Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1956

Rome, 1er juin

Texte intégral

1Dans un article sur la purification plotinienne (livre de Jean Trouillard) Jean Lacroix touche un point important :

  • 2 Le Monde : 31 mai 1956.

La folie elle-même abolit la conscience mais non l’esprit : elle n’a pas prise sur le fond de l’âme. Ce qui signifie qu’au-delà de la réflexion et la rendant possible il y a une présence de l’esprit à lui-même sans discours et sans intermédiaire2.

2Dire que la folie abolit la conscience mais non l’esprit, c’est la même chose que dire qu’elle n’abolit pas la vie. La vie c’est ce qui reste quand on est vieux, quand on est fou, quand on dort. Peut-on appeler cela l’esprit ?

3Quelle est la différence entre avoir peur du sommeil, ou de la folie, ou de retomber en enfance dans la vieillesse ?

4Ce qui a été très faible, dit à peu près Pascal, ne peut jamais être tout à fait fort... c’est à dire échapper à la mort. Un bébé (ou un vieillard qui retourne à la faiblesse) est la grande preuve qu’on doit mourir.

5Mais la question est : est-ce que cela m’intéresserait de vivre éternel hébété, éternel fou ou dormeur éternel (comme dans « La belle au bois dormant », mais éternellement), ou retombé en enfance, un éternel nourrisson.

6L’enfant n’aime pas qu’on lui rappelle sa petite enfance, qui est le temps dont on ne se souvient pas, qu’on vit au fur et à mesure.

7Vivre au fur et à mesure c’est le commun dénominateur du sommeil, de la petite enfance, du vieillard hébété, du fou.

8Il y a donc trois états :

  1. la vie avec mémoire (celle où on se souvient),
  2. la vie au fur et à mesure : sommeil, etc... bien que le sommeil soit déjà un cas complexe quand il y a rêve,
  3. l’état de mort : ni vie au fur et à mesure, ni vie dont on se souvienne.

9Dire que l’esprit est la vie au fur et à mesure, c’est possible mais pourquoi appeler cela l’esprit ?

10Le fou, selon Jean Lacroix, est l’homme de l’esprit..

11Le stoïcien craignait davantage la folie, ou l’hébétude de la vieillesse, tous les états de non-maîtrise, que la mort. Pourquoi ?

12L’épicurien craignait davantage tous les états de non-plaisir (l’incapacité de maîtrise de la vie qui est plaisir) que la mort. Pourquoi ?

13A chacun de nous il faut demander : y-a-t-il quelque chose que je craigne davantage que la mort, et pourquoi ?

14Qu’est-ce que je crains de perdre dans la mort ?

15Si c’est la mémoire (état numéro 1) je la perds aussi dans l’état numéro 2, celui de vie au fur et mesure ; si c’est la vie, je ne crains donc pas de la même façon la folie ou l’hébétude que la mort. Est-ce exact ?

Notes

2 Le Monde : 31 mai 1956.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search