Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre XII. L’Europe selon Bertha von Suttner

Texte intégral

L’Europe en héritage

  • 1 Voir à la fin de ce chapitre le texte, extrait de Briefe an einen Toten, qui porte ce titre.
  • 2 Claudine Delphis (ed.), Correspondance de Paul Amann avec Romain Rolland et Jean-Richard Bloch, Lei (...)
  • 3 Anne-Marie Saint Gille, La « Paneurope ». Un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres. Paris, Presse (...)
  • 4 S. Zweig à R. Rolland, Baden près de Vienne, le 19 octobre 1914, in : S. Zweig, Correspondance 1897 (...)

1Pragoise par naissance, aristocrate germanophone de Bohème, Autrichienne de passeport, Européenne de cœur et de culture, quel que soit l’angle sous lequel on tente d’aborder Bertha von Suttner, on est frappé par la multiplicité des facettes qui composent son identité et par le rôle d’intégrateur que joue au milieu de tous ces paradoxes le facteur européen. Grâce de la naissance, poids du milieu social, aléas de la culture, spécificité du moment mais aussi dynamique d’un caractère forgé par toutes ces incidentes, tout concourt en effet, au terme d’une vie relativement longue traversée par les grandes tensions de la fin du siècle, à faire de Bertha von Suttner LE témoin par excellence de l’Europe de son temps. Et témoin, elle l’est à double titre car elle a vécu en toute conscience l’évolution de l’Europe de la seconde moitié du XIXsiècle et l’a fidèlement notée dans ses Mémoires mais elle s’est aussi au fil des engagements forgé sa propre vision d’une Europe à venir, « das werdende Europa » à laquelle elle consacre ses derniers écrits.1 Elle partagera cette vision avec quelques grands esprits du moment, son compatriote Stefan Zweig mais aussi, sans qu’elle ait eu de contacts avec eux, Romain Rolland, George Duhamel, Hermann Hesse et quelques autres moins connus mais aujourd’hui sauvés de l’oubli par la publication de leurs correspondances souvent croisées, comme Paul Amann, Jean Richard Bloch, Hermann Bahr, Karl Emil Franzos2. Parfois l’Europe selon Bertha von Suttner, cet évangile pacifiste fin de siècle, préfigure étrangement d’autres projets tout aussi visionnaires comme la Pan-Europa de Richard Coudenhove-Kalergi3. Bertha von Suttner n’est donc pas seule ni dans sa perception de l’Europe existante ni dans sa vision d’une Europe à venir mais elle reste unique par son témoignage, où, sans se faire la moindre illusion sur la portée de ses paroles, elle prend des accents de Cassandre. Stefan Zweig, se souvenant de sa dernière rencontre avec la Friedensbertha sur un trottoir de Vienne au printemps 1914, écrit à Romain Rolland en octobre 1914 : « Je revois parfois la bonne Bertha von Suttner qui me disait : « je sais que vous me prenez tous pour une pauvre folle. Dieu fasse que vous ayez raison »4.

2Que Bertha Kinsky puis von Suttner soit, à sa manière, bien de son siècle et dans son siècle en témoignent les principales étapes d’une vie longue pour une femme de son temps et plutôt mouvementée pour une aristocrate, dont le destin unique et suffisant aurait été d’assurer la continuité de la dynastie. Sa naissance à Prague l’avait placée au cœur d’une partie de l’Europe menacée d’éclatement multinational, ce qui n’était pas un phénomène nouveau. Déjà, lors du Congrès de Vienne en 1815, Caroline von Humboldt accompagnant son époux qui y représentait alors les intérêts de la Prusse, notait avec une perspicacité toute politique :

  • 5 Karoline von Humboldt à Wilhelm von Humboldt, cité in Harald Steffahn, Bertha von Suttner, Hamburg, (...)

L’Autriche est si diverse, si hétérogène dans ses forces, si mélangée dans les nationalités qui la composent, que je suis prête à parier qu’elle cessera encore dans ce siècle d’être une puissance germanique.5

3Au tout début du siècle encore à la tête du Saint Empire romain germanique démembré en 1806 par Napoléon, les Habsbourg voient leur territoire réduit par la perte des possessions italiennes et leur autorité mise en cause par la montée de la Prusse. En 1866, avec la défaite de Sadowa, l’Autriche se trouve exclue de l’aire du pouvoir germanique désormais dévolu à la Prusse, et devient en 1867 une double monarchie austro-hongroise, espérant par là apaiser les tensions internes avec ses minorités. Ce qui ne se fera pas, les Tchèques se considérant comme opprimés face aux Hongrois désormais sujets d’un royaume associé avec Vienne au plus haut niveau. La vieille monarchie habsbourgeoise tend dès lors à devenir cette ‘Kakanie’ bariolée, ce buntes Kakanien, que Robert Musil décrira dans l’Homme sans qualités. De tout temps et à tout moment, Bertha Kinsky puis von Suttner sera le témoin de cet État pluriethnique, vacillant au gré de ses dissensions internes, lesquelles lui sont bien connues par ce que lui en rapportent ses amis parlementaires, Carneri ou le comte Apponyi, hongrois et chef de l’opposition au Parlement. Ses romans les plus célèbres en portent trace, silhouette fragile et fugitive de l’Impératrice Elisabeth visitant les dames viennoises faisant de la charpie pour les blessés ou Empereur pleurant au soir de Sadowa sa gloire perdue.

  • 6 S. Zweig, Correspondance, op. cit. p. 244.

4Eduquée en germanophone dans un lieu où règne par tradition et par défi la langue tchèque, qu’elle ne maîtrisera jamais, elle a fait trente ans durant partie d’un monde qui prend au fil des décennies les contours d’un « monde d’hier », celui que se remémore au milieu des affres de la guerre son compatriote Stefan Zweig : « Mon monde, celui que j’aimais est de toutes façons en ruine ».6 Son mentor dans une éducation quelque peu chaotique, fut, elle ne l’oublie pas, un prince de Fürstenberg, Viennois de cour à l’ancienne et militaire k.u.k. dans son comportement. Exclue de la « crème de la société », celle de la Cour de Vienne, elle a vu dans les années soixante-dix l’aristocratie tenter de se refaire une solidité financière en s’alliant, souvent se mésalliant, avec une bourgeoisie d’argent composée d’industriels et de banquiers. Il ne faudra pas moins de deux rencontres concomitantes pour que la jeune femme s’arrache à un monde qui l’a si longtemps fascinée, celle avec Artur Gundaccar von Suttner en 1874 et celle avec Alfred Nobel en 1876, en qui elle découvre un richissime inventeur misanthrope doublé d’un homme de paix désespéré d’avoir à son insu rendu possible la guerre absolue. Le séjour en Mingrélie avec ses épreuves concrètes lui avait définitivement ouvert les yeux sur la coupable légèreté et les failles qui minaient la High Society européenne du dernier quart du siècle. Certes, les voyages d’agrément, les séjours à Venise, Paris, Nice ou sur la Riviera continueront mais, entre-temps, le regard s’est fait très critique.

5Pourtant la part d’héritage reste grande chez Bertha von Suttner. Il n’est qu’à voir comment elle signera jusqu’au bout ses écrits de tous ses titres, comment aussi elle luttera jusqu’en 1902 pour sauvegarder le château et le domaine de Harmannsdorf, sorte d’Ersatz nobiliaire du salon qu’elle n’a jamais voulu créer. On n’a pas impunément été trente ans durant porteuse d’un des plus grands noms de la noblesse de Bohême et on n’a pas vécu de près les brillantes et superficielles facettes du vieux monde européen sans que cela ne laisse quelques traces. Ce monde, c’est son identité originelle, celle qu’elle ne reniera ni dans ses actes ni dans ses comportements au risque d’être taxée de morgue aristocratique jusque dans la tenue de ses discours publics. A. H. Fried qui l’a accompagnée dans nombre de ses périples décrit avec une indulgence amusée l’apparition de cette vieille dame d’un autre temps :

  • 7 A. H. Fried, Bertha von Suttner, Berlin 1908, p. 5.

Pas la moindre trace d’une émeutière, pas la moindre trace d’une figure du peuple. Elle gravit lentement, pesamment le podium, soutenue par des amis qui accourent pour lui venir en aide. Puis elle se tient là droite, grande silhouette dont l’embonpoint est efficacement gommé par le long voile de veuve qui tombe de la tête aux boucles grises, de sorte qu’elle apparaît presque mince. La tête est fièrement rejetée en arrière : le regard semble planer avec dédain au-dessus de la foule. Ce n’est naturellement qu’une illusion causée par la très grande myopie de la Baronne….Le tout éveille une impression de majesté. S’il y avait eu un trône derrière elle, on n’aurait pas un instant douté que l’on avait devant soi une reine.7

  • 8 Sur les féministes rencontrées, cf. Chapitre XIV Une femme nobélisée. Dans les romans on trouve des (...)

6C’est là un des paradoxes de Bertha von Suttner qui fait que bien longtemps on ne l’a ni vraiment reconnue ni mise à sa juste place. Car elle finit par paraître inclassable, cette aristocrate distinguée qui s’engage publiquement, parle à la tribune des congrès et harangue les foules contre les industries de guerre et les gouvernements complices. Elle est bien insaisissable cette Friedensbertha qui peut avoir des accents si véhéments en faveur de la paix et contre l’hégémonie militaro-masculine de son temps mais ne veut rien avoir d’une révolutionnaire. Jamais elle ne reniera sa caste comme le fait sa contemporaine Lily Braun, jamais elle ne haussera le ton en faveur de l’émancipation des femmes dont elle croise pourtant plus d’une grande figure sur sa route8. Bertha von Suttner peut paraître à certains, contemporains ou observateurs d’aujourd’hui, désespérante de conformisme quand elle s’affirme comme appartenant au ‘monde d’hier’, au grand dam de nombre de ses admirateurs déçus de cette fidélité aux codes sociaux, aux modes de vie de son milieu d’origine. Les caricaturistes contemporains feront leur miel de cette singulière dichotomie et les générations postérieures, déroutées par tant de contradictions, laisseront sombrer dans l’oubli cette femme d’un autre temps, celui d’avant les guerres totales et les conflits mondiaux, oubliant que c’est elle qui a inventé le terme de Weltkrieg et initié le Prix Nobel de la Paix.

« Quand je parvins à la conscience européenne… » (M, p. 537)

  • 9 Hans Georg Gadamer, Wahrheit und Methode. Grundzüge erner philosophischen Hermeneutik, Tüingen 1960 (...)

7Chez Bertha von Suttner, l’appartenance affichée jusqu’au soir de sa vie, au monde de ses origines, sa façon parfois insistante d’assumer l’héritage ancestral sont là pour assurer une continuité dans une existence qui menace à maintes reprises de sortir de son orbite. Ainsi, l’épreuve du Caucase, en créant la distance avec le continent européen, est un de ces moments cruciaux où la vision du monde inculquée par l’éducation, renforcée par la pratique du cosmopolitisme mondain de la High Society, vacille et où l’exilée aux prises avec les réalités de la vie quotidienne en arrive à une perception autre de l’Europe de son temps. De fait, le séjour caucasien lui ouvre un angle de vue différent sur le continent et lui dessille les yeux quant à un passé déjà largement dépassé. Bertha von Suttner qui jusque-là s’était montrée totalement indifférente aux conflits et guerres qui ont déchiré, entre 1859 et 1871, le continent européen, impliquant tour à tour toutes les grandes puissances européennes, Autriche, Italie, Prusse, France, découvre aux confins de l’Europe les horreurs de la guerre. Certes, cette guerre qui oppose l’Empire russe et l’Empire ottoman dans le Caucase entre 1874 et 1878, se déroule sur un terrain en marge de ce que alors on considérait comme l’Europe, territoire continental s’étendant tout au plus jusqu’aux Carpates et à l’Oural. Mais en se situant sur la ligne qui sépare monde occidental et monde oriental, ce conflit si lointain a pour effet de replacer l’Europe dans une tout autre configuration. Désormais, Bertha von Suttner ne saisit plus l’Europe de l’intérieur, à travers la diversité souvent conflictuelle des éléments nationaux qui en brouillent la perception, elle la voit de loin comme un ensemble géographique et culturel, la saisit confusément comme une communauté, prend conscience de son unité dans la diversité. C’est ce qu’elle résume dans sa phrase – aveu : « quand je parvins à la conscience européenne », où il faut entendre le terme de conscience européenne comme le constat, à travers cette perception à distance, de l’appartenance à une communauté rendue plus évidente encore par le contraste avec l’environnement immédiat étranger, en l’occurrence caucasien et semi-oriental. Bertha von Suttner est consciente de ce que ce changement de perspective peut avoir de novateur, elle qui s’étonne au début de ses Mémoires « d’avoir une caméra dans la tête », et témoigne d’une expérience que, un siècle plus tard, Hans-Georg Gadamer résumera ainsi : « quiconque a un horizon, sait jauger au plus juste, selon les critères du lointain et du proche, de la grandeur et de la petitesse, la signification de tout ce qui se trouve à l’intérieur de cet horizon »9.

  • 10 Cf. infra : chapitre V, Retour en Europe.

8Au terme de neuf années d’exil pendant lesquelles elle n’a cessé de s’interroger sur ce curieux amalgame nommé Europe, Bertha von Suttner revient à Vienne, avide de comprendre ce qui avait pu changer dans le vieux monde : « Mon âme était devenue une sorte de sismographe qui réagissait à la moindre secousse politique, si faible soit-elle » (M, p. 293). Elle se retrouve en plein climat de ‘ guerre-en-vue’ permanente et doit, au cours de ses premiers déplacements européens, Berlin dès 1885, Paris pendant l’hiver 1886, affronter le nationalisme sous les formes les plus diverses : Revanchisten qu’elle subit de plein fouet dans le salon parisien de Madame Adam, Militaristen triomphants tant à Vienne qu’à Berlin ainsi que quelques Panslawisten dont la voix ne cesse de se faire entendre en Serbie ou dans les Balkans.10 Quant à Berlin, tout à la gloire du nouvel Empire né de la victoire de 1871, elle en dénonce avec force dans ses romans le militarisme et cette forme prussienne d’hégémonie qu’est la Weltpolitik, « aussi appelée impérialisme ». Intriguée, irritée même par cette montée des nationalismes qui s’accentue dangereusement dans les années 1880-90, elle veut comprendre ce qui a amené à cette implosion en une multitude d’États menés par quelques puissances qui, tout en se faisant concurrence sur le continent, ne cherchent qu’à affirmer leur suprématie non seulement en Europe mais dans le monde. Il est significatif que dans les années 80, alors que Bismarck reconfigure l’Europe par un jeu savant de bi-, triple-, voire quadruple alliances et de traités d’assurance mutuelle et entend gérer au profit de l’Empire allemand tout l’espace européen pris ainsi dans sa toile, Bertha von Suttner publie coup sur coup deux ouvrages qui sont autant de regards croisés sur cette Europe déjà en ordre de marche vers une guerre généralisée, une Europe écrit-elle « qui court furieusement à la ruine (dem Ruin entgegenwütet) ». Dans Das Maschinenzeitalter, publié en 1888, elle portait un regard rétrospectif sur les phénomènes qui, sous ses yeux, tissent alors l’Europe : nation, religion, formes étatiques, sociologie et politique mais aussi éducation de la jeunesse ou situation des femmes. Dans Die Waffen nieder!, elle remontait aux sources de cette dérive de l’Europe en démasquant les trois grands maux qui, selon elle, mènent droit à la catastrophe : le militarisme, le nationalisme et l’impérialisme. Ainsi, l’Europe telle qu’elle en découvre les réalités à son retour du Caucase est minée par une contradiction interne ressentie douloureusement par Bertha von Suttner mais aussi par d’autres ‘intellectuels’ et non des moindres. Dans une lettre datée du 10/22 octobre 1891, Léon Tolstoï évoque « cette contradiction flagrante dans laquelle se trouve l’Europe, de l’état militaire des peuples et des principes chrétiens et humanitaires qu’ils professent ». Si Bertha von Suttner ne partage pas forcément la place donnée aux principes chrétiens, elle ne pouvait que reconnaître une part de son propre constat dans ce propos :

Toute la situation – écrit-elle encore en 1896, lors de la visite du Tsar à Vienne – déborde de contradiction, une contradiction qui existe entre la nouvelle tendance et les anciennes institutions, idées et constellations politiques encore en vigueur. Il y a là un monstrueux contre-sens tel que l’histoire du monde n’en a encore jamais montré. (M, p. 366)

9À cette Europe divisée, repliée sur ses nationalismes plus exacerbés les uns que les autres, Bertha von Suttner va d’abord opposer sa vision – certains disent déjà son illusion – d’une Europe nourrie de ses lectures certes mais aussi des nombreux textes et documents que lui font parvenir amis et compagnons de route. Depuis le séjour à Venise où elle a découvert l’existence de la International Arbitration and Peace Association, elle a lu et relu les grands discours tenus lors des premiers congrès pour la paix, en particulier celui de Paris en 1849 où Victor Hugo tient un flamboyant plaidoyer contre la guerre et pour l’union des nations européennes :

  • 11 V. Hugo, discours d’ouverture au Congrès de la Paix, Paris 21 avril 1849.in L’Europe. Textes réunis (...)

Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains ! Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure et constituerez la fraternité européenne…11.

10On ignore si Bertha von Suttner a eu connaissance d’un autre texte écrit par Victor Hugo en août 1876 intitulé Pour la Serbie qui commence en ces termes :

  • 12 Pour la Serbie, ibid. p. 204.

Il devient nécessaire d’attirer l’attention des gouvernements européens sur un fait tellement petit, à ce qu’il paraît, que les gouvernements semblent ne point l’apercevoir. Ce fait, le voici : on assassine un peuple. Où ? En Europe […]. Ce qui se passe en Serbie démontre la nécessité des États-Unis d’Europe. Qu’aux gouvernements désunis succèdent les peuples unis.12

11Mais, l’intérêt pour la Serbie, l’aspect quasi documentaire de la relation par Hugo des horreurs, pogromes et massacres perpétrés au su des gouvernements européens se retrouvent étrangement dans le chapitre III des Briefe an einen Toten, où elle narre, sous forme d’une lettre fictive adressée à son mari défunt, le massacre de la famille royale serbe :

  • 13 Briefe an einen Toten, Dresde, Pierson 1905,troisième lettre. Désormais (BT, p.).

Que dis-tu de cela ? Une tragédie royale comme sortie des anciennes chroniques, comme venue d’une contrée lointaine et sauvage, mais qui s’est jouée hier dans ce que l’on appelle l’Europe (BT, 11).13

12Elle connaît aussi l’essai que Giuseppe Mazzini avait publié en 1829 sous le titre D’une littérature européenne où, reprenant Guizot et sa formule de « Civilisation européenne », il évoquait déjà une réconciliation européenne fondée sur une fraternisation des intellectuels :

  • 14 G. Mazzini, D’une littérature européenne publié dans la revue Anthologia, Florence 1829. Ici, extra (...)

Il existe donc en Europe une concorde de besoins et de désirs, une pensée commune, une âme universelle, qui guident les nations sur des sentiers convergents.14

13Or, dans l’un de ses romans, Schach der Qual, publié en 1897, Bertha von Suttner fait tenir à son héros un vibrant discours sur « l’âme européenne » et sa désormais nécessaire transcription dans la réalité :

  • 15 Schach der Qual, op. cit., chapitre XXXVII, p. 202.

À partir d’aujourd’hui il y a une Europe. Jusqu’ici ce nom recouvrait une notion géographique. Peu à peu nous avons vu et senti se former quelque chose que nous pouvions appeler l’âme européenne15

  • 16 La dynastie des princes de Oldenburg, dont les territoires s’étendent dans le nord de l’Allemagne, (...)

14Par ailleurs, Bertha von Suttner a conservé dans son Briefschatz, son trésor épistolaire, quelques-unes des missives anciennes offertes par des amis et qui l’ont confortée dans les moments de découragement. Celle que le prince d’Oldenbourg avait adressée de Saint-Pétersbourg en 1873 à Bismarck et que lui offre en 1893 le descendant du prince16, lui paraît suffisamment significative pour que, dans un geste de gratitude rétrospective, elle la reproduise intégralement dans ses Mémoires. Deux ans à peine après la victoire de la Prusse – et la défaite de la France–, le prince s’était adressé, dans un langage quasi d’Ancien Régime qui n’était pas pour déplaire à Madame la Baronne, au tout puissant chancelier du nouvel Empire :

  • 17 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 304 et suiv.

Votre Grandeur connaît les lettres que j’ai adressées à Votre auguste Maître ainsi que la missive à Thiers et les démarches entreprises auprès de mon impérial Seigneur afin de le pousser à assurer à jamais la paix en Europe […] Dans les circonstances actuelles la civilisation n’est qu’une illusion, ne consistant que dans l’intelligence de buts matériels comme les chemins de fer, les télégraphes, l’invention d’instruments de destruction…17.

15Une notice du Journal de Bertha von Suttner en date du 10 octobre 1896 fait singulièrement écho à cette critique d’un monde où règne désormais la seule ‘civilisation’ technique et rejoint, par-delà les générations, le réseau des hommes de tous pays déjà activement engagés pour une Europe nouvelle :

Il est advenu quelque chose de nouveau : dans une Europe déchirée, divisée et hostile un chef d’État s’est rendu d’un pays à l’autre, s’est partout présenté comme un ami et a partout été reçu en ami. À vrai dire, si l’Europe était un complexe étatique civilisé, la chose serait aussi naturelle et évidente que lorsqu’un propriétaire foncier fait son amicale tournée des familles voisines. (M, p. 366)

16Deux autres exemples témoignent du désir chez Bertha von Suttner, profondément perturbée par l’Europe telle qu’elle l’a redécouverte, de trouver des soutiens, même anciens, et soulignent sa volonté de réhabiliter des projets, de réactiver des discours et des formules porteurs d’une autre vision d’Europe. Lors d’une visite du général Türr à Harmannsdorf en 1898, la conversation s’engage sur l’amitié qui avait lié le général à Garibaldi et sur certains aspects peu civilisés de la marche sur Palerme en mai 1860. Le général commente alors « le document que Garibaldi envoya au terme de cette campagne à tous les chefs d’État d’Europe afin de les inciter à conclure une alliance de paix » (M, p. 350). Puis, au terme de sa visite, il tire de sa poche un exemplaire de l’appel de Garibaldi et l’offre à son hôtesse :

C’est un document intéressant et on y voit bien comment des pensées que l’on considère comme tout à fait neuves ont déjà été pensées bien des années auparavant et comment, même si elles ont été exprimées avec force, sont retombées dans l’oubli. Toujours et toujours il faut qu’elles réapparaissent soudainement comme quelque chose de neuf jusqu’à ce qu’enfin elles fassent partie du bien commun (M, p. 351)

17Suit un commentaire détaillé du texte de Garibaldi qui « propose une alliance de tous les États européens », avec un intérêt, assez inattendu mais d’autant plus remarquable de la part de Bertha von Suttner pour l’aspect économique de cette nouvelle Europe. Elle mentionne les mesures permettant de faire basculer les « immenses capitaux de leur finalité non productive et génératrice de mort vers des buts qui multiplieraient les biens et augmenteraient la qualité de la vie », le tout ponctué de références au temps présent – « que dirait-il aujourd’hui ! » – qui soulignent l’actualité de ceux que l’on a, des décennies durant, mis au rang de dangereux « révolutionnaires subversifs ».

18Les Mémoires comme Die Waffen nieder! témoignent de cet intérêt continu pour une Europe en projet. Dans le livre V de son roman, l’héroïne se trouve avec son mari à Paris alors que commence le siège de 1870-71. La haine devient palpable et c’est pourtant le moment où le couple note dans un journal à quatre mains dit le Protocole, leurs réflexions sur l’état de l’Europe. Ils y recensent une longue lignée de penseurs allant d’Aristote à Sully, William Penn, l’Abbé de Saint Pierre, Mirabeau, Kant, Fourier, Saint Simon, Béranger, Lamartine dont le souci commun a été de penser une Europe de la fraternité des peuples, une Europe unie dans la paix. La liste se termine avec Napoléon III, qui avait été brièvement perçu dans les années 60 comme un partisan de la paix sociale et de la paix en Europe et avait même commenté et interprété les idées de son oncle et prédécesseur en matière de construction européenne :

  • 18 Louis Napoléon Bonaparte, Les idées napoléoniennes, in Europes, op. cit., p. 320.

La politique de l’Empereur [i.e. Napoléon Ier] consistait à fonder une association européenne solide en faisant reposer son système sur des nationalités complètes et des intérêts généraux satisfaits. Pour cimenter l’association européenne, l’empereur, suivant ses propres paroles, eût fait adopter, un code européen, une Cour de cassation européenne redressant pour tous les erreurs.18

19Dans son roman Bertha von Suttner laisse son héroïne, proche alors du cercle impérial, commenter les positions prises par Napoléon III en 1863:

  • 19 Die Waffen nieder! Livre V, p. 589.

C’était aussi le vœu-du moins l’affirmait-il – de Napoléon III : non seulement il souhaitait une paix momentanée mais il méditait le plan de proposer aux grandes Puissances le désarmement général19.

20Évoquer dans un roman publié vingt-cinq ans après et alors même que s’amorçait l’irrésistible escalade vers la guerre, cet aspect, éphémère et définitivement mis au rang des illusions, de Napoléon III est courageux, voire périlleux et les ‘revanchards’ de tous pays s’acharneront à traiter de trahison le rappel même romanesque d’une telle idée de co-habitation européenne possible.

  • 20 Die Waffen nieder!, p. 580.

Isolées, séparées par de grandes plages de temps, les voix s’élèvent et se perdent – des voix que non seulement on ne prend pas en considération mais que l’on n’entend pas. Il n’en va pas autrement de toutes les découvertes, de tout ce qui est progrès, de tout ce qui est élévation.20

21Le ton est désabusé mais Bertha von Suttner, revenue dans une Europe modernisée certes mais à des fins de guerre et de destruction, a trouvé son but et sa place. Désormais sa voix, empruntant les canaux de diffusion les plus divers, ne va plus cesser de se faire entendre.

Le pacifisme, moderne cosmopolitisme

22De retour du Caucase, Bertha von Suttner s’est trouvée en fait face à un dilemme dont elle va faire un défi : d’un côté, l’Europe vue de loin s’était décantée en une communauté plus ou moins unie mais, à ses yeux, réellement existante. De l’autre, les incursions dans les capitales européennes qui suivent son retour lui font prendre conscience de la réalité des choses : l’Europe dans sa configuration de puzzle continental englobe certes mais ne rassemble pas les États-nations qui la composent et qui s’ingénient plutôt à la décomposer. Le défi de Bertha von Suttner sera alors de se mettre en quête d’une Europe encore à construire et pour mener sans faiblir ni désespérer une telle quête, il lui faut un fil conducteur qu’elle trouve effectivement dans ce que longtemps elle appellera « la cause de la paix », le pacifisme :

Je sais d’expérience comment, à l’époque où je ne vivais pas encore pour la cause de la paix, les événements politiques disparaissaient sans laisser la moindre trace dans ma mémoire […] Mais maintenant j’inscris dans mon journal tout ce qui a trait à ce combat qui se joue entre les idées nouvelles et les vieilles institutions – c’était là le fil rouge que j’ai poursuivi dans la trame de l’histoire de tous les jours. (M, p. 341).

23Le rapprochement entre cosmopolitisme et pacifisme peut certes avoir quelque chose d’incongru, tant on projette traditionnellement le cosmopolitisme du côté des Lumières et l’on voit dans le pacifisme un mouvement tardif, né des menaces de guerre inévitable qui planent sur la fin du XIXsiècle. Mais à y regarder de près, il y a une certaine logique dans le cheminement qui mène Bertha von Suttner d’un cosmopolitisme, au départ plutôt mondain, à un pacifisme fondateur d’une autre vision d’Europe. À l’évidence, la manière de pratiquer le pacifisme, telle qu’on peut la saisir au gré des congrès de la paix, des tournées de conférences ou des réunions internationales des diverses sociétés pour la paix, s’apparente encore aux formes de sociabilité et emprunte largement les itinéraires obligés des cosmopolites de la High Society longtemps côtoyés par Bertha, comtesse Kinsky. Les nouveaux adeptes de la cause de la paix revisitent la géographie mondaine d’antan, fréquentant les mêmes capitales européennes – Paris, Rome, Berne, Budapest, Prague, La Haye –, retrouvant les mêmes grands hôtels, faisant dans le cadre des congrès les mêmes excursions. Dans l’un de ses derniers romans Les hautes pensées de l’humanité, paru en 1910, Bertha von Suttner décrit la société « venue du monde entier » à l’appel d’un milliardaire américain, curieux mélange d’Andrew Carnegie et d’Alfred Nobel. Féru de nouvelles techniques, et tout particulièrement d’aéronefs, il s’inquiète de l’usage que pourrait en faire un monde militarisé et une culture « où il reste bien des fruits amers, car il y flotte encore bien des pensées basses ». Pour y remédier il a créé en Suisse la « Semaine des roses » réunissant chaque année :

  • 21 Der Menschheit Hochgedanken, Roman aus der nächsten Zukunft von Bertha von Suttner, Berlin-Wien-Lei (...)

une société illustre, […] Vous tous – que vous soyez maîtres dans tel ou tel art, inventeurs dans telle ou telle science ou prophètes dans tel ou tel domaine de la pensée – Vous, qui avez reconnu que vous ne formez qu’une seule et même communauté : celle des rehausseurs de qualité de vie (Lebenserhöher)21.

24Cette « fabrique d’anoblissement du monde », comme la désigne le mécène et fondateur, s’apparente autant aux grandes machines qu’étaient les congrès de la paix quasi annuels qu’aux aimables réunions mondaines des hauts lieux du cosmopolitisme d’autrefois :

Dans le hall d’un des hôtels de première catégorie de Lucerne à l’heure du thé. Des groupes bavardent, dispersés dans les divers coins et recoins, autant de petits salons privés […] Les groupes plus ou moins grands et les personnes isolées assis là et buvant leur thé étaient visiblement venus du monde entier. [Ils] se distinguent les uns des autres plus par leur appartenance à une classe qu’à une nation. (MH, p. 142)

  • 22 Les Mémoires, rédigées en 1908-1909, comptent une douzaine d’occurrences ‘Pacifisme/pacifistes’. B. (...)

25Les premiers ‘pacifiques’22, comme ils se désignent encore eux-mêmes, forment un groupe certes très international mais avec leur nombre réduit d’adhérents, ils auront encore longtemps le sentiment d’être un cercle restreint, se cooptant au sein d’un même réseau et se reconnaissant entre eux à l’aune de l’aristocratie, dont ils sont, pour une bonne part, issus. Dans une lettre adressée à Bertha von Suttner en 1899, au lendemain de la première Conférence de La Haye, le ‘pacifique’ de la première heure Hodgson Pratt saisit fort bien ces fondements sociologiques du pacifisme naissant :

  • 23 Lettre reproduite dans les Memoires, p. 436.

The very fact that you are a woman and of your being a member of the aristocraty in an essentially aristocratic and military nation has powerfull attracted attention in continental Europe.23

  • 24 S. Zweig, à H. Walden, septembre 1908. Correspondance, I, op. cit., p. 149.
  • 25 Sur ce terme et son histoire, voir Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. E (...)

26À mesure que l’on aborde le nouveau siècle, le rapprochement entre pacifisme et cosmopolitisme perd cependant de son incongruité. La Cause de la paix, par essence universaliste et supra-nationale, fédère anciens et nouveaux cosmopolites. Les premiers ne sont plus seulement des membres d’une aristocratie européenne vieillissante. Celle-ci s’est fortement mélangée dans les dernières décennies par voie de mariages ou d’affaires avec la bourgeoisie montante des banquiers et des industriels. Quant aux nouveaux cosmopolites, ce sont en partie des écrivains qui, comme Stefan Zweig, issu de la bourgeoisie juive fortunée de Vienne, parviennent à échapper à l’étouffement nationaliste et antisémite qui gagne la métropole pour vivre librement leur cosmopolitisme : « cette pulsion qui me porte à voyager en toute liberté et sans aucune entrave, à me sentir partout chez moi, ces voyages ont fait naître en moi un fort sentiment cosmopolite ».24 Mais ce sont aussi et de plus en plus ceux que l’on appelle désormais les ‘Intellectuels’25 et que l’Affaire Dreyfus a soudés dans un même clan par-delà les frontières. Lors du Congrès des sciences politiques qui se tient à Paris en 1900, Anatole Leroy-Beaulieu dessine fort bien les contours de ce nouveau cosmopolitisme, hétérogène par ses origines sociales, divergent dans ses opinions mais animé par une foi commune en un pacifisme fondateur d’une unité européenne :

  • 26 A. Leroy-Beaulieu, Rapport inaugural sur le problème européen, Congrès des Sciences politiques, Par (...)

Ce ne sont plus seulement les rêveurs et les philosophes, les hommes épris d’un idéal peut-être surhumain de paix et de justice qui songent à réaliser cette vieille utopie d’une union européenne, ce sont aussi les esprits positifs, soucieux avant tout des intérêts matériels ou des avantages politiques et préoccupés du dommage que peuvent coûter à la vieille Europe, dans le monde élargi des peuples contemporains, ses haines et des divisions intempestives.26

27Le nouveau cosmopolitisme est désormais tourné vers l’avenir mais il garde intacte la nostalgie de la sociabilité d’antan se déployant dans le cadre d’une culture européenne ouverte :

  • 27 S. Zweig, Die Welt von Gestern. Erinnerung eines Europäers, Frankfurt, Fischer 1993 (1re édition, B (...)

Jamais je n’ai autant aimé notre vieille terre que dans ces dernières années qui ont précédé la Première Guerre mondiale , jamais je n’ai autant espéré en l’unification de l’Europe, jamais autant pensé à son avenir que dans cette époque, où nous pensions voir poindre une nouvelle aurore.27

28D’une certaine manière, Bertha von Suttner est plus radicale dans sa réaction à l’Europe telle qu’elle est devenue pendant la décennie qu’a duré son absence. Pourtant, pas un instant elle ne se réfugiera comme le fait, au tournant du siècle, Zweig et nombre de ses collègues écrivains dans un individualisme élitaire :

  • 28 Erinnerung eines Europäers, p. 232.

Nous aussi les écrivains, nous étions dans les rangs contre la guerre, toutefois comme toujours isolés individuellement au lieu d’être rassemblés et décidés. Nous estimions en faire assez, en pensant d’une manière européenne, en fraternisant sur le mode international [….] et en nous reconnaissant dans notre sphère dans un idéal d’entente pacifique et de fraternité spirituelle par-delà les langues et les pays.28

  • 29 B. von Suttner, Krieg und Frieden, discours tenu à Budapest lors du Congrès pour la paix de 1896. A (...)

29La collusion entre cosmopolitisme et pacifisme a pour premier effet de renforcer chez Bertha von Suttner la volonté d’agir directement dans son siècle : « Ce ne sont pas les mots mais les actes qui transforment l’opinion publique. Mais les mots sont les précurseurs des actes »29 Elle est tout aussi consciente de l’impact direct, concret, immédiat que peut avoir la cause de la paix sur l’avènement d’une Europe synonyme de civilisation. C’est du reste ce qu’elle soulignera, usant non sans fierté du terme de pacifisme, en 1906 dans le discours qu’elle tient à Christiania lors de la remise du prix Nobel de la Paix :

  • 30 B. von Suttner, Die Entwicklung der Friedensbewegung. Vortrag gehalten vor dem Nobel-Komité des Sto (...)

Les représentants du pacifisme sont certes conscients du peu d’importance de leur pouvoir d’influence personnel […], mais ils n’ont aucune modestie en ce qui concerne la cause qu’ils servent.30

„Das werdende Europa“, l’Europe en devenir

30Du fait même de son itinéraire de vie si particulier, il y a chez Bertha von Suttner une première perception de l’Europe qui se fait dans le cadre continental et évolue selon qu’elle se trouve aux marges ou au cœur de cette Europe. Mais cet effet de perspective évolue lui-même lorsque, au gré des lieux où se tiennent les congrès de la paix et des pays où s’implante le mouvement pacifiste, l’Europe lui apparaît de plus en plus comme un continent parmi d’autres. Les deux voyages en Amérique du Nord, accomplis sur le tard en 1904 et en 1912, confirmeront ce changement d’échelle qui projette l’Europe selon Bertha von Suttner dans ce que l’on n’appelle pas encore le monde globalisé. Les derniers romans et écrits publics témoignent abondamment de cet aller-retour intercontinental :

  • 31 Der Menschheit Hochgedanken, op. cit. p. 255.

– mais, nous les Américains, nous regardons avec tant d’humilité et d’admiration en direction de l’Europe, parce qu’elle est vieille et vénérable. Tout ce que nous avons, nous le tenons de vous.
– Vous nous le rendrez au centuple. Car tout ce qui va améliorer notre avenir : inventions, richesse, libres institutions, paix – tout cela vous allez le transporter chez nous31

  • 32 Dans le texte définitif(en français) de la motion adoptée par le Congrès, « Europäischer Staatenbun (...)

31C’est une perception qui ne prend pas seulement en compte la géographie du continent mais, s’insérant dans la continuité des temps, considère d’emblée l’Europe comme porteuse d’une civilisation qui a essaimé sur l’ensemble d’un monde occidental toujours plus vaste. On en suit le cheminement évolutif à travers les dénominations successives qu’elle emploie dans ses discours et écrits, avec, au tournant du siècle, un changement significatif. La première mention officielle, formulée à la tribune du Congrès de la Paix à Berne, est celle d’un « Europäischer Staatenbund », dont la traduction exacte serait « Confédération européenne des États », ce qui n’est pas sans rappeler la Confédération helvétique devenue pour beaucoup un modèle32. C’est précisément en Suisse à Berne que se tient en été 1892 le quatrième Congrès universel de la Paix, et c’est, après les brillants débuts du Congrès de Rome, la seconde apparition publique de Bertha von Suttner comme membre actif du mouvement pour la paix. La Friedensbertha, pseudonyme qu’on ne lui donnera que plus tard, a vite fait ses classes en matière d’engagement public puisqu’à Berne est présentée une motion qui porte entre autres son nom et qu’elle insère, non sans fierté, dans son intégralité dans ses Mémoires :

  • 33 Texte de la motion en allemand dans Mémoires, p. 265. Le texte en français cité ici est celui de la (...)

La motion Moneta – Capper – Suttner déclarait :
Considérant que les dommages causés par la paix armée tout comme le danger toujours suspendu sur l’Europe d’une grande guerre dépendent de l’état d’anarchie dans lequel les diverses nations européennes se trouvent les unes par rapport aux autres,
Considérant qu’une Union fédérale de l’Europe, souhaitable aussi dans l’intérêt des échanges commerciaux, mettrait fin à cet état d’anarchie en constituant l’état juridique européen,
Considérant enfin qu’une telle Union fédérale ne léserait en rien l’indépendance de chaque nation en ce qui concerne ses affaires intérieures et par là ses formes de gouvernement,
Le Congrès invite les Sociétés européennes pour la Paix et leurs adhérents à faire d’une Union des États européens, basée sur la solidarité de leurs intérêts, le but suprême de leur propagande. Il convie toutes les sociétés du monde […] à insister sur la nécessité d’établir un Congrès permanent des nations*, auquel il conviendrait de soumettre toute question internationale, afin que tout conflit trouve sa solution par la loi et non par la force.33

  • 34 Cf. Le portail judiciaire de La Haye http :///www.haguejusticeportal.net.
  • 35 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 212. Charles Lemonnier, fondateur et président de la Ligue (...)
  • 36 Charles Lemonnier, Les États-Unis d’Europe, Paris, Bibliothèque démocratique, p. 178.
  • 37 Ibid., p. 183.

32On trouve dans ce texte nombre d’arguments auxquels Bertha von Suttner aura par la suite invariablement recours : la fin programmée de l’armée et de l’armement rendus inutiles par l’absence de guerre ou de danger de guerre, l’importance accrue en temps de paix des échanges commerciaux et, plus largement, économiques, l’autonomie sauvegardée des nations au sein d’une Confédération des États et la nécessité d’une instance internationale de règlements des conflits qui portera bientôt le nom de tribunal international d’arbitrage, ancêtre de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, aujourd’hui encore en fonction pour régler les différents entre la centaine d’États signataires des conventions.34 On retrouve là trace de bien des lectures anciennes et de quelques rencontres plus récentes : l’intérêt pour les relations commerciales rappelle l’action d’un Richard Cobden dont Bertha von Suttner avait eu connaissance par certains de ses amis, Felix Moscheles de Londres ou Richard Hoffmann de Paris, qui lui avaient révélé l’existence de l’International Arbitration and Peace Association (IAPA). De même l’idée d’un Congrès permanent des peuples – et non des nations ou des États – semble lui avoir été suggérée par sa relecture des discours de Victor Hugo, en particulier ceux du Congrès de Paris en 1849 – dont Richard Cobden était d’ailleurs le vice-président. Enfin l’affirmation que tout passe par l ‘établissement d’un état de droit valable pour tous les pays européens a sans doute été confortée par les écrits de son contemporain Charles Lemonnier, dont elle cite la revue publiée en Suisse Les États-Unis d’Europe, mais dont elle connaît aussi l’ouvrage éponyme paru à Paris en 1872 dans la Bibliothèque démocratique. En effet, outre qu’elle vient de recevoir une lettre de Charles Lemonnier la félicitant de la création de la Société autrichienne des amis de la paix35, elle lui emprunte nombre des arguments cités plus haut, comme le renoncement à une armée permanente, l’équilibre des productions et des consommations par l’abolition des douanes et « grâce à une liberté commerciale établie à l’échelle de l’Europe ».36 Et c’est aussi à la lecture de Charles Lemonnier qu’elle doit son idée de Congrès des peuples, lui qui évoque en conclusion de son essai : « Le principe de la création des États-Unis d’Europe, c’est-à-dire l’établissement juridique d’une Fédération des peuples »37 Sur un point, qui n’est pas sans importance, Bertha von Suttner ne semble pas se rallier au projet de Charles Lemonnier. Face au terme États-Unis appliqué par Lemonnier à l’Europe à venir, elle précise :

Mais revenons à la motion « Confédération européenne des États ». C’était alors une idée tout à fait incomprise ; confondue généralement avec les États-Unis selon le modèle de l’Amérique du Nord, honni en Europe, tellement honni qu’on a interdit à une brochure de la Suisse intitulée « Les États-Unis d’Europe » l’entrée en Autriche. (M, p. 265)

  • 38 Dès la première conférence interparlementaire à Paris en juin 1889, les États-Unis étaient représen (...)

33En dépit de la tenue à Berne au même moment de la Conférence Interparlementaire représentant treize pays – dont les États-Unis38 – le temps de la mesure de l’Europe à l’aune des États-Unis d’Amérique, pourtant amorcée par quelques pionniers dont Victor Hugo, n’a pas encore sonné. En cette fin de siècle, les milieux pacifistes européens préoccupés par les rapports de plus en plus tendus de nation à nation, inquiets de la concurrence en matière d’armements que se livrent les États, conscients du climat de menace de guerre généralisée, pensent encore en termes d’Europe-continent.

34Quelques années plus tard, c’est par le biais d’un curieux mémoire que lui communique un de ses multiples correspondants que Bertha von Suttner, devenue un acteur direct dans l’espace européen, renoue avec une réflexion sur le devenir de l’Europe. En 1895, un certain Paul Émile Réveillère, contre-amiral à la retraite de la marine française, lui adresse une longue lettre en forme d’essai doublé d’un historique de son cheminement d’Européen. Le contre-amiral n’est pas un inconnu dans les milieux de l’internationalisme et du pacifisme européens, il a publié au tournant du siècle un nombre impressionnant de brochures portant sur les sujets les plus divers allant de La conquête de l’Océan et de récits d’exploration en Inde, Chine et autres terres lointaines – incontestablement son domaine de compétence – à de curieuses études sur la Gaule et les Gaulois, La voix des Pierres, le Mégalithisme. Il est l’auteur d’une étrange théorie concernant les origines des peuples européens à laquelle quelques-uns de ses compatriotes, essentiellement bretons il est vrai, ne sont pas loin de se rallier :

  • 39 Charles Le Goffic, L’Âme bretonne, recueil d’articles 1902-1929, ed. Pyremonde, Monein, 2008, p. 77

Monsieur Réveillère, en un temps où l’on imprime partout que les Français sont de race latine, professe que nous sommes tout simplement des Megalithiens celtisés. Entendez par là qu’il fait remonter nos origines à la grande famille qui couvrit toute l’Europe occidentale de ses immenses blocs de granit dont on n’est jamais arrivé à trouver la signification39

  • 40 Texte de la lettre reprise dans les Mémoires, p. 318.

35Réveillère a consacré la majeure partie de son œuvre à l’Autarchie, « association libre et volontaire où l’on ne peut compter que sur soi-même », présentée sous toutes ses formes et dans tous ses états : Tutelle et Autarchie, Christianisme autarchique, Contre l’Étatisme (Autarchie), Autarchie politique, Carnet d’Autarchiste, Memento autarchiste, Autarchie – Européanisant etc. Émergent parmi tous ces titres très autarcho-centrés quelques ouvrages portant explicitement sur l’Europe dont L’Europe-Unie qui connut en 1895 un certain succès et qu’il adresse à Bertha von Suttner. Si insolite que soit sa vision du monde réunissant « une profonde passion pour la fédération européenne et un culte instinctif pour les dolmens et les menhirs »40, l’homme fait figure d’original à contre-courant et sa ténacité force le respect :

  • 41 Charles Le Goffic, op. cit., p. 77.

Il n’y a point d’homme plus déconcertant que Monsieur Réveillère […] C’est que chaque page, je dirais presque chaque ligne y heurte quelque opinion reçue. Cet autarchiste, comme il aime à se qualifier, a pris la singulière habitude de penser par lui-même et de ne point regarder à l’opinion d’autrui.41

  • 42 Ibid. p. 78.

36Bertha von Suttner se réfère à trois ouvrages qu’elle a reçus de son prolixe correspondant, L’Europe-Unie, dont elle ne garde pas l’ingénieuse graphie copiée sur celle des États-Unis, Tutelle et Autarchie, qu’elle transforme de manière significative en Tutelle et Anarchie, et Extension, Expansion. Elle prend la défense de son « vieil ami breton » qui s’exprime à ses yeux « non pas de manière rêveuse, non pas avec ce relent de mysticisme qui anime si souvent la vie spirituelle des marins prédisposés à la poésie ». Sans doute trouve-t-elle dans l’homme une authenticité qui la touche, sans doute est-elle sensible au raisonnement pseudo-scientifique que détectera aussi Charles Le Goffic qui ajoute dans son chapitre « un Autarchiste » : « La croyance druidique dans la transmigration des âmes n’est aussi bien qu’une sorte de Lamarckisme ou de Darwinisme d’avant la lettre »42 Le fait est qu’elle ne lui consacre pas moins d’une dizaine de pages dans ses Mémoires, commentant le cheminement qui mène le Breton vers l’Européen et reprenant bien des propositions qui ne se fixent pas seulement sur les dolmens, les menhirs et les Mégalithiens celtisés. Beaucoup d’arguments en faveur d’une Europe-Unie sont d’ordre économique. Réveillère, citant Richard Cobden et A. Carnegie, réfléchit sur l’équation production-consommation-juste-répartition des richesses, pour lui fondatrice d’une Europe du libre-échange où l’État serait tenu à distance et où « le marché libre universel c’est la solidarité universelle ». Bertha von Suttner approuve sans réserves : « Il confortait ses idéaux politiques par des réflexions, réelles et positives, essentiellement puisées dans le domaine de l’économie politique » (M, p. 319) De même, elle s’arrête longuement sur l’intérêt que présenterait, face à la concurrence croissante des États-Unis, la mise en place d’une union douanière entre l’Allemagne, la Belgique, la Hollande et la France qui, ajoute Réveillère :

lierait en même temps entre elles les colonies de ces pays. Une Union coloniale – par laquelle les pays fédérés assureraient à leurs citoyens, leurs navires et leurs marchandises dans toutes les colonies les mêmes droits et avantages (M, p. 319)

37C’est là, sans nul doute, pour tous les pacifistes encore recroquevillés sur leur continent, une étonnante prise en considération d’un univers mondialisé du fait même de l’expansion coloniale du siècle finissant mais c’est aussi une première réception de ce que l’on appellera plus tard « l’effet Papillon ». Ce qui se réalise en Europe a un effet immédiat sur les empires coloniaux mais se répercute aussi sur les nouveaux mondes émergents – lesquels n’échappent pas aux conflits et guerres généralisés. Cuba entre Espagne et États-Unis, la guerre des Boers dans le Sud de l’Afrique, Chine et Japon en conflit dans l’Extrême-Orient en font foi, entre autres. De même, un passage d’une lettre de Réveillère très inspiré par les progrès de la médecine de son temps semble suggérer à Bertha von Suttner une marche à suivre originale pour construire une Fédération européenne, où la notion d’ espace européen commun prend une connotation très moderne :

  • 43 Extrait de Extension, Expansion cité in Memoires, p. 320. Il est évident que la comparaison médical (...)

Aucun État ne peut espérer guérir ses maux internes avant que ne soit désinfecté l’espace européen. Affirmer que l’on peut mener des réformes internes sérieuses avant que ne soit assurée la Fédération européenne, c’est comme si on voulait soigner des blessés dans une salle remplie de microbes43

38Il est clair qu’elle a retenu le terme de Fédération européenne employé par Réveillère qui écrivait « la Fédération est à la mode, nous marchons vers la Fédération européenne ». La dénomination encore adoptée à Berne de « Europäischer Staatenbund » fait place dans les Mémoires à celle de Fédération européenne ou Fédération occidentale/ Westliche Föderation, qui sont en fait les traductions proposées par Bertha von Suttner de termes lus dans les textes français de Réveillère. Enfin, dans l’épilogue des Mémoires, se trouve au terme d’un récapitulatif des activités, échecs, espoirs et déceptions des dernières années une ultime appellation de l’Europe selon Bertha von Suttner :

C’est un processus qui se développe comme une force de la nature, une organisation nouvelle du monde qui croît lentement. La prochaine étape est là comme quelque chose de tout à fait concret, de tout à fait tangible, détaché de tout ce qui est généralité théorique et éthique : la construction d’une Union européenne des États (europäische Staatenunion) (M, p. 542)

39Ainsi c’est le terme d’Union qui semble en définitive s’imposer à une Bertha von Suttner jetant un regard rétrospectif sur quelque vingt ans de réflexion pendant lesquels elle s’est interrogée sur « qu’est-ce que l’Europe ? », une réflexion, un temps, enrichie par la lecture d’un obscur et quelque peu farfelu rêveur d’Europe à l’ombre de ses mégalithes.

L’Europe en devenir.

  • 44 La formule, interrogative de surcroît, n’est pas sans rappeler la fin de l’autobiographie de Goethe (...)

40C’est dans Briefe an einen Toten (Lettres à un mort) publié en 1904 que l’on trouve le plus clairement exposée la vision suttnérienne de l’Europe à venir. Cet écrit hybride est un véritable condensé des écritures de Bertha von Suttner qui y mêle intimité de la correspondance à une voix (les lettres sont adressées à son défunt mari), reportages quasi journalistiques de facture très moderne et essais sur le monde contemporain à la manière des Randglossen dont elle nourrit par ailleurs Die Friedenswarte de A.H. Fried et autres revues et journaux viennois et berlinois. La XXIIe lettre, intitulée « Où allons-nous ? »44, commence sur le mode de l’épistolaire intime et prend peu à peu la forme de trois brefs essais dont l’un est Das werdende Europa, qui a valeur autant de manifeste que de prophétie et mérite à ce titre d’être transcrit ici dans son intégralité.

  • 45 Briefe an einen Toten, XXII. Brief, p. 207-209.

Ce n’est encore qu’une forme embryonnaire, mais on perçoit déjà le battement du cœur. Et le mot lui-même est déjà souvent prononcé : États-Unis d’Europe – Union douanière européenne et autres. Les ministres des Affaires Étrangères s’y réfèrent quand il est question de dangers économiques ; un Carnegie exhorte l’Empereur allemand à mettre en route les États-Unis européens ; on crée des journaux qui envisagent toutes les choses internationales sous un seul aspect – celui de la culture européenne. Dans la communauté d’intérêt, qu’elle soit financière, scientifique ou sociale, qui se resserre de plus en plus, un sentiment général se fait jour, qui prouve très clairement qu’une vie internationale est en train de se former – Chaque catastrophe qui se produit dans un coin du monde civilisé, est ressentie immédiatement dans tous les autres recoins reliés par des systèmes nerveux télégraphiques : l’effondrement du campanile n’est pas une perte pour la seule Venise, la mort de Zola n’est pas un événement que pour la France, l’anéantissement du peuple des Boers n’est pas une souffrance que pour la Hollande qui lui est apparentée – c’est vrai, déjà le cœur de l’Europe bat et déjà s’élève le cri de la conscience européenne, quand quelque part se produit une odieuse injustice, un viol barbare …
Mais tandis que la politique dans ses tergiversations et la masse dans son inertie se ferment encore à l’idée d’une Europe unie et n’admettent tout au plus cette éventualité que dans un lointain avenir, le schéma d’une fédération internationale s’est en réalité déjà dessiné bien au-delà de cette notion même – l’Europe est une bien trop étroite notion pour cela. L’humanité de la culture toute entière est liée par le système nerveux télégraphique et journalistique ; – Dans ce battement de cœur, dans ces mouvements de conscience toutes les autres parties du monde – là où vivent les peuples civilisés – vibrent de la même manière. « L’américanisation du monde » est même un phénomène, que nombre de nos contemporains perspicaces voient venir. Mais faut-il que l’un dévore l’autre ? Confluer les uns dans les autres, se mêler mutuellement et être là comme une unité supérieure ou plutôt comme une pluralité qui agirait de concert, harmonieusement : c’est là le but de la société humaine en plein progrès. Oui, si l’on pouvait, conscient de son but et prenant un puissant élan, faire cap dans cette direction […]. Mais ils sont rares ceux qui entrevoient ce but et voient comment, malgré toute notre maladresse et notre cécité, notre embarcation avance, au risque d’être jetée bien souvent dans des tourbillons violents ou de s’échouer sur des fonds sablonneux45.

41La Confédération européenne des États qui garantissait à chacun la pleine autonomie des « Affaires intérieures et de la forme du gouvernement », s’est donc effacée au profit d’une Fédération calquée sur le modèle entre-temps largement exporté par les États-Unis. Ce qui est central, et neuf, dans cette formulation de l’Europe à venir, c’est la marche vers l’autre jusqu’à l’enrichissement mutuel, le ‘métissage’ réciproque et, à terme, l’idée que, mieux qu’une unité fût-elle supérieure, l’union est une » pluralité harmonieuse ». À travers la métaphore de la confluence, la formule n’est pas sans rappeler la devise même des États-Unis E pluribus unum, que Bertha von Suttner qui venait alors de terminer un premier périple en Amérique du Nord et avait été reçue en automne 1904 à la Maison Blanche par le Président Théodore Roosevelt, ne pouvait ignorer.

Notes

1 Voir à la fin de ce chapitre le texte, extrait de Briefe an einen Toten, qui porte ce titre.

2 Claudine Delphis (ed.), Correspondance de Paul Amann avec Romain Rolland et Jean-Richard Bloch, Leipzig deutsch-französische Bibliothek n° 27, Universitätsverlag, 2009.

3 Anne-Marie Saint Gille, La « Paneurope ». Un débat d’idées dans l’entre-deux-guerres. Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2003. L’auteur fait mention dans une note p. 80 d’une revendication par Alfred H. Fried de l’invention même du terme : « Nous pensons donc que ce serait un devoir d’honneur de la part de Coudenhove de ne pas taire plus longtemps, dans l’intérêt de la vérité, le fait que avant lui Bertha von Suttner et Alfred H. Fried se sont engagés pour Paneuropa et pour une union paneuropéenne. Au lieu de s’accorder à lui-même la patente sur Paneuropa, il serait bon qu’il se souvienne respectueusement de ceux qui, y sacrifiant toute leur énergie, ont pendant toute une vie lutté pour les idées pan-européennes ». Par ailleurs, la Friedenswarte en date de 1909 reproduit les résultats d’un questionnaire sur « le Bureau pan-européen » dont Fried avait exposé le projet lors du colloque qui s’était tenu à Berne cette année même.

4 S. Zweig à R. Rolland, Baden près de Vienne, le 19 octobre 1914, in : S. Zweig, Correspondance 1897-1919, trad. par Isabelle Kalinowski, Biblio 2000, p. 234. On notera dans cette lettre les références implicites à des lieux (Baden près de Vienne, Genève et son ‘Parlement moral’) fréquentés par B. von Suttner ou à des personnalités connues d’elle comme Spitteler, Sienkievicz, preuve d’une véritable communauté d’esprit au-dessus des générations et des statuts sociaux.

5 Karoline von Humboldt à Wilhelm von Humboldt, cité in Harald Steffahn, Bertha von Suttner, Hamburg, Rowohlt TB, 1998, S. 8.

6 S. Zweig, Correspondance, op. cit. p. 244.

7 A. H. Fried, Bertha von Suttner, Berlin 1908, p. 5.

8 Sur les féministes rencontrées, cf. Chapitre XIV Une femme nobélisée. Dans les romans on trouve des personnages féminins en quête d’émancipation plus comme individu que comme femme, cf. Vor dem Gewitter ou/ Der Menschheit Hochgedanken.

9 Hans Georg Gadamer, Wahrheit und Methode. Grundzüge erner philosophischen Hermeneutik, Tüingen 1960, p. 286.

10 Cf. infra : chapitre V, Retour en Europe.

11 V. Hugo, discours d’ouverture au Congrès de la Paix, Paris 21 avril 1849.in L’Europe. Textes réunis et présentés par Pascal Ory, Omnibus, 1998, p. 163 et suiv. On notera ici la similitude des formules « les armes vous tomberont des mains » et « Die Waffen nieder ! Bas les armes ».Bertha von Suttner aurait-elle puisé là son titre ?

12 Pour la Serbie, ibid. p. 204.

13 Briefe an einen Toten, Dresde, Pierson 1905,troisième lettre. Désormais (BT, p.).

14 G. Mazzini, D’une littérature européenne publié dans la revue Anthologia, Florence 1829. Ici, extrait de Europes, Yves Hersant, Fabienne Durand-Bogaert(ed.), Paris, 2000, p. 143 et 145.

15 Schach der Qual, op. cit., chapitre XXXVII, p. 202.

16 La dynastie des princes de Oldenburg, dont les territoires s’étendent dans le nord de l’Allemagne, a donné un Tsar à la Russie, Pierre III, époux de Catherine II, assassiné en 1762 dans des circonstances mystérieuses, cf. chapitre VIII, p. 161.

17 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 304 et suiv.

18 Louis Napoléon Bonaparte, Les idées napoléoniennes, in Europes, op. cit., p. 320.

19 Die Waffen nieder! Livre V, p. 589.

20 Die Waffen nieder!, p. 580.

21 Der Menschheit Hochgedanken, Roman aus der nächsten Zukunft von Bertha von Suttner, Berlin-Wien-Leipzig, Verlag der Friedens-Warte 1910, p. 150. Désormais (MH, p.).

22 Les Mémoires, rédigées en 1908-1909, comptent une douzaine d’occurrences ‘Pacifisme/pacifistes’. B. von Suttner est consciente de son anachronisme, précisant dans son rapport sur le congrès de Rome en 1891 : « à cette époque certes l’expression ‘pacifisme’ n’était pas encore forgée ». Son dernier ouvrage (1912) s’intitule Die Barbarisierung der Luft. Aus der Werkstatt des Pazifismus (La barbarisation des airs. De l’atelier du pacifisme).

23 Lettre reproduite dans les Memoires, p. 436.

24 S. Zweig, à H. Walden, septembre 1908. Correspondance, I, op. cit., p. 149.

25 Sur ce terme et son histoire, voir Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris 1996 et, plus ancien mais très riche, Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris PUF 1959 (reprint 1992).

26 A. Leroy-Beaulieu, Rapport inaugural sur le problème européen, Congrès des Sciences politiques, Paris 1900, cité in Bernard Voyenne, Du printemps des peuples au printemps de l’Union, in Y. Hersant, F. Durand-Bogaert, Europes, op. cit., p. 335.

27 S. Zweig, Die Welt von Gestern. Erinnerung eines Europäers, Frankfurt, Fischer 1993 (1re édition, Bermann-Fischer, Stockholm, 1944), p. 225.( trad.française S.Nimietz, Le monde d’hier. Souvenirs d’un Européen., Paris, Le livre de poche.)

28 Erinnerung eines Europäers, p. 232.

29 B. von Suttner, Krieg und Frieden, discours tenu à Budapest lors du Congrès pour la paix de 1896. Archives UNOG – Genève, Fonds Fried-Suttner.

30 B. von Suttner, Die Entwicklung der Friedensbewegung. Vortrag gehalten vor dem Nobel-Komité des Storthing zu Christiana, April 1906. Archives UNOG – Genève, Fonds Fried-Suttner. Sur ce discours voir chapitre XIV Une femme nobélisée.

31 Der Menschheit Hochgedanken, op. cit. p. 255.

32 Dans le texte définitif(en français) de la motion adoptée par le Congrès, « Europäischer Staatenbund » est traduit par « Union fédérale d’Europe » et « Union des États européens », amendements dûment acceptés par Bertha von Suttner et ses collègues, cf. Procès verbal du Congrès de Berne, op. cit., p. 156.

33 Texte de la motion en allemand dans Mémoires, p. 265. Le texte en français cité ici est celui de la motion définitive adoptée par le Congrès et reprise dans le procès-verbal. * Là où B. von Suttner emploie le terme de Völkerkongress (congrès des peuples), la formule finale amendée est congrès des nations.

34 Cf. Le portail judiciaire de La Haye http :///www.haguejusticeportal.net.

35 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 212. Charles Lemonnier, fondateur et président de la Ligue internationale de la paix et de la liberté dont le siège était à Genève. avait écrit dès 1869 un mémoire sur « Déterminer les bases d’une organisation fédérale de l’Europe ».

36 Charles Lemonnier, Les États-Unis d’Europe, Paris, Bibliothèque démocratique, p. 178.

37 Ibid., p. 183.

38 Dès la première conférence interparlementaire à Paris en juin 1889, les États-Unis étaient représentés par un délégué.

39 Charles Le Goffic, L’Âme bretonne, recueil d’articles 1902-1929, ed. Pyremonde, Monein, 2008, p. 77.

40 Texte de la lettre reprise dans les Mémoires, p. 318.

41 Charles Le Goffic, op. cit., p. 77.

42 Ibid. p. 78.

43 Extrait de Extension, Expansion cité in Memoires, p. 320. Il est évident que la comparaison médicale n’est pas sans rappeler à Bertha von Suttner les chapitres dans Die Waffen nieder! où l’héroïne, à l’instar d’une Florence Nightingale évoquée dans le roman, visite les blessés des lazarets et décrit avec force la promiscuité, le manque d’hygiène et les épidémies dont ils sont victimes.

44 La formule, interrogative de surcroît, n’est pas sans rappeler la fin de l’autobiographie de Goethe Dichtung und Wahrheit : « Wohin es geht, wer weiss es ? Erinnert er sich doch kaum, woher er kam. » (Où allons nous, qui le sait ? Nous qui nous souvenons à peine d’où nous venons » Dichtung und Wahrheit, 4e partie, Livre 20, HA, vol. X, p. 187.

45 Briefe an einen Toten, XXII. Brief, p. 207-209.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search