Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre VIII. Une correspondance dans le siècle

Texte intégral

De l’importance de l’épistolaire pour Bertha von Suttner

  • 1 L’ensemble de cette correspondance (en grande partie numérisée) se trouve dans les archives du Fond (...)

1S’il est une forme d’écriture que Bertha von Suttner a pratiquée passionnément sa vie durant, c’est bien, à côté des notes de journal intime qu’elle désignera plus tard sous le terme de Diary, l’art de la correspondance. On se souvient de l’adolescente qui, sous couvert d’une identité masculine usurpée, envoie une lettre à l’adresse d’un journal viennois dans l’espoir d’y susciter une correspondance croisée et de pallier ainsi l’ennui et le manque de communication familiale dont elle et sa cousine Elvira se disent alors victimes. On se souvient aussi du marivaudage épistolaire esquissé lors d’un séjour à Bade en 1868 entre Wilhelm Rex, roi de Prusse et la jeune aristocrate autrichienne. Bertha von Suttner n’a jamais caché son goût pour l’écriture épistolaire et elle n’a de cesse d’en relever deux caractéristiques essentielles à ses yeux, l’authenticité et une franchise qu’elle se plaît aussi à retrouver chez la plupart de ses correspondants : « la franchise est la condition première d’une correspondance profitable » lui écrit en 1890 son vieil ami et mentor, Rudolf Hoyos. Elle exprime souvent toute la satisfaction que lui procure l’imposant courrier reçu à Harmannsdorf, signe visible de la reconnaissance tant sur le plan littéraire que sur celui de l’engagement public. Elle en prend note non sans une certaine coquetterie, se disant ployer sous le poids d’une masse épistolaire en constante progression : « J’ai bien du mal à dominer ma correspondance. Tant de lettres, de télégrammes, de volumineux écrits […] Conseils, propositions, moyens imparables pour assurer la paix, chaque jour je reçois journaux, lettres, dépêches » (M, p. 301). Dans la mesure du possible – et les archives conservées à la Bibliothèque de l’ONU à Genève en font foi1 – elle répond sinon à tous les courriers, du moins au plus grand nombre et surtout aux plus utiles à la diffusion de ses idées : « J’extrayais parmi ces lettres quelques-unes, les plus dignes de confiance, et me mettais personnellement en rapport avec les auteurs … » .

2L’expérience caucasienne a été pour beaucoup dans le rapport privilégié de Bertha von Suttner avec l’épistolaire. Loin du monde alors dit civilisé, c’est en effet le seul lien d’abord avec les amis et quelques proches que n’avaient pas scandalisés le Matrimonio secreto. Ce sont là des lettres privées, mélanges d’anecdotes, de récits exotiques et de demandes pratiques, elles sont rares et bien peu sont conservées. Avec les début de l’écriture, les chroniques caucasiennes du baron et les premières nouvelles à succès de Bertha von Suttner, la fréquence, la nature et le rôle de la correspondance changent radicalement. Dès lors, les lettres de lecteurs/lectrices enthousiastes arrivent en nombre, souvent bien réconfortantes :

Et voilà que je reçus une bonne centaine de lettres émanant du public des lecteurs et où les expéditeurs m’assuraient qu’ils avaient ressenti les choses exactement comme je les avais décrites. (M, p. 154)

3Des courriers de collègues écrivains, journalistes, publicistes vont donner lieu à des correspondances suivies et s’avérer fort utiles par la suite pour pénétrer dans les cercles et revues littéraires des capitales européennes. Avec le retour en Europe, une nouvelle correspondance se met en place, désormais d’ouest en est :

Avec les amis caucasiens nous étions restés en correspondance ; Les Murat étaient encore à Zougdidi, le Prince Nico vivait la plupart du temps à Saint-Pétersbourg. Du prince André Dadiani nous reçûmes une lettre de Vienne … (M, p. 235)

4Elle se prolongera au-delà du siècle. En mars 1900 encore arrive une lettre datée de Saint-Pétersbourg, signée de Nico, prince de Mingrélie et qui témoigne, dans son élégant français, de l’importance de ce contact épistolaire :

Madame la Baronne,
Combien j’ai envie de vous voir et de causer avec vous ! À Pétersbourg tous vos écrits sont traduits et votre personne intéresse le public […] Salomé [Murat, sœur du prince] sera à Paris en mai je crois. Pour moi, c’est en août que je compte voyager. En tout cas, je vous tiendrai au courant et vous enverrai bientôt ma photographie. (M, p. 505)

5À voir la place prise par les correspondances dans l’élaboration et la structuration des Mémoires on peut mesurer le rôle qu’a pu jouer cette forme d’échange dans la vie comme dans l’action de Bertha von Suttner. Un chapitre, qui couvre les années 1892-1898, est expressément consacré à « Diverses lettres intéressantes », un autre donne une large place à la correspondance avec Alfred Nobel. – dont il sera question en détail par la suite – et six lettres du « Cher Monsieur et Ami » y sont reproduites in extenso. Enfin, une lecture attentive montre que pour reconstituer la chronologie exacte de cette période elle recourt, à tout moment, soit au recueil de lettres reçues classées par elle-même par année et désigné comme le Briefschatz, le trésor épistolaire, soit à la collection de ses propres lettres initiée par son éditeur et éminent correspondant Alfred H. Fried :

Ma correspondance s’était alors fortement accrue. Des passages de mes propres lettres donnent quelques points de repères […] Le matériau dont je dispose consiste en des lettres que j’ai adressées à cette époque à mon éditeur A.H. Fried. C’est lui qui a, à vrai dire, pris cette initiative. Il a conservé toutes mes lettres et, à ma demande, a mis à ma disposition la collection de l’année 1892, où se sont retrouvées sous une forme ainsi authentique et dans la suite chronologique quelques dates que j’aurais autrement oubliées… (M, p. 272)

6Les lettres ne sont pas là seulement au titre de moyens mnémotechniques bienvenus, certaines d’entre elles, bien antérieures, constituent des testaments politiques que Bertha von Suttner restitue non sans fierté au domaine public. Elles contiennent en effet des projets de paix auxquels la pacifiste engagée qu’elle est devenue se réfère souvent, trouvant dans ces prédécesseurs inconnus ou méconnus une confirmation de sa propre action. Il en va ainsi d’une lettre adressée en 1873 par le prince d’Oldenbourg au Chancelier d’Empire Bismarck et que lui a confiée le neveu de l’auteur après qu’elle ait montré son vif intérêt :

– Comment, m’écriai-je, et personne n’en a jamais rien su !
– Mon oncle a vaillamment poursuivi ses efforts – poursuivit le duc – je suis en possession du brouillon d’une lettre qu’il a adressée en 1873 à Bismarck et dans laquelle il développait ses idées – sans succès.
– ah, si je pouvais voir cette lettre !
– elle n’est jamais parvenue jusque dans le domaine public mais vous en aurez une copie. (M, p. 303).

7Et Bertha von Suttner de conclure, une fois la lettre entièrement reproduite dans les Mémoires : « il n’y a rien de plus intéressant que de telles vieilles lettres authentiques. On y voit comment des idées qui se réalisent plus tard et des événements qui arrivent bien après y sont déjà prévus et pensés. »

8De manière générale et du début à la fin des Mémoires, des lettres, écrites de la main de Bertha von Suttner ou adressées à elle dans les langues les plus diverses par des individus de classes sociales et de nationalités différentes, viennent authentifier les propos, aident à reconstituer les cheminements difficiles, retracent telle fondation un peu oubliée d’association ou de société pour la Paix, servent en permanence de repères dans une vie publique de plus en plus exposée. C’est donc bien à l’aune de ces correspondances que se mesure au plus juste, au plus « authentique » dirait-elle, la singularité non seulement de cette correspondance en elle – même mais aussi de sa position personnelle, comme femme, comme écrivain, comme pacifiste engagée dans le domaine public, voire politique.

Typologie d’une correspondance

9Devant un tel afflux postal, qui souvent demande réponse, il faut s’organiser, mettre de l’ordre, ce qui n’est pas un talent majeur de Madame la Baronne. Bertha von Suttner, qui n’aura jamais de secrétaire privé, utilisera donc toutes les bonnes volontés autour d’elle : mari, nièce, éditeur, amis de longue date et mettra à profit les institutions créées par ses soins comme la Société autrichienne des amis de la paix, dont le papier à en-tête sera chez elle d’un usage fréquent, ou encore le Bureau international de Berne, dont elle devient vice-présidente en 1892. Toutefois, comme elle l’avoue elle-même, elle est amenée « afin de dominer son abondante correspondance » à opérer très vite un classement de son courrier, lequel donne à saisir dans toute son ampleur l’extension tant sociale que géographique de son réseau épistolaire :

Mon action publique m’apportait jusque chez moi d’innombrables voix du monde entier. Lettres signées et lettres anonymes ; lettres de l’intérieur du pays, de l’étranger et des pays au-delà des mers ; lettres pleines de déchaînements, d’admiration et d’autres de grossièretés ; lettres demandant des renseignements ou faisant toutes sortes de propositions afin d’atteindre le but de la manière la plus sûre et la plus rapide (un cultivateur proposait un système particulier de fumure, lequel en favorisant de bonnes récoltes et l’enrichissement du peuple qui en découlerait, devait forcément mener à la paix entre les peuples) ; des manuscrits de dix à cent pages avec des dissertations sur le problème de la guerre ; des assurances de dévouement une vie durant au service de la cause, si l’on garantissait au demandeur une somme suffisante pour suppléer au métier auquel il renoncerait alors – tout cela, la poste me l’apportait en abondance toujours croissante [...] et bien des lettres étaient vraiment si intéressantes, qu’on ne pouvait les laisser sans réponse. (M, p. 301)

  • 2 L’exception la plus repérable est la correspondance entre Bertha von Suttner et l’écrivaine autrich (...)
  • 3 ONU-Genève, Archives Fried-Suttner, Box 1, file 92.

10Pour Bertha von Suttner, il y a les lettres dites d’intérêt historique et celles présentant un intérêt biographique, les premières montrant « comment des hommes exceptionnels dans des positions d’influence ont oeuvré en permanence à faire émerger les postulats du mouvement pour la paix », les secondes – au nombre desquelles elle compte ses propres lettres – « reflétant le cheminement de cette cause qui m’est de plus en plus devenue une mission, le contenu de ma vie, ‘l’important’ ». À une exception près, l’échange épistolaire suivi entre femmes frappe par son absence.2. Quant aux lettres à caractère privé, elles sont rares, on trouve certes quelques lettres du baron von Suttner adressées à sa femme lors de tardifs séjours de cure mais elles sont d’une grande brièveté et à tout prendre d’une relative insignifiance, soit qu’il encourage sa femme à s’exercer à la bicyclette, soit qu’il traite très rapidement des soucis causés par la mauvaise gestion du domaine, soit qu’il ajoute à quelques corrections de forme apportées à un article de sa femme la liste détaillée des menus de la pension où il loge.3 Que, par ailleurs, il n’y ait pas de correspondance suivie entre les époux Suttner tient évidemment au fait que pendant leur vingt-cinq ans de vie commune, qu’il s’agisse de congrès, de conférences internationales, d’invitations, de lectures publiques et bien sûr de voyages et séjours sur tout le continent, tout a toujours été entrepris en commun. De même, si peu de lettres circulent dans un réseau familial même pris au sens large du terme, cela tient à cet autre fait que ce réseau est par nature très restreint : les Suttner n’ont pas de descendance, les frères et belles-sœurs vivent à proximité de Harmannsdorf et, à l’exception de la vieille baronne Suttner qui vivra jusqu’en 1902 au château, la parentèle directe s’est éteinte dans les années 1880-1890.

  • 4 Max Nordau, né à Budapest en 1849, est non seulement auteur de récits et d’essais mais il sera à la (...)
  • 5 B. von Suttner à A. Nobel, 23 mars 1896, Ryksarkiv, Stockholm, fiche 212. Cette pièce finalement éc (...)

11Par-delà cette correspondance privée, peu étendue, on peut classer les lettres de et autour de Bertha von Suttner en deux catégories distinctes. La première inclut les lettres concernant l’œuvre romanesque et son auteur et se constitue en un vaste réseau littéraire étendu à l’Europe de son temps. On y trouve, venant de divers pays européens, les plus illustres signatures de l’époque, la Russie avec Léon Tolstoï, la France avec Émile Zola ou les pays scandinaves avec Björnstjerne Björnson, plus tard la Pologne avec Henryk Sienkiewicz. Y figurent aussi nombre d’auteurs allemands, français ou autres, alors fort connus et qui ont, pour certains, la particularité de mener, à côté de leur production littéraire, une activité de publiciste ou de journaliste. C’est le cas entre autres de Max Nordau, auteur d’essais critiques et de récits de voyages, de Friedrich Spielhagen, auteur à succès de romans réalistes dont Bertha von Suttner fait le modèle de l’intellectuel moderne dans ses propres romans, de M.G. Conrad, directeur de la revue Die Gesellschaft, l’un des premiers à publier ses écrits ou encore de Conrad Ferdinand Meyer, auteur suisse de romans et de nouvelles.4 Nombre de ces noms ont aujourd’hui sombré dans l’oubli mais correspondre avec eux constituait, en cette fin de siècle, une entrée assurée dans les cercles littéraires, le monde de l’édition et celui de la critique littéraire et, ce qui n’était pas sans importance pour une femme quelque peu perdue dans cet univers d’hommes, constituait un premier pas vers une reconnaissance publique dont Bertha von Suttner a bien saisi la portée : « Les directeurs [des théâtres de Vienne] m’ont demandé à maintes reprises de leur donner une pièce. Mon nom sur l’affiche éveille la curiosité… [aussi comme traductrice et collaboratrice] », ajoute-elle en post-scriptum dans une lettre à Alfred Nobel à qui elle offre ses services pour l’aider à faire représenter sa pièce Béatrice Cenci5.

  • 6 Fonds Fried-Suttner (1843-1921), Bibliothèque de l’ONUG, Palais des Nations Unies, Genève. Cf. note (...)
  • 7 F. Passy et H. Dunant se partagent le Prix Nobel de la Paix en 1901, d’Estournelles l’obtient en 19 (...)

12Mais la plus grande partie de la correspondance de et à Bertha von Suttner, soigneusement classée et conservée par Alfred Hermann Fried puis acquise en 1931 par ce qui était alors la Bibliothèque de la Société des Nations à Genève6, concerne l’activité publique et proprement pacifiste de Bertha von Suttner. Elle y intervient tant comme présidente à vie de la Société autrichienne des amis de la paix que comme fondatrice des sociétés-sœurs de Berlin et de Budapest. Mais elle y apparaît aussi comme l’organisatrice – incontournable à son avis – des congrès de la paix et des conférences internationales ou comme la vice-présidente, parfois tracassière, du Bureau international de Berne que préside le Suisse Élie Ducommun. Là encore ce sont des lettres, dont le ton et la teneur varient considérablement selon les destinataires. Tantôt il s’agit de collègues chargés de la bureaucratie courante et du fonctionnement des diverses sociétés, sur lesquelles Bertha von Suttner garde une sorte de droit de regard, tantôt l’échange épistolaire se fait entre les acteurs mêmes du mouvement pour la paix, Frédéric Passy, le baron Constant de Rebecque d’Estournelles ou Henry Dunant, tous, du reste, futurs prix Nobel de la Paix.7 Parmi ces correspondants on trouve nombre de parlementaires, Hodgson Pratt à Londres, le Marquis Pandolfi à Rome, Grelling et Karpeles à Berlin. Certains de ces échanges sont de précieux témoignages sur les désaccords qui surgissent entre les partenaires et que les Mémoires de Bertha von Suttner passent parfois sous silence ou évoquent à peine, comme c’est le cas de la correspondance entretenue entre 1898 et 1903 avec Theodor Herzl. Ces échanges épistolaires perdurent tout au long de l’élaboration et de la mise en place du mouvement pour la paix.

13À ces deux catégories de lettres il convient d’en ajouter une troisième, plus difficile à cerner, plus singulière aussi parce qu’on y retrouve, à l’état brut en quelque sorte, la trace de l’évolution personnelle, des doutes, des colères aussi de Bertha von Suttner qui trouvent ainsi une sorte d’exutoire dans des lettres ‘mixtes’ adressées à ceux qu’elle considère non seulement comme des confrères ou des collaborateurs au service de la ‘Cause’ mais avant tout comme des amis, voire des conseillers. Ce sont souvent des hommes politiques chevronnés, appartenant à une génération antérieure, celle qui, adulte, a connu le milieu du siècle et vécu les guerres des années 60-70. Ils ont vu monter en puissance l’Empire allemand avec Bismarck et décliner un Empire autrichien aux prises avec ses diverses nationalités, et ils ont assisté, impuissants, à la militarisation du monde. Parmi ces correspondants, il y a le comte Rudolf Hoyos qui lui raconte avec humeur les rapports entre Bismarck et le Pape ou encore le propriétaire terrien et député autrichien mais aussi philosophe et essayiste, Bartholomeo von Carneri, avec lequel elle discute de Darwin et de Buckle. Il y a aussi le Duc d’Oldenbourg qui lui confie la lettre-fleuve adressée en 1873 à Bismarck par son aïeul rêvant déjà de réformer l’Europe par le désarmement et la paix entre les nations. Curieusement, ce sont tous des hommes d’un âge respectable, comme si dans son cheminement Bertha von Suttner cherchait à retrouver la sécurisante autorité, non pas de son père, mort à 75 ans et qu’elle n’a pas connu, mais celle du prince de Fürstenberg, figure tutélaire de son enfance et de son adolescence. Sans doute a-t-elle aussi l’intuition que, ni suffragette ni même féministe dans l’âme bien que très attentive à la situation et à l’éducation des femmes de sa génération, elle a besoin pour s’aventurer dans la sphère publique des institutions nationales et des relations internationales de ces mentors d’un autre âge certes mais de bon conseil et de réel poids politique. Et puis, élément déterminant dans le choix de ces « chers vieux amis », tous regardent d’un œil bienveillant, même s’il est parfois légèrement ironique, les avancées de Madame la Baronne dans un domaine aussi étranger aux femmes, admirant sa ténacité, souriant de sa naïveté mais se montrant d’une fidélité sans faille dans le soutien à la ‘Cause’.

« Cher Ami, je vous écris souvent, n’estcepas (sic !) ? »

  • 8 Nobel à B. von Suttner, Paris, 24 novembre 1889. Le ‘nouveau roman’ est évidemment Die Waffen niede (...)

14Les lettres, dépêches, télégrammes ou cartes postales que vont s’échanger entre 1883 et 1896 Alfred Nobel et Bertha von Suttner relèvent de cette dernière catégorie. Elles témoignent en effet d’abord d’une longue amitié amorcée lors du séjour très bref de Bertha encore Kinsky à Paris où, on le sait, elle s’était présentée, à la suite de la lecture d’une petite annonce dans la presse viennoise, pour devenir secrétaire privée de Monsieur Nobel – dont elle ignorait alors tout des activités industrielles. Mais ces lettres témoignent tout autant de l’histoire du mouvement pacifiste mené par Bertha von Suttner : mise en place de sections, de sociétés pour la paix, mise en œuvre de congrès internationaux, soutien au mouvement interparlementaire qui gagne peu à peu tous les pays d’Europe. C’est du reste, cette double face de la correspondance qui fait son intérêt majeur avec, côté privé, des amis, des proches, des itinéraires de vie, des voyages et même du quotidien et, côté public, avec le développement des institutions, la mise sur pied des représentations et aussi leur financement, point faible de toute l’organisation et souci permanent de celle qui fait figure de mère fondatrice. Il y a aussi dans cette correspondance tout un pan d’histoire littéraire fin-de-siècle, Nobel se piquant – chose peu connue – d’écrire des pièces de théâtre et cherchant à les faire jouer et Bertha von Suttner pratiquant toujours l’écriture romanesque, à des fins d’ailleurs ouvertement pécuniaires. Enfin, l’ensemble de la correspondance fait une large place aux réflexions, discussions, voire désaccords sur les stratégies à mener, ce qui constitue une contribution originale à l’histoire du pacifisme et ce, d’autant plus que ces discussions se développent entre une femme – avec tout ce que cela implique alors en matière de non-citoyenneté, de non-visibilité sur le plan public – et celui qui vient d’inventer, fabrique et commercialise avec succès la dynamite, devenue, à son corps défendant certes, l’arme moderne par excellence : « C’est donc là votre nouveau roman […] Mais vous me demandez de le propager, c’est un peu cruel car où voulez-vous qu’en cas de paix universelle je place ma nouvelle poudre ? »8

 

  • 9 Mémoires, VIIe partie, chapitre 33 où figurent sept lettres de Nobel et on trouve une huitième lett (...)
  • 10 Cf. infra chapitre XIV, Une femme nobélisée.
  • 11 Cité in E. Biedermann, Chère Baronne et amieop. cit., introd. p. 46.

15« Avec Alfred Nobel j’ai entretenu une correspondance régulière », ainsi commence dans les Mémoires de Bertha von Suttner le chapitre consacré aux lettres d’Alfred Nobel qu’elle a choisi de rendre publiques.9 Elle le fait à un moment, 1909, où le nom de Nobel, mort en 1896, est enfin devenu, au terme de longues disputes autour de son testament, synonyme d’une des plus prestigieuses fondations au monde, à même désormais de distribuer les prix qu’il avait créés dans des circonstances auxquelles Bertha von Suttner ne fut pas étrangère10. La formule « correspondance régulière » employée par Bertha von Suttner est certes quelque peu excessive car celle-ci n’a rien de « régulier ». et le déséquilibre dans l’échange de lettres est patent avec 24 lettres d’Alfred Nobel et 73 de Bertha von Suttner. De surcroît, alors que les lettres de Bertha von Suttner ont été soigneusement conservées dans leur intégralité par Nobel lui-même, l’original de celles de Nobel a bien souvent disparu et dans une dizaine de cas – sur 24 ! – on a affaire à des copies. Cela est dû, sans nul doute, à l’incapacité notoire chez Bertha von Suttner de conserver et de classer les lettres qu’elle reçoit, au point que très vite elle laissera ce soin à A.H. Fried qui sauvera ainsi la correspondance de la corbeille à papier, où, semble-t-il, aboutit mainte missive. Ainsi, surprise par la mort brutale de Nobel, Bertha von Suttner note dans son journal en date du 9 janvier 1897 : « À la recherche dans la corbeille à papier de la dernière et doublement précieuse lettre de Nobel – et je l’ai trouvée – quel bonheur ! »11 Le déséquilibre est encore plus frappant lorsque l’on visualise ces lettres. D’un côté on trouve les lettres-fleuves de Bertha von Suttner contant ses premières incursions publiques lors du Congrès de Rome en 1891 et son exploit « parler en plein Capitole » ou joignant à celle du 2 juin 1892 déjà fort longue un article de J. Simon et spécifiant en post-scriptum – ce qui peut prêter à sourire – : « Surtout ne pas jeter à la corbeille à papier, me renvoyer s.v.p. ! ». Et que dire de la lettre du 29 janvier 1893, célèbre parce qu’elle contient la réponse, plutôt réticente, au projet que Nobel vient de lui exposer par lettre, « votre idée de récompenser tous les cinq ans les gens de bonne volonté » ? Écrite au crayon par une Bertha von Suttner si malade qu’elle en évoque son testament, elle ne fait pas moins de cinq pages d’une écriture serrée. Bertha von Suttner est consciente de la gêne que peut procurer chez un homme d’affaires aussi occupé l’arrivée de lettres aussi prolixes :

J’aurais encore mille choses à vous raconter mais j’ai peur de vous ennuyer. Vous êtes de ceux dont le courrier quotidien représente un supplice – quelque chose dans le genre d’une roue, agrémentée parfois de scies… (BvS à N, 11 avril 1894)

16Et face à ces missives dont le déchiffrement devait effectivement lui prendre un temps précieux, Alfred Nobel adresse à sa « Chère Baronne » des lettres qui relèvent davantage du billet, voire de la dépêche, à quelques exceptions près que Bertha von Suttner, désireuse de créer une continuité, fera figurer dans ses Mémoires. La régularité, tout particulièrement de la part d’Alfred Nobel, n’est donc pas la marque de cette correspondance qui offre, par ailleurs, d’énigmatiques plages de silence d’un côté comme de l’autre. Pourquoi n’a-t-on aucune lettre de Bertha von Suttner à Alfred Nobel dans la période 1883-1891 alors que ce dernier accuse réception en des termes flatteurs « du petit livre merveilleux », Inventarium einer Seele que lui a adressé l’auteur et multiplie des divers lieux où il séjourne en 1888, Paris, Manchester, Cannes, les salutations affectueuses à Bertha von Suttner et à son mari, dont il a fait la connaissance au cours de l’hiver 1886 à Paris ? Pourquoi les années 1890, 1894, 1895 ne font-elles, chacune, montre que d’une seule et unique lettre de Nobel alors que Bertha von Suttner lui en adresse respectivement cinq, dix et six ? 3 lettres versus 21 lettres, la propension chez Bertha von Suttner à jeter son courrier dans la corbeille à papier n’explique pas tout. L’irrégularité fondamentale de cette correspondance est à l’image des positions qu’y occupent les deux partenaires : l’un, grand entrepreneur aux usines disséminées de par le monde mais aussi misanthrope fuyant « la vie fiévreuse qui fait office d’abat-sentiments » (N à BvS, 1889), l’autre de plus en plus habitée par son engagement public, lui reprochant à maintes reprises sa pusillanimité à s’engager pour la ‘cause’ et l’assaillant en même temps de demandes de soutien financier. Il y a dans certaines réponses de Nobel comme une lassitude un peu agacée qui se cache derrière la courtoisie d’un homme foncièrement admiratif de tant d’énergie : « C’est entendu ! Je ferai verser la somme à votre société viennoise. Vous voyez que je fais comme vous le désirez ! » (N à BvS 18 mars 1896).

17Enfin, l’usage qui est fait ici des langues d’écriture vient, sur un tout autre plan, renforcer l’impression du manque de régularité laissé par la correspondance. Alfred Nobel, dont Bertha von Suttner confirme à diverses reprises l’excellente connaissance de plusieurs langues, écrit essentiellement en français, utilise relativement peu l’anglais et jamais l’allemand alors que sa correspondante joue avec virtuosité de plusieurs langues parfois dans une même lettre. Celle du 24 décembre 1892 en témoigne qui, débutant ainsi « Dear friend., Ihr letzter Brief … », se termine sur des salutations rédigées en… russe ! Si l’usage multi-linguistique est parfois chaotique – « Restez bon pour moi, c’est un germanisme, je veux dire bleiben Sie mir gut, Your BS » (BvS à N 22 juin 1893) –, cette familiarité avec diverses langues, seul bénéfice réel de l’éducation quelque peu déficiente de la jeune aristocrate, n’a cependant rien d’anodin. C’est, pour elle, une façon, parmi d’autres, de s’ouvrir à une dimension européenne, celle-là même où évolue le mouvement pour la paix, et d’y maintenir une forme de communication qui soit à la mesure de la ‘Cause’ qu’elle défend.

  • 12 Copenhague, 19 décembre 1889. Cette lettre, en fait simple mot de condoléances à la suite de deuils (...)

18Si peu « régulière » qu’elle ait été dans sa forme comme dans sa durée, cette correspondance conte d’abord l’histoire d’une solide amitié. Elle se développe à la manière d’un duo qui tantôt rapproche, tantôt sépare les protagonistes. Elle commence par des marques d’amitié réitérées d’Alfred Nobel en forme de « profond dévouement qu’inspirent un souvenir et une admiration ineffacés et ineffaçables » (N à BvS, 28 mars 1883), formule qui fait référence au séjour parisien de 1875 et accrédite la thèse fort répandue que Nobel, tombé amoureux de son éphémère secrétaire, aurait songé à l’épouser. Très vite, l’amitié s’élargit au couple Suttner et Nobel assure dès lors sa « Chère Baronne et amie » de ses sentiments fraternels : « Je vous serre les deux mains – les menottes d’une bonne petite sœur qui me veut du bien comme je lui en veux à elle et aux siens »12 Certes, les lettres gardent une certaine réserve dans l’expression, ce qui correspond au tempérament de Nobel mais ne diminue en rien l’amitié profonde qui les lie. Parfois la lettre se réduit à un mince billet, une simple dépêche et les réponses se font longuement attendre pour cause de « nombreux déplacements ». L’unique lettre de Nobel pour l’année 1895 se contente de mentionner « deux lettres d’un charmant auteur serrées dans un tiroir », ce qui ne manque pas de déclencher une rapide et vive réaction de la part de la destinataire :

Non, mes lettres ne demandent pas à être « serrées comme précieux manuscrit d’un charmant auteur » – elles voudraient seulement éveiller un écho de sympathie non pour l’auteur, mais l’œuvre […] – jetez au panier ces petits papiers (BvS à N, 26 septembre 1895)

19Les dernières lettres de Nobel, plus nombreuses et plus explicites, s’attardent un peu plus sur lui-même, sur sa vie personnelle tout en continuant à jouer sur sa misanthropie, signant « un vieil ami (moribond) » ou ajoutant : « Cette vieille momie de Nobel n’a pas répondu à vos lettres – c’est inouï ! ». Quant à sa toute dernière lettre, il y écrit, prémonitoire :

  • 13 Nobel meurt le 10 décembre 1896 à la suite d’un arrêt cardiaque.

Moi qui n’ai pas de cœur au figuré, j’en ai, en tant qu’organe, un et je m’en ressens […] Assez de moi et de mes petites misères (N à BvS, 21 novembre 1896)13

20Pour ce qui est de l’expression de l’amitié, la correspondance côté Bertha von Suttner est tout autre. Sa joie à recevoir une lettre d’Alfred Nobel est sincère mais témoigne aussi d’une certaine frustration devant la réserve dont Nobel ne parvient jamais à se défaire :

Pour moi, quand je vois votre écriture sur une enveloppe, je déchire celle-ci avec un joyeux battement de cœur car j’attends toujours qu’une fois vous me disiez « Amie, je veux travailler avec vous » ou bien « Amie, je suis heureux – partagez ma joie » ou bien encore « Amie, je suis triste, partagez ma peine ». (BvS à N, 28 octobre 1894)

21Sensible à ses marques d’amitié, si retenues soient-elles, Bertha von Suttner répond le plus souvent en anglais « you call me a good friend and that I am », traite Nobel de « moral and affectual support » mais ne s’en tient pas à cela. Elle s’enquiert aussi avec une certaine insistance de sa santé, de ses voyages, de ses affaires, de ses séjours à l’étranger – en particulier à San Remo où Nobel se réfugie de plus en plus dans son ‘Nido’ –, atteignant parfois les limites de l’indiscrétion :

  • 14 Béatrice, titre alors de la pièce de théâtre écrite par Nobel qui deviendra Nemesis. S.A. Andrée, i (...)

Et Béatrice ?
Et Andrée=Pôle-Nord
Et votre santé ?
Et vos travaux chimiques ?
Et vos….non, il ne faut pas être indiscrète (30 avril 1895)14

  • 15 Cf. la réponse – reprise dans les Mémoires – de Nobel « Il n’y a pas de Madame Nobel et pour moi la (...)

22Effectivement, Bertha von Suttner, qui pourtant s’en enquiert15, ne saura jamais rien de la longue liaison de Nobel avec une fleuriste viennoise, Sophie Hess. Elle a toutefois conscience que cette correspondance un peu débordante risque d’irriter, voire de dérouter :

Une voix intérieure me dit que vous n’aimez pas à recevoir mes missives […]. J’ai bien peur que lorsque dans votre volumineux paquet postal, vous voyez surgir le timbre de Harmannsdorf, vous n’ayez un mouvement d’impatience. Et quand je trace le « cher monsieur et ami » – je me demande est ce-bien « ami » ? (BvS à N, 12 novembre 1896)

23Elle en revient alors à une forme d’amitié fraternelle, à de pressants « Viendrez-vous ? » à Rome, à Vienne, à Zürich, à Anvers, à Budapest, à Londres ou à Washington, autant de lieux de congrès ou de sièges de sociétés pour la Paix, dont la simple énumération donne la juste mesure de la zone d’extension du mouvement. L’unique rencontre lors d’un congrès – auquel Nobel n’assiste pas – a lieu à Zürich en 1892 et laisse à Bertha von Suttner des souvenirs très vifs, en particulier celui d’une promenade sur le lac dans le bateau en aluminium de Nobel qui répond au prénom goethéen de Mignon. Chez elle, l’épistolaire toujours se personnalise, « don’t croak ! » lui lance-t-elle, irritée par une remarque par trop désabusée de son correspondant. Elle n’hésite pas à lui raconter un rêve qui eût sans nul doute fort intéressé Sigmund Freud :

J’ai rêvé de vous cette nuit et c’est peut-être ce qui m’a poussé à vous écrire ; j’ai rêvé que je vous avais rencontré à Zürich mais que vous êtes parti le même jour avec dix fourgons remplis de caisses et en compagnie d’une délicieuse blonde. (BvS à N, 23 septembre 1894)

  • 16 Deux fois à Paris en 1875/76 et en 1887 puis une fois à Zürich/Berne en 1892.

24La nostalgie n’est pas absente de cette amitié essentiellement épistolaire – ils ne se sont finalement rencontrés que trois fois16 – comme en témoigne l’attachant portrait de Nobel que Bertha von Suttner lui adresse sous forme « d’étude psychologique » :

Quelquefois on porte les yeux en arrière – on fait défiler les vieux souvenirs […] Je pensais à l’automne 1875 – Tiens ! vingt ans tout juste, je vous rencontrai alors. Quelle étrange petite nouvelle pourtant – car ce n’était pas un roman–, plutôt matière à une étude psychologique : un penseur, un poète, un homme amer et bon, malheureux et gai – aux envolées superbes et aux méfiances mauvaises, aimant passionnément les grands horizons de la pensée humaine et méprisant profondément les petitesses de l’humaine bêtise, comprenant tout et n’espérant rien : tel vous m’êtes apparu. Et vingt ans n’ont rien effacé de cette image… en l’évoquant aujourd’hui je suis restée songeuse – Dans ma songerie l’idée m’est venue de la jeter sur le papier et voilà. (BvS à N, 29 octobre 1895)

  • 17 trois fois souligné dans l’original.

25Alarmée par l’état de santé de celui qui reste le « Cher monsieur et ami »17, Bertha von Suttner adresse, dans une lettre à Nobel en date du 28 novembre 1896, cette étonnante formulation : « Que Dieu (?) vous me conserve ».

  • 18 A. Nobel à B. von Suttner, Cannes, 6 avril 1888. De fait, les œuvres signalées ici se trouvent dans (...)
  • 19 B. von Suttner à A. Nobel, Vienne, 22 avril 1892 avec envoi d’une photographie « la conférencière d (...)

26L’amitié qui lie ces deux êtres si différents par leurs origines sociales, leurs itinéraires et leurs préoccupations n’est pas le seul intérêt de cette correspondance, elle en donne plutôt le ton général et enveloppe dans le cadre d’une très relative intimité des considérations portant sur des domaines très divers. C’est ainsi qu’il est, de manière récurrente, fait allusion aux essais et tentatives littéraires de l’un comme de l’autre, il arrive aussi que des compte-rendus de lecture, souvent féroces, déclenchent entre les deux protagonistes des discussions à distance fort vives. Entre la pacifiste engagée et le fabricant de dynamite, la littérature a toute sa place et c’est même par elle que la correspondance est arrivée ! La première lettre adressée par A. Nobel à Bertha von Suttner est, on le sait, un chaleureux remerciement pour Inventarium einer Seele. Plus tard, il se défendra de la « cruelle accusation que ma bibliothèque n’a pas la moindre envie de s’enrichir de vos œuvres », répliquant non sans humour : « Permettez, Madame « la Jugesse », que je m’en disculpe. Ma bibliothèque est très fière d’avoir vos œuvres et celles de Monsieur votre mari ».18 Toutefois une large part de cet épistolaire consacré à des réflexions et informations littéraires porte sur Die Waffen nieder dont Nobel, semble-t-il, a eu la primeur de la parution. Face à ce roman, Nobel, riche fabricant de l’arme de guerre la plus efficace du moment, est de toute évidence placé dans une situation délicate : d’un côté, il admire « your eloquent pleading against that horror of horrors », de l’autre, il suggère à l’auteur d’élargir son propos et de ne pas se cantonner au seul domaine de la guerre : « À côté d’À bas les armes ! donnez par charité un peu de place pour À bas la misère ! » – ce qui est aussi une façon de lui demander d’en revenir à un domaine familier aux femmes, l’action caritative, l’aide à la veuve et l’orphelin et au rôle traditionnel de la ‘visiteuse du pauvre’. Mais, lecteur visiblement impressionné, il lui transmet aussi fidèlement les premières réactions de la presse française, plutôt positives malgré un public « à 90 % chauvinisticaly mad », ces réactions étant nécessairement restreintes puisque l’ouvrage ne sera traduit en français qu’en 1899. Die Waffen nieder! traversent ainsi la correspondance de bout en bout, Bertha von Suttner ne manquant jamais de signaler les articles parus dans la presse autrichienne, la Neue Freie Presse « qui [m’] a ouvert ses colonnes » mais aussi française, le Siècle ou encore le Figaro, qui l’honore d’une photographie exposée au siège du journal.19 Elle énumère les traductions faites, en cours ou ‘authorized’ et mentionne non sans fierté en 1896 que son livre vient de faire son entrée dans la ‘Masterpeaces library’, édition d’œuvres jugées marquantes publiées en volumes à un penny. Mais sa plus grande fierté est de pouvoir mentionner certains de ses lecteurs, Tolstoï « qui lit mon roman en russe » et lui écrit des commentaires qu’elle répercute volontiers dans sa propre correspondance ou Björnstierne Björnson « cet homme de génie – génie du nord, donc un des vôtres » (BvS à N, 1er septembre 1895)

27Autre pan de cet épistolaire à caractère littéraire, des projets sont évoqués et parfois discutés de part et d’autre. Pour une fois, Bertha von Suttner se montre ici relativement discrète, évoquant d’un bref « j’ai un livre à écrire… », trois romans en cours, Schach der Qual, Arm und Reich et Vor dem Gewitter, alors même que sa bibliographie ne mentionne pas moins de dix romans (dont certains en deux volumes) et recueils de nouvelles entre 1891 et 1896 ! On peut voir dans cette réserve peu habituelle, un certain embarras à évoquer cet aspect d’une production littérairement plutôt mineure mais financièrement rentable :

Vous apprendrez avec plaisir que le roman dont je vous ai parlé Arm und reich vient d’être accepté par la Romanbibliothek de la Deutsche Verlagsanstalt – en outre, mon éditeur Pierson m‘a payé 2000 marks pour l’édition en volume(s). (BvS à N, 1er septembre 1895)

28Curieusement dans un domaine qui relève plutôt de l’intime, Alfred Nobel fait ici preuve d’une franche confiance et soumet à sa « chère amie » son projet de pièce de théâtre, tout comme, vingt ans auparavant à Paris, il lui avait lu ses poèmes. Reprise d’une œuvre de Shelley, sa pièce d’abord intitulée Béatrice traite de la figure de Béatrice Cenci qui, victime violée par son tyran de père, l’assassine avec la complicité de sa mère. « Forte du prestige de [mon] nom dans les gazettes littéraires et politiques », Bertha von Suttner offre immédiatement son aide :

Thanks ! une tragédie ? Vous n’en faites pas d’autre ! Voulez-vous que je la traduise et que j’essaie de la faire représenter au (Burg)Theater ? J’ai de très grandes chances de faire accepter (Id, 22 mars 1896)

29Quelques lettres plus tard, après s’être enquis du sujet, elle entrevoit déjà quelques difficultés majeures :

Béatrice Cenci ? Le sujet est dramatique. Est-ce en un acte, parce que vous dites ’petite pièce’ ? Si vous croyez que son effet scénique est probable et que le côté scabreux est suffisamment atténué, je suis presque certaine qu’un théâtre de Vienne l’accepterait.

30Puis, visiblement déçue, elle a une ultime remarque à ce propos : « En suédois ? Je croyais que vous l’aviez écrit en français. Oui, c’est juste : à Vienne on ne pouvait risquer une pièce anticléricale ». Finalement, le projet n’aboutira pas et, rebaptisée Nemesis par son auteur, la pièce reléguée au fond d’un tiroir, sera à trois exemplaires près, détruite par les héritiers de Nobel.

  • 20 B. von Suttner à A. Nobel, 12 août 1894. La traduction en allemand de Confession d’un fou date de 1 (...)

31À côté de l’intérêt marqué pour la littérature, la correspondance entre A. Nobel et Bertha von Suttner comporte aussi nombre de réflexions sur les lectures faites au cours de ces années. C’est ainsi que Bertha von Suttner, intéressée comme beaucoup de ses contemporains par la littérature scandinave, porte sur un roman de Strindberg un jugement plutôt définitif : « Avez – vous lu les romans de votre compatriote Strindberg ? Je viens de feuilleter « Beichte eines Thoren ». C’est simplement hideux ! ».20

  • 21 En 1899, la revue réapparaît sous le titre de Friedenswarte, A.F. Fried en est le rédacteur jusqu’à (...)

32Plus largement, la correspondance offre une chronique de la vie culturelle et intellectuelle du moment, et ce, à l’échelle européenne. La circulation des revues y tient une place importante et Bertha von Suttner ne manque pas une occasion de mentionner sa revue Die Waffen nieder! créée en 1892, dont elle est la très active rédactrice jusqu’en 1898 et qu’elle transforme en plate-forme quasi officielle du mouvement pour la paix.21 Le modèle, Bertha von Suttner ne s’en cache pas, est la Nouvelle Revue de Madame Adam qu’elle avait vue à l’œuvre à Paris l’hiver 1887 mais l’entreprise n’est pas aisée :

Cette revue – si j’avais en même temps […] les fonds nécessaires prêtés ou plutôt placés par des actionnaires – pourrait alors devenir une force et aussi une brillante affaire, qui pourrait être pour l’Autriche et l’Allemagne ce qu’est la Revue de Mme Adam en France. Cette malheureuse revue piétine sur place et aggrave par l’énorme travail qu’elle me donne le nombre de mes soucis (BvS à N, 3 juin 1896)

33La correspondance est ainsi le lieu d’échange permanent d’articles, de brochures, de discours prononcés lors de divers congrès. Il n’est cependant pas certain que le destinataire en ait toujours pris connaissance, à en juger par quelques injonctions réitérées : « Look the Daily Chronicle ! » ou « recevez-vous et lisez-vous mon journal ? ». Infatigable, Bertha von Suttner expédie ses documents parfois « en petite dose » parfois en en exigeant le retour postal « non recommandé ». Elle se risque même à demander à Nobel une contribution à sa revue sur un sujet plutôt délicat :

Would do me a favour ? I should want for my Journal a sentence from you and some reflection from war with a reference to dynamit and smokeless powder and other … toys of your contrivance. I wish you could invent a little pile to blow up all forteresses and barracks on a single strike. But this is not ‘pressé’ – I mean the sentence, not the invention. (BvS à N, 10 février 1893)

34Ainsi s’établit, au gré de cette correspondance, une forme de communication parallèle à celle publique et officielle de la presse et des médias de l’époque doublée d’un mode de diffusion de l’information dont on a par trop négligé l’impact.

“Don’t always call our peace-plans a dream.”

35Ce que transmet avant tout la correspondance entre Bertha von Suttner et Alfred Nobel c’est l’histoire du mouvement pour la Paix perçue quasi en direct. S’y reflète l’âpreté du débat autour de sa formulation, de sa finalité ou des stratégies à mettre en œuvre. Par-delà l’amitié qui lie les deux correspondants, les lettres se font souvent porteuses de prises de positions divergentes et reflètent bien des discussions qui ancrent cette correspondance dans son temps, la fin de siècle.

36La première lettre adressée en 1891 par Bertha von Suttner à Nobel est un remerciement pour « la somme donnée à l’amie,honnêtement employée » qui lui a permis – à elle et son mari – de se rendre au Congrès de Rome sans contracter de dettes. Ce type de lettre au « généreux donateur », à celui qui « apporte une aide incommensurable » perdure jusqu’à la fin de la correspondance et constitue une sincère reconnaissance de dettes – au propre comme au figuré – de la part de Bertha von Suttner qui avoue : « Si, par un heureux hasard, vous n’aviez pas eu un peu d’amitié pour moi, j’aurais dû abandonner » (BvS à N, 12 janvier 1896). Elle entend bien par ailleurs user de ces subsides à sa guise, espérant ». Que votre confiance et votre amitié me dispensassent d’en rendre compte » (Id., 2 février 1894). Très vite, les lettres de Bertha von Suttner se chargent d’informations multiples et souvent fort détaillées sur les diverses activités du mouvement : tenues des congrès, envois de bulletins et brochures, renvois à des articles de journaux et de revues dans toutes les langues, mises en place de sociétés pour la paix, organisation et fonctionnement du Bureau international de Berne. Les congrès se tenant désormais tous les ans, leur préparation et le courrier s’y rapportant constituent une charge bureaucratique particulièrement lourde pour la présidente (de la société autrichienne) et vice-présidente (du Bureau de Berne) qui s’en plaint amèrement. S’y ajoute toute une diplomatie à déployer pour maintenir une certaine harmonisation entre les sociétés naissantes et bien vite concurrentes. La manière dont Bertha von Suttner privilégie SA société, celle des amis de la paix à Vienne, ne facilite guère les rapports, surtout lorsqu’il s’agit de répartir subsides et finances :

D’abord laissez-moi vous remercier – toujours généreux ! – Ensuite voici : vous dites « je veux donner à votre nouvelle société hongroise » – C’est une petite erreur. Oui, c’est sur mon initiative, c’est avec l’aide morale et pécuniaire de la société viennoise que la société de Pest est née ; mais maintenant elle est indépendante de nous et, ce qui plus est, elle est riche. Ma Société au contraire a fort peu de ressources (BvS à N, 27 février 1896).

37On comprend, en lisant ces lignes, que Nobel n’ait pas toujours répondu aux lettres de sa « Chère Baronne » ou que, quand il le fait, ce soit de manière très laconique : « Vous ferez de la somme remise par moi ce que vous jugerez bon et juste » (Nobel à BvS 27 décembre 1891). Mais la part belle est faite, surtout dans les lettres de Bertha von Suttner, au mouvement lui-même. Son extension est déclinée dans toutes les langues : le mouvement « gagne », « is growing », « nous avançons, nous avançons ! Les adversaires, les ‘Moqueuses’, nous font toujours souffrir et les indifférents aussi » (BvS à N, 7 juin 1893). En 1894, Bertha von Suttner, se plaçant dans la perspective de l’entrepreneur qu’est Nobel, fait même un éloquent éloge de sa propre entreprise :

Je suis très fière de la réussite de mon entreprise ; certes je ne crois pas à des résultats immédiats, certes, je ne me flatte pas d’avoir sensiblement accéléré le mouvement mais dans une certaine mesure j’y aurai aidé, moi et mes généreux amis au nombre desquels je suis heureuse de vous compter (Id., 2 février 1894.)

  • 22 La revue Die Waffen nieder! publiait chaque année la liste des souscripteurs, bienfaiteurs donateur (...)

38Le principal reproche qu’elle adresse à Nobel est son peu d’enthousiasme pour la cause : « Non, l’œuvre de ma vie ne vous intéresse pas, sinon vous seriez là quand je lutte dans l’arène ». Elle l’interpelle, le bouscule, inscrit son nom dans la liste des souscripteurs de 1893, ajoutant : « Qu’il vous soit désagréable, que votre nom figure dans le journal – là, je n’ai aucune pitié pour vous » (Id., décembre 1893)22 Et, argumente-elle, si Nobel est vraiment conquis à la cause, pourquoi ne suivrait-il pas l’exemple de Henry Dunant en lui consacrant son énergie et… toute sa fortune :

La convention de Genève – grâce aux efforts d’un seul homme qui y a employé son énergie et sa petite fortune – a bien abouti à faire arborer la Croix Rouge – avec une action également énergique nous pourrions arriver à faire arborer le Drapeau Blanc ! (BvS à N, 12 novembre 1896)

39De fait, les deux correspondants occupent par rapport au mouvement des positions fort différentes et, si l’une détient les idées, l’autre, avec l’immense fortune amassée par l’invention et la fabrication de la dynamite, en détient les moyens nécessaires à leur réalisation, « le nerf de toutes choses, de la guerre comme de la paix ». Bertha von Suttner voit, non sans désespoir, Nobel investir des sommes considérables dans des entreprises risquées et, à ses yeux, plutôt inutiles, elle lui suggère même d’essayer de récupérer les sommes perdues lors d’un premier échec de l’expédition au Pôle Nord : « Je regrette avec vous la somme dépensée. N’y a-t-il vraiment pas moyen de se la faire rendre puisqu’il serait inutile désormais d’entreprendre ce voyage onéreux ? » (BvS à N, 2 février 1896). De l’autre côté, Bertha von Suttner se pose en détentrice de l’idée et elle la défend dans un long plaidoyer aux accents de testament politique qu’il convient à ce titre de citer, d’autant plus qu’il s’agit là de la dernière lettre adressée à Nobel :

Vous dites que les progrès du mouvement pacifique sont dus aux chasse-ténèbres. Peut-être en quelque mesure, mais ce qui a été atteint de nos jours c’est le résultat direct de quelques initiatives individuelles : ce qu’ont fait Hodgson Pratt, R. Cramer, Ducommun, Passy et peut-être aussi Mme Suttner, cela a créé les organes par lesquels le monde possède aujourd’hui une union interparlementaire, un mouvement pacifique attitré et la ratification du traité d’arbitrage permanent entre l’Angleterre et les États-Unis […]. Eh bien, moi j’ai contribué à tout cela : par moi, le congrès de Rome a écarté une certaine dispute qui aurait brisé le frêle édifice ; par moi a été donné le premier apport à la création du Bureau de Berne, qui, sans cela, ne se serait pas fondé ; par moi, le mouvement a pris racine en Autriche et en Allemagne ; par moi a été fondée la société de Budapest.

  • 23 Les éléments soulignés figurent comme tels dans le manuscrit original, pour les éléments en italiqu (...)

40Et de terminer son envolée par une phrase qui donne à chacun son rôle et son importance : « Donnez un levier à Archimède et donnez un million à notre bureau, il soulèvera le monde. (BvS à N, 28 novembre 1896)23

  • 24 B. von Suttner à A. Nobel, 9 septembre 1892.

41Les journaux de l’époque ne manquent évidemment pas de railler l’alliance improbable entre l’ingénieur en armement et la pacifiste, multipliant les sous-entendus « sur le désintéressement fabuleux d’un inventeur d’engins de guerre prêt à s’affilier à une société de la paix »24. Bertha von Suttner a elle-même quelque mal à convaincre lorsqu’elle écrit « tout est une aide, surtout les dynamiteurs ». Mais sans doute a-t-elle gardé en mémoire les conversations avec Nobel à Paris pendant l’hiver 1875 où ce dernier avançait la théorie osée pour l’époque – mais promise à un bel avenir au XXsiècle – de la dissuasion par la terreur :

  • 25 Mémoires p. 134. Voir sur ce point chap. III, p 53 et suiv.

Je voudrais – me disait-il – pouvoir créer une matière ou une machine capable de produire un effet si effroyable, si massivement destructeur que les guerres par là même en deviendraient impossibles25

42Dans une situation aussi curieuse, c’est bien la seule argumentation qui vaille. Donc, en vertu de ce principe, auquel elle adhère en apparence, elle fait confiance à Nobel, affirmant à propos de l’invention d’un explosif encore plus performant, la mélinite, par le chimiste Eugène Turpin, : « Vous, si vous inventiez pareille machine, je sais bien que ce serait dans l’unique but de rendre la guerre impossible » (BvS à N, 28 novembre 1894) Parfois pourtant Bertha von Suttner ne peut s’empêcher de se moquer ouvertement des « moyens tortueux » que s’invente Nobel pour œuvrer contre la guerre que par ailleurs il renforce par ses ‘engins’ : 

  • 26 Dans la lettre de B. von Suttner figurent les deux plans en forme de courbes, « Plan Suttner » et « (...)

il me semble que vous faites faire des courbes et des méandres bien compliqués à votre trajectoire progressiste qui, si vous vouliez la tenir en ligne droite, arriverait joliment plus vite au but (Id. 27 février 1896)26

Figure 3 : lettre de Bertha von Suttner à Alfred Nobel, 27 février 1896.

Figure 3 : lettre de Bertha von Suttner à Alfred Nobel, 27 février 1896.

Avec les deux plans de paix Plan Suttner avec l’instauration du Tribunal international en 1900 et Plan Nobel avec abolition de la guerre en l’an 3000.

Alfred Nobel Arkiv, E II:2.

43Il est vrai que la définition de ce but tout comme des stratégies à déployer pour y parvenir divergent fortement chez les deux correspondants. Un premier point de discorde est la question du temps nécessaire pour atteindre le but : Bertha von Suttner s’est fixé une sorte de seuil, de date symbolique, c’est 1900, « l’arrivée du siècle nouveau »

Vous dîtes dans trente ans ? Je crois que cela arrivera dans sept ans, sinon encore avant, mais certes je ne voudrais pas écrire 1900 en conservant l’état d’anarchie et de barbarie entre états qui règne maintenant. À moins que la grande guerre n’éclate jusque-là, on peut espérer que l’avènement du XXsiècle sera une instigation pour le progrès (BvS à N, 29 janvier 1893)

44Forte de son inébranlable conviction, elle établit un compte à rebours, précisant très concrètement le moment de l’arrivée au but :

J’ai une conviction, c’est que les six années qui nous séparent du siècle nouveau, pourraient, si le travail était énergique, préparer pour l’avènement du XXsiècle – dans la grande exposition de Paris – la conférence officielle de la pacification d’Europe. (id. 28 octobre 1894)

45Il ne s’agit donc pas seulement de la ‘noble cause » dont lui parle Nobel ou de rêves de paix, autant de formules qui ont le don de l’irriter au plus haut degré : « Don’t always call our peace-plans a dream ! ». Pour elle, le mouvement, qui se décline en plans et non en rêves, s’inscrit dans la vie politique internationale du moment, s’invite dans les parlements nationaux et se glisse dans les programmes des partis. On le retrouve faisant face aux « tirades » de Guillaume II, à l’« austro-militarisme à Vienne où il est en pleine orgie et il y a de quoi avoir des nausées « (Id. 22 juin 1896), face aussi à des conflits lointains à Cuba, en Bulgarie qui pèsent sur la vieille Europe ou à des « guerres coloniales » qui la déchirent, comme celle que mène l’Italie en Érythrée. À un Nobel qui lui écrit « C’est en se contentant de peu que l’on arrive à un grand résultat » (Nobel à BvS 31 octobre 1891), elle répond en s’appuyant sur la force irrépressible d’une opinion publique dont elle s’est fait une alliée naturelle :

Quant à l’Italie, je sais de source certaine que si ‘la guerre ‘a fondo’ n’a pas été continuée, c’est grâce à l’opinion publique contre la guerre, qui, aidée par les sociétés de la paix, a pu se manifester. (BvS à N 23 mars 1896)

46Par deux fois la correspondance se fait ouvertement le miroir d’une discordance majeure. Dans une lettre du 31 octobre 1891, Alfred Nobel fait un premier constat sur l’état du mouvement qu’il appelle alors ‘Ligue’ de la paix, et expose fort longuement le seul projet qu’il juge ‘acceptable’ pour arriver à la paix.

  • 27 La lettre est reproduite par Bertha von Suttner dans ses Mémoires, p. 239.

53, avenue Malakoff,
Chère Baronne et amie ! 31 octobre 1891.
Je ne vois pas très bien quelles grosses dépenses peut avoir à supporter la Ligue ou le congrès de la Paix. Néanmoins, je suis tout prêt à contribuer du côté pécunier (sic !) à son œuvre et je m’empresse de vous envoyer sous ce pli dans ce but un chèque de L. 80 sterling. Ce n’est pas l’argent, je crois, mais le programme qui fait défaut. Les vœux seuls n’assurent pas la paix. On peut en dire autant de grands dîners avec grands discours. Il faudrait pouvoir présenter aux gouvernements bien-intentionnés un projet acceptable. Demander le désarmement, c’est presque se rendre ridicule sans profit pour personne. Demander la constitution immédiate d’un tribunal d’arbitrage, c’est se heurter à mille préjugés et faire un obstructeur de tout ambitieux. Il faudrait pour réussir se contenter de commencements plus modestes et faire ce qu’on fait en Angleterre en matière législative à succès douteux. On se contente en ce cas de promulguer une loi provisoire d’une durée limitée à deux ans, vu même à une année. Je ne pense pas qu’il se trouverait beaucoup de gouvernements se refusant de prendre en considération une proposition si modeste, à condition qu’elle fût appuyée par des hommes d’état de haute valeur. Serait-ce trop demander par exemple que durant une année les gouvernements européens s’obligeassent à déférer à un tribunal constitué dans ce but tout différend survenant entre eux ; ou bien, s’ils s’y refusaient, de différer tout acte d’hostilité jusqu’à l’expiration du terme stipulé. Ce serait peu en apparence, mais c’est précisément en se contentant de peu qu’on arrive à un grand résultat. Un an, c’est si peu dans la vie des nations et le ministre le plus tapageur se dira que ce n’est pas la peine de briser de force une convention de si courte durée. Et à l’expiration du terme tous les états s’empresseront de renouveler pour une année leur pacte de paix. On arrivera ainsi sans secousse et presque sans s’en douter à une période de paix prolongée. Ce sera alors seulement qu’on pourra utilement songer à procéder peu à peu au désarmement que désirent tous les honnêtes gens et presque tous les gouvernements. Et supposez que malgré tout une querelle éclate entre deux gouvernements : ne pensez-vous pas qu’ils se calmeront neuf fois sur dix durant l’armistice obligatoire qu’ils auraient à subir ?
Croyez, chère Baronne, à mes affectueux sentiments. A. Nobel27

47Le texte de Nobel constitue une des rares présentations par lui-même de sa position en matière de réalisation de la paix. Jamais dans ce texte il n’emploie le terme de guerre, se contentant de litotes telles que ‘acte d’hostilité’, ‘querelle entre gouvernements’ ou ‘armistice obligatoire’. Par contre, pour désigner la paix, il use largement de formules positives comme ‘assurer la paix’, ‘pacte de paix’, paix prolongée’, faisant de cette dernière un état permanent, fondamentalement opposé à la guerre, acte brutal et éphémère. Un autre intérêt de la lettre tient à la réfutation en règle des deux buts que s’est fixé Bertha von Suttner et qui donne son sens à la lutte qu’elle mène : le désarmement immédiat et définitif d’une part, l’instauration d’un tribunal d’arbitrage international, d’autre part. Ayant sans nul doute en tête la militarisation éclatante, voire écrasante, de certains pays européens, peut-être aussi soucieux de l’avenir de sa propre production, Nobel considère un désarmement immédiat, en clair l’arrêt de toute une industrie de guerre qui fait alors la fierté et la richesse des nations, comme un non-sens qui frise le ‘ ridicule ‘. Quant au tribunal d’arbitrage international préconisé par Bertha von Suttner dès le congrès de Rome, il le juge impossible à imposer sous cette forme à des gouvernements européens trop soucieux de leurs seuls intérêts. Se plaçant sur le plan de la diplomatie traditionnelle, invoquant l’appui ‘d’hommes d’État de haute valeur’, toutes choses et hommes qui importent peu à sa correspondante, il préconise des ‘commencements plus modestes’, suggère que l’on devrait ‘se contenter de loi provisoire’ ou de traités établis sur deux, voire un an, ‘à la manière anglo-saxonne’, le but étant d’arriver « sans secousse et presque sans s’en douter à une période de paix prolongée ». Ce cheminement en catimini, cette confiance dans des institutions et modes d’action politique qui ont pourtant montré leurs limites au cours des dernières décennies, tranchent singulièrement avec les buts revendiqués par sa ’Chère Baronne’ qui pour un peu ferait figure ici de ‘baronne rouge’ . Quant au ton même de la lettre, il est, dans sa prudence tactique, diamétralement opposé à celui qu’emploie Bertha von Suttner dans certaines de ses réponses :

Il faudrait que l’action s’accélérât, que le mouvement prenne une forme d’ouragan. Il faudrait violenter les gouvernements à coups de pétitions, d’adresses, d’articles de presse, de manifestations publiques, de députations etc…, etc. (BvS à N 23 septembre 1894)

48Un autre point de divergence, plutôt inattendu, touche à une initiative exposée par Alfred Nobel dans sa lettre du 7 janvier 1893 :

  • 28 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 272.

Chère amie,
Que la nouvelle année vous soit prospère pour vous et pour la noble campagne que vous menez avec tant de force contre l’ignorance et la férocité humaine. Je voudrais disposer d’une partie de ma fortune pour en faire un prix à distribuer tous les cinq ans (mettons six fois, car si dans trente ans on n’a pas réussi à réformer le système actuel, on retombera fatalement dans la barbarie). Ce prix serait décerné à celui ou à celle qui aurait fait faire à l’Europe le plus grand pas vers les idées de pacification générale. Je ne vous parle pas de désarmement, qui ne peut se conquérir que très lentement ; je ne vous parle même pas d’un arbitrage obligatoire entre nations. Mais on devrait arriver bientôt à ce résultat (et on y peut parvenir),à savoir que tous les États s’engagent solidairement à se tourner contre le premier agresseur. Alors les guerres deviendront impossibles. Et l’on arriverait à forcer même l’état le plus querelleur à recourir à un tribunal ou à se tenir tranquille. Si la triple alliance, au lieu de comprendre trois états, ralliait à elle tous les états, la paix des siècles serait assurée.28

49Ce n’est pas tant le rappel de la « noble campagne » ni même la réfutation réitérée de ses idées de désarmement ou de tribunal d’arbitrage international qui pousse Bertha von Suttner à réagir négativement à la proposition de Nobel. S’inscrivant clairement en faux vis-à-vis de son initiative de « prix décernés tous les cinq ans », elle s’en explique :

Votre idée de récompenser tous les cinq ans les gens de bonne volonté ne me paraît donc pas la plus efficace. D’abord ceux qui travaillent pour la paix n’ont pas besoin de prime, ils ont besoin de moyens […]. Il serait difficile de répartir vos cinq primes : supposez la reine d’Angleterre convoquant une conférence, ce serait évidemment elle qui aurait le plus fait pour assurer la paix ? ou bien supposez qu’un Rothschild, un baron Hirsch, un mr von Nobel* s’enthousiasment pour la cause – ne pourrait-il pas, en répandant les journaux, les ouvrages, en subventionnant le Bureau de Berne et les congrès, ne pourrait-il pas attiser et former cette puissance irrésistible qu’est l’opinion publique – c’est lui alors qui aurait le plus fait et qui ne l’aurait certes pas fait pour gagner la prime… (BvS à N 29 janvier 1893)

50Les arguments avancés par Bertha von Suttner peuvent paraître bien spécieux et sa position vis-à-vis des prix, qui seront officialisés par le testament de Nobel en 1896, changera considérablement. On peut toutefois retrouver dans cette première réaction sa vision très pragmatique des choses – no dream ! –, comme le besoin de moyens ou la crainte de voir ce qu’elle appelle des primes aller à des nantis qui n’en ont pas besoin et par là même échapper aux institutions pour la paix, qui, elles, en ont un besoin urgent. Et puis remettre à tous les cinq ans la remise de telles primes n’entre pas dans sa conception d’un mouvement ancré dans l’actualité immédiate. Finalement, Bertha von Suttner rendra, sur le tard, implicitement hommage à la proposition de Nobel à la fois en publiant sa lettre dans ses Mémoires et en acceptant elle-même en 1905 le Prix Nobel de la Paix, sans qu’elle trouve à y redire, bien au contraire.

51Ces dissensions qui portent sur des points importants concernant le mouvement pour la paix et les stratégies adéquates n’affaiblissent cependant en rien une amitié qui, même lorsqu’elle se moque affectueusement de l’autre, reste franche et sincère :

Vous êtes incorrigible : je vous supplie de ne pas croasser – de m’écrire quelques paroles encourageantes, fortifiantes, doucement gaies, affectueusement sereines – et vous me citez Shakespeare pour m’annoncer que tous ceux qui ont dépassé le zénith de la vie (vous connaissez mon âge) sont dans un état permanent de putréfaction. C’est gentil, c’est gentil ! (BvS à N 26 mai 1894).

52Cette amitié, si épistolaire soit-elle, a finalement raison des difficultés, des malentendus et même des divergences. Elle va bien au-delà d’un rapport d’amitié entre l’inventeur et ingénieur venu du Nord et la baronne autrichienne engagée dans la lutte pacifiste. C’est même un des rares échanges dans lequel Bertha von Suttner se laisse aller à quelques réflexions sur la beauté du monde : « Ah, quel milliardaire en fait de beautés que l’univers ! » tandis que son correspondant inscrit cette amitié au nombre des raisons, bien rares chez lui, qui donne un sens à sa vie :

  • 29 Cette lettre figure dans le choix de « lettres de Nobel » repris dans les Mémoires.

Quel ingrat que ce vieux Nobel, mais en apparence seulement, car l’amitié qu’il a pour vous ne fait que grandir et plus il s’achemine vers le néant plus il chérit les quelques personnes – homme ou femme – qui lui témoignent un peu de vrai intérêt. (Nobel à BvS., 6 novembre 1888)29

Notes

1 L’ensemble de cette correspondance (en grande partie numérisée) se trouve dans les archives du Fonds Fried-Suttner, Bibliothèque de l’ONU-Genève. Je remercie les bibliothécaires gérant ce Fonds de m’en avoir généreusement facilité l’accès

2 L’exception la plus repérable est la correspondance entre Bertha von Suttner et l’écrivaine autrichienne Irma von Troll-Brostyani. Bertha von Suttner constate en 1892 que « cela ferait même un livre intéressant », cité in Chère Baronne et amie – Cher monsieur et ami : der Briefwechsel zwischen Alfred Nobel und Bertha von Suttner, hg. eingeleitet und kommentiert von Edelgard Biedermann, Hildesheim, Zürich, Olms, 2001, S. 45.

3 ONU-Genève, Archives Fried-Suttner, Box 1, file 92.

4 Max Nordau, né à Budapest en 1849, est non seulement auteur de récits et d’essais mais il sera à la fin du siècle le co-fondateur avec Theodor Herzl du sionisme ; Friedrich Spielhagen (1829-1911) est un des romanciers les plus prolixes et les plus lus de la seconde moitié du siècle : Problematische Naturen, 4 vol, 1861, Hammer und Amboss (le marteau et l’enclume), 5 vol. 1869, Sturmflut (Raz de marée) 3 vol., 1877 ; Conrad Ferdinand Meyer, grand admirateur de la Renaissance sous l’influence de J.J. Burckhardt, est l’auteur de nouvelles psychologiques : Der Heilige, Die Versuchung des Pescara et du roman Jürg Jenatsch.

5 B. von Suttner à A. Nobel, 23 mars 1896, Ryksarkiv, Stockholm, fiche 212. Cette pièce finalement écrite en suédois et en prose, « prose poétique » précise Nobel, se trouvera dans les papiers de Nobel sous le nom de Némésis.

6 Fonds Fried-Suttner (1843-1921), Bibliothèque de l’ONUG, Palais des Nations Unies, Genève. Cf. note 190.

7 F. Passy et H. Dunant se partagent le Prix Nobel de la Paix en 1901, d’Estournelles l’obtient en 1909, note 1 p. 159.

8 Nobel à B. von Suttner, Paris, 24 novembre 1889. Le ‘nouveau roman’ est évidemment Die Waffen nieder!

9 Mémoires, VIIe partie, chapitre 33 où figurent sept lettres de Nobel et on trouve une huitième lettre en date du 9 janvier 1893 reproduite dans le chapitre 38.

10 Cf. infra chapitre XIV, Une femme nobélisée.

11 Cité in E. Biedermann, Chère Baronne et amieop. cit., introd. p. 46.

12 Copenhague, 19 décembre 1889. Cette lettre, en fait simple mot de condoléances à la suite de deuils dans les deux familles, est une des lettres reproduites dans les Mémoires, sans doute pour sa formule finale.

13 Nobel meurt le 10 décembre 1896 à la suite d’un arrêt cardiaque.

14 Béatrice, titre alors de la pièce de théâtre écrite par Nobel qui deviendra Nemesis. S.A. Andrée, ingénieur suédois (1854-1897), il tentera en juillet 1897 le survol en ballon du Pôle Nord. L’expédition, financée en partie par Nobel (mort entre temps), est un échec, l’équipe disparaît et on n’en retrouvera les traces qu’en 1930.

15 Cf. la réponse – reprise dans les Mémoires – de Nobel « Il n’y a pas de Madame Nobel et pour moi la poudre aux yeux est maigrement remplacée par la poudre de canon », 6 novembre 1888.

16 Deux fois à Paris en 1875/76 et en 1887 puis une fois à Zürich/Berne en 1892.

17 trois fois souligné dans l’original.

18 A. Nobel à B. von Suttner, Cannes, 6 avril 1888. De fait, les œuvres signalées ici se trouvent dans la bibliothèque privée d’Alfred Nobel conservée dans sa résidence de Björkholm en Suède.

19 B. von Suttner à A. Nobel, Vienne, 22 avril 1892 avec envoi d’une photographie « la conférencière de Berlin dont je vous envoie l’image ne me ressemble pas hélas… Un portrait plus ressemblant se trouve en ce moment dans la salle des dépêches du Figaro ».

20 B. von Suttner à A. Nobel, 12 août 1894. La traduction en allemand de Confession d’un fou date de 1895 mais entre 1893 et 1896 Strindberg séjourne en Autriche au château de Dornbach (L’Autriche est le seul pays à avoir consacré de son vivant un musée aux œuvres, livres, peintures et photographies de Strindberg). B. von Suttner a peut-être eu accès dès 1894 à des ‘bonnes feuilles’ paraissant dans les journaux viennois.

21 En 1899, la revue réapparaît sous le titre de Friedenswarte, A.F. Fried en est le rédacteur jusqu’à sa mort en 1921. La revue, imprimée en Suisse, bénéficie d’un financement de la Carnegie Peace Foundation pendant la guerre,. Elle sera tranférée en 1972 à Berlin (rédacteur : Arno Sprits)où elle existe toujours..

22 La revue Die Waffen nieder! publiait chaque année la liste des souscripteurs, bienfaiteurs donateurs aux sociétés (surtout celle de Vienne) ou au Bureau de Berne.

23 Les éléments soulignés figurent comme tels dans le manuscrit original, pour les éléments en italique Moi/ par moi, c’est nous qui soulignons.

24 B. von Suttner à A. Nobel, 9 septembre 1892.

25 Mémoires p. 134. Voir sur ce point chap. III, p 53 et suiv.

26 Dans la lettre de B. von Suttner figurent les deux plans en forme de courbes, « Plan Suttner » et « Plan Nobel » reproduits ci-contre.

27 La lettre est reproduite par Bertha von Suttner dans ses Mémoires, p. 239.

28 Lettre reproduite dans les Mémoires, p. 272.

29 Cette lettre figure dans le choix de « lettres de Nobel » repris dans les Mémoires.

Table des illustrations

Titre Figure 3 : lettre de Bertha von Suttner à Alfred Nobel, 27 février 1896.
Légende Avec les deux plans de paix Plan Suttner avec l’instauration du Tribunal international en 1900 et Plan Nobel avec abolition de la guerre en l’an 3000.
Crédits Alfred Nobel Arkiv, E II:2.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search