Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1957

Turin, 2 mai, Musée Egyptien

Texte intégral

Le nombre et le couple

1Aucun peuple n’eut autant que le peuple égyptien le sens des rapports. Rapport = support. Les rapports sociaux, celui des inférieurs et des supérieurs, des hommes et des animaux. Surtout le rapport entre mari et femme, celui du roi et du dieu, ou du roi et d'un couple de dieu, ou du couple royal entourant le dieu.

2La mort même, dans la peinture égyptienne et pour l'idée égyptienne, est absorbée dans un rapport avec le peuple qui ainsi l’hospitalise ou l’absorbe dans une manière de couple.

3Chaque couple (homme-femme, dieu-roi, roi-dignitaire) et voici une idée qui est celle même du rapport. La valeur spirituelle de ce rapport est perçue par les Egyptiens en même temps que sa valeur d’idée.

4Chaque couple est médiateur entre la nature qui meurt et quelque chose qui ne peut périr. L’Egyptien se réfugie contre la mort dans cela même sur quoi repose la vie : les rapports des êtres entre eux, et d’abord du couple. Aussi le réalisme de l’art égyptien a-t-il une valeur à la fois logique, spirituelle et aussi naturellement artistique (en tant qu’imitation de la nature).

5Cette pensée que l’être seul meurt nécessairement mais que le couple — tous les rapports des êtres et des choses — subsiste, et peut assurer et rassurer contre la mort, tel est le ressort de l’art et de la métaphysique, qu’on appelle la religion, de même que l'art comprend son iconographie.

6La Grèce a présenté l’homme seul comme quelque chose sur quoi la pensée se rassure. C’est pourquoi elle a dû faire sortir (ou prétendre faire sortir) la pensée de la parole et non de quelque chose de plus substantiel que la parole, le lien (organique) des choses et des êtres entre eux.

7Si pour l’Egypte la réalité (au sens naturel et métaphysique à la fois) est le couple, on comprend pourquoi elle respecte d’abord l’aspect du couple le plus naturel, le rapport homme-femme, le mariage.

8Mais aussi tous les rapports sont possibles à partir du couple. La dyade semble être la base de cette numération spirituelle, 2 compris non comme 1 + 1 mais comme le lien de 1 avec 2, l'idée même de leur rapport.

2+1

2 + 2

2+ (1 + 1)

2+ (2+1), etc...

9On voit la possibilité de l’invention (ou la découverte, avec le sens de retrouver des choses qui sont) d'une mathématique rationnelle, au sens pythagoricien, celui de proportion et de progression arithmétique ou géométrique ou celui de l’équation : le rapport de deux termes qui les égalise. La mathématique figure ce rapport, un peu comme la peinture représentait des couples, mais seulement d'une façon plus abstraite ; et la religion de façon encore plus abstraite, la métaphysique encore plus.

10D’un point de vue philosophique l’idée du couple est celle de la synthèse, l’idée de quelque chose d’autre et de différent de chaque élément ou de leur somme. Ainsi 1 homme + 1 homme = 2 hommes, il n’y a pas de synthèse. Mais le couple est le troisième terme qui résulte du rapport de deux éléments différents qui s’unissent ou plutôt s'harmonisent (selon la formule de Philolaos qui veut qu’il n’y ait d’harmonie qu’entre des éléments différents). Ainsi le couple homme-femme, dieu-homme, homme-animal, n’est pas seulement la figure de l’harmonie, elle dévoile son existence. 1 homme + 1 femme forment un couple qui est autre chose que l'homme et autre chose que la femme.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search