Version classiqueVersion mobile

La guerre de 1940

 | 
Stefan Martens
, 
Steffen Prauser

Introduction

Stefan Martens et Steffen Prauser

Texte intégral

  • 1 Voir la bibliographie sélective à la fin de ce volume qui ne regroupe que des ouvrages sortis après (...)

1Soixante-quinze ans après le début de la Deuxième Guerre mondiale, la débâcle de l’été 1940 hante encore les historiens comme le grand public. Ce constat est vrai pour tous les pays qui, d’une manière ou d’une autre, ont subi l’invasion allemande de mai 1940.1 Cet état de fait rend d’autant plus opportun la publication d’une sélection des contributions, présentées lors du colloque international organisé à Lille par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais et l’université Charles-de-Gaulle Lille 3 en partenariat avec le CEGES de Bruxelles, l’Institut historique allemand de Paris, la municipalité de Lille, le Service historique de la Défense, le musée La Coupole et le programme de recherche ANR « Les occupations militaires en Europe ». Un colloque s’imposait dans cette région frontalière du nord qui fut le principal théâtre de l’invasion et le point de départ des vagues d’exode. Cette approche croisée, combinant une échelle européenne et une perspective régionale, offrait un regard nouveau sur un sujet historique aussi bien connu qu’inépuisable.

  • 2 Pour une révision définitive d’une supériorité matérielle allemande voir surtout Karl-Heinz Frieser (...)
  • 3 Ernest R. May, Strange Victory. Hitler’s conquest of France, Londres, New York, I.B. Tauris, 2000.

2Les grands bouleversements des années quatre-vingt-dix dans l’interprétation de la campagne de mai 1940 se voient ici confirmés.2 La thèse de la supériorité matérielle de la Wehrmacht et de la décadence de la société française ont définitivement été abandonnées. Aujourd’hui, la vieille question sur la manière dont l’armée française, considérée comme la plus puissante au monde à l’époque, pouvait s’effondrer en moins de six semaines se trouve inversée : comment une victoire allemande a-t-elle réellement été possible ? Compte tenu de l’infériorité quantitative et qualitative du matériel allemand dans presque tous les domaines (exception faite éventuellement de l’aviation), les historiens n’hésitent désormais plus à parler « d’étrange victoire » allemande.3 L’insuffisance du système allié de commandement et la responsabilité de certains chefs, restent pourtant toujours contestées. En ce qui concerne l’histoire sociale et ici surtout l’histoire du quotidien, elle ont mis en perspective les souffrances des 8 à 10 millions de réfugiés déversés sur les routes de France en juin 1940.

3Le présent ouvrage est divisé en trois parties. Le livre s’ouvre sur la thématique de « Faire la guerre ». Dans un second mouvement, il examine comment la guerre fut subie, avant d’étudier la manière dont le souvenir de la guerre de 1940 s’est développé. La première section offre un panorama militaire quasi-complet des protagonistes de 1940. La deuxième traite de l’exode et de la question des crimes de l’armée allemande pendant la bataille de la France. La troisième et dernière partie est consacrée à la mémoire collective dans un sens large.

Faire la guerre de 40

4Dans sa contribution, Bernd Wegner démontre qu’avant la guerre un pacifisme généralisé ne prévalait pas seulement en France et en Angleterre, mais également dans la société allemande pourtant gouvernée par le parti national-socialiste. C’est le discours pacifique de Hitler et ses succès dans le champ de la politique étrangère remportés sans tirer un coup de feu jusqu’à septembre 1939 qui suscitaient en grande partie l’admiration des Allemands. Le fait que « la guerre composait l’essence même de l'idéologie nationale-socialiste » (Wegner) leur resta longtemps largement caché. Dans ses vastes plans de guerre, la neutralisation de la France fut pour Hitler la condition sine qua non pour la conquête de tout nouvel « espace vital » à l’est ; et pourtant, une guerre contre la France n’a jamais été vraiment préparée avant l’automne 1939. Wegner suit largement l’interprétation de Karl-Heinz Frieser d’après qui l’attaque à l’ouest reste une sorte d’expédient militaro-tactique pour sortir d’une impasse stratégique. On est loin de la théorie de « l’économie de la guerre-éclair » (Blitzkriegökonomie) d’un Alan S. Milward qui attribua dans les années soixante le plan d’attaque à l’Ouest et la faible mobilisation de l’économie de guerre allemande à un choix stratégique délibéré de Hitler.

5L’interprétation de Wegner est corroborée par l’analyse de Matthias Strohn. Jusqu’en octobre 1939, tous les préparatifs d’une guerre contre la France furent défensifs. Même la Aufmarschanweisung Verteidigung West (ordre de déploiement pour la défense de l'ouest), publié le 1er mars 1939 demandait aux forces armées allemandes – comme pendant toute la période de l’entre-deux-guerres – d’adopter une approche défensive et de se contenter de retarder une éventuelle avancée française en Allemagne. Cette absence d’un plan offensif pour le théâtre de guerre occidental pourrait expliquer pourquoi les plans d’attaque allemands initiaux, développés hâtivement à partir d’octobre 1939, ressemblèrent pour beaucoup au dénommé « plan Schlieffen » mis en œuvre en 1914.

6Ce « plan Schlieffen » prévoyait dans sa version initiale également d’occuper les Pays-Bas et les Néerlandais en étaient conscients après la Première Guerre mondiale comme le montre Tobias Van Gent. La construction de la ligne Maginot et du fort d’Eben-Emael en Belgique renforça le risque d’une attaque allemande sur la France passant par les provinces néerlandaises méridionales (notamment le Limbourg) en cas de nouvelle guerre. De plus, le développement de l’aviation entre les deux guerres avait encore augmenté la valeur stratégique des Pays Bas, en particulier dans le cas d’une éventuelle guerre aérienne entre l’Angleterre et l’Allemagne. Les Pays-Bas ne mobilisèrent tout de même jamais plus de 300.000 hommes (l’armée belge était deux fois plus nombreuse) et leur armement était relativement précaire. La stratégie défensive principale restait la « Hollandsche Waterlinie » (ligne d’eau néerlandaise) – des inondations contrôlées et volontaires qui devaient empêcher, ou au moins retarder, une éventuelle avancée allemande en direction des grandes villes de l’ouest des Pays-Bas.

7L’armée belge était certainement mieux préparée, mais longtemps elle dut vivre avec le reproche d’avoir été en retard d’une guerre. Les travaux récents nuancent ce jugement. Luc de Vos et Eric Bastion analysent ici pour la première fois les exercices et les manœuvres de l’armée belge à la fin des années trente. Il en ressort que les commandants de l’armée belge tout comme les rois Albert Ier et Léopold III avaient compris l’importance des unités blindées et de l’aviation. De plus, ils apparaissent conscients du fait que les Ardennes étaient tout à fait perméables pour des unités blindées comme une étude de l’état-major belge l’avait montré dès 1924. Arrêter une telle percée était illusoire selon eux.

8Ce franchissement des Ardennes par les divisions blindées allemandes reste une des clés, voire même la clé pour la compréhension de l’étrange victoire allemande. Le Colonel Frédéric Guelton montre que les militaires français, eux aussi, furent conscients de la praticabilité et de la faisabilité d’une attaque allemande foudroyante à travers cette région boisée et vallonnée. C’est le Général Maxime Weygand, à l’époque vice-président du Conseil supérieur de la Guerre, qui en 1931 doute le premier de la capacité de résistance de la « couverture » française face aux Ardennes. Il demande une étude qui ensuite confirme ses craintes. Une deuxième étude, réalisée deux ans plus tard, indique même le danger que les Allemands puissent atteindre la Meuse en 48 heures. Lorsque le Général Weygand part pourtant à la retraite en 1935, atteint par la « limite d’âge de son grade », les études sur la question cessent. « Son rival, le général Maurice Gamelin lui succède. Dans le secteur de Sedan tout redevient calme. » Frédéric Guelton montre que la question ressurgit encore à deux reprises avant la guerre. C’est le Général André-Gaston Prételat, qui en tant que chef désigné du « groupe d’armées de l’Est », organise en 1938 avec tout son état-major l’exercice le plus complet dans le secteur en question. Celui-ci ressemble dans ses prémisses comme dans ses résultats d’une manière remarquablement clairvoyante aux manœuvres que les Allemands allaient exécuter avec le succès éclatant connu deux ans plus tard. Le Général Prételat fait part de ses conclusions à Gamelin, mais « le chef de l’armée française est courroucé. Un de ses subordonnés met en doute sa vision de la guerre future ». Aucune contre-mesure n’est apparemment entamée – bien au contraire. Gamelin privera Prételat, qui est depuis septembre 1939 commandant du groupe d'armées déployées le long de la ligne Maginot, de la 2e armée se trouvant dans le déploiement français exactement en face des Ardennes. Pour Guelton, cette mesure peu compréhensible, compte tenu des excellentes connaissances que Prételat possède du secteur, pourrait être une sorte de réprimande et il n’exclut pas que Gamelin, « se souvenant du petit camouflet que lui avait infligé Prételat en 1938, ait volontairement décidé de ne pas inclure dans le groupe d’armées « sa » 2e armée afin de bien lui montrer, de bien lui rappeler et de lui faire sentir que le chef c’était lui [Gamelin]. »

  • 4 Voir surtout la reévaluation de l’historien britannique Martin S. Alexander, The Republic in Danger (...)

9Ainsi Frédéric Guelton remet-il en question la personnalité de Gamelin, qui commençait à être jugé plus tendrement dans l’historiographie des deux décennies écoulées,4 et rouvre et argumente ainsi le débat.

10Emmanuel Debruyne consacre sa contribution aux craintes du gouvernement belge, et de la population du Royaume, d’une présence supposée d’« ennemis de l’intérieur », prêts à intervenir en cas d’invasion. Les victimes principales de cette espionite aiguë furent les réfugiés germanophones (22.414 d’après un recensement en 1939), arrivés en Belgique depuis l’Allemagne et de l’Autriche dans les années 1930 – en majorité des juifs.

11Le chef du service secret militaire, le colonel Victor Neefs, souligne la menace que représentent les « Allemands » présents sur le sol belge, et notamment les « milliers d’israélites d’origine allemande. » La notion de « neutralité » pose également certains problèmes. Convient-il de considérer la France et la Grande-Bretagne de la même manière que l’Allemagne, comme des ennemis d’hier et éventuellement de demain ? Et quelle position prendre vis-à-vis des mouvements d’extrême-gauche au lendemain du pacte germano-soviétique ? Le roi Léopold III lui-même est partisan d’une ligne dure et d’une neutralité « tous azimuts ».

12Un Comité de Coordination voit le jour dont une des tâches principales est la rédaction par les procureurs du Roi et par la Sûreté de l’État de listes d’individus « suspects d’entretenir des relations avec une puissance étrangère ou dont la présence pourrait entraver les opérations militaires ».

Subir la guerre de 40

13La deuxième partie du présent ouvrage réunit des contributions sur l’expérience de l’exode des réfugiés belges, luxembourgeois et français ainsi que sur les crimes de guerre allemands et l’effet de la propagande nazie.

14La contribution de José Gotovitch évoque le sort du près d’un million et demi de Belges qui durent fuir en mai 1940 l’armée allemande ; espérant trouver en France refuge et protection par une armée encore considérée comme invincible au début des hostilités. Sur le territoire français, des initiatives sont prises en faveur des réfugiés dès le début de l'invasion et l’accueil réservé aux réfugiés est dès le premier moment « presque chaleureux ». Dans l’ensemble, les autorités françaises se montrent accueillantes comme l’est également la population. Ainsi les réfugiés belges reçoivent-ils les mêmes allocations journalières distribuées par les municipalités que leurs compagnons d’infortune français. Même si cette attitude change après la capitulation belge et la compassion s’efface, le jugement de Gotovitch reste, au vu des circonstances de l’époque, plutôt positif. Le retour des réfugiés se déroule d’une manière moins houleuse que le départ, mais ces opérations organisées par le régime des Secrétaires Généraux sous tutelle allemande « portent déjà la marque de l’Ordre Nouveau » (Gotovitch) : il s’agit bien d’organiser le rapatriement des « Aryens ». Les réfugiés juifs, en revanche, sont pris au piège dans les camps de Vichy.

15Le destin des Belges fut partagé par 50.000 Luxembourgeois. Paul Dostert nous en dresse le tableau. L’expérience, qui a profondément marqué la mémoire collective luxembourgeoise, est restée peu connue à l’extérieur des frontières du Grand-Duché. Et pourtant ce destin ressemble beaucoup à celui des Belges et des Français vivant au nord de la Loire. Comme chez eux, les images de l’exode reflètent la stratification sociale : la haute bourgeoisie fuit en voiture, d’autres en train, d’autres encore à vélo voire à pied. Comme eux, les récits des Luxembourgeois confirment l’accueil chaleureux que les Français leur réservent dans les régions qui les accueillent. Comme eux, certains devront attendre jusqu’à la fin août 1940 avant de retrouver leurs foyers. En lisant Dostert avec attention, une seule différence subsiste : l’évacuation des Luxembourgeois et leur rapatriement furent apparemment mieux organisés, malgré les mêmes circonstances chaotiques de leur évacuation.

16L’exode des jeunes et moins jeunes des Centres de Recrutement de l’Armée belge (CRAB), dont Alain Colignon et Chantal Kesteloot résument ici l’histoire peu connue hors des frontières belges, fut un cas spécifique. Environ 400.000 Belges, n’ayant pas encore fait leur service militaire ou sursitaire, furent appelés sous les armes en 1940 pour rejoindre ces CRABs. Neutralité obligeant, l’« ordre de rejoindre » les centres de regroupement commença à être diffusé seulement à partir du 10 mai au matin. Pourtant, les autorités recensèrent « fort peu de réticence ».

17Étant donnée la situation militaire désespérée, la décision de transférer ces recrues, pourtant sans statut militaire, en France est prise rapidement. Dans le chaos le plus total, une partie fait demi-tour et rentre chez elle ; une partie quitte la Belgique trop tard et se retrouve prise dans la nasse de Flandre que les Allemands ont fermée le 20 juin en rejoignant avec leur avant-garde la Manche. Plus de 100.000 jeunes du CRAB réussissent tout de même à se rendre de leurs propres moyens dans le Sud-Ouest de la France, où les moins chanceux se retrouvent dans de véritables camps de concentration avant d’être eux aussi rapatriés à la fin de l’été 1940.

  • 5 Voir par exemple Peter Lieb, Konventioneller Krieg oder NS-Weltanschauungskrieg ? Kriegführung und (...)

18Jean-Luc Leleu aborde un sujet particulièrement controversé pendant les dix dernières années : les crimes de guerre allemands en France, et plus précisément l’exécution de 420 civils et l’assassinat de prisonniers de guerre alliés en captivité allemande en mai et juin 1940. Leleu souligne certains aspects de ces crimes. Ainsi la grande majorité des exécutions de civils a eu lieu à des moments où des unités moins expérimentées de l’armée allemande se trouvaient dans des situations difficiles comme par exemple pendant la contre-offensive franco-britannique dans la région d’Arras le 21 mai. Les victimes sont de plus « généralement en âge de porter des armes » à une exception près : le massacre de 26 civils à Pont-du-Gy (Pas-de-Calais) le 23 mai. Les formations SS comme la division « Totenkopf » et la « Leibstandarte SS Adolf Hitler » se font particulièrement remarquer par un excès de violence ; mais des formations de la Wehrmacht ont également été impliquées dans des crimes de guerre en 40. Leleu considère la « frustration devant l’échec ou les pertes subies » comme le principal moteur des crimes perpétrés en mai 1940. « Contre toute attente », poursuit-il, « l’idéologie national-socialiste est bien moins présente ». Le nombre important de soldats britanniques parmi les prisonniers exécutés serait une preuve que le racisme n’était pas nécessairement « le principal facteur dans le passage à l’acte. Que les militaires britanniques et les tirailleurs africains aient été le plus souvent victimes de représailles trouve une bien meilleure explication dans le fait qu’ils étaient reconnus comme les adversaires les plus tenaces par les forces allemandes. » Pour Leleu, la guerre à l’ouest constitue une « parenthèse assez remarquable » entre deux campagnes extrêmement meurtrières : celle de Pologne et celle de Russie. Dans le grand débat autour des crimes de la Wehrmacht, Leleu se place ainsi clairement du côté de ceux qui perçoivent une différence nette entre la guerre que mène le Reich à l’ouest et celle qu’il mène à l’Est.5

  • 6 Voir comme représentatif de la même « école » : Ahlrich Meyer, Die deutsche Besatzung in Frankreich (...)

19Cette interprétation n’est point partagée par Raffael Scheck. Ainsi voit-il dans le mauvais traitement des soldats coloniaux français (entre 1.500 à 3.000 furent assassinés par les Allemands pendant la campagne de mai et juin 40), la preuve de l’impact de l’idéologie national-socialiste sur la Wehrmacht. D’après lui, la distinction entre une « guerre conventionnelle, pragmatique et honorifique à l’Ouest et une guerre idéologique et raciste à l’Est » ne serait plus tenable.6

20La partie « subir la guerre » est conclue par deux exposés sur la guerre psycho­logique et la propagande en Allemagne, en France et en Belgique. Albrecht Betz, après avoir dressé un tableau général de la propagande allemande à l’ouest et de ses principes élémentaires, se plonge dans quelques détails moins bien connus. Ainsi nous décrit-t-il, par exemple, le rôle que joue Friedrich Sieburg, ancien correspondant à Paris du Frankfurter Zeitung et auteur du très célèbre à l’époque livre Dieu est-il français ? Rattaché en 1939 à l’ambassade d’Allemagne à Bruxelles, il a pour tâche d’analyser les points faibles de la France. En novembre 1939, il envoie un exposé sur « les possibilités de la propagande [allemande] en France » à Berlin où il suggère d’utiliser le parti communiste français pour faire passer des messages allemands d’une manière cachée et subtile. Le ministre de la Propagande, Joseph Goebbels, lui aussi, avait, d’après Betz, l’intention de profiter de la présence des communistes en France pour y semer la « panique et révolution ». Cela est le cas au moins jusqu’à la prise de Paris par les troupes allemandes ; quand ses lubies révolutionnaires ont apparemment été freinées par Göring ou Hitler en personne.

21Johannes Schmid dans sa contribution consacrée à la situation en Belgique pendant la première année de l’occupation démontre que « l’emprise solide » de l’administration militaire allemande à Bruxelles sur la propagande évinça, contrairement à d’autres pays occupés, la compétition permanente entre différentes institutions du Troisième Reich dans ce domaine.

22Schmid décèle cinq messages que les Allemands essayèrent de faire passer auprès de la population belge. En se montrant comme un occupant « correct », ils cherchaient à faire oublier les mauvaises expériences de la Grande Guerre et à réduire la germanophobie générale. Ensuite, ils vantèrent les avantages sociaux de « l’ordre nouveau » comme par exemple la prétendue résolution du problème de la lutte des classes. De plus, insistèrent-ils sur la trahison de la Belgique par la France et surtout par la Grande-Bretagne. Au même moment, ils assurèrent la promotion de la langue et de la culture allemandes. Enfin, ils glorifièrent la suprématie militaire allemande. La victoire finale du Reich apparaissait en conséquence seulement comme une question de temps et chaque résistance comme « inutile et vouée à l’échec ». Schmid remarque également l’absence relative d’antisémitisme et de la question flamande en 1940. Il l’explique par une éventuelle volonté de la part de l’administration militaire allemande d’éviter tout ce qui pourrait compromettre le retour à la normale et en conséquence rendre plus difficile l’exploitation de l’économie belge par le Reich.

23Malgré les efforts du Reich, la propagande allemande échoue. Si en juin la colère de la population est encore concentrée sur leur propre gouvernement et sur Londres qui aurait trahi la Belgique voire le continent entier, cette colère se retourne au plus tard à la fin de l’année contre l’occupant. Néanmoins, l’administration militaire atteint un objectif important : bien que la haine pour l’occupant allemand persiste, la population ne s’engage pas immédiatement dans une résistance passive comme à la fin de la Première Guerre mondiale.

Se souvenir de la guerre

24Certes, une partie des expériences (comme par exemple le cas des jeunes des Centres de Recrutement de l’Armée belge) a été longtemps refoulée ou déli­bérément négligée. Globalement, cependant, la mémoire collective de 1940 est restée vive dans tous les pays concernés. Cela est aussi confirmé par la longue liste des ouvrages d’histoire locale qui sont publiés chaque année sur le sujet. Ce constat est particulièrement vrai pour la mémoire collective britannique où l’année 1940 occupe une « place prépondérante » comme le démontre Mark Connelly. « L’esprit de Dunkerque » est continuellement invoqué depuis 1945 par des hommes politiques et des journalistes britanniques pour mobiliser des forces ou pour faire passer un message. Ce mythe renforce la conscience de la singularité et de l’indépendance britannique ainsi que de la capacité extraordinaire britannique à garder le sang-froid dans des situations extrêmement compromises. Connelly démontre que cette vision s’inscrit dans une longue tradition d’autoreprésentation en Grande-Bretagne : celle « d’un peuple peu nombreux et retranché sur son île qui a réussi à défier tout le monde pendant des siècles. Un mythe qui s’est bien enraciné au plus tard dans les années soixante-dix du XIXe siècle. [… ] Cela expliquerait pourquoi le mythe de Dunkerque n’a jamais rien perdu de son éclat. » De tels sentiments comporteraient, d’après l’auteur, également une forte dimension xénophobe. Ce mythe exprimerait en plus une conviction profonde et largement répandue que la Grande-Bretagne ne pourrait jamais compter sur les étrangers – ennemis comme alliés.

25Hannah Diamond offre dans son article une exégèse détaillée de deux sortes de photographies prises lors de l’exode en 1940. Premièrement, elle se penche sur des images officielles de propagande diffusées par les autorités, notamment le Service Cinématographique des Armées (français). Ensuite, elle analyse des clichés pris par des photographes indépendants. Ainsi réussit-elle à faire émerger des perceptions et représentations plus fragmentées et plus complexes de l’expérience vécue par les réfugiés. L’expérience de l’exode se présente ici comme plus hétérogène que les images connues et enracinées dans la mémoire collective, telles que les interminables colonnes de civils en détresse sur les routes de France.

26La mémoire se prête particulièrement à l’échange interdisciplinaire. Ainsi nous avons fait appel à Paul Aron, spécialiste de littérature à l’Université Libre de Bruxelles qui traite lui aussi de l’exode, mais vu par les écrivains belges francophones. On y trouvera la confirmation de faits établis ailleurs. Un sentiment du désordre régnait et toutes les œuvres étudiées dans le cadre de cet exposé confirment que la panique générale fut largement motivée par le souvenir des atrocités commises par les soldats du Reich en 1914. Les écrivains belges peinent pourtant à trouver une forme de récit adéquat pour la narration de l’exode : « Les récits de guerre abondent en description de batailles, voire de déroutes, mais, s’agissant de la fuite massive de civils, ils n’ont guère transmis de modèles narratifs. » Dans leurs récits, le 10 mai bouleverse la vie quotidienne ; tout est comme suspendu et la morale et les coutumes se trouvent renversées. Ainsi une partie des auteurs soulignent la dimension fortement sexuée des rencontres de hasard pendant cet exode.

Notes

1 Voir la bibliographie sélective à la fin de ce volume qui ne regroupe que des ouvrages sortis après l’année 2000, date de la commémoration du soixantième anniversaire des événements de l’été 1940.

2 Pour une révision définitive d’une supériorité matérielle allemande voir surtout Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende. Der Westfeldzug 1940, Munich, Oldenbourg Verlag, 1995 (entre-temps 4e édition 2012) ; édition française : Karl-Heinz Frieser (trad. Nicole Thiers), Le Mythe de la guerre-éclair : La Campagne de l’Ouest de 1940, Paris, Éditions Belin, 2003 ; concernant le moral des troupes françaises et l’attitude de la population civile française voir Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Les Français de l’an 40, 2 tomes, Paris, Gallimard, NRF, 1990.

3 Ernest R. May, Strange Victory. Hitler’s conquest of France, Londres, New York, I.B. Tauris, 2000.

4 Voir surtout la reévaluation de l’historien britannique Martin S. Alexander, The Republic in Danger : General Maurice Gamelin and the Politics of French Defence, 1933-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

5 Voir par exemple Peter Lieb, Konventioneller Krieg oder NS-Weltanschauungskrieg ? Kriegführung und Partisanenbekämpfung in Frankreich 1943/44, Munich, Oldenbourg, 2007 (Quellen und Darstellungen zur Zeitgeschichte, 69).

6 Voir comme représentatif de la même « école » : Ahlrich Meyer, Die deutsche Besatzung in Frankreich 1940-1944. Widerstandsbekämpfung und Judenverfolgung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buch­gesellschaft, 2000.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search