Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1957

Abano, 23 mai

Texte intégral

Mort par justice

1Summum jus, summa injuria, Adage romain.

  • 1 Mathieu, VII, I.

2« Ne jugez pas », Evangile1.

  • 2 « Lesurques... il fut accusé de participation à l’assassinat, près de Lieusaint (Seine et Marne) d (...)
  • 3 Cf. Ludovic Kennedy « Ten Rillington Place », Londres, ed. Victor Gollancz, 1961 et l’article d’He (...)

3Le procès de Jeanne d’Arc, les tribunaux militaires (la décimation pendant la première guerre mondiale), le refus d’obéissance militaire, les procès dits de « sorcières » des temps modernes, la condamnation de Sacco et de Vanzetti aux Etats-Unis, l’affaire du courrier de Lyon2, lesdites « erreurs judiciaires », le condamné à mort reconnu innocent à Londres après son exécution3, les guerres du droit (on tue au nom de la justice et de l’idéal).

4La guerre se lie au présupposé du droit de tuer au nom de la justice. L’idée de légitime défense autrement dit le meurtre légal est liée à celle d’une dérision de justice qui nous fait ses mandants ; le concept du gendarme et celui du soldat.

5Il faudrait reprendre la parole de Montaigne, que les pires injustices valent mieux que pas de justice du tout, et montrer qu’elle est fausse et que rien n’a jamais égalé en horreur et en injustice les meurtres par justice.

  • 4 Montaigne « Essais » (II, XII), op. cit., p. 351.

6« Epicurus disoit, des loix, que les pires nous estoient si nécessaires que, sans elles, les hommes s’entremangeroient les uns les aultres ; et Platon vérifie que, sans loix, nous vivrions comme bestes »4.

7La racine de la justice est en réalité le sens de l’importance et d’autre part la crainte de la mort et de la souffrance. On croit les dominer parce qu’on croit en disposer pour d’autres. Les hauts barons du Moyen Age avaient le droit de Haute Justice (avec les roulements des tambours accompagnateurs, le son des cloches).

8Qui a dit, après avoir entendu sa condamnation à mort : pour mes juges, la nature les a déjà condamnés ?

9La justice croit remplacer l’homo homini lupus par un homo homini deus ; elle semble poser que l’homme puisse être un dieu pour l’homme, le juger, décider de sa vie, de sa mort, etc... mais c’est faux.

  • 5 Athénagore (seconde moitié du IIe siècle), « Supplique au sujet des chrétiens », ed. Schwarts T. U (...)

10« Le chrétien ne peut pas souffrir de voir un homme mis à mort, fût-ce justement », écrivait Athénagore5.

11Et Blaise Pascal :

  • 6 « Le mystère de Jésus », « Pensées », op. cit. p. 476.
    Sur la mort de Jésus voir ce qu’en écrit le (...)

12« Jésus-Christ n’a pas voulu être tué sans les formes de la justice ; car il est bien plus ignomineux de mourir par justice que par une sédition injuste »6.

La peine de mort comme supplice

13Quelle est la différence entre la mort naturelle et la peine de mort ? Comme peine, la mort est un supplice, le dernier au sens le plus fort, physique, une torture. On a aboli les tortures et conservé la peine de mort.

14La mort comme acte de justice pose le problème de la justice et celui de la mort ; enfin celui de leur relation.

15La justice est infaillible (problème premier), la mort est irrémédiable (problème deuxième, relevant de la nature de la mort). Leur mise en relation pose donc le caractère irrémédiable de la mort par justice.

16Le « quiproquo » de Diderot :

17« Jacques : Monsieur, ne vous fâchez pas, on a quelquefois pendu de fort honnêtes gens : c’est un quiproquo de justice.

  • 7 Diderot « Jacques le fataliste » « Œuvres romanesques », Paris, éd. Garnier, 1951, p. 549.

18« Le Maître : ces quiproquo-là sont affligeants. Parlons d’autre chose »7.

19La relativité du droit, son caractère répressif. L’horreur de l’exécution.

20Etant donné la distinction de la mort en deux choses : le mourir et l’être mort (le mourir, le être tué faisant encore partie de la vie) il semble que, sous l’apparence de condamner à être mort (retrancher un être de la société), on condamne en réalité à un supplice : au passage par supplice de la vie à la mort, supplice qui a son aspect moral et son aspect physique.

  • 8 Voir l’article « Mort et réanimation », du Professeur André Lemaire in « Le Monde », 20 août 1963.

21Aspect physique, les deux minutes de conscience du supplicié qu’il peut conserver, selon les physiologues, après qu’il a la tête tranchée8.

22Dans le cas de la chaise électrique ce n’est pas, dit-on, la durée, bien qu’elle ne soit pas négligeable, mais qui ne ressemble en rien à celle des supplices qui osaient dire leur nom, comme l’écartèlement, le pal... mais l’intensité de la douleur qui fait le supplice.

23On a donc aboli toutes les tortures, mais en en conservant la plus terrible, sous l’hypocrite apparence que ce n’est pas à mourir qu’on condamne mais à mort, au sens de être mort.

24Or par là la peine de mort ne se distingue en rien d’une mort quelconque, par là toutes les morts sont identiques, du moins vues de la vie. Mais mourir diffère et la condamnation le rend atroce.

25Il se pourrait aussi qu’à l’inverse, en condamnant à mort, une société veuille se prouver qu’elle ne condamne pas à un état éternel (l’être mort), ce qui forcerait chaque homme dans toute condamnation à mort à regarder sa propre mort, mais à un événement, l’ultime de l’existence, à un passage douloureux.

L’obsession de la mort et la peine de mort

26On trouve, à l’état pur en quelque manière, dans des traits de la vie de Caligula, l’obsession de la mort unie au désir du meurtre.

27Son souhait que le peuple romain n’eût qu’un seul cou « utinam populus romanus unam cervicem haberet » est souvent séparé, dans les alllusions qu’en en fait, de son contexte. Or ce ne fut pas par une cruauté poussée à l’extrême, mais au contraire par tristesse devant le désir de meurtre des Romains, du meurtre légal des rétiaires et des gladiateurs, qu’il l’exprime :

  • 9 Suétone « Les vies des douze Césars » (H, XXX), trad. par Rat. Paris, ed. Garnier, tome II, pp. 42 (...)

Cinq rétiaires en tunique, qui combattaient en troupe, avaient succombé sans résistance sous un nombre égal d’antagonistes ; quand on donna l’ordre de les tuer, l’un d’eux reprenant son trident, massacra tous les vainqueurs. Il (Caligula) déplora dans un délit cette tuerie comme étant un affreux massacre et chargea d’imprécations ceux qui avaient eu le courage de la regarder.9.

28Pourtant, dans un autre passage, Suétone raconte de Caligula :

Toutes les fois qu’il couvrait de baisers le cou de sa femme ou de son amie, il ajoutait « cette bonne tête-là tombera quand je voudrai ».

Notes

1 Mathieu, VII, I.

2 « Lesurques... il fut accusé de participation à l’assassinat, près de Lieusaint (Seine et Marne) du courrier de Lyon (27 avril 1796).
« Reconnu par les servantes de l’auberge de Montgeron, où il était descendu, Lesurques fut condamné et exécuté, peut-être à tort : il aurait eu un sosie qui aurait été le coupable »
« Grand Larousse encyclopédique », Paris, 1962, tome VI.

3 Cf. Ludovic Kennedy « Ten Rillington Place », Londres, ed. Victor Gollancz, 1961 et l’article d’Henri Pierre « Un livre documenté fait rebondir la polémique autour du cas de Timothy Evans pendu « par erreur » en 1949 in « Le Monde », 19janvier 1961.

4 Montaigne « Essais » (II, XII), op. cit., p. 351.

5 Athénagore (seconde moitié du IIe siècle), « Supplique au sujet des chrétiens », ed. Schwarts T. U. 4 février 1891, trand. par Barby 1943. Cité par Jean Michel Homus « Evangile et Labarum », Genève ed. Labor Fides », 1960 p. 88 — « Fût-ce justement », souligné par moi.

6 « Le mystère de Jésus », « Pensées », op. cit. p. 476.
Sur la mort de Jésus voir ce qu’en écrit le Pasteur Jean Lasserre.
« Le Sauveur des chrétiens est essentiellement un condamné à mort : s’offrant volontairement à l’atroce supplice, Jésus ne s’est pas tellement laissé porter par les événements, pour subir en sa chair l’inoxerable enchaînement de la loi du péché, mais il a voulu s’identifier à tous les condamnés à mort de toute l’histoire humaine, tous les assassinés, les massacrés, les écrasés, depuis le temps d’Athénagore. Il a particulièrement voulu partager le sort des condamnés à mort, parce que ce sont là les victimes les plus malheureuses de toutes, une certitude qu’on va bientôt les tuer les entraîne dans une détresse infinie, celle-là même que Jésus a connu à Gethsémané : « Père, s’il est possible, que cette coupe passe sans que je la boive » (Mat. 26, 3) « Cahiers de la Réconciliation », Mai 1965 in « Le christianisme au XXe sièsiècle», 29 juillet 1965.

7 Diderot « Jacques le fataliste » « Œuvres romanesques », Paris, éd. Garnier, 1951, p. 549.

8 Voir l’article « Mort et réanimation », du Professeur André Lemaire in « Le Monde », 20 août 1963.

9 Suétone « Les vies des douze Césars » (H, XXX), trad. par Rat. Paris, ed. Garnier, tome II, pp. 42-3.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search