Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Quatrième période. Florence 16 Mai 1953. Bologne 5 décembre 1957

Pornichet, mercredi 19 août

Texte intégral

Gille et la mort

1Comment retouver la paix ? Comment être moins vulnérable à l’entourage, à ce monde d’enfantillages, enfants, femmes, hommes pires que des enfants et des femmes qui m’entourent ? A la fois participer de leur affection (celle de Paola surtout) et me refuser à un pathétique de cabotin.

2Ne plus faire le cabotin, ne plus poser aux dépens de mon cœur, le vrai, le physique. L’indifférence bouddhique.

3Hier Gille m’a dit, quand nous faisions la sieste ensemble : « Papa, les morts ne respirent pas ? » Il s’essayait à respirer profondément par une narine, puis par l’autre.

4Je lui demandais comment lui était venue cette idée « Avant, je croyais que les morts respiraient ».

5Je lui demandais s’il pensait parfois cela, s’il avait d’autres idées là-dessus. Il me répondit que non, qu’il ne pensait rien d’autre.

6Avec l’absolue simplicité de Gille, il se peut que ce soit exact et qu’il ne pense que cette détermination, qui est bien la plus vraie et la plus précise pour distinguer un mort d’un vivant.

7Gille a 8 ans 1/2. Je suis toujours plus attaché à lui.

8Cette nuit il eut un cauchemar, il me dit qu’il s’était vu poursuivi par un squelette, toujours le même.

9Le rêve du squelette serait-il, pour lui, l’équivalent de mon rêve de la pierre tombale ?

10Le squelette ou l’homme qui ne respire pas.

11Respirer, Gille me l’a dit, est la caractéristique de la vie. Il est vrai qu’on peut rester sans respirer, les évanouissements. Il est vrai surtout que toutes les maîtrises possibles, toutes les « réalisations » possibles sont liées, comme le pense le yoga, à la respiration.

12La mort est la non-respiration. Une non-pensée parce que d’abord une non-respiration. Donc le problème de la pensée est lié à celui de la respiration.

13Travailler paisiblement, tranquillement. Ne pas dévier de ma ligne. Mais le mettre le moins possible en « évidence ».

14Supprimer le cabotin en moi. Cabotin c’est l’homme qui parle.

15L’homme qui écrit est aussi un cabotin mais il entre dans une fonction sociale, et puis il y a une sorte de purification par le travail qui distingue la parole écrite, le discours travaillé selon un plan, etc...

16Ne pas « m’étaler ». J’ai ce matin un profond dégoût de moi-même.

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search