Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre X. Le tournant 1898-1899

Texte intégral

Constats amers. « Que faire ? »1

  • 1 Référence est faite ici au roman éponyme écrit en prison (avant le bannissement en Sibérie) par N.G (...)

Le début de l’année 1898 me causa bien des soucis. Non pas des soucis domestiques, pas même de cœur ou d’argent. Mes soucis – du reste fidèlement partagés par mon compagnon de vie –, bien éloignés de Harmannsdorf, me venaient de l’océan lointain. (M, p. 392)

1Recourant, comme à son habitude, à son « trésor épistolaire » et à des notes de Journal de plus en plus denses depuis 1896, Bertha von Suttner consacre un chapitre entier de ses Mémoires à cette « moitié d’année agitée ». Bien plus qu’auparavant, le monde extérieur et la politique internationale y occupent une place prépondérante et le récit mémoriel se transforme en Zeitchronik en chronique d’un moment où le monde menace d’entrer en guerre. On y trouve de fait autant le terme de Guerre en vue !/ Krieg in Sicht! que celui encore inusité à l’époque de Guerre mondiale/Weltkrieg. Où qu’elle se tourne en ce début de 1898, Bertha von Suttner ne peut que constater l’accumulation des problèmes et la recrudescence de la violence dans les domaines les plus divers : conflits internationaux sur fond de nationalismes exacerbés, guerres coloniales, mais aussi montée en croissance de l’antisémitisme nourri avec virulence par l’Affaire Dreyfus qui voit dès le 11 janvier 1898 Esterhazy acquitté et, le lendemain, la lettre ouverte de Zola « J’accuse » paraître dans l’Aurore dirigée alors par Georges Clemenceau. En février, Zola est condamné à un an de prison et 3000 francs d’amende ! Face à tant d’injustice et de violence, Bertha von Suttner, qui relit l’ouvrage L’Ère sans violence que lui avait adressé l’année précédente le capitaine d’artillerie français Gaston Moch, en note certains passages : « Avec l’ère des explosifs et de l’électricité une puissance de destruction totale s’est installée dans la main des hommes. ». Le succès du Congrès de Budapest n’est plus qu’un bon mais lointain souvenir, le Congrès de Hambourg en 1897 n’a été qu’un simulacre et, pour 1898, en raison du conflit qui oppose alors la Grande-Bretagne et les États-Unis d’Amérique à propos de Cuba, aucun congrès n’est prévu.

  • 2 Sur le prix Nobel de la Paix, son histoire et sa création, cf. chapitre VIII, Une correspondance da (...)

2Bertha von Suttner est inquiète non seulement sur l’avenir du mouvement et de ses diverses manifestations mais aussi parce que, en quelques mois, les amis et compagnons de route disparaissent les uns après les autres. Le prince Achille Murat, dernier souvenir d’une adolescence passée dans les fastes du Second Empire et des années qui avaient suivi au Caucase, s’est suicidé en 1895. Alfred Nobel est mort en décembre 1896 et déjà autour de son testament s’instaure une lutte macabre qui va perdurer pendant quelques années, au grand désespoir de celle qui avait réussi à lui faire ajouter un prix pour la Paix sur la liste déjà fixée des prix scientifiques et littéraires.2 Ruggero Bonghi, ministre italien, parlementaire et organisateur des grandes heures de Rome, n’est plus, lui qui avait tant soutenu Bertha von Suttner dans ses efforts pour mettre sur pied une Société de la paix à Vienne. Quant à Rudolf Hoyos, figure singulière à la croisée de l’aristocratie d’Ancien Régime et de la société moderne, il vient lui aussi de s’éteindre, solitaire, dans son château :

Dans notre aristocratie, ils sont peu nombreux ceux qui pensent aussi librement, aussi généreusement et qui, de ce fait, sont le contraire du réactionnaire et sont – presque – socialistes. (M, p. 365)

3Mais la disparition de quelques personnalités marquantes du dernier quart du siècle ne la laisse pas non plus indifférente. En 1895, celle de Jules Simon, ancien président du Conseil, ami de Frédéric Passy et soutien de longue date, ravive bien des souvenirs et redonne à certains passages de leur correspondance datant de l’année 1892 une dimension quasi prophétique :

…non, je ne pourrais rien faire qui me satisfît davantage que d’aller à Vienne combattre avec vous, Madame, et derrière vos amis contre cette éternelle guerre, dont nous souffrons en pleine paix, et qui devient pour le genre humain une maladie endémique […] Ne pouvant aller crier là-bas, je me soulage un peu, Madame, en vous envoyant ma plainte ; et permettez-moi d’y joindre toute mon admiration pour ce que vous faites… (M, p. 347)

4Même la disparition d’une figure qu’elle n’a jamais admirée, le Chancelier Bismarck, l’atteint et elle réagit en lui décochant un dernier et définitif adieu « Maintenant, il appartient au passé ».

5Mais ce qui alarme le plus vivement une Bertha von Suttner étonnamment lucide, c’est la montée en puissance de phénomènes anciens, que certains pensaient naïvement avoir éliminé d’une société toujours tentée par ses vieux démons. C’est l’antisémitisme et sa face enfin dévoilée avec l’Affaire Dreyfus mais c’est aussi, parce qu’il a partie liée avec l’antisémitisme, le militarisme, vecteur de conflits susceptibles à tout moment de prendre des dimensions mondiales :

  • 3 Extrait de la revue Die Waffen nieder! Mai-Heft, 1898.Bertha von Suttner écrit ces lignes au moment (...)

Il se pourrait que soit donné là le signal d’une guerre mondiale (Weltkrieg), car qui peut en prévoir les conséquences ? Ça brûle ; une fois de plus l’ancien, tout puissant, a vaincu le neuf pas encore assez consolidé. De nouveau la violence veut se profiler en juge vengeant les péchés commis par la violence ! (M, p. 392)3

6C’est précisément cette collusion affichée entre antisémites et militaristes qui va susciter la réaction sur plusieurs fronts d’une Bertha von Suttner un temps, mais un temps seulement, abattue par ce qu’elle perçoit en ce début de 1898 comme un demi-échec de ses efforts pour la cause de la paix.

Contre la recrudescence de l’antisémitisme

7Débusquer l’antisémitisme en Autriche et ailleurs, dénoncer tout particulièrement les stratégies des antisémites viennois, ce sont là des activités bien connues du couple Suttner depuis le début de la décennie, où Arthur Gundaccar von Suttner avait créé l’Association autrichienne de lutte contre l’antisémitisme, soutenu par son épouse, auteure assez inattendue d’un article dans la Neue Freie Presse qui avait fait sensation et décidé, d’une certaine manière, de son engagement à venir. Devenus « commis-voyageurs de la paix », ils n’en avaient pas pour autant abandonné cette lutte et, en 1895, Arthur G. von Suttner avait réitéré ce qui s’apparentait de plus en plus à un acte de courage en publiant un deuxième article intitulé De la situation présente et destiné à secouer l’apathie générale et l’opportunisme qui rongent la société autrichienne dans son ensemble et l’empêchent de réagir « à l’assaut des prédicateurs de haine et des apôtres imprécateurs :

  • 4 A-G. von Suttner, “Zur Situation der Gegenwart“ paru dans Die Neue Freie Presse, 1895, repris dans (...)

L’antisémitisme dans ses écrits, ses paroles et ses actes, est un danger public, un mouvement qui blesse grièvement l’essence et les lois fondamentales de l’ordre étatique […] Si jamais elle doit survenir, cette anarchie particulière à l’Autriche, dont les coups sauvages frappent déjà à nos portes, alors rassemblons-nous, si nous devons en arriver là.4

  • 5 John W. Boyer, Karl Lueger (1844-1910), Christlichsoziale Politk als Beruf, Böhlau, Wien 2010.

8Le cri d’alarme est loin d‘être infondé car la mairie de Vienne est devenue un enjeu de première importance pour le parti christlich-sozial et son chef Karl Lueger. Au terme de deux échecs et malgré le peu d’empressement de l’Empereur à reconnaître la victoire de Lueger en 1897, celui-ci accède au poste tant convoité de bourgmestre de Vienne, poste qu’il occupera jusqu’en 1910 au grand contentement de la petite bourgeoisie et des classes populaires qui bénéficient de ses réels talents de gestionnaire de la ville. Cet antisémitisme, alors perçu comme « une mixture de protestation économique, d’opportunisme calculé et de peurs irrationnelles »5, ne se fonde pas encore clairement sur la notion de race :

  • 6 Peter G. Julius Pulzer, Die Entstehung des politischen Antisemitismus in Deutschland und Österreich (...)

L’antisémitisme peut bien avoir commencé comme une force conservatrice, religieuse et sociale, pour contrer la déclaration de guerre faite par les libéraux aux anciennes valeurs.6

9Les époux Suttner, parfaitement au clair sur les tendances profondes qui guident l’action de Karl Lueger et de son parti, voient avec effarement l’antisémitisme triompher dans la capitale viennoise et sa périphérie et notent les ‘plaisanteries’ qui circulent comme autant de sinistres anticipations de temps à venir :

un des amis de notre bourgmestre propose : il faut pendre 3000 juifs – ou mieux, écraser tous les juifs pour les réduire en poudre et en faire de l’engrais artificiel – tout ceci étant évidemment pensé sur le mode humoristique, car ces messieurs croient même être pleins d’esprit. (M, p. 394)

10Avec une conviction parfois plus forte encore que celle de son époux, Bertha von Suttner invite à mener une lutte ouverte et ferme contre un phénomène dont elle a perçu la réelle dimension : « Les antisémites sont conséquents – soyons-le aussi ». Elle a, mieux sans doute que beaucoup de membres de l’Association de lutte contre l’antisémitisme, clairement détecté le lien viscéral qui fait pactiser antisémites et nationalistes, partisans de la guerre et défenseurs de la race :

  • 7 Bertha von Suttner à Augustin Hamon, 1e 6 octobre 1893, cité in Laurie R. Cohen, Gerade, weil Sie e (...)

Chez nous, mais partout ailleurs aussi, les antisémites constituent une meute de haine et de guerre, de nationalisme et d’un – excusez le terme barbare – rassionalisme extrême7

11Alors même que l’antisémitisme d’un Lueger n’y fait pas encore explicitement référence, Bertha von Suttner est, elle, attentive à la question de la race. Dans ses Lettres à un mort /Briefe an einen Toten,(1905) elle consacrera tout un passage à la théorie de la race qu’elle, « dont l’ouïe est plus fine que celle des autres », n’hésite pas à mettre au premier rang des maux majeurs de son temps :

  • 8 B. von Suttner, Briefe an einen Toten, op. cit., p. 210-211

Une nouvelle école qui cherche à se développer dans la littérature et les amphithéâtres universitaires, est en train de naître, devient à la mode, fascine les esprits, se donne une méthode, formule toutes sortes de slogans, se drape dans les plis d’une scientificité soit disant approfondie – et se fait passer pour une nouvelle discipline – la théorie de la race […] ne se contente pas d’analyser comment se forment les races, comment elles se développent, se mélangent, disparaissent – ce qu’elle veut montrer, avant tout, c’est quelle race est destinée à dominer les autres.8

  • 9 La lutte des races. Recherches sociologiques par M. Louis Gumplowicz, traduction de M. Charles Baye (...)

12Elle est d’ailleurs si attentive à ce terme et à son emploi qu’il lui arrive d’écrire tout de go son indignation à tel auteur, au seul vu des titres de ses ouvrages. C’est ainsi qu’elle évoque dans ses Mémoires une brève correspondance qu’elle a en 1896 avec un professeur de Droit de l’université de Graz, Ludwig Gumplowicz, auteur de deux ouvrages, dont les titres, il est vrai, peuvent interpeller, comme Race und Staat paru en 1875 et surtout Der Rassenkampf publié en 1893 qui connaît un vif succès et est traduit en français la même année.9 Certes, Bertha von Suttner l’avoue, elle a oublié tant le contenu exact de l’ouvrage qu’elle incrimine – mais l’a-t-elle vraiment lu ? – que les termes précis de sa propre réplique, dont, comme à son habitude, elle n’a pas gardé copie – mais ne serait-ce pas là le regret d’une réaction un peu trop hâtive ? – Sans doute a-t-elle été choquée par la phrase qui conclut l’ouvrage et constitue le résultat des recherches menées ‘scientifiquement’ par l’auteur : « Certainement, il y aura, toujours et toujours, beaucoup de luttes de races : la « paix éternelle » n’est pas de ce monde ». Le professeur lui avait répondu sur un ton plutôt ironique en opposant à l’idéalisme de Madame la Baronne la triste mais nécessaire tâche des professeurs qui est de constater et de dire les faits, ajoutant :

Poursuivez, très honorable Baronne, tranquillement votre chemin, ne lisez pas le Rassenkampf de Gumplowicz – cela ne vous procurera que quelques heures bien moroses – et restez toujours ce que vous êtes : la pionnière qui défend une belle idée. (M, p. 338)

13Pour ce professeur de Droit, d’origine juive, partisan d’un darwinisme social, défenseur de Buckle, intéressé par la formation par « amalgation » des groupes ethniques sociaux et fasciné par les États à population ‘nationale mixte’ – au nombre desquels il compte l’Autriche-Hongrie et la Russie –, la race est :

  • 10 La lutte des races, op. cit. p. 205.

une unité qui au cours de l’histoire s’est produite dans le développement social et par lui. Ses facteurs initiaux sont intellectuels : la langue, la religion, la coutume, le droit, la civilisation etc. Ce n’est que plus tard qu’apparaît le facteur physique, l’unité de sang.10

14La lutte des races est « la loi de l’histoire », un perpétuel recommencement qui fait de la sociologie « une doctrine enseignant une lutte perpétuelle et sans progrès [qui] ne favorise pas un optimisme injustifié » (p. 350). De fait, Gumplowicz apparaît plus comme l’adepte d’un pessimisme positiviste propre à la fin du siècle que comme un ardent théoricien de la race dont il constate, « amère vérité de la sociologie », l’évolution en cycle éternellement recommencé. Le placer, comme le fait Bertha von Suttner, au premier rang des plus virulents penseurs racistes témoigne d’une lecture pour le moins superficielle et d’une réaction quelque peu arbitraire. Mais l’échange a au moins le mérite de mettre clairement en avant la position très déterminée de Bertha von Suttner vis-à-vis de toute forme de racisme comme de toute expression d’ antisémitisme :

Car à côté de Stuart Chamberlain il est l’un des représentant les plus influents de cette maudite théorie de la race sur laquelle se sont bâtis l’orgueil des Aryens et la morgue des Germains et des Latins et que je hais du plus profond de mon âme. (M, p. 336)

Face à l’Affaire Dreyfus

15Bertha von Suttner ne mentionne l’affaire Dreyfus qu’à partir de novembre 1897, date à laquelle elle avait inscrit dans son Journal cette note reprise dans les Mémoires :

18 novembre. Espérons que le procès va de nouveau avoir lieu. La seule supposition que le banni de l’île du Diable soit innocent serait épouvantable, si on devait en rester à la condamnation. La conscience publique resterait à tout jamais sous le poids de cette hypothèse. (M, p. 390)

  • 11 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1996, p. 292.
  • 12 Jean Jaurès, « Les preuves » in La petite République, 1898. texte réédité et préfacé par Madeleine (...)

16La date peut sembler tardive puisque l’affaire a éclaté en juillet 1894, que le capitaine Dreyfus, arrêté, isolé à la prison du Cherche-midi en octobre puis jugé devant un tribunal militaire à huis clos, a été condamné le 22 décembre de la même année au bagne à perpétuité. Depuis le 13 avril 1895, Alfred Dreyfus, dégradé, humilié, est enfermé sur l’île du Diable dans une cellule isolée et dans des conditions terribles qu’il relatera dans ses Lettres d’un innocent publiées à partir de janvier 1898. Au cours des trois premières années, le procès et la condamnation du capitaine Dreyfus ont relevé du domaine exclusif du militaire, d’une justice tenue à huis clos et d’une détention soumise au secret absolu. Ce n’est que vers la fin de l’année 1897 et surtout au début de 1898 que le procès Dreyfus devient l’Affaire et trouve une résonance internationale. La crise a gagné de plus en plus sur le terrain du politique et, entre 1894 et 1900, pas moins de neuf ministres de la guerre se succèdent à un rythme accéléré. Entre ceux qui cherchent à établir la culpabilité de Esterhazy dans la confection du fameux bordereau livré à l’attaché militaire allemand Max von Schwartzkoppen et veulent ainsi dénoncer la condamnation d’un innocent et ceux qui, dans les cercles militaires et politiques, s’acharnent à accabler, à coup de télégrammes chiffrés et faussés, celui qu’on désigne comme « le traître », tout le monde commence à s’intéresser à ce qui, jusqu’en fin 1897, s’était déroulé essentiellement entre huis clos, dépêches diplomatiques, services de contre-espionnage, hiérarchies militaires et judiciaires. La presse commence à s’en mêler, atteignant pour la première fois une diffusion digne de médias modernes. À la surprise générale, Le Matin avait publié dès le 10 novembre 1896 le fac-simile du bordereau à l’origine de la condamnation du capitaine Dreyfus. Puis le 28 novembre 1897 Le Figaro publie à son tour des extraits de lettres de Esterhazy, mettant ainsi les investigations à la portée de tous, enfin, début 1898, c’est Le Siècle qui publie d’abord des rapports émanant de militaires puis récidive avec des extraits de la correspondance de Dreyfus publiés en feuilleton sous le titre Lettres d’un innocent. Quant à la presse d’opposition, elle n’est pas en reste puisque le 13 janvier 1898 paraît dans l’Aurore, journal alors dirigé par Georges Clemenceau, la lettre ouverte adressée par Émile Zola à Monsieur le Président de la République, j’accuse ! Non seulement la presse nationale et internationale, conservatrice comme démocrate, s’est emparée de ce qui devient dès lors l’Affaire mais ceux qu’à cette occasion on baptise les Intellectuels11 se manifestent ouvertement, à leurs risques et périls. Zola subit deux procès à six mois d’intervalle et, condamné à de fortes amendes et des peines de prison, préfère s’enfuir en Grande – Bretagne d’où il ne reviendra que le 5 juin 1899, date à laquelle Dreyfus quitte l’île du Diable pour affronter son deuxième procès qui s’ouvre le 7 août 1899 à Rennes. Quant à Jean Jaurès, il publie fin 1898 dans La petite République un article non moins accusateur que celui de Zola, sous l’intitulé « Les preuves »12.

  • 13 sur la conviction intime de Scheurer-Kestner, cf. le mémento – non publié – écrit le 13 juillet 189 (...)

17Ce double phénomène qui voit entrer en lice la presse et les intellectuels explique l’intérêt manifesté par Bertha von Suttner pour l’Affaire dans ses dimensions désormais politiques et internationales. Elle lit les journaux français, elle en suit les investigations devenues publiques et elle connaît personnellement, par ses charges au sein du Bureau de Berne et ses contacts avec les pacifistes de tous bords, un certain nombre des acteurs qui vont donner à l’Affaire un autre tour. Elle se réfère à Scheurer-Kestner, vice-président du Sénat qui est un des tout premiers à être convaincu de l’innocence de Dreyfus13 et à Bernard Lazare qui avait pris la défense de Dreyfus au nom de la famille dès 1895 et vient de publier deux articles retentissants : « Une erreur judiciaire. La vérité sur l’affaire Dreyfus » à Bruxelles en 1896 et « Deuxième Mémoire avec des expertises d’écriture » à Paris en 1897. Quant à Émile Zola, Bertha von Suttner le connaît bien pour avoir échangé au cours des années précédentes quelques lettres avec lui. Ce qui nourrit l’intérêt de Bertha von Suttner pour l’Affaire Dreyfus, outre le traumatisme de l’erreur judiciaire, c’est, apportée par les multiples rebondissements, procès et crises politiques qu’elle génère, la preuve de la collusion entre un antisémitisme de plus en plus virulent et le nationalisme non moins exacerbé du clan militaire. Dans la perspective française qui est la sienne, Bernard Lazare pose déjà cette collusion comme le nœud même de l’Affaire :

  • 14 Bernard Lazare, cité in J.D. Bredin, Bernard Lazare, op. cit., en particulier le chapitre : « le pr (...)

Si je me contente de rappeler la campagne de haine antisémite généralisée perpétrée depuis quelques années par certains individus isolés, cela ne suffira pas pour expliquer pourquoi un beau matin la foule s’est déchaînée contre un malheureux, dont elle ne savait rien et ne connaissait même pas le crime dont on l’accusait […]. C’était la haine particulière contre les Juifs dans l’armée qui rendait possible un tel hallali.14

18Bertha von Suttner retrouve là un phénomène qu’elle avait depuis longtemps décodé à l’échelle de la société autrichienne et, plus particulièrement viennoise. La note de son Journal en date du 18 novembre 1897 citée plus haut est à cet égard fort éclairante par l’analyse des divers arguments avancés par certains journaux qui s’acharnent à considérer que « la chose ne concerne que la France ». Pour elle, la dimension de l’Affaire ne fait aucun doute, elle touche à la civilisation européenne : « Qu’il existe une âme européenne, cela s’est montré ici à l’évidence » écrit-elle en exprimant ses premiers doutes sur la culpabilité de Dreyfus, c’est même à ses yeux une menace pour l’Humanité dans son ensemble bafouée dans ses principes les plus sacrés :

Non ! non ! – de telles barrières nationales ont cessé d’exister à notre époque. Dans le monde entier, les partisans de l’équité ont le même intérêt à la victoire de la justice et de la vérité sur l’arbitraire et la dissimulation. (M, p. 390)

  • 15 En particulier dans Jean Santeuil ou dans Le temps retrouvé qui clôt À la recherche du temps perdu

19Bertha von Suttner ne perd jamais de vue son combat contre la guerre et l’Affaire est, à ses yeux, la manifestation de l’alliance incoercible du militaire, du nationalisme et de l’antisémitisme ou comme elle le précise dans cette même note : « les partisans de l’autorité, les persécuteurs de la race sont dans le même camp dans le monde entier ». Voir ainsi aussi viscéralement imbriqués les uns dans les autres, les trois fléaux surpuissants qui portent la guerre comme une valeur de la civilisation et en dénoncer publiquement la funeste entente, constitue pour elle une chance inespérée. Elle va donc faire de la défense et réhabilitation de Dreyfus, indissociables d’une condamnation des militaires à l’origine de l’Affaire, une stratégie parfaitement intégrée au combat qu’elle mène de manière plus générale contre la guerre. Jamais au cours des dernières années du siècle, elle ne cessera de s’y référer. Dans les dîners de famille, elle s’oppose à son beau-père, lecteur du journal conservateur Vaterland et persuadé de l’existence d’un « syndicat juif prêt à payer la révision du procès ». Elle subit les sarcasmes de sa belle-mère épouvantée par les ouvrages de Zola « égarés dans la maison et dont elle fait un autodafé ». Quelques années plus tard, on la trouve encore bataillant ferme, lors de dîners officiels ou de conférences en France, avec des anti –dreyfusards inconditionnels. Et lors de la réunion des délégués des sociétés de la paix à Turin en 1898, alors même que des enjeux majeurs sont en discussion, elle note : « l’affaire Dreyfus : tout un chacun l’a plus ou moins en tête ». Elle prête une oreille attentive aux paroles du délégué parisien, Gaston Moch, « qui dès l’année 1894 avait jeté un regard derrière les coulisses de l’affaire et bien vu que l’on ne voulait pas tolérer l’officier juif au sein de l’État-major », tout comme elle questionne Monsieur Catusse, ambassadeur de France en Suède, qui lui rapporte les doutes de certains dès la condamnation de Dreyfus en 1894. Un peu à la manière de Proust qui intégrera plus tard l’Affaire à la trame de ses romans15, elle relate un dialogue saisi sur le vif lors d’un autre dîner après une conférence à Nice en 1899 :

La conversation tombe sur Dreyfus : « je n’admets pas – déclare le Comte Rochechouart – que sept officiers aient condamné un camarade sans être sûrs de leur fait ». Le maire : « les autres, ne connaissant pas l’affaire, n’ont pas le droit d’émettre une opinion ». Le président du club nautique : « il aurait fallu lui passer 12 balles à travers du corps ». Rochechouart : « Je n’appartiens qu’à une seule ligue – on ne peut pas être d’une autre – à celle de Déroulède ». L’homme brutal : « C’est évident – je voudrais voir que vous n’en fussiez point ». (M, p. 431)

20Fin 1898 elle résume son point de vue personnel dans ce qui sera le dernier numéro publié sous sa direction de la revue Die Waffen nieder! :

  • 16 Die Waffen nieder! VIII. Jahrgang, N° 1, Januar 1899, S. 4.

L’Affaire Dreyfus s’est au cours des quatre dernières années de plus en plus transformée en un combat désespéré que le système militaire livre pour sauver son autorité menacée. Ce faisant, il s’est passé quelque chose de réconfortant : c’est la jonction des intellectuels avec les cercles des ouvriers. Les innombrables et importantes manifestations de protestation dans lesquelles les Pressensé, Mirbeau et autres se sont prononcés en faveur de la justice et de la vérité devant une population enthousiaste, ont fait naître cette fusion si nouvelle et si forte. De l’autre côté, les partisans de la violence s’agitent d’autant plus fort et révèlent (il n’est qu’à lire les listes de la Libre Parole) une telle bassesse que de plus en plus nombreux sont ceux qui, parmi eux, plus détachés ou se sentant abusés, ne peuvent que les abandonner.16

21D’une certaine manière, l’Affaire ne la lâchera jamais, de même qu’elle ne lâchera jamais une si belle preuve du rôle néfaste que peuvent jouer, quand ils s’unissent pour le pire, la morgue militaire, l’esprit de caste aristocratique, le nationalisme le plus brutal associé à un antisémitisme œuvrant au cœur de la société non seulement française mais européenne.

« Ça brûle ! ». Face aux conflits dans le monde

22Les constats amers d’une Bertha von Suttner manifestement frustrée du peu d’écho accordé aux efforts déployés lors des divers Congrès universels de la paix ou au sein du Bureau international de Berne ne se limitent pas aux problèmes générés par un antisémitisme se manifestant de plus en plus ouvertement en Europe ou aux rodomontades d’un nationalisme conforté par le militarisme triomphant des puissances européennes. Mue par une implication sans partage dans le combat qui est devenu le sien, inquiète des résultats peu satisfaisants d’un mouvement à ses yeux « trop lent, trop souterrain », la ‘Don Quichotte de la paix’ s’efforce de regarder en face une situation qui désormais est sous la menace d’un conflit encore sans nom mais déjà révélateur de l’« ère de la violence » :

L’année 1897 se termine avec quelque chose qui pourrait causer bien du souci aux pacifistes : on sait comment elle a commencé, on ne peut jamais savoir comment elle va se terminer. Elle porte la guerre dans son sein – car elle a commencé sous le signe de la violence. (M, p. 391)

  • 17 Ces Diaries sont déposés au fonds Fried-Suttner, Bibliothèque de l’UNO-Genève.

23L’année 1898 est aussi le moment où Bertha von Suttner multiplie dans des carnets intimes, qui lui seront par la suite précieux pour la rédaction de ses Mémoires, force notes et remarques souvent réduites à de simples repères chronologiques.17 Elles témoignent au premier degré de l’angoisse suscitée par les divers conflits qui secouent alors moins – en apparence – l’Europe que d’autres continents mais elles se font aussi l’écho de la nouvelle vision du monde qui s’est développée avec les préoccupations et les objectifs d’un mouvement de la paix qui se saisit désormais à l’échelle de la planète. Et ces notes, hâtives, souvent exclamatives, prouvent bien que, quoiqu’elle en dise, l’engagement pour la paix assumé par Bertha von Suttner est une plongée dans le monde de la politique au sens le plus fort du terme puisqu’il y est question de conflits entre états, d’impérialisme agressif, d’hégémonie auto-proclamée de certaines puissances – « la place au soleil » de l’Empire allemand – mais tout autant de guerres d’un nouveau type et de rapports dominants-dominés sous le signe du colonialisme. En apparence la fin du siècle fait figure de période sans conflits déclarés sur le continent européen. Il y a eu certes quelques problèmes de frontières entre la Norvège et la Suède en 1894 qui ont dégénéré en véritable guerre, empêchant en 1895 la tenue à Stockholm du VIe Congrès universel de la paix. Il y a encore, en 1898, le conflit entre la Turquie et l’Arménie, très meurtrier pour les populations civiles, en particulier les Arméniens qui subissent là leur premier massacre, et celui qui oppose la Turquie et la Grèce pour une reconnaissance de frontières. Il y a la Crète qui s’est révoltée en 1897 contre le joug turc. De fait, les conflits ‘classiques’ liés aux problèmes de frontières se sont déplacés vers les marges de l’Europe, les bords de la Baltique ou les rivages orientaux de la Méditerranée. Pour le reste, en cette année 1898, si certaines zones sont des poudrières bien repérables, l’ensemble de l’espace n’est pas (encore) en guerre déclarée en dépit de l’esprit de revanche qui règne en France, de la vision impérialiste allemande, de la rancœur italienne de se voir passer au rang de puissance secondaire et du triomphalisme anglais fondé sur sa supériorité en matière de flotte et d’empire colonial, le tout dans une atmosphère de concurrence à l’armement que rien ne parvient à arrêter. Toutefois, la perception que Bertha von Suttner a du moment et du rapport des forces en présence est autre. Elle s’attarde peu sur ces conflits somme toute dans la tradition de l’histoire européenne, ce qu’elle voit venir avec appréhension et un regard visionnaire c’est un conflit décliné aux dimensions de la planète, ce qui l’amène du reste à employer le terme de ‘Weltkrieg/guerre mondiale’ dès ce moment. En 1895, alors que la guerre faisait rage entre le Japon et la Chine, elle avait déjà noté non seulement le fait mais les conséquences interplanétaires que pourrait avoir un si lointain conflit :

Entre le Japon et la Chine une guerre a éclaté […] Même si cette tragédie se passe bien loin, dans une autre partie de la terre, le fait que ce monstre, que notre parti combat, se soit de nouveau déchaîné, signifiait un échec pour le mouvement car qui sait quelles guerres futures, dans lesquelles pourrait être impliquée l’Europe, une telle guerre pourrait entraîner ? (M, p. 327)

24Elle se montre particulièrement attentive à l’incursion très musclée que l’Italie mène en Abyssinie : « L’Italie cherchait alors la guerre en Afrique. Elle voulait conquérir l’Abyssinie », de même qu’elle ne se leurre pas sur le sens de l’expédition de la Grande-Bretagne dans le Transvaal : « Chamberlain s’empare du Transvaal ; il veut que la souveraineté de l’Angleterre y soit reconnue ». Dans un cas comme dans l’autre elle saisit et souligne la nouveauté de ces conflits. Dans le cas de l’Italie s’emparant de l’Abyssinie, elle décrit précisément un rapport de forces entre dominants et dominés, entre ‘Noirs’ et ‘Blancs’ :

Mais pourquoi autant de sang versé ? pourquoi, ô Empereur noir ? parce que ces Messieurs blancs dans leurs salles de rédaction le déclarent comme ‘un devoir d’honneur’ (M, p. 339).

25Dans le cas du Transvaal, elle discerne le déni de la juridiction des tribunaux d’arbitrage que la Conférence de La Haye à venir devrait enregistrer :

Chamberlain et ses organismes proclament fièrement, que jamais sous aucune condition une question concernant le droit de souveraineté britannique ne sera soumise à un tribunal d’arbitrage. (M, p. 395)

26Mais dans ce tableau déjà sombre, il y a pire et bien plus douloureux : deux États, dont l’un a vu naître les premières sociétés pour la paix, les États-Unis d’Amérique, et l’Espagne se disputent la domination de Cuba. Ils s’affrontent militairement avec les moyens les plus efficaces du moment et les Espagnols viennent de faire sauter Le Maine, perle de la flotte américaine Dans sa revue elle en fait l’annonce dans un encadré de deuil :

  • 18 Die Waffen nieder! N°1, 1898

…..dans la dernière semaine du mois d’avril 1898 – si près de l’avènement d’un nouveau siècle – l’horrible furie, porteuse de la vieille barbarie, s’est de nouveau déchaînée.18

27À l’origine du conflit, un soulèvement contre le gouverneur de Cuba qui déclenche aux États-Unis – bien proches – une vague de protestation « contre la dictature espagnole ». Le prétexte est tout trouvé pour une intervention – incursion sur Cuba dans le but avoué de s’associer ce territoire si intéressant par sa position géopolitique et, ce qui est un point de vue plutôt nouveau, son économie à base de tabac et de canne à sucre. Le conflit confirme Bertha von Suttner dans son interprétation du ‘monstre ‘ qu’est devenue la guerre, non seulement il s’est mondialisé mais il révèle de plus en plus clairement ses accointances économiques et financières. C’est l’industrie qui est aux commandes avec sa politique d’exportation, concrétisée dans tous les pays européens par la construction accélérée d’une flotte au moins autant militaire que marchande. Et la baronne pacifiste d’ironiser sur « l’épidémie de flotte » qui fait rage à l’intérieur des terres, jusqu’en Suisse et en Autriche :

  • 19 Et, ajoute Bertha von Suttner « ils [le maire de Vienne Karl Lueger et ses amis antisémites] propos (...)

Le slogan « protection de l’exportation » enveloppe d’un voile d’économie nationale le désir de faire de gros profits en bâtissant une flotte et livrant la production …. Ce ne sont pas seulement la guerre américaine et les frontières fermées qui augmentent le prix du pain – ô non, nos économistes politiques le savent mieux que personne : c’est la bourse qui est coupable (M, p. 394)19

28Mais ce qui affecte le plus Bertha von Suttner c’est de voir les États-Unis en guerre. Après le soutien appuyé des représentants américains au Congrès de Berne et la tenue du Ve Congrès universel à Chicago en 1893, c’est le rêve brisé, la contagion du militarisme jusque dans le Nouveau Monde :

  • 20 Die Waffen nieder! N° 1, janvier 1899, p. 2.

Que de désastres 1898 a fait planer sur les partisans de l’idée de la paix. Et le plus effroyable de tous : la guerre hispano-américaine, non seulement effroyable par les atrocités et les souffrances y afférant mais aussi à cause du mal qui s’en est suivi : le développement du militarisme américain.20

29Cet authentique désespoir, on le retrouve encore dans les pages des Mémoires, mêlé à une vision tragique de l’avenir qui ne la quittera plus et justifie pleinement ce titre de Cassandre de notre temps que lui décerne Stefan Zweig, un mois avant que n’éclate la première des Weltkriege :

  • 21 Die Waffen nieder! N° de Mai 1898.

L’Amérique qui ne connaît aucun militarisme – il faut que ce soit l’Amérique, où se déchaîne la guerre ! Cela peut donner le signal d’une guerre mondiale, et qui peut en prévoir les conséquences ? Ça brûle !21

30Et de conclure son constat amer par une liste macabre qui n’est pas sans rappeler celle qui s’inscrira bientôt sur les monuments aux morts :

Menaces de guerre : Japon-Chine ; conflit du Venezuela ; Espagne – Cuba ; massacres arméniens ; Italie-Afrique ; Grèce-Turquie ; Angleterre-Inde ; et maintenant de nouveau cette expédition aventurière en Asie orientale ! Et à côté les augmentations permanentes d’armements et les paroxysmes de flottes. Pas étonnant que le mouvement de la paix, si lent si souterrain, n’attire guère le regard des masses. (M,p. 391)

Une aide inespérée, le « Manifeste » du Tsar

  • 22 Le « Manifeste du Tsar » a été rendu public le 24 août 1898.
  • 23 Die Waffen nieder! N°10 et 11, septembre-novembre 1898.

31C’est dans ce climat plutôt morose de « la première moitié agitée de l’année 1898 » que paraît un article largement diffusé dans la presse et qui fait sensation. Comme elle le relatera longuement dans ses Mémoires, Artur Gundaccar von Suttner lui en fait lecture par un beau matin d’été dans le jardin de Harmannsdorf,22 sans jamais en mentionner l’auteur, déclenchant ainsi à dessein de la part de sa femme une série de réactions révélatrices de son état d’esprit à l’époque. Plutôt désabusée, sur un ton que l’on devine peu amène, elle en interrompt la lecture à diverses reprises, ponctuant d’un sec « il n’y a là rien de bien neuf ! » ou soupirant : « ah ! si les dirigeants des États pouvaient penser ainsi ! ». Spontanément, elle attribue l’article « à Frédéric Passy ou quelqu’un des nôtres » mais, devant l’évocation « des armées devenant un poids écrasant que les peuples supportent de moins en moins », elle rectifie, plutôt péremptoire : « c’est de toute évidence écrit par un social-démocrate ! ». Le mystère de l’auteur enfin levé – qui n’est rien moins que Sa Majesté le Tsar de toutes les Russies en personne –, la stupéfaction fait place à l’enthousiasme : « N’est-ce pas un rêve, un conte de fées ? » et l’article, si froidement perçu au départ, devient une Botschaft, un message au sens quasi religieux du terme. Afin de donner la pleine mesure de l’événement qu’a constitué, dans son itinéraire personnel mais aussi dans un moment difficile du travail pour la paix, ce texte connu comme « Le manifeste du Tsar », elle lui consacrera un chapitre entier de ses Mémoires dans lequel non seulement elle insère le « document officiel » mais aussi les articles écrits dans la foulée pour le numéro de septembre de sa revue Die Waffen nieder!23, ainsi que les nombreuses lettres enthousiastes reçues de toute l’Europe. Elle y ajoute, fidèle à une de ses habitudes éditoriales érigée en principe, les réactions mitigées, voire hostiles parues dans la presse conservatrice et militariste et dont certaines sont datées d’un « am Sedanstag/ Au jour anniversaire de Sedan » sans équivoque. Et, toujours dans le même souci de refléter au plus près l’ampleur des réactions, elle ne manque pas de citer quelques critiques signées de sociaux-démocrates plus que méfiants comme Wilhelm Liebknecht déclarant : « la proposition de désarmement faite actuellement par le Tsar n’est que duperie ».

32S’il est bien révélateur de certains traits de caractère de Bertha von Suttner – une bonne dose de naïveté et une propension à s’enflammer avant même d’avoir analysé les textes et réfléchi sur les conséquences possibles–, le mouvement de surprise, voire d’incrédulité dont elle fait preuve dans sa première réaction à la lecture du texte est loin d’être isolé. Car ce manifeste signé du chef d’une des plus grandes puissances du moment, c’est bien l’écrit et l’auteur auxquels on ne s’attendait pas. L’Empire russe est en effet loin d’apparaître alors comme le terrain le plus propice pour un tel appel et il ne venait guère à l’esprit des contemporains d’associer Russie et paix. Une des revues les plus prestigieuses de l’époque Preussische Jahrbücher/ Annales prussiennes, n’hésitait pas à décrire, dès 1894, la Russie comme la meneuse d’un choc frontal des civilisations :

  • 24 Preussische Jahrbücher, 1894 (vol. 76, p. 570).

Cette coalition de ‘russisme’ et d’orthodoxie a commencé son offensive contre la culture européenne, elle nous menace nous-mêmes d’une terrible guerre à venir.24

33Et, de fait, depuis l’arrivée sur le trône de Nicolas II en 1894, l’empire se distingue surtout par une politique de russification à outrance touchant la Pologne autant que le Caucase, les États baltes autant que la Finlande. L’antisémitisme y est à son apogée provoquant dans les années 1896-97 une émigration massive vers les États-Unis d’une population juive évaluée alors à plus de 5 millions d’individus, autant que les Russes blancs. Les mauvaises récoltes des années noires 1892, 1897, provoquent des troubles chez les paysans déportés sans ménagement d’une zone peu hospitalière à l’autre et objets par ailleurs de toutes les attentions de la part des partis révolutionnaires naissants, partisans d’un socialisme agraire seul capable à leurs yeux de « révolutionner » le vieil empire. Mais ce ne sont pas tant ces troubles, suffisamment graves en soi pour mettre en cause les structures mêmes de l’empire, qui distinguent la Russie aux yeux des autres puissances européennes mais bien plutôt sa politique extérieure qui s’affiche de plus en plus comme une force expansionniste aux visages multiples. Comme les autres puissances européennes, la Russie s’adonne avec frénésie à la construction d’une flotte et la visite des marins de Cronstadt à Toulon en 1893 avait déjà constitué une démonstration de force et dévoilé certains enjeux expansionnistes russes à plus ou moins long terme. Bertha von Suttner avait suivi l’événement dans la presse, avec des sentiments mitigés :

la visite de la flotte russe à Toulon en 1893 et les fêtes de fraternisation qui y étaient liées éveillèrent mon plus vif intérêt. Avec une attention soutenue, je suivis l’effet double engendré par cette visite. L’occasion déchaînait les passions chauvines et, en même temps, les sentiments pacifistes. Les déclarations alternaient dans un sens et dans l’autre et rivalisaient de bruit. (M, p. 295)

34Depuis, elle avait eu connaissance de la brochure publiée par Léon Tolstoï Christianisme et Amour de la patrie dans laquelle il stigmatisait avec sa vigueur habituelle l’hypocrisie de ce genre de manifestation :

  • 25 L. Tolstoï, Christentum und Vaterlandsliebe traduit du russe à partir d’une copie par L.A. Hauff, B (...)

Les conséquences de l’épidémie de Toulon et de Paris, qui s’est emparée d’hommes disposant d’un terrible pouvoir, de sommes d’argent considérables, d’outils pour commettre leurs actes de violence et répandre leur folie, ne peuvent et ne doivent qu’être effroyables.25

  • 26 Ce sont les causes de la guerre qui opposera en 1904/1905 le Japon et la Russie.
  • 27 En particulier l’influence de l’impératrice, née princesse de Hesse-Darmstadt qui, convertie à l’or (...)

35Certes, la Russie n’est à ce moment précis pas ouvertement en guerre mais, après l’échec de la guerre de Crimée, elle se détourne – pour un temps – de ses visées sur les Balkans et pratique une forme d’expansion économique très ciblée vers l’Est, l’Asie et l’Extrême-Orient avec la construction du transsibérien commencée en 1891 et du chemin de fer de l’Est et de la Chine en 1897. Ainsi s’opèrent, au fil des rails et sous couvert de développement économique, la ‘colonisation’ de la Sibérie, le libre accès à Vladivostock la bien nommée ‘Maîtresse de l’Orient’ créée en 1860 et une pénétration de la Mandchourie et de la Chine du nord dans la région du fleuve Amour, peu appréciée des Japonais qui entendent bien faire valoir leur droit dans ces régions, en particulier en Mandchourie26 Par ailleurs, l’avènement en 1894 de Nicolas II est loin d’être un sujet de satisfaction pour les partisans de la paix. Arrivé jeune, à 26 ans, sur le trône, de nature indécise et fort influençable27, le nouveau Tsar se révèle très vite autocrate, mettant fin aux espoirs de réforme des libéraux, persécutant les milieux juifs et laissant commettre de nombreux pogromes. Il est persuadé de la « mission asiatique » de la Russie et appuie sans réserves les initiatives de son ministre Sergei Witte dans sa politique économique agressive vers l’Asie et l’Orient.

36Quant à la dénomination prise par cet écrit, sorte de breve que, dans un premier temps, le ministre des Affaires étrangères russe distribue à Saint Pétersbourg aux ambassadeurs et divers plénipotentiaires accrédités à la cour, elle n’est guère en harmonie avec l’auteur. La formule Manifeste du Tsar constitue en effet un bel oxymore tant le terme de manifeste reste lié – en dehors de quelques exemples de sécession culturelle – au Manifeste du parti communiste que Marx et Engels avaient publié en 1847 et qui n’était pas vraiment une lecture de référence du Tsar ou de son entourage. La dénomination contribuera du reste à éveiller la méfiance des socialistes et autres démocrates européens comme en témoigne la réponse d’August Bebel à la lettre de Bertha von Suttner évoquant le texte :

  • 28 A. Bebel à B. von Suttner, Berlin 31 janvier 1899.

Permettez-moi d’ajouter quelques mots sur ma position vis-à-vis de la question du manifeste de paix de l’empereur de Russie […] Tout cela est tout à fait louable mais ne peut nous empêcher de considérer le procédé avec une certaine méfiance…28

  • 29 Diary n° 1 en date du 25 août (Fonds Fried-Suttner UNO-Genève).

37Mais qu’apportait, dans le fond, cet appel du Tsar qui puisse ainsi susciter une vague d’enthousiasme dont on retrouve trace dans les correspondances de l’époque, que celles-ci soient l’œuvre de diplomates, de pacifistes, d’hommes politiques de tous bords ou de la Baronne von Suttner qui adresse le 26 août « une lettre ouverte à Charles Richet à cause de l’arrivée de la dépêche de l’Empereur »29 ?

  • 30 On peut considérer que dans le genre, le successeur du Tsar Nicolas II est le Président des États-U (...)

38Le manifeste s’articule d’emblée autour de deux points forts, la sauvegarde de la paix et la diminution des armements, deux éléments dont le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils n’avaient jamais fait l’objet d’un commentaire officiel émanant directement d’un souverain ou du chef d’une grande puissance, que celle-ci soit européenne ou mondiale.30 Or le manifeste fait clairement référence à « la situation actuelle » et se place délibérément dans une perspective internationale. S’il use pour parler de la paix d’un vocabulaire hautement moral, évoquant tour à tour l’idéal, le devoir et les valeurs, il s’adresse aussi concrètement aux gouvernements en place et propose « pour faire triompher l’idée de la paix mondiale une alliance de tous les gouvernements », laquelle devrait prendre la forme d’une consultation internationale. Ce sera la première Conférence de La Haye qui se réunira le 18 mai 1899, jour anniversaire de Nicolas II.

39Le second élément n’est pas moins inattendu, voire incongru puisqu’il s’agit de la restriction à apporter dans les plus brefs délais et sur toute la planète aux armements et préparatifs de guerre. À la lecture de l’argumentaire développé par le Tsar on comprend l’étonnement, voire la stupéfaction qui a pu saisir les contemporains et plus particulièrement les ‘pacifistes’ de l’époque qui retrouvent là la plupart de leurs arguments reçus jusque-là dans la plus grande indifférence, quand ce n’est pas une franche hostilité :

  • 31 La Conférence de la Paix, in Revue générale de droit international public, Paris 1900, p. 5

…Le monde avait été frappé de surprise quand il avait vu un puissant monarque, chef d’un grand état militaire, se faire lui-même l’apôtre du désarmement et de la paix …31

40Alors même que la course aux armements – dont fait partie la construction d’une puissante flotte – compte parmi les priorités du gouvernement russe, le Tsar aligne tous les arguments possibles contre un armement à outrance. Primo: en soi déjà très onéreux pour le budget de l’État, il produit des armes de destruction rendues obsolètes par les progrès que la science fait en ce domaine. Secondo: exclusivement occupée à améliorer en permanence le matériel militaire, la science délaisse d’autres domaines comme l’économie, la médecine, la société, la culture. Les crises économiques sont donc la conséquence directe de ce cantonnement des découvertes et capacités scientifiques au seul service de l’armement. Tertio: la société vit dans le danger permanent suscité par sa proximité avec « un tel amas de matériel de guerre » – l’explosif de Nobel est dans toutes les mémoires ! – et s’épuise à financer des armées « devenues un poids étouffant qu’elle supporte de plus en plus mal ». Enfin, prophétise le Tsar comme saisi par une vision apocalyptique, si l’humanité s’obstine dans la voie actuelle, c’est « la catastrophe, dont l’horreur fait, rien que d’y penser, frissonner tout un chacun ».

41Le texte du manifeste est si direct, si fort, si inattendu qu’il éveille aussitôt une méfiance généralisée. Comme en témoigne cet opuscule pris au hasard dans la masse de publications suscitées par le texte et intitulé Désarmement et confédération, où l’auteur, Patrice Contamine de Latour note :

  • 32 Patrice Contamine de Latour, Désarmenent et Confédération, Sens, 1899, p. 1.

L’opinion publique, toujours simpliste, a accueilli le rescrit du Tsar avec enthousiasme. Elle a été unanime à louer l’initiative de Nicolas II. Il semble que l’on se soit trop pressé […] on s’apercevra que nous sommes en présence d’une illusion – et d’une illusion dangereuse32.

42Cet Ex Oriente Lux aux accents pacifistes ne dit rien qui vaille à nombre d’ hommes politiques et chefs de partis de tous bords qui s’obstinent à voir le loup – en l’occurrence ici plutôt l’ours – caché sous la toison de l’agneau. Et nombreux sont ceux qui se rallient ouvertement au discours prononcé le 8 septembre – donc en connaissance du texte – par l’Empereur Guillaume II :

La paix ne sera jamais mieux garantie que par une armée habile à se battre et prête au combat […] Que Dieu nous accorde de pouvoir toujours remporter la victoire grâce à cette arme toujours tranchante et en parfait état..(M, p. 409)

  • 33 J de Bloch, La guerre future..., introduction p. 9.

43La réaction de Bertha von Suttner est, on l’a vu, tout autre et, une fois la première stupéfaction passée, elle n’aura de cesse de commenter et de diffuser le texte du Tsar. Ce qui lui vaudra une rude campagne de dénigrement menée contre elle qui se solde par des caricatures et des insultes. On se moque d’elle sur tous les tons et dans toutes les situations : « toutes ces jérémiades du genre Bertha von Suttner » (Linzer Montagspost), « la Baronne de Suttner, qui avait il y a quelques années atteint le sommet du ridicule en commandant ‘ Bas les armes !‘ triomphe mais c’est une courte joie, car tout désarmement est contraire à la nature et ennemi de la culture » (Heidelberger Zeitung), ou encore « ces doux rêveurs internationaux de la paix du genre Suttner et compagnie » (Staatsbürgerzeitung). Bertha von Suttner n’en a cure, toute à la joie de retrouver dans ce texte non seulement ses propres arguments mais presque ses propres paroles puisqu’elle vient de publier dans son dernier roman, Schach der Qual, tout un chapitre traitant d’une grande conférence sur le désarmement initiée par le héros du roman et organisée par les grandes puissances de la planète. De plus, elle a appris que l’initiative du Tsar remonte à une entrevue avec un compagnon de route du mouvement pacifiste, Jean de Bloch, auteur d’un ouvrage l’avenir de la guerre future dans la perspective technique, économique et politique où il développe et démontre avec la plus grande acribie les conséquences désastreuses pour l’économie comme pour les régimes politiques existants d’un armement à outrance. Ses recherches très techniques, avec tableaux statistiques du coût de maintenance des armées, simulations de ‘guerres à venir’ et comparaisons chiffrées de l’état des diverses armées en Europe, l’ont amené à cette conclusion que « la guerre serait, dans les conditions actuelles, un acte de la plus haute témérité et presque la mise en pratique d’une meurtrière utopie. »33 Il en déduit qu’il faut « passer sur le terrain des études sérieuses » et exprime tous ses espoirs dans une conférence dont un premier but serait de fournir à l’opinion publique internationale une documentation correcte dans ce domaine jusque-là réservé aux seuls gouvernants et militaires et le second serait la mise en place de tribunaux d’arbitrage internationaux capables de prévenir les guerres.

44Jean de Bloch, grand industriel, magnat des chemins de fer russes, banquier et de longue date acquis aux idées pacifistes, compte parmi les correspondants de Bertha von Suttner à qui il avait adressé son ouvrage. Celle-ci, l’ayant effectivement lu, écrit à l’auteur pour l’inciter à préparer la future conférence. La réponse que lui fait Jean de Bloch est quelque peu ambiguë. Acte de reconnaissance du travail pour la paix effectué par le mouvement pacifiste essentiellement grâce au « talent personnel de Madame la Baronne », c’est aussi l’expression argumentée d’un certain scepticisme vis-à-vis de l’impact que pourrait avoir une telle conférence :

En ce moment les gouvernements ne sont pas assez affaiblis, l’opinion publique n’est pas assez mûre pour pouvoir espérer atteindre des résultats lors de la conférence (M, p. 432)

45mais, ajoute-t-il conscient du désarroi que peut causer sa défiance d’homme politique autant que d’industriel : « Je vais essayer de faire de la propagande dans la direction indiquée ».

46Mais déjà, sans plus attendre et sans se soucier le moins du monde des propos peu amènes à son sujet, Bertha von Suttner s’est mise au travail.

La Conférence de La Haye (18 mai – 29 juillet 1899)

  • 34 Bertha von Suttner « Brief aus Turin », compte-rendu publié dans le n° 10/11 1898 de la revue Die W (...)

47Pour l’année 1898 il n’est prévu aucun congrès universel de la paix. La raison en est la même qu’en 1895, trop de conflits en empêchent la tenue. Cette fois il s’agit essentiellement de la guerre que se livrent les États-Unis et l’Espagne à propos de Cuba, mais l’expédition menée par les Anglais dans le Transvaal pèse aussi dans la décision car ces derniers ne veulent en aucun cas voir le conflit figurer au programme, ce qui mettrait en cause une souveraineté sur laquelle ils se montrent extrêmement sourcilleux. À l’initiative du Bureau international de la paix, en l’occurrence de son président, le Suisse Elie Ducommun et de sa vice-présidente Bertha von Suttner, une assemblée générale des délégués des sociétés de la paix est donc convoquée à Turin où la commission va siéger du 26 au 28 septembre 1898. Si la réunion est brève, la ville étant alors investie par l’Exposition universelle qui s’y tient au même moment, et si la délégation est quelque peu restreinte, 25 représentants seulement alors même que Bertha von Suttner décompte pour sa part plus de 60 groupes pour l’ensemble des pays germaniques et plus de 400 sociétés de la paix réparties dans le monde, les délégués se mettent de manière très efficace au service du Manifeste du Tsar dont il est rappelé en ouverture qu’« il va évidemment assurer le fond et la direction générale des délibérations ».34 Outre l’envoi de télégrammes au Tsar et au Roi d’Italie, une commission est constituée pour « rendre fructueuse l’initiative de l’Empereur de Russie […] et provoquer un sentiment public dans tous les pays pour une trêve des armements ». Les membres du mouvement de la paix, ceux qui se désignent eux-mêmes comme les pacifiques, prennent donc ici concrètement la relève de l’appel impérial et organisent une campagne systématique, faisant du Bureau de Berne un organe centralisant les initiatives des divers pays. L’assemblée loue comme exemple à suivre l’Angleterre où les hommes politiques, les princes de l’Église anglicane et les ouvriers regroupés dans les Trade-Unions ont massivement soutenu le manifeste, ce que ne manque pas de noter Madame la Vice-présidente :

  • 35 Ibid. p. 387.

Cette attitude des ouvriers anglais – ceci soit dit entre parenthèses – est bien plus utile que celle des socialistes d’autres pays qui mettent en doute les intentions de l’Empereur russe, simplement parce qu’il est Empereur...35

48La proposition finale adoptée par 21 voix contre 4, considérant qu’il y a dans la circulaire du Tsar « un point de départ pour l’adoption de lois internationales sauvegardant l’autonomie de chaque nation et assurant la justice entre les peuples », comporte un amendement qui n’est pas sans importance :

  • 36 Protocole de l’Assemblée générale des délégués des Sociétés de la Paix à Turin 1898, publié à Berne (...)

Le Bureau international pour la paix fera toutes les démarches utiles auprès de l’Empereur de Russie et de son gouvernement en vue de faire produire à la proposition de Nicolas II le maximum d’effets heureux36

49Par cette mise à disposition de leur organe de gestion comme du réseau des sociétés de la paix, les pacifiques s’invitent de facto dans la sphère de la politique au plus haut niveau :

  • 37 Discours de clôture de l’Assemblée générale de Turin, rapporté par B. von Suttner in « Brief aus Tu (...)

Ce qui nous attend maintenant, c’est une question de vie et de mort et cette question peut être résolue par les gouvernements et leurs délégués dans la conférence convoquée par le Tsar.37

50laissant entendre qu’ils pourraient bien être, plus encore que des observateurs vigilants, des acteurs particulièrement efficaces.

51Et de l’efficacité, Bertha von Suttner en a à revendre ! De retour de Turin, elle s’emploie à agitieren – c’est son propre terme – et organise le 18 octobre une grande réunion à Vienne dont l’orateur principal est Moritz von Egidy, ce qui provoque un certain mécontentement dans les rangs des militaires autrichiens invités, choqués moins par la présence du Major prussien – depuis 1879 Allemagne et Autriche se sont réconciliées au sein de la Duplice – que par son passé d’officier contraint à la démission pour cause de publication mettant en question l’église et les pouvoirs en place. Par ailleurs, hommes politiques, diplomates et militaires s’affairent à préparer la conférence initiée par le Tsar et choisissent de se réunir à cet effet à Saint-Pétersbourg en décembre. Beaucoup passent alors par Vienne et y rencontrent Bertha von Suttner. C’est le cas de William Stead qui fait un tour d’Europe pour recueillir un soutien massif à la « Croisade pour la paix » qu’il vient de lancer en Angleterre. Bertha von Suttner a aussi de longs entretiens avec Jean de Bloch, qui fait un bref séjour dans la capitale autrichienne et qui, en dépit d’un certain pessimisme, défend l’idée de la conférence dont il est, on le sait, le véritable inventeur. Enfin, toujours à Vienne, Bertha von Suttner est invitée – en fait s’invite – à l’ambassade de Russie où elle peut longuement s’entretenir avec le Comte Mouraview, alors ministre des Affaires Étrangères. Menée en français, avec une courtoisie toute diplomatique à laquelle, comme toujours, Madame la Baronne est très sensible, la conversation marque pourtant déjà un certain recul par rapport à la circulaire du Tsar : « Le but ne peut pas être atteint dans un temps bref, il faut faire un pas après l’autre, une pause des armements, c’est la première étape ». Exprimant son espoir d’un arrêt des conflits conclu pour les dix-vingt prochaines années, Bertha von Suttner se voit même reprocher sa trop grande précipitation, forme évidente de naïveté (féminine ? ce n’est pas précisé), voire d’incompétence avérée en matière de jugement politique :

  • 38 En français dans le texte.

Vingt ans, dix ans ! Vous allez trop vite Madame* On serait bien content si un tel accord pouvait se conclure pour trois ans. Mais je suis persuadé que même cela ne sera pas demandé. (M, p. 421)38

52Ce flottement encore à peine perceptible mais remarqué par Bertha von Suttner, trouve en début janvier 1899 une confirmation dans une deuxième circulaire du Tsar dont il est précisé qu’elle a pour but de :

  • 39 Ce texte en date du 30 décembre1898/11 janvier 1899 figure dans la circulaire d’invitation du 6 avr (...)

donner une forme plus concrète aux généreuses idées préconisées par le magnanime Empereur et indiquer certaines questions qui pourraient spécialement être soumises aux délibérations de la Conférence projetée39.

53Articulée en huit points, la deuxième circulaire du Tsar comprend effectivement quelques précisions qui laissent augurer de divergences de vues non négligeables par rapport aux idées premières de l’Empereur. Certes le désarmement reste la question centrale mais viennent désormais s’y adjoindre des points portant sur la gestion des conflits, en d’autres termes sur ‘les lois de la guerre’, ce qui revient à plaider pour un jus in bello, une réglementation de la guerre, laquelle, n’étant pas remise en question dans son essence même, peut continuer dès lors à ravager la planète. De même apparaissent des restrictions dans l’application, préconisée comme facultative, des décisions prises par les tribunaux d’arbitrage. De plus, doit être expressément exclu des délibérations « tout ce qui touche aux rapports politiques entre les États ou à l’ordre des choses établi par les traités ». Ce qui, interprété à la lettre, réduit fortement le champ des discussions et la portée des décisions à prendre, toutes choses que Bertha von Suttner résume fort bien :

Du fait de l’introduction au sein des délibérations de la conférence de la paix des questions des us et coutumes de la guerre et de l’humanisation des conflits, on enfonçait un coin (certes, non intentionnellement) propre à leur ôter leur caractère spécifique (M, p. 428)

54Il n’empêche que dans le N° 1 daté de janvier 1899 de la revue Die Waffen nieder! – le dernier numéro qui soit encore sous sa responsabilité éditoriale –, Bertha von Suttner n’hésite pas à qualifier la tenue de la conférence comme un « événement de portée mondiale » :

  • 40 Die Waffen nieder! Monatsschrift zur Förderung der Friedensbewegung hg. von Baronin Bertha von Sutt (...)

la tâche est grandiose, magistrale tout comme l’est la chance ainsi offerte, si grandiose que la plupart des humains ne la comprennent pas… Éblouissante lumière du soleil qui vient de disperser l’amoncellement des nuages, tel est le message (Botschaft) du Tsar.40

  • 41 Compte rendu de Monsieur de Lapradelle in Revue générale de Droit…, op. cit. p. 10.
  • 42 Dans son billet de remerciement à Theodor Herzl, B. von Suttner écrit : « Ainsi je vais à La Haye. (...)

55Bertha von Suttner ne figure pas parmi la centaine de délégués officiels des vingt-six États représentés. Comme le note le compte rendu officiel paru dans le numéro spécial de la Revue générale de Droit international public consacré à la ‘Conférence de la paix’, « ce n’est ni Monsieur Stead, ni la Baronne de Suttner, ni Monsieur Frédéric Passy que leurs gouvernements respectifs avaient délégués »41. La Baronne – comme toujours accompagnée de son époux – et ses collègues ‘pacifiques’ assistent donc à la conférence au simple et quelque peu pompeux titre de « grands apôtres de la paix venus à La Haye pour manifester leur foi » mais n’y participent pas, du moins officiellement. Car pour ce qui concerne Bertha von Suttner, ce n’est pas là l’exacte vérité. Elle connaissait alors des difficultés financières dues en grande part à la mauvaise gestion du domaine de Harmannsdorf, les notes de son journal de cette époque en font état quasi quotidiennement. N’étant pas déléguée officielle, elle n’a pas obtenu de subsides de la part de la Société autrichienne des amis de la paix ou du Bureau international de la paix à Berne et Alfred Nobel, toujours généreux en ces circonstances, est mort depuis plus de deux ans. C’est donc en qualité – discrètement affichée – de correspondante de presse, en autres du journal de Theodor Herzl Die Welt, que Madame la Baronne assiste pendant près de deux mois à la Conférence de La Haye.42 L’activité de journaliste qu’elle va devoir y déployer ne lui est certes pas étrangère mais il est certain que celle-ci n’est pas sans interférer sur sa perception de la conférence comme sur les conclusions qu’elle en tire et publie dans la foulée. Il y aura ainsi sous la plume de Madame de Suttner au moins trois versions du déroulement de la Conférence de La Haye dont l’une – quasiment sténographique – est consignée dans les notes de son journal intime de l’époque, la seconde – plutôt réservée aux délibérations et décisions officielles – est publiée sous forme de livre en 1900 sous le titre Die Haager Friedenskonferenz. Tagebuchblätter. Quant à la troisième, elle fournit la matière d’au moins deux chapitres conséquents des Mémoires. Cette narration à trois niveaux d’écriture permet de prendre la mesure du public que cherche à atteindre Bertha von Suttner, journaliste engagée, soucieuse de diffuser et de commenter en direction d’une large opinion publique tout ce qui peut être un apport, un progrès, une chance pour le mouvement de la paix. Elle témoigne aussi, par son rôle de simple observatrice en fait fort active dans les coulisses de l’événement, de l’inventivité stratégique dont les femmes usent, en cette fin de siècle, pour participer de fait au politique.

  • 43 La Conférence de la Paix, Revue générale de Droit international public, op. cit., p. 6.

56C’est une lourde machine qui se met en marche le 18 mai 1899, il ne s’agit en effet pas d’un congrès tel qu’il s’en tient bon an mal an et dont Bertha von Suttner est familière depuis dix ans déjà. Cette fois, c’est une conférence, officiellement organisée par les plus importants gouvernements de la planète, qui s’ouvre sous l’égide de ses plus hauts dirigeants qui y délèguent leurs ministres des Affaires étrangères. La conférence a pour but de concrétiser la directive impériale sur deux points essentiels mis à l’ordre du jour, la question du désarmement et celle de la reconnaissance du principe de l’arbitrage entre les nations avec la mise en place d’une cour permanente d’arbitrage dont le siège sera à La Haye. Préparés de longue date, les travaux doivent se dérouler avec un maximum d’efficacité toute diplomatique et le soutien clairement exprimé des gouvernements : « jamais conférence diplomatique n’a présenté tant de titres à l’attention générale que la Conférence de La Haye. »43 Or il n’en est rien et la Conférence, après des débuts prometteurs, va se traîner de commissions en séances plénières, de cérémonies officielles en conventicules tenus dans les hôtels où, bien que non délégués officiels, certaines personnes tiennent salon ou, si l’on préfère, ont leur cour. Bien qu’exclus des délibérations, ils/elles sont parfaitement instruits des débats et autres épisodes houleux au sein des instances de la Conférence et sans se laisser dérouter, tissent leur toile, gèrent leur réseau, se constituent en relais et finissent par jouer de plus en plus ouvertement un rôle de médiateur actif. Bertha von Suttner est une de ces « salonnières » occasionnelles, apparemment en marge, en fait au cœur de l’événement et, on le verra, parfois même au chevet d’un organisme bien mal en point.

57Le premier acte de la Conférence est une messe célébrée en l’honneur du Tsar – dont c’est l’anniversaire – et qui prend dans la somptuosité de son rituel orthodoxe des allures de Te Deum quelque peu incongru dans ce vaste rassemblement international pour la paix. Quant au discours d’ouverture, auquel Bertha von Suttner est la seule femme conviée, il est tenu par Monsieur de Beaufort, ministre des Affaires Étrangères des Pays-Bas, et n’enthousiasme pas outre mesure une auditrice attentive à chaque parole, à chaque nuance, si fine soit-elle, apportée aux intentions premières exprimées par le Tsar : « Il me semble que Nicolas II voulait plus ; ce n’est pas des besoins des dirigeants mais bien plutôt de ceux de tous les peuples dont il devrait être question » (M, p. 443). En ce même jour, elle apprend, non sans irritation, que, suite à une réglementations de la Conférence, la presse n’est pas admise à assister aux sessions. Elle n’aura donc, comme correspondante de presse, accès ni aux réunions des trois commissions qui viennent de se constituer, ni aux séances plénières où sont présentés, discutés et votés les textes émanant des travaux des commissions. Qu’à cela ne tienne, Bertha von Suttner fait alors jouer ses relations déjà anciennes tant avec les représentants de la Grande-Bretagne, William Stead, Lord Aberdeen, Sir Julian Pauncefote, qu’avec ceux de France, le baron d’Estournelles, Charles Richet, Léon Bourgeois et le Chevalier Descamps. Par ailleurs, elle renforce ses liens avec les diplomates russes, le plénipotentiaire Novikow, Jean de Bloch et avec messieurs Holls et White, délégués-citoyens américains. Et la stratégie est payante puisque, à plusieurs reprises, elle prend connaissance, en direct et parfois avant même leur envoi, de notes confidentielles adressées par tel haut responsable à son gouvernement au sortir de travaux de commission ou d’une assemblée plénière :

Trois heures à l’hôtel Vieux Doelen. Je tombe sur Stead.
 – Enfin je vous vois, m’écriai-je, car c’est de vous qui êtes en si
bon rapport avec les délégués que j’attends des nouvelles !
 – Et vous les aurez. Aujourd’hui même et plus heureuses et plus importantes que vous ne pouvez les espérer. Voici une copie du rapport que je viens d’adresser aux journaux anglais – lisez et réjouissez-vous avec moi. (M, p. 453)

58Parfois, la situation ne manque pas de comique. Ainsi quand les rôles s’inversent et que William Stead, chargé d’une chronique journalière pour le journal danois Dagblad, demande conseil à sa ‘collègue’ qui ne manque pas de le soutenir énergiquement : « magnifiquement rédigé. Ce sera d’une grande utilité. Quel homme que ce Stead ! ». Ou bien, autre inversion des rôles, quand Bertha von Suttner qui est là pour interviewer, se laisse non sans plaisir interviewer par ses confrères du Figaro ou de l’Écho de Paris. Surmontant sa déception première de se voir reléguée comme journaliste aux marges de l’événement, Bertha von Suttner réagit à sa manière qui s’avère en la circonstance redoutablement efficace : elle s’installe en quelque sorte dans la conférence, aménage dans sa suite d’hôtel un confortable salon « comme si on y était depuis deux ans déjà » et invite à toutes occasions, déjeuner intime, dîner, réception, thé, tout ce qui a importance et influence à La Haye. Par ailleurs, elle organise avec Jean de Bloch quatre soirées-conférences où l’auteur de La guerre future (dont les six volumes de plus de 4000 pages trônent sur la table de son ‘salon’) reprend les quatre thèmes qu’il avait soumis au Tsar au moment de l’élaboration du premier manifeste : ‘Comment éviter la guerre’, ‘la guerre terrestre’, ‘la guerre maritime’, ‘la guerre de l’avenir dans sa perspective économique’. Enfin, elle est de tous les raouts à la mode, bals et banquets officiels où elle se fait présenter les principaux acteurs de la Conférence, converse avec les ministres et devise quasi d’égale à égale avec les reines des Pays-Bas – Reine-mère et Reine-fille, comme elle les désigne –, toujours félicitée pour son roman Die Waffen nieder! mais désormais aussi interrogée en sa qualité de pacifiste sur le déroulement de la Conférence. Elle le sait, son heure viendra où les uns et les autres, déroutés par les débats, désorientés par des décisions en demi-teintes, déçus souvent de la tournure prise par la Conférence, chercheront conseil, voire réconfort auprès de la ‘salonnière’ occasionnelle de La Haye.

59Des trois commissions chargées respectivement de ‘La diminution des armements’, des ‘Lois de la guerre’ et de ‘La solution pacifique des conflits internationaux’, la première est d’emblée vouée à l’échec. Rien n’y fait, pas même la tactique russe qui cherche par tous les moyens à :

  • 44 Discours du Président de la Première Commission, Bernaert, lors de la séance du 26 mai 1899.

étudier, à discuter, à mettre en œuvre l’idée maîtresse qui a donné lieu à cette grande réunion internationale : assurer aux peuples une paix durable et voir à mettre une barrière au développement progressif et ruineux des armements militaires.44

  • 45 Revue de Droit international public, op. cit. p. 29.

60Les discussions sur la diminution des armements – et non pas leur arrêt comme prévu dans le premier texte du Tsar – donnent lieu à une surenchère sur les effectifs, la production des armes et les budgets de guerre. Aux arguments des adversaires qui avancent l’état très différent des armées quant au nombre de soldats, la durée du service militaire et le niveau des armements indissociable du degré d’industrialisation et de la modernité de la production, viennent s’ajouter « le doute et le soupçon » à l’égard d’un Empire russe qui, dans le même temps, renforce ses troupes en Finlande et tient à garder sa toute puissance, armée bien entendu, en Asie. Quelles seraient, dans le cas d’un très improbable accord, les garanties que tout signataire en respecterait les clauses ? Effectifs et budget de guerre relèvent de la Défense, par nature nationale et secrète. Quant à l’office de contrôle proposé par le professeur Lawrence de Cambridge, il n’a aucune chance de s’imposer ni d’imposer quelque contrôle que ce soit sur un élément aussi strictement circonscrit au domaine national. Finalement, le couperet juridique s’étant aussi fait entendre : « aucun État ne peut restreindre par traité son droit à l’existence », la commission constate la « très vive impossibilité d’aboutir » et le rapport de la commission conclut que « au point de vue général, abstraction faite des circonstances, l’œuvre était et sera toujours impossible ».45 Mais pour que la Russie et le Tsar ne perdent pas complètement la face, elle clôt ses travaux sur une formule qualifiée de « platonique et vague » par plus d’un délégué :

  • 46 Rapport n° 6, 30 juin 1899 de la Première Commission, repris et adopté en séance plénière le 21 jui (...)

La commission estime que la limitation des charges militaires, qui pèsent actuellement sur le monde, est grandement désirable pour l’accroissement du bien-être matériel et moral de l’humanité.46

61La seconde commission, plus technique en apparence, a pour tâche d’examiner les lois de la guerre et doit, pour ce faire, se pencher sur la question de l’extension de la Convention de Genève de 1864 à la guerre maritime et sur la révision de la convention de Bruxelles de 1874 concernant la guerre sur terre. C’est là une tâche qui se situe en terrain connu, dans la continuité des premières réglementations des conflits initiées par Henry Dunant, prenant en compte le sort des prisonniers et des blessés. Mais que vient faire dans une conférence consacrée à la paix et à son organisation cette question qui concerne exclusivement la réglementation des conflits ? Nombre de délégués n’hésitent pas à voir dans la tâche dévolue à la seconde commission une sorte de dérivatif :

  • 47 Revue Générale de droit international, op. cit. p. 56.

Voilà pourquoi, pour assurer les travaux de la Conférence de la paix contre un échec probable, la deuxième commission ouvrit, suivant le programme russe, une vaste parenthèse : la parenthèse de la guerre, qui devait être, dans l’idée commune, la parenthèse des résultats et du succès.47

62Par certains aspects qui n’échappent pas à Bertha von Suttner, la question des lois de la guerre abordait un thème alors très discuté chez les pacifistes qui avaient très vite détecté que sous ce vocable de ‘ lois de la guerre’ pouvait se cacher une tentative de faire de la guerre un phénomène à visage humain avec son code de bonne conduite, ce qui signifiait implicitement que la guerre en soi pouvait continuer.

  • 48 En janvier 1897 un premier traité d’arbitrage entre l’Angleterre et les États-Unis d’Amérique avait (...)

63Quant à la troisième commission consacrée à ‘la solution pacifique des conflits internationaux’, elle inscrit ses travaux dans le droit-fil de la Conférence de la paix telle qu’elle avait été dessinée dans les deux circulaires russes. En ce qui concerne les deux thèmes au programme, la médiation et l’arbitrage, repris textuellement du point huit de la seconde circulaire impériale, la commission peut se référer à des antécédents comme les traités d’arbitrage déjà conclus de nation à nation mais aussi travailler sur la base des nombreux projets qui lui sont soumis lors des réunions. Deux nations dominent les débats avec des argumentations diverses : l’Angleterre qui a déjà une certaine expérience dans ce domaine – et qui a bien saisi que la conclusion habilement menée d’un traité d’arbitrage peut être une forme efficace de protection de son commerce – et les États-Unis d’Amérique qui, tout en restant fidèles à la doctrine de Monroe « l’Amérique aux Américains », pratiquent une politique d’arbitrage à géométrie variable où l’intérêt national est toujours préservé.48 Menés vivement par son président, Léon Bourgeois, proche de Bertha von Suttner et familier de son ‘salon’ improvisé, les travaux avancent bien en ce qui concerne la médiation promue au rang de principe international mais achoppent sur la question des commissions internationales d’enquête, organes de la mise en œuvre de la médiation, qui, restreintes de séance en séance, finissent par n’être plus que ‘jugées utiles’ (séance du 22 juillet 1899). Dans la résolution finale, adoptée par l’assemblée plénière, le projet apparaît désormais comme vidé de sa substance :

  • 49 Texte définitif du projet de convention pour la solution pacifique des conflits internationaux, Tit (...)

Art. 14. – Le Rapport de la commission internationale d’enquête, limité à la constatation des faits, n’a nullement le caractère d’une sentence arbitrale. Il laisse aux Puissances en litige une entière liberté pour la suite à donner à cette constatation.49

64L’autre volet soumis aux délibérations de la troisième commission concerne l’arbitrage mais là encore on se heurte à l’opposition de l’Allemagne qui refuse l’idée d’un arbitrage obligatoire et plus encore, celle d’un tribunal d’arbitrage international dont les décisions seraient contraignantes. C’est, après l’échec sur la diminution des armements, le second grand revers essuyé par la Conférence de La Haye. Reste, pour tenter de sauver du naufrage une conférence commencée dans l’enthousiasme général et arrivée à un « point mort » dès la mi-juin, la question de la réglementation de l’arbitrage désormais irrévocablement défini comme facultatif. Soucieux d’aboutir à au moins un résultat positif, les membres de la troisième commission travaillent à mettre sur pied une Cour permanente d’arbitrage à ‘compétence et à sentence facultatives’. Le projet, présenté par l’Anglais William Stead, est en fait celui qui depuis plus d’une décennie avait fait l’unanimité dans les Congrès universels de la paix – celui de Rome en 1891 en particulier – et qui avait obtenu le soutien conjugué des sociétés de la paix et de l’Union interparlementaire de la paix. Sur ce point, mais c’est le seul, la conférence de La Haye est donc un succès pour le mouvement de la paix et ses divers organes d’expression.

65Le déroulement de la Conférence se ressent des discussions parfois houleuses et des stratégies de ralentissement imposées tour à tour par les puissances, l’Allemagne en particulier. Même ceux qui ne participent pas directement aux travaux des commissions perçoivent très vite que tout ne se déroule pas aussi aisément qu’on avait pu l’espérer. Dès le 15 juin Bertha von Suttner s’inquiète de la lenteur des travaux concernant la limitation des armements :

Jusqu’ici dans la conférence la question des armements n’a été considérée que sous un seul aspect, celui du renoncement à continuer de perfectionner les armes. Pas un mot de la proposition faite par l’Empereur Nicolas lui-même sur l’« arrêt des armements », pas le moindre débat. (M, p. 468)

66À sa question du ‘ point mort’ dans les débats sur les tribunaux d’arbitrage, Léon Bourgeois lui répond de manière plutôt évasive : « je n’ai pas le droit de dire quoi que ce soit – mais soyez tranquille, on ne laissera aucune tentative de côté. ». De plus en plus les délégués viennent prendre conseil auprès de personnes tenues en marge de la conférence et lors d’une réception, le délégué américain Andrew D. White prend Bertha von Suttner à part et la conjure :

Si vous avez, Madame la Baronne, quelques relations avec des personnes importantes, faites les jouer maintenant. Il faut agir de tous côtés pour dégager les obstacles qui se manifestent … (M, p. 469)

67De fait, Bertha von Suttner est tout à fait en mesure de répondre à ces sollicitations. Elle n’est pas venue à La Haye seulement en observatrice, comme correspondante de presse ou comme l’auteur toujours fêtée de Die Waffen nieder!, elle ne se contente pas d’incarner à elle seule le mouvement de la paix, le Bureau international de Berne et la Société autrichienne des amis de la paix. Elle est aussi venue avec des idées précises sur les questions mises au programme et avec des instructions non moins précises que lui ont fait parvenir certains de ses amis avant son départ. Ainsi, elle a bien perçu dans le texte de la seconde circulaire du Tsar, le danger qu’il pouvait y avoir à mêler aux questions traitant de la paix et de son organisation mondiale le sujet très controversé des ‘lois de la guerre’ et la lettre reçue de Henry Dunant en date du 16 mai 1899 ne fait que redoubler ses inquiétudes. Dunant, qui ne se rendra pas à La Haye et lui délègue en quelque sorte sa voix, lui rappelle non sans gravité le point huit de la deuxième circulaire du Tsar :

  • 50 lettre de H. Dunant à B. von Suttner, 16 mai 1899 citée in Mémoires, p. 438.

8° Acceptation en principe de l’usage des bons offices de la médiation et de l’arbitrage facultatif pour des cas qui s’y prêtent dans le but de prévenir des conflits armés entre les nations ; entente au sujet de leur mode d’application et établissement d’une pratique uniforme dans leur emploi50

68Dunant, las de voir la Convention de Genève réduite à figurer au chapitre des ‘usages de la guerre’, veut une résolution distincte concernant une commission diplomatique permanente de médiation. L’exhortation presque pathétique de Dunant « il faut que l’article 8 fasse l’objet d’une Résolution à part [...], d’un protocole séparé », la répétition insistante – pas moins de huit fois – du terme Résolution avec majuscule, sa façon d’adjurer Madame la Baronne « Vous seule, Madame, êtes capable de la faire » ne peuvent que renforcer la vigilance de cette dernière. Elle note dès le 9 juin :

Hier travail de la troisième commission sur l’article X du projet de tribunal d’arbitrage, article qui doit distinguer les cas où l’appel au tribunal d’arbitrage doit être obligatoire, des cas où ni les intérêts vitaux ni l’honneur des États ne sont en cause. Encore une de ces portes dérobées, ou plutôt un de ces vastes porches de grange ouvert pour laisser entrer la guerre ! Elle a ici de bons défenseurs la rude camarade ! (M, p. 465)

69Plus les débats s’enlisent, plus les notes de Bertha von Suttner qui se contente de « relever les phrases marquantes », se ponctuent d’un « refusé ! » « projet enterré », « rapport laconique ! » et même en début juillet d’un « j’ai froid ! » qui en dit long sur sa profonde déception :

Eh oui, le manifeste, la mise en œuvre de la conférence, les propositions de projets qui impliquaient déjà le devoir de réaliser soi-même ce que l’on proposait, tout cela c’était des exemples. Mais ceux qui rêvaient de garder intacte toute la puissance militaire, ceux-là ne se sont pas sentis obligés de suivre – Comment peut-on agir seul, là où il s’agit de s’accorder ? (M, p. 483)

70Prétextant des affaires privées qui les rappellent d’urgence à Harmannsdorf, les époux Suttner quittent La Haye le 7 juillet. Bertha von Suttner continue à prendre note des travaux de la conférence par les dépêches et les journaux, dont la chronique de Stead dans le Dagblatt. Elle peut ainsi suivre les longues discussions concernant les commissions d’enquête en matière d’arbitrage et le caractère obligatoire ou facultatif des décisions, autant de sujets qui déclenchent de véritables altercations entre ‘grands’ et ‘petits’ États – en l’occurrence la Serbie et la Roumanie – et aboutissent à une résolution là encore très ‘platonique’, loin, très loin de la Résolution demandée par Dunant :

  • 51 Article 1 du Rapport final à la conférence sur le règlement pacifique des conflits internationaux, (...)

Afin d’éviter autant que possible l’emploi de la violence dans les relations internationales, les puissances signataires s’engagent à employer tous leurs efforts pour susciter le règlement de conflits internationaux par des moyens pacifiques51

71Au regard de tant de déceptions, il y a quelque chose de poignant à voir Bertha von Suttner continuer à consigner dans ses Mémoires sa foi dans un événement qui malgré tout reste à ses yeux un tournant dans l’histoire du mouvement pour la paix :

  • 52 Mémoires, p. 489 et suiv. Le rapport est celui présenté en séance plénière du 28 juillet. Cf. note (...)

Les attendus de ce rapport* ouvrent des pensées et des perspectives qui embrassent tout l’idéal de paix – je dirais plutôt l’évangile de paix – comme par exemple :
– Décidés à susciter de toutes leurs forces le règlement pacifique des conflits internationaux ;
– Reconnaissant la solidarité qui lie en communauté les membres des nations civilisées ;
– Désireux de répandre la domination du Droit et de renforcer le sentiment de la justice internationale.52

72Il est vrai que c’était là le vocabulaire des ‘pacifiques’ et qu’il le demeurait sans que vraiment on se soucie du fossé qui le séparait tant des réalités nationales et internationales que des intérêts étatiques propres aux puissances du moment.

Notes

1 Référence est faite ici au roman éponyme écrit en prison (avant le bannissement en Sibérie) par N.G. Tchernychevski en 1863 et dont la traduction allemande Was tun ? parue à Leipzig date de 1883. Lénine reprendra le titre dans un célèbre écrit de 1902. « Was tun ? Brennende Fragen an unsere Bewegung ».

2 Sur le prix Nobel de la Paix, son histoire et sa création, cf. chapitre VIII, Une correspondance dans le siècle et chapitre XIV, Une femme nobelisée.

3 Extrait de la revue Die Waffen nieder! Mai-Heft, 1898.Bertha von Suttner écrit ces lignes au moment où se durcit le conflit entre l’Espagne et les États Unis à propos de la domination sur Cuba.

4 A-G. von Suttner, “Zur Situation der Gegenwart“ paru dans Die Neue Freie Presse, 1895, repris dans les Mémoires, p. 324 et suiv.

5 John W. Boyer, Karl Lueger (1844-1910), Christlichsoziale Politk als Beruf, Böhlau, Wien 2010.

6 Peter G. Julius Pulzer, Die Entstehung des politischen Antisemitismus in Deutschland und Österreich 1867 bis 1914, op. cit., p. 117.

7 Bertha von Suttner à Augustin Hamon, 1e 6 octobre 1893, cité in Laurie R. Cohen, Gerade, weil Sie eine Frau sind…, Wien, Braumüller-Universitätsverlag, 2005, p. 78.

8 B. von Suttner, Briefe an einen Toten, op. cit., p. 210-211

9 La lutte des races. Recherches sociologiques par M. Louis Gumplowicz, traduction de M. Charles Baye, Paris, 1893. Sur le terme de race orthographié dans le titre à la française ou plus vraisemblablement à l’anglaise, celle-ci est fréquente à l’époque et témoigne souvent d’un usage neutre, voire positif du terme. Cf. sur ce point l’écrit (inédit) de Malwida von Meysenbug concernant Dreyfus, « l’Idéal est toujours vivant ! » cité in M. C. Hoock-Demarle, L’Europe des lettres, Paris 2008, p. 442.

10 La lutte des races, op. cit. p. 205.

11 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1996, p. 292.

12 Jean Jaurès, « Les preuves » in La petite République, 1898. texte réédité et préfacé par Madeleine Rébeyrioux, Le signe, 1981.

13 sur la conviction intime de Scheurer-Kestner, cf. le mémento – non publié – écrit le 13 juillet 1897 intitulé « Voici la vérité sur l’affaire Dreyfus », Jean-Denis Bredin, Bernard Lazare De l’anarchiste au prophète, Paris, 1992, p. 196.

14 Bernard Lazare, cité in J.D. Bredin, Bernard Lazare, op. cit., en particulier le chapitre : « le premier des dreyfusards » p. 152 et suiv.

15 En particulier dans Jean Santeuil ou dans Le temps retrouvé qui clôt À la recherche du temps perdu

16 Die Waffen nieder! VIII. Jahrgang, N° 1, Januar 1899, S. 4.

17 Ces Diaries sont déposés au fonds Fried-Suttner, Bibliothèque de l’UNO-Genève.

18 Die Waffen nieder! N°1, 1898

19 Et, ajoute Bertha von Suttner « ils [le maire de Vienne Karl Lueger et ses amis antisémites] proposent un moyen sûr pour mettre fin à la situation de crise : pendre haut et court 3000 juifs ! ».

20 Die Waffen nieder! N° 1, janvier 1899, p. 2.

21 Die Waffen nieder! N° de Mai 1898.

22 Le « Manifeste du Tsar » a été rendu public le 24 août 1898.

23 Die Waffen nieder! N°10 et 11, septembre-novembre 1898.

24 Preussische Jahrbücher, 1894 (vol. 76, p. 570).

25 L. Tolstoï, Christentum und Vaterlandsliebe traduit du russe à partir d’une copie par L.A. Hauff, Berlin s.d. Fonds Romain Rolland, BNF, Paris, p. 28. On peut prendre pour preuve que Bertha von Suttner connaissait cette brochure (que Tolstoï lui avait annoncée dans sa lettre d’octobre 1891) dans l’emploi qu’elle fait du terme d’épidémie lorsqu’elle évoque dans ses Mémoires la « Flottenepidemie » concurrentielle des grandes puissances (voir infra, p. 216)

26 Ce sont les causes de la guerre qui opposera en 1904/1905 le Japon et la Russie.

27 En particulier l’influence de l’impératrice, née princesse de Hesse-Darmstadt qui, convertie à l’orthodoxie, tombera elle-même sous l’influence de Raspoutine.

28 A. Bebel à B. von Suttner, Berlin 31 janvier 1899.

29 Diary n° 1 en date du 25 août (Fonds Fried-Suttner UNO-Genève).

30 On peut considérer que dans le genre, le successeur du Tsar Nicolas II est le Président des États-Unis Woodrow Wilson, avec la publication le 8 janvier 1918 de son programme de paix en 14 points, dont le Point 4 (désarmement international) et le Point 14 (création de la Société des Nations) font manifestement écho à certains développements du Manifeste du Tsar.

31 La Conférence de la Paix, in Revue générale de droit international public, Paris 1900, p. 5

32 Patrice Contamine de Latour, Désarmenent et Confédération, Sens, 1899, p. 1.

33 J de Bloch, La guerre future..., introduction p. 9.

34 Bertha von Suttner « Brief aus Turin », compte-rendu publié dans le n° 10/11 1898 de la revue Die Waffen nieder!, p. 382.

35 Ibid. p. 387.

36 Protocole de l’Assemblée générale des délégués des Sociétés de la Paix à Turin 1898, publié à Berne, imprim. Michel & Büchler, 1898, p. 10

37 Discours de clôture de l’Assemblée générale de Turin, rapporté par B. von Suttner in « Brief aus Turin », Die Waffen nieder N° 10/11 1898, p. 387.

38 En français dans le texte.

39 Ce texte en date du 30 décembre1898/11 janvier 1899 figure dans la circulaire d’invitation du 6 avril 1899 lancée par Monsieur de Beaufort, ministre des Affaires Étrangères des Pays-Bas, pays d’accueil de la Conférence, in ‘La Conférence de la Paix (mai 1899-juillet 1899)’ Revue générale de Droit international public, Paris, 1900, p. 10.

40 Die Waffen nieder! Monatsschrift zur Förderung der Friedensbewegung hg. von Baronin Bertha von Suttner, VII Jahrgang, Wien januar 1899, n° 1, p. 2

41 Compte rendu de Monsieur de Lapradelle in Revue générale de Droit…, op. cit. p. 10.

42 Dans son billet de remerciement à Theodor Herzl, B. von Suttner écrit : « Ainsi je vais à La Haye. Quand allez-vous à Jérusalem ? ». Bertha von Suttner ne se contentera pas d’un seul journal et écrira aussi des articles et comptes rendus dans, entre autres, Die neue freie Presse ou la North American review ( numéro de juillet 1899).

43 La Conférence de la Paix, Revue générale de Droit international public, op. cit., p. 6.

44 Discours du Président de la Première Commission, Bernaert, lors de la séance du 26 mai 1899.

45 Revue de Droit international public, op. cit. p. 29.

46 Rapport n° 6, 30 juin 1899 de la Première Commission, repris et adopté en séance plénière le 21 juillet 1899.

47 Revue Générale de droit international, op. cit. p. 56.

48 En janvier 1897 un premier traité d’arbitrage entre l’Angleterre et les États-Unis d’Amérique avait été signé par les gouvernements mais non ratifié par le Sénat américain « lors du vote au Sénat il manqua trois voix à la majorité aux deux tiers et ainsi il fut rejeté » in Mémoires, p. 377.

49 Texte définitif du projet de convention pour la solution pacifique des conflits internationaux, Titre III des commissions internationales d’enquête.

50 lettre de H. Dunant à B. von Suttner, 16 mai 1899 citée in Mémoires, p. 438.

51 Article 1 du Rapport final à la conférence sur le règlement pacifique des conflits internationaux, 28 juillet 1899.

52 Mémoires, p. 489 et suiv. Le rapport est celui présenté en séance plénière du 28 juillet. Cf. note précédente.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search