Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre XI. Genèse d’une écriture publique

Texte intégral

Écrire, encore et toujours

  • 1 Cf. Infra, chap. VI, Écriture(s).
  • 2 Les Diaries, conservés aux archives Fried-Suttner, UNO-Genève concernent de manière continue les an (...)

1À voir Bertha von Suttner s’ériger à partir de 1891 en infatigable ‘travailleuse de la paix’, à suivre le couple dans ses pérégrinations de ‘commis-voyageur de la paix’ et à constater l’importance prise par une Bertha von Suttner promue conseillère improvisée mais avisée de la Conférence de La Haye en 1899, on en oublierait presque l’autre pôle essentiel dans sa vie, l’activité d’écriture découverte comme une ‘mission’ dans l’éloignement caucasien et qui, en dépit des incursions de plus en plus fréquentes dans la sphère de l’engagement public, ne s’est jamais tarie. La liste des publications de Bertha von Suttner, telle qu’elle est établie, hors correspondances et discours, dans l’édition en douze volumes qui paraît en 1906 chez Pierson à Dresde, en impose tant par son importance, plus d’une cinquantaine de titres recensés, que par sa durée. Elle frappe d’emblée par ce qui peut apparaître comme une constante suttnérienne, la très grande inventivité des titres depuis Inventarium einer Seele en 1883 jusqu’à Die Barbarisierung der Luft/ La barbarisation des airs, titre qui ne pouvait passer inaperçu en 1912. Cette liste confirme aussi le principe de l’alternance, déjà présente dans les premiers écrits, entre genres littéraires bien définis comme le roman ou la nouvelle et les essais, réflexions sur l’époque, voire pamphlets ou encore écrits autobiographiques1. Tout au long des trente années où elle laisse courir sa plume, Bertha von Suttner ne publie pas moins de vingt romans et une dizaine de nouvelles ou recueils de nouvelles mais aussi, avec une régularité de plus en plus marquée, nombre d’essais et de Randglossen, sortes de commentaires en marge du temps présent, quasi annuels. Si l’on tient compte du fait qu’elle ne commence vraiment son activité littéraire qu’après quarante ans et que, parallèlement, elle rédige les quelque huit cents pages manuscrites de ses Mémoires sur la base de ses carnets intimes, diaries2 augmentés des notes éparses recueillies par Alfred Hermann Fried, on ne peut que se rendre à l’évidence, Bertha von Suttner est écrivain autant par passion que par mission et écrire est véritablement son métier, même si l’âge venant elle s’en défend et considère ses activités littéraires comme un commode mais bien pesant gagne-pain. Écrire, encore et toujours, est une constante dans la vie de Bertha von Suttner, à la nuance près que, ayant fait avec brio son entrée dans le monde de la littérature mondiale avec Die Waffen nieder! en 1889 puis dans la sphère publique avec sa participation active au Congrès de Rome en 1891, elle distingue désormais entre une activité proprement littéraire à but clairement lucratif et ce qu’elle appelle elle-même ses ‘propagandistische Arbeiten’, ses travaux de propagande dans le cadre de plus en plus large de son action pacifiste. Dans son esprit, cette distinction entre œuvre de littérature et écrits d’engagement n’institue pas nécessairement une hiérarchie. Elle permet plutôt de saisir les deux faces d’une même médaille, les deux versants d’une écriture qui fonde l’existence même de l’écrivain qu’elle a toujours pensé être et de la pacifiste engagée qu’elle est devenue.

L’activité littéraire de Bertha von Suttner.

2Vue à travers le filtre des Mémoires, l’activité littéraire des Suttner s’impose comme une véritable entreprise de production romanesque et pendant le quart de siècle que perdure ainsi la production de la Maison Suttner, il y aura toujours de part et/ou d’autre, un roman en cours.

(1895) Revenus de Hollande dans notre cher Harmannsdorf, nous reprîmes notre vie calme, joyeuse et travailleuse […] Dès que j’eus mis le mot fin à mon ouvrage Vor dem Gewitter, j’en commençai un nouveau sous le titre Einsam und arm et Le Mien rédigeait, en plus de son ouvrage en deux volumes Sie wollen nicht de nombreuses nouvelles caucasiennes.
(1896) J’ai continué à écrire tranquillement à mon livre Schach der Qual. Le livre, commencé en 1895, est paru chez Pierson début 1897.
(1897) Notre activité littéraire ne connaît pas de repos. Mon mari met la dernière main à Sie wollen nicht et moi je commence le roman Martha’s Kinder (deuxième partie de Die Waffen nieder!)
(1900) Revenus à Harmannsdorf, je me remets à l’activité littéraire…

3Certes, il ne faut pas négliger la réelle importance de cette activité littéraire pour la stabilité du couple comme pour sa survie financière. Le fait de se retrouver « le soir à notre table de travail commune, en général jusqu’à minuit et au delà et écrire, écrire », soude ce couple au départ un peu improbable, l’entretient dans une sorte d’émulation réciproque, voire de concurrence mesurée à l’aune du succès et aux réactions d’un public plutôt fidèle. Car la production Suttner est très demandée et tout particulièrement celle qui relève du domaine romanesque et provient de la plume de Madame la Baronne, laquelle a depuis bien longtemps laissé tomber un anonymat vite percé à jour. Après le succès, surtout auprès du public féminin, des premiers romans comme Le roman d’un écrivain ou High Life, et après l’impact international de Die Waffen nieder!, les éditeurs de Vienne, Dresde, Leipzig et Berlin sont devenus des solliciteurs. Quant aux journaux les plus renommés de Vienne ou de Berlin, ils ne sont pas en reste et passent commande pour leurs feuilletons hebdomadaires.

4Par ailleurs l’activité créatrice de la Maison Suttner est pour Bertha von Suttner une manière originale d’occuper ouvertement un lieu un temps interdit, et d’en faire non un lieu de sociabilité à l’instar des salons parisiens qu’elle a bien connu mais un lieu d’écriture à la fois intime et tourné vers le monde entier via les livres. Plus prosaïquement, la production littéraire des époux Suttner constitue, on le sait, la source principale de revenus du couple. Harmannsdorf est de moins en moins rentable, l’exploitation des carrières de pierres destinées aux nouvelles constructions viennoises s’est révélée peu lucrative et le tout se solde par des dettes. Début 1902 encore, Bertha von Suttner note :

Ce qui contribua aussi à mon humeur joyeuse, c’est le fait que mon livre Martha’s Kinder était en train d’être publié. Ce qu’il me rapportait (mon éditeur Pierson avait acquis le roman avec tous les droits, y compris les droits de traduction, pour un honoraire de 15 000 marks) me permettait de repousser pour un temps l’effondrement de notre Harmannsdorf bien aimé – et pendant ce temps, il pouvait se passer bien des choses qui pourraient malgré tout sauver encore la propriété. (M, p. 527)

5Quelques semaines après la mort du baron Suttner en décembre 1902, elle se verra pourtant dans l’obligation de vendre domaine et château.

  • 3 On peut citer ici comme exemples parmi bien d’autres Die Buddenbrooks. Verfall einer Familie de Tho (...)

6Le terme d’entreprise se justifie donc doublement, comme réelle source de revenus et comme atelier de travail en commun générant un produit qui a sa place sur le marché du livre et du roman en particulier. Mais en conclure que de ce fait les romans issus de la Maison Suttner sont nécessairement de qualité médiocre et se rangent dans la catégorie d’une littérature triviale alors très prisée comme les innombrables romans écrits par Courts-Mahler ou Marlitt et répercutés à l’infini par la revue à la mode Die Gartenlaube, serait erroné et injuste. Même si, pour Bertha von Suttner, écrire des romans à la chaîne – ce qu’elle fait – relève de « l’activité de forçat », il y a toujours un message à passer, une figure porteuse de paix à dessiner, un cri contre l’armement et la guerre à faire entendre. C’est d’ailleurs ce qui fait sinon la qualité du moins la particularité de ces romans à la croisée du roman féminin alors très en vogue et du roman social déjà très présent dans la littérature germanique du moment.3

7Les années qui suivent la parution de Die Waffen nieder! constituent pour l’écrivain Bertha von Suttner un moment charnière dans sa production romanesque. Sans s’attarder sur l’ensemble de celle-ci – dont certains éléments ne méritent guère d’ailleurs qu’on s’y arrête –, on retiendra ici deux romans auxquels l’auteur elle-même n’a cessé d’accorder une certaine attention et qui, mis en miroir, reflètent parfaitement un tournant dans son écriture romanesque. Ecrits quasi simultanément, ils paraissent tous deux en 1894, l’un à Leipzig, l’autre à Vienne.

  • 4 L’Almanach de Gotha, guide de la haute noblesse et des familles royales européennes, créé en 1763 p (...)

8Le premier, Phantasien über den Gotha (Rêveries sur le Gotha) se présente dans son édition originale comme un élégant petit ouvrage, maroquin rouge et tranche dorée, de quelque 250 pages, ce qui est peu pour une production romanesque suttnérienne. Avec sa couverture gravée d’une couronne comtale, celle-là même qui orne le papier à lettres de Bertha von Suttner, c’est le parfait ouvrage que l’on pose négligemment sur la table de toilette d’une comtesse ou sur la précieuse marqueterie d’une console de salon. Quant au thème, c’est, après les rudes épreuves décrites par le menu dans Die Waffen nieder!, le retour au monde de l’aristocratie viennoise, ses palais, ses châteaux, ses parcs dans des domaines ancestraux. Au gré des douze tableaux qui composent l’ouvrage, l’auteur y convoque à l’envi princes, princesses, comtesses et barons. Il ne pouvait du reste guère en être autrement puisque l’idée de ce petit opuscule était née de la lecture assidue de l’Almanach de Gotha, le Who’s Who de l’époque, consacré à l’aristocratie européenne depuis plus d’un siècle.4 Deux réflexions dans l’introduction signalisent cependant que l’ouvrage ne se réduit pas à l’aimable élégance de son apparence :

  • 5 Phantasien über den Gotha, von Bertha von Suttner. Mit einem Portrait, Dresden und Leipzig, Pierson (...)

Ce que je cherche dans mon Gotha ce sont d’autres représentations. Non pas ce que l’on appelle la vie des peuples mais cette pleine vie humaine si souvent citée et dont je cherche ici le reflet et pour cela l’almanach des maisons princières, même celui d’une année dépassée, me suffit. (p. 3)5

9La mention ‘pleine vie humaine’ fait référence au sous-titre de Die Waffen nieder! qui se présentait non comme un roman mais comme ‘ une histoire de vie’. La seconde remarque tient à la vision chez l’auteur d’une histoire en continu, se perpétuant de génération en génération et faisant fi du délitement qui mine et détruit la société aristocratique européenne en cette fin de siècle :

Le simple chiffre de l’année de naissance de telle grand-mère – 1786 – me rend présente la vieille nonagénaire qui, une riche vie derrière elle, raconte ses souvenirs de jeunesse et se glisse jusque dans le présent avec des inflexions de temps et de mœurs depuis bien longtemps révolus. (p. 4)

10Dans les interstices de ce réel présenté sous forme de notices biographiques, Bertha von Suttner va injecter son imaginaire et multiplier les figures du marivaudage mondain entre ceux qui se reconnaissent sous le ‘label’ : « nous les natifs d’Europe issus de la Haute Société ». Seul élément extérieur dans ce monde fermé, un Américain apporte une note de modernité, évoquant au passage la paix des peuples ou la liberté de la presse, mais il s’avère très vite que, aristocrate viennois de naissance, il n’est américain que par choix et, rappelé par un héritage, ne le restera guère. Pour le reste, Bertha von Suttner brode ses ‘autobiographies comprimées’ où les hommes n’ont le choix qu’entre trois carrières, prêtrise (au moins évêque ), militaire (en haut de la hiérarchie) ou service de l’État (essentiellement dans la diplomatie). Quant aux femmes, elles passent invariablement du statut de fille obéissante à celui d’épouse aimante et de mère dévouée. Avec toutefois quelques accrocs dans ces vies toutes tracées, comme la dérive d’une fille de banquier épousant par calcul un titre de comtesse ou les affres de la jeune veuve, guindée dans son orgueil d’aristocrate, s’éprenant du médecin qui sauve son enfant. C’est peu certes, mais c’est une brèche dans un monde clos sur lui-même et d’une irrémédiable fragilité. Phantasien über den Gotha, dans sa naïveté peut-être voulue, se lit comme un mélancolique hommage sur le mode mineur au monde qui s’éteint.

11Écrit en parallèle, le roman Vor dem Gewitter (Avant l’orage) est d’une tout autre facture. Il se revendique pleinement du genre roman, déroulant sur plus de 370 pages ses chapitres sans le moindre intitulé et créant par là même une incontestable continuité du récit mené avec maîtrise jusqu’à la catastrophe finale. Le roman raconte quelques mois dans la vie d’une jeune femme de passage à Vienne dans les années quatre-vingt-dix qui, mue par une curiosité peu ordinaire et une soif d’apprendre et de comprendre, se retrouve au cœur de tous les débats philosophiques, culturels, sociaux, voire politiques du moment. Prise entre le respect des convenances qui font qu’une demoiselle ne sort jamais sans sa ‘garde dame’ et l’irrésistible passion qui la pousse vers un Russe lithuanien, soupçonné d’être un nihiliste en fuite, marié de surcroît, la ‘pleine vie humaine’ de Mademoiselle Ludmilla Goth finira foudroyée, la teneur symbolique de l’orage parcourant par ailleurs tout l’ouvrage.

  • 6 Les numéros de pages renvoient à l’édition de Vor dem Gewitter, Wien, Verlag der literarischen Gese (...)
  • 7 Sur le rôle et le statut social des consuls, représentants et gérants des intérêts de firmes étrang (...)

12Plus que le récit, c’est la figure de l’héroïne qui fait l’originalité du roman, avec en filigrane nombre de références autobiographiques à peine voilées. Certes Ludmilla Goth – c’est une exception dans la galerie des héroïnes suttériennnes – n’est ni aristocrate ni même viennoise de naissance, c’est « une Hambourgeoise, fille d’un consul décédé, indépendante, très fortunée, plus très jeune » (p. 2)6. Elle-même se rattache non sans fierté à cette autre forme de noblesse marchande qu’est le patriciat des villes hanséatiques et se donne volontiers le titre, un peu incongru dans la Vienne k.u.k., de « Hamburger Patrizierin »7 Belle, riche mais à 28 ans pas encore mariée, elle est, comme le fut en son temps Bertha Kinsky, perpétuellement exposée aux remarques malveillantes de la société. Une amie lui avoue :

J’ai un mal fou à faire comprendre aux gens que tu n’es ni une artiste émancipée ni une maîtresse princière mise à la retraite ou quelque chose de semblable... Le monde est ainsi fait, il ne supporte pas ce qui n’est pas dans la norme-si tu étais veuve ou Dame chanoinesse, ce serait autre chose – mais ‘Mademoiselle Goth’ !(p. 165)

13Toutefois son non-ancrage dans la ville, la distance où la tient la société de la Cour, sa curiosité de fille du nord de l’Allemagne, élevée dans le sillage des Lumières, tout concourt à faire de Mademoiselle Goth une figure singulière dans Vienne alors partagée entre l’insouciance de la haute société et de ses nouveaux « barons par la grâce des millions » et le grondement menaçant des masses à la périphérie. Non sans habileté, Bertha von Suttner va disposer autour de son héroïne un large éventail de représentants de la société viennoise : un jeune avocat tout acquis au socialisme, un libraire-éditeur annonçant avec force brochures et discours l’avènement de la ‘Ethische Kultur’, une famille d’aristocrates autrichiens dont le chef est un parlementaire libéral rappelant fortement Carneri, l’ami de Bertha von Suttner, un vieux général allemand nostalgique de la guerre de 70/71, un insupportable dandy viennois, antisémite de surcroît, un philistin conservateur borné et un fort séduisant Russe de Lituanie auréolé d’un mystérieux passé de nihiliste qui semble tout droit sorti d’un roman russe.. Chacun, et c’est là que l’on mesure au mieux le glissement de l’écriture romanesque de Bertha von Suttner, est porteur d’une vision du monde, d’une ‘tendance’ de l’époque. Tous, réunis autour de la demoiselle venue d’ailleurs, déclinent ce que celle-ci appelle la ‘signature de l’époque’ :

Je ne sens nullement le besoin de faire tomber des chaînes, peut-être d’ailleurs que cela me prendra un jour. Ce besoin semble être la signature de l’époque : partout on entend le cliquetis des chaînes. Le peuple veut se libérer, les femmes veulent se libérer, l’esprit veut se libérer et les forgeurs de chaînes appellent cela l’œuvre du diable. (p. 125)

  • 8 Ethische Kultur : mouvement fondé par Felix Adler en 1876 aux États-Unis qui trouve un large écho à (...)

14En quelques scènes qui relèvent plus du théâtre que du récit romanesque, Bertha von Suttner fait le tour des grands courants qui agitent son temps, essaimant là encore les références autobiographiques. Le salon improvisé par Mademoiselle Goth dans une suite du Grand Hôtel de Vienne est le théâtre de deux mises en scène où, chaque fois, trois figures porteuses d’un courant prennent la parole. L’avocat en fervent défenseur de la social-démocratie y affronte le libraire-éditeur qui développe avec emphase sa vision « d’un monde régénéré par la culture et l’éducation pour tous… dans lequel règnent justice et authenticité, humanité et respect mutuel » (p. 77).8 Enfin, dernier dans ce premier trio, le Russe qui, par un effet de retardement très théâtral, ne prend cette fois que fort peu la parole, se contentant de se présenter comme un « observateur sur le continent ». La porte à peine refermée sur ces trois protagonistes, trois autres éléments entrent en scène. Un colonel,« vieux guerrier » d’origine allemande, paternel et amer, tente en vain d’avertir la jeune femme des dangers que représente la ‘bande de ses amis’. À ses côtés, un chevalier « opposé à tous les acquis de l’esprit moderne » rêve des temps où chacun restait dans les limites de son état. Et enfin, vaniteux et pesant, l’insupportable dandy fanfaronne :

je suis très satisfait de ma position à Vienne, j’ai les camarades les plus chics, comtes, barons, mais les juifs, je ne les fréquente pas et si je me trouve parmi eux, je leur laisse bien sentir qui je suis (p. 191)

15Le personnage est non seulement bête mais perfide : voyant la réaction de son hôtesse, il ajoute : « mais peut être en avez-vous dans votre famille ? ». A quoi la jeune femme répond en des termes qui peuvent étonner mais qui commençaient à être courants à l’époque « La famille Goth est tout à fait aryenne. Mais j’ai effectivement des amis non-aryens et je leur dois de ne pas admettre qu’on emploie de telles expressions devant moi » (p. 191).

16Par ailleurs, prémisses de glissements progressifs vers les écrits ‘propagandistes’, Bertha von Suttner insère de longues épîtres s’apparentant à des brochures de propagande ou développe dans des dialogues animés les visions d’un futur souvent apocalyptique. Il en résulte des réquisitoires contre la guerre qui, tels qu’ils sont formulés en 1894, prennent des accents prémonitoires :

Ne parlons plus en images […]. Inimaginable est la souffrance qui s’entasse dans les greniers de la haine et de la bêtise. La guerre, je la vois venir […] une végétation luxuriante de fer et d’explosifs, et l’eau n’est pas épargnée, de monstrueux navires de combat cuirassés, des torpilleurs – et l’air lui-même n’est pas certain de ne pas être traversé par des ballons-mitrailleurs et des bataillons de la mort volants […]. L’administration de la guerre dispose déjà partout ses instituts militaro-aëronautiques (sic !). Administration de la guerre ! Et voilà que cette chose là aussi est administrée ! Oui, je la vois venir cette terrible tragédie ! (p. 209)

17Au fil du roman et en marge d’une intrigue plutôt bien menée, une place de plus en plus grande est faite à ce qui s’apparente au discours politique, ces ‘Randglossen’, remarques en marge de notre temps dont Bertha von Suttner va nourrir les revues par-delà le tournant du siècle. Des références à des expériences personnelles se glissent dans le texte, clin d’œil amusé, comme la réaction d’un parlementaire à la seule évocation de la Société autrichienne des amis de la paix :

mais il ne convient pas à la dignité d’un homme politique d’adhérer à une association dans laquelle, vous le savez bien, une femme, un vieux bas-bleu […]-Pardon, Mademoiselle, j’ai certes beaucoup d’estime pour les femmes mais elles doivent rester à leur place . (p. 251)

  • 9 l’auteur publie sous le titre « Enquête » dans sa revue Die Waffen nieder!, n° 1 /1894 ce chapitre (...)

18L’héroïne et un jeune ami membre de la dite association fondée par Bertha von Suttner à Vienne en 1891, s’amusent alors à organiser un « tour de salon » afin de recueillir les réactions des autres hôtes présents : « le résultat sera un tableau fort instructif des entraves au mouvement de la paix » (p. 248)9. Et de fait, l’un, propriétaire foncier, ne veut pas être ridicule, l’autre, baron, ne donne pas à ce genre d’association à but non pratique, la troisième, veuve d’un Conseiller secret, se retranche derrière ses fils élèves à l’Académie militaire et ses filles qui dansent avec des officiers. Une comtesse n’y voit que l’œuvre des Francs-maçons, un entrepreneur juif veut bien soutenir le mouvement mais anonymement pour ne pas courir le risque de passer pour traître à la patrie. Un rentier tient l’association pour une ’intrigue juive’ tandis qu’un conseiller ministériel n’y voit que la présence masquée de la social-démocratie. Le médecin, socialiste de conviction, refuse de se ranger au côté du bourgeois, le député, lui-même membre de l’Union interparlementaire pour la paix, refuse de figurer dans une Société présidée par une femme, un professeur proteste au nom « des programmes scolaires fondés sur une base patriotique guerrière ». Quant à la dame patronnesse, active dans la branche féminine de la Croix-Rouge locale, elle avance un argument dont on sent bien qu’il a été douloureusement perçu par Bertha von Suttner : « Mais la prochaine guerre, c’est la condition même de l’existence de notre action ».

19L’espace romanesque s’ouvre donc aux écrits de facture plus ‘propagandistes’ et le roman offre à l’auteur une tribune qui lui permet de dénoncer la mauvaise foi d’une société qui ne veut pas voir la réalité en face. Il y a là glissement vers une instrumentalisation du genre romanesque, genre lui-même remis en question :

Aujourd’hui ni romans ni nouvelles n’avaient réussi à la distraire ; les destins de ces personnages inventés ne la fascinaient pas, elle ne voulait pas qu’on lui rappelle amour et mariage, ce fond de commerce de toute belle littérature. Aussi s’était-elle plongée dans les rapports sur les buts et l’extension du mouvement éthique qui, déjà implanté en Amérique et en Angleterre, se préparait à gagner l’Allemagne. (p. 203)

« Travaux de propagande »

20La vocation littéraire de Bertha von Suttner ne se tarira donc jamais mais à mesure qu’elle s’engage ouvertement dans un combat public, sa production se fait de son propre aveu de plus en plus ‘propagandistisch’. Pendant quelques décennies, elle tiendra le difficile pari de mener de front les deux écritures, passant du littéraire au publizistisch sans grande difficulté – du moins en apparence – mais imprimant de plus en plus à ses œuvres romanesques un parcours et un discours fortement marqués par ses engagements publics. Propagandistisch, publizistisch, les termes qu’elle emploie n’ont, à ses yeux, rien de péjoratif. Ce n’est ni un asservissement de sa personne ni une mise à disposition de son écriture à une quelconque idéologie ; pour elle, le terme souligne avant tout la différence de nature des deux activités de l’écrivain. D’un côté, la ‘ belle littérature’, ou ce qui s’en réclame par le genre et le style, de l’autre, les travaux de propagande, discours publiés dans les journaux et actes des congrès, articles envoyés aux revues les plus diverses. Ces derniers, auxquels les lecteurs et plus encore les lectrices de la romancière et essayiste n’étaient guère préparés, profitent de l’expérience d’une femme qui connaît le métier d’écrire tout autant que les stratégies capables de capter son public et qui va développer bien des stratagèmes pour le garder tout en lui offrant des lectures plutôt inattendues.

  • 10 Le Vorwärts, organe officiel du parti social-démocrate allemand enfin sorti du bannissement imposé (...)

21Un aspect intéressant de cet infléchissement vers un champ d’écriture pratiquement à l’opposé du littéraire se trouve dans le rapport que l’auteur va développer avec ce que l’on peut nommer sans trop d’anachronisme les nouveaux médias de l’époque, la presse et les revues. La presse, en particulier viennoise, a joué un rôle déterminant dans les débuts littéraires de Bertha von Suttner en publiant ses premières nouvelles écrites dans le Caucase. Non seulement elle continuera à y publier mais elle sait aussi y développer un réseau de connaissances et d’amis qui lui seront d’un grand secours par la suite. Après le succès de la publication, sous son nom cette fois, de Die Waffen nieder!, le journal libéral de Vienne Die Neue Freie Presse lui a, on l’a vu, largement ouvert ses pages, car on ne refuse rien à l’auteur de Die Waffen nieder!10. En 1891, elle y avait publié un article qui marque son entrée dans la sphère publique :

  • 11 cf. infra, chap. VII, 1891, L’année de tous les changements.

Quel ne fut pas mon joyeux étonnement, lorsque dès le 3 septembre en ouvrant le journal j’aperçus en première page mon article flanqué d’une note de la rédaction disant que « personne n’était plus en droit de prendre la parole sur la question soulevée que l’auteur de Die Waffen nieder ». (M, p. 204)11

  • 12 Émile Bourgeois ( 1857-1934) Professeur d’histoire à la Sorbonne à partir de 1895, spécialiste du X (...)

22La connaissance que Bertha von Suttner a de la presse de son époque est étonnante, on trouve dans sa correspondance comme dans ses Mémoires mention de presque tous les titres importants non seulement en langue allemande mais aussi en français, anglais et américain. La Westminster Gazette, le daily Telegraph, le Corriere della Sierra, le Figaro, l’Echo de Paris, le Tagblatt danois, le Budapester Tagblatt côtoient le Berliner Tageblatt, le Neues Wiener Tageblatt ou la North American Review. Et ce n’est pas là simple étalage de titres, elle s’informe sur les journaux, leurs lecteurs, leur impact, elle analyse par exemple la presse nationaliste française avec Émile Bourgeois, son allié dans la lutte pour la paix12 :

Nous parlons entre autres de la presse nationaliste française. Je me plains de son ton calomniateur, surtout dans cette presse que le peuple lit – « ce n’est pas si grave. Nulle part le peuple, et en particulier les ouvriers, ne lit autant les journaux que chez nous, mais personne n’en croit un mot. L’ouvrier français achète un journal, le lit, le tourne en blague (blagiert es) et s’en fiche »… (M, p. 467)

23Elle n’a que mépris pour la presse de boulevard, de quelque pays qu’elle soit, la traitant même de « presse Jingo » :

  • 13 Sur le terme Jingo, cf Webster’s Dictionary qui date le terme d’avant 1518 « comme désignant la lit (...)

Une notice tirée de la presse Jingo que j’ai découverte dans la montagne de voix de presse amassées entre-temps à la maison m’a fait une impression plutôt amusante et comique par sa façon mal intentionnée de tordre les faits, à moins que ce ne soit là véritable et incommensurable ignorance… (M, p. 364)13

  • 14 Albert Comte Apponyi (1846-1933) de vieille noblesse hongroise, député au parlement depuis 1872 où (...)
  • 15 Lettre du Comte Apponyi à Bertha von Suttner, Budapest 27 mars 1900. Lettre reproduite dans les Mém (...)

24Elle n’a de cesse de reprocher aux journalistes d’être par leurs prises de position et leurs analyses en faveur des conflits « les complices actifs des dépeçages de leurs frères humains » et, alors même qu’elle est présente à La Haye en 1899 en qualité de correspondante de presse, elle n’hésite pas à adresser au rédacteur du Berliner Tageblatt qui a eu le malheur de ne pas rendre compte des débats lors de la Conférence une lettre vindicative où elle exprime sa « consternation et ses regrets ». La réponse polie mais cinglante du rédacteur qui « au vu de l’attitude hostile dont ont fait preuve les membres du congrès à l’égard de la presse, considère que la Journalistik n’a pas à s’abaisser en ‘antichambrant’ les divers hommes d’État », n’est évidemment pas du goût de Madame la Baronne qui, par ailleurs, partage la légitime irritation des journalistes exclus des séances de la Conférence. Elle ne peut s’empêcher de conclure l’incident par cette réflexion : « Un point de vue irresponsable ! Les événements doivent être communiqués en fonction de leur importance par la presse et non en fonction des susceptibilités des journalistes. » (M, p. 460). Mais son intérêt pour la presse va plus loin. En 1900, elle suit par exemple de près le projet du Comte Apponyi, parlementaire hongrois, qui veut créer une Association pacifique internationale de la presse14. Construite et soutenue par l’Union interparlementaire fortement implantée dans les principaux pays européens, cette Union de la presse doit avoir et garder une ligne rédactionnelle constante à l’inverse des grands quotidiens qui,sous l’alibi de la publication sporadique de quelques articles de personnalités isolées, mènent une politique systématique de mise à l’écart, voire de dénigrement du mouvement pour la paix : « Seule la prise de position constante, conséquente de la rédaction produit l’efficacité de l’action de la presse »15. Bertha von Suttner n’est pas seulement une lectrice attentive de la presse nationale et internationale de son temps, elle a parfaitement saisi l’importance de ce support de plus en plus médiatique dans la diffusion des idées et des grandes causes, comme celle de la paix. Elle exprime ses regrets au lendemain de la première Conférence de La Haye en mai 1899 :

Dommage que les rapports de cette séance avec les textes exacts des motions n’aient pas été immédiatement télégraphiés dans toutes les régions du monde et n’aient pas été diffusés et commentés par tous les journaux. (M,455)

25Depuis le début de son engagement, elle a fait de la presse, celle de Vienne d’abord avec la Neue Freie Presse puis peu à peu celle de l’Europe et du monde, l’Amérique en particulier, un instrument de sa campagne de pacifiste et un diffuseur de ses idées. Elle est prompte à envoyer un article à la presse, comme elle l’avait fait dès 1891, mais elle est aussi habile à se faire attribuer l’exclusivité de la rédaction d’un article sur la Conférence de La Haye en 1899, profitant du départ inopiné du correspondant attitré du journal :

2 juin, le Dr Frischauer repart. Il prend congé de nous et me laisse la tâche de communiquer à la Neue Freie Presse par télégrammes et correspondances tout ce qui se passe ici d’intéressant (M, p. 461).

  • 16 Au même moment, en décembre 1897, Marguerite Durand fonde le journal La Fronde écrit par des femmes (...)
  • 17 Gisela Brinkler-Gabler, Kämpferin für den Frieden : Bertha von Suttner, Lebenserinnerungen, Reden u (...)

26Une telle fréquentation, dans la durée, du monde journalistique va laisser des traces et la formulation par voie de presse va certes infléchir le style de Bertha von Suttner mais aussi l’obliger à donner à ses idées une force incisive que la romancière noyait encore dans un récit non dénué de clichés ou incarnait dans des personnages stéréotypés. De plus, elle inscrit Bertha von Suttner dans un champ d’écriture, celui des femmes journalistes, encore très peu ouvert aux femmes.16. Dans ce domaine durablement misogyne, Bertha von Suttner sait, non sans mal, trouver sa place et imposer son style de « journaliste critique »17.

  • 18 Cf. chapitre V, Retour en Europe.

27La revue est, à côté de la presse nationale et internationale de son temps, l’autre media auquel Bertha von Suttner accorde une attention particulière. Cet intérêt remonte au séjour dans le Caucase, où elle se montrait déjà une lectrice assidue de la Revue des Deux Mondes qu’elle reçoit et commente régulièrement, ce qui laisse supposer que les époux Suttner y étaient abonnés Mais d’autres lectures, dont celle de Thomas Henry Buckle, l’ont aussi amenée à s’intéresser très tôt à une autre revue, beaucoup plus ancienne puisque créée à Londres en 1731 et encore très répandue dans les milieux cultivés de l’Europe jusque dans le dernier quart du XIXe siècle, The gentleman’s Magazine. Conçue au départ comme « a collection of all Matters of information and amusement », la revue, longtemps sous-titrée Historical review, reprenait force articles des journaux les plus influents de Londres et des grandes villes anglaises et y ajoutait ses propres commentaires. Un temps,avec la complicité de Samuel Johnson ami du fondateur Edward Cave, des rapports sur les débats parlementaires y furent insérés, très vite interdits sous peine d’emprisonnement. Puis, au fil de sa longue parution continue pendant plus de deux siècles, la revue n’a cessé d’élargir le champ de ses enquêtes et la nature de ses informations, y ajoutant de plus en plus ses propres articles et devenant un élément incontournable des bibliothèques publiques et privées. On a, du reste, une idée assez précise du rôle et de l’importance que Bertha von Suttner pouvait attribuer aux revues de son temps par le récit qu’elle fait, dans ses Mémoires mais aussi dans ses diverses correspondances, des expériences vécues dans ce domaine lors de son séjour à Paris pendant l’hiver 1886-1887.18 Elle a vu la Revue des Deux Mondes régner en grande maîtresse de la vie culturelle et politique de la capitale, mais elle a aussi assisté aux efforts de Madame Juliette Adam pour créer La nouvelle Revue, d’abord intitulée L’esprit libre, aux accents ouvertement revanchards. Et avoir vu une femme, fût-elle écrivain, se lancer ainsi dans un projet quasi exclusivement réservé aux journalistes-hommes, a visiblement impressionné une Bertha von Suttner pourtant fort rétive aux diatribes guerrières de la dame. Elle en gardera le souvenir de la ténacité indispensable à la réussite d’une telle entreprise et la conviction très forte de l’efficacité inégalée de l’instrument moderne de diffusion qu’est la revue.

28Et c’est ainsi que, forte du succès de son roman Die Waffen nieder!, « électrisée » – c’est son terme – par sa première expérience de l’engagement pour la cause de la paix à Venise et auréolée de ses tout récents succès d’oratrice publique à Rome, Bertha von Suttner fait paraître le 1er février 1892 une revue dont elle s’affirme d’emblée comme la responsable en chef :

Die Waffen nieder! Monatsschrift zur Förderung der Friedensidee, herausgegeben von Baronin Bertha von Suttner 

29avec, dans l’en-tête de l’original, cette répartition des rôles et des adresses qui en dit long sur la hiérarchie qui règne dans la direction :

Les envois rédactionnels sont à adresser à la responsable de publication, château de Harmannsdorf, Basse-Autriche. Toutes les autres expéditions, communications, envois d’argent doivent être adressés à la maison d’édition de Alfred-H. Fried & Cie, Berlin, 35 Potsdamerstrasse.

30Baronne et château, Bertha von Suttner imprime jusque dans la domiciliation de sa revue son identité d’aristocrate autrichienne dont elle se revendiquera toujours, inscrivant son parcours dans une continuité quasi historique où, malgré tout, elle se reconnaît.

31Le projet était, en fait, venu de Fried qui avait, par son enthousiasme, facilement réussi à convaincre Bertha von Suttner de la nécessité d’un tel organe pour faire connaître les buts d’un mouvement en voie de gagner l’ensemble de l’Europe. Il espérait ainsi diffuser plus largement les activités du Bureau international de Berne et celles des diverses sociétés pour la paix déjà existantes mais aussi solliciter directement les dons et les bonnes volontés encore bien réticentes en ces débuts du mouvement. Certes, Bertha von Suttner reconnaît sa dette envers le jeune éditeur de Berlin : « la lettre était de feu et j’acquiesçai. De ce jour et jusqu’à aujourd’hui A.H. Fried a été le plus empressé de mes compagnons de lutte » (M, p. 240). Mais, très vite elle fait de la revue sa chose, presque son enfant quand elle écrit par exemple dans une lettre de novembre 1892.

  • 19 Lettre du 1er novembre 1892, Archives Fried-Suttner ONU-Genève.

On parle de ma revue dans toute la presse européenne – à Paris on en a même traduit des passages […] Toutes les Sociétés pour la paix me sont énormément reconnaissantes pour la mise au jour (Inslebentreten) de ce journal – j’ai reçu des lettres de remerciements et de félicitations d’Italie, de Belgique, de Francfort etc. etc. : enfin, tout ce que je souhaitais depuis si longtemps !19

  • 20 Elle lui consacre un chapitre entier de ses Mémoires. VIIe partie, chapitre 41.

32Jusqu’en 1899, elle va nourrir la revue de ses innombrables contributions mais aussi se montrer habile, voire tenace, à gagner la collaboration de grands noms de toute l’Europe. Ainsi, elle tente d’arracher un article à Alfred Nobel : « Do me a favour-I want for my Journal a reflexion with reference to dynamit.. ». Nobel, quelque peu interloqué par la demande, ne donnera pas suite. Elle se félicite sans complexes d’avoir su s’adjoindre « les collaborateurs les plus éminents ». Et s’il est vrai que la notoriété de certains perdure jusqu’à aujourd’hui comme Björnstjerne Björnson ou Léon Tolstoï, d’autres, quelque peu oubliés entre-temps, étaient alors des célébrités comme Bartholomäus Carneri, Friedrich Jodl, Ludwig Fulda, Peter Rosegger, Moritz Adler ou le peintre russe Wereschtschagin, dont les tableaux de champs de bataille dévastés découverts lors du séjour caucasien, avaient fondamentalement influencé sa perception des horreurs de la guerre20 :

« Je l’ai prié alors de bien vouloir répéter, ce qu’il venait de dire, dans un article qu’il ait l’obligeance d’envoyer à ma revue. Il a exaucé cette prière et dans les n° 7 et 8 de l’année 1893 Wereschtschagin a publié les souvenirs mentionnés plus haut et bien d’autres choses encore » (M, p. 285)

33La rédaction de ses propres contributions comme la quête incessante d’articles signés de noms célèbres font désormais partie des ‘travaux de propagande’ et occupent une large place dans ses activités d’écriture. De plus en plus cette écriture s’implique dans la réalité du moment, dans l’événementiel planétaire. Ainsi au moment le plus crucial de la guerre entre les États Unis et l’Espagne à propos de Cuba, en 1898, Bertha von Suttner fait paraître le numéro de mai de sa revue encadré de noir, avec en première page le texte suivant :

par l’encadrement de deuil de notre page nous annonçons ici la nouvelle que dans la dernière semaine d’avril 1898 – si près de l’avènement d’un nouveau siècle – l’effroyable furie porteuse de la vieille barbarie est de nouveau déchaînée. (M, p. 392)

  • 21 Cf infra, note 26, p. 123.
  • 22 Cf même chapitre, infra p. 242.

34Il est impossible de passer ici en revue tous les numéros de Die Waffen nieder!, la revue est mensuelle et produit bon an mal an quelque 500 pages. De surcroît une analyse exhaustive des numéros risquerait d’être contre-productive tant les thèmes abordés se répètent et le style prescrit par la rédactrice en chef s’impose dans tous les articles. Les tables des matières annuelles, par contre, sont une mine de renseignements sur les collaborateurs, les champs d’action privilégiés par la revue, la vie des associations et même les lectures recommandées du moment. Celle de 1892, par exemple, apporte nombre d’informations sur la conception de la revue : outre les articles et notices qui constituent la première partie, on trouve, dans une seconde partie, des informations sur les traités d’arbitrage de par le monde mais aussi sur la vie des associations pour la paix réparties dans toute l’Europe. Une large place y est faite à quelques ténors internationaux du mouvement pour la paix, Hodgson Pratt, Lord Dufferin, Lord Salisbury, Frédéric Passy, Jules Simon, leur contribution se bornant le plus souvent à une ‘lettre à la rédactrice’ en forme d’encouragement. Dans une troisième partie intitulée « audietur et altera pars », Bertha von Suttner renvoie à neuf articles « Pour la guerre » qu’elle prend soin – et plaisir – à réfuter point par point dans le numéro suivant. S’y ajoute la critique de trois articles de journaux conservateurs abondamment cités et la mention d’une « Réponse au cri : ‘Bas les armes’ » signé d’un certain Nilke Réné et qui n’est autre que le poème très militariste du jeune Rilke cité précédemment.21 Suit une rubrique « pour la paix » qui énumèrere les citations émanant des plus grands noms de la littérature, de Jean-Paul à Tolstoï, de Buckle à Björnson, de Nietzsche à Rahel Varnhagen, de Hauptmann à Lamartine, entre autres ! Un « passage en revue de l’époque (Zeitschau) » amorce ce que Bertha von Suttner appellera plus tard des « Remarques en marge de l’époque (Randglossen) et complète ce tour d’horizon, la partie VI étant consacrée aux Sociétés et associations, au Bureau de Berne et aux conférences internationales. Suit une brève bibliographie d’ouvrages portant sur la paix ou la guerre, et la table des matières pour l’année 1892 se clôt sur une dernière rubrique intitulée ‘boîte aux lettres’ qui laisse la parole à ses lecteurs et lectrices, ces dernières étant souvent anonymes mais bien présentes. La revue restera fidèle à cet ordre de présentation jusque dans ses ultimes parutions, avec parfois des bio- et bibliographies plus étoffées comme en 1897, les nécrologies de compagnons de route, dont celle de Moritz von Egidy placée en tête du cahier N° 1 de 1899, ou encore des « réflexions de personnalités remarquables à propos du manifeste du Tsar » parues dans le n° 10/11 de 1898. Les divers cahiers, d’une vingtaine de pages, réservent quelques surprises comme le N° 1 de l’année 1895 avec une nouvelle de Ivan Tourgueniev « Pendez-le ! », récit des guerres contre Napoléon ou le N° 1 de 1894 où paraît le chapitre extrait de Vor dem Gewitter relatant l’enquête menée auprès des hôtes d’un salon viennois sur leur perception de la Société autrichienne des amis de la paix22.

35Bertha von Suttner n’est pas seulement la rédactrice en chef de la revue, elle en est aussi la fournisseuse en chef, guère de numéros sans un article, une réflexion, un extrait de roman en cours, un rapport sur la situation des diverses associations, un bilan de congrès ou une ‘Zeitschau’ émanant de sa plume. Ce qui frappe dans ses contributions c’est la diversité de leur formulation : notes très subjectives, presque intimes comme « Mon séjour à Berlin » ou « Echos après Rome », discours-programme affirmé comme « Notre plate-forme », lettres officielles adressées de Berlin ou Turin. Toutes ces contributions reflètent à la fois l’intensité de l’engagement public et l’expérience acquise en matière d’écriture par la femme de lettres. Il en résulte des textes très particuliers faits de longs développements politiques ou historiques un peu appris, ponctués de remarques personnelles, de brefs récits d’expériences souvent amères qui apportent une note d’authenticité tranchant sur le continuum souvent pompeux des contributions masculines. Une autre singularité des apports de Bertha von Suttner à sa revue tient à sa vision du domaine d’action propre au mouvement pacifiste. Loin de s’exprimer dans un cadre étroitement national – si puissant que soit encore l’Empire austro-hongrois –, elle s’adresse à toute l’Europe de son temps, dans laquelle elle inclut l’Empire russe, dont le Tsar Nicolas II s’est, on l’a vu, manifesté ouvertement pour la paix sur le continent. Ainsi, dans le lot parfois répétitif des articles portant sur la guerre, la paix, sur le désarmement, sur une nouvelle éducation des peuples, sur les fondements éthiques de la paix, sur les tribunaux d’arbitrage ou sur un nouveau droit des peuples reposant sur l’entente, la fraternité et la paix durable, les articles de la rédactrice en chef se distinguent par des titres plus larges, plus internationaux, plus européens tels que « Die europäische Angst (La peur européenne) » (N° 3, 1892) ou « Die europäische Lüge (Le mensonge européen) » (N° 1, 1896). Ce dernier texte est particulièrement intéressant par ce qu’il reflète de la démarche journalistique de Bertha von Suttner. À partir de quelques  phrases glanées dans un journal militariste, elle se gausse d’abord du décousu de l’argumentaire puis pointe avec malice une faute d’impression qui transforme le terme Wehrhaftigkeit (capacité à se défendre) employé à l’origine en Wahrhaftigkeit (/sincérité). Elle déconstruit à la lumière de cette erreur typographique toute l’argumentation du texte à son profit ou plutôt au profit de la paix à venir :

par la grâce d’une seule syllabe changée, il [l’article] annonce avec une surprenante clarté ce qui à vrai dire est nécessaire – car un rayon de sincérité (Wahrhaftigkeit) tombant sur le brouillard qui pèse sur les malheureuses nations d’Europe et s’en serait fini de la menace, de l’hostilité et de tout armement agressif.

36Tout le texte joue sur cette confusion des termes, montrant comment la Wahrhaftigkeit affichée par certains responsables politiques en Europe n’est qu’hypocrisie et mensonge et ne sert qu’à cacher les progrès en matière de Wehrhaftigkeit propre à chaque nation : « ce ne sont pas là des manières civilisées » ajoute Bertha von Suttner qui évoque « la surdité internationale devenue institution ». Puis elle en vient à son propos et retourne les termes pour les accommoder à son propre discours :

face à la guerre du futur, tout, tout doit être tenté pour l’empêcher et cela la Wehrhaftigkeit des peuples ne peut le faire, seule la Wahrhaftigkeit des peuples et celle de leurs dirigeants peuvent y arriver.

37Et c’est sur une nouvelle pirouette linguistique – encore un simple changement de voyelle mais volontaire cette fois – que s’achève le texte. Intitulé au départ, « suivant les bons et traditionnels usages journalistiques », Die europäische Lage (la situation de l’Europe ), le titre se change sous la plume narquoise de Bertha von Suttner en Die europäische Lüge (le mensonge de l’Europe), ce qui, à ses yeux, est bien plus conforme à son propos.

  • 23 Die Waffen nieder! Zeitschau, n° 1, 1899
  • 24 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Se (...)

38Certes, tous les articles signés Bertha von Suttner, ne sont pas de cette veine polémique qui s’apparente à l’art difficile du libelle politique, la plupart sont soit une chronologie de l’année détaillée dans la rituelle Zeitschau soit une solide présentation de faits marquants comme le manifeste du Tsar, les divers conflits dans le monde ou les derniers développements de l’Affaire Dreyfus. On peut du reste constater à cette occasion à quel point Bertha von Suttner est bien renseignée, elle qui écrit fin décembre 1898 : « Et voilà que quelque chose de fort réconfortant s’est produit : la conjonction des « Intellectuels » avec les milieux ouvriers »23 Employer ainsi « Intellectuels » entre guillemets, suppose qu’elle a eu connaissance de la pétition qui vient d’être lancée en faveur de Dreyfus sous le nom de « manifeste des Intellectuels » et qui marque l’implantation du terme en France.24

Interférences

39Au fur et à mesure que l’engagement pour la cause de la paix gagne du terrain et s’impose à Bertha von Suttner comme une véritable et dévorante ‘mission’, l’équilibre jusque-là assez bien sauvegardé entre les deux écritures, littéraire et « propagandiste », menace à tout instant de se rompre. L’évolution est particulièrement nette dans les années 1894-1898 où la désormais illustre pacifiste court les congrès et commence à parcourir la planète tout en publiant son énième roman qui, comme tous les autres, « lui tient particulièrement à cœur » et, comme tous les autres, bénéficie d’un curieux titre Schach der Qual ! (Echec et mat à la souffrance !). Classé Phantasiestück par son auteur, l’ouvrage commence effectivement comme un conte de fée des temps modernes :

  • 25 Schach der Qual ! Exemplaire avec dédicace, « Vienne, février 1909. À quelqu’un qui comprendra tout (...)

Le prince Roland était un homme extrêmement riche, il possédait châteaux et palais, villa et usines, mines d’argent et mines de charbon, actions et papiers d’État, assez pour jouir pleinement de toutes les joies de la vie que procure la richesse25

40Désabusé par les excès d’une société de consommation avant l’heure, le héros ne peut que constater son échec d’écrivain amateur – ce qui était déjà le thème d’un des premiers romans de Bertha von Suttner, Le roman d’un écrivain –. Il se tourne alors vers le monde et tente de répondre, en distribuant généreusement sa fortune puis en s’engageant dans l’action militante, à l’appel de plus en plus assourdissant de la souffrance des autres. Rien de bien neuf dans la trame romanesque si ce n’est qu’elle se rétrécit singulièrement au fil des chapitres jusqu’à n’être plus qu’une parenthèse minimaliste lorsqu’il s’agit d’évoquer une passion naissante, phénomène mineur dans la vie du héros davantage pris par la préparation d’une conférence internationale de la paix dont il est l’initiateur. Un dernier chapitre en forme de discours d’une vingtaine de pages s’enflamme pour ‘l’âme européenne’ et le roman, si peu romanesque, se termine sur un constat relevant plus de l’ordre politique international que de l’imbroglio propre au genre et trouve enfin son dénouement dans la fondation d’une union des États pour la paix, le tout sur fond d’apothéose quasi mystique :

Je déclare donc close l’assemblée constituante des puissances alliées de l’Europe. C’est un bel et profond acte de foi, que lors de la mort du Christ le ciel se soit assombri et qu’ait retenti une lamentation jaillie de la terre entière. Certes, il est bon que le soleil se voile quand la bonté, la grandeur, la divinité annonciatrice de paix meurt sur la croix. Dans ce sens, au moment où retentit en tous pays l’annonce faite plus haut, le soleil devrait briller doublement au firmament et une jubilation pleine d’allégresse faire vibrer les airs. (SQ, p. 208)

  • 26 On retrouvera ce roman ainsi que les derniers ouvrages ‘littéraires’ de Bertha von Suttner au chapi (...)

41Par la suite, les romans proprement dits se font de plus en plus rares et surtout se transforment systématiquement en mémorial du mouvement de la paix, en histoire de son évolution et même en panégyrique de ses principaux acteurs et actrices. Le dernier en date, Der Menschheit Hochgedanken (Les hautes pensées de l’humanité), qui paraît – et ce n’est pas un hasard – en 1910 à la maison d’édition de la Friedenswarte, la revue qui a succédé à celle de Bertha von Suttner Die Waffen nieder!, signe ainsi le triomphe de l’action militante sur la création romanesque, de la pacifiste sur la romancière. Le roman devient source de renseignements sur le mouvement de la paix et sur son expansion universelle, puisque les États-Unis visités entre-temps par Bertha von Suttner y jouent un rôle de premier plan.26

42Bertha von Suttner, si convaincue qu’elle soit de son destin littéraire, est consciente du glissement qui s’opère dans ses écrits. Ses Mémoires rédigées à partir de ses journaux intimes, témoignent de cet éloignement du domaine de la fiction et de l’emprise de plus en plus grande de son engagement sur son écriture. Elle y note avec lucidité et une pointe d’effroi l’inexorable avancée du phénomène qui apparente de plus en plus son journal à ce qu’elle appelle une « chronique politico-historique » :

Si je continue à me replonger dans l’année 93 et que, pour rafraîchir ma mémoire, je feuillette dans mon journal, je m’aperçois que ce ne sont pas les choses vécues personnellement mais les événements historiques qui me touchent et tout particulièrement ces figures politiques qui se sont signalées dans le domaine des questions de la guerre et de la paix. Quelle différence avec les notices et les images/souvenirs du temps de ma jeunesse ! Là, au centre, il y avait ma propre personne et face aux événements du moment une telle incompréhension, une telle indifférence que c’est à peine si je savais ce qui se passait (M, p. 293)

43Exposée à l’actualité et à une présence publique peu habituelle chez une femme mais convaincue de la singularité de son itinéraire et de son implication personnelle dans un processus historique, Bertha von Suttner invente alors une sorte d’écriture autobiographique in progress avec des stratégies qui vont lui permettre de suivre au plus près l’évolution de son temps et de son parcours tout en se ménageant des temps de réflexion à distance. Peu à peu, le journal intime se construit en parcours-relais et, se projetant dans un autre temps, dialogue avec un autre siècle :

J’ai, lorsque je tiens mon journal, pris l’habitude en reportant des situations qui sont menaçantes ou pleines de promesses, d’y mettre un astérisque, de tourner une douzaine de pages blanches et de noter au bout : « eh, bien qu’en est-il ? Voir p.* ». Ensuite, quand, continuant à écrire, je tombe inopinément sur cette question, je peux alors y répondre. De même je pose la question à un lecteur très très lointain, qui aura sorti ce volume d’un fouillis poussiéreux : « et maintenant qu’en est-il advenu, avais-je raison ? ». Que ce lecteur alors écrive la réponse en marge, je vois déjà la notice : « oui, Dieu merci ! » (19??). (M, p. 313)

  • 27 Die Haager Friedenskonferenz. Tagebuchblätter von Bertha von Suttner, Dresde, Pierson 1900.(2e edit (...)

44Dans les dernières années du siècle, le journal est toujours aussi fidèlement tenu, les archives de la Bibliothèque de l’ONU à Genève font état de 11 volumes entre 1900 et 1914, mais il n’a plus rien d’intime, c’est bien plutôt une machine enregistreuse à des fins de rapports ultérieurs : « je m’aperçois que mon journal n’a pas enregistré avec exactitude les phases de négociations de la Conférence [VIIe Congrès de la Paix à Budapest en 1896] ». La structure même du journal prend de plus en plus la forme d’un mémento récapitulatif, le journal s’est extraverti, à la fois chronique succincte des événements et support de la mémoire, il se fera même ouvrage publié en bonne et due forme sous le titre éloquent La Conférence de La Haye. Pages de journal de Bertha von Suttner27.

45Celle-ci n’a pas toujours pratiqué l’art du journal intime de cette manière. Dans sa jeunesse, avec son amie Elvira, elle en avait fait à l’instar de toutes les adolescentes de l’époque le confident des premiers émois et échecs amoureux. Dans le Caucase, les époux avaient mené un journal à quatre mains, source d’une première œuvre autobiographique Es Löwos. L’usage qui est alors fait du journal est conforme au genre toléré dans l’éducation des filles de la bonne société où le journal intime constituait l’un des rares espaces d’introspection et d’écriture laissé aux femmes. Par ailleurs, Bertha von Suttner, qui a rencontré sur la Riviera la mère de Marie Bashkirtseff, connaît le journal que cette dernière a tenu entre 1873 et 1884, date de sa mort et qu’elle voulait voir publier au point d’écrire une préface à son propre journal. Et, sans doute, la baronne Suttner, se souvenant de l’adolescente qu’elle fut, a-t-elle médité et peut-être souri en parcourant cette préface qui ne manque pas de panache :

  • 28 Marie Bashkirtseff, Préface au Journal, ed. par Lucile Le Roy, Ed. Âge de l’homme, vol. I.

Vous pouvez donc être certains, charitables lecteurs, que je m’étale dans ces pages tout entière […]. Quand je serai morte, on lira ma vie que je trouve, moi, très remarquable. Mais je hais les préfaces… et les avertissements des éditeurs. Aussi, j’ai voulu faire ma préface moi-même […] Si je ne vis pas assez pour être illustre, ce journal intéressera les naturalistes : c’est toujours curieux, la vie d’une femme, jour par jour, sans pose, comme si personne au monde ne devait jamais la lire et en même temps avec l’intention d’être lue…28

46Mais alors que dans le journal de Marie Bashkirtseff le Moi « s’étale dans ces pages », Bertha von Suttner a depuis longtemps abandonné l’étalage de sa petite personne au profit d’une cause à laquelle elle s’identifie sans partage :

Maintenant j’inscrivais dans mes journaux tout ce qui se rapportait à ce combat qui se jouait entre l’idée nouvelle et les vieilles institutions – c’était le fil rouge dont je cherchais la trace dans la trame de l’histoire au jour le jour. (M, p. 341)

  • 29 Béatrice Didier, L’écriture – femme, Paris, 1981, p. 184.

47En ce sens, elle témoigne de l’évolution que connaît en son temps l’écriture autobiographique des femmes. D’un côté il y a le Journal tel que le conçoit Marie Bashkirtseff et tel que le définit Béatrice Didier dans son étude sur l’écriture féminine : « le journal intime est à la recherche d’un Dedans, d’un espace intérieur qu’il a justement fonction de délimiter ou de créer : l’espace de la rêverie ».29 De l’autre, l’histoire de vie, commencée avec George Sand, devient une autre écriture autobiographique des femmes qui y retracent leur itinéraire personnel tendant soit à l’écriture soit à l’engagement qu’il soit intellectuel ou politique. C’est la conséquence logique d’une entrée des femmes dans la sphère publique et de la vision complètement revisitée de l’individu, indépendamment de son sexe et de sa position sociale, dans la société :

  • 30 George Sand, Histoire de ma vie, in : Œuvres autobiographiques ed. Georges Lubin, Bibliothèque de l (...)

Tout concourt à l’histoire, tout est l’histoire […] il est donc certain que les détails réels de toute existence humaine sont des traits de pinceaux dans le tableau général de la vie collective30

48C’est d’ailleurs le moment où paraissent dans les pays de langue germanique un certain nombre d’autobiographies émanant de femmes de tous les milieux et de tous les engagements. Parmi les plus représentatives, on retiendra Mémoires d’une socialiste de Lily Braun, publiées en deux volumes, Lehrjahre/Années d’apprentissage (1909) et Lebenskampf/ Combat d’une vie (1911), et qui retrace l’itinéraire d’une femme de l’aristocratie gagnée à l’engagement politique et tentant d’ouvrir à ses consœurs le monde de la social-démocratie. Plus ancien mais très remarqué, Meine Lebensgeschichte de Fanny Lewald parue à Berlin en 1861-1863, refait la longue traversée du siècle d’une femme issue de la bourgeoisie juive optant pour l’émancipation par l’écriture et offre une réflexion quasi sociologique sur la situation des femmes au XIXsiècle. Enfin, dans un tout autre registre, Die Jugendgeschichte einer Arbeiterin que publie en 1909 Adelheid Popp, constitue la toute première autobiographie d’une femme ouvrière à l’aube du XXsiècle. Chacun de ces ouvrages est emblématique à sa manière de cette nouvelle écriture autobiographique des femmes qui inscrit, comme le soulignait George Sand, le récit personnel dans l’histoire de tous :

  • 31 George Sand, Histoire de ma vie, op. cit., p.306 ( I, XIV)

toutes les existences sont solidaires les unes des autres et tout être humain qui présenterait la sienne isolément, sans la rattacher à celle de ses semblables, n’offrirait qu’une énigme à débrouiller31

  • 32 id. I, 1, p. 7.

49Mais c’est sans nul doute entre George Sand et Bertha von Suttner pratiquant une écriture autobiographique ouverte sur son siècle que les points de convergences sont les plus évidents. Ainsi, quand Bertha von Suttner fait de son journal un parcours-relais destiné à rafraîchir la mémoire, on peut y voir une réminiscence de ces quelques lignes de George Sand, employant alors l’image fort proche du ‘jalon’ : « la plupart de ces fragments n’ont jamais été publiés et me serviront de jalons pour l’examen que je vais faire de ma vie »32. Le rapprochement est plus frappant encore lorsque l’épistolaire devient, de par sa publication par son auteur, un genre littéraire à part entière. À la phrase citée plus haut, George Sand ajoute en effet :

  • 33 Ibid.

Quelques-uns [de ces fragments] seulement ont pris une forme à demi confidentielle, à demi littéraire, dans des lettres publiées à certains intervalles et datées de divers lieux. Elles ont été réunies sous le titre Lettres d’un voyageur.33

50Les Mémoires de Bertha von Suttner ont connu un succès immédiat et universel, elles n’en représentent pas moins pour l’époque un défi dont on n’a pas toujours pris la mesure car qui dit Mémoires en cette fin de siècle pense immanquablement à un texte écrit par un homme, célèbre ou de pouvoir, remarquable par ses actions dans les domaines politique ou culturel ou grand chef de guerre et meneur de conquêtes. Napoléon, Bismarck fournissent pour l’époque les modèles du genre mais d’autres noms – tous masculins – restent étroitement associés à des Mémoires comme Casanova et, plus anciens mais toujours lus, le Cardinal de Retz, le Cardinal de Richelieu, Sully, Bassompierre et bien d’autres. Lorsque dans la génération de Bertha von Suttner, une femme publie son autobiographie sous forme de Mémoires, elle a toujours grand soin d’encadrer le terme. Dans les Memoiren einer Sozialistin, Lily Braun se garde bien de reprendre le mot Mémoires dans son texte et privilégie la formule goethéenne de ‘Lehrjahre’, d’années d’apprentissages. De même Malwida von Meysenbug qui publie en 1869 ses Mémoires d’une idéaliste le fait anonymement et en français et ne récidive pas quand, beaucoup plus tard en 1898, elle fait paraître son Lebensabend einer Idealistin (Crépuscule d’une idéaliste). Quant à Fanny Lewald, elle prend soin dans Meine Lebensgeschichte d’y définir les critères intangibles d’un tel mode d’écriture :

  • 34 Fanny Lewald, Meine Lebensgeschichte, hg von G. Brinkler-Gabler, Frankfurt/Main, Fischer TB, 1980, (...)

Afin que l’on puisse écrire de telles Mémoires orientées sur la vie intérieure et extérieure, trois préalables sont indispensables : une mémoire qui ne soit ni corrompue ni abusée par l’imagination, une solide foi en la force et la puissance de conviction de la vérité et un chemin de vie, dont on n’ait, quoi qu’il en soit, pas à avoir honte34

51La même année que Bertha von Suttner, Marie von Ebner-Eschenbach, compatriote et auteure admirée par celle-ci, choisit de publier de simples Biographische Skizzen qui connaissent un grand succès. Bertha von Suttner est consciente du défi que représente pour une femme une telle entreprise. Déjà, dans son roman Die Waffen nieder! l’héroïne répondait à son fils qui lui faisait remarquer l’ambiguïté qu’il pouvait y avoir pour une femme à livrer elle-même sa biographie au public :

  • 35 Die Waffen nieder! Epilog, p. 676. Eine Lebensgeschichte est d’ailleurs le sous-titre donné au roma (...)

Je n’ai pu que dire ce qui s’est passé dans ma vie, dans le cercle limité de mes expériences vécues et de mes perceptions. Ces feuillets ce n’est qu’une histoire de vie (eine Lebensgeschichte).35

52La ‘mémorialiste’ Bertha von Suttner précise sa démarche dès les premières pages des dites Mémoires. Elle aussi ‘encadre’ à sa manière le terme et situe son récit dans des limites objectives dictées par les progrès techniques de son temps. La photographie puis le film à ses débuts – Die Waffen nieder! feront l’objet d’un film dès 1914 – servent ici de références pour justifier sa démarche autobiographique. « On a une caméra dans la tête », écrit-elle dans le premier chapitre et, d’emblée, elle cadre son récit dans le champ d’observation de la caméra. Elle sait, pour avoir suivi de près les progrès de la photographie, que l’on peut capter au plus près la réalité mais qu’il est aussi possible de retoucher l’image, voire de la couper. Ainsi, dès la première page, elle se trahit quelque peu lorsqu’elle écrit 

Si déjà je me laisse convaincre à écrire mes Mémoires, il doit alors en sortir un vrai livre de vie (Lebensbuch) […] Laisser les stations de ce long cheminement surgir à la suite les unes des autres devant mon regard intérieur et, sur ces feuilles, en photographier ce qui me paraît digne d’être reproduit. (M, 15)

53Ainsi, non sans habileté, elle déplace la perspective, se met elle-même dans la position du lecteur/observateur et livre son mode de lecture de l’autobiographique :

Je crois que pour le lecteur de Mémoires l’observation est toujours ce qu’il y a de plus fascinant, comment et par quoi certains destins, talents ou actes, que l’on connaît des auteurs de Mémoires, ont été préparés et se sont déroulés. De tout cela découlent toujours des connaissances et des leçons bien utiles (M, p. 92)

  • 36 P. Bourdieu L’illusion biographique, Actes de la Recherche en sciences sociales 62/63, 1986.

54En intégrant l’observation fine d’un contexte saisi dans son évolution, l’écrit autobiographique échapperait donc, à ses yeux, au danger de ’l’illusion biographique’36 comme à celui de l’hagiographie historisante, même si Bertha von Suttner lui confère toujours la fonction éminemment pédagogique et morale de relater, à la première personne, un destin forcément exceptionnel, une action d’éclat distinctive ou un talent artistique unique.

  • 37 Cf. chapitre VIII.

55Reste encore chez Bertha von Suttner un genre particulier qui va, de manière encore plus paradoxale que les autres, évoluer vers une écriture publique. On sait l’importance prise au cours des ans par la correspondance de et à Bertha von Suttner37. Volumineuse et polyglotte, elle constitue encore l’essentiel des fonds déposés dans les archives de la bibliothèque de l’ONU et du Ryksarchivet de Stockholm. Une partie des lettres écrites par Bertha von Suttner a cependant été publiée de son vivant et dans des formes qui rappellent le processus de publication décrit par George Sand. Il ne s’agit pas tant là des lettres reproduites dans divers chapitres des Mémoires et que Bertha von Suttner publie comme autant de témoignages de son action. Ce sont bien plutôt des lettres dont l’auteur accepte la publication dans les journaux et revues, donnant dès lors à un écrit intime le statut d’écrit public, en l’occurrence le statut de lettre ouverte. On en a un exemple dans l’échange de lettres qu’elle engage avec l’écrivain polonais Henryk Sienkiewicz en 1900 : « Je lui écrivis quelques lignes où j’annonçais que je voulais répondre par une lettre ouverte. Sur quoi Sienkiewicz me répondit :

  • 38 Le texte de H. Sienkiewicz est rédigé en français. Sienkiewicz (1846-1916), contemporain de B. von  (...)

Varsovie, 7 mars 1900
J’ai permis à un journal de Cracovie de publier la lettre par laquelle je vous ai répondu, car dans des circonstances si importantes, la plus grande publicité ne peut que profiter aux idées que vous, Madame, défendez avec une chaleur si digne d’admiration. La nouvelle que vous désirez me répondre par une lettre ouverte, me cause une véritable joie...
Acceptez, Madame, l’expression de ma très haute considération. »
(M, p. 503)38

  • 39 M.C. Hoock-Demarle, « Quand l’écrivaine publie ses lettres. De la lettre intime à la lettre ouverte (...)
  • 40 Id., l’Europe des lettres, op. cit., chap VI « L’Europe des épistolières ».

56Le fait n’est pas anodin car, de son propre chef, Bertha von Suttner choisit ainsi de diffuser ses idées en projetant dans le domaine public de la presse une forme d’écriture réservée à un échange intime entre deux personnes. Elle n’est certes pas la première à le faire mais elle prouve en agissant ainsi qu’elle a saisi la valeur émancipatrice du processus activé par quelques femmes-écrivains au milieu du siècle qui font de la lettre publiée l’instrument privilégié pour faire leur entrée dans la sphère publique, voire politique39. De Bettina von Arnim admonestant le roi de Prusse par lettres ouvertes interposées, qui deviendront un livre singulier sous le titre Ce livre appartient au roi paru à Berlin en 1843, à Rosa Luxemburg lançant de sa prison les Lettres de Spartacus en 1916, les exemples ne manquent pas d’une instrumentalisation de l’épistolaire spécifique aux femmes revendiquant leur place dans le siècle.40

57Et Bertha von Suttner pousse les choses encore plus loin, elle publie en 1904 un curieux ouvrage intitulé Briefe an einen Toten (Lettres à un mort), dédié à son mari décédé deux ans auparavant. L’entreprise a certes quelque chose de macabre mais elle démontre avec force la maîtrise de l’auteur dans l’utilisation du corpus épistolaire au service de la cause à défendre Reprenant les phrases même du testament de A. Gundaccar von Suttner : « Tu dois pour nous, pour la bonne cause continuer le travail, jusqu’à ce que tu arrives à la fin de la courte station qu’est la vie », elle reprend la plume et engage avec le disparu un curieux dialogue épistolaire à une voix :

  • 41 Briefe an einen Toten, (BT, p.) Dresde, Pierson’s Verlag, 1904, p. 8.

Je veux dialoguer avec toi. Et que les autres regardent par dessus mon épaule pendant que j’écris, tant mieux – alors de ces lettres naîtra un livre, le travail sera accompli et aussi le début d’un accomplissement de ton commandement. (BT, p. 8)41

  • 42 Briefe an einen Toten, p. 180.

58La suite témoigne de la difficulté encore très grande du passage de l’écriture intime à l’écriture publique. Parmi les vingt-trois lettres qui se succèdent, une dizaine, adressées au seul défunt, reprennent des détails de leur vie commune, la lente agonie du Baron ou les longues conversations autour de leurs œuvres ou de leurs engagements. Puis, s’intercalant entre les précédentes, cinq lettres constituent de véritables reportages sur les tragédies européennes du moment : lettre III, eine Königstragödie (une tragédie royale) qui rapporte les cruautés commises sur le couple royal en Serbie lors de l’émeute de 1903 ou lettre XV, Ingrimm (courroux) qui dénonce avec vigueur les pogromes contre les Juifs en Russie ou encore la lettre XIX, Lass Dir klagen (Écoute ma plainte) décrivant « ces enfers, honte de notre siècle, qu’on laisse se déchaîner devant nos portes dans les Balkans ou dans l’immense empire du Tsar »42 Quant aux dernières lettres, ce sont de vrais essais qui traitent de la politique des grandes puissances comme dans la lettre XX intitulée Zueinander aufgehen//Aller à la rencontre de l’autre), de l’Europe en devenir/ Das werdende Europa dans la lettre XXII ou encore, comme dans la lettre XXIII Wohin steuern wir ?/ Où allons-nous ?, des grands maux qui minent le monde, l’antisémitisme, le militarisme, le pangermanisme et des moyens d’imposer la paix quand rôde déjà le spectre de la « Weltkrieg ».

59Ainsi se mêlent, remaniés en écrits à caractère public, le journal intime qui se referme de plus en plus sur la prise de notes sans perdre totalement son rôle de confident, l’autobiographie sous forme de Mémoires, terme traditionnellement réservé aux figures historiques, hommes de guerre, princes régnants ou princes de l’esprit, à tous ceux qui font ou touchent à l’Histoire, les lettres adressées, par-delà la macabre fiction du destinataire mort, à la communauté européenne, voire universelle et qui se développent en essais sur le temps présent et en visions d’avenir. Dans chacun de ces domaines, Bertha von Suttner imprime sa marque moins d’écrivain que de femme engagée et toutes ces écritures fonctionnent – mieux que ses romans – comme de sûrs et percutants moyens de transmission de son action tout en témoignant de son inébranlable foi dans le pouvoir de l’écriture.

Notes

1 Cf. Infra, chap. VI, Écriture(s).

2 Les Diaries, conservés aux archives Fried-Suttner, UNO-Genève concernent de manière continue les années 1897-1914.

3 On peut citer ici comme exemples parmi bien d’autres Die Buddenbrooks. Verfall einer Familie de Thomas Mann (1901) et Professor Unrat de Heinrich Mann (1905).

4 L’Almanach de Gotha, guide de la haute noblesse et des familles royales européennes, créé en 1763 par le duc Frédéric III de Saxe-Gotha. Toujours rédigé en français, il est publié en Allemagne jusqu’en 1944.

5 Phantasien über den Gotha, von Bertha von Suttner. Mit einem Portrait, Dresden und Leipzig, Pierson’s Verlag 1894; Les numéros de pages indiqués après les extraits se réfèrent à cette édition.

6 Les numéros de pages renvoient à l’édition de Vor dem Gewitter, Wien, Verlag der literarischen Gesellschaft, 1894.

7 Sur le rôle et le statut social des consuls, représentants et gérants des intérêts de firmes étrangères dans les villes hanséatiques, cf. le roman de Thomas Mann Die Buddenbrooks (1901) où l’auteur, lui-même issu de ce milieu à Lübeck, décrit à travers trois générations le destin d’une famille de Brême appartenant au patriciat hanséatique.

8 Ethische Kultur : mouvement fondé par Felix Adler en 1876 aux États-Unis qui trouve un large écho à Berlin dans les années 90 avec Gregor von Gizycki (premier mari de Lily Braun) et Wilhelm Foerster. On y pratique une « religion de la morale », une éducation morale indépendante de la religion et de ses dogmes, le but de toute action étant le progrès moral en vue du bonheur de l’être humain. L’intérêt de Bertha von Suttner pour le mouvement berlinois est attesté par une lettre de Gizycki du 18 mai 1893 où il remercie B. von Suttner de l’envoi de sa revue et de « son aimable lettre et son bienveillant jugement sur notre revue.espérant que très bientôt Vous nous enverrez une contribution pour la revue », in Archives Fried-Suttner, Suttners Papers File 211, bibliothèque UNO-Genève.

9 l’auteur publie sous le titre « Enquête » dans sa revue Die Waffen nieder!, n° 1 /1894 ce chapitre extrait de Vor dem Gewitter.

10 Le Vorwärts, organe officiel du parti social-démocrate allemand enfin sorti du bannissement imposé par les lois bismarckiennes et dirigé alors par Wilhelm Liebknecht publiera en 1892 Die Waffen nieder! sous forme de feuilleton, genre extrêmement répandu à l’époque et qui a l’avantage de permettre à certaines classes sociales d’accéder à des ouvrages volumineux et coûteux et de s’en pénétrer par une lecture journalière et souvent collective.

11 cf. infra, chap. VII, 1891, L’année de tous les changements.

12 Émile Bourgeois ( 1857-1934) Professeur d’histoire à la Sorbonne à partir de 1895, spécialiste du XVIIe siècle et des relations internationales, auteur d’un Manuel d’histoire de politique étrangère, Paris, 1892-1898, 2 vol.

13 Sur le terme Jingo, cf Webster’s Dictionary qui date le terme d’avant 1518 « comme désignant la littérature anglaise populaire. Le terme s’emploie aujourd’hui pour caractériser un nationaliste extrême ou un État dominateur ».

14 Albert Comte Apponyi (1846-1933) de vieille noblesse hongroise, député au parlement depuis 1872 où il mène l’opposition au compromis austro-hongrois de 1867, il sera, après la Première Guerre mondiale, le chef de la représentation hongroise aux délibérations de paix à Versailles et l un des principaux auteurs du traité de Trianon. Il meurt à Genève en 1933 au siège de la Ligue des Nations, en assistant à l’ouverture de la Conférence sur le désarmement.

15 Lettre du Comte Apponyi à Bertha von Suttner, Budapest 27 mars 1900. Lettre reproduite dans les Mémoires p. 505 et suiv.

16 Au même moment, en décembre 1897, Marguerite Durand fonde le journal La Fronde écrit par des femmes pour les femmes et qui paraît jusqu’en 1905.

17 Gisela Brinkler-Gabler, Kämpferin für den Frieden : Bertha von Suttner, Lebenserinnerungen, Reden und Schriften, eine Auswahl, Frankfurt/Main, Fischer, 1982, p. 35.

18 Cf. chapitre V, Retour en Europe.

19 Lettre du 1er novembre 1892, Archives Fried-Suttner ONU-Genève.

20 Elle lui consacre un chapitre entier de ses Mémoires. VIIe partie, chapitre 41.

21 Cf infra, note 26, p. 123.

22 Cf même chapitre, infra p. 242.

23 Die Waffen nieder! Zeitschau, n° 1, 1899

24 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Seuil, 1996.

25 Schach der Qual ! Exemplaire avec dédicace, « Vienne, février 1909. À quelqu’un qui comprendra tout à fait ce que je veux, remis par Bertha von Suttner », conservé aux archives ONU, Genève, introduction, p. 1.

26 On retrouvera ce roman ainsi que les derniers ouvrages ‘littéraires’ de Bertha von Suttner au chapitre des analyses sur l’Europe et la paix, sur lesquelles ces ouvrages apportent nombre de réflexions et de prises de position fondamentales. (Chapitre XII, l’Europe selon Suttner)

27 Die Haager Friedenskonferenz. Tagebuchblätter von Bertha von Suttner, Dresde, Pierson 1900.(2e edition, 1901)

28 Marie Bashkirtseff, Préface au Journal, ed. par Lucile Le Roy, Ed. Âge de l’homme, vol. I.

29 Béatrice Didier, L’écriture – femme, Paris, 1981, p. 184.

30 George Sand, Histoire de ma vie, in : Œuvres autobiographiques ed. Georges Lubin, Bibliothèque de la Pléiade 2 vol., Paris 1970, 1re partie, chap. IV, p. 78.

31 George Sand, Histoire de ma vie, op. cit., p.306 ( I, XIV)

32 id. I, 1, p. 7.

33 Ibid.

34 Fanny Lewald, Meine Lebensgeschichte, hg von G. Brinkler-Gabler, Frankfurt/Main, Fischer TB, 1980, chap. 16.

35 Die Waffen nieder! Epilog, p. 676. Eine Lebensgeschichte est d’ailleurs le sous-titre donné au roman.

36 P. Bourdieu L’illusion biographique, Actes de la Recherche en sciences sociales 62/63, 1986.

37 Cf. chapitre VIII.

38 Le texte de H. Sienkiewicz est rédigé en français. Sienkiewicz (1846-1916), contemporain de B. von Suttner, prix Nobel de littérature en 1905, n’est pas seulement l’auteur de Quo vadis ?(1896) mais aussi de Trilogie : Par le fer et le feu, le déluge, Messire Wolodjowski (1884-1888) et Les Chevaliers Teutoniques (1897-1900), amples épopées retraçant le passé national de la Pologne. Il était aussi collaborateur du journal Gazeta Polska et c’est à ce titre qu’il échange des lettres avec Bertha von Suttner.

39 M.C. Hoock-Demarle, « Quand l’écrivaine publie ses lettres. De la lettre intime à la lettre ouverte ou l’entrée des femmes dans la sphère publique » in Quand l’écrivain publie ses lettres (dir. Alexandre Stroev), Revue de l’Epistolaire N° 35, Paris, 2009.

40 Id., l’Europe des lettres, op. cit., chap VI « L’Europe des épistolières ».

41 Briefe an einen Toten, (BT, p.) Dresde, Pierson’s Verlag, 1904, p. 8.

42 Briefe an einen Toten, p. 180.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search