Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre V. Retour en Europe

Texte intégral

Heimkehr

Figure 2 : Le château de Harmannsdorf, vue du parc.

Figure 2 : Le château de Harmannsdorf, vue du parc.

Genève UNOG Library, League of Nations Archives.

1En mai 1885 les époux Suttner entreprennent le long voyage du retour, cette fois-ci moins en Argonautes triomphants qu’en fils et fille prodigues. Les parents Suttner ont enfin révisé leurs préjugés à l’égard d’une belle-fille qui, pendant ces neuf années, était restée à leurs yeux la gouvernante des enfants et la prédatrice de leur plus jeune fils. L’attachement mutuel du couple, en dépit de la différence d’âge, leur courage à surmonter les difficultés de leur vie d’émigrants caucasiens sans jamais recourir à l’aide familiale, leur succès aussi en littérature dans les dernières années du séjour, tout cela avait eu finalement raison des réticences du vieux baron et de sa femme. Les deux ‘fugitifs’ sont enfin (re)devenus fréquentables et l’accueil qui leur est réservé à leur arrivée au château de Harmannsdorf en témoigne. C’est en effet là, dans cette propriété située au nord de Vienne que réside désormais la famille Suttner au grand complet. Les affaires plutôt mal gérées par le père ne rapportant guère, le palais de Vienne a été depuis bien longtemps vendu et l’on vit désormais sur un pied plus modeste des revenus des terres et vignes au rythme des saisons et des visites de voisinage. Des trois frères, l’aîné, Charles, employé au ministère du commerce à Vienne a gardé un logis au château, qu’il occupe très fréquemment avec les siens. Le second, Richard, a hérité du domaine proche de Stockern où il vit avec sa très nombreuse famille toujours prête à envahir Harmannsdorf, invariablement accueillant :

Ainsi commença une nouvelle vie, une vie de famille, pour nous. Avec le château voisin de Stockern on avait les relations les plus franches [...] il y avait là toute une jeunesse fraîche et joyeuse, et il régnait toujours la plus grande animation. Très souvent toute la compagnie venait à Harmannsdorf, pour les fêtes et les anniversaires, pour la chasse ou les fêtes de la vendange et de la moisson… (M, p. 163)

2Il faut certainement voir dans cette sociabilité du clan familial élargi une explication, entre autres, de la non dramatisation du manque d’enfant dans le couple Suttner. En tant qu’« Oncle Artur » et « Tante Boulotte », surnom qui lui est resté de son temps de gouvernante, les époux Suttner déploient des trésors d’ingéniosité et consacrent un temps non négligeable de leur vie pourtant fort remplie à s’occuper de la jeunesse autour d’eux qu’ils considèrent comme une sorte de descendance par défaut. Si, côté Suttner, la sociabilité familiale est omniprésente, voire envahissante, il n’en va pas de même du côté Kinsky. Sophie von Kinsky a disparu en 1884 et le frère unique de Bertha est quasiment perdu de vue : « Certes mon frère était en vie mais, à l’exception d’un rare échange de lettres, nous n’avions gardé aucun contact l’un avec l’autre. » Seule reste, à portée de visite hebdomadaire, « Tante Lotti », la mère de la compagne de jeu d’antan, Elvira, morte de tuberculose à 25 ans, peu de temps après son mariage. Celle qui partagea les spéculations au jeu de la comtesse Kinsky-mère, est désormais le seul lien avec le monde de l’enfance et de l’adolescence.

  • 1 A.G. von Suttner à Bertha von Suttner, 19 mai 1900, inédit, Archives Suttner-Fried, Bibliothèque ON (...)

3Coutumiers dans le Caucase d’une vie de couple plutôt repliée sur elle-même, surtout après la mort de Dedopali en 1882, les Suttner doivent désormais s’habituer aux turbulences d’un clan familial quelque peu débordant, tout en s’en protégeant pour pouvoir continuer à assurer leur activité propre, l’écriture. Celle-ci, découverte vers la fin du séjour caucasien, est devenue leur source principale de revenus. En effet, en dépit des descriptions quelque peu dithyrambiques de la « nouvelle vie », Harmannsdorf n’a rien d’une entreprise rentable. En tant qu’exploitation agricole le domaine rapporte peu et l’acquisition faite jadis par le baron von Suttner-senior d’une carrière de pierres n’a, on l’a vu, pas apporté les bénéfices escomptés. C’est même un échec financier sur la longue durée puisque, des décennies plus tard, le baron von Suttner-junior se plaindra de la ‘Steinbruch-Affäre’/(l’affaire de la carrière) dans une lettre à sa femme, où il se résigne à « convoquer une conférence familiale pour discuter de la façon dont il serait enfin possible de trouver le calme »1. Quant au bâtiment d’habitation, plus manoir que château, il sera un souci constant pour les époux Suttner et Bertha von Suttner, harcelée par les créanciers, se verra obligée de le mettre en vente quelques jours à peine après la mort de son mari, en décembre 1902. Il est fort peu question de tous ces problèmes financiers dans les Mémoires, à peine une allusion sur le fait qu’« une bonne dose de légèreté était propre à la maison Suttner » mais Bertha von Suttner construit ‘son’ Harmannsdorf en refuge, en ancrage de la vie de couple et de la sociabilité de clan, toutes choses qui lui sont nécessaires pour équilibrer, voire compenser une vie d’errances et de voyages. Harmannsdorf, c’est l’autre pan de la double vie de Bertha von Suttner. Le lieu lui donne – du moins c’est ainsi qu’elle le construit – la stabilité, un statut social de baronne en son château qui n’est pas sans lui déplaire, et, sans doute aussi, même si elle ne l’avoue jamais, une forme de revanche sur le rejet originel qui l’avait expédiée aux confins de l’Europe. L’image de Harmannsdorf comme Paradis perdu et retrouvé est fréquente dans les Mémoires et il faut sans doute prendre cette référence comme le constat d’une juste réparation des torts subis. Elle n’est cependant pas dupe du caractère foncièrement conventionnel de cette vie de château à la campagne, où Artur Gundacar se mue en adaptateur et metteur en scène de pièces de théâtre jouées dans le parc et où elle tient le rôle de l’hôtesse maternante et dévouée du clan.

  • 2 Adolf Stöcker (1835-1909) membre de la chambre des députés prussienne puis du Reichstag, il est le (...)
  • 3 Karl Lueger (1844-1910) avocat, membre du Conseil municipal, député à partir de 1885. Chef de la br (...)

4Fort heureusement, Harmannsdorf, niché dans le Wiener Wald, se trouve sur la ligne de chemin de fer qui relie Vienne à Linz. Les époux Suttner font donc de fréquentes escapades dans une ville qu’ils ont quelque mal à reconnaître. À l’inverse du château qui s’est peu à peu figé dans son calme provincial, la capitale autrichienne a subi un changement radical au cours de ces années. Elle est en passe de devenir la quatrième métropole européenne, après Londres, Paris et Berlin et sa population connaît dans la décennie 1880-1890 une forte croissance. Dépassant à peine les 700 000 habitants au début des années 80, elle en compte en 1890 près de 850 000 et franchit le seuil du million, avec 1.365.000 habitants lors du remembrement qui inclut les communes limitrophes en 1892. Certes Bertha von Suttner avait déjà vu en 1858 disparaître les vieilles fortifications de la ville sur l’emplacement desquelles on avait construit le Ring qui ceinturait de manière résolument moderne la ville. Elle avait connu Vienne accueillant en 1873 l’Exposition Universelle. Mais ce qu’elle découvre en 1885 et dans les années qui suivent c’est une rage architecturale qui s’empare de toute la ville et qui restaure dans le plus pur style néo-gothique la cathédrale Saint Etienne, multiplie à l’envi les musées et les théâtres et érige, toujours dans le même style, l’hôtel de ville et autres grands hôtels de luxe. C’est le temps des statues aux grands hommes, surtout musiciens, et des pompeux monuments à la dynastie habsbourgeoise. Et, parce que ses ingénieurs et urbanistes l’ont placée au cœur d’un ingénieux réseau ferroviaire – pas moins de sept gares desservant en étoile l’ensemble du territoire –, Vienne est plus que jamais un melting-pot fait d’Orient et d’Occident, peuplé de Slaves mais où les Allemands forment la majorité de la population dans la dernière décennie du siècle. Certes la Cour et l’aristocratie constituent toujours une enclave dans la ville et il est toujours aussi difficile de s’y faire admettre, mais ce n’est pas, ce n’est plus un problème pour les époux Suttner. Ce qui avait constitué un drame dans la vie de Madame Kinsky-mère lorsqu’elle s’était vu interdire la cour et les salons de la haute aristocratie pour généalogie nobiliaire insuffisante, les indiffère. Ils se montrent par contre fort attentifs à des phénomènes nouveaux qui s’affirment de plus en plus dans la capitale. Ainsi dans une ville qui en 1888 édifie à Leopoldstadt, aux marges de la ville, « un temple dans le style mauresque » à l’usage de la communauté juive turque, l’antisémitisme s’impose de manière de plus en plus explicite. Porté par le théologien berlinois et prédicateur à la Cour de Prusse, Adolf Stöcker2, le mouvement antisémite trouve en Karl Lueger, avocat à Vienne, député en 1885 et futur maire de la ville, un soutien des plus efficaces3. Il devra faire face à un adversaire de taille en la personne d’Artur Gundacar von Suttner qui, particulièrement sensible à l’antisémitisme virulent qui se diffuse alors dans Vienne, n’hésitera pas à dénoncer ses méthodes dans des articles envoyés à divers journaux viennois, articles qui lui seront renvoyés avec la mention : « En Autriche il n’y a pas d’antisémitisme et s’il devait s’en implanter quelque élément venant de Prusse, la seule et bonne attitude serait de garder un silence méprisant. », (M, p. 214).

  • 4 Bartholomeus von Carneri ( 1821-1909) est député au Landtag de Styrie de 1861 à 1883 et représentan (...)

5Lorsqu’ils séjournent à Vienne, le plus souvent pour assister à une représentation théâtrale, un opéra ou un concert, les époux Suttner descendent à l’hôtel et y rencontrent alors quelques personnalités avec lesquelles ils ont noué de solides liens d’amitié. Parmi celles-ci, c’est sans nul doute le député Bartholomeus von Carneri qui va le plus les marquer, peut-être parce que n’étant que de passage à Vienne lors des sessions parlementaires, il a su garder ses distances vis-à-vis de la ville et des cercles aristocratiques. De plus, tout en menant une carrière politique comme député de la Styrie, il vit, loin de la capitale, en propriétaire terrien gérant lui-même ses domaines. À Vienne, où il loge à l’hôtel Meißl, l’un de ces édifices édifiés dans le style néo-gothique, il a créé une sorte de salon intellectuel où règne une liberté cosmopolite : « La Table-Carneri à l’hôtel Meißl était une sorte de salon lettré ». Certes, entre les Suttner et Bartholomeus von Carneri, né en 1821, il y a l’écart d’une génération et un itinéraire de vie divergent, Carneri étant, depuis de longues années le représentant au Parlement des grands propriétaires terriens de la Styrie.4 Ce qui rapproche les Suttner, particulièrement Bertha von Suttner, de Carneri, c’est d’abord une démarche intellectuelle commune. Carneri est l’auteur d’un ouvrage paru en 1871, Sittlichkeit und Darwinismus, fruit d’une lecture approfondie de Darwin, Haeckel et Buckle, où il expose une éthique sociale fondée sur le progrès de l’humanité. En lectrice lointaine mais attentive de l’ouvrage, Bertha von Suttner avait déjà adressé du Caucase une lettre à l’auteur, amorçant ainsi une amitié fondée sur la lecture réciproque des oeuvres, Carneri s’avouant un admirateur enthousiaste d’Inventarium einer Seele publié sous couvert d’anonymat et dont il n’avait pas imaginé au départ qu’il puisse être écrit par une femme. C’est à la « Table-Carneri » que Bertha von Suttner fait aussi la connaissance d’un certain Theodor Herzl, avec lequel elle entretiendra, de 1898 à 1903, en pleine Affaire Dreyfus, une fort intéressante correspondance :

Parfois Theodor Herzl se joignait à nous. Lui aussi brillait par son esprit. Et puis cette tête : un vrai roi assyrien ! Il aurait vraiment dû devenir roi de la nouvelle Sion, dont il a été l’éveilleur (Erwecker) et qui, s’il n’était pas mort si tôt, existerait déjà peut-être aujourd’hui. (M, p. 185)

  • 5 C.E. Schorske, Wien. Geist und Gesellschaft im Fin de siècle, New York, 1961.

6Il y a là aussi le Comte Rudolf Hoyos « un esprit brillant et libre » et nombre de journalistes et rédacteurs de revue, comme le rédacteur en chef de la Neue Illustrierte Zeitung, Balduin Groller, pour qui les époux Suttner sont d’abord des auteurs à succès d’articles ou de nouvelles publiés dans leurs revues. C’est d’abord à ce titre que Bertha von Suttner opère une percée dans les milieux intellectuels viennois. Son essai à caractère philosophique, Inventarium einer Seele, constituant pour la majorité du public viennois une étrange anomalie, ne lui apporte guère de gloire littéraire, surtout après qu’on ait découvert qu’il émane d’une plume féminine. Ainsi, dès leur retour du Caucase, les époux Suttner se trouvent intégrés, de manière intermittente certes mais réelle, dans quelques cercles intellectuels d’une capitale qui n’est pas encore à l’apogée du bouillonnement culturel qui va en faire dix ans plus tard la capitale européenne de référence de la fin du siècle5.

D’une capitale à l’autre

  • 6 Sur ces transformations, Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville XIXe-XXe siècle, Paris, 1993
  • 7 Gustave Flaubert à Edma Roger des Genettes, 27 mai 1878, Correspondance, J. Bruneau et Yvan Leclerc (...)

7En ces années 1880-1890, la capitale de référence reste encore Paris, pour l’heure il est vrai, lieu de tous les chantiers : grands travaux repris après la coupure des années 70 au prix d’un endettement conséquent de la ville, préparatifs de l’Exposition universelle de 1889 de plus en plus visibles avec une tour Eiffel en pleine édification, mise en œuvre et achèvement des grands édifices culturels, la Sorbonne terminée en 1885 ou le Sacré-Cœur érigé en ‘hommage’ aux victimes de la Commune qui, lui, ne sera fini qu’en 1914. Du Paris que Bertha von Suttner avait connu sous l’Empire puis à peine entrevu lors de son bref séjour comme secrétaire d’Alfred Nobel en 1876, il reste bien peu de choses. Les grands axes voulus par le Baron Haussmann ont définitivement réorienté la cartographie urbaine. Désormais l’opéra construit par Garnier restructure la géographie de la rive droite tandis que la rive gauche gagne en étendue, englobant de plus en plus les terrains du sud de Paris restés jusque-là en majorité agricoles, créant autour de Montparnasse un centre qui va peu à peu attirer artistes et bohème littéraire.6 L’incendie des Tuileries et de l’Hôtel de ville au moment de la Commune ont, autant que les plans haussmanniens, contribué à remanier en profondeur la topographie urbaine, créant l’axe reliant les Champs-Élysées au Louvre. Toutefois, au cours des dernières décennies, les travaux ont considérablement ralenti, la crise économique qui ne cesse de croître en France entre 1872 et 1890 en est la cause et ce ralentissement ne cessera qu’avec l’Exposition universelle de 1889, source non négligeable de relance dans la construction immobilière et d’investissement dans les travaux d’assainissement et de voirie. Au moment même où les époux Suttner se décident à faire une incursion dans ‘la vie parisienne’, optant pour ce qui constitue à l’époque, avec Venise, le voyage d’agrément préféré des milieux aristocratiques étrangers, Paris commence à peine à émerger d’une période d’endormissement affectant, plus encore que l’architecture urbaine, la vie intellectuelle et littéraire de la capitale. En 1878 Flaubert exprimait sans détour cette sensation de désagrégation, de délitement que générait alors la capitale : « Paris commence à m’écœurer fortement Quand je l’habite depuis plusieurs mois il me semble que tout mon être s’en va par mille pertuis et se répand au niveau du trottoir »7

  • 8 Pierre Rosanvallon « Le moment 1890 », in Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démo (...)
  • 9 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, PUF, 1959, p. 332.
  • 10 Entre 1888 et 1891 paraît la trilogie de Maurice Barrès, Sous le regard des barbares (1888), Un hom (...)

8Le ‘moment 1890’, comme le nomme Pierre Rosanvallon, constitue un tournant qui marque, plus encore que 1900, la fin du XIXsiècle8. Au milieu de la décennie, Paris oscille encore entre le poids d’un passé mal assimilé dans les esprits – en l’occurrence 1870, la guerre franco-prussienne, la chute du Second Empire et la Commune – et la quête d’un avenir possible comme ‘Ville-Lumière’ et ‘Capitale du monde’. Le Paris des années 1886-1887 cherche une voie de sortie de la crise qui n’est pas seulement financière ou économique mais aussi politique, l’épisode du boulangisme, amorcé en 1886, devenant dès lors l’expression paroxystique du « chassé – croisé des opinions »9. La gauche républicaine, dans son patriotisme, a bien un temps essayé, dans le sillage de Gambetta, de ‘sublimer’ le poids de la défaite de 1870. Désormais c’est la droite conservatrice, se drapant dans un nationalisme puisé aux premiers écrits de Maurice Barrès10, qui reprend à son compte l’obsession de la Revanche quelque peu abandonnée par une gauche inquiète des dérives antirépublicaines de l’heure. Le succès du général Boulanger, nommé en 1886 ministre de la guerre, a de quoi inquiéter dans la mesure où il s’explique par la capacité du général à regrouper autour de sa personne les mécontents de tous bords en vue d’un éventuel coup d’État. Enfin, la crise est profondément morale : les hérauts du « romantisme républicain » s’en vont, Victor Hugo, Jules Vallès disparaissent en 1885, Renan publie désormais ses Souvenirs d’enfance et de jeunesse, la décennie s’achève sur un sentiment de morosité. Certains même sont saisis, face au renouveau économique et intellectuel de l’Allemagne bismarckienne, par l’idée d’une France en proie à la décadence, voire au nihilisme moral :

  • 11 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, op. cit., p. 352.

Dix années sans revanche et la permanence du danger allemand devaient enlever à certains patriotes français un peu de leur optimisme. Des observateurs constatèrent que la France ne reprenait pas en Europe la place qu’elle y occupait jadis ; elle était donc sur son déclin [...] Enfin, la conjoncture littéraire aidant, des littérateurs chantèrent les bienfaits de la décadence. Vers 1880 cette idée se répandit.11.

9Arrivés à Paris au cours de l’hiver 1886, les époux Suttner se retrouvent au cœur des débats et discussions qui ont lieu dans les deux salons concurrents de la capitale. C’est Alfred Nobel, retrouvé après un silence d’une décennie, qui introduit les Suttner dans le salon de Madame Juliette Adam, seul lieu que ce misanthrope daigne encore fréquenter à Paris. D’emblée, les époux Suttner, à peine remis de leur exotique expérience caucasienne, se trouvent plongés en plein imbroglio ‘patriotique‘ français :

Il était notoire que Madame Adam était une grande ‘patriote’, expression signifiant alors qu’elle était porteuse de l’idée de revanche. Je me souviens que dès notre première visite, elle orienta la conversation vers le domaine politique. (M, p. 171)

10C’est la première fois que Bertha von Suttner se trouve face à une femme de lettres s’adonnant à la politique et prônant ouvertement, au nom de la revanche, une guerre avec l’Allemagne. Elle avait certes connu intimement une femme de pouvoir, la princesse Dadiani, elle avait entrevu les arcanes du pouvoir impérial en fréquentant Achille Murat, le neveu de l’Empereur, et sa famille mais jamais encore elle n’avait vu à l’œuvre une femme, écrivaine de surcroît, exerçant quelque influence directe sur la politique de son pays, Vienne ne lui en ayant guère donné l’occasion. C’est pourtant le spectacle que lui offre Madame Juliette Adam, née Juliette Lamber et auteur d’ouvrages se réclamant d’un paganisme hellénisant très fin de siècle qui est loin, du reste, de rallier tous les suffrages :

  • 12 Jules Lemaître, Les contemporains (1886-1824), p. 138 et 154.

Naturalisme, paganisme, néo-hellénisme, tous ces mots conviennent également pour désigner l’esprit des livres de Mme Juliette Lamber : mots assez flottants et malaisés à définir […]. Qu’il y a – t-il donc de grec dans la composition de ce paganisme ?12

  • 13 Poussant la louange très loin, Flaubert écrit dans sa lettre de remerciement à Juliette Adam : « Ri (...)

11Si Flaubert, peut-être intéressé par l’influence de la dame sur la scène littéraire parisienne, se montre plutôt louangeur au sujet de l’ouvrage Grecque que lui envoie « en témoignage de sympathie » Juliette Adam en 187913, c’est bien plus à la femme du monde, accessoirement à la femme de lettres mais surtout à la fondatrice de la Nouvelle revue qu’il s’adresse. Car cette revue qui devait d’abord s’appeler L’esprit libre et pour laquelle Madame Adam sollicite alors la coopération de Flaubert, est un facteur important de l’opinion littéraire et publique du moment. Quelques années plus tard, la Nouvelle revue devient l’illustration même du chassé-croisé des opinions en France, Madame Adam, républicaine de toujours mais révoltée par ce qu’elle appelle « l’abandon de la revanche par Gambetta » – ce sera même le titre d’un de ses écrits – passe avec armes et bagages dans le camp des revanchards et prône la guerre immédiate avec l’Allemagne. Dès sa première visite, Bertha von Suttner note les connaissances de la dame en matière de situation politique mais elle n’ira pas jusqu’à considérer Juliette Adam comme un authentique génie politique, à l’instar de certains contemporains qui ne tarissent pas d’éloges :

  • 14 Docteur Charles Macé, Place à la femme surtout dans l’enseignement secondaire, Paris, 1898.

Il est une femme qui apporte dans l’appréciation de la politique extérieure une perspicacité rare. Elle nous indique, avec un merveilleux esprit d’analyse et de synthèse, comment les intérêts politiques et commerciaux peuvent rapprocher ou éloigner les diverses puissances. On dirait ses articles écrits par un vieux diplomate de carrière. J’ai nommé Juliette Adam. Nous avons eu des ministres des affaires étrangères qui, comparés à cette femme, sont de bien pauvres hères.14

12Ce qui frappe Bertha von Suttner dans ce salon où règne un aimable brouhaha excluant toute conversation sérieuse, c’est le contraste saisissant entre les vibrations patriotiques – « Madame Adam vibrait aussi » – et le « triste mot de guerre voletant dans l’air ». Dans le regard critique qu’elle pose sur ce qui n’est pour elle que badinage sur le mode mondain à propos d’une guerre dont l’éventualité s’impose à tous les esprits, il y a l’expérience vécue au Caucase :

Je n’étais plus indifférente à ces choses comme je l’avais été dans mes années de jeunesse. Déjà je haïssais ardemment la guerre – et cette façon de jouer avec la possibilité de la guerre m’apparaissait aussi dénuée de morale que de jugement. (M, p. 173)

13En même temps, l’aristocrate viennoise qui sommeille en elle a quelque difficulté à admettre qu’une femme du monde ou de lettres puisse s’aventurer ainsi dans le champ du politique : « Comment une femme peut-elle s’occuper à ce point de politique ? – À quels désagréments, voire à quels ridicules ne s’expose-t-elle pas ainsi ? » (M, p. 172).

14La remarque, tout comme la réaction, mérite attention car dans toute sa vie d’engagement en faveur de la paix, Bertha von Suttner prendra grand soin de spécifier que son action n’entre pas dans le champ du politique, une position qui vaudra à la future Friedensbertha le reproche d’un idéalisme naïf et bien des quolibets parfois blessants.

  • 15 L’adresse de son salon était … rue Juliette Lamber.

15L’autre salon parisien promu au rang d’institution sociale, c’est la Maison Buloz qui, par son intitulé même, se place aux antipodes du salon de Mme Adam. Loin des quartiers nouvellement construits où Madame Adam née Lamber avait sa propre rue15, la Maison Buloz occupe un vieux palais dans le Faubourg Saint-Germain et l’adresse s’est construite autour de deux édifices culturels quasi intouchables, la Revue des Deux Mondes et l’Académie française. C’est le lieu où se trouvent les bureaux de la Revue des Deux Mondes, fondée en 1829 par François Buloz et dirigée par les Buloz de père en fils jusqu’en 1894 où la direction sera reprise par F. Brunetière, Mais c’est aussi, jouxtant l’Institut, le quartier général des académiciens. L’atmosphère y est à l’opposé du salon Adam, pas de vibrant discours patriotique ni de tirade nationaliste sur la Revanche, la Revue des Deux Mondes se situant dans une tradition libérale et se montrant capable, même après 1870, de passer outre les clichés sur l’Allemagne et les Allemands. Elle tente même de renouer, sous l’impulsion de Renan, avec « l’Allemagne des poètes et des penseurs » – une Allemagne, il est vrai, soigneusement dissociée de la Prusse qui reste une puissance belliqueuse dangereusement militarisée. Les mardis de Madame Buloz sont fréquentés par les rédacteurs et collaborateurs attitrés de la revue, Cherbulliez, Renan, Halévy, ainsi que par les académiciens. Loin du brouhaha mondain du salon Adam, ce sont de véritables causeries qui s’instaurent entre les petits groupes d’invités. Les époux Suttner assistent ainsi à quelques vifs débats opposant un Ludovic Halévy, devenu, après les facéties en compagnie d’Offenbach, auteur de romans plus sérieux, et Erneste (sic !) Renan affirmant haut et fort son « horreur du massacre des peuples », terme qui résonne aux oreilles de Bertha von Suttner comme plus authentique que les vibrations sur la guerre et la Revanche chez Madame Adam. On rencontre aussi chez les Buloz les étoiles montantes du monde littéraire parisien, comme Alphonse Daudet qualifié de ‘magicien’ par une Bertha von Suttner tombée sous le charme :

puissance de l’esprit, don de la parole, une parole fougueuse et coulant de source et de plus, une belle apparence avec ses yeux noirs lançant des éclairs, son abondante chevelure bouclée et ses traits mobiles et nobles. (M, p. 175)

16Aucune trace cependant d’une rencontre ou même d’une lecture des écrits antisémites qui fleurissent aussi à Paris à ce moment, ce dont on peut s’étonner vu la vigilance d’Artur Gundaccar von Suttner à Vienne face à la montée de l’antisémitisme. En 1886 l’ouvrage d’Edouard Drumont La France juive venait pourtant de paraître et, divisant le monde parisien, avait suscité en mai une réponse d’Emile Zola « Pour les juifs » sous forme d’article dans le Figaro préfigurant l’engagement pour Dreyfus quelque dix ans plus tard. Or rien de tout cela n’est mentionné dans les Mémoires. Reste donc à verser ce silence comme élément au dossier d’une diffusion décalée de l’antisémitisme dans deux capitales européennes : Vienne, où l’antisémitisme s’affiche déjà comme ouvertement politique, Paris où il n’en est encore, si l’on peut dire, qu’aux écrits et discours. Mais Paris, on le sait, rattrapera son retard dans la décennie qui suit.

Découvertes

  • 16 Rudolf Virchow, (1821-1902), médecin et homme politique, directeur de l’hôpital le plus important d (...)
  • 17 Le texte fondateur de l’association est repris in extenso dans les Mémoires.

17C’est pourtant lors de ce séjour à Paris que Bertha von Suttner fait une découverte qui, comme elle l’assure dans ses Mémoires, « [l’]électrise ». Par l’intermédiaire d’un ami, William Löwenthal, elle apprend l’existence à Londres de la International Peace and Arbitration Association. Fondée et présidée par Hogdson Pratt, celle-ci bénéficie du soutien éminent de grands noms de l’aristocratie et du clergé d’Angleterre. Sous l’impulsion de son président, des filiales ont déjà vu le jour sur le continent, à Berlin où c’est le médecin libéral Rudolf Virchow16 qui en prend la tête, en Italie, en Suède, en Norvège et au Danemark, mais rien encore en Autriche comme le constate amèrement Bertha von Suttner qui n’aura de cesse désormais de remédier à cette regrettable lacune. L’association, généralement alors désignée comme ‘league’, a par son vocabulaire comme par les buts qu’elle affiche, tout pour retenir l’attention d’une Bertha von Suttner que l’on a vue déjà fort attentive dans les salons parisiens aux discussions et dissensions concernant la guerre et la paix. L’association se fonde en effet sur deux éléments sur lesquels va reposer l’engagement ultérieur de Bertha von Suttner : le premier est l’idée d’une justice des peuples (Völkerjustiz) dans le but d’éradiquer la guerre. Il s’agit concrètement « de mettre en place un tribunal/Schiedsgericht international, qui aurait pour mission de décider en lieu et place de la puissance des armes, dans les cas de conflits entre les États ». L’autre principe fondateur concerne un phénomène dont Bertha von Suttner a perçu l’importance en écoutant les tirades enflammées en faveur de la Revanche, c’est l’opinion publique et son poids désormais incontournable dans la vie politique des États et de l’Europe en général. Or l’Association pour la paix et l’arbitrage plaide dans ses statuts en faveur de « la force irrésistible d’une opinion publique suffisamment éduquée et énergiquement organisée » (M, p. 176)17.

  • 18 Cf. le chapitre VIII consacré à cette correspondance.

18Lorsqu’elle revient à Harmannsdorf, Bertha von Suttner a en mains l’appel fondateur de l’association londonienne, elle y trouve non seulement confirmation de ses découvertes dans les salons parisiens mais aussi trace d’une contradiction fondamentale inhérente à la civilisation occidentale en cette fin du XIXsiècle : d’un côté on œuvre en faveur du progrès pour le bien et le bonheur de l’humanité, de l’autre ‘les fruits de l’industrie et du labeur’ sont en permanence sacrifiés à des fins guerrières, anéantissant par là même tout progrès. Comment remédier à cette autodestruction ? C’est là un paradoxe dont elle avait personnellement discuté avec Alfred Nobel une décennie auparavant : comment l’inventeur de la dynamite parvenait-il à concilier progrès de l’humanité auquel il adhère pleinement et invention, production, vente aux États du plus effroyable instrument de destruction de l’époque ? Or, lors de son dernier séjour à Paris, Bertha von Suttner a renoué avec un Alfred Nobel un peu perdu de vue, et la question, plus présente que jamais, va être désormais au cœur de leur correspondance jusqu’à la mort d’Alfred Nobel en 1896.18

19La fin de la décennie est marquée par d’autres voyages d’agrément dans des contrées alors à la mode, comme en 1889 le bref voyage qui mène les époux Suttner sur la Riviera, de Mentone (sic !) à Cannes, Nice et Monte Carlo. Tous deux sont subjugués par « la magie de la nature doublée de la magie du luxe », révélant toujours le même attachement au monde de l’aristocratie européenne en voie de disparition. Certes, pour cause de finances limitées, ils ne se mêlent guère à la vie de la High Society mais ils ne boudent pas leur plaisir lorsqu’il leur est donné de prendre part à cette vie de luxe et de farniente qui n’est pas sans rappeler à Bertha von Suttner les séjours d’autrefois dans les villes d’eaux européennes. De fait, tirant habilement profit de son climat propice à la guérison des demoiselles de tous pays atteintes de tuberculose comme au repos de vieilles ladies anglaises fortunées, y ajoutant la création de casinos de renommée internationale, la Côte d’Azur commence à concurrencer sérieusement les lieux de cures et de sociabilités traditionnels. Bertha von Suttner y fait la connaissance d’Octave Mirbeau dont elle a lu le roman Le calvaire et significativement retenu une seule scène relatant un épisode de la guerre franco-allemande « dont, ajoute-t-elle, il se dégage une condamnation profonde de la guerre ». Bertha von Suttner,qui publiera en 1892 un roman sous le titre An der Riviera, poursuit donc en sourdine ses apprentissages en matière de rejet de la guerre.

20Le séjour effectué à Venise pendant l’hiver 1890-1891 garde encore un peu de cette ambiguïté entre plaisir de partager la sociabilité de l’aristocratie du lieu et désir d’affirmer un intérêt personnel pour les questions de guerre et de paix, intérêt qu’elle se garde toutefois de manifester en public, car constate Bertha von Suttner au cours de ce séjour : « je n’avais encore jamais fait partie de la moindre association et jamais je n’avais assisté à une réunion ou à une création d’association » (M, p. 195). À Venise, le train de vie des Suttner est celui d’un couple aristocratique en villégiature : on loue un ‘petit’ palais, le Palais Dario, ainsi qu’une gondole, on prend à son service le gondolier comme valet de chambre, la femme du gondolier comme cuisinière et leur fille comme chambrière. Avec le retour en Europe et en dépit de revenus fonciers qui vont s’amenuisant, les habitudes aristocratiques viennoises semblent revenir en force. Le hasard des rencontres dans un lieu aussi international que Venise et le large éventail des connaissances personnelles faites au cours de pérégrinations trans-européennes font le reste. À Venise, Bertha von Suttner retrouve Tamara de Géorgie, dont elle avait fréquenté le salon à Tiflis et à Paris, et une amie de jeunesse devenue marquise Pandolfi. Elle devient très vite une figure familière de la Casa Pandolfi qui concentre hommes politiques, aristocrates de tous pays et quelques femmes au profil intéressant. Bertha von Suttner observe ainsi que ce sont des femmes d’âge, de statut, d’origine aussi différents que la princesse Darika de Montenegro ou la princesse von Hatzfeld qui font preuve jusque dans les salons vénitiens d’un engagement contre la guerre « qui tue leurs fils ». Est-ce le souci de suivre les développements européens de la League, est-ce le hasard qui la met en contact avec les partisans les plus acharnés de cette association, un fait demeure, à Venise, elle rencontre vraiment le mouvement alors en pleine expansion, contacte ses représentants, aide même à sa mise en place. C’est ainsi qu’elle fait la connaissance de Felix Moscheles, peintre et fin connaisseur des sites antiques et égyptiens, qui réside alors avec sa femme Grete à Venise. Naturalisé Anglais, il compte parmi les premiers adhérents à la Peace and Arbitration Association de Londres et est venu à Venise dans le but avoué de mettre sur pied une branche italienne. Au cours d’une conversation, il avoue à Bertha von Suttner ses doutes sur la possibilité d’une telle réalisation. Bertha von Suttner prend alors sur elle d’en parler au marquis Pandolfi, député au Parlement italien. À sa grande surprise, elle apprend que le marquis, convaincu de l’importance de la cause de la paix, préside au Parlement un groupe de la paix et prépare la prochaine conférence qui doit se tenir à Rome. Bertha von Suttner découvre ainsi l’existence d’un groupe interparlementaire pour la paix dont les ramifications internationales lui seront par la suite d’un grand secours. Grâce à son intervention, dont elle n’avait sans doute pas pris la mesure, une section vénitienne de la League est créée et Bertha von Suttner assiste aux débats qui en précèdent la fondation. Bien que cette réussite soit de son fait, elle constate aussi que parmi les quelque deux cents personnes réunies pour la circonstance, il n’y a que deux femmes – Grete Moscheles et elle-même –. Une première expérience en signe d’avertissement.

21Si l’on se souvient de l’impression fugitive laissée par Venise, « la reine de la mer, la cité morte des doges » à une Bertha Kinsky toute entière à ses émois mondains dans les années soixante, on peut mesurer le chemin déjà accompli par celle, qui certes ne renie en rien ses origines et ses goûts aristocratiques, mais est désormais très attentive à l’émergence d’un mouvement dont elle découvre les aspects internationaux. « Il y a un mouvement de la paix », c’est ainsi qu’elle intitulera dans ses Mémoires le chapitre consacré au séjour à Venise pendant l’hiver 1890, faisant passer au premier rang de ses préoccupations une cause qui lui vaut dès lors de solides amitiés mais aussi bien des remarques ironiques ou apitoyées et quelques féroces et misogynes inimitiés.

Notes

1 A.G. von Suttner à Bertha von Suttner, 19 mai 1900, inédit, Archives Suttner-Fried, Bibliothèque ONUG, Genève, (Box 1, file 92).

2 Adolf Stöcker (1835-1909) membre de la chambre des députés prussienne puis du Reichstag, il est le fondateur du Parti des Travailleurs chrétiens sociaux (Christlichsoziale Arbeiterpartei) très antilibéral et ouvertement antisémite.

3 Karl Lueger (1844-1910) avocat, membre du Conseil municipal, député à partir de 1885. Chef de la branche autrichienne du parti chrétien-social, il est à ce titre antilibéral et antisémite. Élu en 1897 maire de Vienne, il fut très apprécié pour les divers travaux d’assainissement et l’aménagement du réseau d’eau de la ville. Jusqu’en 2012, où elle est devenue 1, Universitätsring, l’adresse de l’Université de Vienne était Dr Karl-Lueger-Ring 1. Sur l’antisémitisme à Vienne à la fin du XIXsiècle, cf. chapitre VII La lutte contre l’antisémitisme.

4 Bartholomeus von Carneri ( 1821-1909) est député au Landtag de Styrie de 1861 à 1883 et représentant au Reichsrat du groupe des grands propriétaires terriens de cette même province. Outre l’ouvrage cité, paru en 1871, il publiera Der Mensch als Selbstzweck en 1877 et Der moderne Mensch. Versuche über Lebensführung (L’homme moderne. Essais sur la conduite de la vie) dont le titre n’est pas sans rappeler certains essais à caractère philosophique de Bertha von Suttner.

5 C.E. Schorske, Wien. Geist und Gesellschaft im Fin de siècle, New York, 1961.

6 Sur ces transformations, Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville XIXe-XXe siècle, Paris, 1993.

7 Gustave Flaubert à Edma Roger des Genettes, 27 mai 1878, Correspondance, J. Bruneau et Yvan Leclerc (ed.), Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard 2007, t. V, p. 385.

8 Pierre Rosanvallon « Le moment 1890 », in Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998.

9 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, PUF, 1959, p. 332.

10 Entre 1888 et 1891 paraît la trilogie de Maurice Barrès, Sous le regard des barbares (1888), Un homme libre (1889), Le jardin de Bérénice (1891).

11 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, op. cit., p. 352.

12 Jules Lemaître, Les contemporains (1886-1824), p. 138 et 154.

13 Poussant la louange très loin, Flaubert écrit dans sa lettre de remerciement à Juliette Adam : « Rien n’est plus élégant ni plus haut que votre poème. On y respire l’air de l’Olympe, on y coudoie les Dieux. J’aime ça ! Votre œuvre aurait plu à Goethe. Vous êtes de sa religion. », Correspondance, op. cit., t. V, p. 567.

14 Docteur Charles Macé, Place à la femme surtout dans l’enseignement secondaire, Paris, 1898.

15 L’adresse de son salon était … rue Juliette Lamber.

16 Rudolf Virchow, (1821-1902), médecin et homme politique, directeur de l’hôpital le plus important de Berlin La Charité, il a développé la pathologie cellulaire et s’est préoccupé de l’hygiène publique. Adversaire de Bismarck, il fonde le Parti du progrès (Fortschrittspartei) en 1861 et est élu député au Landtag de Prusse puis, en 1880, au Reichstag.

17 Le texte fondateur de l’association est repris in extenso dans les Mémoires.

18 Cf. le chapitre VIII consacré à cette correspondance.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Le château de Harmannsdorf, vue du parc.
Crédits Genève UNOG Library, League of Nations Archives.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/7267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 454k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search