Version classiqueVersion mobile

Bertha von Suttner 1843-1914

 | 
Marie-Claire Hoock-Demarle

Chapitre IV. Aux confins du monde occidental

Texte intégral

C’est quoi, le Caucase ?

  • 1 Ovide, Les Pontiques, écrits à Tomis vers l’an 8 avant Jésus Christ.
  • 2 Alexandre Dumas (père), Le Caucase, suite à En Russie, récit d’un voyage entrepris entre 1858-1859, (...)
  • 3 Xavier Brosset, Dictionnaire géorgien, russe, français, Saint-Pétersbourg 1840 ; Histoire de la Géo (...)

1La nouvelle Baronne von Suttner a donc pris les choses en main. Tandis que le futur mari rassemblait, non sans mal, documents et témoins nécessaires à la cérémonie, un projet naissait dans l’esprit de la jeune femme, un projet qui vu les circonstances était ingénieux et en dépit des apparences plutôt raisonnable : partir vite, partir loin, et pour cela le Caucase était bien l’endroit le plus indiqué. Ce sera donc un choix rapide, définitif et totalement assumé par les deux parties, même si les motivations de chacun sont assez différentes. Il n’en reste pas moins que le choix n’est pas sans risque car, en ce dernier quart du XIXsiècle, le Caucase reste, pour beaucoup de contemporains, une contrée mythique qui s’étend quelque part entre le Pont-Euxin, terre d’exil d’Ovide1, et la Colchide des Argonautes. Certes, il est depuis peu mieux connu grâce à des récits de voyageurs parmi lesquels l’ouvrage d’Alexandre Dumas intitulé Le Caucase tient une place de tout premier plan2, grâce aussi à des études scientifiques menées sur place et qui s’intéressent tant au pays lui-même qu’aux cultures, langues et civilisations de la mosaïque de petits états qui le composent et dont la Géorgie est alors l’élément le mieux exploré. En 1840, Xavier Brosset avait publié à Saint-Pétersbourg un dictionnaire géorgien russe et français et,dans la foulée, une Histoire de la Géorgie et des traductions de contes et d’épopées nationales remontant au XIIsiècle qui contribuent fortement à familiariser le monde occidental avec une littérature florissante sous la dynastie quasi millénaire des Bagratides3. Le lecteur y découvre, par-delà les traditions culturelles autochtones et en dépit d’une écrasante domination russe depuis l’annexion du pays en 1804, un formidable lieu de croisement des langues, des cultures, des littératures grecque, persane, turque, arménienne qui captive l’attention des scientifiques, des linguistes en particulier, comme celle des curieux cultivés venant de tous horizons. Il ne s’agit donc plus tout à fait d’un continent perdu, d’un Far East à conquérir mais d’une ancienne terre de culture et de civilisation en voie de reconnaissance, après n’avoir longtemps été qu’un terrain de conflits aux limites de l’Europe et un lieu de batailles sanglantes et de sièges meurtriers. La guerre qui a ravagé la Crimée toute proche et le siège de Sébastopol en 1855 sont encore dans toutes les mémoires. Dans le dernier quart du siècle qui voit se multiplier les conflits entre les empires russe et ottoman et s’étendre la politique expansionniste des États occidentaux, on découvre l’intérêt stratégique exceptionnel de ces terres lointaines. Les décennies passant, les rapports se sont quelque peu civilisés, la circulation des personnes s’est considérablement accrue et pendant le Second Empire, l’aristocratie, géorgienne en particulier, dépouillée de tout pouvoir par les Russes qui leur octroient en échange titres militaires et pensions conséquentes, fréquente assidûment les capitales et autres lieux de sociabilités européens. C’est lors d’un séjour dans la ville d’eaux de Bad Homburg que Bertha Kinsky avait fait la connaissance de Ekaterina Dadiani, princesse de Mingrélie, vivant plutôt bien de la pension accordée par le Tsar à son défunt mari, dernier représentant d’une vieille dynastie de gouverneurs géorgiens devenus indépendants et auto-proclamés princes de Mingrélie avec le titre de « Princes de la mer Noire ».

2À la question « C’est quoi le Caucase ? », répondent, en 1876, toutes sortes de témoignages contemporains porteurs de la fascination exercée par ces confins du monde occidental et qui ont créé une grande nébuleuse nourrie de mythes et de légendes tout en les désignant comme le carrefour de l’Europe et de l’Asie, à la fois terre de toutes les convoitises expansionnistes et relais intercontinental.

3À elles-seules, les motivations du choix pour le Caucase dans le couple Suttner sont la parfaite illustration de la disparité des points de vue face à cette terre semi-occidentale, semi-orientale, lieu d’un brassage dont l’amalgame est totalement imprévisible et reste largement inconnu. Pour le jeune baron Artur Gundaccar von Suttner, partir ainsi subrepticement, quitter la famille et échapper au carcan de la société viennoise constitue une merveilleuse aventure, comme la réalisation d’un rêve d’enfance : « Il aimait passionnément la mer et avait depuis toujours rêvé de faire un voyage en mer et maintenant il nageait dans le bonheur en réalisant son rêve ». La jeune femme à ses côtés n’est pas dupe, qui ajoute avec, semble-t-il, un soupçon d’inquiétude quant à la différence d’âge :

Il n’avait que vingt-six ans et c’était là sa première incursion dans l’inconnu. Moi, j’avais déjà tant de déceptions derrière moi et, avec mes trente-trois ans, j’avais dans une certaine mesure pris mes distances par rapport à cet état d’exaltation que l’on appelle jeunesse. Mais je m’enivrais à sa fougue juvénile et étais aussi infantile que lui. (M, p. 138)

4Encore tout empreint de ses lectures d’adolescent, le baron von Suttner ne connaît du Caucase que la légende qui identifie cette partie du monde – et singulièrement la Mingrélie – à l’antique Colchide. Il part donc « animé de l’esprit de Jason » et tente de communiquer à sa femme sa fougue de conquérant de la Toison d’or. Pour Bertha von Suttner, les motivations du choix en faveur du Caucase sont beaucoup plus réalistes tout comme sont autrement concrètes pour elle les raisons du départ. Elle n’a rien à attendre de Vienne, où elle a vécu cachée pendant les semaines qui ont précédé le mariage secret. Déjà, quelques années auparavant, alors qu’elle entrait au service de la maison Suttner, elle s’était accordée trois années avant de quitter l’Europe et n’avait rien tu de son dessein même au plus fort de l’idylle viennoise, pleinement consciente « qu’il faudrait un jour [se] séparer ». Dedopali l’avait alors invitée à la rejoindre dès que son nouveau palais à Zougdidi serait achevé. Dans d’interminables missives, reprises en totalité dans les Mémoires, la princesse de Mingrélie n’a de cesse de décrire par le menu son nouveau logis qui tarde à se réaliser tant l’extravagance et le luxe de son aménagement freinent l’achèvement des travaux :

J’en connaissais les plans et avais souvent entendu parler des détails de sa décoration… Il y avait une salle dans le style persan, une autre dans le style Louis XIV ; meubles, tissus et objets d’art avaient été achetés peu à peu lors de son séjour en Europe et expédiés à Zougdidi. Des masses de caisses s’étaient entassées là-bas. (M, p. 127)

5Dedopali tient également la ‘Contessina’ au courant des événements de sa famille et de sa cour – ce qui, de fait, revient au même. Le récit des festivités à l’occasion du mariage de son fils donnent lieu à des chroniques hautes en couleur de la vie et des mœurs de ces contrées où se reflètent les fastes d’un Orient pittoresque mais très féodal. Car, toute dépouillée de son pouvoir qu’elle soit, Dedopali, « la mère des mères », a gardé des manières et une autorité de suzeraine et le menu peuple – peu nombreux il est vrai dans cet état peuplé, en 1885, de 214 811 âmes – ploie encore le genou devant elle en recevant sa bénédiction. Bertha von Suttner ne se laisse pas leurrer à la lecture des somptuosités du nouveau palais ou des fastes du cérémonial de cour. Mais elle compte sur l’aide de sa princière amie tout en sachant, pour en avoir fait l’expérience, qu’il lui faut désormais gagner elle-même sa vie, tout comme son époux qui ne semble, pour l’instant, pas vraiment y songer :

Nous étions capables de nous battre, de travailler, de mettre en œuvre nos talents. Là, dans le Caucase, où j’avais de puissants amis, il devait être possible, grâce aux relations avec le Tsar de Russie, de trouver une situation à la cour ou d’entrer dans les services de l’État. (M, p. 136)

6Ce qui l’attire vers la lointaine Mingrélie c’est également la perspective d’y retrouver ses amis d’antan, le prince Murat et sa femme Salomé revenus auprès de Dedopali et dont elle espère que, forts de leur amitié ancienne, ils lui apporteront également aide et conseil dans une vie à (re)commencer. Mais le choix de Bertha von Suttner est aussi motivé par une de ses lectures d’autrefois qui la conforte dans cette entreprise somme toute hasardeuse. Lors de son séjour à Bad Hombourg, elle avait lu avec une grande attention le récit fait par Alexandre Dumas, père, de l’immense périple qui l’avait mené en 1858 de Saint-Pétersbourg à Poti « ville et port de mer par oukaze de l’Empereur Alexandre II », en passant par Moscou, Nijni Novgorod, Kazan, les steppes de l’Asie centrale et qui s’était terminé par une traversée épique de la Transcaucasie en plein hiver et un séjour de quatre semaines à Tiflis. Le résultat en était deux épais volumes distincts, En Russie suivi de Le Caucase. On peut supposer que ce dernier ouvrage avait été prêté à Bertha Kinsky par la princesse de Mingrélie en personne, car cette dernière s’y trouve mentionnée à diverses reprises comme « la dernière reine de Mingrélie » ou « la Reine Dadian » et y figure comme une apparition quasi légendaire, ce qui ne pouvait manquer de la flatter :

  • 4 Alexandre Dumas, Le Caucase, Paris, reprint ed François Bourin 1990, p. 508.

J’ai eu l’honneur de connaître à Saint-Pétersbourg la dernière reine de Mingrélie, la princesse Dadian, détrônée par les Russes ; il serait difficile de voir un plus riche spécimen de beauté ; elle avait auprès d’elle ses quatre enfants, tous plus beaux les uns que les autres ; réunis à elle, ils formaient un groupe digne de l’Antiquité.4

7Par-delà nombre de récits écrits dans un style digne des Trois Mousquetaires et qui constituent de véritables morceaux d’anthologie comme la découverte des Bains turcs à Tiflis ou l’itinéraire dans la neige et les glaces pour rejoindre le port de Poti, Le Caucase se veut un guide précis, concret qui s’adresse directement à ses ou plutôt son lecteur potentiel :

  • 5 Ibid., p. 471.

Voilà la cinquième ou sixième fois que je le répète : mais je le répète, convaincu que je rends un véritable service aux étrangers qui feront la même route que j’ai faite ; – il y en aura peu, je le sais bien ; mais, n’y en eût-il qu’un, il faut qu’il soit averti.5

  • 6 Ibid., p. 10.
  • 7 Ibid., p. 518.

8Il affiche d’entrée de jeu son intention d’être universel et de jeter un ‘coup d’œil général sur le Caucase’: « Nous allons dire à nos lecteurs, d’une façon aussi succincte que possible, ce que c’est que le Caucase, topographiquement, géologiquement historiquement parlant. »6 Quant à la ‘façon succincte’ à la Dumas, ce sont pas moins de 590 pages, pour le seul Caucase ! Faisant la part belle aux mythes, dont celui de Jason et de la Toison d’or, comme aux cinq mille ans d’histoire du Caucase qui « l’impressionnent », Dumas réussit à croiser une histoire découverte au gré de ses nombreux contacts avec les gens du pays ou avec les agents consulaires français des villes traversées et les innombrables légendes qui nourrissent « la mémoire des peuples ». Sa description de la Mingrélie est particulièrement attachante : pays pauvre et magnifique à la fois, où il est difficile de circuler : « qui n’a pas vu les boues de Mingrélie, n’a rien vu »7, mais où l’on trouve partout les traces de l’antique Colchide et l’on s’émerveille à tout moment de la légendaire beauté de ses habitants. Alexandre Dumas est particulièrement frappé par le système féodal qui y perdure, mâtiné de despotisme oriental et attaché à un système de servitude assez particulier :

  • 8 Ibid., p. 543.

Les princes ont autour d’eux un certain nombre de vassaux qui, outre les redevances et les impôts, sont soumis à des servitudes personnelles. Les uns doivent suivre le prince à cheval, c’est leur servitude. Les autres doivent le suivre à pied, c’est leur servitude8.

9Et ainsi de suite jusqu’à la servitude du bottier de la jambe droite, du chasseur de mouches ou du gratteur de pied. Et il fallait sans nul doute la plume épique du romancier pour résumer en une superbe image la structure archaïque matriarcale d’une société dont il écrit qu’avec elle « on entre à reculons dans le XVIsiècle » :

  • 9 Ibid.

En Mingrélie..les femmes sortent à cheval comme les hommes, et portent de grands manteaux qui indiquent leur rang. Le manteau de la reine Dadian, que j’ai eu l’honneur de voir à Saint-Pétersbourg, était rouge.9

10Quittant, après moult péripéties, les rivages du mythique Phase et de la mer Noire, le voyageur – romancier livre à ses lecteurs, du pont du bateau qui le ramène en France, une dernière et grandiose vision :

  • 10 Le Caucase, op. cit., p. 570.

Le Caucase ouvrait ses deux bras immenses comme pour attirer à lui la Mer Noire ; un de ses bras s’étendait jusqu’à Taman, l’autre jusqu’au Bosphore. C’était entre ces deux bras qu’avaient passé d’Asie en Europe toutes les invasions de l’Orient.10

11Il n’est pas certain que l’impression première du couple Suttner abordant aux rivages du Caucase par une chaude journée d’été 1876 ait été aussi forte que la vision du ‘choc des civilisations’ emportée par Alexandre Dumas quittant ces mêmes rivages quelque dix-huit ans plus tôt. Sur le voyage lui-même, l’embarquement à Odessa, la traversée de la Mer Noire et l’arrivée en vue du port de Poti, les Mémoires livrent bien peu de détails. Quant aux correspondances elles sont nécessairement inexistantes, les relations avec Vienne étant alors rompues. Restent, brièvement notés, le sentiment de vivre une aventure exceptionnelle et la fierté naïve de débarquer ainsi sur un « sol extra-européen, un autre continent – cela emplit d’une singulière fierté celui qui a peu voyagé – une fierté que les vieux globetrotter regardent de haut » (M, p. 138). Plus naïf, le baron von Suttner commente d’un bref : « Eh, bien ! nous voilà donc en Asie ! ». À Poti, les voyageurs sont certes attendus mais leur arrivée tombe au moment même où s’opère le rituel annuel du changement de résidence de la ‘cour’ de Mingrélie. Et, tandis que Dedopali et sa suite migrent de Zougdidi écrasée par la chaleur de la plaine vers Gordi, la résidence d’été dans les montagnes, les époux Suttner doivent d’abord loger à l’auberge. Il ne s’agit que d’une nuit mais l’expérience des conditions extrêmes d’hébergement dans ce que Bertha von Suttner appelle ironiquement le ‘Palace-hôtel de Poti’ est cruelle : il faut dormir dans les fauteuils pour cause de lits ‘surpeuplés’ (de vermine), quant à se laver le matin, il faut accepter de partager avec tous les hôtes l’unique cuvette de zinc et la serviette à l’avenant ! La première leçon de langue est tout aussi significative :

« Que faire ? » – cette expression traduite du russe, nous l’avons entendue ici bien souvent, elle exprime cette résignation accompagnée d’un haussement d’épaule qui signifie « là, il n’y a rien à faire. » (M, p. 138)

12Un séjour, plus long, dans Koutai, la capitale du gouvernement sous autorité russe, s’avère relativement plus civilisé mais les difficultés à s’adapter au nouvel environnement demeurent :

Tout nous apparaissait terriblement exotique, ce que nous voyions, ce que nous entendions, ce que nous respirions : étrangers les types humains, étrangers les costumes, étrangère la construction des maisons et – pour ce qui est de l’odorat – une odeur très particulière, pas trop désagréable, de fumier de buffle séché au soleil. (M, p. 139)

13À Koutai, toujours dans l’attente de pouvoir rejoindre Dedopali, les Suttner font la connaissance de la société du lieu, Géorgiens et Russes confondus, et lors d’une soirée donnée en leur honneur par le général-gouverneur russe, découvrent avec un étonnement non feint, les traditions millénaires géorgiennes qui se perpétuent et s’affirment à travers les costumes, les danses et les chants populaires, auxquels Bertha von Suttner, bonne musicienne, accorde une oreille attentive. Enfin, le signal de se rendre à Gordi est donné et un long voyage, commencé en troïka puis continué à cheval, les mènent vers les hauteurs montagneuses et fraîches du centre du pays. Attendus à la frontière de Mingrélie par le fils de la princesse, les époux Suttner doivent encore gravir des pentes escarpées et, au milieu d’une escorte de cavaliers démonstratifs, franchir des ponts parfois romains et longer des gorges impressionnantes, celles-là même décrites avec force détails dans Le Caucase. Enfin le but est atteint, Gordi et son château ou plutôt le château de Gordi qui constitue à lui tout seul la quasi totalité du lieu. Mais le château n’étant toujours pas terminé, la société est logée dans des maisonnettes en bois et c’est enfin l’heure des retrouvailles, quelque peu théâtrales : « Sur la terrasse de sa villa se tenait Dedopali, prête à nous accueillir. Elle était entourée de ses femmes, de son aumônier, de son secrétaire particulier et de ses gardes du corps noirs ». L’accueil de la princesse de Mingrélie est à la mesure du personnage, suzeraine, chef de clan à l’orientale et aristocrate parfaitement occidentalisée par ses séjours européens : « Présentez-moi votre cher mari, ma petite Contessina, ou faut-il dire Baronessina maintenant ? ».

14Ainsi, sur le haut-plateau perdu de Gordi encerclé d’impressionnantes montagnes, se déroule une bien curieuse cérémonie d’accueil où se mêlent Orient et Occident et où, sur fond de danses et de chants géorgiens, s’échangent des politesses délicieusement décalées et quelque peu surannées Car si Bertha von Suttner tient, tiendra toujours, à son titre de noblesse qu’il soit comtesse ou baronne, elle sait pertinemment à ce moment que le temps de la ‘Contessina’ est révolu.

Les années géorgiennes

15En dépit de cette cérémonieuse mais néanmoins chaleureuse intronisation en terre semi-asiatique, le séjour des époux Suttner dans le Caucase, et principalement en Mingrélie, n’aura rien d’une sinécure. Il va durer neuf ans, le temps que le courroux des parents Suttner s’apaise et que vienne le moment du pardon, neuf ans sans que jamais il leur soit donné de quitter le sol caucasien. Les époux Suttner migrent, au gré des circonstances et des possibilités de travail, de capitale en capitale, Koutaï, Tiflis puis Zougdidi, avec, chaque été, du moins jusqu’à sa mort en 1882, un temps de répit à Gordi auprès de Dodepali. ‘Capitale’, la désignation est exacte dans la mesure où elle recouvre une réalité historique ou administrative : Tiflis est bien la capitale de l’ancien royaume de Géorgie, annexé en 1804 par les Russes et, depuis lors, découpé en gouvernements, Koutaï étant la ‘capitale’ du plus important d’entre eux. Quant à Zougdidi, la ville est restée la ‘capitale-résidence’ de la Reine Dadian. Il faut donc nécessairement relativiser le terme et la notion même de capitale, les ajuster aux dimensions du lieu et de son histoire mouvementée, bref prendre, comme le fait Bertha von Suttner, la mesure des choses :

Nous avons passé plusieurs années dans la petite ville de Zougdidi, la capitale (Hauptstadt) mingrélienne. À vrai dire, il faudrait dire village principal (Hauptdorf) – une longue rangée de maisons orientales avec des boutiques ouvertes sur la rue, les unes à la suite des autres. (M, p. 151)

16Koutaï, où les époux Suttner passent les premières années de leur séjour caucasien, n’est guère une ville, en dépit des quelques bâtiments de prestige occupés par les membres d’une noblesse géorgienne très féodale et les représentants de l’autorité russe. C’est bien plutôt un gros village comme la décrivait déjà Dumas employant une expression qui est reprise, consciemment ou non, par Bertha von Suttner, :

  • 11 Le Caucase, op. cit., p. 457.

Koutaïssi, Koutais, Cotis… on prétend que c’est l’ancienne Æa, la patrie de Médée […]. La ville actuelle est située dans la plaine, à gauche du fleuve, mieux située pour le commerce, mais mieux située aussi pour la fièvre, c’est un grand village plutôt qu’une ville.11

17Il en va un peu autrement de Tiflis, « paresseuse en vraie géorgienne » écrivait encore Alexandre Dumas, lequel tente un curieux rapprochement par le biais de la toponymie des lieux avec Teplitz, ville thermale de Bohème bien connue de la descendante des Kinsky. Tiflis, « ville mi-orientale, mi-occidentale », comme le note Bertha von Suttner, est une authentique capitale avec ses pôles de sociabilités et un incroyable brassage international dont Dumas, déjà, avait fait l’inventaire :

  • 12 Le Caucase, op. cit., p. 457.

Tiflis, rendez-vous de tous les peuples de la terre, […] Tiflis aurait trop à faire de s’occuper d’une irrégularité quelconque dans l’accoutrement d’un des cent mille voyageurs turc, chinois, égyptiens, tatars, kalmouks, russes, kabardiens, français, grecs, persans, anglais ou allemands qui sillonnent ses rues.12

18Les époux Suttner vont évoluer entre ces trois lieux au statut assez indéfinissable, auxquels s’ajoutent les séjours d’été à Gordi, mettant à l’épreuve leur capacité d’adaptation à des conditions de vie peu ordinaires mais aussi la solidité de leur couple formé dans des circonstances plutôt romanesques et confronté désormais à un quotidien très particulier. Très vite, tous deux se rendent compte qu’il va leur falloir gagner eux-mêmes leur existence. La princesse de Mingrélie, dont un des fils est adjudant du Tsar, continue certes à les assurer de sa protection mais son pouvoir auprès du Tsar et de la cour de Saint-Pétersbourg n’est pas aussi grand qu’il y paraît. Il faut donc prendre les choses en main et, le séjour estival de Gordi s’achevant, s’enquérir des possibilités de travail sur le terrain. Tous deux s’étaient préparés à cette éventualité, peu évidente vu leur origine, leur éducation et les codes sociaux auxquels ils étaient astreints jusqu’alors. Le jeune baron surtout, à peine sorti de ses études de droit, sans projet professionnel et sans la moindre expérience de la vie active, est totalement ignorant de ce que peut être un travail, a fortiori un travail à l’usine, car c’est bien de cela qu’il s’agit :

  • 13 Der Meine, Le Mien, terme par lequel Bertha von Suttner désigne son mari.

Mon mari avait trouvé un emploi chez un entrepreneur en bâtiment et fabricant de papiers peints, pour lequel il tenait les comptes et dessinait de nouveaux modèles de papiers peints […] La cloche annonçant le début du travail sonnait à cinq heures du matin, et il fallait bien que Le Mien*, si dorloté chez lui et à vrai dire d’une incroyable paresse, s’extirpe du lit – ce qu’il faisait fort joyeusement. (M, p. 150) 13

  • 14 Le Meyers Konversations Lexikon (1891) mentionne une dizaine de « colonies allemandes » en Transcau (...)

19Contrôler la salle des machines, travailler dans un bureau, partager les pauses et le café-pain noir avec les ouvriers, puis se rendre auprès de clients parfois très éloignés, ou marchander avec l’administration des douanes plutôt tracassière, tout cela, le baron l’apprend relativement vite, faisant ainsi une authentique plongée dans le monde du travail et de l’entreprise tel qu’il est mis en place par des occidentaux venus s’implanter à Tiflis, ville commerçante depuis la plus haute Antiquité. Monsieur Bernex, de Marseille, le patron du baron, est l’exemple même de cette implantation florissante qui est, semble-t-il, plutôt le fait de la France, alors que les ressortissants allemands, ruraux venus de la Souabe et du Wurtemberg à la suite de la grande famine de 1817, préfèrent s’agréger dans de « beaux villages », loin des ports et du commerce.14 Plus tard, installé à Zougdidi, le baron von Suttner va exercer ses talents dans un autre champ d’activité et œuvrer comme architecte en chef préposé à la surveillance des travaux de la villa que se fait construire le prince Murat. Ce dernier faisant preuve d’un amateurisme plutôt désastreux, c’est à Artur Gundaccar von Suttner, sans la moindre expérience de chantier, qu’est confiée la direction des travaux. Les Mémoires ne disent pas si la villa fut jamais achevée conformément aux plans dessinés par le prince et mis en œuvre par le baron. Il n’en reste pas moins que c’est pour ce dernier une autre forme de confrontation avec le monde du travail et une manière de cumuler des expériences pour le moins originales.

20Pour Bertha von Suttner, l’adaptation au quotidien est différente. Elle a déjà une certaine expérience du travail, si l’on entend par là le fait de gagner sa vie en exerçant une activité rémunérée. Elle va donc de nouveau mettre à profit ses talents de musicienne et sa connaissance des langues en donnant des leçons de musique et de chant ou de français et d’allemand. À Tiflis, où une grande partie de la noblesse géorgienne vit à l’occidentale, elle n’a aucun mal à trouver des élèves, elles aussi élevées sur le modèle européen, et les leçons y sont « fort bien payées ». À Zougdidi, vers la fin du séjour, elle retrouve une autre forme d’activité qui lui est familière et reprend ses fonctions de préceptrice, enseignant le piano et l’allemand aux deux fils bien nommés du prince Murat, Lucien et Napo, ce qui n’est pas sans lui rappeler les années parisiennes sous le Second Empire. Ainsi, bon an mal an, et en évitant de se montrer trop exigeants quant aux conditions de travail, les époux Suttner survivent plutôt correctement, s’adaptant à un environnement qui leur est doublement étranger, celui du travail et celui du pays, ce Caucase qui est déjà un peu l’Asie. C’est de ce moment que datent les premières photographies d’une Bertha von Suttner au visage quelque peu durci, posant devant la maison de bois dont elle décrit dans ses Mémoires par le menu et non sans fierté, l’aménagement intérieur réalisé de ses mains :

Pour nous, nous avions loué la petite maison d’un colon allemand. Paradisiaque, oui, selon nos conceptions, mais en soi pas vraiment somptueux, un rez-de-chaussée, trois pièces basses et une cuisine, devant l’entrée une véranda de bois. (M, p. 152)

21Toutefois, ces activités de gagne-pain ne sont qu’un aspect de la vie caucasienne des époux Suttner. La tâche quotidienne une fois accomplie, tous deux retrouvent un mode de vie d’avant l’Asie : « À partir de six heures de l’après-midi nous étions libres, nous faisions alors grande toilette et dînions tous les soirs en ville ». Et si Bertha von Suttner semble s’amuser de cette double vie, celle-ci a aussi pour fonction de la rassurer sur son identité européenne intacte :

Dans le monde nous étions traités non pas comme l’employé d’usine et la maîtresse de piano mais comme des émigrés aristocratiques, non seulement sur un pied d’égalité mais avec cette prévenance particulière dont on a coutume de faire montre vis-à-vis d’étrangers illustres. (M, p. 150)

22Chaque soir ou presque, ils retrouvent dans le salon de la princesse Tamara de Géorgie ou à la table des nobles géorgiens de Tiflis les mêmes formes de sociabilité auxquelles ils étaient tant habitués en Europe, les mêmes espaces, les mêmes nourritures festives, les mêmes politesses à la française et parfois, les mêmes figures rescapées d’un monde disparu, comme le comte de Rosmorduc, breton de souche et « gentilhomme de vieille roche », arrivé il y a plus de vingt-cinq ans sur ces rivages pour des raisons inconnues et devenu le fidèle intendant de la reine Dadian. À Zougdidi, les contacts seront beaucoup plus rares, car la colonie allemande composée de paysans émigrés de la Souabe n’est guère fréquentable : « À côté de cette grande rue orientale, il y avait un petit tas de maisons paysannes habitées par des paysans du Wurtemberg, c’était là la colonie allemande ». En somme, tout juste bonne à fournir le logement et l’unique domestique pendant le séjour. En fait de vie sociale, on se restreint donc au cercle autour de Dedopali, du prince Murat et de sa famille, retrouvant là encore comme un condensé de civilisation à l’européenne :

Sans la cuisine française la plus raffinée, sans les installations sportives à l’anglaise pour les chevaux, les voitures et la chasse, le prince Achille ne pouvait pas vivre. (M, p. 153)

23Même la partie aristocratique de la société locale est perçue exclusivement sous un aspect occidentalisé, la culture spécifique du pays, sa langue et sa littérature – pour laquelle les époux Suttner marqueront pourtant un réel intérêt – reste inexorablement ‘exotique’ et ne peut en rien concurrencer les modes de vie, les valeurs même du modèle occidental. Alexandre Dumas se mêlant à la population locale, s’initiant aux us et coutumes du pays, avait bien plus profondément pénétré la civilisation caucasienne. Malgré tout, malgré les ponts un temps rompus avec Vienne, malgré la plongée dans le monde du travail, malgré les contraintes quotidiennes et le manque de ressources, les époux Suttner resteront tout au long des années caucasiennes ces « migrants aristocratiques » fidèles à leurs origines k.u.k./ kaiserlich-königlich.

24Dans ces conditions, la vie de couple prend une importance considérable. Au cours de ces années, il se fait un certain vide autour des époux Suttner, la princesse de Mingrélie disparaît en 1882 puis, en 1884, la mère de Bertha von Suttner, Sophie Wilhelmine von Kinsky qui avait entre-temps consenti à renouer épistolairement avec sa fille et un gendre à peine entrevu. De plus, le couple n’a pas d’enfant, ce qui, du reste, ne semble guère poser problème : « c’est un fait – l’absence d’enfant ne nous a jamais coûté le moindre soupir de regret », peut on lire à ce sujet dans les Mémoires. Outre l’âge relativement avancé de Bertha von Suttner, elle a quarante ans en 1883, la raison de cette absence d’enfant tient aussi à la façon dont ils envisagent leur couple. Jetés, après la rupture avec le milieu familial et viennois, dans un environnement étranger, ils fondent leur relation de couple nécessairement sur une solide entente physique et intellectuelle réciproque et la bâtissent sur une vision d’avenir, sur un projet encore mal défini mais ressenti comme vital :

Cette absence d’enfant, je me l’explique ainsi : non seulement nous nous satisfaisions pleinement l’un l’autre, mais plus encore, ce besoin de se vivre dans l’avenir qui est le fondement même du souhait d’avoir des descendants, d’œuvrer et de créer pour eux, ce besoin trouvait pour nous sa satisfaction dans le travail. (M,280)

25Ce projet sous-tend leur vie commune, renforce leur couple et les pousse à se livrer ensemble, isolés de tout et de tous, à des lectures et des études sans fin mais non sans but :

Nous nous complétions mutuellement, nous nous aidions l’un l’autre à nous élever… Cette façon de s’approprier à deux une nouvelle vérité en rend la possession deux fois plus forte et sa compréhension deux fois plus claire. (M, p. 156)

26Dans la partie des Mémoires qui constitue un bilan des années caucasiennes, on trouve une liste impressionnante de ces lectures. Certes, dévorer des livres a toujours été une véritable passion chez la jeune Bertha Kinsky mais la variété, l’actualité aussi de telles lectures ne cessent d’étonner. Comment les époux Suttner ont-il réussi à se procurer tant d’ouvrages, parfois tout juste publiés ? Ils en avaient certes emporté quelques-uns lors de leur fuite de Vienne, les Mémoires en portent témoignage. La princesse de Mingrélie a pu mettre à leur disposition les livres commandés en Europe pour sa propre bibliothèque et son entourage, en partie occidental et en commerce permanent avec l’Europe, a pu contribuer à alimenter cette boulimie de lecture. Eux-mêmes, ayant repris quelques contacts avec Vienne, ont pu se faire venir nombre de livres. Bertha von Suttner reçoit La revue des Deux Mondes « qu’elle lit régulièrement de la première à la dernière page ». Quoi qu’il en soit, ce n’est pas seulement la quantité qui impressionne dans une liste qui va de Pascal à Charles Darwin et Herbert Spencer, c’est aussi l’étendue du champ des connaissances couvert par ces lectures :

Car, tout comme la littérature proprement dite et peut-être même plus, c’est la littérature scientifique qui me fascinait. Je lisais des ouvrages d’ethnographie, de chimie, d’astronomie et ma discipline préférée était la philosophie (M, p. 114)

  • 15 Henry Thomas Buckle, History of civilization in England, volume I, Londres, 1857, Volume II, Londre (...)
  • 16 H.T. Buckle, History of civilization, op. cit., vol. I, chapter II, p. 30-113, London, the World’s (...)
  • 17 Cette bibliothèque est conservée en l’état à Björkholm, près de Stockholm, dernier domicile d’Alfre (...)

27Et de citer parmi ses favoris, dont elle impose la lecture à haute voix avec commentaire à son mari : Strauss, Feuerbach, Kant, Comte, Littré, Victor Cousin, Darwin, Haeckel, Spencer, Wehwell (History of sciences) etc… Une mention spéciale va à l’ouvrage de Henry Thomas Buckle, History of civilization in England, qui a été pour elle « une révélation », ce qui ne saurait étonner car elle retrouve chez Buckle, soucieux de fonder l’histoire comme une science exacte, cette combinaison des deux éléments, histoire et sciences, qui l’intéresse particulièrement.15 Buckle intitule en effet un des premiers et des plus explicites de ses chapitres : Influence exercised by physical Laws over the organization of society, and over the character of individuals16. L’ouvrage figurait dans la bibliothèque personnelle d’Alfred Nobel à Paris, ce qui n’avait pas dû échapper à la curiosité toujours vigilante de Bertha Kinsky17. Quant aux dialogues avec Alfred Nobel, qu’elle a encore très présents à l’esprit, sur les sciences modernes et leur rapport avec la morale humaniste, voire leur responsabilité au sein de la civilisation européenne, ils ne sont sans doute pas pour rien dans ces choix que l’on peut juger éclectiques mais qui n’en sont pas moins courageux pour une jeune femme de son milieu et de son époque. Il n’est donc pas étonnant que Bertha von Suttner conclue le chapitre consacré au Caucase dans ses Mémoires par ce constat : « c’était une riche existence que nous menions dans ces lieux du bout du monde ». Au fil des ans, le Caucase est devenu synonyme d’une intense communauté de vie et d’esprit qui va bientôt aboutir à une véritable coopération dans un domaine, dans lequel Bertha von Suttner ne s’était pas encore aventurée, celui de l’écriture.

Une expérience fondamentale

28Mais avant même d’entrer en écriture d’une manière quasi conjugale, les époux Suttner se voient, peu de temps après leur arrivée sur le sol caucasien, confrontés à un événement qui va profondément les affecter et susciter, sur un mode encore souterrain, bien des réflexions : la guerre russo-turque qui éclate en avril 1877. En débarquant en été 1876 sur les rivages de Poti, Bertha von Suttner, pas plus que son mari, ne pouvait ignorer qu’il s’agissait là d’une des régions les plus fragiles aux marges du continent européen. Ce que l’on appelle « la question d’Orient » est alors sur toutes les lèvres et le Caucase, par sa position géographique, par son statut de territoire annexé par les Russes et placé sous leur gouvernement, par ses frontières plutôt poreuses avec l’Empire ottoman, est au cœur de cette « question d’Orient » qui se joue entre mer Noire et Constantinople, entre Turcs et Russes et leurs alliés respectifs. Très vite, dès la première année passée à Koutaï, siège du gouvernement russe, les époux Suttner doivent faire face à une situation de guerre ambiante car dans un univers aussi restreint, il est difficile, voire impossible, de se dérober aux réalités de la guerre. La vie quotidienne en est bouleversée, plus de leçons à donner, les grandes familles fuient la zone, plus de travail dans l’entreprise de Monsieur Bernex mise à mal par les passages de troupes, les réquisitions des armées et le manque de clientèle. De plus, la menace de l’avance des troupes turques, connues pour la sauvagerie de leurs exactions, sème la panique dans la population. Malgré tout, les époux Suttner refusent de quitter la région, vivant avec angoisse certes mais aussi avec passion une expérience qualifiée de ‘fondamentale’. Pour la première fois, la jeune femme est vraiment confrontée aux réalités de la guerre, une guerre qu’elle avait jusque-là tenue à distance, que ce soit en 1866 lors de la défaite des Autrichiens par les Prussiens à Sadowa, ou en 1870-1871 lors du conflit franco-prussien qui la surprend à Paris. On se souvient de son attitude d’alors, quasi indifférente, partagée entre son milieu germanique d’origine et ses fréquentations dans la société du Second Empire. Pour elle, la guerre est alors une affaire d’hommes et reste cantonnée aux champs de bataille et aux commandements stratégiques lointains dont elle se sent en tant que femme et aristocrate européenne, à la fois exclue et préservée. Elle refuse d’en suivre le déroulement et même d’en lire le récit dans les journaux, elle ignore donc – volontairement – tout de la guerre jusqu’à cette plongée au cœur du conflit qui va, sans qu’elle s’en rende compte, infléchir sa pensée et, à plus long terme, le cours de sa vie publique.

  • 18 Louis Léger, Histoire de l’Autriche-Hongrie, op. cit. p. 582.
  • 19 Alexandre Dumas dans Le Caucase revient maintes fois sur cette figure et lui consacre un chapitre e (...)

29Le conflit auquel les époux Suttner se trouvent confrontés est le résultat d’une longue série de glissements géopolitiques qui affectent toute la région sud-orientale du continent. Avec la prise de Sébastopol par les Français en septembre 1855, la guerre de Crimée a pris fin et la Paix de Paris, en mars 1856, fixe les conditions de paix, mettant momentanément un terme aux visées expansionnistes russes sur les Balkans. Tout juste arrivé sur le trône, Alexandre II se tourne alors vers les frontières orientales de l’Empire et plus particulièrement vers les régions d’Asie mineure jouxtant l’Empire ottoman, sorti vainqueur de la guerre de Crimée. Le Tsar, sous l’influence de son entourage, n’a cependant pas totalement détourné le regard des Balkans et, tout en se sentant investi d’une « mission civilisatrice » en Asie mineure, saisit le prétexte de venir en aide aux Bulgares, rebaptisés pour l’occasion en « slawische Brüder/ Frères slaves », menacés dans le sud par les troupes du Sultan. La jonction entre une partie des Balkans et les confins de l’Asie mineure est ainsi faite et toute la région, dont le Caucase, redevient zone de guerre. Le 24 avril 1877, le Tsar déclare la guerre à la Turquie et les troupes russes et bulgares s’approchent de Constantinople tandis que les soldats turcs abandonnent coup sur coup les citadelles de Plevna et de Kars. Dans son histoire de l’Autriche-Hongrie qui se termine précisément en 1878, le contemporain Louis Léger note « les succès des Russes, qui après la chute de Plevna ont amené leurs troupes victorieuses jusqu’aux portes de Constantinople »18. Or sur cette trajectoire se trouve précisément le Caucase encore sous le coup des véritables guérillas menées dans les années 1859-1864 par une figure alors légendaire, Imam Schamyl19. Une fois ce dernier fait prisonnier, l’ensemble de la région avait été pacifiée, c’est-à-dire fermement reprise en mains par le prince Baryatinsky, nommé à la tête du gouvernement du Caucase. La ‘pacification’ avait donné lieu à des flux importants de migration, les Turcs installés dans la région côtière étant contraints au retour au pays tandis qu’affluaient des pays limitrophes les Russes, les Bulgares et autres Slaves, compliquant encore plus les relations interethniques au sein du pays. En 1877, avec l’avancée des troupes russes et bulgares massées sur les bords de la mer Noire, le Caucase redevient lieu de batailles, de sièges et de passages de troupes avec leur cortège de blessés mais aussi d’exactions en tous genres. C’est de cela que les époux Suttner sont les témoins, quelque peu pris dans la nasse :

Les troupes étaient massées à la frontière […] Le 24 avril eut lieu la déclaration de guerre et en même temps le franchissement du Pruth et de la frontière arménienne. La nouvelle était d’autant plus alarmante que le Caucase se prêtait fort bien à être un des deux champs de bataille et qu’une invasion des Turcs à Koutaï faisait partie des dangers possibles. (M, p. 144)

30Très vite Bertha von Suttner s’investit avec ardeur dans les manifestations organisées au profit des soldats blessés. Un jour, elle visite une exposition de peinture représentant de manière réaliste une scène au front :

Devant ce tableau, j’ai moi aussi versé une larme et j’ai acheté lors de la tombola autant de billets que me le permettait ma bourse jusqu’à épuisement, je gagnai une petite cruche que je remis en jeu. (M, p. 146)

31Le premier contact avec les réalités de la guerre ne mène certes pas la Baronne von Suttner à une réflexion critique sur la guerre en tant que telle, elle a tout naturellement le réflexe Croix-Rouge repris par les femmes depuis sa création en 1859 sur le champ de bataille de Solferino en Italie du Nord par Henry Dunant. Ce qui domine chez elle, c’est surtout l’étonnement de se trouver au beau milieu d’un événement que son mari qualifie d’« événement élémentaire d’une importance historique singulière ». Les époux Suttner sont doublement marqués par cette expérience. La première raison peut paraître surprenante mais elle tient à leur appartenance - en authentiques Baron Suttner et Comtesse Kinsky qu’ils demeurent- à l’Empire austro-hongrois, lequel est alors déchiré par le conflit entre les Slaves et les Magyars/Hongrois qui prennent ostensiblement fait et cause pour la Porte et son Sultan :

  • 20 L. Léger, Histoire de l’Autriche-Hongrie, op. cit. p. 581.

Depuis 1874 on a vu l’Autriche prendre tour à tour les mesures les plus contradictoires : les Slaves demandaient que la monarchie entrât en campagne et suivaient avec une attention fébrile les phases d’une lutte héroïque [..].Les Hongrois ne négligeaient aucune occasion de faire éclater leur haine pour les Serbes et leurs sympathies pour les Ottomans20

  • 21 Christentum und Vaterlandsliebe von Graf Leo N. Tolstoï, übersetzt nach einer Kopie aus dem Russisc (...)
  • 22 « Ce mieux là » : l’intervention de la Croix-Rouge et les manifestations de bienfaisance envers les (...)

32Il est significatif que, tout au long de cette expérience, Bertha von Suttner ne prononce jamais le terme de « question d’Orient » mais en reste délibérément à l’expression « tragédie des Balkans », faisant apparaître la continuité d’un conflit qui de la Serbie au Monténégro s’élargit à la Russie et la Turquie, perturbe le Caucase, puis revient, elle en témoignera encore en 1905, en Serbie pour aboutir à la catastrophe de Sarajevo en 1914. La seconde raison de ce qui est, plus qu’un intérêt, une véritable implication dans l’événement est le choix clairement assumé des époux Suttner pour le camp russe et, par voie de conséquences, pour les Slawische Brüder, les Frères slaves : « Eh bien oui ! nous croyions alors à l’amour fraternel slave ». Le choix des Suttner n’est pas sans conséquences. En effet, pour mener à bien ce qu’il appelait sa « croisade », le Tsar, en venant au secours des Serbes slaves opprimés, chrétiens de surcroît, n’avait pas hésité à parler de ‘guerre juste’. De fait, il cherchait ainsi – volontairement ou non, les opinions divergent sur ce point –, à masquer les véritables buts de l’expédition qui étaient de pousser jusqu’à Constantinople en annexant nombre de territoires turcs. Quelques années plus tard, en 1894, à l’occasion de bruyantes et à son avis hypocrites réconciliations franco-russes, Léon Tolstoï publiera un petit ouvrage intitulé Chrétienté et patriotisme, que Bertha von Suttner lit dans sa traduction immédiate en allemand.21 L’ouvrage, dont de très longs passages consacrés aux ‘Frères slaves’ seront cités dans les Mémoires, critique sévèrement cet amour soudain apporté, pour les besoins du moment, à des « Frères slaves ignorés pendant des siècles » et Tolstoï de dénoncer fortement, tout en accordant le bénéfice du doute à Alexandre II, l’hypocrisie de la « croisade » et de la « guerre juste » revendiquées par le Tsar. Dans les pages des Mémoires consacrées à cet épisode, Bertha von Suttner se montrera quelque peu honteuse d’être tombée dans le piège de la « guerre juste » par solidarité avec les Frères slaves, ce qui revenait à admettre la guerre, à la justifier d’une certaine manière : « Aujourd’hui il me semble qu’il pourrait y avoir quelque chose d’encore mieux que ce mieux là, tout simplement ne pas les envoyer à la guerre ». (M, p.145)22 Entre 1877 et 1894, la réflexion sur la guerre, sa problématique nécessité et son impossible justification, a fait son chemin et la lecture de Tolstoï, cet « homme qui a le courage de la vérité » et avec lequel elle engagera une correspondance, y est pour beaucoup.

33Il y a donc bien dans l’épisode relativement bref de la guerre russo-turque une expérience fondamentale, même s’il faut attendre un certain temps avant de pouvoir en mesurer le véritable impact. C’est d’abord l’expérience au premier degré du contact physique avec la guerre. Ce n’est pas le front certes ni même le champ de bataille mais l’impression angoissante et fascinante à la fois d’« être au beau milieu, ce qui vous donne une idée de l’importance de l‘événement » reste l’élément essentiel de ce moment particulier. L’expérience est aussi significative par ce qu’elle révèle de l’enracinement encore intact de Bertha von Suttner dans un monde européen continental aux prises avec ses propres nationalismes. Par sa solidarité affichée avec les Frères slaves, elle assume quelque chose qui lui vient de sa patrie d’origine, l’antagonisme qui traverse et déchire l’Empire austro-hongrois. Et dans le conflit qui se déplace vers l’Orient, elle perçoit et déplore encore et toujours la « tragédie des Balkans ». :

Comme je ne pouvais pas soigner directement les blessés, j’apportai au moins avec ardeur mon aide lors des manifestations organisées par les Dames de Koutaï en leur faveur – Ainsi, je pensai avoir payé mon tribut à la tragédie des Balkans. (M, p. 146)

  • 23 « unsere Friedensbertha, notre Bertha de la Paix », terme d’affection, par lequel Stefan Zweig, ren (...)

34Même si l’on peut déceler ici une amorce de réflexion chez Bertha von Suttner, il n’y a là, pour l’instant, aucun pacifisme en vue. Bien au contraire par ses choix comme par son comportement, elle contribue d’une certaine manière à cautionner la guerre comme phénomène inéluctable. Cette attitude, qui était la norme en ces temps où les nationalismes s’agressent en permanence, sera plus tard révisée et l’aveu d’un tel aveuglement dans les Mémoires ne se fera pas sans douleur. Mais c’est bien cette première expérience de la violence humaine dans les conflits – celle-là même qu’elle évoquait de manière plutôt abstraite dans ses conversations avec Alfred Nobel – qui orientera Bertha von Suttner vers un pacifisme intégral avec la conviction, acquise au lendemain du conflit vécu au Caucase, qu’il ne faut pas œuvrer pour que cesse la guerre mais bien pour qu’elle ne commence jamais. Vouloir la paix c’est d’abord empêcher la guerre, toute la bataille menée envers et contre tous et pendant des décennies par la Friedensbertha contre les armements des États ou pour l’institution de tribunaux de paix et non de guerre est dans le droit fil de cette première « expérience fondamentale ».23

Le goût de l’ écriture

  • 24 Plus connu par ses héros indiens américains, Old Chatterhand et Winnetou, Karl May (1842-1912) est (...)
  • 25 On trouve la plupart de ces titres dans la bibliothèque personnelle d’Alfred Nobel.
  • 26 La parution de romans sous forme de feuilleton dans la presse au XIXsiècle date de 1842-1843 avec (...)
  • 27 Cf. le chapitre « Epistolières d’Europe » in : M.C. Hoock-Demarle, L’Europe des Lettres, Paris, A.  (...)
  • 28 Sigmund Freud rapproche ainsi dans Totem et Tabu le nom et le surnom : „Der Name eines Menschen ist (...)

35La guerre russo-turque apporte bien d’autres changements dans la vie du couple Suttner. Les quelques revenus assurés par des leçons privées pour l’une et par un travail de contre-maître dans une entreprise de papiers peints pour l’autre, se tarissent en l’absence d’élèves et de clients. « C’était marée basse » note Bertha von Suttner sans autre commentaire. Manque d’argent et temps long des loisirs se conjuguent alors pour que se mette en marche l’aventure de l’écriture. Le premier à franchir le pas est Artur Gundaccar : « Mon mari s’essaya alors à l’écriture, il avait découvert en lui le talent d’écrire facilement et de manière pittoresque » (M, p. 148). Non sans ironie c’est bien la guerre qui vient ici au secours des finances du ménage. En effet, c’est en envoyant des chroniques de guerre, le plus souvent sous forme de lettres fictives, à la presse viennoise que le baron von Suttner entre en littérature. Toutefois, ces chroniques jugées trop pro-russes par le plus important journal viennois d’alors Die neue freie Presse, lui-même plutôt proche des Turcs, ne sont bientôt plus publiées et le baron se tourne alors vers un genre où son style pittoresque fait merveille : tableaux du Caucase ou scènes de la vie et des mœurs des habitants de ces contrées lointaines. Les ouvrages comme Tableau de mœurs migrélien, Aznaour, Les enfants du Caucase ne sont pas sans rappeler les romans d’un certain Karl May, dont les héros Kara ben Nemsi (Karl l’Allemand, nom orientalisé de l’auteur), Hadschi Halef Omar sont eux aussi familiers de ces parages24. Les ouvrages du baron rencontrent un réel succès, assurant une première célébrité au nom de Suttner, celui de Monsieur s’entend25. De plus, ces contributions, ajoute une Bertha von Suttner heureuse de voir les finances quelque peu assurées, « étaient très bien reçues et fort bien honorées ». Un temps, elle admire en silence puis, animée par un sentiment dont elle ne parvient pas à déterminer s’il s’agit « d’envie ou d’instinct d’imitation », se lance à son tour dans l’aventure. Ses motivations diffèrent de celles de son mari qui, peu enclin à continuer à vivre de son emploi en usine, recourt à un talent inné d’écrivain et trouve ainsi sans peine sa voie entre la publication de chroniques et des romans paraissant en feuilleton dans les journaux très friands d’un genre littéraire fort rentable pour leur commerce.26 Bertha von Suttner n’a pas cette facilité, pour elle, écrire, particulièrement des romans, restera toujours un fardeau, une contrainte,« ein Schreibzwang ». Son écriture se libèrera peu à peu dans la mesure où, répondant à une tout autre finalité, elle deviendra l’instrument qui fait passer le message pacifiste et universel, ses romans les plus célèbres étant alors, jusque dans leurs titres, rédigés comme des appels ne se laissant guère débiter en feuilleton. Dans les loisirs forcés de la Mingrélie paralysée par la guerre, elle se souvient des tentatives d’écriture datant de son adolescence et de ses essais de théâtre conçus avec la complicité d’Elvira, la cousine à l’imagination sans limites. Elle avait même à l’époque commis et posté une nouvelle, Erdenträume auf dem Mond/Rêves de terre sur la lune. À sa grande surprise – et peut-être même frayeur – la nouvelle avait été publiée dans un journal pour les dames Die deutsche Frau. Mais elle n’avait pas donné suite, préférant s’épancher par lettres et privilégiant le genre épistolaire accordé aux femmes pour ses qualités d’intimité préservée et son mode de diffusion hors des circuits de la sphère publique.27 À cette hésitation liée au caractère même de Bertha von Suttner et motivée par une première expérience personnelle vient s’ajouter le fait qu’écrire n’est pas chose aisée pour une femme. C’est même encore en cette fin du XIXsiècle une forme de transgression considérée, dans la mesure où la femme qui écrit se met en scène sur la place publique, comme une prostitution intellectuelle. Bertha von Suttner résout la difficulté de manière très classique : elle publie sous pseudonyme, un pseudonyme qui en dit long sur la distorsion fondamentale entre public et privé. Ce sera B. Oulot en souvenir du surnom Boulotte qu’on lui avait, peu aimablement, attribué dans la Maison Suttner. Bertha von Suttner, très hésitante à entrer en écriture, très consciente des problèmes que pose une telle décision pour une femme de son temps et peut-être aussi de son rang, joue ici entre nom, nom de plume et surnom, entre pseudonyme et anonyme d’une manière qui aurait sûrement intéressé Sigmund Freud, lequel s’est penché sur les rapports complexes entre nom et surnom, sans toutefois jamais faire allusion à sa compatriote viennoise28. C’est du reste une distorsion identique qui avait motivé son choix d’exercer dans le privé – gouvernante chez les Suttner ou secrétaire personnelle d’Alfred Nobel – des activités somme toute publiques puisque rémunérés. L’hésitation de Bertha von Suttner à entrer en littérature se révèle aussi par les choix plutôt hétéroclites qu’elle fait en matière de production littéraire et qui répondent à des finalités pour le moins contrastées. Nombre de ses productions d’alors relèvent d’une littérature gagne-pain très à la mode à l’époque, d’autres comme la traduction jamais publiée d’une épopée géorgienne du XIIIe siècle constituent un hommage original à la culture du pays d’accueil, une autre est une autobiographie à deux mains du couple Suttner. Quant à l’ouvrage qui toujours sous couvert d’anonymat, ouvre la voie à la reconnaissance littéraire, Inventarium einer Seele (Inventaire d’une âme), il ne se rattache à aucun genre littéraire précis. Se nourrissant des notes faites alors par l’auteur à partir de ses lectures comme de ses expériences, il s’apparente plutôt aux Mémoires bien postérieures.

36Dans un premier temps, Bertha von Suttner, encouragée par les publications suivies de rentrées financières des chroniques et récits de son mari, envoie au journal viennois Die Presse ce qu’elle appelle elle même un « feuilleton », en fait une nouvelle au titre éloquent Fächer und Schürze (/Eventail et tablier) :

Et voilà que je reçois par retour de courrier un exemplaire justificatif et vingt gulden. Oh, la première réception d’un honoraire d’écrivain – quelle satisfaction pleine de fierté – indescriptible ! (M, p. 148)

  • 29 Eugénie Marlitt (1825-1887), auteur sur le tard de romans populaires essentiellement destinés à un (...)
  • 30 Es Löwow, paru en feuilleton dans la revue Die Gesellschaft, Munich puis publié en 1894, chez Piers (...)

37En commettant ainsi quelques nouvelles et romans, Hanna, Ein schlechter Mensch, Bertha von Suttner, pour qui il s’agit ni plus ni moins de remédier par ce biais à la pénurie financière du ménage, vise en fait juste. Ses premières publications s’inscrivent dans une littérature à la mode tant par la forme, la publication en feuilleton étant alors la plus rémunératrice, que par les thèmes privilégiés, destins contrastés et contrariés, obstacles à l’ascension sociale des femmes ou difficultés à s’affirmer dans la société des filles pas encore mariées. On retrouve là les thèmes traités par les femmes-auteurs les plus prolixes de leur temps, particulièrement Eugénie Marlitt qui fournit la désormais célèbre revue Die Gartenlaube en romans sur le thème de Cendrillon comme Goldelse (1866)29. Certains titres de Marlitt sont à eux seuls tout un programme : Das Geheimnis des alten Mamsell/ Le secret de la vieille Demoiselle (1868), Das Heideprinzesschen/ La petite princesse de la lande (1872) et autres. Il est certain que Bertha von Suttner avait connaissance de ces parutions et l’on peut penser que, comme toute adolescente de l’époque, elle en avait lu quelques-unes au moins en feuilleton dans la presse. Avec Es Löwos, qualifié de monographie par l’auteur, Bertha von Suttner s’aventure dans un tout autre domaine, plus risqué quant à la rémunération à venir. Il s’agit en effet d’une sorte de biographie à quatre mains du couple dans les années caucasiennes et l’aspect autobiographique y est parfaitement identifiable en dépit du récit en décalé : « Es Löwos, c’est ainsi que le narrateur masculin appelle le tu féminin à cause de la longue et épaisse chevelure qui entoure son visage comme une crinière. »30 L’ouvrage est plutôt bien perçu puisqu’il paraît en livre peu de temps après la publication en feuilleton dans la revue Die Gesellschaft. Mais il ne manque pas de déchaîner les réactions d’usage dès qu’un auteur soulève, même avec des précautions infinies, le voile qui entoure et étouffe tout ce qui relève de la vie privée, voire intime. Et le fait d’avoir choisi un narrateur masculin et d’avoir préservé l’anonymat de l’auteure n’y change rien :

Bien des gens m’ont fait reproche : tant d’intime ne se ne jette pas ainsi en pâture à la foule. Comme si on écrivait pour la foule ! On s’imagine toujours avoir pour lecteurs ceux en qui vibrent les mêmes cordes. Ceux-là, on en trouve toujours quelques-uns dans la foule. (M, p. 154)

  • 31 Une traduction du poème épique de Schosta Rustaweli due à A. Leist paraît en 1888 à Leipzig.

38Avec la traduction de l’épopée nationale géorgienne Tigerhaut/ Peau de tigre on aborde un tout autre versant de la littérature. La traduction de ce poème de Rustaweli, datant du XIIIe siècle et dont le titre exact est Der Mann im Tigerfell/L’homme à la peau de tigre est en soi une aventure et marque bien qu’ici ce n’est plus la rentabilité qui compte pour les traducteurs amateurs mais bien le plaisir de se plonger dans la culture ancestrale du pays qui les accueille ainsi que le désir de faire connaître cette culture au monde européen.31 Les époux Suttner, qui entreprennent ensemble la traduction, ne savent pas le géorgien, a fortiori le géorgien archaïque, ils ont donc recours aux services d’un ‘journaliste patriote’ de Tiflis, ami du baron. :

Le travail devait s’organiser ainsi : Monsieur M. devait à partir du texte original nous transmettre le poème mot pour mot dans le français déficient qu’il possédait – et nous, nous traduirions cela en un français correct et à partir de là en allemand. (M, p. 157)

39Pour ce faire, tout le monde se retire au fin fond de la campagne caucasienne chez un pittoresque pope de village, ce qui permet au couple Suttner de « savourer pleinement le côté sauvage, primitif de la solitude caucasienne » tout en découvrant sur le tard, car le moment du retour vers l’Europe est proche, un monde complètement disparu :

  • 32 Les Mémoires donnent un large résumé de l’histoire de cette reine qui avait également fasciné A. Du (...)

Un monde du treizième siècle dans ce coin de terre reculé, une époque que les Géorgiens pouvaient regarder avec fierté car elle avait été l’heure de splendeur du pays – celle où régnait la grande reine Tamara. (M, p. 158)32

40De cette traduction rien ne sera publié mais Bertha von Suttner note dans ses Mémoires qu’elle n’a pas regretté le temps passé à cet exercice qui lui aura ouvert le grand livre de l’histoire géorgienne, certes mythifiée, mais qu’importe.

41Littérature gagne-pain, littérature de médiation, littérature personnelle, il y a dans les productions des années caucasiennes beaucoup de variété et, il faut bien l’avouer, assez peu de génie créatif littéraire. Il faut toutefois mettre à part une production plutôt hybride à propos de laquelle Bertha von Suttner parle de « das Buch/le livre ». Celui-ci va avoir un double retentissement, interne car il déclenche chez son auteur nombre de questions et de réflexions qui ne cesseront plus de l’interpeller, externe aussi car l’ouvrage lui attire force réactions sous forme de lettres à l’origine de solides et précieuses amitiés. Le titre même Inventarium einer Seele (Inventaire d’une âme) mêle habilement le domaine scientifique – le vieux mot latin inventarium impliquant une classification, un examen minutieux – et le domaine de l’humain, du psychologique avec le terme de Seele, d’âme qui n’est pas ici à prendre au sens religieux mais spirituel. C’est donc un titre qui peut se lire comme un rapprochement programmatique entre nature et culture, entre science et conscience. Le narrateur, car ce produit hybride en comporte un, est le portrait-miroir volontairement inversé de l’auteur : héros masculin, baron de son état mais doté d’une belle fortune et combattant volontaire en Bohème en 1866, il a vécu une jeunesse dorée à Paris dans les années 1868-1870 puis, ruiné et veuf, travaille à la mise en inventaire de ses pensées et de ses actes. Le tout se présente comme un dialogue fictif entre ‘l’ego d’hier’ et ‘l’ego d’aujourd’hui’, virevoltant de chapitre en chapitre sans la moindre contrainte narrative ou logique. On a ainsi une série de développements interrompus de manière récurrente par des passages intitulés « Pause » ou « Chapitre où il n’y a rien à dire », les uns présentant une amorce de récit romanesque, d’autres offrant quelques portraits intéressants de femmes, d’autres encore préfigurant les Mémoires avec des retours autobiographiques sur les années de voyages ou d’apprentissages. Mais les passages sans nul doute les plus intéressants, même s’ils pêchent parfois par leur confusion et leur amateurisme, concernent les sciences. Les lectures d’ouvrages scientifiques faites avec Artur Gundaccar von Suttner ont laissé ici d’évidentes traces :

Ce sont surtout les sciences naturelles qui ont allumé dans nos esprits des lumières insoupçonnées. Non pas celles comme on les apprend à l’école, non, nous puisions nos connaissances dans les œuvres des savants et hommes scientifiques les plus récents, ceux qui sont à la fois des philosophes de la nature et dont les recherches font émerger l’aveuglante découverte que tout notre splendide univers est régi par la loi de l’évolution. (M, p. 155)

42L’éventail est très large : ainsi, un paragraphe retrace minutieusement « une expérience en miniature démontrant la création du système solaire » telle que la proposait alors un physicien belge et qui amène l’auteur à un constat personnel et quelque peu singulier :

  • 33 Inventarium einer Seele…, p. 288.

Voilà donc ce qu’est le Tout. Une goutte d’huile cosmique, le verbe créateur du Tout Puissant « Qu’il se meuve », lequel contient le mot biblique « Que la lumière soit », car la lumière est aussi un mouvement […] Et voilà créé un système planétaire33

43Un autre chapitre est entièrement consacré au microchronoscope, étonnant instrument servant à sonder le temps et prétexte à une réflexion sur la nature du temps et sur les rapports espace-temps. Au narrateur qui se plaint de ne pas voir l’instrument que lui tend enfin le génie préposé à exaucer ses souhaits, celui-ci répond :

  • 34 Ibid., chap. XXI, p. 274.

Je ne savais pas que tu avais une idée de l’extension et de la compressibilité du temps. D’habitude les humains considèrent la notion de temps qui leur est propre comme absolue […] Crois-tu donc que notre binocle magique puisse être visible et remplir un espace quand elle sert à régler le temps ?34

44Le chapitre XIX touche, quant à lui, à un tout autre domaine, celui de la psychologie par quoi l’auteur entend « la mémoire, l’association d’idées, la transmission des dispositions naturelles, l’habitude, la formation de l’esprit, la folie, les sensations, la vie affective, la conscience et l’inconscient », ce qui, formulé en 1878, constitue une définition à la pointe des connaissances de l’époque. Mais le champ de la psychologie est abordé par un biais inattendu, celui de la ‘statistique des âmes/Seelenstatistik’, l’auteur rendant ici un hommage appuyé à la statistique comme la science moderne par excellence

  • 35 Ibid., p. 264.

C’est ainsi que fonctionne la statistique, cette questionneuse universelle dont la mission est bien de répondre avec certitude – en s’appuyant sur la loi du grand nombre – à toutes ces vastes questions à propos desquelles tous les hommes politiques et les philosophes du monde entier ont jusqu’ici inventé en vain leurs fragiles systèmes35

45Bien d’autres domaines sont encore pris en compte dans cet ouvrage touffu et parfois déroutant, la religion, le Zeitgeist, le travail, l’argent, la poésie des chiffres, tous témoignant de l’ambition intellectuelle de l’auteure nourrie de ses lectures du moment, A. Comte et H.T. Buckle, qui lui ont révélé la théorie de l’évolution, le principe du progrès et l’analogie entre les lois de la nature et les lois de la société. Le titre Inventarium der Seele en est le condensé.

46Lechapitre X retient particulièrement l’attention par ce qu’il révèle d’un début d’intérêt de l’auteure pour la question de la paix. Il commence ainsi

  • 36 Inventarium, chap. X, p. 115.

Désarmement ! En écrivant ce mot, bien des pensées me sont revenues à l’esprit qui m’ont si souvent occupé à propos de la question de la paix universelle (Weltfrieden), elles se sont agrégées d’une manière à demi consciente chez moi formant toute une chaîne de convictions que je veux maintenant soumettre, en tant que l’une de mes suites d’idées préférées, à un examen minutieux. Le concept de Paix est aussi l’une de mes joies, l’un de mes articles de foi.36

47À travers une formulation qui se cherche encore, la convergence entre lectures – « ici je laisse parler Henry Thomas Buckle, l’un des plus convaincant héraut de l’historiographie moderne et son Histoire de la civilisation en Angleterre, où j’ai puisé et forgé bon nombre de mes opinions » – et expériences vécues comme la guerre russo-turque est évidente. Sous couvert de son narrateur, Bertha von Suttner partage l’optimisme de Buckle It is a safe world, affirmant que la guerre diminue de siècle en siècle et tend vers le point zéro sans toutefois l’atteindre. Mais elle constate aussi la puissance de l’armement moderne servi par les sciences, et tout particulièrement la chimie dont elle connaît les redoutables avancées par Alfred Nobel. Pour s’opposer à la guerre, les propositions de Bertha von Suttner sont parfois encore bien dérisoires comme réunir en un recueil international tous les poèmes et chants de Paix pour les opposer aux « fêtes des abattoirs et aux hymnes pleins de l’ivresse des batailles ». D’autres ne sont pas sans intérêt comme remplacer la lutte contre l’ennemi par une lutte contre les éléments, les maladies la misère et la folie des hommes : « il y a assez de choses à combattre sans qu’il soit besoin de se dresser au premier commandement les uns contre les autres ». Et de citer à l’appui les épidémies de choléra de Wetljanka en Russie en 1879 ou le typhus qui ravagea la forteresse de Kars lors du siège turc, exemples tirés d’évènements récents et d’expériences directes.

  • 37 Dans ses Mémoires, B. von Suttner reprend le texte intégral de Groller paru dans la presse.
  • 38 Cette lettre, perdue, constitue le début de la correspondance Suttner/Nobel qui durera jusqu’en 189 (...)

48Les publications des époux Suttner, si différentes soient-elles, ont rencontré un réel succès dans le monde intellectuel de l’époque. Non seulement la presse et les revues publient très vite les nouvelles du baron von Suttner, non seulement les directeurs s’empressent d’en commander d’autres, mais l’énigmatique B. Oulot devient l’objet de toutes les attentions. Tout le monde est persuadé qu’il s’agit là d’un pseudonyme masculin, ce qui n’est pas sans susciter quelques quiproquos comiques. Ainsi Balduin Groller, rédacteur en chef de la revue Die Neue Illustrierte Zeitung, raconte plus tard comment il détecta sous B. Oulot un ‘nouveau talent’: « Comment s’appelle cet homme ? B. Oulot, curieux nom mais le monde s’y habituera bien ! ». Entré en contact avec le mystérieux personnage repéré à Zougdidi, il engage une correspondance de plus en plus familière : « on se tutoyait comme deux camarades » jusqu’au jour où ayant poussé trop loin la plaisanterie grivoise, il reçoit une lettre discrètement signée « votre très dévouée », la surprise est non feinte : « Ainsi, B. Oulot est une femme ! Qui aurait pu s’attendre à cela de la part d’un tel homme ! »37 De son côté, Bertha von Suttner, alias B. Oulot, reçoit un imposant courrier – « une bonne centaine de lettres » – de la part de ses lecteurs dont beaucoup s’identifient au personnage fictif de Inventarium einer Seele. Parmi ceux-ci figurent un certain nombre d’écrivains contemporains dont le nom passera à la postérité comme Ludwig Büchner, Konrad Ferdinand Meyer, Karl Emil Franzos ou Friedrich Bodenstaedt. Avec eux s’engage une correspondance qui va s’étendre parfois sur des décennies et qui introduit Bertha von Suttner, même à distance et encore anonyme, dans la vie intellectuelle et culturelle de son temps. Des amitiés vont se nouer avec Bartholomeus von Carneri par exemple, dont le rôle dans l’engagement ultérieur de Bertha von Suttner est essentiel. Des amis d’autrefois se manifestent comme Alfred Nobel à qui les Suttner font parvenir leurs écrits et qui connaît donc l’identité réelle de l’auteur d’Inventarium einer Seele. Dans une lettre datant de 1883 qui renoue les contacts perdus depuis 1876, il écrit à propos de cet ouvrage que c’est « un livre délicieux »38 et l’on peut avec quelque raison supposer que la lecture du chapitre X sur le désarmement et les usages civils d’une chimie jusque-là destructrice n’a pas été sans influencer sa propre réflexion qui le mènera à soutenir le pacifisme international et à inventer le prix pour la Paix qui immortalisera son nom.

49Ainsi, pour les Suttner, le coup d’essai s’avère un coup de maître et le travail d’écriture entrepris d’abord pour pallier les difficultés matérielles du moment fait place à l’exercice d’un métier au sens le plus noble du terme : « le nouveau métier était devenu pour nous l’essentiel ». Le bilan des années du Caucase est donc largement positif, même s’il s’est imposé de manière plutôt inattendue :

Certes rien ne s’était réalisé des emplois rêvés à la cour de Russie ou des diverses affaires commerciales amorcées qui auraient dû nous rapporter une fortune … mais il s’était épanoui en nous une philosophie de la vie, une vision du monde à laquelle, en d’autres circonstances et l’un sans l’autre, nous n’aurions jamais eu accès. (M, p. 157)

50Avec une légitime fierté et la certitude d’avoir, en dépit de l’éloignement, du combat au quotidien et de la violence de certaines expériences vécues au Caucase, trouvé en l’écriture une première forme d’autonomie, Bertha von Suttner peut alors ajouter : « Nous pouvions retourner [en Europe], la tête haute, sans humiliation. ».

Notes

1 Ovide, Les Pontiques, écrits à Tomis vers l’an 8 avant Jésus Christ.

2 Alexandre Dumas (père), Le Caucase, suite à En Russie, récit d’un voyage entrepris entre 1858-1859, reprint Editions François Bourin, Paris 1990.

3 Xavier Brosset, Dictionnaire géorgien, russe, français, Saint-Pétersbourg 1840 ; Histoire de la Géorgie 1850-1859, Saint-Pétersbourg.

4 Alexandre Dumas, Le Caucase, Paris, reprint ed François Bourin 1990, p. 508.

5 Ibid., p. 471.

6 Ibid., p. 10.

7 Ibid., p. 518.

8 Ibid., p. 543.

9 Ibid.

10 Le Caucase, op. cit., p. 570.

11 Le Caucase, op. cit., p. 457.

12 Le Caucase, op. cit., p. 457.

13 Der Meine, Le Mien, terme par lequel Bertha von Suttner désigne son mari.

14 Le Meyers Konversations Lexikon (1891) mentionne une dizaine de « colonies allemandes » en Transcaucasie (dont cinq dans la région de Tiflis) « dont les beaux villages tranchent sur les cabanes de torchis et les toits plats des indigènes » (Bd IX, p. 1049).

15 Henry Thomas Buckle, History of civilization in England, volume I, Londres, 1857, Volume II, Londres, 1861. Les deux volumes, infime partie d’un immense ouvrage resté inachevé, connaissent un grand succès. Adepte d’une histoire conçue comme science exacte, Buckle fonde ses études des civilisations anglaise et européenne sur « a comprehensive survey of facts..and the method of averages ». En 1858, il tient une conférence à la Royal Institution sur The influence of women on the progress of Knowledge dans la mouvance des idées de John Stuart Mill. Cette conférence a été plusieurs fois publiée, il est donc possible que Bertha von Suttner en ait eu connaissance.

16 H.T. Buckle, History of civilization, op. cit., vol. I, chapter II, p. 30-113, London, the World’s Classics, 1903. Le livre s’ouvre sur une impressionnante List of authors quoted, 22 pages d’ouvrages représentatifs de toutes les disciplines et provenant de l’ensemble de l’espace européen.

17 Cette bibliothèque est conservée en l’état à Björkholm, près de Stockholm, dernier domicile d’Alfred Nobel.

18 Louis Léger, Histoire de l’Autriche-Hongrie, op. cit. p. 582.

19 Alexandre Dumas dans Le Caucase revient maintes fois sur cette figure et lui consacre un chapitre entier. Léon Tolstoï publie nombre de nouvelles relatives aux épisodes du Caucase Novellen aus dem Kaukasus (1852) ainsi qu’un récit dédié au même personnage Geschichte des Führers der kaukasischen Bergvölker (1851) et plus tard un roman Schadshi Muzat. Aus den Kämpfen im Kaukasus (1904, trad. allemande, Leipzig, 1912).

20 L. Léger, Histoire de l’Autriche-Hongrie, op. cit. p. 581.

21 Christentum und Vaterlandsliebe von Graf Leo N. Tolstoï, übersetzt nach einer Kopie aus dem Russischen von L.A. Hauff, Berlin Otto Janke. L’ouvrage se trouve dans le Fonds Romain Rolland de la BNF.

22 « Ce mieux là » : l’intervention de la Croix-Rouge et les manifestations de bienfaisance envers les blessés.

23 « unsere Friedensbertha, notre Bertha de la Paix », terme d’affection, par lequel Stefan Zweig, rencontrant Bertha von Suttner dans la rue à Vienne au printemps 1914, la salua, ignorant à cet instant que quelques jours seulement les séparait et de la mort de Bertha von Suttner le 21 juin 1914 et de l’embrasement du continent par l’attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914. Cf. S. Zweig, Die Welt von Gestern (1944), Le Monde d’hier. Souvenirs d’un Européen, Paris, Livre de Poche (Trad. S. Nimietz).

24 Plus connu par ses héros indiens américains, Old Chatterhand et Winnetou, Karl May (1842-1912) est encore aujourd’hui l’auteur de romans d’aventures le plus lu en Allemagne, toutes générations confondues. Vers la fin de sa vie plutôt mouvementée, Karl May se tournera vers des récits plus utopiques à tonalité pacifiste et rencontrera Bertha von Suttner qui rédigera une notice nécrologique à sa mort. Cf. chapitre XIII « The Show must go on ».

25 On trouve la plupart de ces titres dans la bibliothèque personnelle d’Alfred Nobel.

26 La parution de romans sous forme de feuilleton dans la presse au XIXsiècle date de 1842-1843 avec Les mystères de Paris d’Eugène Sue dans Le Journal des Débats.

27 Cf. le chapitre « Epistolières d’Europe » in : M.C. Hoock-Demarle, L’Europe des Lettres, Paris, A. Michel, 2008.

28 Sigmund Freud rapproche ainsi dans Totem et Tabu le nom et le surnom : „Der Name eines Menschen ist ein Hauptbestandteil seiner Person, vielleicht ein Stück seiner Seele.“( le nom d’un individu est un élément essentiel de sa personnalité, peut-être même un morceau de son âme). Plus loin il évoque : “ die keineswegs vereinzelten Fälle aus späteren Epochen...in denen von aussen gegebene, ursprünglich als Spott gemeinte Namen von den Bezeichneten akzeptiert und bereitwillig getragen wurden.“ (les cas absolument pas isolés dans des époques postérieures, où des noms donnés de l’extérieur et à l’origine conçus comme des railleries ont été acceptés par les individus concernés qui les portaient volontairement“), Totem und Tabu, in S. Freud, Studienausgabe, Bd. IX, S. 398.

29 Eugénie Marlitt (1825-1887), auteur sur le tard de romans populaires essentiellement destinés à un public féminin. Ses ouvrages d’abord publiés dans la revue pour les Dames Die Gartenlaube (La tonnelle) qui double son nombre d’exemplaires en dix ans, sont traduits dans toutes les langues et imprimés même en Chine et au Japon. Son parcours rappelle au moins sur un point celui de Bertha Kinsky : très musicienne, elle tente une carrière de cantatrice à Dresde et Leipzig, qui échoue pour cause de ‘trac’ sur scène.

30 Es Löwow, paru en feuilleton dans la revue Die Gesellschaft, Munich puis publié en 1894, chez Pierson, Dresde, p. 34.

31 Une traduction du poème épique de Schosta Rustaweli due à A. Leist paraît en 1888 à Leipzig.

32 Les Mémoires donnent un large résumé de l’histoire de cette reine qui avait également fasciné A. Dumas, lequel lui consacre bien des pages dans Le Caucase.

33 Inventarium einer Seele…, p. 288.

34 Ibid., chap. XXI, p. 274.

35 Ibid., p. 264.

36 Inventarium, chap. X, p. 115.

37 Dans ses Mémoires, B. von Suttner reprend le texte intégral de Groller paru dans la presse.

38 Cette lettre, perdue, constitue le début de la correspondance Suttner/Nobel qui durera jusqu’en 1896, date de la mort de Nobel. Conservée au Ryksarkiv de Stockholm, elle contient 70 lettres de B. von Suttner à Nobel et 24 de Nobel à B. von Suttner dont 12 originales conservées et 6 publiées dans les Mémoires. Cf. Nobel Alfred, Chère baronne et amie, cher monsieur et ami – der Briefwechsel zwischen Alfred Nobel und Bertha von Suttner, hg.v. Edelgard Biedermann, Hildesheim, Zürich, New York, Olms, 2001. Cf. Chapitre VIII, Une correspondance dans le siècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search