Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Année 1954

15 Août

Texte intégral

Mort. Espoirs et craintes

1Il m’a fallu arriver à ces jours-ci pour me dire : j’ai des projets, des espoirs et des craintes, mais relatifs à quoi ?

2Quelle est la question que je pose ? Est-ce de connaître, est-ce d’être heureux ?

3Si j’examine les espoirs, craintes, regrets, ils n’ont pas du tout un lien direct avec ces deux questions.

4Finalement je suis assez indifférent soit à une chose soit à l’autre. L’ataraxie, le bien-être pour... quelle chose ? Me sentir vivre ?

5Si c’est cela que je veux, alors c’est facile, je l’ai toujours. Ne pas mourir, mais cela est négatif et ne vaut que par rapport à ce que je demande à la vie. Si vraiment c’est le simple « me sentir vivre » alors cela annule tout autre espoir ou crainte empirique.

6Le point est de savoir si toute crainte ou tout espoir empirique annulés, anéantis (puisque de toute façon ils ne sont relatifs qu’à la façon de vivre — riche ou pauvre, etc.. — non à la vie elle-même) au cas où je pourrais annuler toutes ces craintes ou espoirs, regrets ou souvenirs relatifs aux modes de vivre (upadhis) la question est de savoir si il y aurait la crainte, directement branchée sur la mort.

7Epicure répondrait « non ».

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search