Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Épilogue

Texte intégral

Amérique, good bye ! L’Amérique m’a ouvert de grands horizons, m’a apporté nombre d’hommages et m’a procuré un old age bien plus agréable.

Figure 10 : Madame la Baronne Bertha de Suttner, née Comtesse Kinsky.

Figure 10 : Madame la Baronne Bertha de Suttner, née Comtesse Kinsky.

Le Mouvement pacifiste n° 7, 15 juillet 1914, Berne.

  • 1 Vice –présidente du BIP depuis sa création en 1892, elle en devient Présidente d’honneur en 1909.

1Lorsqu’elle écrit ces lignes dans son Journal en date du 14 décembre 1912, Bertha von Suttner vient de s’embarquer à New York sur le bateau qui la ramène en Europe. Si sommaire soit-il, le résumé de sa tournée américaine peut aussi se lire comme un bilan au soir de sa vie, tant sur le plan public que privé. Le second voyage au cœur du Nouveau Monde a certes été un triomphe, la comblant d’honneurs et d’hommages, mais il s’est aussi avéré, sur un plan plus personnel, comme une épreuve épuisante. Bertha von Suttner, qui approche de ses soixante-dix ans, a dû prendre conscience au fil des innombrables conférences, des fêtes et banquets donnés en son honneur, de son old age. Quant à son Good-bye à l’Amérique, il résonne comme un adieu au monde, au moins celui des activités publiques, des tournées et conférences, des congrès et réunions et même des tâches au sein du Bureau international de Berne ou de l’Association autrichienne des amis de la paix, qu’elle continue toutefois à ‘materner’ jalousement1. La dernière partie de son Journal qui va du 1er janvier au 2 juin 1914 en fait foi, Madame la Baronne Suttner songe de plus en plus à se retirer de la scène publique, elle l’avoue à sa manière, pratiquant une autodérision déclinée sur le mode international :

  • 2 Eine alte Schachtel, mot à mot : une vieille boîte, ici : « que je suis bonne à jeter ». Diary, 9 s (...)

I realize – comme disent les Anglais – ganz und voll – comme disent les Allemands – que je suis – comme disent les Autrichiens – eine alte Schachtel ! Eh, oui il faut accepter la dignité et le fardeau des soixante-dix. Cela ne durera pas longtemps !2

  • 3 Andrew Carnegie crée en 1910 la Fondation Carnegie pour la paix dotée de 40 millions de dollars des (...)

2Mais la vieille dame, qui ne cesse de se plaindre que le corps ne soit pas à la hauteur de l’esprit qu’elle garde vif, ne se laisse pas abattre pour autant. Grâce à la bourse que lui verse désormais la Fondation Carnegie pour la Paix3, elle a retrouvé une certaine aisance financière – le pactole du Prix Nobel n’ayant guère duré – et tient même un discours aux accents capitalistes puisés tout droit dans l’expérience américaine :

On dit que j’ai ramené des trésors d’Amérique. Voilà pourquoi les gens me tiennent pour riche. De fait, grâce à la pension Carnegie, c’est comme si j’avais acquis un capital de plus de 100 000. Certes cela s’arrêtera avec moi. (D, 15 mars 1914)

3Elle fait d’ailleurs à ce moment deux gestes en soi contradictoires. D’un côté, elle affirme sa réelle volonté de quitter la scène publique en faisant l’acquisition, sur un coup de tête qui stupéfie son entourage, d’une villa dans la Steiermark, loin de Vienne et, de toute évidence, elle savoure son nouveau statut : « Penser à la villa, est ce qui me réjouit le plus. Me voilà maintenant propriétaire de la villa Ste Rosalie » (D, 19 février 1914). D’un autre côté, exprimant subitement son regret de n’avoir jamais eu de salon, elle ouvre son appartement viennois de la rue Zedlitz pour un thé hebdomadaire dont il ne sera d’ailleurs question qu’une seule fois : « cet après-midi, ma réception. Elle est plutôt brillante, 14 dames et 8 messieurs » (D,29 mars 1914) .

4De fait, Bertha von Suttner, par nature, par tempérament, par sa longue expérience d’un engagement public, ne lâche pas prise facilement. Le regard qu’elle continue à poser sur la société de son temps reste toujours aussi lucide, Wiener-Gesellschaft (société viennoise) et Übermilitarismus (Hypermilitarisme) restent ses cibles préférées, surtout si les deux se retrouvent à la même table :

Déjeuner : c’était somptueux. on comprend que ces cercles-là ne veulent rien voir changer dans l’ordre du monde… (D,8 février 1914 )
Souper : moi entre deux généraux et la maîtresse de maison entre deux généraux – non, cette mondanité-là ne me convient pas. (D, 2 mars 1914)

5Mais ce qu’elle exècre le plus, c’est le militarisme prussien, « la botte militaire, la prussienne, qui pèse de tout son poids sur la Mitteleuropa ». Quant à la perception, très vive depuis le retour des États-Unis, d’une Europe au bord de la catastrophe, elle en a la confirmation tous les jours à la lecture assidue des journaux – dont bon nombre de publications étrangères – et des dépêches envoyées par ses amis et compagnons de lutte pour la paix. Se maintenant présente, au prix d’un réel effort, au cœur d’une actualité qui s’accélère dangereusement, elle a pour la saisir des formulations prémonitoires :

  • 4 Randglossen, chroniques du temps présent rédigées mensuellement par Bertha von Suttner pour la revu (...)

Cette nuit, j’ai écrit mes Randglossen, la nouvelle traque qui sévit dans les Balkans m’exaspère. On pousse systématiquement à la guerre. Maintenant il est question qu’en Russie (parce que les diplomates des Balkans y mènent des pourparlers) on prépare le poignard qui doit être planté dans le dos de l’Autriche-Hongrie (D, 5 février 1914)4

6Cinq mois plus tard, le 28 juin, le Serbe Gavrilo Princip, en poignardant l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo, signera le début de la Première Guerre mondiale, cette Weltkrieg qu’elle redoutait tant.

  • 5 Le mouvement pacifiste, 1913 n° 6 : « La baronne Bertha von Suttner publie au nom de l’Association (...)

7Mais il est bien d’autres domaines, où Bertha von Suttner continue à affirmer sa présence. Alors même que sa santé décline de manière inquiétante, elle reste toujours aussi convaincue de la force de l’écriture : « En tant que personne on n’a plus aucune influence – qui sait, ce que l’on pourrait encore faire avec sa plume » (D, 16 mai 1914). Elle envoie donc, outre les Randglossen destinées à la Friedenswarte, article sur article à la revue Le mouvement pacifiste5 et c’est encore elle qui signe la réponse autrichienne à l’enquête internationale lancée par la même revue sur le thème « Le pacifisme en 1913 ». De même, la tentation des voyages reste vive et il y a quelque chose de pathétique à lire sous la plume de cette femme qui se déplace de plus en plus difficilement le conflit entre désir de repartir et incapacité physique à le faire :

Ce matin, j’étais tout prêt d’accepter l’invitation à La Haye. Cela pourrait me mener à Bruxelles, Berne et Rome – Non, il faut faire une fin ! (D,2 février 1914)

8Elle surveille de près les préparatifs des congrès pour la paix,en particulier ceux du XXIe congrès qui doit se tenir à son initiative en septembre à Vienne :

  • 6 Pour financer le congrès, les organisateurs avaient mis en vente des bons de loterie, sans succès.

Qu’est-ce qu’il va advenir ? Pas de financement, pas de comité d’honneur digne de ce nom, pas de bureau au travail, débâcle de la loterie […] C’est à en avoir des pensées suicidaires. L’assemblée générale était une fois de plus bien piteuse. Je n’en peux plus (D, 6 avril 1914)6

9Elle se montre sévère pour la génération qui lui succède à la tête des instances du mouvement et va même jusqu’à douter de la survie de ce dernier, se mettant elle-même en cause :

  • 7 « Bourgeois* » : en opposition aux Sociaux-démocrates que Bertha von Suttner vient d’évoquer : « Le (...)

Le mouvement de la paix « bourgeois »* est chez nous vraiment d’une apathie qui cherche son pareil – Évidemment, avec à sa tête une vieille femme ! Où donc sont les fonceurs jeunes, vigoureux, enthousiastes ? (D, 12 mai 1914)7.

10Jusque dans ses derniers instants, dont les quelques témoins affirment qu’elle s’est éteinte en murmurant « Die Waffen nieder! Sagt es vielen, vielen (Bas les armes ! Dites – le à beaucoup, beaucoup) », Bertha von Suttner reste présente sur tous les fronts, contrôle, propose et plus souvent encore impose ses vues, faisant fi des critiques, des moqueries et même de sa gloire : « Ah, la Friedensbertha ! Ce vieux refrain », dont elle pressent la fragilité face à l’imminente apocalypse qu’infatigable Cassandre, elle ne cesse de prédire.

  • 8 Dans le Numéro 26 en date du 27 juin 1914 de la Neue Freie Presse est publié, à côté d’articles néc (...)

11Bertha von Suttner s’éteint le 21 juin 1914 des suites d’un cancer à l’estomac qui certes ne la fait pas trop souffrir mais l’épuise8. Elle laisse un testament, rédigé le 20 septembre 1913, dans un style qui souligne une dernière fois l’intransigeance sur les principes qui ont guidé toute une vie :

  • 9 Fonds Fried-Suttner, UNOG-Genève.

Je suis membre de « La Flamme » et ma déclaration, que je désire être
incinérée, y est déposée.
J’exige d’être transportée à Gotha
L’urne dans la salle des urnes de ce lieu
J’interdis toute mise en bière, dépôt de gerbes, bénédiction du corps
Je meurs comme j’ai vécu, en libre-penseuse convaincue
Je n’ai jamais feint la foi et ne veux aucune hypocrisie après ma mort
Pas de cartes à envoyer.9

12Les clauses du testament seront fidèlement respectées. Ainsi, la crémation expressément voulue par la défunte, a lieu, loin de Vienne, à Gotha, là même où son époux avait été incinéré, en présence de la famille réduite à sa seule belle-sœur Louise von Suttner, et de représentants de quelques instances du mouvement pour la paix, dont A.H. Fried et Ludwig Quidde.

13Face à ces funérailles voulues dans la plus grande simplicité et tenues dans la quasi intimité, la presse, quotidiens et hebdomadaires confondus, se fait rapidement et parfois bruyamment l’écho de sa disparition. À Vienne, la Neue Freie Presse publie pas moins de trois articles, dont un bulletin de santé détaillé, en page deux de l’édition datée du 27 juin. Rappelant au passage que la baronne Suttner a été une collaboratrice « appréciée et très active » du journal, un premier article de fond met en avant « son infatigable agitation (Rastlosigkeit), sa force et son talent de secouer », termes sans doute pensés comme autant de compliments par l’auteur de l’article mais qui n’auraient guère été du goût de la défunte. L’article égrène par ailleurs la vieille lignée de militaires au service de l’Autriche dont est issue Bertha née comtesse Kinsky et clôt son éloge sur une formule plutôt saugrenue « Dans les veines de cette pionnière de l’idée de paix coulait un authentique sang de soldat ! ». Autant de maladresses qui prouvent combien, en ce début de siècle, monde de la presse et de la politique restent encore perplexes et singulièrement démunis dès qu’il s’agit de faire l’éloge de l’action ou de l’engagement d’une femme publique. Un second article, signé du parlementaire Dr. Julius Osner a la particularité d’émaner d’un membre de la Société autrichienne des amis de la paixqui s’en est retiré pour cause de conflit avec la Présidente. Il reprend le thème, incontournable en l’occurrence, des origines aristocratiques de Bertha von Suttner « née princesse, baronne par mariage » et donne la définition d’un engagement au féminin politiquement correct qui trouve sa force d’agir et sa justification « dans la forme distinguée de [son] comportement qui contribua beaucoup à l’aider dans ses efforts... », en clair un engagement de femme acceptable parce que respectueux des codes sociaux existants. Par ailleurs, il n’hésite pas à reprocher à l’apôtre de la paix « qui jauge tout à l’aune de son idée de la paix » une certaine naïveté, en particulier face au Tsar Nicolas II. Tous ces articles ne manquent évidemment pas de rendre hommage à Die Waffen nieder!, regrettant toutefois que Bertha von Suttner soit devenue « exclusivement une auteure de romans à la mode ».

14La presse française rend en général rapidement compte de la disparition de Bertha von Suttner même si elle le fait dans une certaine discrétion car, dans le contexte international du moment, tout ce qui vient des pays germaniques, Allemagne ou Autriche, est alors perçu et répercuté avec beaucoup de circonspection. La nouvelle n’apparaît qu’en page quatre du Figaro en date du 22 juin sous forme de brève dépêche mais elle est plus détaillée dans Le Temps du 23 juin où il en est fait mention dans le sommaire en première page puis dans ‘les nouvelles de l’Europe’ en page deux. Y sont rappelées les activités de la Baronne Suttner « célèbre dans le monde entier pour sa campagne en faveur de l’arbitrage international ». Puis vient en fin de notice un portrait éclairant sur la fabrication des héroïnes au gré des stéréotypes nationaux, présentant Bertha von Suttner en « poète, révolutionnaire, indomptée quant à ses principes ».

  • 10 A.H. Fried s’exile en Suisse pendant toute la durée de la guerre. La revue continuera à paraître à (...)

15Les revues, en particulier celles émanant ou proches du mouvement pour la paix, ne sont pas en reste. Le mouvement pacifiste ouvre son numéro 7 en date du 15 juillet 1914 avec une notice nécrologique précédée de l’une des dernières photographies de la défunte. Quant à A.H. Fried, qui avait publié un long hommage à Bertha von Suttner pour ses soixante-dix ans dans Le mouvement pacifiste du 15 juillet 1913, il lui consacre un des derniers numéros d’une Friedenswarte bientôt interdite de publication pour cause de guerre10.

16Si la ‘fortune’ de l’ouvrage Die Waffen nieder! est restée constante jusqu’à aujourd’hui, avec, dernier avatar, une réédition en 2007 en forme de e-book, l’hommage de la postérité à son auteure est beaucoup plus complexe et aléatoire. Déjà moquée de son vivant, cette baronne aux idées peu conformes, qui évolue avec autant d’assurance que d’élégance dans le monde masculin de la politique internationale reste inclassable pour la plupart de ses contemporains, divisés quant à son action publique, désorientés aussi par l’engagement affirmé par une femme qui se revendique haut et fort de ses origines aristocratiques. Rares sont alors les observateurs assez perspicaces pour avoir perçu la force et la liberté de parole que Bertha von Suttner avait su se donner en assumant ce paradoxe. En 1911 Camille Flammarion lui exprimait toute son admiration pour son action déterminante au sein du mouvement pacifiste

  • 11 Camille Flammarion, Menton 20 mai 1911, Fonds Fried-Suttner, Bibliothèque de l’ONU Genève.

Comme vous le dites avec raison… le principe seul de ce projet [un traité d’arbitrage entre les États-Unis, Londres et Paris] constitue un triomphe pour le pacifisme. Mais il ne peut manquer de produire d’heureux fruits, peut-être plus rapidement encore que ne le supposent les diplomates, car on en a vraiment assez, et tous les cœurs crient avec vous : Bas les armes !11

17Mais c’est sans doute le Britannique Hodgson Pratt, co-fondateur et Président de la International Arbitration and Peace Association, qui dès 1899 a le mieux formulé dans une lettre reprise dans les Mémoires ce qui fait de Bertha von Suttner une femme publique d’un genre nouveau. :

All the changes in human affairs are in these days due to the all-poverfull influence of public opinion and you have possessed special gifts and opportunities of contributing to the formation of that great power of opinion. The very fact of you beeing a woman, and of you being a member of aristocraty in an essential aristocratic and military nation has powerfull attracted attention in Continental Europe by your writings and speeches (M, p. 436)

18Cependant, aux yeux de la grande majorité de ses contemporains, elle est et reste un Don Quichotte de la paix au féminin, figée dans ses convictions, animée jusqu’à en être ridicule de l’importance de sa mission :

  • 12 Gräfin Edith Salburg, Erinnerungen einer Respektlosen, Leipzig 1927, p. 81

Je pense à Genève […] sous le signe de Bertha Suttner, dont le talent a été de brandir une idée tout à fait valable jusqu’à la rendre vaine et presque ridicule, jusqu’à n’être plus que phrase et gesticulation12.

19Pour la génération qui entre en guerre en 1914, le temps n’est plus à la réflexion sur les moyens d’empêcher le conflit, sur les négociations et traités d’arbitrage international ou sur le champ d’action du Tribunal permanent de La Haye. Les rares hommages qui seront alors rendus à Bertha von Suttner émanent de compagnons de lutte réfugiés en Suisse où ils tentent désespérément de maintenir un mouvement pour la paix bien mal en point :

  • 13 S. Zweig à Paul Zech, 6 août 1915 in S. Zweig, Correspondance 1897-1919 (préface, notes et traducti (...)

J’ai reçu une lettre tragique de Romain Rolland. Il a rendu les armes face à la haine du monde. Il m’écrit qu’il ne veut plus se battre. Il a donné toute une année de sa vie, m’écrit-il, et il s’aperçoit à présent (sans le regretter) que toute tentative de réconciliation est sans espoir […] Je comprends sa lassitude, je la ressens aussi au fond de moi13.

20Face aux horreurs quotidiennes des tranchées, raids aériens, bombardements des populations civiles, tous pronostiqués par Bertha von Suttner dans ses derniers écrits, l’icône de la paix devient une figure floue, même aux yeux de ses plus fidèles amis. Elle est cruellement vite devenue étrangère à son temps :

  • 14 S. Zweig, Bertha von Suttner, Eine Ansprache inmitten des WeltKrieges, Bern 1917. L’allusion au Vol (...)

Pour notre monde faussement intelligent, elle passait pour une voyeuse de fantômes et l’opinion publique avait fini par l’envoyer rejoindre les occultistes et les théosophes, les végétariens et les inventeurs de volapük* dans le recoin tortueux qui touche à la folie14.

  • 15 La Société des Nations, avec siège à Genève, entre en fonction le 10 janvier 1920 et le reste jusqu (...)
  • 16 R. Coudenhove-Kalergi, Pan-europa, Paneuropa-Verlag, Vienne 1923.Pour l’utilisation du terme par Fr (...)

21Quant à la période qui portera plus tard le nom d’entre-deux-guerres – un terme qui eût désespéré Bertha von Suttner –, elle voit certes renaître un intérêt pour l’idée de paix qui s’incarnera en février 1919 lors de la Conférence de la Paix à Paris, dans la charte de la Société des Nations garantissant la paix universelle – ce qui l’eût comblée.15 Mais les années de guerre ont laissé des traces et certains compagnons de route ont, sous le choc des réalités, profondément repensé leur conception du pacifisme. C’est le cas de A.H. Fried, qui prônera plus que jamais un « pacifisme scientifique » prenant en compte l’interférence des facteurs sociaux et économiques dans la politique internationale, aux antipodes du pacifisme humaniste et moral, désormais anachronique, défendu par Bertha von Suttner. De même, on voit émerger au cours des années vingt nombre d’idées et de termes empruntés, sans qu’il soit fait référence à leur source, à des écrits datant de bien avant le déclenchement du conflit. Il en va ainsi de l’ouvrage du comte Richard Coudenhove-Kalergi paru à Vienne en 1923, dont le titre Paneuropa est un terme déjà utilisé par A.H. Fried dès 1909 et par Bertha von Suttner dans la Friedenswarte en 191216.

  • 17 Cf. Avant-propos de Stéphane Hessel. qui rencontra à diverses reprises Eleanor Roosevelt lors de l’ (...)
  • 18 E. Roosevelt, The Autobiography, New York, First da Capo Press 1992, p. 428. Cité in : Claude Cathe (...)

22Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que l’ombre de Bertha von Suttner revient furtivement sur la scène internationale. Et c’est une autre femme, qui va aider à cette renaissance. Sans se réfèrer nommément à la pionnière du mouvement pacifiste, Eleanor Roosevelt va l’inclure de facto dans son engagement17. En se reconnaissant une communauté de caractère avec son oncle Ted, ce même Président des États-Unis que Bertha von Suttner avait rencontré à Washington en 1904, elle s’inscrit dans la continuité sous le sigle des États-Unis : « Je dois avoir une bonne dose du caractère de mon oncle Ted, car j’aime un bon combat. »18. Bien des aspects de son engagement public, consignés dans ses diverses autobiographies, ne sont pas sans rappeler à un demi-siècle de distance ceux notés par Bertha von Suttner dans ses Mémoires. Ainsi lorsque, déléguée des États-Unis d’Amérique à la première assemblée des Nations Unies à Londres en 1946, elle y note avec effroi la quasi-absence des femmes, 7 femmes pour 750 délégués. Ou, lorsque chargée le 28 septembre 1948 de faire le discours de présentation de la Déclaration universelle des droits de l’homme devant un public de deux mille personnes réunies dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, elle avoue un ‘trac’ tout à fait comparable à celui ressenti en 1891 par Bertha von Suttner parlant à la tribune du Congrès universel pour la paix rassemblé à Rome sur le Capitole. Et le célèbre discours du 9 décembre 1948 au Palais de Chaillot devant l’assemblée qui entérine la Déclaration a d’indéniables accents suttnériens :

  • 19 http ://American Rhetorik On the Adoption of the Universal Declaration of Human Rights.

We stand today at the threshold of a great event both in the life of the United Nations and in the life of mankind. This Universal Declaration of Human Rights may well become the international Magna Carta of all men anywhere [...] It is a significant fact that 58 states have found such a large measure of aggreement in the complex field of human rights. This must been taken as a testimony of our common aspiration first voiced in the Charter of the United Nations to lift men ewerywhere to a higher standard of life and to a greater enjoyment of freedom. Man’s desire for peace lies behind this Declaration19.

  • 20 Eleanor Roosevelt a 64 ans quand elle prononce son discours de Paris en 1948, Bertha von Suttner a (...)

23Au vu des parcours respectifs de ces deux figures d’exception s’aventurant à cinquante ans de distance dans le monde masculin et durablement misogyne de la politique internationale, un constat s’impose. Toutes deux, venues tardivement sur la scène publique20, dénoncent dans leurs autobiographies respectives les innombrables entraves mises à leur action parce qu’elles sont femmes. Toutes deux se voient à maintes reprises renvoyées à leur statut social ‘naturel’, Madame la Baronne pour l’une, First lady et femme du Président pour l’autre. En ce demi-siècle, la ‘femme publique’, même si le terme a pris une tout autre connotation que celle de prostituée chère au XIXsiècle, constitue encore un scandale. Au cours d’une époque tragiquement ponctuée par deux Weltkriege, la voix des femmes peine encore à s’imposer dans le monde de la diplomatie et des relations internationales, lequel semble paradoxalement se refermer de plus en plus sur ses élites masculines à mesure que la sphère du politique se mondialise.

24Aujourd’hui, le nom de Bertha von Suttner n’est certes pas inconnu. Des rues, des places, des ponts, des moyens de communications, un ICE allemand, d’anciens billets de banque, des pièces de deux euros autrichiens mais aussi des écoles développant des enseignements et des projets pour la paix21. L’astéroïde 12799 et bien d’autres choses encore portent son nom22.

25Mais qui associe spontanément aujourd’hui ce nom avec les institutions internationales, les tribunaux permanents d’arbitrage siégeant à La Haye ou les instances œuvrant pour la paix comme le BIP, le Bureau international de la paix, toujours sis à Berne ? Et si, parfois, on se souvient de ce premier prix Nobel de la paix au féminin, qui sait encore aujourd’hui que ce prix fut le fruit d’un dialogue passionné direct puis épistolaire, entre le « roi de la dynamite », inventeur du plus redoutable des explosifs à un moment d’intense armement généralisé et une baronne autrichienne convertie à la cause de la paix universelle et que ce même Nobel appelait affectueusement l’« amazone qui fait si vaillamment la guerre à la guerre ».

Notes

1 Vice –présidente du BIP depuis sa création en 1892, elle en devient Présidente d’honneur en 1909.

2 Eine alte Schachtel, mot à mot : une vieille boîte, ici : « que je suis bonne à jeter ». Diary, 9 septembre 1914.( désormais D, date).

3 Andrew Carnegie crée en 1910 la Fondation Carnegie pour la paix dotée de 40 millions de dollars destinée à accélérer le processus d’abolition de la guerre et attribuant des bourses aux pacifistes notoires, dont Bertha von Suttner. Cf. B. von Suttner, « Andrews Carnegie’s Friedensstiftung », 1911, Archives Fried-Suttner, File 12/88, Bibliothèque UNO-Genève et la correspondance concernant la mise en place du European Office du Carnegie Endowment for international Peace avec nomination de B. v. S. dans le comité d’administration.

4 Randglossen, chroniques du temps présent rédigées mensuellement par Bertha von Suttner pour la revue de A.H. Fried Die Friedenswarte. Fried les réunira en deux volumes en 1917 sous le titre Der Kampf um die Vermeidung des Weltkrieges. Randglossen aus zwei Jahrzehnten zu den Zeitereignissen vor der Katastrophe. Hg. von Alfred Hermann Fried, 2 Bände, Zürich 1917. (Le combat pour éviter la Guerre mondiale. Deux décennies de chroniques sur les évènements avant la catastrophe).

5 Le mouvement pacifiste, 1913 n° 6 : « La baronne Bertha von Suttner publie au nom de l’Association autrichienne de la paix l’appel suivant… », p. 256.

6 Pour financer le congrès, les organisateurs avaient mis en vente des bons de loterie, sans succès.

7 « Bourgeois* » : en opposition aux Sociaux-démocrates que Bertha von Suttner vient d’évoquer : « Les seuls – parce qu’ils constituent aussi un pouvoir – dont on peut espérer qu’ils détourneront la guerre de masse, ce sont les Sociaux-démocrates ».

8 Dans le Numéro 26 en date du 27 juin 1914 de la Neue Freie Presse est publié, à côté d’articles nécrologiques, un bulletin de santé très détaillé signé de ses médecins.

9 Fonds Fried-Suttner, UNOG-Genève.

10 A.H. Fried s’exile en Suisse pendant toute la durée de la guerre. La revue continuera à paraître à Zurich grâce au soutien de la Carnegie Endowment for International Peace qui parvient à en assurer le financement dans une Suisse restée neutre.

11 Camille Flammarion, Menton 20 mai 1911, Fonds Fried-Suttner, Bibliothèque de l’ONU Genève.

12 Gräfin Edith Salburg, Erinnerungen einer Respektlosen, Leipzig 1927, p. 81

13 S. Zweig à Paul Zech, 6 août 1915 in S. Zweig, Correspondance 1897-1919 (préface, notes et traduction de I. Kalinowski), Paris Grasset, 2000, p. 284.

14 S. Zweig, Bertha von Suttner, Eine Ansprache inmitten des WeltKrieges, Bern 1917. L’allusion au Volapük rappelle l’hommage dithyrambique rendu par J. Grand-Carteret en 1894 « Je bois au Volapük féminin de l’avenir » cf.chapitre IX, p. 196.

15 La Société des Nations, avec siège à Genève, entre en fonction le 10 janvier 1920 et le reste jusqu’en 1946.

16 R. Coudenhove-Kalergi, Pan-europa, Paneuropa-Verlag, Vienne 1923.Pour l’utilisation du terme par Fried et Suttner, cf. Anne-Marie Saint-Gille, La « Paneurope », op. cit., p. 80 et note 178.

17 Cf. Avant-propos de Stéphane Hessel. qui rencontra à diverses reprises Eleanor Roosevelt lors de l’élaboration à Londres en 1946 et de la présentation à Paris en 1948 de la Déclaration universelle des droits de l’homme .

18 E. Roosevelt, The Autobiography, New York, First da Capo Press 1992, p. 428. Cité in : Claude Catherine Kiejman, Eleanor Roosevelt First Lady et rebelle, Tallandier, 2012, p. 225.

19 http ://American Rhetorik On the Adoption of the Universal Declaration of Human Rights.

20 Eleanor Roosevelt a 64 ans quand elle prononce son discours de Paris en 1948, Bertha von Suttner a 63 ans quand elle prononce en 1906 à Christiania/Oslo son discours de réception du Prix Nobel de la Paix.

21 Ingrid Schacherl/ Iris Steiner, „Auf der Suche nach dem Geist der Friedenkämpferin. Gespräche über Frieden und Krieg mit Schülerinnen und Schülern des Bertha-von-Suttner-Bundesgymnasiums in Wien“, in L. Cohen, Gerade weil Sie eine Frau sind..., op. cit., p. 175 suiv.

22 Sur ces innombrables lieux de mémoire suttnériens, cf. http://de.wikipedia.org/wiki/Bertha_von_Suttner.

Table des illustrations

Titre Figure 10 : Madame la Baronne Bertha de Suttner, née Comtesse Kinsky.
Crédits Le Mouvement pacifiste n° 7, 15 juillet 1914, Berne.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search