Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1956

Corvara, 7 janvier

Texte intégral

1Quand j’étais jeune (vers dix ans et plus) j’avais très souvent l’angoisse du cosmos, l’idée de l’infini (du non-fini). J’ai compris maintenant pourquoi c’est l’idée de la mort, puisque c’est celle de ce que je ne puis embrasser ; pour pouvoir parcourir un temps ou une distance infinis je devrais vivre infiniment. C’est que je ne puis concevoir une vie (la mienne en particulier) comme infinie (car je pourrais concevoir tout ce qui appartient à ma nature, le représenter).

2Il y a donc dans la nature quelque chose qui nie ma nature.

  • 1 Cf. « Lettre à Hérodote », « Doctrines et Maximes », op. cit, p. 2.

3Or à propos de l’angoisse cosmique j’ajoute ici que si on pouvait se représenter le monde de l’atome il y aurait tout autant de raisons d’en être angoissé puisque le rapport entre la masse et l’énergie étant égal dans les deux cas, la distance du noyau aux électrons, le vide qui les sépare est immense : il y là un cosmos fermé sur lui-même et ses rapports avec les autres mondes que sont les autres atomes sont très rares, accidentels (en principe pas de rapport). Le nombre des atomes n’est pas infini mais indéfini dans un cosmos donné ; dans l’univers il est infini1.

Notes

1 Cf. « Lettre à Hérodote », « Doctrines et Maximes », op. cit, p. 2.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search