Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre VII. L’année de tous les engagements

Texte intégral

Une année particulière

1Pour mesurer l’importance prise par l’année 1891 dans la vie de Bertha von Suttner, il suffit de comparer sa situation au début et à la fin de cette même année. Elle avait certes, depuis le retour du Caucase, acquis une certaine réputation littéraire avec des nouvelles et des romans – High Life, Le roman d’un écrivain – jouant à la fois sur le registre de la littérature de consommation de l’époque et sur celui d’une critique de la société aristocratique et des milieux intellectuels de Vienne et de Berlin. Par contre, ses essais – Inventarium einer Seele ou Das Maschinenzeitalter –, parus sans signature d’auteur, ne lui avaient apporté que le soutien de quelques lecteurs intrigués par ces réflexions mi-scientifiques, mi-prophétiques. Mais, avec la parution de Die Waffen nieder! en 1889, Bertha von Suttner est, on l’a vu, devenue une célébrité. En 1891, elle est connue bien au-delà des frontières de son pays comme l’auteure d’un best-seller dont les traductions se multiplient et les comptes-rendus emplissent les journaux et les revues jusqu’au-delà de l’Atlantique. Son ouvrage lui vaut lettres, messages, déclarations d’admiration émanant des écrivains mais aussi des hommes politiques les plus éminents de son temps. On connaît les hommages rendus par Tolstoï ou Zola au courage dont elle a fait preuve en abordant, comme femme, comme membre d’une élite aristocratique, comme écrivaine, les réalités de la guerre.

2À la fin de l’année 1891, Madame la baronne von Suttner est toujours aussi célèbre mais pour d’autres raisons. Présidente de la Société autrichienne des amis de la paix créée sous son impulsion à Vienne en octobre 1891, elle est aussi vice-présidente pressentie du Bureau international permanent de la paix installé à Berne juste après le congrès de Rome en novembre et pour la création duquel elle a non seulement œuvré en paroles et en lettres mais a aussi contribué financièrement, faisant reverser les honoraires de la traduction italienne de Die Waffen nieder! au profit du Bureau alors en formation :

  • 1 La traduction devait paraître en feuilleton dans le journal de son ami le Marquis Pandolfi.

J’avais donné mon autorisation à la condition que les honoraires – 1500 francs – soient versés à la caisse du Bureau de Berne naissant. (M, p. 227)1

3Si l’on ajoute à cela la création d’une revue Die Waffen nieder! « comme le roman éponyme », dont elle assure avec Alfred Hermann Fried la rédaction et qu’elle honore d’une contribution à chaque numéro, on a, pour la fin de l’année 1891, une Bertha von Suttner qui non seulement cumule les mandats tant nationaux qu’internationaux mais qui s’implique aussi de manière multiple et publique :

Ainsi je me trouvais au cœur du jeune mouvement, j’avais à présider une nouvelle association, à rédiger une revue, à mener une correspondance régulière avec les collègues conquis à la cause à Rome et, de nouveau, un ‘Je-ne-sais-quoi’ que je reconnus comme ‘l’important’ emplit ma vie et mes aspirations. (M, p. 231)

4Ultime et concrète preuve enfin de cet ‘important ‘, elle consacrera quelques décennies plus tard toute la sixième partie de ses Mémoires, soit quelque soixante-dix pages, au tournant 1890-1891 !

  • 2 Dans la perspective d’aujourd’hui il convient de noter le fait que en 1889 naît à Braunau en Autric (...)

5Bertha von Suttner est loin d’être la seule à faire le constat qu’il y a là un moment de rupture, qui même s’il est le plus souvent désigné sous le terme de fin de siècle, amorce en fait le XXsiècle2. Le début de la décennie est d’abord marqué par les changements intervenus dans l’Empire allemand jusque-là dominé et dirigé de fait par le Chancelier Bismarck, maître d’une complexe politique extérieure des alliances et d’une politique intérieure soucieuse de contrecarrer l’influence grandissante des socialistes, qu’il avait du reste exclus, douze ans durant, de la scène publique. L’un des premiers gestes du nouvel empereur, Guillaume II, monté sur le trône à 29 ans après la mort quasi simultanée de son grand-père Guillaume Ier et de son père, le libéral Frédéric III, est d’abroger les lois contre les socialistes. Mais le geste qui marque la rupture avec un monde ancien représenté par l’élite au pouvoir composée des Junker, des grands industriels et des fonctionnaires d’État et scelle le passage vers la modernité, c’est, après quelque dix huit ans à la tête de la Chancellerie, le renvoi le 20 mars 1890 de Bismarck, désormais exilé dans ses terres lointaines. Autre signal du changement radical qui s’opère à ce moment, le système des alliances si patiemment tissé par l’ancien Chancelier est mis à mal par l’Empereur qui ne renouvelle pas le traité d’assurance mutuelle avec la Russie, reconduit trois ans plus tôt afin d’assurer un équilibre continental et d’éviter à l’Allemagne un encerclement désastreux, le « cauchemar » de Bismarck depuis 1870, face à l’obsession de la Revanche en France. C’est donc le moment où se dessine en Europe une autre politique des blocs rapprochant l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie tandis que les communautés d’intérêt économiques et commerciales se renforcent et préfigurent les alliances futures entre la France, la Grande Bretagne et la Russie, avec l’accord franco-russe dès 1892, l’Entente cordiale en 1904 ou la Triple entente en 1907. Le système des alliances et assistances mutuelles qui se mettra en branle sur le continent en juillet 1914, au moment de l’attentat de Sarajevo, s’élabore de fait en 1890-1891.

  • 3 Cf. les romans de Theodor Fontane Effi Briest (1895) ou Der Stechlin paru en 1898.

6Corollaire inévitable de ces retournements d’alliance et plus encore des visées impérialistes proclamées par l’Empereur qui promet à l’Allemagne ‘une place au soleil’, la militarisation devient le but privilégié de l’État. Celle-ci ne se contente pas de multiplier le nombre des incorporés, des unités, des rangs et des distinctions militaires, elle nourrit l’industrie de l’armement, accélère la construction d’une flotte concurrençant celle de la Grande Bretagne, étend le réseau des chemins de fer pour le transport de troupes. La militarisation marque ainsi toutes les formes de la société, définit un code de la distinction que l’on retrouve dans les romans de l’époque où l’honneur et son corollaire, le duel, sont les vertus suprêmes pour une bourgeoisie de fonctionnaires d’État soumise au diktat du militaire3. Pour ce qui est des changements intervenant sur le plan intérieur dans l’Empire allemand, on retiendra ici, outre la militarisation de la société, deux faits révélateurs d’une nouvelle donne sociale et politique, par ailleurs nullement restreinte à l’Allemagne. Les lois contre les socialistes étant abolies, ces derniers troquent leur parti socialiste des travailleurs (SAP), né dans la lutte à Gotha en 1875 et grandi dans l’exclusion et les interdits, pour se constituer en 1890, sous la direction de August Bebel et Wilhelm Liebknecht, à Erfurt en parti social-démocrate, le SPD toujours existant aujourd’hui. Au même moment est fondé à Berlin le Allgemeiner deutscher Verband, plus connu sous son appellation de 1894 de Alldeutscher Verband, la Ligue pangermaniste.

7Face à ces changements qui se succèdent en cascade dans l’Empire allemand, l’Autriche-Hongrie, aux prises avec sa situation de « double-monarchie » et d’État pluriethnique (Vielvölkerstaat), ne fait plus guère figure de grande puissance européenne. Si elle ne connaît pas les problèmes liés à la conquête et la gestion d’un empire colonial qu’elle ne possède pas, sa spécificité tient à l’antagonisme entre le nationalisme de plus en plus affirmé des diverses populations qui la composent et une monarchie multinationale incarnée dans la figure de l’Empereur. Diverses tentatives se sont succédées pour unir autour de la monarchie habsbourgeoise ce conglomérat de nationalités, où chacun s’efforce de plus en plus d’affirmer son identité propre, à l’image du compromis qui en 1867 a associé sur le mode égalitaire l’empire habsbourgeois et le royaume de Hongrie. Par ailleurs un effort est désormais mené de Vienne pour homogénéiser le pays par une politique des langues qui, tout en restant sous forte domination de l’allemand, langue de la cour, de l’État et de la bureaucratie, accorde une place officielle aux autres langues, en particulier au magyar et au tchèque mais entraîne par là même des revendications de plus en plus vives des autres nationalités, Serbes et Slaves du Sud.

  • 4 Nombre de nouvelles et romans autrichiens de l’époque ont pour héros des adolescents fragiles brisé (...)
  • 5 Une des premières grèves déclenchées à Vienne par des femmes est relatée par Adelheid Popp, elle-mê (...)
  • 6 O. Brunner, W. Conze, Reinhart Koselleck, art. Antisemitismus, Geschichtliche Grundbegriffe, Stuttg (...)

8S’il est un point toutefois où les situations entre les deux empires se ressemblent, c’est sans nul doute dans le domaine politique et social. À Berlin comme à Vienne la militarisation de la société est un fait, même si l’aura du militaire austro-hongrois n’a rien à voir avec la tentation impérialiste proclamée en dogme wilhelminien. Et pour cause, l’Autriche-Hongrie, si on fait exception de la malheureuse tentative de Maximilien pour établir un empire au Mexique en 1864-1867, n’a alors pas de visée sur le monde. Elle reste beaucoup plus tributaire d’une vision de l’armée traditionnellement formée dans les écoles de cadets et illustrée par les fringants lieutenants issus de l’aristocratie4. Mais divers phénomènes concomitants sont, dans les deux Empires, révélateurs d’une même crise structurelle de la société. L’industrialisation et l’urbanisation génèrent une irrémédiable cassure entre des ouvriers qui se prolétarisent et une nouvelle bourgeoisie d’argent qui se montre avide au gain et habile aux spéculations. Dans le ‘Grand-Vienne’, qui atteint le million d’habitants en 1890, ces deux phénomènes, prennent une dimension particulière due à la situation géopolitique de l’empire austro-hongrois confinant à l’Europe de l’Est et aux Balkans, d’où vont venir les principaux flux de migrants, mais aussi au caractère même de cette industrialisation. Celle-ci, qui s’est tardivement concentrée à Vienne, est constituée à 80 % de petites entreprises comptant moins de cinq ouvriers, les femmes travaillant généralement dans les ateliers de la mode, comme brodeuses, passementières, modistes dans des conditions misérables que ne cache pas totalement la vie joyeuse affichée par la capitale de la valse et de la musique5. Par ailleurs, l’essor du commerce et des affaires, la multiplication d’entreprises industrielles diversifiées, la spéculation dans les domaines de l’urbanisation comme des finances génèrent une nouvelle bourgeoisie de banquiers, d’entrepreneurs, d’industriels du textile ou des mines (fer, plomb), de grands propriétaires passés à la production industrielle de la betterave sucrière ou d’hommes d’affaires, victimes parfois de krachs retentissants, comme celui de 1873, dont en général ils se relèvent rapidement. À côté de cette bourgeoisie d’argent, celle qu’en Allemagne on appelle Besitzbürgertum, on trouve, jouissant d’une réputation et d’un pouvoir grandissants, ceux qui constituent traditionnellement la bourgeoisie de culture, le Bildungsbürgertum et ont en main la presse et la vie culturelle : gens de théâtre, intellectuels avant la lettre, journalistes, directeurs de revues, écrivains, universitaires. La spécificité de l’empire austro-hongrois tient ici au fait que beaucoup de ces derniers, au nombre desquels on compte les directeurs de la Neue Freie Presse Moritz Benedikt et Edouard Bacher ainsi que Theodor Herzl, correspondant attitré du journal entre 1891 et 1894 à Paris, sont des Juifs assimilés, de plus en plus clairement perçus en ce début de dernière décennie du siècle par les mouvements antilibéraux et nationalistes « comme les représentants exposés d’un système libéral […] qu’il faut remettre à leur place »6. Politiquement cela se traduit en Autriche par la présence de partis violemment antagonistes. Les sociaux-démocrates, menés par Victor Adler, forts de l’appui de plus de 200 associations ouvrières promptes à manifester publiquement et à se mettre en grève, comptent en 1891 plus de 50 000 adhérents malgré une loi contre les socialistes copiée sur le modèle allemand et promulguée en 1886. Une large part de la nouvelle bourgeoisie adhère au parti deutsch-national de Georg von Schönerer tandis que, sous l’influence de Berlin où le terme apparaît en 1880, un antisémitisme de plus en plus virulent se répand dans les rangs de la christlich-soziale Partei créée par Karl Lueger, futur maire de Vienne. À ces trois partis qui dominent alors la vie politique, il convient d’ajouter l’arrivée jusque dans le Reichsrat de représentants de minorités politiquement constituées en mouvement nationaux. En 1891, Thomas Masaryk est élu député jeune-tchèque. Reprenant l’expression Wiener Luft, tout droit sortie du titre d’une valse de J. Strauss, l’historien Henry Cord Meyer résume ainsi l’atmosphère spécifique qui domine alors l’Empire austro-hongrois et sa capitale :

  • 7 Henry Cord Meyer, Das Zeitalter des Imperialismus, in Propyleen Weltgeschichte, hg. von Golo Mann, (...)

cette étrange atmosphère viennoise (Wiener Luft), à laquelle prospérité, antisémitisme chrétien-social, vitalité culturelle et bagarres nationalistes apportaient un piquant particulier.7

  • 8 Dans son étude consacrée à la propagation de l’antisémitisme moderne entre 1870 et 1914, Helmut Ber (...)

9Pour diverses raisons qui tiennent autant à son statut social, à sa réputation internationale d’écrivain contre la guerre qu’aux expériences acquises lors de ses derniers séjours à l’étranger, Paris et Venise, Bertha von Suttner va se trouver directement confrontée à au moins deux des phénomènes saillants du moment. L’année 1891 va être celle d’un double combat, dénoncer la militarisation poussée à outrance et contrer l’irrésistible montée de l’ antisémitisme.8

La lutte contre l’antisémitisme

  • 9 Cité in P.G. Pulzer, Die Entstehung des politischen Antisemitismus in Deutschland und Österreich. N (...)

La presse mène le public
Doucement par le bout du nez
La loge mène à son tour
La presse et le public
Et presse, loge, public
Tous sont menés par la juiverie9

  • 10 Une association portant le même nom avait été créée à la fin des années 1880 en Allemagne par le pr (...)

10Ces lignes figurant dans un prêche du jésuite viennois P. Abel donne le ton et révèle l’emprise de l’antisémitisme à la fin des années 1880 à Vienne. Le 21 juillet 1891 paraît dans la Neue Freie Presse un long article signé de Artur Gundaccar von Suttner. Il annonce la création d’une association de lutte contre l’antisémitisme, Verein zur Abwehr des Antisemitismus10, et en développe largement les raisons et motivations. Mais en dépit du titre en forme de simple annonce, le texte de l’article, que Bertha von Suttner reprendra intégralement dans ses Mémoires, constitue en soi par sa forme, sa teneur et la critique forte d’une lexicologie nouvelle promue à un singulier avenir, un véritable manifeste contre l’antisémitisme ambiant. C’est à ce titre un document important, et perçu comme tel lors de sa parution, qui témoigne de la situation spécifique de Vienne en 1891, où l’antisémitisme qui ne se pare pas encore ouvertement de ce nom, gagne les faubourgs, la ville et peu à peu les institutions municipales et parlementaires, s’infiltre dans deux partis importants, le parti deutsch-national et le parti christlich-sozial et s’incarne à des degrés divers dans deux figures de leaders de la politique viennoise du moment, Georg von Schönerer et Karl Lueger. D’emblée le groupe fondé par le baron von Suttner, plutôt réduit puisqu’il ne compte au départ que trois membres, se définit comme une association (Verein), voire comme une société coopérative (Genossenschaft), terme emprunté au droit commercial. La définition donnée au début de l’article, repose sur une comparaison quelque peu inattendue mais intéressante :

  • 11 Neue Freie Presse, 21 juillet 1891. Toutes les citations suivantes, non numérotées, sont extraites (...)

Dans une époque où l’on fonde des associations (Vereine) de protection des animaux pour lutter contre les mauvais traitements – et ceci à juste titre–, il est, je pense, logique de prendre enfin position contre la maltraitance de nos co-humains (Mitmenschen).11

11L’association prend ainsi ses distances avec toute forme politique, ne se laissant inféoder à aucun parti, excluant expressément la politique dans son ensemble : « parce qu’il s’agit ici d’une question sociale, c’est-à-dire relevant de la société au sens strict du terme qui n’a rien à voir avec l’exercice du pouvoir ».

  • 12 A.G. von Suttner rappelle à ce propos les prédications du pasteur à la Cour de Berlin, Stöcker.

12Une fois ces prémices posées, l’auteur amorce une analyse du phénomène de l’antisémitisme, traque les stratégies mises en œuvre par ses partisans et rappelle les réponses élaborées par l’association pour les contrer, le tout sur fond de description d’une Vienne où l’antisémitisme sévit de manière de plus en plus voyante. Mais, alors même que le terme d’antisémitisme est encore peu employé – à l’inverse de l’adjectif ‘antisémite’ né dans les années 1880 à Berlin et déjà largement importé depuis quelques années –, l’article du baron von Suttner donne une chronologie très éclairante de l’émergence et de l’évolution d’un phénomène. « qui d’abord se place dans la perspective du christianisme »12 mais s’oriente désormais vers une acception nettement raciale : « on s’est appliqué à souligner la différence des races et à faire de celle-ci le fondement de la persécution moderne ». Dès lors, l’antisémitisme s’engage sur le terrain d’un populisme haineux, nourri de « jalousie au niveau des affaires et de la concurrence ». Conforté « par un plâtrage scientifique », il se formule en un syllogisme dont A.G. von Suttner, qui le rapporte, ne pouvait soupçonner la sinistre modernité :

Le grand capital est l’assassin de l’homme modeste.
Les juifs ont en main le grand capital.
Ergo, le Juif est l’assassin de l’homme modeste.

13Décodant les stratégies développées par les antisémites, l’auteur montre comment elles s’apparentent à celles d’une guerre insidieuse et macabre : « ils imposent à l’Autriche entière une sorte d’état de siège moral et instaurent la terreur (Schreckensherrschaft) », soulignant l’usage qui est fait d’un langage promu au rang d’instrument de la mise en scène de cette terreur :

Chacun qui se croit investi du rôle de Führer (Führerrolle) […] se drape dans son petit drapeau et forme ainsi une unité spéciale (Sonderabteilung) frappant du poing et de la parole.

  • 13 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris Gallimard 1952. L’ouvrage (...)

14Une forme jusqu’alors inconnue de propagande par la parole et qui s’apparente déjà au ‘viol des foules’13 apparaît ici dans toute sa force dévastatrice :

L’homme modeste, le petit homme, se laisse facilement convaincre car, s’il a appris certaines choses à l’école, il n’a pas appris à penser logiquement et croit avoir accompli sa tâche quand il hurle avec les autres. 

  • 14 LTI, essai du romaniste Viktor Klemperer qui, chassé de l’université, réduit à la seule rédaction c (...)

15L’invention de la LTI, Lingua Tertii Imperii, trouve ici, dans l’Autriche Fin de siècle – où vient de naître un certain Adolf Hitler – ses sources lointaines et souterraines !14

16Face aux méthodes bien rôdées de « Messieurs les beaux-parleurs », l’association de lutte contre l’antisémitisme mise sur deux « armes qui sont la raison et le sens de l’équité ». Faisant appel aux « habitants cultivés de l’Autriche » et référence à Kant et à sa définition des Lumières, l’association tente de réunir dans un même combat hommes éclairés et citoyens conscients de leurs droits civiques, tous animés par un idéal commun « de paix, d’amour du prochain et d’humanité ». De tels passages soulignent la faille qui traverse les sociétés occidentales en cette dernière décennie du XIXsiècle. D’un côté le déchaînement populiste « du poing et de la parole », de l’autre l’appel à tous les Mitmenschen, Mitbürger, hommes-frères-citoyens éclairés, dans ce cas précis, à la bourgeoisie libérale et cultivée de Vienne, pour contrer la « terreur qui s’impose à coup de fausse science, de fausse statistique, de détournement du droit et de la vérité et tout autre moyen adéquat ».

  • 15 Unverfälschte deutsche Worte, journal fondé et dirigé par Georg von Schönerer de 1885 à 1889.

17Autre élément susceptible d’expliquer l’écho de l’article au moment de sa parution, l’auteur y brosse un tableau précis de la situation à Vienne. Fidèle à sa perception d’un phénomène relevant de la ‘question sociale’ et non de la politique politicienne, le baron von Suttner ne désigne pas nommément les chefs des partis autrichiens acquis à l’antisémitisme et n’évoque qu’à peine les parlementaires qui déversent leur vindicte contre son association. Il se contente de citer le curieux titre, fort révélateur, du journal de Georg von Schönerer Paroles allemandes non falsifiées15 et rappelle avec force les violences commises au quotidien dans la capitale austro-hongroise, esquissant une première typologie de l’antisémite ordinaire :

héros des faubourgs cassant les vitres et proférant des menaces de mort aux femmes juives, soldat rouant de coups un vieillard juif dans la rue, écolier qui enfonce un couteau dans l’œil de son camarade sémite.

18Dans ce tableau d’un phénomène déjà bien en place, A. G. von Suttner pointe deux spécificités qui contribuent malgré elles à faire le lit de l’antisémitisme à Vienne. La première tient au goût très prononcé de la population pour le théâtre et l’art de la mise en scène, laquelle est ici impunément déviée et récupérée au profit de ce qu’il faut bien appeler la propagande. Quant à la seconde, elle tient au fait que la question sociale se résume pour les antisémites viennois à une dénonciation du grand capital et de la finance effectivement alors à Vienne aux mains de banquiers juifs. Le mécanisme réducteur du syllogisme antisémite, version viennoise, se met alors en marche pour dénoncer un capital dormant empêché de circuler et donc de fructifier :

Tous les maux de la société tiennent aux paquets de billets de
banque enfermés dans les coffres forts
les détenteurs de ces coffres-forts sont les Juifs
donc les Juifs sont à l’origine de tous les maux de la société.

  • 16 Ernst Pawel, The Labyrinth of Exile, a life of Theodor Herzl, New York, 1989, trad française, Paris (...)
  • 17 T. Herzl, 21 août 1899 in Tagebücher, Reprint der Original-Ausgabe, 1922. Dans son Journal Herzl re (...)

19Que l’article du baron von Suttner ait pu paraître dans le plus lu des journaux viennois de l’époque a dû en surprendre plus d’un, car ce journal créé en 1864, et qui était « devenu une institution socio-politique, l’incarnation du libéralisme austro-hongrois dans ce qu’il avait de pire et de meilleur », avait pour principe de ne pas s’aventurer sur le terrain de la lutte contre l’antisémitisme et de la défense des Juifs d’Europe et d’ailleurs.16 Bien que dirigé par deux Juifs parfaitement assimilés, Edouard Bacher et Moritz Benedikt, et bien que le correspondant du journal à Paris et son ‘feuilletonniste’ le plus doué et le plus prestigieux ait été un certain Theodor Herzl, la Neue Freie Presse, lue par la bourgeoisie libérale viennoise, faisant et défaisant la vie culturelle de la capitale austro-hongroise, évitait soigneusement toute intrusion dans ce domaine. Quelque huit ans plus tard, Herzl confie dans son journal intime le dilemme que constitue pour lui la position inébranlable du journal et de ses directeurs sur ce point : « Je dois retourner à ma servitude humiliante à la Neue Freie Presse, où l’on ne me permet pas d’avoir une pensée personnelle ».17 D’ailleurs, Moritz Benedikt n’ira-t-il pas jusqu’à proposer de l’argent à Herzl pour que ce dernier arrête l’impression de son livre, Der Judenstaat/ l’État des Juifs, lorsque celui-ci paraît à Vienne en janvier 1896 ? La position du journal et de ses directeurs est tout à fait représentative du rôle et de la place des Juifs assimilés dans la vie culturelle et intellectuelle de la capitale austro-hongroise. La fin de siècle viennoise est marquée par la montée en puissance d’une génération dont les pères, eux-mêmes déjà émancipés, se sont établis dans la finance et laissent aux fils le choix d’études poussées – 34% des étudiants à l’université de Vienne en 1890 sont issus de familles juives-. Ils leur laissent également la liberté de choisir une profession libérale et d’exercer comme médecin, avocat, journaliste, écrivain. C’est le cas de Theodor Herzl, né à Budapest, fils du directeur de la banque hongroise et dont la mère, elle même issue d’une famille juive totalement assimilée de négociants dans le textile, fait montre, à la grande admiration de son fils, d’une inébranlable germanophilie. Herzl fait à Vienne des études de droit avant de devenir le correspondant attitré de la Neue Freie Presse à Paris de 1891 à 1894. Cette génération de Juifs assimilés, minorité certes mais ayant une influence déterminante dans le domaine culturel, proche du libéralisme, a largement profité de la tolérance pluri-religieuse et multinationale instaurée dès 1782 par l’édit de tolérance (Toleranzpatent) de Joseph II et qui commençait en ces termes :

  • 18 Toleranzpatent/ Edit de tolérance, 1782.

Sa majesté impériale, persuadée d’une part de l’ignominie de toute contrainte faite à la conscience et d’autre part du grand avantage pour la religion et l’État provenant d’une tolérance chrétienne authentique…18.

20Toutefois, cette génération d’intellectuels juifs viennois, les Freud, Wittgenstein, Mahler, Broch, Hofmannsthal, Schnitzler, Zweig et bien d’autres qui contribuent alors au rayonnement de la Vienne libérale Fin de siècle mais qui deviendront bientôt la cible de prédilection des attaques antisémites, ne se risquent guère pour l’instant dans une confrontation publique avec l’antisémitisme. Parfaitement assimilés, ils ne se sentent pas concernés. Herzl lui-même, sollicité après la parution de l’article pour participer au combat, se moquera d’une publication qu’il qualifie de ‘pieuse’ et d’un mode d’action qu’il juge inefficace et inutile :

  • 19 T. Herzl, Lettre, (Pawel p. 171). Le Freies Blatt est le bulletin de l’Association de lutte contre (...)

On ne peut rien faire avec un journal ‘modéré’ comme la Neue Freie Presse ou le Freies Blatt… Ce n’est pas un journal mais une circulaire qui ne circule pas […] Pour que le journalisme serve d’arme dans la lutte contre l’antisémitisme, il faudrait selon moi, imaginer quelque chose de tout à fait différent.19

21Dans cette perspective, la parution de l’article de G. von Suttner dans la Neue Freie Presse constitue une exception à la règle, perçue quasiment comme une anomalie, une ‘faute de goût’ par ceux-là même qui seront les victimes d’un phénomène analysé dans ce texte d’une manière prémonitoire.

  • 20 La première définition est celle donnée dans son édition de 1897 par l’encyclopédie la plus en usag (...)

22Une autre singularité de l’article de G. von Suttner tient à l’emploi direct, jusque dans son titre, du terme d’antisémitisme ainsi qu’à la définition de son champ d’application. Il est en effet encore peu fréquent dans les années 1890-1891 de trouver le terme ‘antisémitisme’ dans un texte public. Par contre, ‘ sémitisme ‘ ou les adjectifs ‘sémite’, ‘sémitique’ peuvent se revendiquer d’une longue tradition d’abord lexicologique, ‘les langues sémites’, puis,vers le milieu du XIXsiècle, ethnologique, certes de plus en plus connotée, au sens de ‘peuple’, ‘ethnie’ sémite en opposition aux Indo-germains et aux Ariens. Le terme est saisi par les encyclopédies usuelles de l’époque « comme la manière de désigner les Juifs considérés exclusivement sous l’angle ethnographique » ou « comme la manière de désigner l’ensemble des Juifs comme une ethnie (Volksstamm), sans référence à la religion »20. Le terme d’antisémitisme est une création alors récente, apparaissant dans les écrits de Wilhelm Marr en 1879 à Berlin et utilisé sous forme adjectivale comme le fait la Ligue antisémite fondée à Berlin fin 1879.

  • 21 R. Koselleck et alia, Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., art. : Antisemitismus.

La formation du terme était dans l’air du temps […] le concept ne fut ni défini ni commenté, mais il était dans la pratique suffisamment compréhensible pour tout un chacun. Il est certain que le terme d’antisémitisme’ ne venait pas de la science comme le terme de ‘sémitisme’ mais qu’il fut immédiatement estampé comme slogan politique. La véritable percée du nouveau slogan a lieu en 1880.21

23Entre-temps, il est vrai, étaient parus l’ouvrage d’Eugène Dühring Die Judenfrage als Racen–, Sitten – und Culturfrage (La Question juive comme question de race, de moralité et culture) et les travaux ouvertement antisémites de Paul de Lagarde, qui meurt en 1891 ; en France, Edouard Drumont avait créé l’Alliance antisémitique universelle. En clair, le phénomène, plus que le terme, était désormais installé au cœur de presque toutes les sociétés occidentales comme le constate avec lucidité mais aussi avec un amer sentiment d’impuissance l’historien et universitaire allemand Theodor Mommsen dans une lettre adressée précisément à la direction de la Neue Freie Presse :

  • 22 Theodor Mommsen à Benedikt Moritz/et Edouard Bacher, 22 janvier 1880. Cité in P.G. Pulzer, Die Ents (...)

Vous vous trompez, si vous croyez que l’on peut faire quelque chose. Vous vous trompez, si vous croyez que l’on peut faire la moindre chose […], contre la populace (Pöbel) il n’y a pas de protection – qu’il s’agisse de la populace dans la rue ou de la populace dans le salon, cela ne fait aucune différence. Canaille reste canaille et l’antisémitisme est la manière de penser de la canaille. C’est comme une effroyable épidémie, comme le choléra.22

24A.G. von Suttner ne se contente pas du reste de nommer le phénomène, il en définit aussi avec précision le champ d’application, montrant que l’antisémitisme, beaucoup plus et mieux implanté que ne voulaient l’admettre les statistiques ou les analyses du moment, n’a plus seulement pour cible les financiers et les intellectuels faisant partie de la bourgeoisie libérale de Vienne mais aussi les Juifs venant de l’Est, de Galicie essentiellement, ou fuyant les pogromes de Russie. Rappelant de manière très concrète les violences faites aux Juifs dans la rue, l’article fait clairement allusion à l’afflux de communautés entières qui viennent s’installer dans des conditions difficiles dans le faubourg de Leopoldstadt, loin des quartiers où réside la haute bourgeoisie libérale de la finance, du négoce et de l’entreprise, très loin des lieux où se fait et se défait la vie culturelle et où règnent la presse, le théâtre, les cafés. Un relevé statistique de la population de Vienne en 1890 atteste la présence de 120 000 Juifs, soit 8,7 % de la population globale de la ville qui compte alors 1 350 000 habitants. C’est le chiffre le plus élevé de population juive recensé à Vienne avant 1914. La prise en compte de cette situation nouvelle, le constat de persécutions spécifiques s’exerçant sur des victimes venues d’ailleurs comme celui de la radicalisation du geste mais aussi de la parole, amène l’auteur à donner une autre dimension au phénomène. Son annonce de la création de l’Association de lutte contre l’antisémitisme devient ainsi un véritable manifeste aux accents prémonitoires dont les lecteurs – et ils furent nombreux – de la Neue Freie Presse n’ont pas immédiatement compris le message.

25Et Bertha von Suttner dans tout cela ?

  • 23 Maschinenzeitalter, p. 348.

26Une chose est sûre, la création de l’association de lutte contre l’antisémitisme a été perçue d’emblée comme un  produit de la maison Suttner , au point même que nombre de lecteurs de la Neue Freie Presse attribuent à madame la Baronne l’idée, sinon la rédaction, de l’article. Ce qui ne saurait étonner, celle-ci s’étant dès ses premiers écrits ouvertement préoccupée du phénomène tout en en prédisant son extinction proche du fait de l’assimilation totale des Juifs dans les sociétés occidentales23. Une attitude que partageait, à ce moment, Theodor Herzl. Ainsi découvrant en 1882 l’ouvrage d’Eugène Dühring, il notait :

  • 24 T. Herzl, Jugendtagebuch, 9-2-1882, in T. Herzl, Tagebücher, Reprint der Original-ausgabe, 1922.

Il décrit les Juifs exactement comme on le faisait des sorciers et sorcières des temps obscurs […] Cependant on peut espérer qu’un jour des cœurs humanistes et des esprits calmes, sans passion, jetteront sur les mouvements antijuifs d’aujourd’hui le même regard que celui d’une personne cultivée, même antisémite, jette sur ceux des temps obscurs.24

27L’intérêt de Bertha von Suttner pour la condition des Juifs d’Europe s’était déjà manifesté pendant l’exil du Caucase, où les époux Suttner  avaient eu vent de l’antisémitisme croissant en Prusse, propagé par le prédicateur à la Cour, Stöcker . Ils s’étaient, d’un commun accord, publiquement exprimés, prenant même des risques :

Nous formulâmes nos arguments contre cette retombée dans le Moyen Âge dans divers articles que nous envoyâmes aux journaux viennois dont nous étions les contributeurs réguliers. Les articles nous furent retournés au motif que, en Autriche, il n’y avait pas d’antisémitisme et si, venant de Prusse, il devait s’en répandre quelque chose chez nous, le seul comportement valable était de se taire.. (M, p. 214)

  • 25 Friedrich Franz Leitenberger (1837-1899) fait partie d’une longue lignée d’industriels du textile é (...)

28Dans ses Mémoires, Bertha von Suttner prend soin de rendre à son époux ce qui était effectivement de son initiative et relate, non sans humour, la création de l’association. Un soir, au salon, « Il faut faire quelque chose » s’exclame le baron von Suttner particulièrement exaspéré par les violences de fait quotidiennes dans les rues de Vienne comme par les tentatives réitérées de Karl Lueger pour se faire élire maire de Vienne. Sur le champ, les hôtes de la soirée, en fait les habituels partenaires de whist du baron, le comte Hoyos et l’industriel Leitenberger sont enrôlés dans l’aventure et « quelques minutes plus tard la création de l’association était chose conclue entre les trois ». La fondation de l’Association de lutte contre l’antisémitisme est donc d’abord l’œuvre spontanée d’un petit groupe plutôt hétérogène par ses activités professionnelles, où domine toutefois l’aristocratie de fraîche ou de longue date, puisqu’il réunit un diplomate à l’ancienne Rudolf von Hoyos, un aristocrate écrivain et, occasionnellement, chroniqueur journaliste A.Gundaccar von Suttner et un grand industriel philanthrope et député de Bohème, récemment promu baron, Friedrich Franz Leitenberger25. Ainsi composé, le groupe est parfaitement représentatif d’une minorité d’Autrichiens intellectuels et libéraux dans une Vienne aux mains depuis 1879 d’un Chancelier, le comte Taafe, de plus en plus aux écoutes du parti chrétien-social. En 1895, A.G. von Suttner reviendra dans un nouvel article publié dans la Neue Freie Presse et intitulé ‘De la situation présente’ sur la fondation du Verein et sur les principes qui l’avaient alors guidé :

  • 26 Article paru en 1895 dans la Neue Freie Presse.

Oui, notre association était dans un certain sens pensée comme une société de sauvetage : pour sauver le bon vieil esprit autrichien, l’esprit de tolérance, de justice, d’amour fraternel, l’esprit qui avait régné jusqu’alors. Oui, nous avons cru à tout cela et nous en avons attendu la venue, mais nous avons oublié une seule chose : l’opportunisme […] Tout ce que cet opportunisme peut avoir sur la conscience est effroyable : c’est l’entrave, la chaîne de l’esclave, qui s’accroche à toute activité énergique, qui empêche tout, qui rend toute action impossible26

29C’est sans doute dans ce moralisme d’un autre âge que réside la faiblesse d’un appel pourtant sincère et profondément humaniste. Theodor Herzl ne s’y est pas trompé qui raille cruellement les bons sentiments dont fait preuve l’Association et ajoute un commentaire qui n’est pas sans rappeler la position de Nobel pour en finir avec la guerre :

  • 27 Theodor Herzl, Tagebücher,op. cit., 1922, Bd 1, s. 7.

Surtout j’ai reconnu le vide et l’inutilité des efforts faits « pour lutter contre l’antisémitisme ». Avec des déclamations sur papier ou au sein de cercles fermés, on n’arrive à rien. Et cela a même un effet comique […] La noble Bertha von Suttner est dans l’erreur – une erreur qui certes l’honore grandement – quand elle croit qu’un pareil comité peut être une aide. Il en va de même avec les associations pour la paix. Un homme qui invente un effroyable explosif fait plus pour la paix que mille apôtres charitables.27

30Les années passant, l’antisémitisme triomphant avec l’arrivée de Karl Lueger à la mairie de Vienne en 1897, les péripéties de l’Affaire Dreyfus suivies par Herzl à Paris pour la presse autrichienne tout comme, en 1896, la publication à Vienne de L’État des Juifs/ Der Judenstaat du même Theodor Herzl auront raison de ces divergences au sujet des modes d’action contre l’antisémitisme. A.G. von Suttner écrit à Herzl après la lecture de son ouvrage : « si j’étais un Juif, je me rangerais aujourd’hui de toutes mes forces à vos côtés ». Quant à Bertha von Suttner, endurcie par d’autres combats, elle a peu à peu pris conscience que les rêves d’une assimilation de tous « en un type supérieur d’Européen, d’‘Homme de culture’ » ne sont plus de mise et elle écrit en 1897 à Herzl qui prépare alors le premier Congrès sioniste mondial :

  • 28 Die Welt (journal de Herzl), 26 mai 1899.

Comme sauvetage de la misère et de la persécution, comme fière révolte contre toutes les incroyables injures subies, et surtout comme création d’un lieu de refuge – c’est ainsi que je comprends maintenant l’édification du royaume de Sion.28

31Et elle acceptera de contribuer à l’hebdomadaire Die Welt fondé en 1897 par Herzl qui écrit dans son premier éditorial : « DIE WELT sera l’organe de ces hommes qui veulent forger un meilleur avenir pour les Juifs ».

L’autre combat : des institutions pour la Paix

32Depuis le retour de Venise au printemps 1891, Bertha von Suttner s’active en fait sur plusieurs fronts. Elle suit certes de près les démarches de son époux dans sa lutte contre l’antisémitisme et, dans une certaine mesure, y coopère directement. Mais elle ne figure pas nommément dans le comité de l’Association de lutte contre l’antisémitisme. Affaire d’hommes ? Résolution née au hasard d’une partie de whist entre partenaires masculins ? Sans doute mais la raison de cette absence est ailleurs, Bertha von Suttner a d’autres combats en vue. D’abord il lui faut se remettre à son activité littéraire, sa passion et son gagne-pain, et, de fait, elle travaille alors au roman Avant l’orage (Vor dem Gewitter), dont le titre montre combien son écriture de fiction s’enracine de plus en plus dans la réalité du moment : « par là j’entendais l’orage politique et social dont les nuages s’amoncelaient partout » (M, p. 197).

  • 29 En 1882, H. Pratt ( 1824-1907) participe à la création de la Société belge de l’arbitrage et de la (...)
  • 30 Felix Moscheles, fils d’un compositeur allemand proche de Felix Mendelssohn, était, comme sa femme (...)
  • 31 Cf. Chapitre V, p.66.

33Elle est aussi en correspondance suivie avec tous ceux qui, lors de ses divers séjours à l’étranger, ont attiré son attention sur un mouvement de la paix déjà fort ancien et bien implanté dans certains lieux et milieux. Lors de son séjour à Paris pendant l’hiver 1886-87 elle avait entendu parler d’avancées dans ce domaine dès le milieu du siècle : « En 1849 un congrès de la paix avait déjà eu lieu sous la présidence de Victor Hugo, mais qui, en dehors des participants, en avait su quelque chose ? » (M, p. 187). De même, elle avait pris connaissance des efforts de Richard Cobden, cet industriel britannique qui dès les années quarante avait associé les notions de libre-échange et de défense de la paix. Il avait été aussi le premier à évoquer dans une proposition au parlement britannique en 1849 l’idée d’un arbitrage international et à soumettre à ce même parlement en 1851 une motion visant à la réduction réciproque des armements sur terre et sur mer. C’est à Paris qu’un ami du couple, Wilhelm Löwenthal, lui apprend l’existence de l’International Peace and arbitration Ligue créée à Londres en 1880 par le Britannique Hodgson Pratt, employé de la Compagnie des Indes Orientales et à ce titre déjà arpenteur de la planète. Hodgson Pratt, qui avait su gagner à la cause de la paix tant le duc de Westminster que l’évêque de Durham, ce qui ne manque pas d’impressionner la Baronne, cherchait soit directement soit par l’intermédiaire d’amis politiques à multiplier sur le continent européen les sociétés en faveur de la paix.29. Lors de son séjour à Venise pendant l’hiver 1890-1891, Bertha von Suttner avait fait la connaissance de Félix Moscheles, un des ‘envoyés’ de Hogdson Pratt en quête de fondateur, voire de fondatrice (mais personne alors ne songeait à cette éventualité) d’une Société de la paix en Italie.30 Venu saluer en voisin l’auteure de Die Waffen nieder!, reçu par le mari qu’il croyait mort « fusillé à Paris comme le héros du roman », Felix Moscheles, une fois la méprise éclaircie, confie aux époux Suttner ses difficultés à rencontrer, dans une société en grande partie aristocratique qui lui reste fermée, des personnes susceptibles de s’intéresser à la cause de la paix. Le mode de rencontre comme l’aveu de Moscheles illustrent bien une des stratégies alors privilégiées pour articuler un mouvement de la paix à l’échelle européenne. Certes le champ dans lequel se déploient les efforts de Moscheles est large, plusieurs pays européens sont concernés, l’Angleterre, l’Italie, l’Autriche, l’Allemagne. Mais atteindre les intéressés, trouver des partisans, les convaincre de devenir des partenaires actifs, tout cela ne peut se produire que lors de rencontres mondaines, souvent fortuites, dans un cadre cosmopolite, au sein de cercles aristocratiques divers et variés. La mise en œuvre d’un mouvement pour la paix organisé à l’échelle européenne se fait sur le modèle d’une chaîne de solidarité dont les maillons seraient socialement et internationalement pré-définis. Entre Félix Moscheles, familier de lords parlementaires anglais et l’aristocrate, proche du marquis Pandolfi par le mariage de celui-ci avec une amie d’adolescence, la solidarité joue pleinement.. Bertha von Suttner, on l’a vu, sera l’intermédiaire idéale et convainc sans mal le marquis qui trouve excellente l’idée de créer une Société pour la paix à Venise et s’emploie effectivement à sa réalisation rapide31. La boucle est donc bouclée et, ricochant de League londonienne en Union interparlementaire, le maillage des relations mondaines recoupe et active celui des réseaux pacifistes internationaux.

34Pour Bertha von Suttner, c’est tout un pan déjà bien en place d’un mouvement en faveur de la paix qui s’ouvre à elle, quelque peu médusée et peut-être confuse de n’avoir rien vu venir. Il est vrai que tous ces hommes politiques entraînés par le mouvement pacifiste – désigné alors plutôt sous les termes de ‘pacifique’ ou de ‘pacifiant’ – n’avaient guère songé à en informer la moindre femme, fût-elle l’auteure d’un ouvrage pacifiste célébrissime. Felix Moscheles avait fait appel à la baronne, à l’aristocrate familière de salons en vue. Quant au marquis Pandolfi, aux dires même de Bertha von Suttner, « il parut fort étonné de m’entendre parler de semblables choses » Et lorsque se tient la réunion constitutive de la Société pour la paix à Venise, Bertha von Suttner y assiste en spectatrice attentive mais note avec une pointe de désillusion :

Le lendemain tous les journaux italiens parlèrent de cet événement qui fit un temps l’objet de toutes les conversations dans nos cercles, certes comme le font les conversations de salon face à un nouveau mouvement […] Le tout sur fond d’indifférence immuable et rigide. (M, p. 195)

35Avant de regagner Harmannsdorf au printemps 1891, Bertha von Suttner s’arrête un temps à Vienne où elle retrouve ses amis autrichiens autour de la traditionnelle table d’hôte de l’hôtel Meißel. Encore sous le coup de son expérience vénitienne, elle leur relate avec enthousiasme son rôle d’intermédiaire dans la fondation de la Société pour la paix à Venise, ses contacts avec les parlementaires italiens mais là encore elle se heurte sinon à l’indifférence de ses auditeurs, du moins à un scepticisme poli : « ces messieurs écoutèrent avec intérêt mais en affichant des mines très sceptiques. Adhérer ? Personne n’y songeait » (M, p. 197). Dès lors, Bertha von Suttner décide de passer personnellement à l’action et commence à oeuvrer sur le front de l’Union interparlementaire pour la paix. Il peut paraître étonnant qu’une femme ne jouissant alors d’aucun droit civique, privée du droit de vote et sans le moindre poids dans la sphère politique, se lance dans une telle aventure. Mais Bertha von Suttner est dotée d’un solide bon sens et d’une grande ténacité qui avaient fait leurs preuves lors de l’épisode caucasien. De plus, elle a saisi l’importance des réseaux qu’ils soient mondains, internationaux, cosmopolites ou politiques, son immense correspondance en fait foi, et elle a compris que son statut d’auteur d’un ouvrage porteur d’un message universel contre la guerre et pour la paix l’autorise désormais à s’immiscer dans le domaine public. Des diverses lettres échangées avec des hommes politiques dans le cadre de L’Union interparlementaire pour la paix, elle écrira non sans fierté :

Le paquet de lettres que j’ai conservé de cette époque est d’un intérêt tout particulier par les excursions dans le domaine de la politique extérieure – telle que l’on concevait celle-ci dans nos cercles politiques en l’an 1891. (M, p. 198)

36En juin 1891, elle reçoit une lettre du marquis Pandolfi qui l’alerte et sollicite son aide :

  • 32 Lettre de Pandolfi à Bertha von Suttner, 13 juin 1891 reproduite dans les Mémoires, M, p. 202..

Tous les pays ont répondu à l’appel [de participer au congrès de l’Union interparlementaire pour la paix prévu en novembre à Rome] à l’exception des parlements de Vienne et de Budapest. Il va falloir les pousser un peu (poussieren) et cela vous pouvez le faire bien mieux que moi avec l’aide de vos amis au Reichsrat.32

37Avant même la réception de cette lettre, Bertha von Suttner a commencé à s’activer et a déjà contacté certains de ses amis parlementaires, le baron Kübeck, lui-même rallié à la League londonienne, le député socialiste Pernerstorfer ainsi que deux autres membres du Reichsrat, le Dr Jaques et Wilhelm Exner, par ailleurs président du musée technologique des Arts et Métiers de Vienne. Si, dans ce cas précis, Bertha von Suttner omet de publier ses propres lettres, elle insère dans ses Mémoires les quatre réponses des parlementaires à titre de témoignages sur l’état d’esprit d’alors en matière de guerre et de paix. Et, de fait, toutes attestent de réticences, voire de refus de s’engager à faire le voyage de Rome pour y représenter l’Autriche au congrès de l’Union interparlementaire pour la paix. Les motivations vont de l’absence de financement du voyage au rejet d’une cause qui « paraît dans un premier temps encore trop utopiste ». Ces lettres, et Bertha von Suttner a fort justement vu là leur « intérêt particulier », sont une mise à nu, parfois cruelle, de la vie politique autrichienne saisie en quelque sorte de l’intérieur :

  • 33 Réponse du député socialiste Pernerstorfer à Bertha von Suttner, Vienne 16 juin 1891. Cité in Mémoi (...)

Vous jugez le parlement autrichien visiblement d’un œil trop favorable. Les pensées qui mènent cette maison sont purement d’ordre pratique et souvent de nature très égoïste […] Ce qui domine c’est l’image désolante d’un brutalisme de classe (Klassenbrutalismus) jamais encore arrivé à un tel degré.33

38Quant au baron Kübeck, tout familier qu’il soit des pacifistes anglais – il est même membre d’un ‘Cobdenclub’–, il fait montre d’un égal scepticisme tout en argumentant sur un tout autre plan, celui de la configuration générale des relations politiques entre les grandes puissances. Évoquant le chauvinisme doublé de germanophobie de la France, l’agressivité de la Russie et la militarisation ‘exorbitante’ dont fait preuve la Triplice, il tient pour irréaliste l’idée d’une paix généralisée :

  • 34 Baron Kübeck à Bertha von Suttner, 11 juin 1891., in Mémoires, p. 198.

Les Français d’aujourd’hui sont incontrôlables (nicht zu kapazitieren) et la Russie ne pense qu’à tomber un de ces jours sur le reste de l’Europe et les Indes britanniques, ce qui, avec le matériel humain à demi sauvage, durci au combat et belliqueux qui est le sien, pourrait se réaliser sans la moindre difficulté…34

39Toutefois ces réponses ont aux yeux de Bertha von Suttner un autre intérêt, car elles prennent en considération et commentent parfois les buts que s’est donné le mouvement pour la paix. L’arbitrage en cas de casus belli y est posé en principe fondateur, sa mise en œuvre directement liée aux questions économiques : « union des zones douanières, possibilités accrues, grâce à des tarifs unifiés, du transport par chemin de fer et par bateau, réciprocité du crédit, des moyens de circulation etc… ». On est là encore dans la mouvance de Richard Cobden et de l’idée d’une paix généralisée reposant sur le libre-échange, elle-même facteur de prospérité économique à l’échelle continentale, une vision qui date déjà et ne correspond plus guère aux données internationales du moment. Quant au second but affirmé par la League londonienne : « diminuer les horreurs de la guerre et, tout particulièrement, limiter l’utilisation des matières explosives », s’il a trouvé en Bertha von Suttner, amie mais néanmoins adversaire sur ce point d’Alfred Nobel, une oreille attentive, il reste pour tous ses correspondants de l’ordre de l’utopie :

  • 35 Baron Kübeck, lettre du 11 juin 1891, M, 198.

Il ne se trouvera pas une puissance capable d’assumer la fonction d’arbitre ou à qui on puisse la confier – oui, dans des questions concernant des petits territoires (Luxembourg, les îles Samoa, les Carolines…) la soumission à un arbitre jouissant d’un statut neutre conséquent serait possible et envisageable mais dans des questions touchant au monde entier, ce ne sera pas de sitôt, pas même au cours du prochain millénaire.35

40Quant à la question de la réduction des armements, tous arguent du fait qu’il ne se trouvera pas une seule grande puissance, prise entre revanche, expansionnisme, conquêtes coloniales et rivalités d’armements, pour réduire volontairement son arsenal militaire qui, de plus, profite à l’industrie nationale et est un instrument des plus efficace dans l’équilibre de la terreur brandi de part et d’autre. Il y a certes dans ces réponses matière à désespérer la meilleure bonne volonté. Mais la « très chère baronne », qui apparaît sous la plume de ses correspondants comme une utopiste passablement naïve, n’en a cure, elle finira même par persuader le baron Kübeck et un autre parlementaire, le baron Pirquet, de la nécessité de faire le voyage de Rome en novembre 1891.

41La position de Bertha von Suttner dans cette première phase d’engagement public en faveur du mouvement pour la paix est singulière. Et pas seulement parce que, femme et aristocrate, elle s’aventure à découvert dans la sphère politique mais aussi parce que, informée en autodidacte, elle répercute des positions datant du milieu du siècle et une vision de la paix généralisée née dans un contexte britannique très particulier. Son enthousiasme pour la cause lui vaut reproche de naïveté de ‘bonne femme’, préfigurant la caricature en Don Quichotte féminin dont elle sera bientôt affublée :

  • 36 Stefan Zweig, „Bertha von Suttner. Eine Ansprache inmitten des Weltkrieges“, Bern 1917.repris in S. (...)

Dans notre monde qui se donne de faux airs d’intelligence, elle passait pour avoir des visions et peu à peu l’opinion publique l’a mise à l’écart, reléguée au rang de la bêtise […] et pourtant toute sa vie elle a assumé de passer pour le fou, le Don Quichotte qui se bat contre les moulins à vent…36

42Il y a malgré tout dans les réponse apportées par les parlementaires sollicités par Bertha von Suttner quelque chose qui conforte son action. Toutes en effet font référence à son ouvrage Die Waffen nieder! : ‘noble ouvrage’ pour l’un, ‘magnifique livre’ pour l’autre ou encore cet éloge du député socialiste Pernerstorfer :

  • 37 Pernerstorfer à Bertha von Suttner, 16 juin 1891, M, 200.

Pour ceux qui, comme moi, sont dans la vie publique, un tel livre est plus qu’un plaisir, c’est une grande consolation, il signifie pour moi un redressement, un nouvel élan.37

  • 38 Wilhelm Exner à Bertha von Suttner, 29 juin 1891, M, 202.

43Quant au député Exner, il loue, avec force exclamations, « votre magnifique propagande d’écrivain !!! ».38

44D’emblée, l’engagement public renvoie à l’œuvre romanesque, tout comme, pour Bertha von Suttner, l’action publique était déjà inscrite dans l’écriture. Et c’est cette imbrication écriture et action, fiction et prise en considération du réel qui constitue, dès 1891, sa singularité.

 

45Mais, depuis le retour de Venise, une question taraude Bertha von Suttner :

Qu’en était-il du congrès de la paix – c’est-à-dire le congrès des sociétés de la paix privées qui devait se tenir au même moment à Rome –, est-ce que l’Autriche n’y serait pas représentée ? Évidemment puisqu’il n’existait pas de société de la paix en Autriche. Cette idée ne me laissait pas en repos. (M, p. 204)

46Aussi, en dépit de la tentative quelque peu décevante pour recruter des représentants au congrès de l’Union interparlementaire pour la paix, Bertha von Suttner, loin de se décourager, se lance quelques mois plus tard dans une nouvelle entreprise. Mais cette fois, elle opère tout autrement, montrant avec quelle rapidité elle sait apprendre des expériences, voire des échecs passés. Elle sort délibérément du cercle de l’aristocratie européenne et des réseaux politiques nationaux et internationaux et, renonçant à solliciter tel ou tel individu haut placé ou en vue sur la scène politique, elle s’adresse désormais directement à l’opinion publique. Et, pour ce faire, quoi de plus approprié que la presse où, elle en avait fait le constat au début de cette même année 1891, l’article constitutif de l’association de lutte contre l’antisémitisme de son époux avait trouvé un écho inespéré. De plus, la presse est un domaine que Bertha von Suttner connaît bien, y ayant adressé nombre de ses nouvelles et textes divers, lesquels avaient été fort bien reçus et même immédiatement publiés. Son choix se porte donc sur son journal préféré, celui qui l’a déjà publiée et qui a imprimé l’article de son mari, la Neue Freie Presse. Envoyé le 1er septembre, l’article, signé Bertha von Suttner, paraît en première page le 3 septembre avec une note introductive de la rédaction qui en dit long sur la réputation de la baronne : « Personne ne serait plus en droit de prendre la parole sur ce sujet que l’auteur de Die Waffen nieder ». L’imbrication littérature et engagement public ne perd pas de son aura, Bertha von Suttner sait tout le profit qu’elle peut en tirer pour faire avancer la cause qu’elle défend.

47S’il commence par une brève présentation du congrès de la paix qui doit se tenir à Rome en novembre, l’article ne se réduit nullement à cette information ou à un simple appel à y participer. D’emblée elle rappelle l’absence regrettable d’une société de la paix autrichienne et amorce une ambitieuse réflexion sur « qu’est-ce que la paix en cette fin de siècle ? ». Se plaçant dans une perspective résolument européenne, elle esquisse un panorama des grandes puissances obnubilées par la pensée d’une guerre à court terme et prises de ce fait dans une spirale de la terreur qu’elle-même désigne comme ‘un système de la peur armé (bewaffnetes Angstsystem)’, ce qui n’est pas sans anticiper l’équilibre de la terreur qui prévaudra au siècle suivant. Dans ce contexte, il est impossible politiquement de supprimer la guerre et de renoncer au principe de la violence mais il est tout aussi impossible moralement, au vu des rapides et effrayants progrès des armes, de déclencher sciemment une conflagration aux conséquences incalculables. On en est donc arrivé, dans un climat de peur réciproque, à cette « chose contre-nature », à ce « monstre de contradiction » où on ne peut ni arrêter le processus de guerre ni l’enclencher. Bertha von Suttner avance ici une explication qu’elle avait déjà développée dans Die Waffen nieder! par le biais des débats entre militaires de diverses générations : la ‘guerre historique’, la glorieuse bataille d’antan, apanage des seuls soldats, menée « fraîchement et joyeusement » dans des espaces délimités, n’est plus. Les champs de bataille de Solferino et Magenta, où, mis face aux souffrances infligées par les nouvelles armes, Henri Dunant avait créé la Croix-Rouge, la guerre franco-prussienne qui met en œuvre des armes modernes et dévaste l’espace civil, y ont définitivement mis fin :

La guerre est physiquement impossible, parce que, au terme de ces dernières vingt années d’une technique de destruction en pleine croissance, la prochaine campagne militaire prendrait la forme de quelque chose de tout à fait nouveau, de quelque chose d’autre qu’on ne pourrait plus désigner sous le nom de guerre […] Encore quelques années d’une paix ainsi « maintenue » et de telles inventions de machines de mort, de mines électriques, de torpilles aériennes chargées d’écrasite – et le jour où l’on déclarera la guerre ce sont toutes les Duplice, Triplice et Quadruplice qui exploseront. (M, p. 205)

48Grâce à ses conversations d’antan et à la correspondance renouée avec Alfred Nobel, Bertha von Suttner est fort bien informée des progrès redoutables des armements. Elle tente bien de disculper « ceux qui ont le détonateur entre les mains », hommes conscients de l’effroyable massacre qui résulterait d’un seul geste. Elle avance l’idée que la solution pour sortir de la contradiction serait bien de « fusionner les groupes séparés », entendant par là les savants et les intellectuels responsables et espère que cela pourrait mener à « fonder l’union des États civilisés d’Europe ». Mais elle a conscience que cet espoir en une civilisation européenne pacifique se heurte momentanément à bien des obstacles dont le nationalisme exacerbé de chacune des nations concernées n’est pas le moindre. Même si les deux empereurs, le Tsar et le gouvernement de la République française font preuve de bonne volonté, il reste » des chauvinistes ça et là – en Russie un groupe de panslavistes, en France des revanchistes, en Allemagne des militaristes » (M, p. 206) constitués en « parti de la guerre » et bien placés dans les rouages politiques. L’article se clôt cependant sur une note d’espoir, esquissant une véritable révolution copernicienne dans un monde à la croisée des chemins. Dans un triple plaidoyer, Bertha von Suttner invite à dépasser le nationalisme des petits groupes pour affirmer le droit à la paix des masses, c’est-à-dire des peuples, à surmonter l’égoïsme national des États et, enfin, à passer d’une paix en sursis, que seule la peur du conflit prolonge d’une année sur l’autre, à une paix assurée, garantie et durable, à un état de paix permanente.

49On voit clairement poindre, surtout dans les conclusions de l’article, une idée qui va devenir centrale pour Bertha von Suttner et qui de plus en plus l’opposera à la conception généralement répandue d’une paix comme mécanisme de fin ou d’évitement d’un conflit, une paix qui n’existe pas sans la guerre. La paix n’est déjà plus pour elle un processus politique dans un monde où chaque État active par ailleurs son armement, la paix est saisie ici comme un état de civilisation en soi où les conflits se règlent non dans et par la guerre mais au gré des arbitrages rendus par un tribunal international, un monde dont la guerre serait définitivement exclue.

50L’article trouve un écho immédiat et si large que Bertha von Suttner s’en étonne encore en rédigeant ses Mémoires :

J’avais été étonnée que la presse se soit montrée si disposée à publier cet article, je le fus plus encore par l’écho qu’il éveilla dans le public. Des centaines de lettres me parvinrent, de Vienne, de province et de toutes les classes sociales. (M, p. 207)

51Ce qui pourrait passer pour une coquetterie d’auteur correspond à la réalité, la liasse de lettres rassemblées par A.H. Fried et conservées dans les archives Fried-Suttner à la Bibliothèque de l’ONU à Genève confirme l’ampleur et la diversité de l’accueil, permettant même d’établir au plus près une typologie de ceux et celles – car il y a aussi quelques femmes signataires – qui s’intéressent et adhèrent alors à la cause de la paix. Le dossier rassemble les courriers de 54 correspondants qui, avec leur nom, indiquent le plus souvent, leur profession ou leur statut social. On trouve ainsi sept nobles propriétaires terriens, quelques représentants de la vie politique : deux bourgmestres et quatre députés au Reichsrat, nombre de fonctionnaires ‘k. k/ impériaux et royaux’ en activité ou à la retraite – dont un ‘impérial et royal’ contrôleur du télégraphe – ainsi que des marchands facilement repérables à l’en-tête mirobolante de leur courrier. Les artisans comme les ouvriers des manufactures sont relativement peu nombreux, ce qui ne saurait étonner puisque le parti socialiste et les syndicats ouvriers bien présents à Vienne les encadrent de près. Par contre, les étudiants et les enseignants de tous les degrés, instituteur, professeur des écoles, professeur de grande École commerciale, enseignant universitaire figurent en bonne place. Mais ce sont les juristes, de l’étudiant en droit au Professeur de droit et les professions libérales, procuristes, notaires, avocats de Vienne et autres lieux – un seul journaliste, rédacteur d’un Contra-Blatt juif – qui dominent. Des femmes parfois co-signent la lettre de leur mari, parfois répondent collectivement en précisant leur statut social, propriétaire d’immeuble, logeuse, aubergiste, institutrice, soulignant par ce geste la modeste mais réelle autonomie acquise par les femmes en cette dernière partie du siècle.

52Les réponses sont essentiellement motivées par la lecture de l’article paru dans la Neue Freie Presse et se double en général d’un éloge de Die Waffen nieder! Tel courrier prend le titre de l’ouvrage comme en-tête, un autre s’épanche en un éloquent « merci pour les mille belles paroles venues du cœur », la gratitude envers une œuvre sincère et courageuse est omniprésente. D’autres, plus jeunes, des étudiants souvent, n’hésitent pas à « rallier la bannière de la belle idée », beaucoup se déclarent prêts à aider « par la parole, l’écrit et l’argent » et certains joignent le geste à la parole et accompagnent leur lettre d’une somme d’argent, modeste – 1 florin, 6 shilling – pour les ouvriers de manufacture réunis en collectif. Mais elle peut être très généreuse comme pour l’industriel de Bohème, Prosper Piette, qui glisse dans son courrier – heureusement recommandé – un billet de mille florins « à utiliser comme vous l’entendez ». Bien peu, par contre, se déclarent prêts à faire le voyage de Rome. Parmi toutes ces lettres, qui offrent une intéressante palette de motivations et de réactions à chaud, on ne trouve qu’une seule réponse négative, dûment, parfois brutalement, argumentée :

  • 39 Baron Paul Hohenbückel, Archives Fried/Suttner, UNO-Genève, fiche 89.

Vous ne m’aurez pas pour la Société autrichienne des amis de la paix. Les États-Unis d’Amérique semblent être parvenus à la Paix éternelle de Kant parce qu’ils sont assez heureux d’être les seuls maîtres dans un large espace de l’océan Atlantique à l’océan Pacifique. Les États d’Europe obéissent eux encore à la formule : « Si vis pacem, para bellum ». Nous connaissons la paix uniquement, parce que tout arbore des armes et que chacun de ces États est en soi très fort et peut dans les alliances se tenir réciproquement en équilibre..La première chose à faire dans l’intérêt de l’économie nationale est le désarmement général. Mais ceci est impossible, l’économie nationale doit donc voir comment elle s’arrange avec le militarisme. Dieu sait ce qui arriverait s’il n’y avait pas de militarisme. Les populations se multiplieraient bien plus encore qu’aujourd’hui dans une proportion quasi effrayante. Est-ce que tout le monde à tout moment aurait du travail et du pain ? Ce sont là de vraies questions !39

53Deux lettres retiennent particulièrement l’attention. La première émane d’un « admirateur de Die Waffen nieder et ennemi juré du militarisme », le baron Clumecky, que son jeune âge n’autorise pas encore à faire figurer son nom dans la liste des adhérents à la ligue de la paix et qui ajoute :

Je vais devoir me contenter de faire privatim de la propagande pour l’idée de la paix et du désarmement. De même je suis tout disposé à inciter ceux qui parmi mes proches partagent mes idées à adhérer à la ligue de la paix mais aussi éventuellement à organiser auprès d’eux une petite collecte, étant d’avis que non seulement pour faire la guerre mais aussi pour combattre la guerre l’argent est nécessaire.

54Et la lettre du jeune baron se termine par une série de questions révélatrices de l’ampleur d’un débat qui traverse toute la société, indépendamment des classes sociales et de l’appartenance de sexe :

  • 40 Leo Baron Clumecky, Archives Fried/Suttner, op. cit. fiche 14.

Quelles sont les obligations liées à l’envoi de son nom ? L’adhésion à la ligue de la paix est-elle souhaitée seulement de la part des gens cultivés ou également de celle de la grande masse du peuple ? Et enfin, les dames peuvent-elles aussi envoyer leurs noms ?40

55Une autre lettre en provenance de Zbirow en Bohème, ouvre une perspective intéressante, faisant entrer dans le débat la dimension plurinationale de l’Empire austro-hongrois. La lettre rédigée en hongrois, accompagnée d’une superbe transcription en allemand, est signée de l’avocat Dr Andrej Jedlicka et de sa femme Marie Jedlickova et envoyée à Bertha von Suttner avec la demande pressante :

  • 41 Andrej Jedlicka, Advokat in Zbirow, 5 septemre 1891, Archives Fried Suttner, Fiche 85.

De nous faire parvenir une indication de quelle manière la plus adéquate il nous serait possible d’agir aussi dans notre pays natal pour cette belle idée, car nous appartenons à un peuple qui, l’histoire en a donné la preuve, a toujours été aux côtés de ceux qui ont servi la cause de la lumière, de l’humanité et de l’amour réciproque des hommes et nous espérons à juste titre que notre peuple adhérera ardemment à la grande idée de la paix universelle.41

56Ainsi les réponses, souvent immédiates et spontanées, suscitées par le très médiatique article de Bertha von Suttner dans la Neue Freie Presse du 3 septembre 1891 permettent de saisir à quel point il a doublement réussi sa percée, touchant à la fois l’ensemble de la société autrichienne et l’espace plurinational complexe de l’Autriche-Hongrie.

  • 42 Peter Rosegger (1843-1918) originaire de Styrie, issu d’un milieu paysan, est l’auteur de romans et (...)

57S’est-elle prise au jeu ou est-ce là une marque de reconnaissance de son talent à toucher l’opinion publique par voie de presse, toujours est-il que Bertha von Suttner se trouve, dans les semaines qui suivent, chargée d’entreprendre les démarches nécessaires à la constitution d’une Société autrichienne des amis de la paix et d’en rédiger les statuts. Le texte, écrit à l’intention cette fois de tous les journaux de Vienne, paraît le 18 octobre, il est à la fois l’acte de naissance de la branche autrichienne de la Ligue pour la paix, l’annonce de la composition de son comité constituant et une mise au point sur le sens et la fonction, tels que les conçoit alors l’auteur de l’appel, de la nouvelle Société des amis de la paix. Celle-ci est désormais officiellement affiliée à la League londonienne, dont Bertha von Suttner se plait visiblement à rappeler la composition à dominante aristocratique, phénomène que l’on retrouve dans le comité constituant de la société viennoise que l’on dirait sortie tout droit du Gotha autrichien. Y figurent en effet deux chevaliers, Bartholomeus von Carneri et Carl von Scherzer, deux comtes, Rudolf Hoyos et Carl Coronini, trois barons, le professeur von Krafft-Ebing, le député au Reichsrat von Pirquet et A. G. von Suttner, un prince, Alfred Wrede, autant de noms prestigieux auxquels s’ajoute – dans l’ordre alphabétique – celui de Bertha Baronne von Suttner-Kinsky. Un nom fait exception dans son insolite simplicité, P. K. Rosegger, mais il s’agit là, autre prestige garanti, de l’écrivain du terroir alors le plus célèbre dans les pays de langue germanique.42

58Sous la plume désormais experte de Bertha von Suttner on trouve aussi dans cet appel du 18 octobre – c’est ainsi qu’elle désigne son texte dans ses Mémoires – un exposé ferme des principes qui ont conduit à la constitution de la société et qui donne une vue précise de ses positions du moment en matière d’engagement pour la paix. D’abord, c’est le point essentiel et il est dûment souligné dans le texte imprimé :

L’association ne sera pas politique, car le but « la promotion du principe d’une paix des peuples durable » est purement humanitaire… Pour nous, seules entrent en compte la connaissance et la diffusion de ce principe simple : ’que la société humaine – qu’il s’agisse d’individus ou de groupes d’individus appelés nations – doit chercher le fondement du véritable bien de l’humanité dans l’union non dans la désunion, dans une émulation réciproque non dans une inimitié réciproque.’ (M, p. 208)

59Quant à la finalité de l’association, elle est résumée dans l’article par une formule depuis longtemps familière à Bertha von Suttner : « la création d’une opinion publique suffisamment informée ». Ainsi, l’opinion publique, dont Bertha von Suttner avait déjà évoqué l’évolution fulgurante au cours des dernières décennies pour expliquer le succès de Die Waffen nieder!, est posée ici en véritable instance de réflexion et de décision mais aussi en instance qu’il convient de mieux former. C’est là un discours encore peu répandu en cette fin de siècle, où le poids pris par l’opinion publique ne sera vraiment mesuré que lors de l’affaire Dreyfus en France. De plus, qu’une femme donne ainsi toute sa dimension à un phénomène aussi moderne, en étonne plus d’un qui avance alors parfois une explication de son crû, comme le comte Kamarowsky, professeur à l’Université de Moscou :

  • 43 Lettre du comte Kamarowsky à Bertha von Suttner, Moscou le 18/30 mai 1892, in Mémoires, p. 260.

Tous les amis de la paix sont appelés à influer autant qu’il se peut sur l’opinion publique et par elle à peser sur les gouvernements, et certes c’est aux femmes que revient le premier rôle dans ce noble dessein : car elles peuvent le mieux avoir une influence sur l’éducation et les mœurs.43

60Toutes les réactions à l’annonce de la création de la Société des amis de la paix et surtout à l’exposé de ses buts et de ses moyens d’action ne sont pas aussi élogieuses. Le plus rapide est Léon Tolstoï, surpris en pleine lecture de Die Waffen nieder! par les articles parus dans la presse. Dans sa lettre du 18/30 octobre 1891 à Bertha von Suttner, il se dit lui aussi préoccupé par le sujet mais engagé dans une démarche autre marquée par son christianisme idéaliste et annonce la parution d’une brochure, Christianisme et amour de la patrie :

  • 44 Lettre de L. Tolstoï à Bertha von Suttner, Mémoires, 210.

Je ne crois pas que l’arbitrage soit un moyen efficace pour abolir la guerre. Je suis sur le point de terminer un écrit sur ce sujet, dans lequel je parle de l’unique moyen, qui selon moi, peut rendre les guerres impossibles. Cependant tous les efforts dictés par un sincère amour de l’humanité, porteront des fruits...44

61Côté français, l’écho parmi les personnalités que Bertha von Suttner a approchées et fréquentées lors de ses séjours parisiens, est plutôt décevant. Alphonse Daudet, s’adressant – erreur révélatrice d’une misogynie refoulée – au seul A. Gundaccar von Suttner, lui écrit dans un style pompeux non dénué de comique :

Mon cher confrère,
La guerre est odieuse et votre œuvre est belle. je suis donc avec vous contre la guerre : mais croyez-vous vraiment que nous puissions autre chose en faveur de la paix qu’agiter nos bras et proférer des sons ? Pour moi, la guerre est fatale et le côté pomme de ma nature – l’humanité se divise en poires et en pommes, les idéalistes et les autres – donc, mon terrible côté pomme m’enlève tout espoir de réussite dans la campagne que je suis prêt à entreprendre avec vous. Rappelez-moi au souvenir de Madame Suttner et croyez – moi tout à vous. (M, p. 256)

62Quant à Émile Zola, qui ne se profile pas ici comme le futur auteur de J’accuse !, il se recroqueville « dans son petit coin » :

Madame !
Hélas ! je rêve comme vous tous le désarmement, la paix, la paix universelle. Mais, je l’avoue, je crains bien encore que ce soit simplement un rêve, car je vois de toutes parts se dresser des menaces de guerre et je ne crois malheureusement pas possible l’effort de raison et de pitié que l’humanité devrait faire pour échanger à bref délai le grand baiser fraternel. Ce que je puis vous promettre c’est, dans mon petit coin, de travailler de toute ma force et de tout mon cœur à la réconciliation des peuples. (M, p. 299)

63Ce n’est là ni la position ni le vocabulaire de Bertha von Suttner, dont la réponse en français, signée d’une Berthe de Suttner quelque peu irritée, se teinte d’une pointe d’ironie :

Maître,
L’évolution de l’humanité n’est pas un rêve, elle est un fait scientifiquement avéré. Son but ne peut pas être la destruction prématurée vers laquelle la précipiterait le système actuel ; son but doit être le règne du droit primant la force […] Que cet avenir soit proche ou lointain, cela dépend du travail qui se fera « dans les petits coins ». Permettez-moi donc, Monsieur, de ne pas m’associer à votre « hélas ! » mais de me féliciter au nom de tous les travailleurs de la paix, auxquels vous venez de promettre votre puissant concours – promesse dont je prends acte avec un sentiment de profonde gratitude. Agréez etc...
Berthe de Suttner (M, p. 301)

64Loin de se décourager, Bertha von Suttner, imperturbable, poursuit son chemin et, quelques jours à peine après son appel du 18 octobre, peut mettre à son actif la création d’une Société autrichienne des amis de la paix dûment enregistrée qui tient sa première séance plénière à la vieille Mairie de Vienne le 30 octobre 1891. « Nombre d’adhérents : 2000 », note alors une Bertha von Suttner, laconique mais satisfaite, promue présidente de la toute nouvelle Société.

« Weltereignis », le Congrès de la Paix, Rome novembre 1891

65Bertha von Suttner a toujours expliqué le choix de ses engagements et la rapidité de ses décisions en cette année 1891 par son souci de voir l’Autriche dans l’incapacité d’être représentée au Congrès de la Paix qui doit se tenir à Rome en novembre. Récemment restructurés sur le double principe de la régularité – une session annuelle – et de la représentation internationale élargie aux autres continents, les Congrès universels de la paix se réunissent au même moment que les Conférences interparlementaires, ce qui offre l’avantage non négligeable de contacts avec des membres de la vie politique des divers pays représentés restés sur place et même parfois une présence réciproque aux deux événements. Mais les deux organismes sont et restent distincts tant par leur composition que par leur champ d’action : la Conférence interparlementaire est plus ancienne et émane très officiellement des divers Parlements existants, le Congrès universel pour la paix, réunit les Sociétés pour la paix parfois de création récente à l’initiative de citoyens, comme venait de le faire in extremis Bertha von Suttner pour l’Autriche.

66Rome est le troisième Congrès universel de la paix, après Paris (1889) et Londres (1890). Quelques semaines à peine après la séance fondatrice de la Société autrichienne des amis de la paix, la toute nouvelle présidente, accompagnée de son mari, prend, avec le groupe des représentants autrichiens, la direction de Rome. Elle a encore en mémoire le bref séjour à Rome dans son adolescence mais elle saisit d’emblée la nouveauté de ce voyage qui, la projetant brutalement dans la sphère publique internationale, lui suggère une curieuse typologie du ‘Voyage en Italie’ : « C’est une chose de parcourir en touriste isolé les rues de Pompéi, une autre aussi pour un heureux couple en voyage de noces, une autre encore pour les participants d’un Congrès pour la paix ici rassemblés. » (M, p. 230) Une autre lecture du paysage s’impose et l’oblige à décrypter la vie et la culture italienne à l’aune d’un cheminement personnel qui a connu une si fulgurante accélération au cours de l’année qui s’achève. Le résultat peut paraître bien naïf mais témoigne du fait que désormais tout – le monde, les cultures, les individus – est vu à travers le prisme, déformant parfois, de l’engagement. Qu’il s’agisse du Vésuve, monstre qui témoigne de la violence destructrice de la nature surpassée entre-temps par celle des hommes, de l’arène du Colisée où la cruauté des combats de gladiateurs paraît bien dérisoire face au massacre programmé par les « machines de mort artificielles », tout s’inscrit dans une perspective de guerre ou paix à brève échéance, avec au bout du voyage le constat que ce qui se passe à Rome « c’était aussi de l’histoire, pas de l’histoire antique mais l’histoire la plus moderne, l’histoire du futur ».

67Arrivée à Rome alors que la Conférence interparlementaire achève sa session, Bertha von Suttner y retrouve nombre de connaissances qui l’ont soutenue, de près ou de loin, dans les diverses étapes de son engagement. Il y a là le général Türr, militaire à l’ancienne et jadis lieutenant de Radetzky. Devenu le compagnon de lutte de Kossuth, il était resté longtemps sous le coup d’une condamnation à mort en Hongrie, puis avait participé à la marche sur Marsala aux côtés de Garibaldi et, un temps gouverneur militaire de Naples, avait achevé sa carrière en 1861 comme général en chef au service du roi Victor Emmanuel : « il était donc là, lui l’habitué des batailles, pour participer à la campagne pour la paix ». Elle retrouve le Baron Pirquet, venu à Rome pour la Conférence interparlementaire mais qui participe au Congrès en sa qualité de membre du bureau de la Société autrichienne des amis de la paix. Encore un militaire, ce qui ne semble guère interpeller Bertha von Suttner, familière de la société k.u.k., « fils d’un général autrichien d’origine belge, il avait fait comme lieutenant des dragons la campagne de 1859 contre la Sardaigne puis s’était établi pendant de longues années dans le service diplomatique » (M, p. 221) Sont aussi présents, à sa grande joie, le couple Grelix, Grete et Felix Moscheles, amis et compagnons de lutte depuis Venise, deux originaux londoniens inséparables dont les paradoxes affichés amusent beaucoup Bertha von Suttner :

Grete avait l’air d’être la fille de Félix, une délicieuse figurine de Sèvres. Cette gracieuse petite femme pétillante d’esprit, portait les toilettes les plus modernes et pourtant composées selon son propre goût (Grete est peintre). Et toujours assortis à la toilette, les bijoux les plus précieux. C’était une socialiste enthousiaste – ce qui s’accorde fort bien, semble-t-il. (M, p. 223). 

68Elle fait aussi la connaissance directe d’autres délégués avec lesquels elle entretenait depuis un temps une correspondance, comme les trois « grands vétérans de la paix » que sont Frédéric Passy, Hodgson Pratt et Ruggero Bonghi qui présidera le Congrès. Quant à la sociabilité qui règne entre les délégués tous logés à l’hôtel Quirinal, elle n’est pas sans rappeler celle, très cosmopolite, des séjours à Venise ou à Paris. Pendant les deux jours qui précèdent l’ouverture du Congrès, Bertha von Suttner peut se croire revenue quelques années en arrière mais l’ouverture solennelle du Troisième Congrès universel de la paix lui démontre très vite que les formes comme les intérêts de la sociabilité qu’elle va affronter sont d’un autre ordre et s’inscrivent dans une nouvelle dimension.

69Chargée de représenter en public les intérêts de ses concitoyens autrichiens, elle est invitée à prendre place dans l’un des lieux les plus mythiques de la civilisation occidentale :

D’abord la séance d’ouverture au Capitole. Déjà l’arrivée des délégués fut solennelle. Lorsque ceux-ci sortirent de leur voiture sur la place devant le Capitole, un orchestre militaire entonna la marche de Lohengrin tandis qu’un double cordon de gardes en uniformes de gala faisait la haie tout au long de la rampe, des escaliers et à l’entrée de la grande salle de réunion… au fond un podium avec la table du présidium, à droite et à gauche des bancs disposés en amphithéâtre pour un public nombreux et devant ces bancs une série de chaises curules pour les chefs des diverses délégations. On imagine avec quelle fierté j’y ai pris place : stella curulis – jadis le siège d’honneur des rois et plus tard des magistrats. (M, p. 224).

70Puis vient le moment fatidique où, selon l’ordre alphabétique en vigueur, c’est à l’Autriche en la personne du chef de la délégation autrichienne « de se rendre maintenant à la table du Présidium ». Le trac, ce démon  bien connu de l’ancienne future cantatrice et qui l’avait rendue muette lors de sa déplorable entrevue avec Pauline Viardot, est au rendez-vous et lui serre la gorge :

  • 45 Dans nombre de romans, en particulier Der Menschheit Hochgedanken, B. von Suttner reprendra cette e (...)

Et maintenant je devais – pour la première fois dans ma vie – dans un congrès mondial, en présence d’hommes d’État, devant une assemblée si solennelle, en un tel lieu – le Capitole –, tenir un discours public, dont le contenu allait être sténographié et télégraphié dans le monde entier par les correspondants des journaux de tous les pays. (M, p. 225)45

71Du discours lui-même, les Mémoires nous apprennent peu de choses, si ce n’est la fierté d’une « femme sans pouvoir » d’avoir accompli sa tâche et mis sur pied une société autrichienne pour la paix. Pour clore son discours, Bertha von Suttner communique à son public les paroles de soutien que lui ont adressé Tolstoï, Haeckel ou le Duc d’Oldenbourg. Visiblement soulagée d’avoir réussi le rituel de passage, elle ne se laisse cependant pas aller à un triomphalisme de circonstance :

Je l’avoue j’étais plutôt fière d’avoir parlé ainsi – imaginez, au Capitole ! – ; la seule femme dans l’histoire à qui cela était arrivé. Mais cette fierté fut quelque peu tempérée à la lecture d’une notice de journal qui rapportait ce fait et ajoutait : « que ce n’était pas la première fois qu’une représentante de la gent féminine avait cancané en ce lieu et cette fois il n’était même pas question de sauver le Capitole »… (M, p. 226)

72Le Congrès passe ensuite à des questions diverses concernant la mission des sociétés pour la paix et le renforcement du système de tribunaux d’arbitrage international qui commence à se mettre en place, puis la session se termine par la création, sur proposition de Frédéric Bajer et de Hodgson Pratt, d’un bureau central dont le siège sera à Berne sous la direction du délégué suisse Elie Ducommun. Cette création est bien la seule proposition concrète d’envergure car, pour le reste, les travaux du Congrès sont encore profondément imprégnés d’un idéalisme tout droit hérité des discours flamboyants de 1849. Le discours de clôture du président Bonghi ne fait pas exception qui évoque « ce but sacré que nous nous sommes fixé ; travaillons avec une ardeur redoublée, comme si cela ne dépendait que de nous et comme si demain déjà nous pouvions l’atteindre » et il ajoute : « ce que nous voulons c’est ce qui est noble, juste et porteur de bonheur ». D’autres délégués ne se priveront pas de relever dans leurs rapports à la suite du congrès l’abus des grands mots et l’imprécision des actions à entreprendre :

  • 46 Dr. Barth, membre du Reichstag allemand dans un article que Bertha von Suttner publiera en 1892 dan (...)

qu’un instrument de la volonté si inhabituel soit obligé de travailler de manière aussi imparfaite, c’est une évidence […] Quiconque, par contre, fait preuve de quelque compréhension pour l’impondérabilité dans la vie des peuples et est capable de discerner l’apparence de l’être, celui-là reconnaîtra dans cette conférence qui travaille encore si maladroitement un mouvement tout à fait remarquable du sentiment de solidarité humanitaire46

73Les congrès universels, encore bien incomplètement représentés par les délégués de dix-sept nations, n’en sont qu’à leurs premiers balbutiements.

74Le très long récit de ce Weltereignis, de cet événement mondial que Bertha von Suttner fait dans ses Mémoires, est intéressant à plus d’un titre. C’est d’abord pour elle l’expérience très nouvelle de l’internationalisme. Jusqu’alors elle avait certes voyagé à travers l’Europe et même jusqu’à ses confins extrêmes. Cosmopolite, elle en connaissait les hauts lieux de culture et d’histoire mais ses contacts avec l’étranger s’étaient limités, à Venise, Paris ou Vienne, à de petits groupes d’amis, aux salons de la Marquise Pandolfi, de Madame Buloz, voire de Madame Adam ou à la table d’hôtes de l’hôtel Meißl. Par eux, elle connaît certains réseaux qu’elle utilise adroitement pour mettre sur pied la Société des amis de la paix à Vienne et, plus tard, d’autres sociétés soeurs. Mais rien ne l’a préparée à cette entrée dans le monde public international. Désormais, elle a conscience d’évoluer dans la ville éternelle non plus en tant qu’individu mais en tant qu’élément d’un groupe bien distinct, la « société internationale des pacifistes (certes à l’époque l’expression ne s’était pas encore imposée) ».

  • 47 Flora Tristan, Promenades dans Londres, 1839.

75Cette première expérience d’un congrès international constitue par ailleurs un événement d’un autre type, une première à ce niveau avec l’entrée non pas en scène mais à la tribune d’une femme dans une réunion internationale. Bertha von Suttner n’a dans ce domaine aucune expérience mais quelle femme à l’époque peut se vanter d’un tel exploit ? En 1839, une Flora Tristan se déguise en homme pour pénétrer dans l’enceinte du Parlement de Londres.47 Au milieu du siècle, une Malwida von Meysenbug ne pouvait assister à une séance du Parlement de Francfort, fraîchement issu de la Révolution de 1848, qu’en se cachant au fond d’une loge. Louise Michel monte certes sur les barricades de la Commune mais, bien que fort bonne oratrice, ne se risque à la tribune que dans des clubs de quartiers, des comités de vigilance ou, plus tard, dans des meetings ouvriers régionaux. Quant aux États-Unis où l’accès à la tribune est déjà plus ouvert aux femmes, une Emma Goldman se voit encore traitée de furie dangereuse lors de l’un de ses nombreux procès :

  • 48 Cité in Margaret Goldsmith, Cinq femmes contre le monde, Paris, NRF/Gallimard, 1937, p. 111.

Emma Goldman ? cette ‘dame’ si bien élevée, aux manières courtoises et au charmant sourire ? […] L’authentique Emma Goldman ne se rencontre qu’à la tribune. Là elle est dans son élément, là elle balaye aux quatre vents cette retenue qui vous impressionne. Là, elle embrase la jeunesse et l’entraîne aux résolutions funestes. Si vous pouviez la voir et l’entendre en de tels instants, vous réaliseriez que cette femme est une menace pour l’ordre et la sécurité de nos institutions48

76Il faut attendre la génération suivante, celle de Rosa Luxembourg et de Clara Zetkin, pour que la voix des femmes trouve, à l’égal de leurs confrères, écoute et respect dans les congrès mondiaux et les réunions internationales.

77L’autre expérience faite lors de cette première participation à un congrès international est celle de la dangereuse proximité,voire de l’inévitable interpénétration de la sphère de la politique et du domaine d’action des amis de la paix. Bertha von Suttner se voulait a-politique dans son engagement et même si elle avait fait appel à ses amis parlementaires pour diffuser ses intentions, elle avait affirmé avec force dans son ‘appel du 18 octobre’ que : « L’association ne sera pas politique, car le but la promotion du principe d’une paix des peuples durable est purement humanitaire… ». Or la Conférence interparlementaire qui avait précédé le Congrès avait été le théâtre d’un incident quasi diplomatique entre parlementaires des divers pays. Le président désigné mais qui renoncera à présider la Conférence, Ruggero Bonghi, venait de publier un article favorable à la position de la France dans la question de l’Alsace-Lorraine, celle-ci restant, depuis l’annexion de ces territoires après la victoire allemande de 1871, l’un des points de discorde qui minaient le plus gravement le continent européen. Avant même de partir pour Rome, Bertha von Suttner avait reçu la lettre indignée du parlementaire autrichien Haase, qui l’avait jusque-là soutenue dans son action, où il lui donnait les raisons de sa non-participation à la réunion de Rome, raisons éminemment politiques :

  • 49 Cité in Mémoires, 221-222.

Ce que Monsieur Bonghi a déclaré à propos de la position de la France sur l’Alsace-Lorraine, devrait l’obliger, si la France déclarait la guerre à l’Allemagne, à au moins saluer favorablement cette guerre. Nous, de par notre amour ancestral, notre fidélité à l’égard de notre Maison impériale autrichienne et notre patrie, sommes tenus par les liens de la plus chaude sympathie envers l’Empire allemand qui est notre allié…49

78On est là au cœur de relations internationales conflictuelles, d’une diplomatie européenne en pleine tension, au bord, en fait, d’un conflit attisé au nom du patriotisme par les nationalismes de tous bords. C’est ce que les délégués au Congrès universel de la paix – et Bertha von Suttner en premier – redoutent le plus : « Le mouvement de la Paix était une plante encore bien fragile, il fallait lui épargner tout courant d’air trop rude » (M, p. 223). Soutenue par Frédéric Passy et Hodgson Pratt, la délégation autrichienne parvient à sauver la session du Congrès, menacée elle aussi de dériver vers des débats violents et même des scissions entre les divers nationaux : « Nous les Autrichiens, nous parvînmes à convaincre les collègues étrangers à ne pas aborder ce thème si épineux. ». Et, de fait, le Congrès retrouve son « atmosphère de confiance et de dévouement », tous, en bons camarades, en reviennent à leur ‘but plein de promesse’ au service de l’Humanité :

Ce furent des moments enivrants empreints d’une bienheureuse solennité. Nous oubliâmes que ce pour quoi nous étions venus nous battre ici, n’était pas encore atteint, que le monde à l’extérieur vivait encore sous le signe de la haine : le monde au milieu duquel nous nous trouvions était, lui, animé par la même foi, habité par le même idéal. Oui, ce furent – je dirais presque – des heures inoubliables ! (M, 230)

79En quelques mots, Bertha von Suttner souligne bien le côté Janus de ce Congrès universel de la paix, le premier auquel elle ait participé. L’expérience personnelle, la plongée dans la communauté des amis de la Paix, reste ‘inoubliable’ mais le constat, lui, est clair : le monde des pacifistes enfermé dans le huis clos de ses congrès et de ses discours n’a pas encore pris la mesure de la réalité. En acceptant la vice-présidence du Bureau International de Berne, en s’érigeant, au risque de devenir la risée de certains, concrètement en « travailleuse de la paix », comme elle s’était définie dans sa réponse à Émile Zola, Bertha von Suttner va tenter d’ancrer dans la réalité de son temps un mouvement quelque peu plombé par les rêves utopiques et les bonnes intentions.

Notes

1 La traduction devait paraître en feuilleton dans le journal de son ami le Marquis Pandolfi.

2 Dans la perspective d’aujourd’hui il convient de noter le fait que en 1889 naît à Braunau en Autriche un certain Adolf Hitler.

3 Cf. les romans de Theodor Fontane Effi Briest (1895) ou Der Stechlin paru en 1898.

4 Nombre de nouvelles et romans autrichiens de l’époque ont pour héros des adolescents fragiles brisés par la discipline militaire (Robert Musil, Die Verwirrungen des Zöglings Torless, 1906) ou de lieutenants séduisants et séducteurs, promis à un destin tragique (Arthur Schnitzler, Leutnant Gustl, 1901). Ces mêmes figures sont reprises, plus tard, soit comme les observateurs désabusés d’un monde en perdition (Joseph Roth, Radetzkymarsch, trilogie, 1932) soit comme objets d’une féroce satire d’un Empire caricaturisé en Kakanien (Robert Musil, Der Mann ohne Eigenschaften, 1930-1943).

5 Une des premières grèves déclenchées à Vienne par des femmes est relatée par Adelheid Popp, elle-même ouvrière militant au sein du parti social-démocrate autrichien dès 1885, dans son autobiographie Die Jugendgeschichte einer Arbeiterin, von ihr selbst geschrieben, parue anonyme en 1909. Elle crée à Vienne en 1891 le premier Arbeiterinnenzeitung (Journal des ouvrières) dont elle devient la rédactrice en chef en octobre 1892.

6 O. Brunner, W. Conze, Reinhart Koselleck, art. Antisemitismus, Geschichtliche Grundbegriffe, Stuttgart, Klett-Cotta, 1972-1997, Bd I, S.142.

7 Henry Cord Meyer, Das Zeitalter des Imperialismus, in Propyleen Weltgeschichte, hg. von Golo Mann, Berlin-Wien 1960, Bd IX, S. 53.

8 Dans son étude consacrée à la propagation de l’antisémitisme moderne entre 1870 et 1914, Helmut Berding note deux ‘vagues’ antisémites successives en Allemagne : « la première ‘vague’ antisémite, de 1879 à 1882 et la seconde, de 1890 à 1894 », in : H. Berding, Moderner Antisemitismus in Deutschland, Francfort 1988, trad. française : Histoire de l’antisémitisme en Allemagne, Maison des Sciences de l’Homme, 1991, p. 98.

9 Cité in P.G. Pulzer, Die Entstehung des politischen Antisemitismus in Deutschland und Österreich. New York, Wiley, 1964, p. 206.

10 Une association portant le même nom avait été créée à la fin des années 1880 en Allemagne par le professeur de droit public Rudolf von Gneist : « Cette organisation qui se plaçait au-dessus des partis comptait 12 000 membres l’année même de sa fondation, dont 56 députés au Reichstag… L’Union que dirigèrent successivement Heinrich Rickert, Theodor Barth et Georg Gothein, était une branche du libéralisme de gauche », in : H. Berding, Histoire de l’antisémitisme en Allemagne, op. cit., p. 143.

11 Neue Freie Presse, 21 juillet 1891. Toutes les citations suivantes, non numérotées, sont extraites de cet article.

12 A.G. von Suttner rappelle à ce propos les prédications du pasteur à la Cour de Berlin, Stöcker.

13 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris Gallimard 1952. L’ouvrage écrit en 1939, interdit de parution en France en 1940 puis détruit par l’occupant allemand, est dédié à deux figures issues de la fin de siècle « mon grand maître I.P. Pavlov et le génial chercheur, H.G. Wells ». Pavlov est né en 1849 et Wells en 1866.

14 LTI, essai du romaniste Viktor Klemperer qui, chassé de l’université, réduit à la seule rédaction clandestine de son journal pendant les douze années de terreur nazie, survit aux persécutions et humiliations infligées par le Troisième Reich. Son journal 1933-1945 sera publié sous le titre Ich will Zeugnis ablegen bis zum Letzten, Berlin Aufbau-Verlag, 1995 (trad. fr. Seuil, 2000).

15 Unverfälschte deutsche Worte, journal fondé et dirigé par Georg von Schönerer de 1885 à 1889.

16 Ernst Pawel, The Labyrinth of Exile, a life of Theodor Herzl, New York, 1989, trad française, Paris, Seuil, 1992, p. 111.

17 T. Herzl, 21 août 1899 in Tagebücher, Reprint der Original-Ausgabe, 1922. Dans son Journal Herzl relate une « promenade historique » avec Benedikt au cours de laquelle il tente de lui arracher la promesse de publier dans la Neue Freie Presse un rapport sur la Question juive : « Vous nous posez là un problème monstrueux, rétorqua Benedikt, cela changerait toute la tournure du journal. On nous a toujours considéré comme un journal juif, mais nous ne l’avons jamais admis. Et voilà que brusquement vous voulez nous forcer à abandonner nos défenses » in Journal, octobre 1898.

18 Toleranzpatent/ Edit de tolérance, 1782.

19 T. Herzl, Lettre, (Pawel p. 171). Le Freies Blatt est le bulletin de l’Association de lutte contre l’antisémitisme.

20 La première définition est celle donnée dans son édition de 1897 par l’encyclopédie la plus en usage à l’époque Meyers Konversationslexikon, la seconde se trouve dans le dictionnaire Brockhaus de l’année 1895.

21 R. Koselleck et alia, Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., art. : Antisemitismus.

22 Theodor Mommsen à Benedikt Moritz/et Edouard Bacher, 22 janvier 1880. Cité in P.G. Pulzer, Die Entstehung des politischen Antisemitismus in Deutschland und Österreich, op. cit., p. 302.

23 Maschinenzeitalter, p. 348.

24 T. Herzl, Jugendtagebuch, 9-2-1882, in T. Herzl, Tagebücher, Reprint der Original-ausgabe, 1922.

25 Friedrich Franz Leitenberger (1837-1899) fait partie d’une longue lignée d’industriels du textile établie en Bohème. Ses entreprises, équipées des machines à vapeur les plus modernes, employaient plus de 2000 ouvriers. Leitenberger avait créé des écoles et fondé tout un système de protection maladie, d’aide sociale et de retraite pour ses ouvriers. Il était devenu baron en 1873 et avait fondé l’association centrale des industriels d’Autriche.

26 Article paru en 1895 dans la Neue Freie Presse.

27 Theodor Herzl, Tagebücher,op. cit., 1922, Bd 1, s. 7.

28 Die Welt (journal de Herzl), 26 mai 1899.

29 En 1882, H. Pratt ( 1824-1907) participe à la création de la Société belge de l’arbitrage et de la paix, en 1886 à la Frankfurter Friedensgesellschaft. Il sera membre permanent de la commission du Bureau de Berne. Bertha von Suttner fera sa connaissance lors du Congrès de Rome en 1891.

30 Felix Moscheles, fils d’un compositeur allemand proche de Felix Mendelssohn, était, comme sa femme Margret, un peintre renommé. Établi à Londres, naturalisé anglais, ce grand voyageur fréquentait beaucoup les lieux cosmopolites d’Europe. Rallié à la cause pacifiste de Hodgson Pratt, il pratiquait au cours de ces voyages, ce qu’il appelait lui-même ‘la conversion de table d’hôte’.

31 Cf. Chapitre V, p.66.

32 Lettre de Pandolfi à Bertha von Suttner, 13 juin 1891 reproduite dans les Mémoires, M, p. 202..

33 Réponse du député socialiste Pernerstorfer à Bertha von Suttner, Vienne 16 juin 1891. Cité in Mémoires, p. 200.

34 Baron Kübeck à Bertha von Suttner, 11 juin 1891., in Mémoires, p. 198.

35 Baron Kübeck, lettre du 11 juin 1891, M, 198.

36 Stefan Zweig, „Bertha von Suttner. Eine Ansprache inmitten des Weltkrieges“, Bern 1917.repris in S. Zweig, Begnegungen mit Menschen, Büchern, Städten, Wien, 1937.

37 Pernerstorfer à Bertha von Suttner, 16 juin 1891, M, 200.

38 Wilhelm Exner à Bertha von Suttner, 29 juin 1891, M, 202.

39 Baron Paul Hohenbückel, Archives Fried/Suttner, UNO-Genève, fiche 89.

40 Leo Baron Clumecky, Archives Fried/Suttner, op. cit. fiche 14.

41 Andrej Jedlicka, Advokat in Zbirow, 5 septemre 1891, Archives Fried Suttner, Fiche 85.

42 Peter Rosegger (1843-1918) originaire de Styrie, issu d’un milieu paysan, est l’auteur de romans et d’autobiographies paysannes très lues à l’époque. Il a été récupéré et remis à la mode par l’idéologie nazie du « Blut und Boden » (Sang et glèbe).

43 Lettre du comte Kamarowsky à Bertha von Suttner, Moscou le 18/30 mai 1892, in Mémoires, p. 260.

44 Lettre de L. Tolstoï à Bertha von Suttner, Mémoires, 210.

45 Dans nombre de romans, en particulier Der Menschheit Hochgedanken, B. von Suttner reprendra cette expérience fondamentale du discours officiel, ses affres préliminaires comme le sentiment de liberté procuré par un art oratoire inné.

46 Dr. Barth, membre du Reichstag allemand dans un article que Bertha von Suttner publiera en 1892 dans le N° 1 de sa revue Die Waffen nieder!

47 Flora Tristan, Promenades dans Londres, 1839.

48 Cité in Margaret Goldsmith, Cinq femmes contre le monde, Paris, NRF/Gallimard, 1937, p. 111.

49 Cité in Mémoires, 221-222.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search