Guerre de 1914-1918.

14 Voir sur ce point : Stefan Hell, Der Mandschurei-Konflikt. Japan, China und der Völkerbund 1931 bis 1933, Tübingen, UVT, 1999, ainsi que Jasper Wieck, Weg in die « Décadence »: Frankreich und die mandschurische Krise, 1931-1933, Bonn, Bouvier, 1995.

15 Il faut rappeler ici qu’il s’agit d’une analyse rétrospective. Si nous pouvons parfaitement constater, avec le recul historique, que la politique d’apaisement des puissances occidentales dans les années 1930 a involontairement été dans le sens d’Hitler, les choses sont différentes si l’on se place dans une perspective contemporaine. Pour la Grande-Bretagne surtout, il y avait à l’époque une série de très bonnes raisons plaidant pour une politique d’apaisement. Il me semble douteux qu’il ait existé pour elle une véritable alternative à l’époque. Visiblement, il est possible qu’une politique soit bonne à son époque (ou tout du moins justifiée) et qu’elle ne se révèle mauvaise qu’à la lumière des événements ultérieurs.

16 La synthèse la plus marquante de l’idéologie hitlérienne est aujourd’hui encore celle d’Eberhard Jäckel, Hitlers Weltanschauung, Stuttgart, DVA, 1981, surtout ici le chapitre 2 : Die Eroberung von Raum.

17 On peut renvoyer ici par exemple au discours d’Himmler du 9 juin 1944, reproduit dans : Bradley F. Smith, Agnes F. Peterson (éds.), Heinrich Himmler – Geheimreden 1933 bis 1945 und andere Ansprachen, Francfort-sur-le-Main, Propyläen,1974, p. 145-161, ici p. 157 et sq. ; pour d’autres contributions, cf. ibid., p. 245 et sqq.

18 Adolf Hitler, Mein Kampf. Ungekürzte Ausgabe in einem Band, Munich, Eher-Verlag, 1933, p. 704.

19 Cela était valable, comme le démontre particulièrement bien la visite d’Hitler à Paris le 24 juin 1940, surtout pour la grandeur impériale de la France et de ses héritages architectoniques. Cf. résumé des sources les plus importantes sur ce point, Hans-Peter Schwarz, Begegnungen an der Seine. Deutsche Kanzler in Paris Zurich, Manesse, 1993, p. 60-66.

20 Cité d’après Ralph Erbar (éd.), Quellen zu den deutsch-französischen Beziehungen, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 50 et sq (doc. 17).

21 On peut renvoyer ici par exemple au fameux « programme de septembre » du chancelier du Reich Bethmann-Hollweg du 9 septembre 1914.

22 Tiré d’une information d’une conférence de presse du Reich du 9 juillet 1940, cité par Ludwig Nestler (éd.), Die faschistische Okkupationspolitik in Frankreich (1940-1944), Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1990 (Europa unterm Hakenkreuz), p. 117 (doc. 7).

23 Cf. ibid., p. 178 (doc. 71).

24 Elke Fröhlich (éd.), Die Tagebücher von Joseph Goebbels, IIe partie, vol.  4. Munich, Saur, 1995, p. 210 (entrée du 30 avril 1942).

25 Cité d’après Peter Schöttler, « Eine Art « Generalplan West ». Die Stuckart-Denkschrift vom 14. Juni 1940 und die Planungen für eine neue deutsch-französische Grenze im Zweiten Weltkrieg », in Sozial.Geschichte : Zeitschrift für historische Analyse des 20. und 21. Jahrhunderts 18,3 (2003), p. 97.

26 Ibid., p. 110.

27 Cf., ibid., p. 95, que je rejoins également sur le passage suivant. Hitler déclara encore le 26 août 1942 qu’il avait toujours dit à ses gens : « Ce n’est pas de l’abolition du traité de Versailles dont il s’agit, mais de celle de la Paix de Westphalie ». Cf. aussi en complément les études plus anciennes de Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa. Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart, DVA, 1966, p. 46 et sqq, et de Hermann Böhme, Der deutsch-französische Waffenstillstand im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart, DVA, 1966 ; ainsi que Hans Umbreit, Der Militärbefehlshaber in Frankreich 1940-1944, Boppard, Boldt-Verlag, 1968.

28 Les autres lignes étaient la ligne de démarcation entre les zones occupée et libre, ainsi que les lignes séparant les deux départements du Nord rattachés au Commandement de Bruxelles, et l’Alsace-Lorraine du reste de la France et la ligne délimitant la zone de contrôle italienne.

29 Jusqu’à la chute de Singapour en février 1942, Hitler espérait encore que Londres cède. Il s’exprima en ces termes le 6 févier 1942 en comité restrein : « Si les Anglais avaient au dernier moment un homme qui avait les idées claires, il devrait aujourd’hui même conclure la paix pour sauver au moins quelque chose […] Il ne manque aux Anglais que de sauter le pas. » (cité dans : W. Jochmann, Hitler-Monologe im Führerhauptquartier, op. cit., p. 268).

30 Pour un aperçu d’ensemble des recherches récentes, cf. Hans Woller, « Hitler, Mussolini und die Geschichte der ‹ Achse › », in : Lutz Klinkhammer et al. (dir.), Die « Achse » im Krieg. Politik, Ideologie und Kriegführung 1939-1945, Paderborn, Schöningh, 2010, p. 34-48.

31 Gottfried Schramm appelait à juste titre ce pacte « le seul virage important et dramatique que la politique orientale de l’Allemagne ait connu entre la capitulation de l’Allemagne impériale et le pacte germano-soviétique. », voir Gottfried Schramm, « Grundmuster deutscher Ostpolitik 1918-1939 », in Bernd Wegner (éd.), Zwei Wege nach Moskau. Vom Hitler-Stalin-Pakt zum «Unternehmen Barbarossa», Munich, Zurich, Piper, 1991, p. 3-18, ici p. 16.

32 Pour un bon aperçu d’ensemble cf. Rainer F. Schmidt, Die Außenpolitik des Dritten Reiches 1933-1939, Stuttgart, Klett-Cotta, 2002.

33 Cf. ici l’ouvrage collectif essentiel dirigé par Fritz Taubert, Mythos München – le mythe de Munich – the myth of Munich, Munich, Oldenbourg, 2002.

34 Pour le texte du discours, voir Max Domarus (éd.), Hitler – Reden und Proklamationen, Neustadt-sur-le-Aisch, Schmidt, 1962, T. II, p. 1312-1317.

35 Cf. le rapport d’un témoin oculaire, Paul Schmidt, Statist auf diplomatischer Bühne 1923-45. Erlebnisse des Chefdolmetschers im Auswärtigen Amt mit den Staatsmännern Europas, Bonn, Athenäum, 1954, p. 473 et sq.

36 Cf. Bernhard R. Kroener,« Der ‹ erfrorene Blitzkrieg ›. Strategische Planungen der deutschen Führung gegen die Sowjetunion und die Ursachen ihres Scheiterns », in B. Wegner, Zwei Wege nach Moskau, op. cit., p. 133-148, ici p. 135 et sq.

37 Cf. surtout Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende. Der Westfeldzug 1940. Munich, Oldenbourg, 1995.

38 Cf. ibid., p. 71.

39 Cit. d’après ibid., p. 23.

40 Cit. d’après ibid., p.22.

41 Akten zur Deutschen Auswärtigen Politik, Serie D, vol 8, p. 349 (doc. 384).

42 Voir sur ce sujet : K.-H. Frieser, Blitzkrieg-Legende, op. cit., troisième partie.

43 Cité par Jürgen Förster, Die Wehrmacht im NS-Staat. Eine strukturgeschichtliche Analyse, Munich, Oldenbourg, 2007, p. 166.

44 Elke Fröhlich (éd.), Die Tagebücher von Joseph Goebbels, Ire partie, vol. 8, Munich, Saur, 1998, p. 217 (entrée du 12 juillet 1940).

45 Cf. John Lukacs, Churchill und Hitler : der Zweikampf, 10. Mai - 31. Juli 1940, Stuttgart, DVA, 1992.

46 Pour une comparaison des styles de gouvernement des deux hommes, voir aussi : Andrew Roberts, Hitler and Churchill : Secrets of Leadership, London, Phoenix, 2003.

47 Cf. surtout le discours d’Hitler au Reichstag du 19 juillet 1940, rapporté par M. Domarus, Hitler, Reden und Proklamationen, op. cit., vol. II : Untergang, p. 1540-1560.

48 Il n’en résulte bien sûr pas à l’inverse qu’un plus grand laxisme de Londres aurait mené à une paix générale en Europe ; elle aurait simplement facilité à Hitler la préparation et la conduite de la guerre contre l’Union Soviétique.

49 Cité par le général de corps d’armée Franz Halder, Kriegstagebuch, vol. I, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1962, p. 375, (entrée du 30 juin 1940).

50 Sur la politique étrangère de l’Union Soviétique de ces quelques mois, cf. surtout Gabriel Gorodetsky, Die große Täuschung : Hitler, Stalin und das Unternehmen « Barbarossa », Berlin, Siedler, 2001.

51 Cf. Heinrich Schwendemann, Die wirtschaftliche Zusammenarbeit zwischen dem Deutschen Reich und der Sowjetunion von 1939 bis 1941: Alternative zu Hitlers Ostprogramm?, Berlin, Akademie Verlag, 1993.

52 L’analyse à tous points de vue la plus diversifiée et détaillée du processus de décision de ces quelques mois figure toujours dans le quatrième tome de la série éditée par le Centre de recherche sur l’histoire militaire à Potsdam Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, vol 4. Der Angriff auf die Sowjetunion, Stuttgart, DVA, 1983 (tout particulièrement ici les contributions de Jürgen Förster et Ernst Klink). Cf. également un résumé succinct de Bernd Wegner, « Hitlers Krieg? Zur Entscheidung, Planung und Umsetzung des Unternehmens ‹ Barbarossa › », in : Christian Hartmann, Johannes Hürter, Ulrike Jureit (éds.), Verbrechen der Wehrmacht. Bilanz einer Debatte, Munich. Oldenbourg, 2005, p. 29-39.

53 Cf. B. Wegner, ibid. p. 34 et sp.

54 Cf. B. R. Kroener, « Der ‹ erfrorene Blitzkrieg ›», op. cit., p. 133-148.

55 Sur la signification de cette césure cf. Bernd Wegner, « Dezember 1941 : die Wende zum globalen Krieg als strategisches Problem der deutschen Führung », in : Idem., Zwei Wege nach Moskau, op. cit., p. 640-658.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search