Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre IX. « Commis-voyageur de la Paix »1

Texte intégral

La nouvelle vie de Bertha von Suttner

  • 1 Mémoires p. 333. Formule lancée par le beau-père de Bertha von Suttner à l’adresse du couple en par (...)

Figure 4 : photocopie du passeport de Bertha von Suttner, 1911 établi « pour tous les États d’Europe ».

Figure 4 : photocopie du passeport de Bertha von Suttner, 1911 établi « pour tous les États d’Europe ».

Genève, UNOG Library, League of Nations Archives, Fonds Fried/Suttner.

  • 2 Bertha von Suttner à Alfred Nobel, Vienne 22 avril 1892, Correspondance op. cit. Ryksarchiv et Stoc (...)
  • 3 À titre de comparaison, les statistiques faites pour l’Empire allemand montrent que pour la décenni (...)

1Bertha von Suttner sort de l’année 1891 à la fois comblée et épuisée. Présidente de la Société autrichienne des amis de la paix, siégeant au bureau du Congrès de Rome au titre de vice-présidente, elle vient de faire une double expérience. D’un côté, elle a pu constater que dans ce monde d’hommes qu’est le Congrès, nombre de participants, tout pacifistes qu’ils soient, restent bien peu ouverts à une entrée des femmes dans la vie publique. De l’autre, elle a démontré, au prix d’un réel effort sur elle-même, qu’une femme peut à force de volonté et de conviction accéder au tout premier rang. Par-delà la satisfaction d’avoir réussi au-delà de ses espérances l’examen de passage qui la propulse désormais dans la sphère publique, elle sait aussi qu’elle peut, sans craindre l’échec, user de modes opératoires aussi divers que l’article de journal, l’écriture romanesque et le discours à la tribune. Elle voit sans déplaisir les journaux s’emparer de la militante qu’elle incarne désormais, publier ses articles et discours en toutes langues et même insérer dans leurs publications des photographies, geste qui n’est pas sans déclencher chez elle une certaine coquetterie : « Un portrait plus ressemblant de moi se trouve en ce moment dans la salle des dépêches du Figaro ».2 Bertha von Suttner ne le mentionne pas mais déjà circulent aussi quelques caricatures, genre qu’elle goûte nettement moins mais qu’elle va devoir subir tout au long de sa vie militante. Bref, elle est devenue une célébrité de par toute l’Europe où, même si elle s’en défend, elle pose en objet consentant pour les médias de l’époque. Mais elle sort aussi épuisée d’une année singulièrement mouvementée. Il en résulte, dès le retour de Rome, un arrêt sur image dont elle profite pour faire un bilan à son usage personnel. À la légitime fierté d’avoir réussi se mêle le sentiment confus d’avoir franchi le mitan de sa vie, bref de vieillir. Elle approche la cinquantaine et si l’on n’est plus au temps de Balzac où la Femme de trente ans est déjà sur le déclin, l’espérance de vie des femmes, elle le sait, se réduit fortement à partir de cinquante ans, moins de la moitié des femmes atteignant soixante-dix ans.3

  • 4 G. von Suttner à Bertha von Suttner, Schloss Hardenstein, 15 mai 1900, Archives Fried-Suttner, UNO- (...)
  • 5 B. von Suttner à A. Nobel, 29 janvier 1893.
  • 6 Quelques passages des Diaries (inédits, Bibliothèque ONU-Genève) révèlent effectivement une blessur (...)

2Quelques problèmes de santé se profilent, d’abord chez Artur Gundacar von Suttner qui commence toute une série de séjours en cure d’où il écrira bien plus tard à sa femme : « Me revient régulièrement à l’esprit le temps où à Marienbad nous descendions ensemble la promenade qui mène au lieu de cure »4. Bertha von Suttner, qui se sent fatiguée, se voit prescrire des exercices physiques pour améliorer son état. Elle apprendra donc à cinquante ans bien passés à monter à bicyclette, faisant des ronds dans le parc de Harmannsdorf, encouragée par un mari quelque peu moqueur : « Bravo, maintenant te voilà demoiselle à vélo accomplie. Pédaler, tu as toujours su le faire tout comme te trémousser ». L’angoisse est pourtant bien palpable dans la lettre qu’elle adresse à Nobel au tout début de l’année 1893 : « Je vous écris au crayon parce que je suis malade. Avez-vous reçu mon testament ? […] Cette année je vais avoir cinquante ans. N’est-ce pas honteux ? »5. Il est vrai qu’elle se reprend aussitôt et ajoute dans cette même lettre rédigée sur plus de quatre pages de cahier : « plutôt non, je ne suis pas si malade que cela, j’espère bien vivre pour voir l’avènement de l’état juridique entre les nations », soulignant d’un crayon ferme ses formules préférées. Dans ce couple aux énergies inversées, l’équilibre n’est pas toujours facile à trouver. Le baron von Suttner accompagne certes sa femme en tous lieux mais privilégie aussi son domaine de Harmannsdorf, où, suggèrent certains témoins, il porterait une trop affectueuse attention, douloureusement ressentie par une Bertha von Suttner vieillissante, à sa nièce Marie-louise venue y résider à demeure au début des années quatre-vingt-dix.6

3Bertha von Suttner est toute entière dans ces paradoxes, prise entre les affres de vieillir et une énergie sans cesse renouvelée « pour assurer la cause », partagée entre la vie publique des congrès et conférences et la vie au château consacrée pour une bonne part aux visites de famille, aux rapports de voisinage, à quelques amis de passage et surtout à l’écriture quotidienne de lettres et de divers ouvrages. Elle, qui a fait de Harmannsdorf le lieu rêvé de l’écriture, la retraite où peut s’épanouir dans le silence de longues soirées studieuses une écriture à quatre mains, se montre curieuse de toutes les techniques nouvelles, des débuts du cinéma à la détection par rayons X de Röntgen. Elle s’intéresse à tous ces intrigants objets qui investissent soudain la vie quotidienne au tournant du siècle. Elle adore bouger et c’est une utilisatrice enthousiaste de tous les moyens de locomotion et de communication modernes. Et si elle ne prend pas l’avion comme le fait l’héroïne de son roman Der Menschheit Hochgedanken, elle se révèle une inconditionnelle du télégraphe et du télégramme et, habituée des chemins de fer comme des grands paquebots transatlantiques, on l’a même vue dans les années quatre-vingt-dix expérimenter avec Alfred Nobel sur le lac de Zürich, un prototype de bateau rapide en aluminium joliment baptisé Mignon.

  • 7 Henry Dunant, Un souvenir de Solferino, Paris 1862.
  • 8 Les deux autres sont la guerre austro-prussienne de 1866 et la guerre franco-prussienne de 1870/71.

4Si quelque chose contribue cependant à assurer solidité et continuité dans cette nouvelle vie, c’est bien le formidable réseau d’amis qu’elle a su rassembler au cœur des congrès et au gré des conférences et qu’elle a maintenu au fil des années grâce à une correspondance suivie. Certaines amitiés sont nées d’un engagement pour une même cause, même si l’écart générationnel est important et si les moyens d’action envisagés diffèrent parfois. Les lettres échangées avec Henry Dunant, le créateur de la Croix Rouge, révèlent une communauté de vue quant au but à atteindre – dire les horreurs de la guerre et œuvrer pour un monde sans guerre – mais aussi quelques divergences dans les moyens à employer. Il y a à l’origine de cette amitié qui dure de la redécouverte en 1895 d’un Dunant reclus et quasi-clochard dans une petite bourgade suisse à sa mort en 1910, une réelle proximité de parcours. C’est le champ de bataille de Solferino ‘visité’ en 1859 qui a inspiré à Dunant l’ouvrage Un souvenir de Solferino, où, par-delà une description sans concession des victimes de la guerre, il développe l’idée de la Croix Rouge matérialisée par la Convention de Genève signée en août 1864 par trente neuf délégués de seize nations réunis à Genève7. Or, on s’en souvient, c’est ce même champ de bataille et ses terribles contingents de morts et de blessés qui constitue la première des trois descriptions de guerre dans le roman de Bertha von Suttner Die Waffen nieder!8 Tous deux sillonnent, à des moments différents, l’Europe et même le Nouveau Monde pour solliciter finances et soutiens matériels comme politiques et leur correspondance est un échange permanent de conseils mutuels et de stratégies efficaces. Une longue lettre de Dunant adressée à Bertha von Suttner avant l’ouverture du Congrès de La Haye en 1899 traduit bien ce rôle de conseiller de l’ombre. Il la met en garde vis-à-vis des pièges et embûches propres au domaine réservé de la politique et de la diplomatie, dont Dunant a fait en son temps l’expérience :

  • 9 H. Dunant à B. von Suttner, 16 mai 1899. Archives Fried-Suttner, UNO-Genève.

Daignez, Madame, me permettre d’insister d’une manière très particulière sur un point capital selon moi : l’importance extrême de voir le Congrès émettre une « résolution » officielle, diplomatique, au sujet d’une « commission diplomatique permanente de médiation » […] Des démarches personnelles de votre part auprès de messieurs les délégués sont nécessaires. Mais laissez-les discuter tant qu’il leur plaira […] ne nous en mêlons pas, ne contestez pas avec eux à ce sujet car ce serait affaiblir l’autorité de votre parole, insinuez aux délégués qu’il serait désirable que cette résolution soit distincte des autres…9

  • 10 Correspondance conservée au Fonds Fried-Suttner, UNO-Genève.

5La lettre est suivie d’un P.S., où Dunant fait allusion au « mode diplomatique » pratiqué lors des négociations de la Convention de Genève en 1863 par le Conseil fédéral Suisse et érigé en modèle : « c’est un beau rôle ». On trouve par ailleurs dans cette correspondance nombre d’échanges d’adresses pour financer divers projets comme la fondation d’Académies de la Paix, projet de Dunant que Bertha von Suttner soutient dans une lettre de 1896. En retour, c’est Dunant qui dépêche en 1898 « une déclaration de soutien en faveur de la Société autrichienne de la paix ».10 Les remerciements pour l’envoi d’ouvrages aux titres parfois paradoxaux comme le Petit arsenal contre le militarisme par Dunant en 1896, les congratulations mutuelles à l’occasion des soixante ans de Bertha von Suttner (1903) et des quatre-vingts ans de Dunant (1908), les félicitations réciproques pour l’attribution du prix Nobel de la paix, sont autant de petits cailloux semés sur le chemin d’une amitié toute dévouée à la cause.

6Dans ce réseau d’amis et de correspondants, tous ne sont pas des compagnons de route comme Dunant, des personnalités universellement connues comme les politiciens William Stead, Philip Stanhope ou le marquis Bonghi, des hommes de lettres comme Tolstoï, Zola ou Björnson, des intellectuels comme Max Nordau ou Theodor Herzl, des pacifistes notoires comme Frédéric Passy, Élie Ducommun ou A.H. Fried, ou encore des hommes de sciences comme Nobel. Il existe d’autres amitiés, tout aussi solides, comme celle qui lie pendant plus d’une décennie Bertha von Suttner à Bartholomeo von Carneri, Chevalier d’Empire de son état et député libéral au Parlement. Est-ce le fait d’une enfance privée de père – un père fort âgé –, est-ce l’effet de son long éloignement de l’Europe où elle est réduite à la lecture de ‘maîtres à penser’ d’une autre génération, Darwin, Buckle, entre autres ? Bertha von Suttner apparaît, à travers les choix de certains de ses amis et correspondants, souvent en quête de mentors. Barthelomeo von Carneri constitue un cas à part car, outre qu’il est l’un des rares parmi ses correspondants qu’elle tutoie, il est aussi celui qui ne partage pas toujours ses engagements :

  • 11 B. von Suttner à B. von Carneri, 10 mars 1896, Archives Fried-Suttner, UNO-Genève.

Que tu m’aimes bien, ta lettre en est un nouvelle preuve ; que tu ne sois pas un des nôtres, cela je le sais depuis longtemps [...] Ce qui nous sépare c’est la foi, puisse notre différence de foi en la cause de la paix ne gâcher en rien notre vieille amitié11

7Leur différend est de taille et révélateur d’un profond écart de génération. Tous deux sont, comme l’écrit Bertha von Suttner, des « croyants en l’évolution (Evolutionsgläubige) » mais chacun en a sa définition et sa vision propres. « Je crois fermement au progrès – écrit Carneri – mais je l’attends non pas comme une amélioration générale des hommes mais comme un lent anoblissement de ceux qui sont bons ». Surtout Carneri ne croit ni à la disparition de la misère humaine ni à la fin de la lutte entre les hommes :

La doctrine de l’évolution ne connaît pas d’arrêt total de la lutte, elle ne connaît qu’une amélioration progressive des modes de la lutte. Un arrêt de toute misère serait l’immobilité totale, ce qui est aussi peu pensable qu’un monde peuplé seulement de bonnes âmes, ce qui serait une contradiction en soi, comme si l’on voulait penser le jour sans la nuit.

  • 12 Carneri à B. von Suttner, 5 mars 1896.

8Dans la galerie des amis fidèles, Carneri représente le mentor sceptique, voire pessimiste fin de siècle qui met l’accent sur un aspect sinon discutable du moins fragile de la vision du monde de Bertha von Suttner, son idéalisme que certains trouvent moralisateur et que d’autres – dont Carneri – n’hésitent pas à qualifier d’utopisme béat : « Si tu te moquais comme moi des utopies de ceux qui tiennent pour possible un monde angélique, tu considérerais avec l’impassibilité qui est la mienne cette vieille bête féroce qu’est l’homme, toujours prête à accumuler explosif sur explosif. »12 Que Bertha von Suttner ait gardé entière son affection pour Carneri, discutant pied à pied pour défendre ses convictions sans s’offusquer de ses remarques parfois rudes, est à mettre au compte d’une conception généreuse de l’amitié et d’un goût prononcé pour la confrontation intellectuelle. Elle en usera de même avec Theodor Herzl qui n’est pas loin de partager certains jugements de Carneri sur la « bonne et noble Bertha von Suttner [qui] est dans l’erreur ».

9Quant à l’amitié qui va la lier avec Moritz Christian von Egidy depuis son passage à Berlin en 1892 jusqu’à la mort de ce dernier en 1899, elle tient une place essentielle dans cette phase de la vie de Bertha von Suttner qui lui consacrera tout un chapitre des Mémoires sobrement intitulé « Moritz von Egidy ». Elle fera aussi paraître en tête du dernier numéro de ce qui est encore sa revue Die Waffen nieder! une notice nécrologique qui s’achève sur un véritable cri de douleur :

  • 13 Die Waffen nieder!Monatsschrift zur Beförderung der Friedensbewegung, VIII. Année, n° 1, janvier 18 (...)

Egidy est mort ! Je ne sais rien de plus – je sais seulement qu’un vide s’est fait dans ma vie, car j’ai aimé chaleureusement cet être si noble, avec admiration et gratitude j’ai levé les yeux vers lui […] Je ne trouve pas les mots pour dire ma douleur. Et toi, Moritz von Egidy, adieu !13

  • 14 Ernste Gedanken, Berlin 1890.

10Tout, sauf l’âge – Egidy est né en 1847 –, sépare Madame la baronne, aristocrate autrichienne, agnostique et devenue l’une des figures de proue du mouvement pour la paix, de ce Rhénan de naissance établi à Berlin, sujet de l’Empereur allemand, lieutenant-colonel de l’armée prussienne, père de dix enfants et chrétien fervent. Il est vrai que lorsque Bertha von Suttner en entend parler, Egidy vient de quitter l’armée où il a fait scandale en publiant une brochure Ernste Gedanken (Graves pensées) où il milite en faveur d’une religion ‘large et unifiée’, d’un christianisme des origines dépouillé des dogmes et formes de l’orthodoxie officielle, débarrassé de toute l’hypocrisie accumulée au cours des siècles. Un christianisme qui, selon l’expression d’Egidy « est l’humanité qui s’est rapprochée de Dieu, une religiosité pure, authentique [...] Que la religion ne soit plus à côté de notre vie, que notre vie elle-même soit religion ! »14 Ce n’est pas là vraiment la préoccupation première de Bertha von Suttner qui constate très vite que Egidy ne s’intéresse guère au problème de la paix ni au mouvement qui la défend : « bien qu’il ait été théoriquement d’accord avec nous, Egidy n’avait alors pas encore intégré la cause de la paix dans son programme ». (M, p. 253) La correspondance devient dès lors l’expression du défi mutuel que l’un lance à l’autre pour le rallier à sa cause :

  • 15 M. von Egidy à B. von Suttner, 11 mai 1892, lettre reproduite dans les Mémoires, p. 254 et suiv.

Voilà pourquoi, Madame de Suttner, il vous faut mettre vos efforts sous la bannière d’une religiosité authentique et pure, c’est la seule façon pour vous de les maintenir comme justes aux yeux de tout un chacun.15

11Pour sa part, Madame de Suttner se souvient avec bonheur des débats plutôt vifs qui eurent lieu lors de sa visite chez les Egidy à Berlin, prouvant une fois de plus son ouverture d’esprit et son penchant pour l’altercation intellectuelle :

Ce furent de bien belles heures que celles que nous passâmes dans sa demeure fort simplement aménagée, au milieu de l’emportement de nos propos et répliques portant sur les buts les plus nobles de la lutte et de la création humaines : réconciliation, paix, dignité sacrée de la vie (M, p. 253)

12Egidy a beau s’efforcer de montrer à sa visiteuse qu’au fond « ils tirent sur des cordes différentes mais que c’est la même cloche », Bertha von Suttner ne sera jamais vraiment convaincue du bien-fondé, voire de l’utilité de ce retour à une religiosité des origines, à un christianisme primitif qui n’est pas sans rappeler le cheminement d’un Tolstoï. Par contre, avec l’obstination qui la caractérise dans sa mission de ‘travailleuse de la paix’, elle finira par entraîner Egidy dans son combat et c’est au Egidy « compagnon de lutte, l’ami de la paix » que s’adresse son déchirant adieu en 1899.

  • 16 Extrait du texte de Egidy, Ernste Gedanken, cité in Mémoires, p. 252.

13À quoi tient dès lors une telle amitié ? La réponse est donnée par Bertha von Suttner qui termine son hommage à Egidy en le caractérisant comme ‘l’homme de cristal’. C’est effectivement l’intégrité intellectuelle et morale d’Egidy qui la fascine, sa manière de vouloir éradiquer l’hypocrisie, sa critique directe des institutions corrompues de la société de la fin du XIXsiècle, son besoin de « transparence » et son refus radical d’opportunisme, tout ce qui a valu à ce « parfait officier-hussard prussien » de devoir quitter le service de l’armée. Et puis tous deux partagent quelques fondamentaux, comme la foi en l’évolution, qui chez Egidy prend toutefois la même voie du changement progressif que chez Carneri, le pessimisme en moins : « Pas de Tabula rasa, inutile de penser maintenant à tout mettre à bas, il suffit de penser à l’effondrement, à l’écroulement par lui-même de la vieille vision du monde ». Egidy, comme Bertha von Suttner, entend servir la communauté des Hommes, « cet organisme vivant dont les lésions ne peuvent être guéries que de l’intérieur [...] Trêve de sensiblerie, de déluge tonitruant de mots. Vouloir-se-décider. Nous voulons être les idéalistes pratiques de la réalisation, les idéalistes pratiques de l’action ».16 Il est significatif que Bertha von Suttner ne relève ni ne commente cette formule en soi paradoxale d’‘idéalistes de l’action’ dans laquelle, de toute évidence, la ‘travailleuse de la paix’ ne se reconnaît guère.

Travailler pour la paix : le Bureau international de la paix

14Les réticentes manifestées par Bertha von Suttner tiennent pour une bonne part au fait que, depuis Rome, elle a bien saisi que travailler pour la paix exige un dévouement et un engagement au jour le jour et ne se contente pas de belles paroles et de longs discours. Organiser le mouvement, en gérer les divers aspects matériels comme financiers, fixer le déroulement des congrès et harmoniser les rapports entre les diverses sociétés pour la paix de plus en plus nombreuses, c’est à quoi va devoir s’employer désormais une Bertha von Suttner, promue en 1892 vice-présidente du tout nouveau Bureau international de la paix.

  • 17 Quatrième Congrès universel de la paix Berne, 1892. Publication du Bureau international de la paix, (...)

15Lors du congrès de Rome, les pères-fondateurs (car point encore de femme présente dans cette initiative) avaient décidé d’installer à demeure à Berne l’organe destiné à gérer un mouvement en passe de gagner tous les continents, Amérique et Australie déjà incluses. Le 13 novembre 1891, l’assemblée avait eu à examiner la proposition – point trois à l’ordre du jour – émanant du Britannique Hodgson Pratt, du Danois Frederik Bajer et du Français réfugié à Genève Charles Lemonnier concernant « la création d’un Bureau international de la paix ». S’en était suivi l’élection à bulletin secret d’un Bureau provisoire de cinq membres, tous masculins. Lors du Congrès universel de la paix qui se tient l’année suivante, en août, à Berne, constat est fait que d’une part la représentation des nations est très inégale et que, d’autre part, les femmes en sont totalement absentes. L’élection du Bureau permanent permet alors de remédier à ces carences, il compte désormais 15 membres dont deux femmes, l’Américaine Belva Lockwood et Bertha von Suttner élue au titre de représentante d’une Autriche jusqu’alors fort délaissée : « Monsieur le Président constate que l’Autriche et l’Allemagne ne sont pas représentées. Il propose Madame de Suttner et Monsieur Franz Wirth ».17

16En acceptant ce poste, Bertha von Suttner sait fort bien à quoi s’en tenir pour ce qui est de ses responsabilités et se reconnaît dans les quatre propositions faites par sa collègue américaine :

  • 18 Belva Lockwood, Mémoire sur les fonctions du Bureau international de la paix, in Congrès de la Paix (...)

1-Œuvrer à la propagande en faveur de la paix et renseigner le monde civilisé sur les progrès de la paix et des désarmements.
2-Créer des Archives de la paix en recueillant, entre autres, tous les textes de traités contenant des clauses d’arbitrage.
3-S’imposer comme instance pédagogique interplanétaire en veillant par exemple sur les manuels d’histoire édités dans tous les pays,
4-Mettre au service de tous un centre d’information et un lien effectif et
quasi fédéral.18

17Pour celle qui évoque volontiers ses ‘travaux propagandistes’, le terme de propagande, on le sait, n’a rien de péjoratif et constitue même, à ses yeux, un mode d’action privilégié. Elle va donc s’impliquer surtout là où elle peut faire intervenir le réseau de connaissances que lui a valu de par le monde entier la publication et le succès de son roman Die Waffen nieder! Sa correspondance, déjà fort étoffée, devient un maillage systématique du monde, multipliant les demandes de soutien financier, répercutant les protestations, sollicitant les documents et les ouvrages pour nourrir la Bibliothèque universelle de la paix rattachée au Bureau de Berne et sur laquelle elle veille tout particulièrement.

  • 19 Procès verbal de l’Assemblée générale des délégués des sociétés de la Paix, Turin, septembre 1898. (...)

18C’est au Bureau international de la paix qu’échoie la lourde tâche quasi annuelle de préparer les Congrès universels de la paix. Dans ce domaine Bertha von Suttner intervient essentiellement dans les choix géographiques – c’est elle qui imposera la réunion du Congrès de 1914 à Vienne – et l’établissement des questions mises à l’ordre du jour. Il lui arrive parfois aussi de s’occuper personnellement de l’organisation des activités annexes aux congrès. En 1891, alors qu’elle ne figure pas encore au Bureau, un banquet est offert par les congressistes au comité d’organisation romain « à la gracieuse initiative de Madame la Baronne von Suttner ». De même, lors de la réunion à Turin en 1898, on trouve note pour la soirée du 27 septembre « Madame la Baronne von Suttner a donné lecture d’une de ses nouvelles en italien Dei Ricordi. Cette soirée a laissé une excellente impression »19. Ce qui peut apparaître comme anecdotique montre cependant combien le comportement de Bertha von Suttner en toute société, fut-elle internationale et pacifiste, reste marqué par ses origines et son éducation aristocratiques.

19Le Bureau de Berne assume par ailleurs de nombreuses tâches administratives, ce qui implique un travail de secrétariat dont Bertha von Suttner s’acquittera certes, sa correspondance officielle sur papier à en tête du Bureau international de la paix en fait foi, mais de manière intermittente, la gestion financière n’étant guère une de ses prédispositions naturelles. Ses préférences vont vers une collaboration régulière dès 1892 au journal, d’abord simple Correspondance bi-mensuelle autographiée tirée à 100 exemplaires, devenu plus tard Le Mouvement Pacifiste, « organe du Bureau international de la paix paraissant à Berne le 15 de chaque mois en français, allemand et anglais » et tiré à 3000 exemplaires. Le travail accompli par Bertha von Suttner au sein du Bureau international de la paix pendant 22 ans – 17 ans de vice-présidence et 5 ans de présidence d’honneur – est loin d’être négligeable. Par sa présence réelle, ses interventions écrites, ses discours lors des différents congrès auxquels elle assiste très fidèlement, elle imprime au Bureau de Berne pendant près d’un quart de siècle sa marque personnelle. Celle-ci se traduit sous la forme d’un principe intangible : le travail du Bureau doit se tenir hors du champ du politique comme elle l’avait affirmé haut et clair dès le Congrès de Rome :

  • 20 Procès verbal du Troisième Congrès Universel de la Paix, op. cit. p. 55 et 156.

Je ne suis ni orateur ni personnage politique, je désire apporter le tribut de mes efforts à la propagande en faveur de la fraternité universelle, cette grande œuvre que j’ai tâché de servir en publiant quelques livres […] Dès l’ouverture du congrès, j’ai déclaré au nom de nos mandataires que nous ne ferions pas de politique. Cet engagement nous l’avons tenu.20

  • 21 Le mouvement pacifiste, n° 7, Berne le 15 juillet 1914, p. 1.

20Cette prise de position vaudra à Bertha von Suttner bien des remarques acerbes sur le caractère rigide, voire sclérosé, d’un principe posé par elle comme non discutable. Et on trouve trace de ce reproche, qui alimente déjà de son vivant l’image de la « bonne fée de la paix » immuablement butée sur ses principes, dans l’hommage que lui rend A.H. Fried lors de sa disparition : « Avec la Baronne de Suttner s’en va un des derniers survivants de la phalange des « anciens », des pacifistes de l’époque où suffisaient les raisons du cœur.21 La fidélité jusqu’à l’entêtement faisait certes partie, chez Bertha von Suttner, de ces « raisons du cœur ».

21Jusqu’à ses derniers jours, elle veillera à la bonne marche de l’institution et des congrès pour la paix, s’apprêtant encore à recevoir les hommages des pacifistes du monde entier lors du Congrès qui devait se tenir en septembre 1914 à Vienne.

Travailler pour la paix : le réseau européen des Sociétés des amis de la paix

22Là où la travailleuse de la paix excelle, loin des « raisons du cœur » et des généreux élans compassionnels qu’on lui prête, c’est dans la création aux quatre coins de l’Europe de sociétés pour la paix. Ce type d’association n’est certes pas neuf, une première Société des amis de la paix avait été fondée par des Quakers aux États-Unis en 1815 et dès l’année suivante la Société pour l’établissement de la paix permanente et universelle avait vu le jour à Londres. Ignorant le terme de pacifique et plus encore de pacifisme beaucoup plus tardif, ces associations se revendiquaient essentiellement des principes chrétiens. La transplantation sur le continent européen avait été lente et plutôt discrète avec, en 1821 la fondation en France de la Société de la morale chrétienne qui recense parmi ses divers buts la défense et propagation de la paix. En 1830 Genève en instituant une Société de la paix, ouvre la voie d’une longue tradition rattachée à la ville de Calvin et de Rousseau, mais ce n’est qu’en 1843 – qui est aussi l’année de naissance de Bertha Kinsky – que les quelques sociétés disséminées dans le monde occidental, de moins en moins inféodées aux principes chrétiens et de plus en plus proches des mouvements révolutionnaires et des préoccupations sociales, se réunissent pour une première convention universelle à Londres, une seconde ayant lieu à Bruxelles en 1848 sous l’appellation de Congrès de la Paix, suivie d’une série de congrès annuels jusque dans les années 1880 dont le plus marquant reste celui de Paris en 1849 présidé par Victor Hugo assisté de Richard Cobden.

  • 22 Cf. chapitre VIII, p. 140 et suiv.
  • 23 A. Nobel à B. von Suttner, San Remo, 18 mars 1896, Correspondance de Alfred Nobel, Ryksarkivet Stoc (...)
  • 24 Graf Generalfeldmarschall Moltke (1800-1891) était encore en 1891 député conservateur au Reichstag.
  • 25 A. Bebel à Bertha von Suttner, Berlin, 31 janvier 1899. Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 429

23Au début des années 90, Bertha von Suttner a été, on l’a vu, frappée par l’absence de toute association en faveur de la paix dans certaines métropoles européennes, en particulier à Vienne. Avec une énergie qu’elle ne se soupçonnait pas, elle s’est alors, juste avant l’ouverture du Congrès universel de la paix à Rome, impliquée in extremis dans la fondation de La Société autrichienne des amis de la paix22. Depuis, elle garde pour SA société une tendresse exclusive et parfois injuste. Ainsi, Alfred Nobel ayant adressé un chèque conséquent à la toute nouvelle Société pour la Paix créée à Budapest à son initiative en décembre 1895, elle n’aura de cesse de faire reverser l’argent en toute petite partie au Bureau de Berne, en grande partie à sa propre association à Vienne par un Nobel passablement excédé.23 Sa façon de mener l’entreprise offre un témoignage de première main sur l’énergie et le sens des réalités d’une femme trop souvent blâmée pour s’être aventurée dans un domaine, la guerre, dont sont exclues les femmes, mais elle éclaire aussi sur l’extension d’un mouvement qui ne s’appelle toujours pas pacifisme et sur son degré d’infiltration dans les diverses sociétés et nations européennes. Le cas de Berlin, où Bertha von Suttner opère en 1892, est à cet égard particulièrement concluant. La mise en place de la Société berlinoise pour la paix va, en effet, durer toute l’année 1892 et met en scène une Bertha von Suttner à mi-chemin entre l’apothéose du discours sur le Capitole et ses premiers actes publics comme vice-présidente du Bureau de Berne. La capitale de l’Empire allemand n’est pas un terrain inconnu pour celle qui y avait fait en 1885 au retour du Caucase un bref séjour pour assister au Congrès des écrivains. Elle en avait gardé nombre de contacts dans les milieux littéraires comme dans celui de la presse et avait suivi de près le développement de la société berlinoise, surtout depuis l’avènement en 1888 de Guillaume II promoteur d’une politique d’hégémonie expansionniste et nationaliste porteuse de nombreux conflits potentiels. Elle connaît le haut degré de militarisation de la capitale de l’Empire et n’apprécie guère le mépris dont font preuve à l’égard de tout mouvement en faveur de la paix les dignitaires de l’armée comme du pouvoir qui font leur la formule du Maréchal Comte Moltke « La paix éternelle est un rêve et pas même un beau rêve » – quand ils ne se retranchent pas derrière la phrase non moins célèbre de Clausewitz : « la guerre n’est que la continuation de la politique avec d’autres moyens ».24 Militer en faveur de la paix à Berlin en cette fin de siècle n’est pas évident, Bertha von Suttner va en faire la rude expérience mais elle sait qu’elle peut compter sur quelques soutiens importants dans une ville qui, discrètement, abrite un petit groupe interparlementaire rassemblant des députés de tendance libérale tels que l’avocat Barth, Max Hirsch, le prince Schönaich-Carolath ou Albert Traeger et qui s’est rebaptisé en décembre 1891 Comité parlementaire allemand pour les tribunaux d’arbitrage et la paix. Mais ses véritables soutiens sont des écrivains, dont certains connus de longue date comme Friedrich Spielhagen ou Fritz Mauthner, et plus encore des journalistes essayistes, rédacteurs de journaux libéraux comme le Berliner Tageblatt ou de revues à tirage parfois limité comme Bazar, Magazin, Die Nation assez influentes dans les milieux de la bourgeoisie aisée libérale de Berlin. Il est clair, par contre, que les milieux socialistes, qu’il s’agisse de la SPD à peine sortie de son bannissement intérieur de plus de douze ans ou des ouvriers pris en mains par les syndicats et l’Internationale ouvrière, ne se sentent guère concernés par la question de la paix, du moins sous la forme prônée par les divers Congrès universels de la paix et relayée ici par Bertha von Suttner. En 1898 encore, August Bebel, sollicité par Bertha von Suttner pour s’associer à une manifestation de soutien au Tsar Nicolas II, auteur d’un manifeste en faveur de la paix qui fait sensation, refuse toute démarche ‘main-dans-la-main’ : « Je pense qu’il est de notre intérêt mutuel d’avancer séparément dans cette affaire et de laisser chaque tendance représenter son point de vue de manière autonome. »25

  • 26 Le mouvement pacifiste dans le N° 1 de l’année 1913 note : « Monsieur Fried nous a rendu un service (...)
  • 27 B. von Suttner à A.H. Fried, 1er nov. 1892, Archives Fried –Suttner, UNO-Genève.
  • 28 id. 21 décembre 1892.

24Son soutien le plus fidèle, c’est Alfred Hermann Fried, jeune éditeur établi à Berlin depuis 1887 qui lui avait proposé de fonder ensemble une revue portant le titre de son roman antimilitariste et dont le premier numéro est prêt en février 1892. De par sa longévité, ce compagnon des premiers cheminements aura une influence durable sur le mouvement de la paix, qu’il orientera, du vivant même de Bertha von Suttner, vers une action plus politique et plus pratique tout en lui imprimant par ses écrits, dont le Handbuch der Friedensbewegung (1913), un ancrage théorique et une dimension historique jusque-là peu revendiqués. Réfugié en Suisse pendant la Première Guerre mondiale , il continuera à œuvrer pour le mouvement, abordant des thèmes neufs comme les responsabilités des pacifistes face à une guerre devenue mondiale, lançant au sortir de la guerre l’idée d’une « Pazidemocratie » qui n’aura guère de succès.26 C’est lui qui a invité l’auteur de Die Waffen nieder! pour une conférence – lecture à Berlin. Bertha von Suttner, très attentive à l’élaboration de ce qu’elle nomme sans complexes SA revue, accepte l’invitation, qui, à ses yeux, est le prétexte tout trouvé pour la fondation d’une Société de la paix à Berlin. Sa patience sera mise à rude épreuve car de la certitude « d’en voir poser la première pierre pendant mon séjour – ce serait merveilleux », elle passe à l’injonction : « il faut que nous l’ayons ! » puis à la déception : « Qu’il doit y avoir une société, je l’ai déjà souvent annoncé : avant mon voyage à Berlin et avant Berne – et toujours rien. Bientôt on ne me croira plus »27. Enfin elle exulte quand au terme de l’année l’opération triomphe de tous les obstacles : « Comme je me suis réjouie de votre Habemus Papam ! – oui, c’est un vrai cadeau de noël ».28

  • 29 Friedrich III, Roi de Prusse et Empereur allemand (1831-1888), proche des idées libérales et hostil (...)

25Le séjour à Berlin, suivi d’une brève incursion à Hambourg où elle rencontre une vieille connaissance, l’écrivain Detlev von Liliencron, qui lui déclare « je suis très conservateur et le deviens, si possible, encore plus de jour en jour » et ne lui sera donc d’aucun secours, est marqué par une série de festivités en l’honneur de l’illustre conférencière, révélatrices de l’état de la société wilhelminienne. D’un côté, l’Impératrice Victoria, veuve de Frédéric III29, empereur libéral mais éphémère, se montre certes intéressée mais ne la reçoit pas : « Sa Majesté renonce, par prudence », d’un autre côté, force est de constater que, même si l’allocution de Bertha von Suttner lors du banquet officiel se retrouve en première page de la presse libérale, « bien des journaux berlinois se sont exprimés sur ma prestation en particulier et sur mes buts en général de façon très dépréciative » (M, p. 243). Certaines initiatives demandent à être menées avec prudence tant en raison de l’antisémitisme ambiant que du militarisme triomphant :

  • 30 Correspondance Suttner/ – Fried 5 septembre 1892.

Karpeles a bien raison de ne pas vouloir adhérer, il doit coopérer, amener des gens au comité mais pas signer. Comme vont les choses, l’initiative ne doit pas venir de trop de Juifs, autrement elle sera aussitôt étiquetée.30

26Il n’y a là évidemment aucune manifestation d’antisémitisme chez Bertha von Suttner qui s’est depuis 1891 publiquement élevée contre la montée du phénomène à Vienne et qui ajoute dans sa lettre à Fried « Les journaux satiriques autrichiens me présentent de toutes façons comme la meneuse des Juifs polonais ». De même, toujours dans le but de mieux arriver à ses fins, elle n’hésite pas à conseiller le recours à des stratégies parfois peu glorieuses mais inévitables dans les questions de relations internationales – celles entre l’Allemagne et la France à propos de l’Alsace-Lorraine par exemple – :

  • 31 Ibid. novembre 1892.

passer la question sous silence […] Nous ne disons pas où est le droit dans les conflits en suspens, ni nier, ni affirmer le statu quo – simplement se taire là-dessus.31

27Forte de son expérience viennoise – « c’est cela que j’ai fait à Vienne ! » – Bertha von Suttner venue en médiatrice se mue peu à peu en architecte en chef de la nouvelle structure de paix. Absence de candidat pour la présidence ? « le poste de président peut rester provisoirement vacant. L’essentiel c’est le secrétaire – et par ailleurs, tous les grands noms, en faire des présidents d’honneur ! ». Et l’on retrouve à l’œuvre l’oratrice de Rome comme la vice-présidente du Bureau international de la Paix, dans le refus toujours érigé en principe de la politisation du mouvement et de ses organismes :

  • 32 Correspondance Suttner/Fried, 1er novembre 1892, UNO-Genève. Die Freisinnigen désigne ici les libér (...)

Non aux hommes de parti […] nous n’avons aucun besoin des Freisinnigen. S’il s’agit de former un nouveau parti politique, qu’on le fasse – mais en dehors de la grande association à laquelle peuvent se joindre femmes, enseignants et enseignantes. Maintenant notre centrale c’est le Bureau de Berne, c’est le point de rassemblement des associations non politiques […]. Adieu, j’espère que la majorité du comité constituant votera pour la formation d’une association non-politique.32

28Trois ans plus tard, l’enthousiasme, l’énergie et les convictions de Bertha von Suttner sont intacts, seul le lieu de l’opération change. Il s’agit en 1895 de créer à Budapest, toujours sur le modèle du Privatverein, une association pour la paix, et cette fois les soutiens, nombreux, viennent de journalistes d’origine hongroise établis à Vienne, eux-même membres de la Société autrichienne des amis de la paix. Bertha von Suttner délègue en quelque sorte ses ouvriers et se contente de « correspondre vivement » avec les hommes d’État, dont bon nombre siègent comme députés hongrois, avant de se rendre à Budapest en décembre 1895 pour l’inauguration de la nouvelle société où elle reçoit un accueil bien plus chaleureux qu’à Berlin comme le consigne une dépêche adressée à la presse viennoise :

Budapest 15 décembre. Association pour la paix constituée hier. Allocutions en hongrois de Jokai, en allemand de la Baronne Suttner, tonnerre d’applaudissements, déjà plusieurs milliers d’adhésions. Des personnalités remarquables élues au bureau. Accord enthousiaste jusque-là inconnu dans la presse ; tous les journaux hongrois et allemands publient des comptes rendus sur quatre à seize colonnes. (M, p. 333)

29Le résultat le plus tangible de l’opération Budapest est l’annonce de la tenue l’année suivante d’un Congrès universel de la paix, le septième du nom, dans la capitale hongroise.

  • 33 Discours de J. Grand-Carteret lors d’une conférence sur « Les femmes allemandes vues par les França (...)

30Tous les efforts déployés en vue de la création d’associations pour la paix par une infatigable Bertha von Suttner en passe de devenir aux yeux de certains une Furie de la paix/Friedensfurie ne connaissent pas le même succès qu’à Berlin ou à Budapest. Si certaines tentatives se soldent par un échec, d’autres ne dépassent pas le stade de l’Association littéraire ouverte certes aux idées pacifistes comme à Dresde et Leipzig où l’auteure de Die Waffen nieder! reçoit cet étonnant hommage : « Je bois au Volapük féminin de l’avenir qui, seul, si les hommes continuent à vouloir s’entre égorger, permettra aux femmes de tous les pays de lancer le cri : Die Waffen nieder ! »33.

31D’autres projets se limitent à une simple conférence – lecture comme à Prague ville natale de Bertha von Suttner qui, traitant de la littérature de la paix, commet un impair en citant des auteurs de Bohème et apprend à ses dépens : « Que dans Prague déchirée par les luttes nationales, célébrer des esprits tchèques était une incorrection notoire » (M, p. 332).

  • 34 Lettres et dépêches reproduites dans les Mémoires, VIII, p. 522 et suiv.

32L’importance réelle du travail accompli par Bertha von Suttner dans le domaine des sociétés pour la paix se mesure à travers l’abondant courrier adressé en 1901 à Bertha von Suttner à l’occasion du Jubilé de la Société autrichienne des amis de la paix34 Dix ans après sa création, tous sont au rendez-vous, hommes de lettres et de presse, hommes de pouvoir, acteurs principaux du mouvement, tous témoignent mais chacun le fait à sa manière. Frédéric Passy s’adresse à sa ‘chère collaboratrice’ en sa qualité de Président de la « Société française pour les traités d’arbitrage entre les nations » et de lauréat du Prix Nobel de la Paix, le premier à être décerné, et rend hommage au courage et à la ténacité de celle qui « a été l’objet de la raillerie de ceux qui n’ont pas compris qu’une femme puisse se mêler à ces questions de la politique, qui sont à réserver d’après eux à la seule intelligence et activité des hommes ». D’Estournelles de Constant félicite « l’amie très chère » et, revenant sur les difficultés rencontrées au cours de ces dix années, incite vigoureusement à continuer la lutte : « laissez les amateurs de disputes et du spectaculaire se moquer de vos efforts, ces gens-là ne font que leur devoir car ils se sentent menacés par le déclin ».

33À côté de ces lettres de compagnons de lutte qui n’ignorent pas les difficultés passées et se préparent ensemble à de nouveaux combats, les lettres des hommes politiques apparaissent plus conventionnelles mais elles ont le mérite de montrer le cheminement réel d’un mouvement si difficilement accepté. Szell, premier ministre royal hongrois, salue chaleureusement « une efficacité de dix ans » et assure suivre avec le plus grand intérêt les efforts de la société et de sa « très noble fondatrice ». De même Schönborn, premier président au Tribunal administratif impérial et royal, Chlumecky, ministre à la retraite, présentent leurs vœux pour la « réussite du grand œuvre ». Quant aux félicitations émanant d’écrivains de divers pays, elles se perdent quelque peu dans d’éblouissantes allégories comme Björnstjerne Björnson évoquant les aurores à venir :

Et soudain comme un éclair au milieu de notre observation, voici Sa Majesté si longtemps annoncée en personne [...]Tout, tout, jusqu’au plus profond des vallées, jusqu’au plus haut des cimes est gorgé de soleil, lumineux, parfait – C’est, me semble-t-il, ce qui nous arrive. Dans notre nostalgie nous ne remarquions pas ce qui se passait – combien était proche déjà le grand soleil de la paix du monde

34Côtoyant cet hymne à une paix en Majesté, on trouve aussi un simple télégramme envoyé par Henry Dunant dans lequel il « demande à être inscrit comme membre à vie de la Société autrichienne pour la paix ».

35Le choix de lettres de félicitations publié dans la toute dernière partie des Mémoires est-il dû au simple hasard ? Ou ne répond-t-il pas chez Bertha von Suttner à la volonté de mettre en avant le large, pour ne pas dire l’hétéroclite éventail des acteurs et soutiens du mouvement pour la paix ? C’est là, avec l’internationalisme revendiqué, la marque du mouvement naissant et Bertha von Suttner ne fait que s’acquitter de sa dette envers ces collaborateurs de tous bords. Après tout, écrivain, pacifiste active et, qu’elle le veuille ou non, acteur du politique, elle n’a, elle-même jamais hésité à se servir dans son combat de toutes les armes et stratégies ainsi mises à sa portée.

D’un Congrès l’autre

  • 35 États-Unis d’Europe, c’est aussi le nom de la revue publiée par Charles Lemonnier. Cf. chapitre XII (...)
  • 36 Bulletin officiel du Congrès universel de la pai à Berne 1891, o. c, p. 50.

36L’une des toutes premières tâches attribuée au Bureau international de Berne était l’organisation du congrès annuel Il devait statutairement se tenir à la suite de la conférence de l’Union interparlementaire créée en 1888, qui, par nature, ne représentait que les pays dotés d’un régime parlementaire, ce qui de facto excluait un certain nombre de nations ne répondant pas à ce critère comme l’Empire russe. En instaurant à Paris en 1889 le principe du congrès annuel, on avait surtout cherché à renouer, en les transposant à une échelle universelle, avec les congrès de la Paix du milieu du siècle, dont le premier avait eu lieu à Londres en 1843, et, plus particulièrement, avec celui de Paris en 1849 qui, dominé par les discours flamboyants du président d’alors, Victor Hugo, était resté dans toutes les mémoires. Entre-temps, le rythme s’était quelque peu ralenti en raison des conflits en Crimée de 1854 à 1855 et aux États-Unis avec la guerre de Sécession de 1861 à 1865, puis en 1867 lorsque s’étaient formées deux associations pour la Paix qui avaient alors entravé la tenue régulière de congrès. Entre les deux en effet existaient de grandes divergences dues tant aux buts qu’au profil des adhérents : La Ligue internationale pour la paix fondée à Paris en mai 1867 par Frédéric Passy, se voulait, dans la mouvance de la International Peace and Arbitration Association créée à Londres par Hodgson Pratt, d’une intransigeante neutralité. la Ligue internationale pour la paix et la liberté, fondée par Charles Lemonnier au terme du Congrès de la paix et de la liberté tenu en septembre de la même année à Genève, affirmait haut et fort sa volonté très politique d’établir les « États-Unis d’Europe »35 et affichait une radicalité certaine, ne serait-ce déjà par le nom de ses adhérents de la première heure, Garibaldi, Bakounine, Alexander Herzen et Elisée Reclus. En 1889 débute donc une nouvelle série de congrès dits Congrès universels de la paix mais c’est seulement à Rome en 1891 que la dynamique prend vraiment son essor et que l’on commence à s’organiser, non sans mal semble-t-il puisque la souscription alors lancée pour assurer la mise en place et la gestion du futur Bureau international de la paix ne rapporte que 7 300 francs – « quand même deux années d’existence assurées » se console le rapporteur lors du congrès suivant à Berne36. Pendant les six années consécutives au Congrès de Rome, les Congrès universels de la paix vont se tenir très régulièrement, à l’exception de l’année 1895, à Berne (1892), Chicago (1893), Anvers (1894), Budapest (1896) et Hambourg (1897). 1898 marque une césure, clairement ressentie par Bertha von Suttner. Elle assistera alors à l’unique commission internationale de la paix prévue cette année-là à Turin, réduite à 18 délégués des sociétés de la Paix et dont la tâche principale sera de préparer ce qui deviendra l’événement majeur de la décennie, la Conférence – et non le Congrès – de La Haye en 1899.

  • 37 En particulier dans Schach der Qual (1897) et Der Menschheit Hochgedanken (1910).

37Dopée par l’expérience du Congrès de Rome, Bertha von Suttner sera, sa vie durant, une fidèle des Congrès universels de la paix et rares sont ceux auxquels pour des raisons parfois financières – comme Chicago en 1893 – elle renonce à se rendre. Tous occupent une large place dans ses Mémoires et il est intéressant de comparer ce qu’elle en a retenu avec les divers bilans publiés au fil des ans par le Bureau de Berne. Côté rapports officiels des congrès, on dispose d’une chronologie minutieuse des journées, de l’intégralité des discours mais aussi des discussions autour des points inscrits au programme et de la totalité des interventions recensées. Côté Mémoires suttnériennes, on a en prime des considérations sur les personnes, des notes sur le travail en séance mais aussi sur les concertations, coalitions et tout ce qui se trame à la périphérie. Elle offre ainsi un éclairage très instructif sur l’atmosphère cosmopolite de la grand-messe pacifiste où règnent encore des formes de sociabilité qui lui sont chères et qu’elle transcrira dans nombre de ses romans.37 De fait Mémoires et bilans officiels se complètent, insistant, chacun à leur manière, sur le rôle réel joué lors de ces congrès par Bertha von Suttner dans le fonctionnement comme dans les décisions. Le Congrès de Berne en 1892, auquel elle consacre un chapitre entier sous le titre die Tage von Bern (Les jours de Berne), constitue une étape décisive dans son engagement public mais aussi dans sa conception du mouvement pour la paix, de ses buts et de ses moyens. À l’inverse de Rome où sa prestation avait été encore celle d’une débutante, elle développe lors de la séance d’ouverture à Berne une vision plutôt réaliste du mouvement et définit l’engagement pour la paix comme un ‘labeur’ de tous les instants :

  • 38 Bulletin officiel du IVe Congrès universel de la Paix, Berne 1892, publié par les soins du Bureau i (...)

Parfois nous ne voyons plus que le petit bout de route sur lequel il convient d’avancer d’un pas – ce qui, un jour, est plus utile que la contemplation immobile et ravie du but […] Vous le voyez, chers amis, nos idées commencent à se répandre dans le monde entier et c’est là, à mon avis, le résultat le plus important de nos labeurs.38

  • 39 Sur la motion Suttner-Capper-Moneta et l’emploi de Europäischer Staatenbund voir chapitre XII L’Eur (...)

38Non seulement elle est avec deux autres délégués, E.T. Moneta et S.J. Capper, à l’origine d’une motion, dont une première mouture avait été présentée mais non discutée à Rome, mais c’est elle qui à Berne monte à la tribune pour défendre ce texte portant sur l’établissement d’une Fédération d’États européens – Europäischer Staatenbund – qui, jusque dans sa formulation, est loin de faire l’unanimité.39 Avec une assurance de professionnelle de la politique – ce dont elle se défend par ailleurs – elle se lance dans une explication de texte en règle :

  • 40 Bulletin officiel du IVe congrès…, op. cit., p. 86-87.

Voilà pourquoi il faut parer à cette équivoque, objection des gens pratiques (nous les connaissons les gens pratiques !) – …Et pendant que je suis en train de mettre les points sur les i, laissez-moi appuyer sur un autre mot : « but suprême », à ne pas confondre avec « unique » et « immédiat ».40

39Sept ans avant la Conférence de La Haye qui tentera d’y apporter une première réponse, Bertha von Suttner défend à la tribune deux points déterminant pour l’action du mouvement pacifiste jusqu’à la Première Guerre mondiale et même après : la nouvelle configuration d’une Europe de la paix et ce qu’elle appelle un « droit des gens qui est encore à faire », en d’autres termes un droit international réglementant les rapports de guerre et de paix entre États par l’arbitrage et réglant les conflits non plus au cas par cas mais par décision d’un tribunal international permanent opérant en amont, avant même que le conflit n’éclate. Le Congrès de Berne est celui où Bertha von Suttner intervient le plus politiquement dans les discussions comme dans les délibérations. À Anvers, où elle se rend en 1894 et comme toujours en compagnie de son époux, c’est surtout la découverte d’un pays neuf et neutre qui la frappe. Mais sa vigilance de travailleuse de la paix ne s’en laisse pas conter. Rencontrant le Roi des Belges, elle est flattée de l’attention qu’il lui porte mais note :

Je me souviens parfaitement du mot que nous dit le Roi : « le souverain d’une nation durablement neutre, comme l’est la Belgique, doit évidemment s’intéresser à la question de l’établissement international de la paix. Mais bien sûr (ajouta-t-il et par ce « bien sûr » tout ce qui avait été dit avant était supprimé), pour protéger cette neutralité, il faut armer ». (M, p. 310)

40En Belgique, Bertha von Suttner continue son apprentissage dans la Conférence interparlementaire qui a alors lieu conjointement à La Haye et à laquelle, exceptionnellement, elle est invitée comme observatrice. C’est là qu’elle entend son ami, le parlementaire Philipp Stanhope développer son « plan d’organisation d’un tribunal international d’arbitrage », amorce de ce que la Conférence de La Haye concrétisera cinq ans plus tard :

Deux grandes nécessités s’offrent aux peuples civilisés : un tribunal international et un codex, qui répondrait à l’esprit moderne et saurait s’adapter en souplesse aux nouveaux progrès. Ainsi serait atteint le triomphe de la culture et stoppée toute fuite criminelle dans le massacre des masses. (M, p. 314)

41Pareil discours qui, tout en mettant en œuvre la politique au plus haut niveau, se revendique de la culture et de la civilisation ne pouvait que susciter l’entière approbation d’une Bertha von Suttner qui retrouvait là ses marques, humanisme, apolitisme et pacifisme international. Elle l’avoue du reste « cette séance a été vraiment un jour historique » et il y a dans l’attention qu’elle porte à des propositions qui sont alors encore loin d’être prises au sérieux un trait de caractère qui met à mal l’image de faux bas-bleu sentimental se mêlant de politique internationale – deux domaines où les femmes n’avaient pas à s’immiscer–, image qu’ont multipliée à l’envi les caricatures de l’époque. Le congrès qui se tient à Budapest en septembre 1896 est aussi l’un des grands moments de la vie publique de la travailleuse de la paix, qui a acquis entre-temps le surnom peu amène de Friedensfurie (Furie de la paix). Bertha von Suttner avait en décembre 1895 présidé à la fondation d’une Société hongroise des amis de la paix qui, contrairement aux lenteurs des Berlinois, s’était constituée en un temps record. Dans l’enthousiasme général, on avait même invité le Congrès universel de la paix à se tenir à Budapest l’année suivante. Bertha von Suttner, toute au plaisir de s’y rendre, rédige dès le départ en bateau sur le Danube des notes en forme de parodie d’expédition militaire. Ainsi, au cours du voyage, elle « passe en revue » le public venu l’ovationner :

Nous étions toute une bande de la paix, Frédéric Passy et Frederik Bajer devaient parler et la « Furie de la paix » monter au front […] Partout où défilaient les troupes de la paix, retentissaient les cordiales ovations d’un public montant la garde… (M, p. 352)

42Lors du congrès proprement dit il sera question des progrès accomplis en matière de tribunaux d’arbitrage fonctionnant toutefois toujours au cas par cas mais tout autant de l’abolition du duel, ce qui en irrite plus d’un, et de la protection des animaux, ce qui en amuse d’autres. Et c’est sur un discours de facture quasi militaire prononcé par le général Türr que se clôt un congrès, le VIIème du nom, qui frappe toutefois par sa bonne humeur et un sentiment renforcé de solidarité entre ses membres satisfaits du chemin accompli et des progrès de l’organisation. Mais quelques-uns perçoivent déjà confusément la routine qui s’installe, les pères-fondateurs vieillissent « notre vieux Passy était très entouré », certaines interventions dérivent comme la demande d’adresse au Pape Léon XIII alors que toute tendance religieuse quelle qu’elle soit, est bannie, des rappels à l’ordre sont nécessaires.

43En 1897 le congrès qui se tient à Hambourg confirme l’usure déjà perceptible au milieu des festivités hongroises, Bertha von Suttner qui trouve que le « congrès s’amuse » un peu trop aux dépens des questions fondamentales, partage de toute évidence le sentiment d’un journaliste présent :

Cela me semble être d’une portée bien discutable quand dans les congrès on débat en long et en large sur les résolutions pour l’avenir et quand les votes ont lieu en général à très faible majorité. Il me semblerait bien plus efficace pour la cause si l’on offrait à l’assemblée une série de robustes interventions et conférences, qui seraient, si le congrès après en avoir discuté, est d’accord, imprimées comme autant de bulletins en dix mille exemplaires… (M, p. 386)

44Certes, comme à Rome, à Berne, à Anvers ou à Budapest, la clôture du congrès est grandiose, banquet, feu d’artifice, ‘Vive la Paix’ en lettres de feu mais l’inquiétude est là qui n’est pas loin du découragement :

Que pouvaient bien en penser les promeneurs et les badauds ? Sans doute rien ; et en cela ils n’avaient pas complètement tort, car que reste-t-il des paroles envolées, des toasts du banquet, des gerbes des feux d’artifice éteints ? – rien ! – Il faut que les résultats, grâce auxquels les temps changeront, viennent de bien plus profond. (M, p. 316)

« Vous êtes devenus de vrais commis-voyageurs de la paix »

45La formule lancée en guise de boutade par le Baron Suttner senior, amusé – ou agacé – de voir ce couple, toujours la valise à la main et toujours en partance pour un congrès quelque part dans le monde, est plus juste qu’il n’y paraît au premier abord. Car, qu’il s’agisse d’invitation pour des conférences sur la paix, d’inauguration de sociétés de la paix créées en général à son initiative ou d’intervention personnelle à la tribune des congrès de la paix, Bertha von Suttner non seulement connaît désormais son métier de travailleuse de la paix mais elle a aussi acquis, au fil du temps et des expériences, les techniques les plus efficaces pour vendre sa ‘marchandise’, en l’occurrence la paix dans le monde. Sans jamais en dévier, elle s’est fixée quelques buts précis qu’elle pense réalisables à terme et qui répondent à deux critères, à ses yeux sans appel : qu’ils ne touchent pas au politique et qu’ils se situent dans le domaine international, ce qui place ces buts hors du champ d’action des nationalismes et de leurs conflits et les met de fait « au-dessus de la mêlée », même si le terme ne connaît pas encore la fortune que lui conférera, deux décennies plus tard, l’ouvrage publié par Romain Rolland en 1915 en plein premier conflit mondial. Certes la limite est vite franchie qui propulse Bertha von Suttner, qu’elle soit conférencière ou oratrice, vice-présidente ou présidente d’honneur du Bureau international de la paix, dans le champ du politique, voire au premier rang de la politique tout court. Car que fait-elle d’autre quand elle explique aux délégués du Congrès ce qu’il faut entendre par Fédération des États européens, quand elle remet en mains propres à l’Empereur François-Joseph une pétition en faveur des tribunaux d’arbitrage signée de tous les grands noms de la politique internationale, quand elle discute en marge des congrès puis dans une correspondance suivie avec les diplomates russes ou chinois – qui d’ailleurs la prennent fort au sérieux ? Quant au terme d’international, Bertha von Suttner l’emploie dans deux acceptions bien différentes. D’un côté, il s’agit du concept de droit international, Jus gentium, tel qu’elle en a trouvé la définition et le rapport étroit avec l’établissement de la paix dans la lecture du Projet Pour la Paix perpétuelle de Kant :

  • 41 Emmanuel Kant, Pour la paix perpétuelle. Projet philosophique, trad. et éd. par Joël Lefebvre, Pres (...)

L’idée d’un droit cosmopolitique n’est plus une manière chimérique et extravagante de concevoir le Droit, mais un complément nécessaire au code non écrit tant du droit public que du droit international, en vue de parvenir au droit public de l’humanité et ainsi à la paix perpétuelle, dont on ne peut se flatter de se rapprocher de façon continue qu’à cette condition.41

46De l’autre côté, elle prend soin de distinguer sa conception de l’international de celle, alors très en vogue mais radicalement politique, revendiquée par les mouvements ouvriers et les partis socialistes de l’époque et qui s’incarne dans la IIe Internationale créée en 1889 au Congrès de Paris. Pour August Bebel, l’international ne peut se concrétiser que sous la forme « ‘d’une fraternisation des peuples dans le but de faire progresser les tâches culturelles communes de l’humanité » – c’est la formule qu’il emploie pour justifier son refus d’œuvrer ‘main dans la main’ avec les associations pour la paix et de se rendre à la Conférence de La Haye –. Pour Bertha von Suttner et ses compagnons de la Ligue internationale pour la paix le terme d’international relève de la seule morale. C’était là un clivage déjà ancien que Karl Marx avait férocement résumé dans un discours antérieur, avant de claquer la porte du Congrès de la Ligue pour la paix et la liberté à Genève en 1867 :

  • 42 International Workingmen’s Association 1867, record of Speech by Karl Marx On the Attitude of the W (...)

Those who declined putting her schoulders to the wheel to bring about a transformation in the relations of labour and capital ignored the very conditions of universal peace.42

47L’engagement pour la paix de Bertha von Suttner repose en fait sur trois principes simples qui motivent de bout en bout son action et confortent son ‘labeur’ de travailleuse de la paix. D’abord, elle croit en la nécessité d’un droit international, – droit des gens ou Völkerrecht – capable de réglementer à l’instar du droit cosmopolitique de Kant l’ensemble du monde civilisé. Ensuite, elle milite pour que soit instauré le principe d’arbitrage en amont des conflits, ce qui, en prévenant ainsi le déclenchement de guerres, ôte tout sens à un surarmement porteur lui-même de conflits futurs. Enfin, elle espère et se bat pour que soit mis en place hic et nunc un tribunal d’arbitrage international et permanent rendant caduques les multiples décisions d’arbitrage rendues au cas par cas et d’État souverain à État souverain.

48La logique de sa démarche est claire, si évidente que certains s’en démarqueront en la disqualifiant et la traitant de « logique de bonne femme » :

  • 43 Stefan Zweig, Ansprache in Bern, op. cit., 1915.

Peu à peu elle était devenue quelque chose de ridicule, la Friedensbertha des feuilles satiriques et on la traitait de bonne femme avec cette intonation pleine de condescendance avec laquelle on fait voisiner bonté et bêtise.43

49La faiblesse de Bertha von Suttner est sans doute d’avoir répété à satiété son credo dans un monde qui ne voulait pas ou plus l’entendre, occupé qu’il était par ses visées expansionnistes et sa course aux armements. Mais elle, qui, en riant, proposait à Alfred Nobel de transformer « sa poudre à canon en poudre de riz » et, sérieuse quant au fond, l’avait finalement convaincu de fonder un Prix pour la Paix, elle n’est pas dupe. Elle sait que son combat fait d’elle un Don Quichotte au féminin, les caricaturistes le lui rappellent cruellement, mais rares sont les moments où elle doute, où elle songe à baisser les bras. Encore en juin 1914, une semaine avant sa mort, quasi jusqu’à son dernier souffle, elle n’hésitera pas à haranguer sur les trottoirs de Vienne ces jeunes générations qu’elle trouve bien pusillanimes :

  • 44 Stefan Zweig, Die Welt von Gestern, op. cit., p. 243.

Par hasard je rencontrai Bertha von Suttner, la grande, la généreuse Cassandre de notre temps […]. Elle m’aborda toute excitée : « les gens ne comprennent pas ce qui se passe » – me cria-t-elle très fort au beau milieu de la rue, elle qui d’ordinaire parlait toujours si doucement, si calmement, – « C’est déjà la guerre et ils nous ont une fois de plus tout caché, tout tenu secret. Pourquoi ne faites-vous rien, vous les jeunes ? C’est vous qui êtes les premiers concernés ! défendez-vous, rassemblez-vous ! Ne nous laissez pas tout faire, nous les quelques vieilles femmes que personne n’écoute ! Les choses sont pires que jamais, la machine est en route.44

Notes

1 Mémoires p. 333. Formule lancée par le beau-père de Bertha von Suttner à l’adresse du couple en partance pour Budapest.

2 Bertha von Suttner à Alfred Nobel, Vienne 22 avril 1892, Correspondance op. cit. Ryksarchiv et Stockholm

3 À titre de comparaison, les statistiques faites pour l’Empire allemand montrent que pour la décennie 1871-1880, les femmes de cinquante ans ont une espérance de vie de 19,29 années mais que sur 100 000 femmes, seulement 45 000 atteignent 70 ans. G. Hohorst, J. Kocka (et al.) Sozialgeschichtliches Arbeitsbuch. Materialien zur Statistik des Kaiserreiches 1870-1914, Beck, München, 1982, Bd II, p. 33.

4 G. von Suttner à Bertha von Suttner, Schloss Hardenstein, 15 mai 1900, Archives Fried-Suttner, UNO-Genève.

5 B. von Suttner à A. Nobel, 29 janvier 1893.

6 Quelques passages des Diaries (inédits, Bibliothèque ONU-Genève) révèlent effectivement une blessure cachée chez Bertha von Suttner « il est prisonnier de son charme » ou « Si j’étais morte, ils se marieraient ».

7 Henry Dunant, Un souvenir de Solferino, Paris 1862.

8 Les deux autres sont la guerre austro-prussienne de 1866 et la guerre franco-prussienne de 1870/71.

9 H. Dunant à B. von Suttner, 16 mai 1899. Archives Fried-Suttner, UNO-Genève.

10 Correspondance conservée au Fonds Fried-Suttner, UNO-Genève.

11 B. von Suttner à B. von Carneri, 10 mars 1896, Archives Fried-Suttner, UNO-Genève.

12 Carneri à B. von Suttner, 5 mars 1896.

13 Die Waffen nieder!Monatsschrift zur Beförderung der Friedensbewegung, VIII. Année, n° 1, janvier 1899. C’est l’année où A.H. Fried reprend la revue sous le nom de Friedenswarte.

14 Ernste Gedanken, Berlin 1890.

15 M. von Egidy à B. von Suttner, 11 mai 1892, lettre reproduite dans les Mémoires, p. 254 et suiv.

16 Extrait du texte de Egidy, Ernste Gedanken, cité in Mémoires, p. 252.

17 Quatrième Congrès universel de la paix Berne, 1892. Publication du Bureau international de la paix, Berne 1892, p. 164.

18 Belva Lockwood, Mémoire sur les fonctions du Bureau international de la paix, in Congrès de la Paix, Berne, 1892, p. 219.

19 Procès verbal de l’Assemblée générale des délégués des sociétés de la Paix, Turin, septembre 1898. Berne, Michel & Bichler, 1898, p. 10.

20 Procès verbal du Troisième Congrès Universel de la Paix, op. cit. p. 55 et 156.

21 Le mouvement pacifiste, n° 7, Berne le 15 juillet 1914, p. 1.

22 Cf. chapitre VIII, p. 140 et suiv.

23 A. Nobel à B. von Suttner, San Remo, 18 mars 1896, Correspondance de Alfred Nobel, Ryksarkivet Stockholm.

24 Graf Generalfeldmarschall Moltke (1800-1891) était encore en 1891 député conservateur au Reichstag.

25 A. Bebel à Bertha von Suttner, Berlin, 31 janvier 1899. Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 429.

26 Le mouvement pacifiste dans le N° 1 de l’année 1913 note : « Monsieur Fried nous a rendu un service inestimable en fondant le pacifisme sur une base de cette solidité ».

27 B. von Suttner à A.H. Fried, 1er nov. 1892, Archives Fried –Suttner, UNO-Genève.

28 id. 21 décembre 1892.

29 Friedrich III, Roi de Prusse et Empereur allemand (1831-1888), proche des idées libérales et hostile à la politique menée par Bismarck, il fut très influencé par sa femme, fille aînée de la Reine Victoria, mais ne régna que 99 jours.

30 Correspondance Suttner/ – Fried 5 septembre 1892.

31 Ibid. novembre 1892.

32 Correspondance Suttner/Fried, 1er novembre 1892, UNO-Genève. Die Freisinnigen désigne ici les libéraux allemands (Freisinnige Volkspartei, parti libéral allemand fondé en 1892).

33 Discours de J. Grand-Carteret lors d’une conférence sur « Les femmes allemandes vues par les Français ». Le Volapük, langue artificielle créée par le prêtre catholique badois J.M. Schleyer, connaît alors un grand succès (1 million d’adhérents au mouvement en 1889). L’Esperanto créé en 1887 par Zamenhof comme langue internationale pour la diffusion de la paix remplacera leVolapük. A.H. Fried, esperantiste de la première heure, publie en 1903 un manuel, Lehrbuch der internationalen Hilfsspsrache Esperanto.

34 Lettres et dépêches reproduites dans les Mémoires, VIII, p. 522 et suiv.

35 États-Unis d’Europe, c’est aussi le nom de la revue publiée par Charles Lemonnier. Cf. chapitre XII, L’Europe selon Suttner.

36 Bulletin officiel du Congrès universel de la pai à Berne 1891, o. c, p. 50.

37 En particulier dans Schach der Qual (1897) et Der Menschheit Hochgedanken (1910).

38 Bulletin officiel du IVe Congrès universel de la Paix, Berne 1892, publié par les soins du Bureau international de la paix à Berne, p. 24.

39 Sur la motion Suttner-Capper-Moneta et l’emploi de Europäischer Staatenbund voir chapitre XII L’Europe selon Suttner...

40 Bulletin officiel du IVe congrès…, op. cit., p. 86-87.

41 Emmanuel Kant, Pour la paix perpétuelle. Projet philosophique, trad. et éd. par Joël Lefebvre, Presses universitaires de Lyon, Livre de poche, 1985, p. 85.

42 International Workingmen’s Association 1867, record of Speech by Karl Marx On the Attitude of the Workingmen’s association to the congress of the league of peace and freedom, MECW, volume 20, p. 426

43 Stefan Zweig, Ansprache in Bern, op. cit., 1915.

44 Stefan Zweig, Die Welt von Gestern, op. cit., p. 243.

Table des illustrations

Titre Figure 4 : photocopie du passeport de Bertha von Suttner, 1911 établi « pour tous les États d’Europe ».
Crédits Genève, UNOG Library, League of Nations Archives, Fonds Fried/Suttner.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7271/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search