Version classiqueVersion mobile

L’angoisse devant la mort

 | 
Jean Fallot

Quatrième période. Florence 16 Mai 1953. Bologne 5 décembre 1957

Pornichet, 5 juillet 1953

Texte intégral

L’Affaire Rosenberg

1Dans l’affaire Rosenberg, tout un peuple s’unissant pour faire le mal, je pense que le vrai bouc émissaire est celui qui prend la responsabilité de ce mal, qui exerce le pouvoir de juger (et le refus de grâce) « au nom du peuple », qui signe et parle en son nom personnel. Tel Eisenhower.

2Quelle responsabilité, quelle « coulpe » que l’exercice du pouvoir !

3Dans la peine de mort, une manière de recherche de la difficulté (comme s’il était si difficile de mourir et de faire mourir) qui a deux fins : rendre la mort atroce, le moment de la mort. Dans le cas de la chaise électrique, du supplice de la chaise, ce n’est pas, dit-on, la durée bien qu’elle ne soit pas négligeable, mais qui ne ressemble en rien à celle des supplices qui osaient dire leur nom, comme l’écartèlement, le pal... mais l’intensité de la douleur.

4Mais il y a aussi : la mort c’est le moment de la mort. Il semble qu’en condamnant à mort une société veuille se prouver qu’elle ne condamne pas à un état éternel (ce qui forcerait dans toute condamnation à mort, à regarder sa propre mort) mais à un événement, l’ultime, de l’existence, à un passage douloureux. D’où l’insistance sur la difficulté de ce passage.

Mort et solitude

5Il faut que Simone Weil, dont je commence actuellement la lecture du cahier, ait vraiment senti l’angoisse de la mort pour écrire des choses comme ça : p. 82 du Journal « Valéry — adhérence des pensées douloureuses (comparaison avec brûlures). Tant mieux. En fait la réalité ». Elle avait parlé de cela auparavant, expliqué ce qu’elle voulait dire, mais le sentiment profond est que ce qui nous oblige à sentir présent et réel le monde nous sépare du sentiment de la mort, qui est celui d’être enfermé dans sa solitude. Se retrouver soi-même, dans sa solitude, c’est retrouver sa mort ou la mort tout court.

6Peut-être que tout de même Simone Weil qui, ainsi qu’elle le dit, n’a de la mort « qu’une peur animale », n’a pas senti l’angoisse de la mort, qui est que l’univers aussi est destiné à « mourir seul » et qu’on ne peut trouver dans la pensée de l’univers aucun appui, aucune défense contre l’angoisse de la mort.

7Seul un être comme moi (Jésus) qui y ait échappé, qui soit vivant.

8Vivant c’est-à-dire hors du temps, de tout rapport avec ma durée et le mouvement (la conservation de l’univers s’exprime sous forme de mouvement, comme la mienne sous forme de durée).

9Ainsi la résurrection est-elle une « résurrection continuée », comme la création de Descartes création continuée, ce qui veut dire qu’elle n’a pas de sens dans le temps, que l’acte de la création ne peut être que dans un rapport (identique avec l’absence de rapports) avec l’univers des rapports qu’on exprime par temps et espace.

10Telle est la victoire du Christ.

11Si je pouvais croire.

12Cet univers est un univers atroce.

13Deux peuples aussi proches de la France : Allemagne et Etats-Unis qui se chargent de forfaits si horribles (extermination des Gitans, Juifs et bombe de Hiroshima), forfaits qui rappellent toutes les horribles condamnations légales de tous les peuples, de tous les temps, cela m’oblige à croire à ma théorie (l’idée d’une compensation à la crainte de la mort), cela ferait aussi croire à la grâce.

14Est-ce possible ?

© Presses universitaires du Septentrion, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search