Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1954

14 septembre

Texte intégral

1Note sur une conférence de Svami, p. 194 « Même si l’on adore le Divin sous l’aspect de la mort... »

2Une méditation sur la mort, n’est-ce pas cela ?

3On comprend pourquoi Valéry a réduit à dix minutes le pari de Pascal : les dix ans. Selon le rythme de notre respiration, etc... dix minutes suffisent à nous séparer de la vision de notre disparition.

4Il en est d’ailleurs de même de tout : examen, décision importante. Le temps joue un rôle psychologique. La conscience que l’événement se rapproche est une des choses les plus réelles qui soit, la conscience de la chose imminente.

5Deux choses d’ailleurs doivent être rapprochées et s’équivalent d’une façon assez curieuse : la décision équivaut à du temps en moins. Par exemple si je décide de subir telle opération, elle me sera présente comme si elle était imminente dans le temps mais sans être tout à fait décidée. Ainsi de la mort ; l’angoisse métaphysique de la mort est de l’ordre d’une décision, c’est-à-dire d'une clarté spirituelle : décider une chose c’est savoir qu’elle sera.

6On comprend maintenant que, d’une certaine manière — au niveau de certains phénomènes psychiques concomitants — la crainte psychologique de la mort (annulation du sursis psychologique : les dix minutes ou les dix ans, sentiment fallacieux ou juste de la mort imminente) et la décision : je sais que je mourrai, se ressemblent extrêmement tandis que du point de vue de cette clarté que donne l’angoisse de la mort : le thanatophobe et l’homme dit normal par les psychologues sont à mettre « dans le même panier ». Car l’homme normal reste, sauf exception, normalement inconscient du moment où le sursis (les dix ans ou les dix minutes) est annulé et où la mort est imminente. Il croit toujours à un délai, même quand il n’y en a plus, tandis que le thanatophobe croit à tout moment qu’il mourra sans délai.

7L’angoisse métaphysique de la mort finit ou par la sainteté ou par retomber (comme moi) dans le doux repos normal et idiot du délai (« délai de mon cœur ») et s’abolit à cause d’une sorte de certitude empirique, famille, art, travail, petits soucis, espoirs et craintes qui rendent le délai tangible.

8C’est pourquoi craindre et espérer quelque chose est la façon la plus simple, la plus à notre portée de ne pas craindre la mort, puisque espoirs ou craintes font intervenir le sentiment fort des minutes, des heures ou des années à vivre et qu’à tout moment ils nous en font supputer le calcul.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search