Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre XIII. The show must go on

Texte intégral

Le pacifisme après La Haye

  • 1 Theodor Schieder, Friedensbewegung und Friedenskongresse in Handbuch der europäischen Geschichte, S (...)

Les résultats des conférences de La Haye, si problématiques qu’ils aient pu être vu les réserves et l’absence de ratification par de nombreux pays, sont l’expression d’un sens du juridique de très haut niveau au sein d’une civilisation technique reposant sur une étroite coopération des États […]. Les conférences de La Haye n’ont pas été l’introduction à une époque historique où guerre et autocratie auraient disparu au profit d’une entente pacifique des puissances et où les guerres auraient été humanisées par le droit, elles ont été bien plutôt la porte ouverte sur une époque où les décisions de guerre dominent tout, où le droit de la guerre s’ensauvage et où les réalités de la guerre ont pris des formes de terreur et de destruction comme jamais auparavant. C’est au cœur de cette antinomie historique qu’il faut placer l’œuvre accomplie à La Haye mais cette antinomie ne doit pas nous cacher que cette grande tentative pour donner des normes au droit de la guerre juste avant que n’éclatent les guerres mondiales a non seulement aiguisé les consciences mais aussi créé le fondement de l’action politique dans la guerre1.

  • 2 Ce point, n’ayant pas abouti en 1899, fera l’objet d’un débat, lui aussi sans résultat concret, en (...)

1Près de trois quarts de siècle après les deux conférences qui se sont succédées à La Haye en 1899 et en 1907, le bilan reste mitigé et étonnamment proche de celui fait par Bertha von Suttner et ses compagnons de route dès la fin de la première conférence. Le départ précipité des époux Suttner au début juillet, alors même que la Conférence devait durer jusqu’à la fin du mois, est en réalité motivé par la déception croissante qui se fait jour parmi les personnes présentes à La Haye de plus en plus exaspérées par les obstacles mis à toute décision contraignante. Particulièrement acharnées à entraver toute ratification solennelle, l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie s’ingénient, en effet, à rendre non-obligatoire toute résolution visant à contrôler et limiter les armements, à élargir la convention de Genève de 1864 à la guerre maritime2 ou encore à réviser les lois et usages de la guerre sur terre tels que définis dans le protocole de Bruxelles de 1874. Le sentiment mitigé, partagé par tous ceux et celles qui, à La Haye, ont bien perçu les tergiversations et même dénoncé, comme le fait Bertha von Suttner, des stratégies fort peu respectueuses d’une politique de paix à l’échelle internationale, perdure jusque dans les Mémoires qui constitue le troisième récit, le plus distancé, de la Conférence de La Haye :

  • 3 Die Haager Friedenskonferenz. Tagebuchblätter von Bertha von Suttner, parait en 1900 chez Pierson à (...)

Faire connaître autant que se peut les résultats de la Conférence à mes compatriotes – telle était ma tâche et je m’y consacrai avec ardeur en écrivant de nombreux articles et mon Journal de la Conférence de La Haye. Certes, ce faisant, j’étais animée par une joie qui n’était pas entière, car j’avais moi-même été témoin à La Haye de la résistance, ouverte et cachée, qui s’opposait de toutes ses forces à la réalisation d’un ‘temps sans guerre’. (M, p. 497)3

2Face aux difficultés rencontrées par des délégués ralliés au mouvement pour la paix, Stanhope, Stead, Bernaert, Descamps, d’Estournelles de Constant et Léon Bourgeois, ceux-là même qui luttent pour la création de la Cour permanente d’arbitrage, Bertha von Suttner ne peut s’empêcher de noter, mi-ironique mi-amère, que « faire fonctionner cette machine, ce ‘couronnement du XIXsiècle’, c’est une tâche que – je le répète à regret – ni les peuples ni leurs représentants n’ont su à ce jour mener à bien » (M, p. 495). Elle n’a de cesse de solliciter l’avis des ‘pacifiques’ de la première heure et la réponse que lui adresse, parmi d’autres, le Comte Nigra, qui fut le délégué de l’Italie à la première Conférence de La Haye, semble, dans son équilibre apaisant, lui apporter quelques éclaircissements bienvenus :

Cette conférence a eu à subir deux contretemps : l’affaire Dreyfus et le conflit du Transvaal […] On accuse la conférence de n’avoir pas produit des résultats immédiats. À vrai dire, nous ne nous faisions aucune illusion à ce sujet. Nous savions bien que nous n’aurions pas travaillé pour assurer la paix du monde du jour au lendemain. Par contre, nous avions la conscience de travailler pour l’avenir de l’humanité. Le but que nous nous sommes proposé est celui d’une marche en avant dans le progrès. C’est la loi de l’histoire. Aveugle qui ne le voit pas ! (M, p. 502)

3S’est-elle contentée de ces explications ? Nul ne le sait car le chapitre des Mémoires consacré à ‘L’après-La Haye’ se clôt sur la simple signature ‘Nigra’, sans qu’aucun commentaire ne vienne s’y ajouter.

  • 4 La Cour permanente d’arbitrage consiste alors en un simple bureau disposant d’une liste de juges dé (...)

4En 1907, une seconde Conférence de La Haye réussira, à l’initiative du Président des États-Unis Théodore Roosevelt, à rassembler plus d’États participants, 44 au lieu des 26 précédents, sur une période plus longue encore, du 15 juin au 18 octobre 1907. Ce qui souligne la place prise au tournant du siècle par la question du contrôle des armements et celle du ‘bon usage’ de la guerre. On peut y voir aussi un certain cheminement de l’idée pacifiste soucieuse de définir un droit public universel, largement inspiré du Droit public européen jadis formulé par Hugo Grotius. Tout comme on peut discerner dans l’instauration d’une Cour permanente d’arbitrage, si imparfaite soit-elle alors dans sa concrétisation4, une première ébauche d’une communauté des nations tout droit issue du projet de Paix perpétuelle d’Emmanuel Kant et qui deviendra réalité seulement après le choc de la Première Guerre mondiale avec la Société des Nations créée à Genève en juin 1919 sous l’impulsion d’un autre Président des États-Unis, Woodrow Wilson.

5Bertha von Suttner n’assistera qu’en partie à cette conférence qui, beaucoup plus technique, n’est en fait qu’une suite destinée à concrétiser les propositions non ratifiées et encore moins mises en œuvre de la première. Les sujets traités y sont les mêmes avec une importance accrue pour la question de la guerre maritime, conséquence logique des politiques accélérées de construction de flottes nationales, sous-marins et mines sous-marines inclus. Par-delà une technicité des débats qui la rebute quelque peu, Bertha von Suttner reste partagée entre la légitime fierté de voir enfin se concrétiser une politique internationale d’arbitrage qu’elle appelait de tous ses vœux et la déception de devoir constater que sa conception de la paix dans le monde ne s’est pas vraiment imposée au sein de « ce parlement mondial transformé en assises de régulation de la guerre ». Certes, les deux conférences de La Haye ont réussi à mettre sur pied une instance internationale permanente de contrôle et d’arbitrage, mais elles ont, aux yeux de Bertha von Suttner mais aussi de la postérité, essentiellement œuvré à réglementer la guerre, à l’humaniser sous certains aspects. Ce n’était pas là le but espéré par Bertha von Suttner et nombre de pacifistes, qui voulaient rendre la guerre obsolète en pratiquant une politique d’arbitrage avant le déclenchement des conflits armés et, par voie de conséquence, ôter toute raison d’être aux armements, voire d’existence aux armées nationales.

6Mais rien ne saurait vraiment remettre en cause la ‘mission’ que la Friedensbertha s’est donnée pour que triomphe la cause de la paix dans le monde. À peine rentrée à Harmannsdorf, où les difficultés il est vrai s’amoncellent, elle reprend ses notes prises à La Haye et en fait un ouvrage conséquent qui paraît l’année suivante. Ce ne sera certes pas un succès de librairie puisqu’elle note dans ses Mémoires :

À deux messieurs allemands nouvellement nommés à la dignité de juges du tribunal permanent, j’adressai, avec mes félicitations, à chacun un exemplaire de mon Journal de la Conférence de La Haye. Le premier ne me répondit pas, le second m’envoya trois marks. (M, p. 518)

7Puis, dès la fin de ce même mois de juillet, elle se remet en route, toujours accompagnée d’Artur Gundaccar von Suttner, cette fois pour la lointaine Norvège où le Président de la Conférence Interparlementaire annuelle l’invite comme hôte d’honneur aux côtés de Jean de Bloch. À Christiania, nom que portait alors l’actuel Oslo, elle assiste non seulement aux festivités obligées mais également aux séances d’une conférence par ailleurs relativement brève – six jours – qui lui apporte la preuve concrète des progrès faits par la cause de la paix dans les instances du pouvoir : trois cents parlementaires sont présents au lieu des quelque soixante habituels et l’invitée d’honneur note avec intérêt la présence d’un représentant des États-Unis, Mr Barrow :

  • 5 Elle reprendra abondamment ce thème dans son dernier roman Der Menschheit Hochgedanken. (1909). Par (...)

C’est à cette occasion que le premier représentant américain était apparu sur la scène de l’Union parlementaire ; Mais, depuis peu, le Nouveau Monde prend la première place dans le mouvement général pour la paix. De là va venir pour le Vieux Monde l’impulsion, l’exemple – et peut-être la nécessité de créer l’Europe Unie. (M, p. 493)5

  • 6 C’est Alfred Nobel, alors lui-même en mal d’écriture, qui lui avait fait découvrir la littérature s (...)

8Mais, plus encore que le plaisir de retrouver ses vieux compagnons de combat pour la paix qu’elle vient à peine de quitter, c’est la rencontre avec deux grandes figures de la littérature européenne qui la comble. Elle ne fait certes qu’entrevoir au milieu des invités d’un soir Henrik Ibsen, accompagné de sa femme qui n’est autre que la fille de Björnstjerne Björnson, l’autre gloire de la soirée. Ibsen est un de ceux qu’elle avait tenté d’enrôler pour sa cause dans les années 90, en vain, ce dernier lui ayant répondu qu’il ne s’intéressait qu’à son art et à rien d’autre. Elle garde cependant à son endroit une grande admiration même si la première lecture de ses drames, découverts comme l’ensemble de la littérature scandinave contemporaine grâce à Alfred Nobel, l’avait alors quelque peu déroutée6. La lecture d’Ibsen lui avait cependant ouvert les yeux sur la situation des femmes et lors de ce séjour en Norvège elle semble avoir un regain d’intérêt pour la question qui toutefois, à ses yeux, passe et passera toujours au second plan, derrière la cause de la paix. Ainsi, loin de commenter plus avant la remarque de la femme du premier ministre norvégien, qui lui apprend que le droit de vote pour les Norvégiennes est proche, elle oriente aussitôt la conversation vers un thème éminemment politique et international, celui de l’hostilité qui règne entre la Suède et la Norvège. Quant à l’autre gloire nationale, Björnstjerne Björnson, avec lequel elle était depuis un certain temps déjà en correspondance, la rencontre est mémorable. Björnson, forte stature, crinière blanchie de vieux lion et voix de stentor, domine l’assemblée, malmène les uns, brusque les autres, demandant tout de go : « Êtes-vous dreyfusard ? » au sénateur Labiche qui en reste bouche bée ! Son discours, en français, lors du banquet final, traite tout simplement de « La Vérité » et prône avec fougue que « la politique doit devenir éthique ». À son initiative, un groupe d’artisans et de paysans vient remercier en chœur les ‘travailleurs de la paix’. Au cours de la conversation qui suit, Björnstjerne Björnson attire l’attention de l’invitée d’honneur sur l’importance de cette ‘classe’ trop facilement discréditée sur le continent comme analphabète et bornée : « Oh, les paysans, ce sont les soutiens de notre royaume, ils en sont les colonnes porteuses ». Bertha von Suttner, de par ses origines comme par la fréquentation quasi exclusive de membres de la haute société et de dirigeants de la politique internationale, n’avait guère jusqu’ici montré le moindre intérêt pour cette partie de la société, la laissant, consciemment ou non, aux mains de la social-démocratie et de l’Internationale ouvrière – à l’exception notable de l’Angleterre où elle a suivi avec intérêt l’action des trade-unions et des travaillistes anglais grâce à ses amis, William Stead et Philip Stanhope. Sans nul doute, le signal donné par Björnson fait mouche car dans le chapitre conclusif des Mémoires, elle insèrera un long récapitulatif des événements qui marquent l’évolution du monde entre 1902, date à laquelle elle arrête le récit de ses Mémoires, et 1909, date à laquelle elle les publie. Dans ce listing quelque peu hétéroclite figurent, entre autres, « les décisions prises pour combattre la guerre dans les congrès socialistes », ce qui implique une prise en compte jusque-là inexistante des dits congrès et même une amorce d’intérêt pour la classe ouvrière.

Le temps du veuvage

  • 7 Albert 1er de Monaco ( 1848-1922) cousin de Napoléon III avait héroïquement combattu en 1870 comme (...)

9Au printemps 1902, on retrouve Bertha von Suttner au Congrès universel de la Paix, le XIe du nom, qui se tient à Monaco sous l’égide du prince Albert 1er, lequel, outre ses activités savantes d’océanographe et de paléontologue, s’est, après l’expérience douloureuse de la guerre de 1870/71, converti de longue date à la cause de la paix7. Lors du gala de clôture, le prince réussit fort habilement dans son discours à concilier sciences et paix dans le monde pour le progrès de l’humanité et le triomphe de la civilisation :

Car l’œuvre scientifique à laquelle j’ai consacré ma vie, a besoin pour se développer de la victoire de l’œuvre de paix, de la victoire sur le cruel héritage de la barbarie primitive, de la victoire sur l’esprit guerrier, qui empoisonne les fruits de la civilisation. (M, p. 532)

10Après les déceptions encore vives de La Haye, Bertha von Suttner ne peut qu’applaudir à un propos qui n’est pas sans lui rappeler les discussions de jadis avec Alfred Nobel cherchant, lui aussi, à concilier les progrès de la science et la cause de la paix.

Figure n°5 : Après l’inauguration de l’Institut de la Paix à Monaco 1903.

Figure n°5 : Après l’inauguration de l’Institut de la Paix à Monaco 1903.

De gauche à droite : « Bnne de Suttner, S.A.S. le Prince Albert, M. Hoch, Abbé Pichot, M. Saige, M. de Monicault, Cte de Maleville, M. Izard ».

Press cutting Fonds Fried/Suttner , Genève , UNOG Library, League of Nations Archives.

  • 8 Certains biographes penchent pour une infection de paludisme contractée très tôt au Caucase.
  • 9 Journal en date de septembre 1898. Diary n°1, Fonds Suttner-Fried, ONU, Genève.

11Pour la première fois Madame la Baronne est venue sans son mari, accompagnée seulement de son amie, la comtesse Hedwig Pötting. Artur Gundaccar von Suttner, malade, a dû rester à Harmannsdorf, les médecins ayant diagnostiqué une inflammation de la jambe accompagnée de troubles cardiaques inquiétants8. Les lettres et dépêches échangées pendant cette brève séparation témoignent du lien solide qui soude le couple vieux déjà d’un quart de siècle. Le 31 mars 1902, le Baron, de son lit, suit à la minute près l’itinéraire de sa femme : « Je t’ai suivie en pensée dans toutes tes étapes. Maintenant tu es sans doute déjà, après le petit-déjeuner, sur le quai de la gare où tu attends d’être ‘enwagonnée’ ».(M, p. 529) Avec tact, il tente de dissiper les inquiétudes non dites de sa femme qui le sait resté en compagnie de Marie-Louise, la jeune nièce orpheline accueillie à Harmannsdorf dans les années 1890, ajoutant au détour d’une lettre : « Maria Luisa vient de se montrer très furtivement – avec un début de rhume – donc rien de bien rose ! ». Cette jeune personne, qui par ailleurs est très souvent du voyage, s’était entichée de son oncle, au grand désespoir, suggéré dans quelques notes du Journal intime de la tante Bertha : « je traite ML comme si c’était du vent. Bismarck mort ! »9. De toute évidence, Bertha von Suttner souffre de se retrouver ainsi seule en plein printemps sur la Riviera, un lieu où le couple a séjourné à diverses reprises. À son retour, l’état du malade ne s’est guère amélioré et le Journal devient l’unique confident des craintes de Bertha von Suttner :

Il est étonnant comme on perçoit un tel cahier comme un ami ; comme on peut lui dire tout, se plaindre de tout ; comme on peut verser sur ses pages les larmes qu’il faut cacher à l’autre surtout si cet autre est un malade bien aimé. (M, p. 538)

12Vers le milieu de l’année, le Baron semble se remettre et tous deux peuvent alors se rendre en Suisse à Lucerne où est inauguré le Musée de la Paix créé par Jean de Bloch, qui vient de décéder. C’est l’occasion de revoir les vieux amis, tous conviés à l’inauguration et, de fait, ils sont tous là, les quelque peu blanchis « travailleurs de la paix » des années 90 : Frédéric Passy, octogénaire auréolé du premier prix Nobel de la paix (avec Henry Dunant), William Stead, Gaston Moch, dreyfusard de la première heure, le général Türr, ancien compagnon de lutte de Garibaldi, Moneta, le co-auteur de la fameuse motion Capper-Moneta-Suttner du Congrès de la paix de Berne, Paul d’Estournelles de Constant, qui se passionne autant pour l’aviation moderne que pour la paix, Dr Richter, président de la Société allemande de la paix. À eux tous, ils représentent les principales puissances européennes, la France, la Grande-Bretagne, l’Autriche-Hongrie, l’Italie, l’Allemagne et forment ainsi un congrès de la paix modèle réduit avec, vu l’âge de certains, des allures d’Amicale des Anciens au service de la paix.

13Le 10 décembre 1902, Artur Gundaccar von Suttner succombe à une attaque cardiaque, il a cinquante – deux ans. Pour Bertha von Suttner tout s’arrête, elle clôt son Journal sur une dernière page marquée d’une croix noire et c’est aussi la date qui met fin au récit de vie que sont les Mémoires : « Ce récit de ma vie je veux l’interrompre ici ; je ne peux nommer vie ce qui entre le 10 décembre 1902 et aujourd’hui a rempli mes jours. ». Mais ce n’est pas là la seule conséquence tragique de la disparition de son compagnon de vie. La maladie du propriétaire de Harmannsdorf avait un temps tenu à distance les créanciers. Le domaine, suite à des erreurs de gestion imputables selon Bertha von Suttner à « cette dose de légèreté propre à toute la maison Suttner », est criblé de dettes et le baron à peine incinéré – selon ses vœux partagés par sa femme qui choisira elle aussi le « Flammentod »–, tout doit être vendu, meubles et bibliothèque sont dispersés aux enchères, la famille, dont la belle-mère de Bertha von Suttner alors très âgée, trouve refuge chez des parents proches. Quant à Bertha von Suttner, qui ne quittera plus le deuil, elle s’installe avec sa fidèle domestique, Katharina Bockinger, celle dont le nom figure comme personne accompagnatrice sur son passeport, dans un modeste appartement de Vienne. Plus que jamais les moyens financiers dont elle dispose sont réduits, provenant essentiellement de ses publications littéraires, de conférences ou des très nombreux articles publiés dans les journaux et revues, dont les quasi rituelles Randglossen dans la Friedenswarte de H. A. Fried. Jusqu’à ce que la manne du prix Nobel de la paix vienne en 1905 mettre fin à cette situation incommode, tout voyage qu’elle va désormais entreprendre se fera sur invitation, dans le cadre de tournées où elle fera lecture publique de ses œuvres ou dans celui de voyages organisés en particulier par les Sociétés de la paix d’Outre-Atlantique. Peu de temps avant sa mort, une pension versée dans le cadre du Endowment for International Peace financé par le ‘Roi de l’acier’ et néanmoins pacifiste, Andrew Carnegie, confortera ses derniers jours.

14En dépit de ces coups du sort réitérés, Bertha von Suttner, désormais drapée dans ses voiles de veuve, n’en continue pas moins ses activités publiques diverses. Ayant renoncé à les consigner en vue de ses Mémoires qui pour elle s’arrêtent à la mort de son époux, elle en présente simplement, en conclusion, une liste récapitulative. Mais même sous cette forme très laconique, la densité de ses activités, sa ténacité à vouloir continuer à remplir sa « mission » forcent le respect :

J’ai participé depuis [i.e. la mort d’A.G. von Suttner] aux congrès de la paix à Boston, Lucerne, Milan et Munich et au Congrès des femmes de Berlin. J’ai assisté, comme hôte invitée, aux conférences inter – parlementaires de Vienne et de Londres… (M, p. 541)

  • 10 Bulletin officiel du XVICongrès universel de la paix tenu à Munich du 9 au 14 septembre 1907. Pub (...)
  • 11 Ibid., p. 79.

15Un bref regard dans les comptes rendus de ces diverses manifestations prouve que sa participation y a été fort active. Ainsi, au XVIe Congrès universel de la paix qui se tient à Munich en 1907 sous la présidence de Ludwig Quidde, non seulement la Baronne Bertha de Suttner fait partie du bureau mais elle co-élabore et signe la lettre rédigée sous l’impulsion du doyen d’âge, Frédéric Passy, adressée à « Monsieur le Président et Messieurs les délégués plénipotentiaires membres de la seconde Conférence de la paix de La Haye ».10 C’est une lettre qui reflète fort bien l’état d’esprit de congressistes très attentifs à ce qui se passe au plus haut niveau à La Haye. Respectueux des avancées acquises, ils n’en rappellent pas moins avec force leur position exposée dans le discours inaugural du Vieux Maître, Frédéric Passy, qui se termine sur « Donc, à bas la guerre ! Reléguons-la de plus en plus dans le lointain passé. Vive la Paix ! Et bientôt les plus jeunes d’entre vous en verront la consolidation définitive ».11 Et ils n’hésitent pas à mettre en garde ces Messieurs de La Haye :

  • 12 Ibid., p. 116-117.

Le Congrès ne saurait évidemment méconnaître l’importance des résultats acquis à cette heure par la Conférence. Il reconnaît, au contraire, qu’ils constituent au point de vue du droit positif international, de réels progrès. Mais, pour leur plus grande part tout au moins, les décisions de la Conférence constituent des mesures relatives à la réglementation de la guerre, or cette œuvre n’est pas celle que le Congrès considère comme essentielle. L’humanité, la conscience publique, l’opinion universelle sont, à cet égard, pleinement d’accord avec lui, et nous pouvons vous dire, Messieurs, qu’elles ne vous tiendraient pas quittes de votre mission, que votre responsabilité envers elles pourrait être grande si vous ne deviez pas aboutir à des résultats décisifs dans la voie de la suppression de la guerre comme institution de droit, dans la voie de l’organisation d’un système complet de justice entre les nations…12

  • 13 H.A. Fried est né en 1867 Ludwig Quidde en 1858. Tous deux vivront la Première Guerre mondiale et a (...)

16On ne saurait être plus clair et l’on reconnaît bien là la plume de Bertha von Suttner qui s’était plainte amèrement au retour de son bref passage à La Haye en juillet 1907 de voir « ce parlement mondial de la paix transformé en assisses de régulation de la guerre ». Le protocole du Congrès de Munich fait apparaître un net changement de génération, les Anciens sont certes encore très présents et Bertha von Suttner est là, aux côtés de Frédéric Passy, du Général Türr, du Comte Apponyi, de Moscheles ou de Björnson. Mais A.H. Fried et Ludwig Quidde, beaucoup plus jeunes, occupent désormais les fonctions-clefs13. On peut également constater un net élargissement du cercle des congressistes : ainsi figure dans la liste placée en tête du protocole un nouveau venu – sans que sa présence réelle soit avérée –, Anatole France, littérateur, Paris, l’un des premiers à avoir signé la pétition dite « des Intellectuels » en faveur de Dreyfus et qui s’était distingué aux obsèques de Zola en 1902 par un vibrant discours. De même, les États-Unis d’Amérique sont bien représentés avec et autour de Andrew Carnegie, corroborant ainsi la remarque de Bertha von Suttner que c’est d’Outre-Atlantique que viendront les renforts les plus efficaces pour l’avenir du mouvement pour la paix. Quant aux femmes, elles sont beaucoup plus nombreuses à participer aux délibérations du Congrès, une séance leur est d’ailleurs spécifiquement consacrée, celle du jeudi 12 septembre avec pour thème « l’attitude des femmes par rapport au pacifisme ». La Française Séverine est certes une habituée des congrès mais, du côté allemand, de nouveaux noms figurent en bonne place au comité d’organisation, Anita Augspurg, Lida Gustava Heymann, présidente de l’Association des femmes allemandes, et, du côté scandinave, Emilie Broonie, présidente de l’Association des femmes suédoises pour la paix. La relève semble donc assurée mais surtout la jonction avec les associations féminines, sinon féministes, se dessine clairement.

  • 14 Le mouvement pacifiste, organe du bureau international de la paix, paraissant à Berne le 15 de chaq (...)

17Quelques années plus tard – alors même qu’elle fête ses soixante-dix ans –, on retrouve Madame la Baronne Suttner, toujours plume en main, prompte à réagir aux appels et à enrôler pour le compte du mouvement. Ainsi, la revue Le mouvement pacifiste, qui a lancé une enquête sur « Le pacifisme en 1913 », publie dans son n° 7 un texte rédigé par Bertha von Suttner où celle-ci ne manque pas de rappeler en note que sa réponse « a été reproduite dans différents journaux et notamment par la Nouvelle Presse libre du 26 février 1913 »14. À la fois travail de propagande, comme elle aimait à le dire, et article de foi immuable, ce texte bref est tout à l’image de son auteure, pathétiquement clairvoyant : « En ce moment où l’on ne parle que de guerres, où des conflits germent partout... » et candidement tautologique : « ce joyeux message des juristes et économistes […] est appelé à triompher en ce moment-ci plus que jamais parce que nous avons la preuve manifeste de l’inutilité des armements à outrance pour nous protéger des dangers de la guerre », rien dans la suite du texte n’apportant cette ‘ preuve manifeste’ ! Toutefois il se termine sur une note plus réaliste qui interpelle quelque peu :

  • 15 Ibid., p. 97.

Lorsque nous aurons groupé autour de nous tous ces hommes et toutes ces femmes d’Autriche nous aurons fait le plus difficile et nous serons en mesure d’aider l’humanité à combattre ses ennemis les plus dangereux, l’ignorance et la misère.15

18C’est là un ton que l’on n’a guère rencontré jusqu’alors chez Bertha von Suttner qui semble ici se rapprocher de certaines positions de la social-démocratie, allemande en particulier, pour qui l’instauration d’une paix durable passe d’abord par l’éducation des masses et le progrès social. Commencerait-elle à partager sur le tard une certaine vision du pacifisme à venir, beaucoup moins fondé sur l ‘éthique et la morale que sur l’impact des forces économiques et sociales, tel que A.H. Fried va le développer sous le nom de « pacifisme scientifique » pendant son exil en Suisse dans les années de guerre ? Nul ne le sait car Bertha von Suttner est déjà morte quand paraît ce texte dans Le mouvement pacifiste et son image n’en sera guère modifiée. Elle restera telle que les caricaturistes de l’époque l’ont depuis longtemps déjà épinglée, la Dame patronnesse de la paix, la « Mamma Bertha » de l’Europe ou la « bonne Tante de la diplomatie ». Et même ceux qui, comme Stefan Zweig, témoignent jusqu’au bout de son intégrité et de son authentique courage, ne changent rien à leur perception d’une sincère mais quelque peu naïve « missionnaire de la paix » :

  • 16 S Zweig, Bertha von Suttner, Eine Ansprache, inmitten des Weltkrieges 1917, in : S. Zweig, Begegnun (...)

Elle avait une foi sacrée – la foi du charbonnier – en la raison de l’humanité et ne cessait de répéter, toujours et toujours, rien d’autre que cette vérité toute primitive que l’on trouve dans toutes les bibles du monde : tu ne tueras point !16

19Un tout dernier éclairage la montre s’activant encore au début de l’année 1914 pour que le XXIe Congrès universel de la paix se tienne à Vienne, comme ne manque pas de le rappeler la Friedenswarte dans son numéro de janvier :

  • 17 Friedenswarte, n° 1, janvier 1914.

Ainsi que l’on s’en souvient, c’est par d’enthousiastes exclamations que le Congrès de La Haye a accueilli à la tribune Mme la Baronne de Suttner quand elle est venue demander au Congrès de bien vouloir tenir à Vienne ses prochaines assises17

20Les préparatifs du congrès sont amplement détaillés dans le numéro du Mouvement pacifiste du 15 juillet 1914, le congrès lui-même doit se réunir en septembre à Vienne et une journée, le 17 septembre, doit être consacrée au souvenir de la ‘pionnière’ avec projection du film Die Waffen nieder!

  • 18 Le XXIe Congrès universel de la paix se tiendra en 1921 à Luxembourg.

21Mais, entre-temps, une autre époque a commencé : Bertha von Suttner est morte le 21 juin, l’attentat de Sarajevo contre l’archiduc François-Ferdinand a eu lieu le 28 juin et la guerre – cette Weltkrieg que Bertha von Suttner avait très tôt appelée de son vrai nom – est déclenchée le 1er août 1914. Il n’y aura pas de Congrès universel de la paix en 1914 à Vienne.18

Le temps des voyages

22Pendant la dernière décennie de sa vie, Bertha von Suttner ne s’en tient d’ailleurs pas à ces seules et pourtant prenantes activités au sein du mouvement de la paix. Défiant un âge à l’époque plus que respectable, des ennuis de santé croissants et des revenus financiers plutôt décroissants avant la manne du Prix Nobel, elle va conjuguer voyages parfois lointains et tournées de conférences en Europe. C’est ainsi qu’à l’automne 1904, toujours escortée de la fidèle comtesse Pötting, elle s’embarque pour les États – Unis pour se rendre au XIIIe Congrès universel de la paix qui, cette fois, a lieu à Boston. Le séjour outre-Atlantique sera bref, quelques semaines à peine et elle ne s’aventurera guère au-delà de la côte Est. Elle se rend toutefois dans quelques grandes villes, New York et Washington, où elle est reçue par le Président Roosevelt à la Maison Blanche. Ayant arrêté ses Mémoires en 1902, elle fera peu de place à cet événement dans la chronologie succincte qui les prolonge, quant au cinquième volume de ses Diaries destinés à rester inédits, il se contente de noter les lieux visités et les conférences données. Mais on sait par sa correspondance quel fut l’impact de la présence réelle sur le sol américain de cette femme déjà âgée, singulier vestige dans ses manières et son comportement de la vieille Europe mais dont l’aura s’est largement diffusée dans le Nouveau Monde. En témoigne la longue lettre reçue de Cincinnati, Ohio, et signée du secrétaire de la Société de la paix qui vient tout juste de s’y créer :

  • 19 Cincinnati Peace Society, 4. nov. 1904 in : Bertha von Suttner – Correspondance, Fonds Fried-Suttne (...)

Baroness de Suttner, my dear Madam,
...You cannot understand the wonderfull benefit of your presence and address. On the day following the meeting, we organized a local Peace Society, the first in our large State of Ohio with 4 000 000 population. […] At the same time we are feeling the influence of your big meeting in other parts of the state and soon, I can wrote you of other societies former and at work in the cause. So you see how your influence spreads.19

Figure 6 : Baroness von Suttner « peace woman of Europe », Observer n° 16, 1899, New Orleans.

Figure 6 : Baroness von Suttner « peace woman of Europe », Observer n° 16, 1899, New Orleans.

Press cutting Fonds Fried/Suttner, Genève, UNOG Library, League of Nations Archives.

  • 20 Lawrence A. Scaff, Max Weber in America, Princeton University press, Oxford 2011.
  • 21 Le roman de John Dos Passos, paru en 1922, décrit New York à l’époque du ‘Gild Age’, avant 1914.

23En ces premières années du nouveau siècle, le voyage outre-Atlantique se banalise. Une forme de mondialisation accélérée fait que nombre d’évènements jusque-là cantonnés au vieux continent, expositions universelles, congrès savants, grandes réunions internationales, émigrent désormais vers le territoire américain. 1904 est une année riche en événements de la sorte, relayés par les récits des voyageurs qui s’y rendent. À l’automne 1904, alors même que s’ouvre le Congrès universel de la paix à Boston, l’Exposition universelle se tient à Saint-Louis avec, en annexe, le très international Congress of Arts and Sciences auquel participent nombre de savants allemands. Comme, par exemple, Max Weber et sa femme Marianne qui en profitent pour effectuer un long périple les menant des chutes du Niagara à New York, Chicago, Oklahoma et la frontière du Canada. Et tandis que Marianne Weber photographie, le sociologue discute avec le chef de la dernière tribu cherokee et le pasteur de la communauté évangélique allemande et admire le type nouveau du Businessman et les formes inédites de la production capitaliste.20 Tous deux sont frappés par la vie trépidante de New York, immense chantier plein de bruit, de poussière et d’odeurs. Le New York de Manhattan Transfer21 se profile déjà, où l’on n’échappe pas à l’expérience insolite mais éminemment moderne de la solitude dans la foule. Une expérience que l’on retrouve chez Stefan Zweig qui fait en 1911 un premier voyage aux États-Unis et note à propos de son séjour à New York :

  • 22 Stefan Zweig, Die Welt von gestern, op. cit., p. 221.

Regarder vers le port du haut du pont de Brooklyn bercé d’un continuel mouvement, ou flâner dans ces gorges de pierre que sont les avenues, c’était là source de bien des découvertes, de bien des émotions, qui cependant faisaient place au bout de deux ou trois jours à un autre sentiment, bien plus violent, un sentiment d’extrême solitude22

24Immergée dans le cadre du congrès, protégée par nombre d’amis et compagnons de route, familière du contexte international et cosmopolite, Bertha von Suttner ne fait pas l’expérience de la modernité mais elle découvre avec intérêt certains comportements associatifs – chez les femmes en particulier – qu’elle ne cessera de vanter une fois revenue en Europe. Son discours de réception du prix Nobel rendra expressément hommage au président des États-Unis mais aussi au sens du réalisme et au pragmatisme qui sont la marque même de la société américaine :

  • 23 Discours de Christiania, 16 avril 1906.

Permettez-moi de m’attarder un peu sur l’Amérique. Le pays des possibilités sans limites se distingue en ceci que, animé de l’esprit le plus hardi, il projette les plans les plus grands et les plus nouveaux et qu’il sait pour les réaliser trouver les moyens les plus simples et les plus directs. En d’autres termes, idéal dans la pensée, pratique dans l’action23

  • 24 Paul d’Estournelles de Constant fera quatre voyages aux États-Unis, le premier à Chicago, le second (...)

25Il est vrai qu’elle n’est pas venue aux États-Unis sans avoir auparavant recueilli maintes informations qui lui sont de grand secours au cours de son voyage. C’est son vieil ami, le parlementaire et pacifiste français Paul d’Estournelles de Constant qui l’a vraiment introduite au Nouveau Monde. En 1902, invité à Chicago pour prononcer l’allocution d’honneur pour l’anniversaire de Georges Washington, il avait été ensuite reçu à la Maison Blanche par le président Roosevelt. Le récit qu’il donne dans son ouvrage Les États-Unis d’Amérique d’une entrevue maintes fois rapportée de vive voix à Bertha von Suttner, se lit comme la répétition générale de celle du 17 octobre 1904 entre ce même président et la baronne de Suttner.24

  • 25 Paul d’Estournelles de Constant, Les États-Unis d’Amérique, Paris 1913, p. 289.

J’ai fait en 1902 ma première visite à la Maison Blanche. J’étais venu pour en appeler à l’initiative présidentielle contre la force d’inertie gouvernementale européenne [..] Je me rappelle presque mot pour mot mon plaidoyer : « l’Europe suit attentivement votre activité, dis-je au président Roosevelt. L’Europe libérale n’a plus de guide, Gambetta et Gladstone sont morts, Vous êtes une grande espérance ou un grand danger, selon que Vous servirez la justice ou la violence ». Le président m’interrompit pour protester chaleureusement de son attachement à la paix. « Vous pouvez, repris-je, affirmer cet attachement par un acte qui vaudra à votre pays et à vous-même la gratitude du monde ; Vous pouvez montrer à l’Europe le chemin de la paix et l’y conduire »25.

  • 26 Der Menschheit Hochgedanken, 1909, p. 199.
  • 27 Briefe an einen Toten, p. 208.Cf chapitre XII, « L’Europe en devenir ». P. 277.

26Dans son discours, Bertha von Suttner utilisera des termes quasiment identiques : « Lorsque Mr Roosevelt me reçut à la Maison Blanche le 17 octobre 1902, il me dit : « La paix mondiale arrive, elle arrive sûrement mais seulement elle arrive pas à pas » et c’est par une parole qu’elle tient de Roosevelt lui-même qu’elle clôt : « Il faut instaurer le temps, où le juge entre les peuples ne sera plus le glaive ». L’image qu’elle se fait alors du Président des États-Unis est celle d’un homme de pouvoir et d’un homme de paix prêt à proposer des traités d’arbitrage entre les nations en conflit, Cuba, le Mexique, le Japon, l’extrême-Orient. Le traité d’arbitrage signé à l’instigation de Roosevelt entre les États-Unis et la Grande Bretagne en 1911 ne fera que renforcer sa conviction que le pacifisme, ‘la cause de la paix’ a sa source dans le Nouveau Monde. Le thème revisité du ex occidente lux revient en force : « L’Amérique ! C’est de là que nous sera donné l’exemple »26 ou, en conclusion de sa XXIIeLettre à un mort : « L’américanisation du monde est même un phénomène que nombre de nos contemporains perspicaces voient venir »27.

  • 28 Voir sur ce point le dernier chapitre « féminisme, pacifisme, même combat ? ».
  • 29 Fonds Fried-Suttner, file 83, UNOG, Genève.

27Il faudra un second voyage aux États-Unis en 1912 pour que la vision d’un Roosevelt partisan et acteur d’une paix universelle soit quelque peu remise en cause. Cette fois c’est à l’invitation du International Council of women présidé par Lady Aberdeen et de diverses associations de femmes américaines qu’elle entreprend un périple à travers les États-Unis qui va durer près de six mois. Cet empressement des femmes américaines est significatif, il met en avant le nouveau statut de la désormais lauréate du prix Nobel de la paix mais dessine aussi clairement un rapprochement, au prix parfois d’une récupération, des deux grandes causes du début du XXsiècle, celle de la paix et celle des femmes28. Passant d’un Women’s club à l’autre, Bertha von Suttner va, cette fois, pénétrer bien plus avant la société américaine, rencontrer des féministes acquises à la cause pacifiste comme Jane Addams. Et si, d’un côté, elle exprime son admiration pour les modes d’engagement et le travail de ces associations comme dans son appel, resté inédit, Aux femmes organisées et fédérées d’Amérique29, elle ne commence pas moins à douter de l’attachement pour la paix de Roosevelt. Elle adressera en 1913 une très longue lettre à miss Jane Addams, où elle lui reproche amèrement d’avoir soutenu un programme d’armement. Le ton est tranchant, le reproche violent à la mesure de la déception vécue :

I know, dear miss Addams, among your other great activities, you have also won a prominent position on the peace plattform and therefore I have been puzzled by the support you have recently given to a plattform that stands for the fortificating of the war, the building of battleships as the best means of secouring peace...

28Et elle ajoute au terme de cette même lettre (plus de 15 feuilles !) :

  • 30 Ibid.

I certainly do not believe that Th. Roosevelt,whose powerfull personality and high qualities exists, has war intentions or does not appreciate the peace ideal. I am even ready to testimony its what he has positively said and done in favor of this ideal – Only its seems, alas !, that he has like Goethes Faust two souls in his breast, one belonging to the raising warfareideas one other to the enlightment loved of humanity...30

29Les activités de l’infatigable ‘travailleuse de la paix’ ne se réduisent pas à ces seuls voyages intercontinentaux. En automne 1905, Bertha von Suttner entreprend dans 28 villes allemandes une tournée de conférences qui connaissent un franc succès dûment relayé par les journaux :

  • 31 Neue Freie Presse, 25 octobre 1905.

Tournée de conférences de la Baronne Suttner. De Dantzig on nous écrit : dans le cadre de sa tournée de deux mois, la Baronne Suttner a donné le 12 du mois dans notre ville une conférence sur le thème « Les souffrances de la guerre asiatique » devant un public de plusieurs centaines de personnes. L’allocution a été reçue avec un extraordinaire enthousiasme. La baronne a auparavant parlé à Dresde, Leipzig, Katowice. À Dresde, plus de 1500 personnes ont assisté à la conférence et la grande salle du Gewerbehaus était pleine à craquer. D’ici la baronne se rend à Stettin, le 3 novembre elle sera à Hambourg, le 8 à Leipzig et le 12 et les jours suivants elle parlera à Berlin31.

  • 32 Papiers Bertha von Suttner, Archives Fried-Suttner, file 59, Bibliothèque ONU, Genève.
  • 33 A.H. Fried, Bertha von Suttner, Charlottenburg, 1908. p. 5.

30Si les conférences portent invariablement sur la cause de la paix, l’arbitrage et la lutte contre l’armement, les thèmes choisis peuvent étonner. Bertha von Suttner n’hésite pas en effet à expliciter sa position de pacifiste en s’en prenant à des conflits très actuels. Ainsi le 30 juillet 1905 elle prononce dans le Kursaal de Marienbad une conférence sur la guerre russo-japonaise qui se termine sur un fulminant « Krieg dem Krieg/Guerre à la guerre ! »32 Elle fait aussi lecture d’extraits de ses œuvres, en tout premier l’incontournable Die Waffen nieder!, renouant ainsi avec la tradition des tournées de lecture que les écrivains allemands de tous ordres entreprennent pour assurer le succès matériel de leurs œuvres. Mais ce sont ses conférences sur la paix et le mouvement pacifiste, contre la guerre et l’armement à outrance qui remplissent les salles. Même si les diverses sociétés pour la paix prennent en charge l’organisation de ces manifestations, ce n’est pas une mince affaire Car, outre les facteurs matériels, voyages, séjours en hôtels, il faut obtenir l’agrément des autorités de chaque ville – pour Marienbad, ce sera le k.k. Stadthaltereirat de Karlsbad – et s’acquitter d’une taxe. Mais la conférencière peut se réjouir de pouvoir en tous lieux rassembler un large public et récolter une somme non négligeable, la séance de Marienbad rapporte 1075 Kronen dont 779,17 seront versés à Madame la Baronne. Le rythme imposé pour la tournée est rude : « je dois faire ma conférence aujourd’hui à Stuttgart, demain à Carlsruhe et le 12 à Francfort » avoue-t-elle à Björnson et même pour une enthousiaste des déplacements modernes – le train en l’occurrence –, cette tournée effectuée en automne reste une gageure. Photographies, articles de presse, témoignages écrits sont nombreux qui détaillent plus encore la personne que le discours qu’elle tient. A.H. Fried la décrit lors de cette tournée : « Lentement, pesamment elle monte sur la tribune, soutenue par ses amis accourus à son aide. Et elle est là, haute figure, dont l’embonpoint est efficacement gommé par le long voile de veuve qui tombe de sa tête aux boucles grises… »33. Le 15 octobre, elle fait une halte à Dresde, la ville de son éditeur, Edouard Pierson. Deux jours plus tard elle reçoit une lettre signée de l’un des écrivains les plus populaires de l’Allemagne du moment, Karl May. À mi-chemin entre Jules Verne et Fenimore Cooper, auteur entre autres d’histoires d’Indiens d’Amérique dont certaines figures, Old Shatterhand, Winnetou, sont aujourd’hui encore très connues, c’est un personnage haut en couleurs et à l’époque très controversé qui se consacre alors à des ouvrages moraux teintés de religiosité et assez proches du pacifisme ambiant. Il joint du reste à sa lettre son dernier roman en date intitulé Und Friede auf Erden / Et que la paix soit sur la terre ! Dans la mesure où son témoignage reflète l’atmosphère qui régnait lors de ces conférences et restitue un certain pathos d’époque, il mérite d’être cité :

  • 34 Lettre de Karl May à Bertha von Suttner, 17 octobre 1905, in : Gerhard Klussmeier, Hainer Paul, Kar (...)

Villa Shatterhand, Radebeul/Dresden, le 17 octobre 1905

Très honorée Madame la Baronne,
Dimanche soir j’étais l’un de vos auditeurs. Les deux premiers billets qui ont été achetés, c’est ma femme, l’une de vos plus sincères admiratrices, qui avait pu se les procurer. Nous étions assis au premier rang, juste en face de vous, car nous voulions être aussi près que possible de vous ; nous ne vous avions encore jamais vue bien que connaissant votre grande et bénéfique action ainsi que tous vos livres. Nous nous réjouissions infiniment de cette occasion d’entendre maintenant réellement votre voix qui résonne et porte si loin et que nous ne connaissions que par écrit. Et nous l’avons entendue, à en être profondément bouleversés. Ma femme, cette bonne âme, pleurait et moi-même je n’ai pu retenir mes larmes […] Pourquoi vous dire cela, moi, un homme de 63 ans ? Parce que vous nous encouragiez à être actifs dans votre sens et parce que je suis à même de vous dire que nous, les disciples, nous avons trouvé depuis longtemps dans ce souhait de notre Maîtresse une source d’enthousiasme croissant. […] Nous qui nous laissons guider par une telle âme, nous ne craignons ni la haine ni la raillerie. Nous allons tranquillement notre chemin, celui que vous nous indiquez. Nous voyons déjà le but ; nous l’atteindrons. Que Dieu vous bénisse ! En respectueux hommage !
Karl May34

31En dépit de quelques approximations – la voix de Bertha von Suttner portait peu, elle-même s’en plaint et ses discours publics ont été parfois difficiles à saisir – et d’un ton d’adoration quasi mystique peu fait pour lui plaire, une véritable amitié naîtra entre les deux auteurs qui se reverront à Vienne en 1912, peu avant la mort de May. Et c’est Bertha von Suttner qui fera son éloge funèbre dans le journal viennois Zeit le 5 avril 1912 :

Quiconque a pu entendre ce beau vieillard parler deux heures durant, tout empreint de dignité et d’enthousiasme, s’élevant dans les plus hautes sphères de la pensée – celui-là n’a pu s’empêcher d’avoir le sentiment que dans cette âme le feu de la bonté jette toutes ses flammes.

32C’est au cours de cette tournée de l’automne 1905 que la nouvelle de l’attribution du Prix Nobel de la Paix atteint Bertha von Suttner. Mais celle-ci, persuadée qu’il est de sa mission d’accomplir jusqu’au bout son lot de conférences, poursuit sa route, renonçant pour l’instant à aller chercher son prix à Christiania/Oslo le 10 décembre, jour anniversaire de la mort de Nobel et aussi, par une curieuse et quelque peu macabre coïncidence, de la disparition d’Artur Gundaccar von Suttner. Elle s’y rendra cinq mois plus tard, en avril 1906.

L’adieu à la fiction „Die Pazifistin hat die Literatin getötet“

33Si les multiples voyages et tournées de conférences ont largement occupé les dernières années de sa vie, Bertha von Suttner n’en demeure pas moins fidèle à ce qu’elle considère comme son autre mission, l’écriture au sens classique du terme. Et pour elle, il ne s’agit pas là seulement des essais, chroniques ou articles de journaux mais bien, comme à ses débuts, de romans, de nouvelles et d’une écriture fictionnelle. Entre 1900 et 1914, elle publie une suite à Die Waffen nieder!, plusieurs nouvelles aux titres toujours aussi surannés comme Ketten und Verkettungen (Chaînes et enchaînements) ou délicieusement viennois comme Franzl und Mirzl, puis un curieux recueil, déjà évoqué, Briefe an einen Toten (Lettres à un mort) et un tout dernier roman au titre bien peu romanesque Der Menschheit Hochgedanken (Les hautes pensées de l’Humanité) – sans compter la rédaction de ses Mémoires parues en 1909. Selon sa volonté expresse, celles-ci relèvent de la rétrospective documentaire sur sa propre existence certes mais aussi sur la traversée d’une époque – plus d’un demi-siècle – dont elle entend, par son écriture, souligner le caractère de tournant historique dans ses dimensions européennes, voire mondiales.

  • 35 La comtesse Pöting, fidèle accompagnatrice de se ses voyages, se propose d’adapter immédiatement l’ (...)
  • 36 Les termes entre guillemets sont en français dans le texte.
  • 37 Martha’s Kinder, p. 42.

34Quand elle entreprend, en janvier 1901, de donner une suite à son best-seller Die Waffen nieder!, elle peut encore rédiger dans l‘environnement qui lui est familier du château de Harmannsdorf. Artur Gundaccar von Suttner est certes malade mais soutient fidèlement son projet et l’attente de son entourage viennois est réelle35. Quant à la fonction même de son écriture, elle demeure inchangée, la manne du Prix Nobel n’est pas en vue et les ressources du ménage, améliorées certes par quelques conférences, restent toujours tributaires de l’activité littéraire de la maîtresse des lieux. Martha’s Kinder (Les enfants de Marthe), titre donné à cette suite, retrace autour de l’héroïne de Die Waffen nieder!,veuve depuis une vingtaine d’année – ce qui situe le roman dans les années 1890-1895 – les destins croisés et emblématiques de ses deux enfants. Le fils, renonçant à toutes les prérogatives de sa caste, s’engage sur la scène publique, mi-journaliste, mi-conférencier indépendant pour diffuser idées pacifistes et idéaux humanitaires hérités de sa mère. Propageant une vision du monde, mélange hétéroclite qui lui vient d’un Tolstoï tardif et des écrits de Moritz von Egidy, le christianisme en moins, il ira d’échec en échec dans un monde qui le rejette au mieux comme un doux rêveur, au pire comme un dangereux révolutionnaire, voire un anarchiste. Quant à la fille, Sylvia, c’est dans sa vie de femme qu’elle subira tous les échecs. Bafouée par son aristocrate de mari, qui tue en duel son soupirant, écrivain libéral et juif de surcroît – « car il est de jour en jour plus ‘mal porté’ de fréquenter les juifs » –36, elle se retire, dépressive, auprès de sa mère mourante. Face aux turbulences de la génération de ses enfants, aux échecs répétés dans leurs tentatives pour entrer dans la sphère publique ou pour mener une vie privée dans le respect de chaque individu, homme et femme à égalité, Martha, alias Bertha, murmure : « Mon Dieu, je ne connais pas cela, moi aussi j’ai aimé mais si calmement, si intensément, si---légalement, et seulement mon propre époux ». Histoire d’une génération, le roman, commencé sur un tonitruant ‘ Vive l’avenir’, se termine dans la tristesse et la désolation d’un monde qui meurt. Certes, l’ouvrage reste loin des protestations de Die Waffen nieder! Mais c’est, pour l’auteure, l’occasion de rendre un dernier hommage aux figures qui l’ont personnellement marquée, Tolstoï, Björnson, B. von Carneri ou R. Bonghi. Le rappel de congrès, comme celui de Rome, la liste des lectures de la mère et du fils, les discussions avec les amis d’antan font de ce qui s’appelle encore un roman une sorte de complément ou mieux, une mise en scène, à peine fictionnalisée, de ce qui appartient déjà aux Mémoires. Parfois, le roman réussit à s’inscrire dans son contexte quand est évoquée la montée en puissance de l’antisémitisme à Vienne ou quand une excursion du fils dans les faubourgs de Vienne éclaire crûment la violence de la pression sociale. Certaines remarques renouent avec la perspicacité de Die Waffen nieder! tout en touchant à des sujets jusque-là laissés dans l’ombre. Il en est ainsi quand le fils reproche à sa mère : « ne remarques – tu pas que nous vivons dans une époque où tout dans tous les domaines est révolutionné ? »37 ou quand, dans une discussion, il emploie des termes peu usuels jusque-là sous la plume de Bertha von Suttner :

  • 38 Ibid. p. 239.

Que la question sociale (die soziale Frage) dans son immense importance remplisse notre présent et exige une solution – cela personne ne peut le nier. Le peuple des travailleurs en a assez de souffrir. Une nouvelle époque, une époque sans violence, une époque libérée de la misère, voilà ce que je me suis choisi comme tâche38

  • 39 Sur cet ouvrage, cf. chapitre XII, p. 269 et suiv.

35En 1910, Bertha von Suttner publie son dernier roman sous un titre qui s’apparente une fois de plus à l’essai philosophique ou à l’article de revue, Der Menschheit Hochgedanken (Les hautes pensées de l’humanité). Sans s’attarder davantage sur cet ultime ouvrage de fiction, on notera ici l’entrée en force de quelques thèmes tardivement apparus dans le champ de vision de Bertha von Suttner39. C’est d’abord la découverte de l’Amérique, fruit du premier voyage aux USA en 1904, le poids du choc des continents et la prise de conscience de l’immense potentiel régénérateur du Nouveau Monde, « Ex America lux ! ». Mais c’est aussi la hantise d’une guerre-cataclysme touchant l’Humanité tout entière. Dans un monde qui n’a pas encore connu de ‘Weltkrieg’, qui en ignore jusqu’au nom, Bertha von Suttner non seulement invente ce nom mais décrit le phénomène avec d’étranges accents prémonitoires, donnant la parole à un ingénieur acteur enthousiaste des progrès de la science mais juge lucide de ses conséquences possibles :

  • 40 Der Menschheit Hochgedanken, p. 395, 397.

On connaît le radium depuis 1900. On pressentait ses capacités extraordinaires depuis longtemps […] Ainsi nous tenons en main un potentiel de puissance dont nous n’avons pas encore idée. Non seulement nous savons le produire en masse, ce fabuleux élément mais nous pouvons aussi le comprimer. Car on a inventé le compresseur de radium. Avec des faisceaux de rayons de radium envoyés du haut des nuages, détruire en quelques minutes flottes et armées de l’adversaire, réduire en cendres les villes ennemies, n’est plus qu’un jeu d’enfant. Tout, sur quoi nous dirigeons le rayon mortel, est irrémédiablement perdu, nous pouvons produire la mort de masse.40

36Dans cette escalade de la violence guerrière, fruit des rivalités entre les hommes, les nations et les nouvelles techniques d’armement, une femme s’impose en médiatrice. L’héroïne du roman, l’Américaine Franca, incarne le type de la femme nouvelle, la seule qui parvient à convaincre par ses discours publics en faveur de la paix et de l’éducation des femmes l’ensemble de l’opinion publique, quelques vestiges aristocratiques irrécupérables mis à part.

37Pourtant dans ces derniers romans, Bertha von Suttner laisse entendre à diverses reprises qu’à ses yeux le recours au genre romanesque n’est plus adapté aux buts qu’elle s’est fixés en tant que pacifiste. Au détour de longues discussions engagées autour du penser et de l’agir, de l’idéal et de la pratique – autant de termes que l’on retrouve dans ses grands discours, dont celui du Prix Nobel de la Paix, elle prend ses distances et avoue sous le truchement d’une de ses héroïnes :

  • 41 Martha’s Kinder, p. 111.

Lorsque je rédigeai l’histoire de ma vie, là j’avais conscience de remplir un devoir – maintenant que j’en ai terminé avec ce travail, j’ai l’impression qu’il faudrait que je fasse, je produise, j’achève quelque chose d’autre – et je ne fais rien41

38La romancière a-t-elle perdu la main ou n’a-t-elle pas plutôt le sentiment que l’ écriture de fiction n’est plus ni à la hauteur des réalités de son temps ni à la mesure des nouvelles attentes de l’opinion publique ?

Le cri de Cassandre

39De fait, Bertha von Suttner s’est déjà détachée de l’écriture fictionnelle qui lui avait si bien réussi quelque vingt ans auparavant et s’essaye à divers modes d’écriture plus adaptés à ses yeux aux nouvelles normes régissant désormais l’extension spatiale et l’accélération de la communication.

  • 42 Cf. chapitre XII, p. 277.
  • 43 Bertha von Suttner : Der Kampf um die Vermeidung des Weltkrieges : Randglossen aus zwei Jahrzehnten (...)

40On sait que, dès la mort de A.G. von Suttner, elle invente avec ses Briefe an einen Toten un ‘mix’ très singulier qui fusionne la lettre intime, le récit de voyage, le reportage sur les lieux de tension internationale – dans ce cas précis, la crise qui en 1903 jette la Serbie dans le chaos – et l’essai en forme d’appel prophétique, à l’exemple de « Das werdende Europa » qui clôt l’ouvrage42. Mais le mode d’expression qu’elle privilégie, c’est celui qui se constitue en réplique immédiate, l’article dans la presse ou dans les revues. Le nombre de ses articles, chroniques, comptes rendus, appels dans les revues et journaux nationaux et internationaux, européens, américains et autres, est tel qu’il n’a pas été possible d’en faire un relevé quelque peu exhaustif. Certains articles ont été réunis par le fidèle A.H. Fried, réfugié en Suisse pendant la Première Guerre mondiale , sous le titre Der Kampf um die Vermeidung des Weltkrieges (Le combat pour éviter la guerre mondiale)43. D’autres sont publiés par Bertha von Suttner elle-même, souvent sous des titres très combatifs comme Die Barbarisierung der Luft (La barbarisation des airs), paru dans Die Friedenswarte en 1912. Outre son intitulé, l’article est révélateur du mode d’expression désormais choisi par Bertha von Suttner. Elle a la prémonition de l’extension imminente de la guerre par la voie des airs en découvrant le développement accéléré des constructions d’aéronefs dans tous les États. En août 1914, on recensera 5 aéronefs (Zeppelin) et 232 avions pour l’Allemagne, 165 avions pour la France, 63 pour la Grande-Bretagne et 263 avions pour la Russie. Bertha von Suttner n’ignore rien de ces stocks d’armements d’un nouveau genre, le mouvement pacifiste les ayant recensés et rendus publics et la presse en ayant largement fait état. Sa singularité, c’est d’avoir su en déduire une conduite de la guerre moderne encore inconnue du grand public et d’avoir, d’une manière très concrète, anticipé les destructions massives de la ‘Luftkrieg’ pendant la Première Guerre mondiale . À cette « barbarisation des airs », qu’elle sent prête à se déclencher dans un avenir proche, elle oppose alors de toutes les forces de sa parole écrite la nécessité d’une entente internationale, thème central de son dernier article. On est en 1912, elle ne sera pas entendue.

Notes

1 Theodor Schieder, Friedensbewegung und Friedenskongresse in Handbuch der europäischen Geschichte, Stuttgart Union-Verlag, 1968, Bd 6, S. 137.

2 Ce point, n’ayant pas abouti en 1899, fera l’objet d’un débat, lui aussi sans résultat concret, en 1907 et ne trouvera qu’une ébauche de solution dans la Déclaration du droit maritime de Londres en 1909.

3 Die Haager Friedenskonferenz. Tagebuchblätter von Bertha von Suttner, parait en 1900 chez Pierson à Dresde.

4 La Cour permanente d’arbitrage consiste alors en un simple bureau disposant d’une liste de juges désignés par les États signataires du traité d’arbitrage en cours, le tribunal étant alors formé au cas par cas. Ce qui constitue une interprétation curieuse de la notion de ‘permanent’. Plus d’un siècle plus tard, le problème n’est qu’en partie résolu, le site Le portail judiciaire de La Haye (http://www.haguejusticeportal.net) précise en 2011 : « Le recours à la CPA est toujours facultatif, en vertu des principes de la souveraineté des États et de consentement à l’arbitrage. Par contre, l’exécution de la sentence arbitrale rendue par les arbitres est obligatoire ».

5 Elle reprendra abondamment ce thème dans son dernier roman Der Menschheit Hochgedanken. (1909). Par ailleurs, B. von Suttner fait erreur, les États-Unis avaient délégué un représentant dès la création de l’Union interparlementaire à Paris en 1889. Il est vrai que c’est la première fois qu’elle a l’honneur d’être invitée à une conférence de l’Union interparlementaire.

6 C’est Alfred Nobel, alors lui-même en mal d’écriture, qui lui avait fait découvrir la littérature scandinave. Après la lecture de la Confession d’un fou de Strindberg, elle écrit à Nobel : « Je viens de feuilleter Beichte eines Thoren. C’est simplement hideux. » Correspondance Suttner/Nobel, 12 août 1894.

7 Albert 1er de Monaco ( 1848-1922) cousin de Napoléon III avait héroïquement combattu en 1870 comme officier de la marine française puis s’était fait défenseur de la paix. Il crée en 1903 l’Institut de Droit international pour la paix et invite personnellement Bertha von Suttner à l’inauguration. Cf. illustration n°5, p. 284.

8 Certains biographes penchent pour une infection de paludisme contractée très tôt au Caucase.

9 Journal en date de septembre 1898. Diary n°1, Fonds Suttner-Fried, ONU, Genève.

10 Bulletin officiel du XVICongrès universel de la paix tenu à Munich du 9 au 14 septembre 1907. Publié par le comité d’organisation du Congrès de Munich, p. 114.

11 Ibid., p. 79.

12 Ibid., p. 116-117.

13 H.A. Fried est né en 1867 Ludwig Quidde en 1858. Tous deux vivront la Première Guerre mondiale et auront un rôle après 1918. Quidde, président de la Société allemande pour la Paix, mort en 1941, vivra même les débuts de la Seconde Guerre mondiale.

14 Le mouvement pacifiste, organe du bureau international de la paix, paraissant à Berne le 15 de chaque mois, en français, allemand et anglais. Imprimerie Büchler & Cie à Berne, 1913, n° 3, p. 96. Nouvelle Presse Libre, titre traduit par Bertha von Suttner du journal libéral viennois Die Neue Freie Presse.

15 Ibid., p. 97.

16 S Zweig, Bertha von Suttner, Eine Ansprache, inmitten des Weltkrieges 1917, in : S. Zweig, Begegnungen mit Menschen, Vienne 1937, p. 198.

17 Friedenswarte, n° 1, janvier 1914.

18 Le XXIe Congrès universel de la paix se tiendra en 1921 à Luxembourg.

19 Cincinnati Peace Society, 4. nov. 1904 in : Bertha von Suttner – Correspondance, Fonds Fried-Suttner, file 184, Archives UNOG, Genève.

20 Lawrence A. Scaff, Max Weber in America, Princeton University press, Oxford 2011.

21 Le roman de John Dos Passos, paru en 1922, décrit New York à l’époque du ‘Gild Age’, avant 1914.

22 Stefan Zweig, Die Welt von gestern, op. cit., p. 221.

23 Discours de Christiania, 16 avril 1906.

24 Paul d’Estournelles de Constant fera quatre voyages aux États-Unis, le premier à Chicago, le second en 1907 à l’invitation de A. Carnegie à Pittsburgh, le troisième en 1911 invité par l’Association américaine de la conciliation nationale et le quatrième en 1912 au nom du Comité France-Amérique. Certains de ces voyages sont de longs périples à travers toute l’Amérique du Nord. D’Estournelles publie en 1913 Les États-Unis d’Amérique et en 1917 une nouvelle édition revue.

25 Paul d’Estournelles de Constant, Les États-Unis d’Amérique, Paris 1913, p. 289.

26 Der Menschheit Hochgedanken, 1909, p. 199.

27 Briefe an einen Toten, p. 208.Cf chapitre XII, « L’Europe en devenir ». P. 277.

28 Voir sur ce point le dernier chapitre « féminisme, pacifisme, même combat ? ».

29 Fonds Fried-Suttner, file 83, UNOG, Genève.

30 Ibid.

31 Neue Freie Presse, 25 octobre 1905.

32 Papiers Bertha von Suttner, Archives Fried-Suttner, file 59, Bibliothèque ONU, Genève.

33 A.H. Fried, Bertha von Suttner, Charlottenburg, 1908. p. 5.

34 Lettre de Karl May à Bertha von Suttner, 17 octobre 1905, in : Gerhard Klussmeier, Hainer Paul, Karl May und seine Zeit, Bilder, Dokumente, Texte, Bamberg, Karl-May-Verlag-Radebeul 2007, p. 533.

35 La comtesse Pöting, fidèle accompagnatrice de se ses voyages, se propose d’adapter immédiatement l’ouvrage à l’usage de la jeunesse.

36 Les termes entre guillemets sont en français dans le texte.

37 Martha’s Kinder, p. 42.

38 Ibid. p. 239.

39 Sur cet ouvrage, cf. chapitre XII, p. 269 et suiv.

40 Der Menschheit Hochgedanken, p. 395, 397.

41 Martha’s Kinder, p. 111.

42 Cf. chapitre XII, p. 277.

43 Bertha von Suttner : Der Kampf um die Vermeidung des Weltkrieges : Randglossen aus zwei Jahrzehnten vor der Katastrophe (1892-1900 et 1907-1914) hg. von A.H. Fried, 2 vol., 1917, Zurich, Orell Füssli

Table des illustrations

Titre Figure n°5 : Après l’inauguration de l’Institut de la Paix à Monaco 1903.
Légende De gauche à droite : « Bnne de Suttner, S.A.S. le Prince Albert, M. Hoch, Abbé Pichot, M. Saige, M. de Monicault, Cte de Maleville, M. Izard ».
Crédits Press cutting Fonds Fried/Suttner , Genève , UNOG Library, League of Nations Archives.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 6 : Baroness von Suttner « peace woman of Europe », Observer n° 16, 1899, New Orleans.
Crédits Press cutting Fonds Fried/Suttner, Genève, UNOG Library, League of Nations Archives.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search