Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre XIV. Une femme ‘nobélisée’

Texte intégral

La fabrication du Prix Nobel de la Paix

  • 1 CF Chapitre VIII, Une correspondance dans le siècle.

1Il faut remonter très loin dans la vie de Bertha von Suttner pour retrouver trace du projet d’Alfred Nobel envisageant la distribution, après sa mort, de sa fortune amassée grâce à l’exploitation de son invention, la dynamite. Qu’il s’agisse des prix destinés aux plus grands écrivains, savants et inventeurs de la planète ou, plus spécifiquement, du prix devant récompenser l’action la plus éminente en faveur de la paix dans le monde, c’est une idée qui a longuement mûri dans l’esprit du ‘Roi de la dynamite’ et qui ne s’est que lentement formulée, en partie avec l’aide d’une Bertha von Suttner amenée à le côtoyer à divers moments de sa vie. Lorsqu’elle le rencontre pour la première fois à Paris en 1876, il n’en est pas encore question. Bertha, encore comtesse Kinsky, engagée brièvement comme secrétaire particulière d’un « Monsieur très riche, très cultivé et assez âgé », ne savait alors rien des raisons de la célébrité ni des sources de la fortune de Nobel. Mais très vite entre la secrétaire occasionnelle et le mélancolique inventeur s’était instauré un dialogue qui va se prolonger par une correspondance d’abord sporadique puis régulière jusqu’à la mort d’Alfred Nobel en 18961. À cette époque Bertha Kinsky ne s’intéressait ni à la politique ni à la guerre ni même à la paix. Les journaux ne la concernaient que par leurs pages culturelles et mondaines et, dans un dernier temps, par leurs petites annonces. Mais les étranges discussions quasi d’égal à égale avec cet inventeur de génie, arpenteur de la planète et richissime misanthrope, avaient été pour la jeune femme une source de réflexion sur le monde tel qu’il est, sur sa violence croissante, sur les remèdes nécessaires pour endiguer cette violence et assurer un avenir meilleur. Certains propos de celui qui venait d’inventer l’arme la plus sophistiquée de l’époque dérangaient certes mais le discours n’avait à ce moment rien de pacifiste – terme alors inconnu – et relèvait plutôt d’une vision du monde assez proche de celle du socialisme ambiant. Toutes choses bien peu faites pour convertir la comtesse Kinsky à l’action en faveur du progrès et de la paix pour l’humanité future ! Pourtant, les réflexions nées au cours de ces conversations avec Nobel ont laissé des traces. En 1887, les époux Suttner, de retour de neuf ans d’exil au Caucase, retrouvent à Paris un Nobel « inchangé, plus grisonnant et plus enfoncé que jamais dans ses travaux et inventions ». Cette fois c’est le baron von Suttner qui s’entretient avec le savant, essentiellement de ses travaux de chimie en cours. Une troisième rencontre – qui sera la dernière – a lieu en 1892 en marge du Congrès universel de la paix qui se tient à Berne. Alfred Nobel, prompt à financer la Société autrichienne des amis de la paix de sa « Chère Baronne », ne participe pas au congrès, il ne le fera d’ailleurs jamais tant est grand son scepticisme, voire son aversion pour ce genre de manifestation : « Mes usines mettront sans doute plus tôt fin à la guerre que vos congrès » réplique-t-il à Bertha von Suttner qui sollicite sa présence. Il a donc invité le couple Suttner à le rejoindre à Zurich, où il effectue quelques essais sur le lac à bord de son bateau-prototype en aluminium, Le Mignon. Logés aux frais de Nobel dans la suite de l’hôtel Bauer occupé peu de temps auparavant par l’Impératrice Elisabeth – on reste dans les sphères de la haute aristocratie –, les époux Suttner participent d’office aux aventureuses excursions sur le lac mais, cette fois, la discussion sur la guerre et la paix et sur les initiatives à prendre pour faire avancer la paix aura bien lieu. Car, depuis le Congrès de Rome en 1891, Bertha von Suttner s’est engagée ouvertement et y a gagné une stature, voire une posture de rang international. Aussi, tout en ménageant son mécène, elle engage à découvert la discussion, s’érigeant en dynamique initiatrice face au sceptique invétéré qu’est Nobel : « renseignez-moi, convainquez-moi, tels étaient ses propres termes ». Des projets naissent :

Nobel et moi, nous tombâmes d’accord que nous allions écrire ensemble un livre, un livre de combat contre tout ce que le monde recèle de misère et de bêtise.

2Le livre à quatre mains ne verra pas le jour mais c’est à cette occasion que Nobel évoque sa conviction intime que « des biens immenses accumulés par un seul doivent revenir à la communauté ». Bertha von Suttner, à qui la modernité du propos n’a pas échappé, commente dans ses Mémoires :

Il disait qu’il était incorrect de la part des gens riches de laisser leur fortune aux parents et proches ; il considérait les grosses fortunes venues par héritage comme un malheur car cela avait un effet paralysant (M, p. 271)

3En dépit d’invitations réitérées à Vienne, à Harmannsdorf et autres lieux de rencontres possibles, la « Chère Baronne » ne reverra jamais son « Cher Ami ». Nobel s’éteindra, frappé d’une crise cardiaque, le 10 décembre 1896 dans sa villa de San Remo. De 1892 à 1896, la correspondance permet de suivre au plus près la maturation d’un projet dont il n’avait guère été question lors des trois rencontres, du moins sous forme de fondation attribuant des prix. Dès le début de l’année 1893, Bertha von Suttner reçoit une lettre de Nobel où il lui expose un premier projet :

Paris, 7 janvier 1893.
Chère amie,
Que la nouvelle année vous soit prospère pour vous et pour la noble campagne que vous menez avec tant de force contre l’ignorance et la férocité humaine.
Je voudrais disposer d’une partie de ma fortune pour en faire un prix à distribuer tous les cinq ans (mettons six fois, car si dans trente ans on n’a pas réussi à réformer le système actuel, on retombera fatalement dans la barbarie). Ce prix serait décerné à celui ou à celle qui aurait fait faire à l’Europe le plus grand pas vers les idées de pacification générale. (M, p. 272)

4Mais Bertha von Suttner n’est pas convaincue, Nobel se montre trop pusillanime sur les questions de désarmement ou d’arbitrage, essentielles à ses yeux. Et puis elle retrouve là le scepticisme de son vieil ami contre lequel elle s’insurge depuis toujours. Avec un discernement très pragmatique, elle répond à Alfred Nobel que tous les cinq ans lui paraissent peu réalistes, vu les besoins financiers immédiats nécessaires, « ceux qui travaillent pour la paix ont besoin de moyens pour pouvoir travailler ». Quant à la durée de vie du Prix prévue pour trente ans, celle-ci ne lui paraît guère compatible avec sa propre conviction que le mouvement arrivera à ses fins, la paix universelle, bien avant ce terme. La réaction de Bertha von Suttner à cette première formulation est significative et révèle un aspect assez inattendu du personnage, un pragmatisme acquis au fil des engagements et des responsabilités et que les caricaturistes, tous masculins, vont très vite épingler comme un comportement typique de ‘bonne femme’, représentant avec force détails Madame la Baronne faisant le ménage dans la Maison Europe, en tablier de soubrette et plumeau à la main. Alfred Nobel va donc devoir revoir sa copie, ce qu’il fera du reste sans se dérober, le testament définitif, en langue suédoise, sera rédigé à Paris et authentifié le 27 novembre 1895. Quant à Bertha von Suttner, à qui le « celui ou celle » employé par Alfred Nobel dans sa lettre n’a pas échappé, elle n’aura de cesse de lui rappeler, en l’interprétant quelque peu dans son sens, son intention première : « Vous m’avez un jour écrit que vous feriez un legs important pour l’œuvre de paix. Oui, faites-le, je vous en conjure ! » (à Nobel, mars 1896). Et lorsqu’en janvier 1897 elle prend connaissance du testament du défunt, elle confie à A.H. Fried à propos de la fondation créée par Nobel : « Oui, je la trouve grande, grandiose et je m’en réjouis avec d’autant plus de fierté que c’est moi qui ait introduit Nobel dans le mouvement [de la paix] et qui lui ait suggéré de faire quelque chose d’important en sa faveur ». Dans l’éloge funèbre qu’elle consacre à Nobel dans le n° 1/ 1897 de sa revue Die Waffen nieder!, comme dans l’article publié dans le n° 4 de la même revue intitulé « Alfred Nobel et son testament » elle ne manquera jamais de mentionner un rôle que d’ailleurs personne ne lui conteste et qui justifierait pleinement à ses yeux qu’elle reçoive le premier prix Nobel de la paix. Il lui faudra cependant attendre huit longues années.

  • 2 La fortune de Nobel était estimée à l’époque à environ 36 millions de couronnes suédoises, 1 millio (...)

5À peine rendu public, le testament d’Alfred Nobel fait l’objet de contestations diverses de la part d’une famille assez éloignée, Nobel n’ayant pas d’héritier direct. Pendant plus de trois ans, procédures sans fins et procès peu glorieux se succèdent pour tenter d’empêcher ce que la famille considère comme une dispersion inutile et une injuste privation d’héritage2. Ce n’est que lorsque le neveu de Nobel, Emmanuel Nobel, à la tête de la branche russe de la famille, se refuse à participer à cette curée que les remises en cause du testament aussi diverses que tortueuses sont définitivement considérées comme nulles et non avenues. Bertha von Suttner est parfaitement au courant de ces péripéties. L’exécuteur testamentaire Ragmar Sohlmann les lui relate par le menu dans une longue lettre en date du 13 avril 1898 qu’elle ne pourra s’empêcher d’insérer, à titre d’exemple de la cupidité humaine, dans ses Mémoires. Elle fera un peu plus tard la connaissance d’Emmanuel Nobel qui lui rend visite à Harmannsdorf en 1902 et elle semble avoir apprécié tout particulièrement ce grand industriel, propriétaire de puits de pétrole à Bakou, découverts et exploités en son temps par le père d’Alfred Nobel et qui avait été à l’origine de la fortune des Nobel, avant la dynamite.

  • 3 Cette dissolution sera ratifiée le 13 août 1905 par référendum populaire avec pour conséquence l’ar (...)
  • 4 La méfiance a sur ce point la vie longue puisque en 2011 encore l’attribution du prix Nobel de litt (...)

6Mais les vicissitudes familiales auxquelles est soumis le testament ne sont pas les seuls obstacles à la mise en place et au bon fonctionnement de la Fondation Nobel. En effet, Alfred Nobel stipulait dans son testament que cinq prix seraient décernés, trois couronnant d’éminents travaux en physique, chimie et médecine, le quatrième réservé à un ouvrage littéraire écrit « dans une direction idéale » – expression singulièrement floue qui laissait place aux interprétations les plus diverses–, le cinquième destiné à récompenser un travail en faveur de la paix. Les quatre premiers prix devaient être décernés par l’Académie des Sciences suédoise alors que le dernier serait attribué par le Comité Nobel désigné par le Storting, le parlement norvégien, et décerné à Christiania, alors capitale de la Norvège. Cette répartition des tâches entre les deux pays s’explique du fait que l’Union suédo-norvégienne créée en 1814 existe alors encore en dépit des tensions qui prennent vers la fin du siècle une tournure plus radicale et mènent à la dissolution unilatérale de l’Union en juin 1905 sur la seule décision du Storting de Norvège3. Le testament de Nobel avait d’ailleurs bien prévu cette difficulté puisqu’il se termine en précisant que « les prix doivent être sans aucune considération de nationalité de sorte qu’ils soient attribués aux plus dignes, scandinaves ou non ». Mais les inimitiés et les méfiances réciproques restent encore très fortes et se traduisent par des décisions et attributions de prix parfois fort peu impartiales4. L’influence exercée au début au profit de la Norvège par le poète Björnstjerne Björnson, lui-même prix Nobel de littérature en 1903, est ainsi ouvertement critiquée. Quelque temps plus tard, il jouera certes un rôle important dans le choix de Bertha von Suttner pour le Prix Nobel de la Paix en 1905, avec toutefois un certain temps de retard douloureusement ressenti par l’impétrante et ses soutiens. Les modalités d’attribution des divers prix sont également fortement entravées au départ par les difficultés d’interprétation de certaines formulations du testament de Nobel. Ainsi la première remise du Prix Nobel de la Paix en 1901 fait déjà l’objet de contestations car le prix est partagé entre deux postulants, Frédéric Passy et Henry Dunant. Or le testament évoquait expressément une attribution du prix à un seul et unique candidat :

  • 5 Testament d’Alfred Nobel, traduction du suédois, Fondation Nobel, Stockholm.

la cinquième [partie de la fortune] à la personnalité qui aura le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes ou à la propagation des congrès pacifistes.5

7De même l’attribution du prix à une institution ou à une association, comme ce sera le cas avec L’Institut de Droit international en 1904 et le Bureau international de la Paix en 1910, pose problème. La lettre adressée par Bertha von Suttner au Comité Nobel dès le 15 février 1899 concerne ce point précis et souligne combien elle suit de près, avec un intérêt bien compréhensible, les travaux du Comité tout en ne se mettant pas elle-même en position de candidate mais en rappelant habilement sa proximité privilégiée avec le fondateur du prix :

  • 6 lettre fonds Nobel, Ryksarkivet, Stockholm.

Les statuts de l’Institut Nobel admettent certes la nomination de collectivités et de sociétés ; mais ceci est prévu seulement dans le cas, qui pourrait éventuellement se présenter, où toute personne (au sens où l’envisageait le testateur) considérée comme digne d’un tel prix serait introuvable. Je pense donc que aujourd’hui on ne peut proposer ou nominer aucun institut. Comme j’ai eu la chance d’avoir bénéficié de l’amitié du Dr Nobel et d’avoir entendu de sa bouche comment il entendait organiser l’aide aux buts idéaux telle qu’il l’envisageait, je me permets d’en faire part à l’honorable Comité.6

8Enfin, un autre élément, qui relève du non-dit, semble avoir joué un rôle non négligeable dans le retard mis à attribuer à Bertha von Suttner un prix dont la formulation même « rapprochement des peuples, réduction des armées, propagation des congrès pacifistes » semblait quasiment faite sur mesure. Bertha von Suttner est une femme, or il semble que dans l’esprit sinon de Nobel du moins du Comité Nobel le terme de ‘personnalité’ figurant dans le testament ne pouvait guère s’appliquer à une femme. Bertha von Suttner est bien consciente de cette difficulté, elle qui n’avait pas oublié la formule déclinée en « celui ou celle » du projet de 1893 et qui note dans son journal avec un certaine amertume : « Que Nobel, qui était mon ami, m’ait destiné le prix, je le sais parfaitement – ah, si seulement il l’avait fait de manière plus simple et plus claire ! ».

La conquête du Prix Nobel de la Paix

  • 7 H. Dunant à B. von Suttner, décembre 1901.

9En 1901, en 1902, Bertha von Suttner ne figure même pas sur la liste courte des noms retenus par le Comité Nobel. Nombreux sont ceux qui s’en étonnent et déjà certains commencent à protester, voyant le prix aller année après année à des personnalités certes tout à fait méritantes comme Frédéric Passy (1901), Élie Ducommun et Albert Gobat (1902) respectivement président du Bureau international de la paix et chef de l’Union interparlementaire, ou encore Randal Cramer (1903), fondateur de la International Arbitration League. Quelques heureux lauréats sont même gênés de recevoir le prix avant Bertha von Suttner comme Henry Dunant qui lui écrit : « Ce prix, Chère Madame, est votre œuvre car c’est grâce à vous que Monsieur Nobel a été introduit dans le mouvement de la paix et c’est grâce à votre force de persuasion qu’il en est devenu le bienfaiteur »7. Partout, et sans que, semble-t-il, elle y soit pour quelque chose, les soutiens en faveur d’une attribution du Prix de la paix à Bertha von Suttner commencent à se manifester. Certains multiplient les articles rappelant ses mérites dans l’histoire récente du mouvement pour la paix, comme A.H. Fried dans sa revue Die Friedenswarte. D’autres constituent de solides dossiers étayés de coupures de presse, comptes rendus de congrès et copies de lettres échangées entre Bertha von Suttner et Alfred Nobel concernant la création du prix. L’un des plus actifs en ce domaine est le parlementaire autrichien, le Baron Peter von Pirquet, qui, fort de son influence au sein de l’assemblée, adresse à chacun de ses collègues la lettre de demande de nomination de Bertha von Suttner qu’il vient de rédiger en les priant de la répercuter auprès du Comité Nobel, ce qui a pour heureux effet de la démultiplier. Il revient encore à la charge en février 1905 en adressant à ce même Comité un récapitulatif précis des mérites et pas seulement des activités, de Bertha von Suttner :

  • 8 Baron von Pirquet au Comité Nobel norvégien, 15 février 1905. Le baron se trompe de date, sa premiè (...)

Très honoré Comité Nobel !
J’ai en 1900* commis une grosse erreur, en envoyant de nombreux documents au Comité Nobel et en oubliant de mettre en avant les mérites que s’est acquis année après année Madame la Baronne Suttner de 1890 à 1899 et ceux acquis ensuite de 1900 à 1904 […] J’en viens à la conclusion de mes énumérations. Je crois pouvoir dire que la Baronne Bertha Suttner peut se targuer de mérites comparables à ceux du Dr Gobat, d’Elie Ducommun, Messieurs Randal Cremer, Frédéric Passy. Toutes ces personnes que je viens de nommer ont accompli ce qui est inscrit dans les statuts de la Fondation Nobel paragraphe 1, 2e alinéa…8.

10L’autre soutien de poids, bien qu’un peu tardif, est celui de Björnstjerne Björnson, prix Nobel de littérature en 1903 et membre du Comité Nobel norvégien. Il connaît Bertha von Suttner depuis l’affaire Dreyfus, un intérêt commun pour Dreyfus puis en faveur de la révision du procès les ayant très tôt rapprochés. S’en est suivie une correspondance portant sur les sujets les plus divers dont la situation tendue entre la Suède et la Norvège, devenue ainsi familière à Bertha von Suttner. En juillet 1894 il lui écrivait dans un langage alors encore bien peu habituel :

Très chère et estimable compagne de lutte !
Dès que notre position vis-à-vis de la Suède le permettra, nous transformerons notre armée en faction de police pour l’intérieur […] J’espère que le combat se déroulera pacifiquement ; j’espère que l’opinion norvégienne en faveur du principe ‘tribunal d’arbitrage au lieu de guerre‘ fera aussi des progrès en Suède (M, p. 307)

  • 9 Ibid., p. 104-105.

11Lors de son voyage à Stockholm en 1899, Bertha von Suttner avait de nouveau rencontré Björnson devenu une gloire littéraire incontournable et le testament de Nobel et son interprétation avait donné lieu à un échange épistolaire plutôt vif9.

12En 1903 Björnson reçoit la visite d’Emmanuel Nobel, le neveu promu exécuteur testamentaire, qui commençait à trouver bien lente et laborieuse la mise en œuvre des dernières volontés de son oncle. Au cours de cette entrevue Emmanuel Nobel exprime clairement le vœu – qui, à ses yeux, était aussi celui de son oncle – de voir le Prix de la paix attribué à Bertha von Suttner. Björnson en réfère dans une lettre à ses collègues du Comité Nobel, mettant sa propre appartenance au Comité en balance, et la publie dans un journal berlinois :

Au Comité Nobel du Storting norvégien !
Alors que je me trouvais l’hiver dernier à Stockholm pour recevoir le prix Nobel de littérature, je reçus la visite d’Emmanuel Nobel, fils du frère d’Alfred Nobel. Il me dit qu’il était venu de Saint-Pétersbourg pour parler avec moi d’une affaire particulière. Il avait en sa possession au moins trente lettres de la Baronne v. Suttner à son oncle dont il ressortait qu’elle avait éveillé l’intérêt de Nobel pour la cause de la paix, qu’elle l’avait incité à y croire de sorte que la clause en question avait été inscrite dans son testament. Il me raconta qu’un jour il s’était rendu chez lui à Paris alors que Nobel était encore en train de s’habiller et venait de lire une lettre de la baronne v. Suttner. Il avait dit alors avec beaucoup d’insistance : « Je vais faire quelque chose pour Bertha von Suttner et la cause de la paix ».

13Après avoir ajouté d’autres témoignages, dont celui d’un des signataires du testament, Björnson termine sur un ton presque menaçant :

  • 10 lettre publiée dans le Berliner Tagblatt du 11 décembre 1904.

Ceci, je pense, est un ordre direct qui nous est adressé, nous qui sommes élus pour administrer le prix qu’Alfred Nobel destinait à la cause de la paix. Nous ne pouvons continuer dans cette tâche sans accomplir d’abord sa volonté que nous connaissons […] Comme je considère l’honneur du Comité engagé pour donner le prix à Bertha von Suttner, je me serais, si j’avais personnellement assisté aux séances et que mon conseil n’avait pas été suivi, retiré du Comité10.

14L’attribution du Prix Nobel de la paix à celle qui a initié le mouvement, fondé plus d’une société de la paix de par toute l’Europe et insufflé maintes décisions en faveur de l’arbitrage et de la paix dans les grandes conférences au tournant du siècle devient une cause publique internationale. Les femmes s’en mêlent, qu’elles soient membres du Bureau international de la paix et à ce titre habilitées à s’exprimer publiquement, comme Ellen Robinson, ou du Conseil national des femmes norvégiennes qui se joint à la demande formulée à la manière d’un manifeste pour la reconnaissance des droits des femmes par Ellen Robinson :

  • 11 Ellen Robinson au Comité Nobel norvégien, 24 janvier 1905.

Les femmes participent avec leurs moyens, avec leur temps, avec leurs talents à cette grande œuvre. Bien qu’il ne leur soit pas possible à cause de leur position dans la société d’atteindre de grands buts dans le monde politique, le travail qu’elles accomplissent n’en est pas moins important. La reconnaissance de ces services par l’attribution du Prix Nobel à l’une d’entre elles – à la baronne Bertha von Suttner qui le mérite si pleinement – serait une joie et un encouragement pour toutes les travailleuses11.

15Ce soutien du monde du travail décliné au féminin a dû en faire frémir plus d’un, et pas seulement au sein du Comité Nobel norvégien mais toutes ces interventions, si différentes soient elles dans l’argumentation, finiront par avoir gain de cause. C’est au moment où, lassée d’attendre, désespérant d’être jamais prise en considération, Bertha von Suttner entreprend en automne 1905 sa tournée des villes allemandes que lui parvient le télégramme lui annonçant l’heureuse nouvelle. Sans plus montrer son émotion – et sa satisfaction–, Bertha von Suttner remercie le Comité Nobel norvégien mais ajoute que, fidèle à ses engagements, elle va d’abord terminer sa tournée et viendra recevoir son prix non pas à la date traditionnelle du 10 décembre, qui est celle de la mort du Fondateur du prix, mais plus tard au printemps 1906.

16Premier effet, immédiat et attendu, de la nouvelle de l’attribution du Prix Nobel de la paix à Bertha von Suttner, la tournée des villes allemandes se transforme en une tournée triomphale. Entreprise dans une atmosphère plutôt morose sur le plan personnel avec des ennuis financiers, l’approche de la date anniversaire de la mort de Artur Gundaccar von Suttner et le silence du côté du Comité Nobel norvégien, elle s’était déroulée jusque-là dans un climat tout aussi sombre sur le plan international avec des politiques d’armement à outrance sur terre et sur mer. Désormais chaque ville-étape lui réserve un accueil qui n’aurait sans doute pas été le même quelques semaines plus tôt. Autre effet, personnel et à plus long terme, c’est l’amélioration aussi soudaine que considérable de sa situation financière. Bertha von Suttner reçoit, sans même à avoir le partager, un prix doté de quelque 150 000 couronnes suédoises. Pour celle qui se trouvait alors dans une situation délicate, ayant dû se séparer, dès le décès de son mari, de Harmannsdorf, château, domaine et revenus fonciers y afférant, le soulagement est grand. Elle peut désormais faire face sans avoir à « produire à la chaîne » une littérature de consommation dont elle n’est pas très fière mais qui constituait l’essentiel de ses ressources. Il est vrai que, peu douée pour une gestion raisonnable de ses propres finances, elle distribue généreusement autour d’elle, aux sœurs de Artur Gundaccar von Suttner, à son propre frère qu’elle n’avait pas revu depuis des décennies. Les solliciteurs de tous bords sont nombreux et la volonté de Bertha von Suttner de les renvoyer les mains vides quasi nulle. On comprend mieux dès lors que la pension versée par la Fondation Carnegie tout à la fin de sa vie ait été la bienvenue !

  • 12 Christiania, capitale historique de la Norvège entre 1624 et 1924, prendra le nom d’Oslo en 1925. E (...)
  • 13 Die Entwicklung der Friedensbewegung. Vortrag, gehalten vor dem Nobel-Komité des Storthing zu Chris (...)

17En avril 1906 Bertha von Suttner prend le chemin de Christiania, future Oslo12, pour recevoir son prix et y tenir son discours de récipiendaire. L’ambiance est solennelle mais, curieusement, la lauréate la résume en une seule phrase, laconique et presque froide : « Björnson m’introduit. Puis je m’avance et tous se lèvent. Le discours est réussi, fortement applaudi ». La formulation fait plutôt penser au protocole d’une expérimentation de laboratoire, peu en rapport avec l’éclat et la solennité du moment. On trouve toutefois quelques explications dans la lecture de son discours intitulé Le développement du mouvement de la paix (Die Entwicklung der Friedensbewegung)13.

18Renonçant, dans l’ensemble, à de grandes envolées que certains n’auraient pas manqué de traiter de « sentimentales » – d’autant plus qu’elles émanaient d’une femme –, Bertha von Suttner enclenche délibérément son développement sur les notions de vérité et de droit replacées dans un monde en mouvement, dominé par la loi de l’évolution :

Que le monde se transforme et évolue perpétuellement est une constatation encore bien peu répandue, car la découverte de la loi de l’évolution sous la domination de laquelle toute vie – vie biologique comme vie sociale – se trouve, appartient à une période récente du développement scientifique (p. 2)

19Outre le rappel implicite de ses lectures de jeunesse, Darwin et Buckle entre autres, la référence aux découvertes et techniques modernes est récurrente, un des termes employés avec insistance dès les premières pages du discours est ‘praktisch/ praktisch-positiv ‘, terme emprunté, au dire même de l’oratrice, à Alfred Nobel : « qui a prouvé par son testament que le mouvement [de la paix] est passé du domaine nébuleux de la sacro-sainte théorie à celui des buts accessibles et pratiquement définis » (p. 3). Retraçant les débuts du mouvement de la paix, Bertha von Suttner rend hommage à la génération pionnière disparue, celle des Alfred Nobel, Moritz von Egidy et Jean de Bloch, celle aussi des premiers hommes politiques qui l’ont soutenu, ‘le grand old man’ Gladstone, Stanhope et, habile salut à la Norvège qui l’accueille, Steen John Lund, premier des ministres en exercice à participer activement à la conférence interparlementaire à Rome en 1891. Mais, face à cette marche en avant vers la paix, irréversible à ses yeux, il y a le monde tel qu’il est, tel qu’il faut le voir avec ses révolutions en Russie – le discours est prononcé en 1906 –, ses conflits barbares en Asie et en Extrême-Orient, sa permanente ‘guerre-en-vue » en Europe et ses conférences pour la paix dérisoires avec, pour preuve, la deuxième Conférence de La Haye qui se prépare, « dotée d’un programme qui l’estampille en conférence pour la guerre » (p. 7). La documentation sur l’état du monde est précise, le langage direct, le ton incisif. À ce tableau plutôt pessimiste, elle s’empresse d’opposer un monde saisi et décrit en termes très modernes :

Un processus d’internationalisation, de solidarisation du monde est en marche. Y contribuent les inventions techniques, le développement des transports, les communautés d’intérêts de plus en plus diversifiées et implantées internationalement, la dépendance économique réciproque (p. 8)

20Bertha von Suttner saisit ainsi le moment qu’elle vit comme un face à face agressif, un quasi choc des civilisations : « Il faut comprendre que, aujourd’hui, deux visions du monde, deux époques de civilisations s’affrontent », le mouvement de la paix étant à ses yeux l’instrument seul capable de dépasser cette confrontation mortifère. C’est d’ailleurs le passage, où dans son discours, Bertha von Suttner prononce pour la première fois le terme de pacifisme :

Regardons autour de nous pour savoir si les événements et les circonstances autorisent vraiment que l’on parle d’un résultat positif du pacifisme et de son évolution empreinte de progrès (p. 6)

21Passant en revue tous ceux qui ont œuvré et œuvrent encore pour cette avancée du pacifisme dans le monde, le parlementaire d’Estournelles de Constant, le tribun socialiste Jean Jaurès, l’écrivain russe Jacob Novikov, le président Théodore Roosevelt, elle déclare « vouloir s’attarder un peu auprès de l’Amérique ». Car, ajoute-t-elle, lors de son voyage aux États-Unis d’Amérique l’année précédente, elle avait trouvé auprès du président, auprès des mouvements de femmes, dans « les campagnes menées avec programme et méthode » la réalisation de ce qui chez elle sonne comme une devise « Idéal dans la pensée, pratique dans l’action ». Le discours se termine non pas sur une envolée vers un monde de paix à portée de la main mais sur l’énoncé d’une question fondamentale : « Voulons-nous un état de violence ou un état de droit entre les États ? » et sur un constat qui prend une signification presque prophétique au vu des événements qui vont marquer le siècle à peine une décennie plus tard :

Les représentants du pacifisme […],si modestes qu’ils se considèrent eux-mêmes, ne considèrent pas comme modeste la cause qu’ils servent. Ils la considèrent comme la plus grande qu’il soit donné de servir. Et de sa réussite dépend si notre Europe doit encore devenir le théâtre de la ruine et de l’effondrement ou si, et comment, en empêchant ce danger, on sera en mesure d’introduire bien plus tôt l’ère de la paix de droit assurée, dans laquelle la civilisation devrait connaître un épanouissement inouï. (p. 10)

22Sobre dans le ton, respectueux des efforts de tous dans le mouvement qui se donne pour but l’avènement d’une paix de droit garantie par les arbitrages entre les États, Bertha von Suttner apparaît là bien loin des innombrables caricatures et ragots qui vont très vite se répandre sur celle que l’on traite d’illuminée, de Don Quichotte de la paix au féminin, quand on ne la suspecte pas d’avoir détourné à son profit, financier s’entend, le testament du naïf Dr. Nobel.

Être femme et prix Nobel de la paix

  • 14 Fonds Fried-Suttner, Christiania, 25 /4/06 papier à en tête Den norske Afdeling uf Alliance Univers (...)

23Après le discours de Christiania, Bertha von Suttner, désormais statufiée en Friedensbertha, occupe le devant de la scène internationale. La tournée qu’elle entreprend alors sur le chemin du retour et qui la mène en Norvège, en Suède et au Danemark, est un triomphe qu’elle savoure à sa juste mesure. De partout lui arrivent lettres et télégrammes de félicitations. Sans aller, comme en 1911 lors de la remise du prix Nobel de Chimie à Marie Curie, jusqu’à lui offrir un banquet auquel participèrent, dit-on, quelque 10 000 femmes, la section norvégienne de l’Alliance des femmes pour la paix lui exprime toute son admiration : « Dites à la baronne de Suttner que nous vivons sur ce beau moment de sa superbe visite chez nous en Norvège »14. De Paris lui parvient une chaleureuse missive rédigée avec force majuscules par Madame Camille Flammarion et « les dames du comité de direction de l’Association pour la paix et le désarmement par les femmes » :

  • 15 Fonds Suttner/Fried, BvS Correspondance, File 124. UNOG, Genève.

À Madame la Baronne de Suttner.
Enthousiasmées par le triomphe universel obtenu par Madame la Baronne Bertha de Suttner, heureuses de la suprême justice qui vient de lui être rendue de façon éclatante, Madame Camille Flammarion, sa Présidente-fondatrice, et les Dames du Comité de Direction s’empressent de faire parvenir à la Grande Apôtre de la Paix leurs vœux ardents pour la santé et la prolongation de la vie de Celle qui la première a su montrer à toutes les femmes le chemin de la seule gloire qui leur appartienne15.

24De Londres, de Moscou, de Bucarest, des États-Unis, de Chine, du Japon comme de tous les coins d’Allemagne, d’Autriche et d’Europe, lui parviennent les félicitations les plus enthousiastes. Mais ce qui la touche le plus, ce sont les lettres que lui adressent les vieux et moins vieux compagnons de route. Privilégiant la sphère publique, Frédéric Passy, le premier à avoir reçu le prix, publie dès décembre 1905 un chaleureux hommage dans une revue anglaise :

  • 16 Ibid., Baroness Bertha von Suttner by Frederic Passy, Paris décembre 1905, en dépit d’une introduct (...)

It was this apostolate, as benevolent as it was disinterested, that attracted the attention of the Swedish philantropist, Nobel ; and it is an admirable act that she, who decided him to institute such a prize, should to day be the laureate of this great foundation16.

  • 17 Le Wiener Abendpost daté du même jour est un peu plus explicite : « L’écrivaine Berta Baronne de Su (...)

25Henry Dunant, soulagé de voir enfin le prix Nobel de la Paix attribué ‘à qui de droit’, envoie un télégramme de très sincères félicitations. Le volumineux dossier de Letters of congratulations conservé dans le fonds Fried-Suttner à Genève se décline dans au moins trois langues, allemand, anglais, français et constitue un vrai diaporama du mouvement pour la paix, redessinant les contours d’une histoire déjà longue. Il y a là les fidèles de la première heure, celle des rencontres de Venise en 1889 et de Rome en 1891, les ‘grelix’, Grete et Felix Moscheles ou le vénérable Hodgson Pratt. Mais on y trouve aussi les compagnons de lutte comme Bjönstjerne Björnson qui apostrophait dix ans auparavant Madame la Baronne d’un vigoureux « Chère Compagne de lutte ! ( Liebe Mitkämpferin !) » et tous ceux qui, année après année, ont piloté le mouvement, le Suisse Elie Ducommun, le Danois Friderik Bajer, tous deux à la tête du Bureau international de la paix à Berne et, plus tard, ’nobélisés’ à leur tour. Sans oublier les soutiens de Vienne dans les moments difficiles de la création de la Société autrichienne des amis de la paix ou de la candidature pour le Prix de la paix, Ludwig Kunwald, avocat à la cour ou le Baron Peter von Pirquet. Il est vrai que tous ces hommages unanimement flatteurs émanent du même camp et ne reflètent pas toujours une réalité beaucoup plus complexe. C’est la presse dans sa diversité qui rend au mieux l’écho de ce prix Nobel de la Paix au féminin. Dans l’ensemble, les journaux, qu’ils soient internationaux, nationaux, voire locaux, s’empressent d’annoncer la nouvelle et d’y ajouter, à l’occasion du discours de réception, un commentaire sur les festivités qui l’accompagnent. Le Temps, qui avait depuis quelques années relayé les rumeurs de l’attribution du prix à Madame de Suttner, se réjouit de voir aboutir une trop longue campagne. Le Figaro publie le 11 décembre 1905 un entrefilet annonçant la nouvelle, Le Journal des débats fait de même, suivi de près par la Frankfurter Zeitung, les Münchener Neueste Nachrichten, les Dresdener Nachrichten, le Posener Tageblatt etc. etc. Pourtant, ce flot d’informations cache mal certaines discordances. Ainsi, la façon dont la nouvelle de l’attribution du prix à Bertha von Suttner est traitée dans les journaux de Vienne et plus particulièrement dans la Neue Freie Presse, le journal qui avait présidé à ses tout premiers engagements publics, est particulièrement concluante. Le numéro du 11 décembre 1905 insère en page 7, entre les événements en Russie et leurs conséquences sur la bourse et une énième réforme électorale, le bref communiqué suivant : « Attribution des Prix Nobel, Christiania, 10 décembre. L’attribution des prix Nobel de cette année a eu lieu. L’écrivaine Berta Baronne de Suttner a obtenu le prix Nobel de la paix ». Suit l’énumération des autres prix Nobel de l’année, datés par erreur de Christiania alors qu’ils relèvent de l’Académie des sciences suédoise et sont décernés à Stockholm, puis un compte-rendu de la séance de réception du prix Nobel de la Paix sans que s’y trouve la moindre allusion au fait que la récipiendaire est absente. Dans son « assez longue allocution » le président du Comité Nobel se concentre sur les mérites de Nobel et se félicite du nouveau bâtiment, ‘érigé grâce au fonds Nobel,’ qui abrite désormais l’Institut portant son nom17. Enfin, en date du 19 avril 1906, on peut y lire l’entrefilet suivant :

26La Baronne de Suttner à Christiania

  • 18 Neue Freie Presse, 1906, 19/4/06, p. 10.

Christiania, 18 avril. Bertha Baronne de Suttner a tenu aujourd’hui dans la soirée, en qualité d’invitée du Comité du Prix Nobel, une conférence à laquelle assistaient le roi Haakon, les membres du gouvernement, du Storthing et du corps diplomatique. Björnstjerne Björnson a introduit la conférencière par une brève allocution. La conférence qui traitait de l’évolution du mouvement de la paix a été saluée d’applaudissements nourris. À la fin de celle-ci, Madame la Baronne Suttner a ajouté que ce qui s’était passé dans le Nord était bien la preuve que de nouvelles configurations politiques pouvaient se faire sans la guerre et qu’une paix perpétuelle n’avait nul besoin d’être un éternel statu quo. La Conférence a été suivie par un souper offert par le Président du Comité du prix Nobel, ministre des Affaires étrangères, M. Loevland18.

27Pas un seul rappel du fait que c’est le Prix Nobel de la Paix que vient recevoir ce jour-là la conférencière Bertha von Suttner, réduite au rang de simple invitée du Comité Nobel. Le nom même du prix n’est pas évoqué et son discours qui se terminait, on le sait, sur des questions concernant la survie de l’Europe et de la civilisation européenne dans « une ère de la paix de droit assurée » est lui aussi réduit à une banale conférence sur ‘l’évolution du mouvement pour la paix ‘. Seule surnage la remarque faite de toute évidence en off, « ce qui s’est passé dans le Nord », c’est-à-dire l’arrivée – pacifique, il est vrai – sur le trône enfin retrouvé du royaume indépendant de Norvège d’un prince danois. Bertha von Suttner avait certes un sens diplomatique aigu des évocations opportunes, mais son discours, pensé dans un cadre universel, ne comporte aucune allusion à l’actualité directe du pays qui l’accueille. Pourquoi, par ailleurs, tant d’acharnement à coller l’étiquette d’ écrivaine à celle qui ne songe nullement à briguer le prix Nobel de littérature ? Le terme de ‘pacifiste’, que Bertha von Suttner emploie elle-même dans son discours, était alors devenu d’un usage courant mais, appliqué à une femme, sans doute était-il encore jugé comme déplacé. Certains journaux n’hésitent pas à rappeler les liens anciens entre la lauréate et le généreux mécène, insinuant par là que le prix a été décerné à Bertha von Suttner moins pour son engagement pacifiste que pour son rôle dans la création du prix. Le Temps, qui lui est pourtant favorable, ajoute ainsi dans son édition du 12 décembre : « C’est la Baronne von Suttner qui serait désignée […] La baronne von Suttner fut une grande amie de Nobel et ces considérations ont certainement influé sur la décision du Storthing ». Plus direct, Le Journal des Débats écrit : « C’est dit-on sous l’influence de la propagande de la Baronne de Suttner qu’Alfred Nobel légua ses millions de fortune à la cause de la paix ! » Quant au journal berlinois Der Tag, il publie dans son numéro du 12 décembre 1905 une diatribe visiblement préparée de longue date contre les « agitateurs de la bonne conscience qui ne parlent que là où ils sont assurés d’un oui, donc dans leur seule communauté » :

  • 19 Der Tag, „Die Friedenskrone“, Berlin 12 décembre 1905.

La Friedensbertha a réussi. Le prix de la paix fondé par Nobel lui est échu, son nom retentit désormais dans le monde entier, son portrait orne la une de toutes les bonnes feuilles familiales […] Nous ne disputerons pas son prix à Madame la Baronne mais permettez-nous de nous demander : « Que voulait donc Nobel avec sa couronne de paix ? » Comment peut-on vouloir élever la conscience éthique des masses par des exemples méritoires, par des prix qui en imposent par leurs seuls chiffres ? Tout cela n’est que pieuse chimère qui ne laisse pas la moindre marque concrète19.

  • 20 Humoristische Blätter, „Zur Verleihung des Nobelpreises“, Wien, 21 Décembre 1905.
  • 21 Le Temps, 1898, N° 27.
  • 22 Les plus connus de ces journaux satiriques sont Simplicissimus, hebdomadaire fondé à Munich en 1896 (...)
  • 23 Le Hermannsdenkmal érigé à Detmold, au pied du Teutoburger Wald, à l’endroit où Arminius aurait vai (...)

28Une caricature de l’époque montre une Bertha von Suttner en déesse de la paix, brandissant une palme, une lourde besace arborant l’inscription « 200 000 Fcs. » pesant sur son épaule20. Ce n’est pas la première caricature concernant Bertha von Suttner mais il est clair que l’attribution du prix Nobel de la paix déclenche, pas seulement dans la presse mais chez les hommes politiques, les acteurs sociaux, et même chez quelques femmes, des réactions extrêmement vives, porteuses parfois des pires clichés misogynes. Longtemps la dérision s’est faite par le biais de l’écrit, les termes les plus employés pour désigner Bertha von Suttner étant ‘l’Apôtre’,‘l’Amazone’ ou ‘la propagandiste’, ce qui est déjà moins aimable. Parfois, le contexte aidant, certaines formules journalistiques dérapent. Ainsi, au tournant du siècle, Le Temps journal républicain libéral, publie, sur fond de débat sur la loi de séparation de l’Eglise et de l’État, un portrait plutôt cocasse : « L’une des apôtres de la paix, la Baronne de Suttner, le Frédéric Passy en cornette et en jupons de l’Autriche »21. Mais la critique reste dans l’ensemble plutôt débonnaire, ne manquant jamais de rappeler le roman Die Waffen nieder! et l’immense écho trouvé par ce dernier. La caricature telle que la pratiquent à l’époque avec une férocité grandissante les revues humoristiques, Lustige Blätter, Humoristische Blätter et autres journaux satiriques comme le Simplicissimus, le Kladderadatsch ou encore Ulk ne s’emparent de la figure de la ‘Friedensbertha’ qu’à partir de la première Conférence de La Haye en 1899, là où elle pose aux yeux de la planète comme un élément incontournable – même si elle n’est pas une déléguée officielle – du monde politique22. Désormais, régulièrement prise pour cible, elle endosse essentiellement trois rôles dont le choix en dit long sur les préjugés de l’époque vis-à-vis d’une femme publique. Après la Conférence de La Haye, elle est souvent représentée, faisant couple avec le Tsar, en ‘Mamma Bertha’, mère autoritaire soucieuse de la santé de l’enfant-paix chétif et anémié face à un ‘papa-Tsar’ plutôt falot. Ou bien on la voit exiger un nouveau costume pour son rejeton dont, dit la légende, « la croissance a été dans les derniers temps des plus inquiétante ». Un autre rôle fréquemment attribué à Bertha von Suttner fait référence à ses origines aristocratiques et la montre en maîtresse de maison, un plateau de thé à la main qu’un pied botté, visiblement militaire, vient renverser brutalement. L’allusion à la médiatrice de salon, à la cosmopolite de la High life qui a ses entrées dans le grand monde est évidente et on retrouve ce même rappel des origines dans une autre caricature intitulée ‘Automne à La Haye’ où Bertha von Suttner en vieille baronne sur le déclin assise sur un banc de son château est apostrophée par un Mars déguisé en jardinier qui lui propose de se faire un oreiller douillet des motions et pétitions jonchant le sol comme autant de feuilles mortes. Autre série de caricatures, Bertha en allégorie de la paix est confrontée à d’autres figures emblématiques comme Arminius/Hermann, vainqueur des Romains et sauveur de la patrie à qui, grâce à une collecte populaire, on avait érigé un monument gigantesque23. Juchée sur une échelle, drapée dans ses voiles noirs, la Baronne interpelle rudement d’un : « Hermann, descend ! » le chef chérusque, lequel, interloqué, penche sa haute taille de pierre vers la minuscule et impérative silhouette.

Figure 7 : Automne à La Haye.

Figure 7 : Automne à La Haye.

« Le grand Balayeur: bon, ma p’tite Dame, maintenant je vais vous faire de beaux tas avec toute cette histoire et vous, vous allez me bourrer un joli petit oreiller de toutes ces feuilles mortes. »

Kladderadatsch, n°60, septembre 1907, Berlin.

Figure 8 : L’invitation à l’irascible Chérusque.

Figure 8 : L’invitation à l’irascible Chérusque.

« Hermann, allez, descends donc »

Lustige Blätter, 1907, Alfred Fried Collection, Hoover Institution Archives, Stanford.

Figure 9 : « Pauvre Bertha – encore une paisible parlote de salon dérangée ! »,

Figure 9 : « Pauvre Bertha – encore une paisible parlote de salon dérangée ! »,

Neue Glühlichter, 1907, Alfred H. Fried Collection, Hoover Institution Archives, Stanford.

29Tous les caricaturistes ne se montrent pas féroces, beaucoup de toute évidence cherchent l’angle de vue qui leur permettrait de saisir au vif cet objet encore non – identifié de la vie publique qu’est une femme engagée. Et l’extrait du Figaro en date du 6 avril 1902 relayant le Congrès universel pour la Paix qui se tient alors à Monaco, offre une tout autre perception du personnage :

  • 24 Le Figaro, « Le congrès de la paix. Faits et gens », Dimanche 6 avril 1902.

Cette femme à l’opulente chevelure noire striée de blanc, au masque de Niobé douloureuse, au beau regard sombre, à la voix prenante et chantante, c’est la Baronne de Suttner, l’auteur de ce roman admirable qui s’appelle Bas les armes !, de cette œuvre équivalente pour notre temps de ce que fut La case de l’oncle Tom d’Henriette Beecher-Stowe pour l’esclavage au siècle dernier. Ce livre a été traduit dans toutes les langues, la pensée de cette Autrichienne a pénétré les consciences en tous pays. Et, elle est restée simple dans ce succès voisin du triomphe. Ayant, dès l’aube de sa vie rencontré le bonheur intime, elle connaît la paix de l’âme. Ses souffrances sont celles de la pauvre humanité. Et c’est superbe, l’altruisme qui, à travers la sérénité personnelle, a pu troubler ce cœur jusqu’à en tirer un tel cri de détresse, un tel appel d’amour ! 24

30Même s’il comporte nombre d’inexactitudes – le bonheur intime à l’aube de sa vie ! – et s’empare, sans en citer l’auteur, de formulations tolstoïennes, le portrait est chaleureux, bien documenté. La référence respectueuse à l’auteur de Bas les armes ! ne manque pas, comme dans tous les portraits, même les caricatures, de Bertha von Suttner. Tant il est vrai que son statut d’écrivain, même femme, est reconnu et ne pose pas problème. Pour le reste, la chronique du Figaro, exprime, à sa manière, la même incapacité à saisir ce qui caractérise la femme publique, se réfugiant maladroitement dans les poncifs du bonheur intime, de la souffrance et de la pitié christique au monde, apanage des seules femmes.

31De fait, qu’on la tienne à distance par le trait outrancier de la caricature ou qu’on l’auréole des valeurs considérées comme foncièrement féminines, Bertha von Suttner, travailleuse de la paix, échappe à tous ceux qui tentent de la saisir dans son action comme dans son itinéraire de vie. Elle n’entre pas ou, plutôt, elle n’entre plus dans le moule.

Une identité féminine assumée

  • 25 La Reine Victoria (1819 – 1901) règne de 1837 à 1901. Sa fille aînée, Viktoria, était l’épouse de F (...)
  • 26 Ainsi dans Vor dem Gewitter et dans Der Menschheit Hochgedanken, nombre de soirées se passent dans (...)

32Dans son édition du 12 mars 1899, le Berliner Illustrierte Zeitung publiait les résultats d’une enquête lancée sous forme de questionnaire et dont la douzième et dernière question était : « Quelle est la femme la plus importante du siècle ? » Les lecteurs et lectrices classent en tête – Prusse oblige ! – la Reine Louise qui, dans une Allemagne humiliée, avait su tenir tête, au début du siècle, à Napoléon. Vient en seconde position – et là, les liens dynastiques entre la famille impériale et le trône d’Angleterre sont déterminants – la Reine Victoria qui vient de fêter ses soixante ans de règne, suivie ex-aequo par Bertha von Suttner et George Sand 25. Ce classement tout à fait honorable qui fait de Bertha von Suttner une des quatre figures féminines les plus importantes du siècle est un hommage rare à la femme et à son engagement public, deux éléments jusque-là peu compatibles et font mesurer l’impact qu’a pu avoir cette femme d’action qui n’a pas pour autant renié son identité féminine. À la différence de la prénommée George Sand ou, plus tard, d’Hélène Brion portant culotte de zouave, Bertha von Suttner n’a jamais eu l’idée, ni même la tentation, de cacher son identité féminine sous un nom d’emprunt ou des vêtements masculins. Toute sa vie, en quelque circonstance que ce soit, elle accorde au contraire une grande importance à son apparence, affiche jusque dans le quasi dénuement du séjour caucasien une élégance de grande dame et, veuve, joue de ses grands voiles de deuil posés sur sa crinière léonine. Elle collectionne les portraits et photographies, veille avec le plus grand soin à la qualité du cliché qui doit paraître à la Une des journaux. S’appuyant sur sa propre expérience vécue, elle ne considère pas que le statut de femme soit un obstacle fondamental à l’engagement de l’individu, c’est même, à ses yeux, plutôt un atout qu’il s’agit d’utiliser à bon escient. Non sans habileté, elle se sert de ses relations féminines en particulier dans l’aristocratie viennoise, pour tisser son réseau au sein de la diplomatie internationale. Elle vient à l’engagement public par le biais des salons cosmopolites de sa jeunesse, découvre la International League for Peace and Arbitration à Venise dans le salon de son amie d’enfance la marquise Pandolfi, où elle se trouve en bien noble compagnie avec la princesse Darinka de Montenegro et la princesse Hatzfeld « une magnifique vieille Dame ». Elle n’a pas son pareil pour transformer sa suite d’hôtel en salon fréquenté par tous les plénipotentiaires et hommes politiques présents à la Conférence de La Haye en 1899. Et une simple relecture de ses romans révèle toute une escouade d’héroïnes, riches héritières ou issues de grandes familles, qui n’agissent pas autrement, promptes à générer des lieux de sociabilités parfois insolites où l’on débat en toute liberté et avec le plus grand sérieux26.

33Au cours de sa longue vie, Bertha von Suttner a rencontré beaucoup de femmes de toutes nationalités ayant comme elle mais par des voies différentes fait leur entrée plus ou moins fracassante dans la sphère publique. La figure de femme qui domine dans les Mémoires reste Dedopali, la Princesse Ekaterina Dadiani. Par son élégance et le luxe semi-oriental qui l’entoure, elle fascine l’adolescente qui voit en cette superbe personne l’incarnation de la femme de pouvoir sur laquelle la perte d’un trône n’a guère de prise et qui est tout aussi souverainement à l’aise dans les salons de Saint-Pétersbourg ou de Paris.

34Par ailleurs, jamais, ni dans le quotidien du Caucase, ni parmi les femmes démocrates américaines, Bertha von Suttner n’oubliera ses origines. Et toute sa vie, elle gardera des relations d’amitié avec des femmes issues de l’aristocratie autrichienne, tout en mesurant tout ce qui la sépare de ces figures venues d’un monde passé, prisonnières des traditions et titres ancestraux :

Ce n’est pas, d’habitude, dans la nature des aristocrates autrichiennes, surtout s’il s’agit de vénérables dames-chanoinesses sorties des institutions pour jeunes filles nobles, de s’enflammer pour des idées politiquement révolutionnaires et a fortiori d’exprimer spontanément et ouvertement de telles chimères (M, p. 302).

35Dans une autre perspective, Bertha von Suttner est très attentive aux femmes qui ont su créer, comme elle l’a fait avec Artur G. von Suttner, une communauté de vie et d’écriture, voire établir les fondements d’une égalité à l’intérieur du couple. Sa sympathie va spontanément à l’épouse d’Alphonse Daudet, entrevue dans un salon parisien, « sa femme, qui était pour lui une collaboratrice bien plus qu’on ne le suppose » ou à l’élément féminin de l’inséparable ‘couple Grelix’, Grete Moscheles qui « avait l’air d’être la fille de Felix ».

  • 27 Ossip Schubin (1854-1934), pseudonyme pour Aloisia Kirschner, originaire de Bohème, auteur très pro (...)
  • 28 Correspondance BvS in Fonds Fried-Suttner, UNO Genève file 504. Marie von Ebner-Eschenbach (1830-19 (...)

36Auteure de romans et nouvelles – et du best-seller de la fin du siècle–, Bertha von Suttner est amenée à rencontrer et parfois fréquenter ses consœurs en littérature. Elle est depuis 1894 membre de l’Association des femmes-écrivains et artistes de Vienne, le livre de compte de l’association mentionne des cotisations annuelles régulières entre 1894 et 1913, avec une somme qui double à partir de 1901, et le versement à un fonds de pension qui lui vaut au 1er juillet 1913 une rente annuelle de 56 florins 95 Kr dont elle ne profitera guère. Dès le retour du Caucase, elle s’était rendue au Congrès des écrivains à Berlin en octobre 1885 et y avait rencontré des femmes qui avaient alors quelque succès en littérature. De toute évidence, elle apprécie peu ces écrivaines un peu trop publiques à son goût – Bertha von Suttner n’avait alors publié que sous anonymat ou sous pseudonyme – et, elle a été sincèrement effrayée de voir des femmes monter à la tribune : « Il y a des dames qui tiennent des discours. Chose incompréhensible pour moi, comment peut-on avoir le courage, de parler ainsi publiquement ? ». Elle ne leur accordera dans ses Mémoires que quelques lignes : « une imposante apparition féminine en robe noire avec des manches transparentes, un visage intéressant, Madame Ida Boy-Ed, l’auteur de « Hommes de notre temps » ou encore « une jolie femme pleine de vie, l’Américaine Sara Hutzler, dont la spécialité consiste en d’originales scènes d’enfants ». (M, p. 166) et elle les raillera ouvertement dans ses romans à venir. De fait, Bertha von Suttner entretient peu de rapports avec ses consœurs en littérature. Elle rencontre brièvement à Berlin Ossip Schubin née, comme elle, à Prague et auteur de très nombreux romans alors à la mode traitant de la société multi-ethnique autrichienne27. Elle tentera bien de nouer une correspondance avec la seule écrivaine autrichienne alors d’envergure, Marie von Ebner Eschenbach, mais cela se résumera à l’envoi d’un essai « Les voisins » pour la revue Die Waffen nieder! en 1892 et d’un texte bref pour une anthologie que prépare Bertha von Suttner en 1896. Une lettre de Marie von Ebner-Eschenbach, membre de la Société autrichienne des amis de la paix, exprimant clairement son refus de participer à des activités publiques, les échanges en resteront là28.

37Si elle a peu d’empathie pour les écrivaines de son temps, elle n’a aucune sympathie pour les femmes de lettres et ne cache pas son aversion pour Madame Adam, qui tient salon à Paris dans le dernier tiers du siècle. Ce qui visiblement l’agace chez elle c’est moins le chauvinisme ambiant du salon que le côté « vibrionnant » de la dame et la superficialité pleine de morgue d’un lieu où l’on dicte la mode, aussi en littérature, sans qu’une discussion sérieuse ait pu se tenir. En cette époque des salons mondains et littéraires influents – Vienne a celui de la Princesse Pauline Metternich ou de Madame de Wertheimstein –, Bertha von Suttner ne créera jamais le sien, se contentant de son refuge de Hartmanndorf et des salons occasionnels que lui offrent les grands hôtels lors des congrès et conférences.

  • 29 Le rapprochement entre les deux femmes a été fait par la féministe suédoise Ellen Key (1849-1926) d (...)
  • 30 Allusion à une image populaire très connue de l’époque montrant F. Nightingale visitant à la lumièr (...)

38Quelques figures féminines de l’époque échappent toutefois à cet ostracisme et apparaissent en bonne place dans la correspondance comme dans les Mémoires de Bertha von Suttner, parfois même se glissent dans ses romans. Ainsi, l’Anglaise Florence Nightingale (1820-1910) est également présente dans les Mémoires et dans le roman Die Waffen nieder! Elle est alors l’incontournable modèle de référence de la femme secourable, de l’infirmière efficace au cœur des horreurs de la guerre, le pendant féminin d’un Henry Dunant inventant la Croix Rouge au soir de la bataille de Solferino. Mais bien des points biographiques communs expliquent aussi la présence de la célèbre Anglaise dans le parcours et la prose de Bertha von Suttner29. Issue de la petite noblesse britannique, elle a dû imposer ses propres choix dans une gentry où les filles n’avaient pas à opter pour une profession mais pour un mari convenable. Petite-fille de l’abolitionniste William Smith, elle a connu dans le salon de ses parents Charles Darwin et Lord Palmerston. Plus tard, devenue experte en statistiques de mortalité des militaires blessés pendant la guerre de Crimée, elle s’intègre sans peine au milieu exclusivement masculin de la Royal Statistical Society dont elle est la première femme élue en 1858. Enfin, comme Bertha von Suttner, elle a séjourné, entre Crimée et Caucase, dans une contrée aux prises avec pour l’une la guerre de Crimée (1853-1857), pour l’autre la guerre russo-turque (1877-1878), et pour les deux femmes la révélation des souffrances sur le champ de bataille et des ravages de la guerre dans la population civile. Le chapitre de Die Waffen nieder! où Martha, l’héroïne, lève sa lampe sur les entassements de corps mutilés, morts et décomposés d’un lazaret de campagne est une réédition non dissimulée – le nom de Florence Nightingale y est même prononcé – de l’épisode de la « Dame à la lampe »30. Mais l’hommage appuyé adressé à l’infirmière au dévouement sans bornes, à la femme qui se veut une professionnelle des soins aux blessés de guerre, n’est pas sans ambiguïté. Car si Florence Nightingale est sans conteste pour l’époque le modèle de la femme active, admise pour sa compétence dans des domaines encore exclusivement masculins, la médecine, la statistique, c’est aussi une femme qui, mue par des motifs religieux, remplit son rôle dans le cadre de la caritas chrétienne et dans le respect des conventions qui réglementent le rôle des femmes dans la vie publique. Pour l’opinion d’alors, Florence Nightingale c’est avant tout l’image quasi sanctifiée de la femme secourable, bienfaisante et consolante, saisie dans un flot d’accents christo-lyriques bien d’époque :

  • 31 Luise Büchner (belle-sœur du médecin Ludwig Büchner, frère du dramaturge Georg Büchner), in Deutsch (...)

Comme une cohorte d’anges ces femmes anglaises, prêtes au sacrifice, ont abordé à ces côtes lointaines, guidées par Florence Nightingale, afin de guérir les blessures infligées, et, par les doux soins prodigués par ces femmes, consoler les malheureux et conforter les affligés31.

39Les Mémoires font aussi place à une autre figure de femme pour laquelle Bertha von Suttner ne cache pas son admiration, Lady Isabel Aberdeen. Née en 1857, fille de Lord et femme du Comte d’Aberdeen, qui fut successivement Lord-Lieutenant of Ireland puis gouverneur du Canada, elle s’est consacrée en Irlande à la renaissance des industries locales, créant la Irish Industries Association en vue d’améliorer la situation – alors catastrophique – des ouvriers et ouvrières irlandais. Au Canada, Lady Aberdeen, utilisant sa position de femme du gouverneur, continue à œuvrer surtout en faveur des femmes au travail, ce qui lui vaut d’être respectueusement traitée de ‘femme d’État’ :

  • 32 The Nursing record &hospital World, Feb.22, 1896, p. 196-197.

Lady Aberdeen est la première présidente du Conseil national des femmes du Canada et de cette manière la question de la femme (the woman’s question) se trouve, dans un sens, sous la sanction du gouvernement Elle a ce tact et cette grâce des manières qui l’ont rendue si populaire et l’ont marquée comme l’une de nos rares Stateswomen32.

  • 33 UNOG Fonds Fried-Suttner, File 13/102.

40En retour, les lettres de Lady Aberdeen à Bertha von Suttner témoignent d’une sincère considération pour le travail accompli pour la cause, qui n’est pas seulement celle des femmes mais aussi celle de la paix « labouring in the cause of peace », écrit-elle, et se terminent par un chaleureux : « With congratulations on the progress of your mission and warmest good wishes for its further success, Believe me, yours very sincerily Isabel Aberdeen »33.

41Ces deux figures de référence sont intéressantes dans la mesure où le choix de Bertha von Suttner se porte sur des femmes qui ont – est-ce un hasard ? – des origines dans lesquelles elle se reconnaît et des engagements faits de volonté personnelle et d’une évidente self conciousness d’être femme et active dans la vie publique sans qu’il soit besoin de s’inféoder à quelque structure, parti ou mouvement.

  • 34 On trouve une référence à Marianne Hainisch dans le tout dernier Diary en date du 23 avril 1914 « L (...)
  • 35 Rosa Mayreder (1858-1938), proche des milieux artistiques viennois à la fin du siècle, mariée au re (...)

42Car il faut bien constater que, par ailleurs, Bertha von Suttner fait peu de cas de femmes, elles aussi en action, expertes en prises de positions publiques et auteurs d’ouvrages traitant de la condition des femmes, de leurs rapports avec la vie politique, de leurs revendications en matière sociale, et ce, de quelque bord que ces femmes-écrivains se revendiquent. Elle en a croisé beaucoup, que ce soit à Vienne, à Berlin ou dans des congrès internationaux, mais elle les mentionne peu. Ainsi, elle s’est à Vienne liée d’amitié avec Marianne Hainisch qui publie des articles sur l’éducation des filles, œuvre pour la création d’écoles pour les filles à Vienne et fonde en 1902 le Bund österreichischer Frauenvereine (BÖF, Fédération des organisations des femmes autrichiennes), mais son nom n’est pas une seule fois mentionné dans les Mémoires34. Pourtant, Marianne Hainisch siège dans le comité directeur de la Société autrichienne des amis de la paix et les deux femmes travaillent ensemble dans la commission pour la paix créée au sein du BÖF, Bertha von Suttner sera même l’invitée d’honneur de l’assemblée générale du BÖF en avril 1913. D’autres pionnières viennoises ne sont pas mieux loties comme Auguste Fickert, avec laquelle une correspondance – réduite – existe, ou encore la collaboratrice de Marianne Hainisch, Rosa Mayreder, auteure alors remarquée de la Critique de la féminité et fondatrice du journal radical Neues Frauenleben, dans lequel Bertha von Suttner publiera sur le tard quelques articles35. Et alors que l’on trouve Bertha von Suttner évoquée à maintes reprises dans l’autobiographie de Lily Braun et que quelques lettres ont même été échangées :

  • 36 Archives Fried-Suttner, Correspondance avec Lily Braun, 1910, File14/161, UNOG-Genève.

Berlin, le 16-1 – 1910

Chère Madame,
Une telle lettre et venant de vous ! Je vous remercie de tout cœur. Non seulement vous m’avez réellement fait plaisir mais vous avez aussi renforcé mon courage pour la suite.
Avec l’expression de mon admiration,
votre dévouée Lily Braun,36

  • 37 Décrivant son installation à Berlin en 1890 et sa demeure alors modeste devenue le lieu de rencontr (...)
  • 38 Hedwig Dohm (1831-1919), 11e enfant d’une fratrie de 18 frères et sœurs, fille d’un fabriquant de t (...)

43jamais le nom de la célèbre socialiste n’apparaît dans les Mémoires suttnériennes37. Pas plus du reste que n’est mentionné celui de Hedwig Dohm, mariée au directeur de la feuille satirique berlinoise Kladderadatsch, elle aussi liée avec Lily Braun et son cercle et qui avait publié très tôt des ouvrages sur la condition féminine dans une Allemagne en forte industrialisation38. Toutes ces femmes actives dans la sphère publique et qui, elles, se réfèrent à Bertha von Suttner comme à la figure pionnière, semblent faire partie d’un monde auquel la Friedensbertha n’accorde qu’une importance mineure. C’est là, peut-être, la marque d’une méfiance, sinon d’un certain mépris, vis-à-vis de la concurrence féminine en matière d’engagement, voire d’écriture. Mais l’explication serait par trop simpliste et cette mise à distance, trop systématique pour être un simple oubli, pose en fait la question des rapports existants alors entre féminisme et pacifisme, mouvement des femmes et mouvement pour la paix.

Pacifisme, féminisme : même combat ?39

  • 39 Une variante de ce texte a fait l’objet d’une publication dans les Actes du colloque (dir : Patrick (...)

44Le regard de Bertha von Suttner sur les femmes de son temps doit sa spécificité au fait que, femme, elle saisit ses contemporaines de l’intérieur, et que, personnalité d’envergure internationale, elle peut aussi les observer de l’extérieur. Elle connaît pour les avoir vécus elle-même les obstacles, les doutes, les railleries et les blâmes liés à l’engagement public d’une femme. Elle n’a pas oublié la comparaison peu obligeante faite par les journalistes après son premier discours à la tribune du Congrès de la paix de Rome en 1891 qui rappelaient que la première gent féminine à s’être fait entendre sur le Capitole étaient les oies cancanant pour le salut de Rome. Alors qu’elle veillera à être en toutes circonstances Madame la Baronne, une prudence, apprise sur le tas, la poussera à éviter de mettre trop en avant son statut de femme lors des rencontres et congrès internationaux. Prononçant le discours d’ouverture au Congrès de Berne en 1892, Bertha von Suttner, mandatée par la Société autrichienne des amis de la paix, tient à préciser que la société qu’elle a créée n’est pas une association de femmes, ajoutant à l’intention des congressistes :

  • 40 Protocole du Congrès de la Paix de Berne, 1892, op. cit., p. 23.

Sans vouloir dénigrer une société de femmes, je suis d’avis que dans une question aussi essentiellement du ressort des hommes comme l’est la question de la guerre, une protestation venue exclusivement de la part du sexe faible manquerait singulièrement d’autorité40.

  • 41 Celia Bertin, La femme à Vienne au temps de Freud, Paris, 2009.

45Bertha von Suttner sait à quel point la société de son temps est hostile à toute entrée des femmes dans la sphère publique. Et sur ce point, la Vienne fin de siècle est un poste d’observation à nul autre pareil. Alors que la capitale devient le terrain privilégié de la psychanalyse et que les femmes de la grande bourgeoisie ou de l’aristocratie sont parmi les premières patientes du Docteur Freud, la ville de la valse joyeuse et de la Cour rigide continue à exiger des femmes en vue le respect des conventions, une existence sous la tutelle du mari et le renoncement à toute incursion jugée inconvenante dans la vie publique. Quant à la professionnalisation des femmes de la bourgeoisie ou, plus rarement, de l’aristocratie, la tatillonne bureaucratie impériale veille et il ne leur sera possible d’enseigner dans les rares écoles de filles, d’accéder à des études ou d’acquérir quelque formation artistique dans la Frauenakademie qu’à partir de 190441. Ces obstacles, qui ont souvent raison des ambitions des femmes et en poussent plus d’une au suicide, émeuvent modérément une Bertha von Suttner, peu sensible à la psychanalyse si à la mode autour d’elle. Elle se sent, par contre, concernée par la parution de l’ouvrage d’Otto Weininger Geschlecht und Charakter qui fait scandale à Vienne en 1903 autant par le suicide à vingt-trois ans de son auteur que par la teneur de ses thèses sur la femme, tout particulièrement sur la femme créatrice ou engagée. S’en prenant directement à la femme émancipée, l’auteur décrète d’emblée que :

  • 42 Otto Weininger, Geschlecht und Charakter, chap. 6 “Emanzipierte Frauen“. Sur O. Weininger, Jacques (...)

sa capacité à s’émanciper dérive exclusivement de la proportion de M [Mann, Masculin] en elle […] Toutes ces femmes qui s’efforcent de s’émanciper font preuve de propriétés mâles et l’observateur le plus attentif reconnaîtra toujours en elles quelques caractéristiques anatomiques masculines et une tendance à une apparence physique d’homme42.

46L‘argumentation n’a guère de prise sur une Bertha von Suttner assumant son identité féminine mais elle n’en est pas moins alarmée de voir l’opinion publique viennoise s’emparer jusque dans la revue libérale Die Fackel de Karl Kraus des thèses anti-féministes développées par Weininger. Comment dans un tel contexte de régression croire encore qu’un combat des femmes pour leur émancipation est possible ? La question se pose d’autant plus que le cas de Vienne n’est pas isolé. Un article de la Neue Freie Presse publié, ironie du sort, le jour même où Bertha von Suttner recevait son prix à Christiania, le 19 avril 1906, illustre l’hostilité généralisée sur tout le continent à l’émancipation féminine, surtout si celle-ci envisage de s’aventurer dans la sphère politique en demandant, par exemple, le droit de vote. Sous la signature de Marcel Prévost, l’article intitulé La femme française et la politique déroule en « feuilleton » tous les arguments possibles contre le vote des femmes lors de l’élection qui se prépare alors en France. D’emblée, il est rappelé que voter est « le rôle d’un mandataire du destin réservé jusqu’ici chez nous au sexe fort ». Après avoir affirmé que « la femme française n’est pas particulièrement une politicienne », l’auteur rappelle que la femme s’ennuie lors des débats parlementaires, qu’elle peut certes être « un agent électoral de première grandeur » mais se désintéresse du jour au lendemain des résultats. Quant à son influence :

c’est essentiellement une influence domestique limitée au foyer, c’est-à-dire à l’époux, au fils majeur, au personnel domestique majeur […] Et, comme dans le mariage homme et femme sont rarement d’une opinion politique différente, la femme ne ferait que doubler la voix de son mari.

  • 43 Neue Freie Presse, Morgenblatt, Wien, Donnerstag, den 19.April 1906, Feuilleton, p. 1et suiv.
  • 44 Ein Komplott gegen die internationale Arbeiterorganisation. Im Auftrag des Haager Kongresses verfas (...)
  • 45 Helene Lange, Gertrud Bäumer, Handbuch der Frauenbewegung, Berlin 1901-1906, 5 vol.

47Suit un dernier argument, aussi péremptoire que décisif : la femme n’agit en politique qu’en fonction de son « goût », par sympathie ou antipathie pour des personnes : « pour la femme l’idée compte moins que la personne. Nous touchons là à la nature profonde de l’influence des Françaises sur la politique de leur pays »43. Une aussi accablante accumulation de clichés réactionnaires et d’arguments de mauvaise foi n’a rien d’exceptionnel en ce tournant de siècle mais elle donne à réfléchir sur l’énorme effort demandé alors aux femmes qui se risquent dans l’aventure de l’émancipation et à s’interroger sur leur potentiel à organiser la riposte. Par ses innombrables tournées de conférences, par son réseau de correspondances très étendu, par sa présence aux congrès des femmes à Berlin en 1896 et 1904, Bertha von Suttner n’est pas sans savoir que, en tous pays, une riposte des femmes existe et que celle-ci s’est, depuis quelque temps déjà, organisée sous forme d’associations de femmes parfois regroupées comme c’est le cas en Allemagne en une confédération des associations de femmes, le Bund Deutscher Frauenvereine (BDF) qui voit le jour en 1894. Et même si elle en parle peu dans ses Mémoires, elle connaît et correspond même avec certaines de celles qui, à la tête de ces associations, œuvrent, dans des conditions difficiles, à structurer des mouvements souvent sporadiques et hétérogènes nés de la prise de conscience de la Question des femmes (Frauenfrage). Ce sont certes des hommes qui ont lancé le terme dans le domaine public : John Stuart Mill, The Subjection of women (1869), August Bebel, Die Frau und der Sozialismus (1878). Karl Marx et Friedrich Engels avaient employé le terme dans leur réplique à Bakounine dès 187244, mais hostiles à traiter la condition des femmes comme un problème spécifique – l’ouvrière étant une ‘force de production’ exploitée au même titre que l’ouvrier –, ils la rapprocheront par la suite de la Question juive (Judenfrage). Dans la période entre 1890 et 1914, le terme est devenu courant, porté par des ouvrages écrits désormais aussi par des femmes dont le célèbre Die Frauenfrage. Ihre geschichtliche Entwicklung und ihre wirtschaftliche Seite, publié à Leipzig en 1901 par Lily Braun suivi du Handbuch der Frauenbewegung en cinq volumes de Helene Lange et Gertrud Bäumer45. Toutes ces femmes et quelques autres, non nommées par Bertha von Suttner mais qu’elle a pu connaître au gré des conférences, congrès et autres manifestations, sont emblématiques de l’histoire complexe, diversifiée, voire divisée, du mouvement des femmes en Allemagne, celui que Bertha von Suttner a approché au plus près. Deux grands courants, eux mêmes subdivisés en fractions souvent hostiles, s’y disputent en cette fin de siècle les suffrages des femmes avec des thèmes, des propositions, des démarches très différentes. Le mouvement dit des ‘femmes bourgeoises’ (bürgerliche Frauen), le plus ancien, bien structuré au sein du BDF, recrute dans les milieux de la moyenne et grande bourgeoisie libérale, dans les familles de négociants, avocats ou pasteurs, auxquels s’adjoignent quelques aristocrates en rupture de ban, comme Lily Braun, née von Kretschmar. Profondément réformiste, il s’articule autour du travail social des femmes, de l’éducation des filles, du statut juridique des femmes mariées et, hostile à toute incursion dans le domaine du politique, mise essentiellement sur une accession progressive des femmes par le biais de l’éducation à l’égalité dans le travail, à la formation et l’exercice de métiers appropriés. Ce mouvement se radicalise toutefois à la fin du siècle par l’introduction de thèmes jusque-là tabous comme l’abolition de la prostitution, l’amélioration du statut de la mère – y compris non mariée – et une ‘nouvelle éthique’ ainsi définie :

  • 46 Hélène Stöcker, Bund für Mutterschutz und Sexualreform, Berlin, 1905, p. 52.

Notre mouvement moderne a créé deux notions positives et les a rendues publiques : Nouvelle Ethique qui signifie qu’on adhère à une morale de la responsabilité personnelle, de l’affinement de l’individualisation dans le domaine sexuel – Protection maternelle qui embrasse tout ce qui est travail et protection pour la mère et l’enfant, pour la conservation de la race, pour la génération future46.

48Très vite, l’aile radicale du mouvement des femmes’ bourgeoises’ s’investit dans une campagne en faveur du vote des femmes, sujet tout aussi tabou. Anita Augspurg, Linda Gustava Heymann, Minna Cauer viennent alors épauler Helene Stöcker, pratiquant une stratégie de rue très visible, avec manifestations de masses, interpellations auprès des parlementaires, ce qui a pour effet d’en effrayer plus d’une et d’en irriter plus d’un.

49Parallèlement se développe un autre mouvement des femmes constitué en marge puis intégré au parti social-démocrate dont il a partagé le sort d’exclu pendant les douze années où ont sévi les lois antisocialistes promulguées par le Chancelier Bismarck. Revenu en force en 1890 le mouvement dit des ‘femmes prolétaires’ (proletarische Frauen), dirigé fermement par Clara Zetkin et Rosa Luxembourg, met la lutte des femmes à égalité avec la lutte des classes et se diffuse largement grâce à l’organe créé par Clara Zetkin Die Gleichheit (L’Égalité), organisant, en marge du BDF qui l’a exclu de ses rangs, des congrès de femmes internationaux à Berlin en 1896 puis en 1904 qui font une large place aux droits des femmes et, en particulier, au droit de vote passif et actif des femmes promues citoyennes à part entière.

  • 47 Dora Duncker, Meine Herrn Kollegen, Berlin, 1894.
  • 48 Das Maschinenzeitalter (L’ére des machines), op. cit., p. 117. Rappelons que cet opuscule, paru ano (...)

50Face à ces deux mouvements des femmes allemandes, Bertha von Suttner a des réactions très diverses et, tout en suivant de près son évolution sur une période relativement courte, se tient à distance. Pour ce qui est du mouvement des ‘femmes prolétaires’, sa position est claire et tranchée, il n’y a pour elle aucun rapprochement possible avec un mouvement par nature inféodé à un parti, lequel, par ailleurs, s’est montré bien peu empressé à la soutenir dans son action. Elle se souvient de la lettre d’Auguste Bebel excluant de ‘travailler main dans la main’ lors de la publication du Manifeste du Tsar en 1898 et de son refus de participer à la préparation de la première Conférence de La Haye. Ce n’est pas nécessairement la marque d’une hostilité fondamentale vis-à-vis des positions prises qui dicte ici sa conduite, finalement les rares femmes qui se proclameront ouvertement pacifistes en août 1914 viennent de ces rangs-là, mais plutôt le fait que l’aristocrate familière des milieux diplomatiques et des réunions internationales au sommet ne goûte guère des démarches comme les manifestations de masse dans la rue ou les rassemblements partisans. Quant au mouvement des ‘femmes bourgeoises’, les revendications des plus radicales en matière de réforme sexuelle, de ‘nouvelle éthique’ ou de protection maternelle, lui restent étrangères, ce qui lui attire maints reproches, comme ceux de Dora Duncker dans un ouvrage très polémique : « Depuis que même Bertha von Suttner n’a pas voulu comprendre mon Droit maternel, je ne compte plus sur aucune femme ! »47. En revanche, elle partage nombre de positions et revendications de la branche modérée. N’a-t-elle pas, très tôt, été proche de leurs thématiques quand, dans son curieux essai de 1886 Das Maschinenzeitalter, elle abordait la question des femmes ou l’éducation des filles : « ces filles du XIXsiècle qui, dans le domaine de l’intellect, voulaient faire valoir leurs droits à l’égalité ». Elle avait même eu, pour désigner ces pionnières, une flamboyante expression : « Elles font partie des tout premiers exemplaires d’un ordre supérieur né du genre femme, celui des Menschinnen »48. En 1909, son dernier roman Der Menschheit Hochgedanken reprenait ces thèmes portés par une héroïne féministe moderne consciente de son champ d’action propre :

  • 49 Der Menschheit Hochgedanken, op. cit., p. 240 et 258.

Mon domaine n’est pas – comme vous l’avez vous-même remarqué – celui du féminisme militant […] Je n’ai pas l’habitude de plaider pour la conquête de professions et l’octroi de droits politiques – je laisse cela aux autres combattantes du mouvement des femmes. Mais une fois ces professions et ces droits peu à peu acquis par mes consœurs, il faudra bien aussi qu’elles apprennent à les exercer, il faut qu’elles y soient éduquées – et c’est pourquoi le seul devoir que j’expose à mes jeunes sœurs est celui d’apprendre à penser49.

51La position de Bertha von Suttner est plutôt singulière en son temps et le reste aujourd’hui encore. Féministe au sens où elle se bat pour une autonomie de la femme-qu’elle met en pratique puisque c’est elle qui, par ses travaux littéraires, alimente le budget du couple – et pour un champ d’action publique accessible aux femmes au plus haut niveau, elle n’a jamais combattu ni aux côtés des féministes ni au sein de leurs mouvements pour soutenir leurs revendications spécifiques. Un épisode, relaté en passant, dans les Mémoires, traduit bien ce désintérêt au moins apparent : lors de son voyage en Suède en 1899, face à une femme qui l’interpelle sur « le mouvement des femmes en plein progrès en Norvège », Bertha von Suttner, imperturbable, détourne ostensiblement la conversation.

  • 50 Adelheid. Popp (1869-1939), 15e enfant d’une famille de tisserands, elle travaille comme domestique (...)

52Les raisons d’une telle attitude sont certes nombreuses et diverses. Certaines tiennent à sa personne, sa vie privée et son statut social. Elle assume tout au long de sa vie une identité féminine qui n’est jamais remise en question, même si, habile à séduire, elle se garde bien d’en faire un instrument de son engagement public. Elle ne fera, dans son discours de réception du prix Nobel de la Paix à Christiania/Oslo en 1906, aucune référence au fait d’être la première femme à être honorée d’un tel prix. Par ailleurs, elle a renoncé – ou dû renoncer vu son âge à l’époque, 43 ans – à être mère, ce qui ne lui « a pas arraché le moindre soupir ». Dès lors, les problèmes de protection maternelle, d’aide aux mères célibataires, n’entrent guère dans le champ de ses préoccupations alors même qu’elles sont une des priorités du mouvement des ‘femmes bourgeoises’. Pas plus que ne sont prises en considération, vu la solidité du couple et le poids de son statut social d’aristocrates autrichiens, les questions de réforme sexuelle, d’égalité dans le couple ou de juridiction réformée du mariage. Quant aux revendications qui touchent à la professionnalisation, au travail des femmes, à l’égalité des salaires, à la protection des femmes au travail, il semble bien que la compatriote de Adelheid Popp, auteur de la première autobiographie ouvrière, ne les ait pas vraiment perçues50.

53Le grief fondamental de Bertha von Suttner vis-à-vis des mouvements de femmes qu’elle côtoie en Allemagne ou en Europe tient essentiellement au fait que la cause qui lui tient tant à cœur, celle de la paix, ne constitue pas alors une priorité de leurs programmes et de leurs actions. À quoi s’ajoute chez elle une conception du pacifisme très éloignée de celle qui avait alors cours dans les milieux féministes – quand on en parlait, ce qui restait rare. En formulant l’équation : « l’ essence féminine, l’instinct féminin sont identiques avec le pacifisme », Lida Gustava Heymann rangera un peu plus tard le pacifisme du côté du ‘principe féminin’ fait d’instinct maternel, d’aide mutuelle, de bonté instinctive et l’opposera au ‘principe destructeur masculin’, porteur de violence donc de guerre. On peut s’étonner de voir ainsi portée par des féministes une conception qui repose sur la division des sexes et leurs rapports de forces, avec d’un côté l’autoritarisme, la violence de l’homme dominant, de l’autre, l’instinct féminin, fait de sensibilité donc de faiblesse. Les théories misogynes d’un Otto Weininger de la femme, sexe faible par nature, inféodée à l’homme, le M dominant, semblent ici paradoxalement corroborées. Il est vrai qu’ancrée dans l’ère de la violence et du militarisme, cette vision des rapports de sexes correspond à la structure profonde de la société existante. Mais n’était-ce pas une des priorités des mouvements féministes d’alors de mettre en cause cette situation et d’y remédier ?

54Pour Bertha von Suttner, cette conception du pacifisme est inacceptable. Elle l’écrit dans un article de sa revue Die Waffen nieder! paru en 1895 :

Au vu de mon expérience personnelle, il n’y a pas de différence de comportement face à la question de la paix entre les personnes de sexe masculin et les personnes de sexe féminin.

55Son expérience personnelle, c’est son action au sein d’institutions comme le Bureau international de la paix où il n’est fait aucune différence entre les sexes, même si l’équilibre en nombre est loin d’être atteint, ce sont ses interventions à la tribune des congrès universels pour la paix où elle présente à l’égal de ses collègues motions et amendements, ce sont aussi les grandes tournées de conférences où elle discute d’égal à égal avec les hommes et les femmes – comme en témoigne le récit d’un auditeur fidèle Karl May à Vienne en 1912.

  • 51 « Weiblicher Pazifismus, Pacifisme féminin », le terme a été formulé par L.G. Heymann lors du Congr (...)

56Bref, le terme de « pacifisme féminin (weiblicher Pazifismus) », qu’elle n’a certes pas connu51, n’aurait eu aucun sens pour Bertha von Suttner, le pacifisme étant pour elle un champ d’action commun aux deux sexes :

  • 52 Die Waffen nieder! 1895.

Il est vain d’attendre des femmes en tant que telles qu’elles fassent leur le mouvement pacifiste ; elles n’arriveraient du reste à rien en se plaçant en opposition aux hommes dans cette démarche. Faire progresser l’ennoblissement de l’humanité est une tâche que seule une coopération des deux sexes, hommes et femmes au même rythme et égaux en droit, peut mener à bien52.

57N’y aurait – il donc, aux yeux de Bertha von Suttner, aucun rapprochement possible des deux mouvements, féministe et pacifiste, en vue d’une démarche et d’une action communes?

  • 53 Sur ces deux voyages, cf. chapitre XIII, p. 271 et suiv.
  • 54 Proche de Theodore Roosevelt dont elle soutient la campagne présidentielle en 1912, Jane Addams s’i (...)
  • 55 Archives Fried-Suttner, UNOG, Genève.
  • 56 Die Friedensfrage und die Frauen (la question des femmes et la paix), Wie können die Frauen die Fri (...)

58Ce sont ses voyages aux États-Unis qui l’amènent, au soir de sa vie, à voir autrement les rapports entre féminisme et pacifisme53. Au cours de ces voyages, elle a, on l’a vu, eu de nombreux contacts avec les sociétés de la paix et avec les associations des femmes nord-américaines. Elle s’est entretenue avec Lady Aberdeen, présidente – fondatrice du International Council of Women. Elle a rencontré Jane Addams et visité Hullhouse, sorte de Maison des femmes, centre d’aide, de formation, d’enseignement et de culture pour les femmes, en général issues de l’immigration, de la région de Chicago54. À la suite de ces rencontres, qui ont beaucoup marqué la pacifiste venue d’Europe, elle écrit un certain nombre d’essais et leur rend hommage dans son discours de réception du prix Nobel où elle avoue admirer « leurs campagnes menées avec programme et méthode ». De sa plongée au sein du mouvement des femmes américaines, Bertha von Suttner a retenu essentiellement trois choses. C’est, d’abord, le sens de l’organisation, fédérale mais ferme, qui permet effectivement de toucher des femmes d’origine, de statut social, voire d’ethnie très diverses et de les rassembler au sein d’un mouvement qui gomme le choc de l’immigration en offrant l’espoir d’une identité neuve de femme américaine. C’est aussi le poids de l’histoire particulière d’un mouvement qui a connu dans le passé des causes à défendre où les femmes ont forgé des stratégies propres, comme les luttes du milieu du siècle pour l’abolition de l’esclavage ou le mouvement contre l’alcoolisme. C’est enfin, encore très présent vers la fin du siècle, le traumatisme de la Guerre de Sécession qui a marqué la génération de femmes des années soixante, une guerre comme on n’en connaissait pas encore sur le Vieux Continent et qui impliquait toute la population civile, femmes et enfants compris, la première guerre moderne, en somme. Mais ce qui la convainc aussi de la force de ce « mouvement de la paix et des femmes » en un, c’est sa non-appartenance à quelque parti que ce soit et son orientation très internationale. Dans une lettre à Jane Addams, elle avoue s’adresser à une “generation which is not only an international one which concerns an international issue, i mean the (world) universal peace movment”55. Dans son essai Die Friedensbewegung in America (1913), elle établit un parallèle entre les deux continents, soulignant l’efficacité du rapprochement entre les mouvements des femmes et les mouvements pour la paix aux États-Unis et rappelle l’importance d’une organisation au niveau de l’international et la nécessité d’agir en commun avec les hommes, donc avec le monde de la politique et de la diplomatie. Dans la dernière décennie de sa vie, elle multiplie les articles au titres évocateurs56 qu’elle publie dans des journaux grand public comme Die Frankfurter Zeitung, Neues Wiener Journal ou Berliner Tageblatt mais aussi dans des revues dirigées par des féministes autrichiennes radicales comme Neues Frauenleben.

  • 57 H. Dohm, Der Missbrauch des Todes, 1915.

59Morte le 21 juin 1914, huit jours avant l’attentat de Sarajevo et quelques semaines avant la déclaration de guerre, elle n’a pas vraiment pu établir un bilan des retombées européennes de ses idées rapportées d’Amérique. À son retour en 1912, elle avait toutefois noté un léger changement et il semble bien que la vision d’un pacifisme également porté par les hommes et les femmes, d’envergure internationale et au-dessus des partis, trouve quelque écho dans les années 1911-1913, en Allemagne et en Autriche. Un rapprochement s’esquisse quand elle accepte d’être l’invitée d’honneur de l’assemblée générale du BÖF, la fédération des associations des femmes autrichiennes présidée par Marianne Hainisch en avril 1913. En Allemagne, le thème de l’internationalisme est bien perçu par Clara Zetkin et Rosa Luxembourg et quelques voix se feront bientôt entendre même parmi les féministes ‘bourgeoises’ qui reprennent certains thèmes et accents suttnériens, comme Hedwig Dohm auteure en 1915 d’un vibrant plaidoyer contre la guerre : « Que ceci soit notre proclamation à tous ceux qui vont venir : mort à l’abus de la mort dans la guerre »57. La question de la paix et de l’antimilitarisme sera désormais abordée dans les rassemblements et congrès de femmes comme en mars 1915 lors de la Internationale sozialistische Frauenkonferenz dominée par le discours de Clara Zetkin pour une action internationale des femmes pour la paix ou, en avril, le Ier congrès international des femmes ‘bourgeoise’s à La Haye où Lida Gustava Heymann lance un « appel aux femmes européennes » et qui se clôt sur la création d’une Fédération mondiale des femmes pour l’avancement d’une union internationale.

  • 58 Der Bund, oktober 1914.

60Mais derrière l’apparent rapprochement, la réalité est tout autre. Lily Braun dénoncera en 1915 « le rêve insensé de la sororité de tous les individus de sexe féminin ». Quant au discours de 1913 tenu par Bertha von Suttner devant l’association des femmes autrichiennes, discours très internationaliste se rapprochant des positions prises par les sociaux-démocrates, il heurte un public de femmes déjà rappelées à leurs tâches au sein de la nation, à sa défense et à la nécessité d’un ‘weiblicher Kriegsdienst’, d’un service militaire féminin. En octobre 1914 – Bertha von Suttner a entre-temps disparu – Marianne Hainisch s’adressera aux femmes autrichiennes en ces termes : « Au nom du BÖF, j’invite les femmes autrichiennes, qui ont toujours fidèlement été à nos côtés, à s’organiser pour le service en cas de guerre »58. Si Bertha von Suttner s’était exprimée en faveur d’une meilleure organisation des femmes, ce n’était évidemment pas dans le sens d’un sursaut nationaliste en cas de guerre mais bien afin d’éviter d’en arriver à la guerre.

61Son pacifisme reposait sur une notion simple : pour elle, il n’est pas question d’aménager la guerre, de ‘l’humaniser’ en quelque sorte – c’est du reste ce qu’elle reproche à Henry Dunant coupable à ses yeux d’avoir, en créant la Croix-Rouge, admis la guerre comme une fatalité dont il fallait alors soulager les souffrances. Toute l’action pacifiste de Bertha von Suttner tend à prévenir la guerre et ce, en s’en prenant aux chasses gardées des hommes, au domaine de l’armement, de la discipline et du code d’honneur militaire, mais aussi au domaine juridique, dont celui du Völkerrecht, du Droit public. C’est elle qui à la première conférence de La Haye en 1899 a fait pression sur ses amis diplomates et a quasiment imposé la création de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye. De même, elle a plaidé sans relâche pour une politique mondialisée des traités et des tribunaux d’arbitrage entre les nations. En s’ingérant ainsi dans des domaines réservés au pouvoir masculin, Bertha von Suttner ne facilitait pas le rapprochement entre la cause des femmes et celle de la paix. La guerre exacerbant patriotismes et nationalismes met cruellement fin à ce qui, un bref instant, avait pu constituer un rapprochement sur la base de l’expérience américaine. Et l’on sait que la quasi totalité des partis socialistes ayant voté en août 1914 les crédits de guerre, tous les mouvements de femmes, socialistes comprises, à l’exception d’un petit groupe où l’on compte Rosa Luxemburg et Clara Zetkin, ont suivi, bon gré mal gré.

62D’une certaine manière, il est heureux que « l’amazone qui fait si bien la guerre à la guerre » selon la formule d’Alfred Nobel, ait échappé à l’éclatement de la première Weltkrieg, cette apocalypse qu’elle voit fondre sur l’Europe sous forme de ‘Barbarisation des airs’.

Notes

1 CF Chapitre VIII, Une correspondance dans le siècle.

2 La fortune de Nobel était estimée à l’époque à environ 36 millions de couronnes suédoises, 1 million devait revenir en legs divers aux parents et proches et 35 millions devaient être versés à la fondation nouvellement créée. Ce sont les intérêts sur cette somme placée en actions qui constituent le montant (variable) des divers prix.

3 Cette dissolution sera ratifiée le 13 août 1905 par référendum populaire avec pour conséquence l’arrivée d’un prince danois prenant le nom de Haakon VII sur le trône de Norvège.

4 La méfiance a sur ce point la vie longue puisque en 2011 encore l’attribution du prix Nobel de littérature au poète suédois Transtörmer suscite dans certains journaux encore la même réaction de « copinage au Comité Nobel ».

5 Testament d’Alfred Nobel, traduction du suédois, Fondation Nobel, Stockholm.

6 lettre fonds Nobel, Ryksarkivet, Stockholm.

7 H. Dunant à B. von Suttner, décembre 1901.

8 Baron von Pirquet au Comité Nobel norvégien, 15 février 1905. Le baron se trompe de date, sa première lettre était datée de 1901. Lettre citée dans l’article très documenté de Regina Braker : « Der lange Weg zur ‚Absicht des Erblassers‘ Alfred Nobel » in Laurie R. Cohen (dir. ) Gerade weil Sie eine Frau sind… Bertha von Suttner, die unbekannte Friedensnobelpreisträgerin, Wien 2OO5, p. 111.

9 Ibid., p. 104-105.

10 lettre publiée dans le Berliner Tagblatt du 11 décembre 1904.

11 Ellen Robinson au Comité Nobel norvégien, 24 janvier 1905.

12 Christiania, capitale historique de la Norvège entre 1624 et 1924, prendra le nom d’Oslo en 1925. En 1905, après la dissolution unilatérale de l’Union avec la Suède, Christiania redevient capitale du royaume de Norvège.

13 Die Entwicklung der Friedensbewegung. Vortrag, gehalten vor dem Nobel-Komité des Storthing zu Christiania am 18.April 1906 von Bertha v. Suttner, typographie originale du discours de Bertha von Suttner lors de la réception du Prix Nobel de la paix, Fonds Fried/Suttner, UNOG, Genève.(Les n° de pages à la fin des citations renvoient aux pages de ce texte).

14 Fonds Fried-Suttner, Christiania, 25 /4/06 papier à en tête Den norske Afdeling uf Alliance Universelle des femmes pour la paix, signé de la présidente, vice-présidente, UNOG, Genève.

15 Fonds Suttner/Fried, BvS Correspondance, File 124. UNOG, Genève.

16 Ibid., Baroness Bertha von Suttner by Frederic Passy, Paris décembre 1905, en dépit d’une introduction « to ours readers », il n’existe aucune référence permettant d’identifier la revue.

17 Le Wiener Abendpost daté du même jour est un peu plus explicite : « L’écrivaine Berta Baronne de Suttner a obtenu le prix Nobel de la Paix. La baronne de Suttner qui ne pouvait pour des raisons de santé se rendre à l’invitation du Comité Nobel … a répondu par une dépêche dans laquelle elle exprime ses remerciements pour cette distinction ». On remarquera toutefois que Bertha von Suttner est toujours présentée comme ‘écrivaine’ (Schriftstellerin) et que les raisons de santé avancées ne sont pas tout à fait exactes, puisqu’elle se trouvait alors en tournée en Allemagne et entendait aller jusqu’au bout de ses obligations.

18 Neue Freie Presse, 1906, 19/4/06, p. 10.

19 Der Tag, „Die Friedenskrone“, Berlin 12 décembre 1905.

20 Humoristische Blätter, „Zur Verleihung des Nobelpreises“, Wien, 21 Décembre 1905.

21 Le Temps, 1898, N° 27.

22 Les plus connus de ces journaux satiriques sont Simplicissimus, hebdomadaire fondé à Munich en 1896, célèbre pour ses caricaturistes T. Heine et O. Gulbransson, et Kladderadatsch créé en 1848 à Berlin. Tous deux existeront sans discontinuer jusqu’en 1944, seul Simplicissimus connaît une brève renaissance de 1954 à 1967.

23 Le Hermannsdenkmal érigé à Detmold, au pied du Teutoburger Wald, à l’endroit où Arminius aurait vaincu les légions de Varus, avait été inauguré en 1875 par le Chancelier Bismarck. C’est l’époque, surtout sous le règne de Guillaume II, des monuments gigantesques, le plus souvent des allégories représentées sous les traits d’une femme : Borussia, Bavaria et surtout Germania sur son char trônant au-dessus du fronton du tout nouveau Reichstag ( 1894) ou dominant, épée brandie vers la France, les rives du Rhin.

24 Le Figaro, « Le congrès de la paix. Faits et gens », Dimanche 6 avril 1902.

25 La Reine Victoria (1819 – 1901) règne de 1837 à 1901. Sa fille aînée, Viktoria, était l’épouse de Frédéric, roi de Prusse devenu Frédéric III, Empereur d’Allemagne en 1888, mort en 1889, et la mère de l’Empereur Guillaume II.

26 Ainsi dans Vor dem Gewitter et dans Der Menschheit Hochgedanken, nombre de soirées se passent dans la suite d’un Grand hôtel, viennois ou zurichois, métamorphosée en élégant salon, et les conversations souvent virent au monologue sur les grands mouvements de pensée de l’époque, Ethische Kultur, socialisme et même anarchisme.

27 Ossip Schubin (1854-1934), pseudonyme pour Aloisia Kirschner, originaire de Bohème, auteur très prolixe et à succès jusque dans les années trente : Ô du mein Österreich (3 vol.) 1890, Woher tönt dieser Missklang durch die Welt ? (3 vol.) 1894, Miserere nobis. Die Tragödie eines Idealisten (2 vol.) 1910.

28 Correspondance BvS in Fonds Fried-Suttner, UNO Genève file 504. Marie von Ebner-Eschenbach (1830-1916), amie de Grillparzer, auteur de nombreuses nouvelles et romans, première femme nommée docteur h.c. de l’université de Vienne, avait beaucoup fasciné la très jeune Bertha Kinsky.

29 Le rapprochement entre les deux femmes a été fait par la féministe suédoise Ellen Key (1849-1926) dans un ouvrage paru en 1918 à Stockholm et traduit en allemand en 1919 Florence Nightingale und Bertha von Suttner, zwei Frauen im Kriege wider den Krieg, Zurich, 1919.

30 Allusion à une image populaire très connue de l’époque montrant F. Nightingale visitant à la lumière de sa lampe à pétrole un hôpital militaire.

31 Luise Büchner (belle-sœur du médecin Ludwig Büchner, frère du dramaturge Georg Büchner), in Deutsche Geschichte 1815-1870, p. 805.

32 The Nursing record &hospital World, Feb.22, 1896, p. 196-197.

33 UNOG Fonds Fried-Suttner, File 13/102.

34 On trouve une référence à Marianne Hainisch dans le tout dernier Diary en date du 23 avril 1914 « La brave Hainisch ! Non, je ne suis pas aussi brave qu’elle. L’énergie m’a abandonnée ».

35 Rosa Mayreder (1858-1938), proche des milieux artistiques viennois à la fin du siècle, mariée au recteur de l’Université technique de Vienne, elle commence dans les années 90 une carrière d’essayiste qui la mènera à réfuter plus tard dans Geschlecht und Kultur (1926) les thèses de Otto Weininger. Co-rédactrice de la revue Dokumente der Frau, elle œuvre pendant la Première Guerre mondiale pour le pacifisme et préside en 1919 la ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté.

36 Archives Fried-Suttner, Correspondance avec Lily Braun, 1910, File14/161, UNOG-Genève.

37 Décrivant son installation à Berlin en 1890 et sa demeure alors modeste devenue le lieu de rencontre des socialistes et sympathisants de tous pays, Lily Braun ajoute : « Bertha von Suttner faisait son apparition dès qu’elle était à Berlin, animée de cette foi rayonnante en la cause, qui est la marque des réformateurs nés et dont seuls les gens ordinaires de peu de cœur se moquent », Memoiren einer Sozialistin, op. cit., p. 715.

38 Hedwig Dohm (1831-1919), 11e enfant d’une fratrie de 18 frères et sœurs, fille d’un fabriquant de tabac berlinois elle a eu une formation d’institutrice et publie en 1874 Die wirtschaftliche Emanzipation der Frauen (L’émancipation économique des femmes), en 1902 Die Antifeministen. Grand mère de Katia Mann, femme de Thomas Mann, elle exercera une certaine influence sur le ‘clan’ Mann.

39 Une variante de ce texte a fait l’objet d’une publication dans les Actes du colloque (dir : Patrick Farges, A-M Saint Gille), Le premier féminisme allemand, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

40 Protocole du Congrès de la Paix de Berne, 1892, op. cit., p. 23.

41 Celia Bertin, La femme à Vienne au temps de Freud, Paris, 2009.

42 Otto Weininger, Geschlecht und Charakter, chap. 6 “Emanzipierte Frauen“. Sur O. Weininger, Jacques Le Rider, Le cas Otto Weininger, Paris, PUF 1982.

43 Neue Freie Presse, Morgenblatt, Wien, Donnerstag, den 19.April 1906, Feuilleton, p. 1et suiv.

44 Ein Komplott gegen die internationale Arbeiterorganisation. Im Auftrag des Haager Kongresses verfasster Bericht über das Treiben Bakunins und der Allianz der Sozialdemokraten. D’autres membres de la famille Marx s’intéressent à la Frauenfrage, comme le gendre de Marx, Paul Lafargue, La question de la femme, éd. De l‘oeuvre nouvelle, Paris, 1904.

45 Helene Lange, Gertrud Bäumer, Handbuch der Frauenbewegung, Berlin 1901-1906, 5 vol.

46 Hélène Stöcker, Bund für Mutterschutz und Sexualreform, Berlin, 1905, p. 52.

47 Dora Duncker, Meine Herrn Kollegen, Berlin, 1894.

48 Das Maschinenzeitalter (L’ére des machines), op. cit., p. 117. Rappelons que cet opuscule, paru anonymement (von Jemand), se présente comme une série de conférences tenues au XXXe siècle expliquant aux contemporains la vie, les mœurs et les erreurs de la génération fin XIXe siècle.

49 Der Menschheit Hochgedanken, op. cit., p. 240 et 258.

50 Adelheid. Popp (1869-1939), 15e enfant d’une famille de tisserands, elle travaille comme domestique puis en usine à Vienne, rallie le mouvement ouvrier et fonde en 1892 le Arbeiterinnenzeitung premier Journal des ouvrières. Elle publie en 1909 Jugendgeschichte einer Arbeiterin von ihr selbst erzählt, première autobiographie ouvrière au féminin.

51 « Weiblicher Pazifismus, Pacifisme féminin », le terme a été formulé par L.G. Heymann lors du Congrès de Berne en 1915.

52 Die Waffen nieder! 1895.

53 Sur ces deux voyages, cf. chapitre XIII, p. 271 et suiv.

54 Proche de Theodore Roosevelt dont elle soutient la campagne présidentielle en 1912, Jane Addams s’impliquera largement dans le Woman’s Peace party créé en janvier 1915 et elle deviendra présidente de la Ligue Internationale des femmes pour la paix et la liberté. Lors de la Conférence Internationale des femmes de La Haye en 1915, c’est elle qui, à la tête d’une commission ad hoc, sera chargée de ‘trouver une issue à la guerre’. Elle sera en 1931 la seconde femme à recevoir le prix Nobel de la paix.

55 Archives Fried-Suttner, UNOG, Genève.

56 Die Friedensfrage und die Frauen (la question des femmes et la paix), Wie können die Frauen die Friedensbewegung fördern? (Comment les femmes peuvent-elles favoriser le mouvement de la paix ?), Der Frauenweltbund und der Krieg (L’Association mondiale des femmes et la guerre). Archives Fried-Suttner, file 12/100a, UNOG, Genève.

57 H. Dohm, Der Missbrauch des Todes, 1915.

58 Der Bund, oktober 1914.

Table des illustrations

Titre Figure 7 : Automne à La Haye.
Légende « Le grand Balayeur: bon, ma p’tite Dame, maintenant je vais vous faire de beaux tas avec toute cette histoire et vous, vous allez me bourrer un joli petit oreiller de toutes ces feuilles mortes. »
Crédits Kladderadatsch, n°60, septembre 1907, Berlin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Figure 8 : L’invitation à l’irascible Chérusque.
Légende « Hermann, allez, descends donc »
Crédits Lustige Blätter, 1907, Alfred Fried Collection, Hoover Institution Archives, Stanford.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 9 : « Pauvre Bertha – encore une paisible parlote de salon dérangée ! »,
Crédits Neue Glühlichter, 1907, Alfred H. Fried Collection, Hoover Institution Archives, Stanford.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 918k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search