Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1957

1er mars

Texte intégral

Pensée de la mort et plaisir de la pensée

1L’idée que j’ai déjà émise — être spectateur est un plaisir — m’éclaire un sens de la parole de Pascal : « car il sait qu’il meurt ».

2Il y a peut-être là autre chose (exactement le contraire) qu’une macération dans la souffrance la plus atroce et que masochisme.

3Pour qui fait de la pensée un yoga et la contemple, une pensée, quelque atroce qu’elle soit comme pensée particulière (car toute pensée ne peut être que particulière) est en même temps comme limitée par la pure capacité de penser, le pur pouvoir de penser — qui est le sujet. Il peut y avoir là une forme de jnana-yoga (voir l’absolu les yeux ouverts). Savoir qu’on meurt peut être une pensée privilégiée en ce sens, car la mort est à peine une pensée particulière. En tant qu’idée particulière elle est plutôt vide de sens. Je puis penser que je ne vivrai plus, mais c’est penser ma vie avec négation. Penser ma mort, c’est ne rien penser du tout. Savoir qu’on meurt est donc à la fois la pensée la plus pleine de particularités, puisque cela signifie penser tous mes particuliers possibles, tous les aspects possibles d’une vie humaine — et en même temps la pensée la plus vide si elle consiste à me penser mort, puisque — comme l’a dit Epicure — cela suppose avant tout qu’il n’y aura plus rien en moi qui puisse s’en apercevoir. Mais savoir qu’on meurt, quelqu’atroce que ce soit — et c’est là sans doute le sens fondamental de la pensée de Pascal — c’est encore et d’abord penser ; c’est ce qu’il a appelé une dignité. C’est même là-dessus qu’il fonde la singulière dignité de la pensée : en face de la mort il y a encore la pensée de la mort.

4C’est là-dessus aussi que peut-être Epicure fondait la solidité du plaisir : en face de l’idée de la mort il y a encore le plaisir de se sentir pensant. Il n’importe guère que le spectacle soit celui d’un amour, d’un succès ou la pensée de ma mort, puisque j’ai toujours le plaisir d’être spectateur.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search